Partagez|

Mission 3

Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 24
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Mission 3 Mer 14 Jan 2009 - 16:08

Je marchais dans la ville. Meme si j'étais soldat, aujourd'hui je me promenais en civil car il n'y avait pas de probleme qui requierait la présence d'une nouvelle recrue. Tout était relativement calme si on oubli les cris des bébés qui n'ont pas leur sucettes ou leur nounours, les marchants qui tentent de persuader les clients d'acheter leur produits et surtout un comptoir installer au milieu de la place centrale, en vue de tout le monde. Celui qui tenait ce "stand" etait un petit bonhomme chauve. Mais les soldats a son coté eux en imposait. C'étaient deux gros molosses qui n'avait pas l'air tres fin mais cela devait vite se faire oublier vu la taille de leur poing et leur carrure. Le petit bonhomme avait une voix assez portante par rapport a sa taille. Il hurlait a qui voulait bien l'entendre que la nation du feu recherchait des recrues pretes a effectuer quelques taches. Je me dirigea vers le comptoir. De toute evidence, il avait piqué ma curiosité. Mais il ne se montra pas plus poli que ce qu'il faisait voir aux jolies dames qui passaient devant lui.

Allons gamin dégage! Tu vois pas que je suis en affaire? Je traite pas avec des mendiants qui reclament une obole!

"Gamin".... Tout ceux qui me voyaient me consideraient comme un gamin qui ne valait rien. En meme temps je n'en imposais pas vraiment.... Mais je n'étais pas décidé a me laisser insulter de la sorte surtout que désormais j'était soldat.

Désolé mon petit (insistant bien sur le mot) monsieur mais je suis soldat. Et ce que vous faites c'est outrage à un agent de la nation du feu. Alors si vous ne décrivez pas quelles types de mission vous proposez je serais contrains de vous arretter.

Je n'étais pas convaincu par mon role. Un jeune de seize ans qui arrette quelqu'un.... En plus j'étais en civil. Mais les deux gardes furent surpris de voir qu'ils avait en face d'eux un soldat.

Oui oui pardon monsieur le soldat. Donc qu'avons nous donc pour quelqu'un comme vous.

Il remua ses papiers mais je m'apperçu qu'il faisait mine de chercher.

A voila. Alors, surveiller une vieille ferme délabrée, ou nous avons aussi......a cela devrait etre de votre niveau! Aider une paysanne a recolter des glands pour ses cochons.

De toute évidence il se payait ma tete. Il n'avait pas l'air de me croire et pensait que j'étais simplement a la recherche d'un petit boulot pour gagner de l'argent. Je le regarda bien en face, pris dans ma poche une insigne de la nation du feu que tous les soldats portent sur eux.

Maintenant écoutez moi bien. Je suis un soldat comme les deux qui vous servent de gardes. Alors ou vous me proposez une mission digne d'un soldat, ou je vous fait coffrer pour le restant de vos jours.

Mais il n'y a plus de mission pour les soldats! Elles ont toutes été prises.

Alors pourquoi rester a couiner que votre stand propose des missions hein?

Mais c'est que vous n'etes.....

Je l'interrompis net en le prenant par le col.

Quoi? un gamin? Vous pensez que je suis trop jeune pour effectuer une mission. Mais contrairement a vous, moi j'ai déjà vu la mort en face. J'ai surement fait plus que vous en une journée que vous n'en ferez dans toute votre vie. Alors attribuez moi une mission.

Je ne criais pas. Je lui exposais simplement la situation ne lui laissant que pour seule option, la mienne. Il sorti d'un petit tiroir une feuille. Il ne restait qu'une seule mission. C'était la seule ligne non barrée grossierement au crayon de bois.
L'homme dit d'une voix tremblante

Et bien, il reste celle la. La troisieme. IL faut traverser la jungle, au sud, pour ouvrir un passage aux livraisons et ainsi permettre le déboisement de 500 hectares de foret et y installer des plantation pret de l'eau. C'est tout.

Je relacha ma prise. Il se prit la gorge comme si on lui avait casser le cou. Je partis sans dire aurevoir. Apres tout a quoi bon.
Au bout de quelques pas Un de ses gardes me rejoignit peu de temps apres en se faufilant a travers la foule. Avec ses deux metres dix, difficile de ne pas le voir.

Euh.... Si tu veux effectuer cette mission tu devras te rendre a la porte sud-est et présenter ceci aux guetteurs. Ils t'expliqueront le reste.

Il me tendit une feuille pliée de ses grosses mains.

Merci.....

Je n'étais pas décidé a l'ouvrir. Ce ne m'était pas destiné alors pourquoi regarder. Le garde regagna sa place auprès de son compère echangeant des mots avec lui. Le vendeur reprit sa vente mais avec beaucoup moins de voix. Tout trois n'avaient pas la meme attitude qu'au départ et semblait etre effrayé par...... Moi.... C'était généralement l'effet que je produisais sur les gens apres une altércation ou meme apres de simples paroles échangées. Je partis alors de bon pas vers le sud pret a effectuer ma nouvelle mission.
Revenir en haut Aller en bas
Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 24
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: Mission 3 Ven 16 Jan 2009 - 20:22

Je marchais moins vite que lorsque j'étais sur la place du marché. Je n'aimais pas spéciallement m'y trouver. Les cris et la foule y était pour beaucoup. Je contourna l'axe principal et m'enguagea dans une petite ruelle, a l'abri des bruits de la ville et de la lumiere. J'y acheta quelques provisions que je mis dans mon sac. Puis je rentra chez moi chercher mon equipement de soldat. En cette période, la chaleur était étouffante. Ajouté a cela le nombre de passants, se meler a la foule, la traverser de long en large relevait de l'exploit surhumain. En plus, les restaurants dégageait d'autant plus de chaleur que leurs fours donnaient généralement sur la rue, augmentant l'effet croissant d'une insuportabilité asphixiante. Contourner la route principale était la meilleure des solutions pour éviter de me retrouver écrasé par la chaleur et d'etre sans cesse interrompu par les marchants qui voulaient épurer leurs stocks. Arrivé au niveau de la porte sud-est, je me présenta au guichet des "filtreurs" comme on les appellait. Quoique celui là était plutot occupé par son beignet que par controler le trafic et n'importe quelle personne pouvait entrer et sortir a sa guise sans risquer de controle. Je tendis ma feuille au vigile.

-Un ordre de mission pour me laisser passer et me dire ou se trouve mon lieu de rendez-vous.

Le gros bonhomme me repondit apres s'etre fourré un bon morceau de beignet dans la bouche. Il me regarda et me jugea.

-Mmmmmh, tu m'as l'air bien jeune pour la mission que l'on t'a confié. Si je peux me permettre un conseil, fait gaffe a toi. Meme si la jungle a l'air tranquille, des prédateurs y rodent. Apres tout, c'est leur territoire. Ho, a propos, sur ta feuille il est stipulé que tu dois éviter de les tuer sauf si ta vie en dépend. Apres tout, le but est de s'installer de déboiser de l'autre coté et de s'y installer et pas de chasser les habitants qui vivent dans la forêt. Autrement rien d'autre de spécial. Tu n'a qu'à continuer sur la route et au croisement, passer sur la droite. Au bout du chemin, la forêt débutera. Je te conseille aussi de t'équiper pour liberer le passage et de demander de l'aide. Si tu le fais seul, on est pas rendu a s'installer et le besoin est grand.

-Evidemment, dis-je sans trop de conviction. Je vous remercie de ses précisions et je vais des maintenant remplir ma mission. Aurevoir.

-A plus gamin! me dit-il en finissant son beignet gras.

Devant les murs se trouvait un petit groupe de soldats qui discutaient. Ils ne semblaient pas occupés a faire une ronde.

-Bonjour messieurs. Je suis un soldat de la nation du feu et je recherche des compagnons pour effectuer une mission a l'orée de la jungle. Cette mission est d'une importance capitale pour notre nation puisque si elle est couronnée de succès, elle permettrait de planter de nouvelles cultures. Je voudrais donc savoir si l'un de vous ou vous tous souhaiteraient m'accompagner pour m'aider a liberer un passage aux cargaisons.

Tous les soldats s'étaient tut. Chacuns se dévisageaient. Ils n'avaient pas l'air de comprendre ce qu'il leur arrivait. Recevoir une demande d'aide d'un compagnon était normal. Mais de la part d'un jeune..... L'un d'eux, assis par terre et qui semblait un peu moins surpris par les autres se leva et prit la parole:

-Et bien, nous avons déjà une mission d'affectée mon garçon. Cependant, je pense qu'ils pourront se passer de l'un de nous. Alors si tu ny voit pas d'inconveniant je vais t'accompagner.

Il se rapprocha et se plaça derriere moi.

-Personne d'autre?

Aucune reponse. Quatres bras ne seront pas assez mais ça sera toujours ça de plus.... Je me deplaca en direction du chemin et le soldat me suivi.

-Alors à ce que j'ai compris on va deboiser? On pourrait demander au camps de bucherons qui se trouve pas tres loin de la jungle, il pourrait nous filer un coup de main. A au fait, je m'appelle Rauko. Et toi?

-Masao.....

Durant le trajet il me raconta des bribes de sa vie. Comment il était devenu soldat a la suite d'un accident avec son prefesseur qui, pour le punir, l'avait envoyé a la caserne. Mais Rauko s'y était tres bien adapté. Il était aussi grand que les deux gardes du marchant mais lui semblait avoir un cerveau. Il avait obtenu un A a l'examen d'entrée a l'école des gardes. Un des meilleurs parmis sa séléction. De toute évidence, il était taillé naturellement pour le combat.


Au moins, si on a un probleme, on pourra s'en sortir.

Nous arrivàmes enfin devant l'immensité de la forêt. On ne voyait meme pas a quelques metres plus loin que les premiers arbres tellement c'était dense. Je comprenais mieux pourquoi il fallait défricher. Cela aurait pu etre dangereux. Au vu de l'épaisseur de la jungle, je ne serais pas surpris de voir des monstres aussi gros que les tournidors*.

-Bien allons voir ses bucherons.

Il me conduisit en bas d'une petite colline apres avoir longé sur la gauche la forêt. Nous décendimes la cote et devant le petit campement se trouvait un homme assez fort.......barbu....... occupé a couper des bûches de bois.......
Devant le campement se trouvait Tom le bucheron*.


______________________________



*Pour les allusions avec les étoiles, pensez a voir ma premiere mission ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 24
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: Mission 3 Sam 17 Jan 2009 - 19:11

Je n'en croyais pas mes yeux. Ce bon vieux Tom! Il était toujours le meme. Toujours occupé a couper du bois! Alors que l'on s'approchait de lui, il ne semblait pas m'avoir reconnu avec mon equipement. Ce fut lorsque Rauko me présenta que ses yeux s'illuminèrent. Il me serra vigoureusement dans ses bras.

-Hahahahahaha! Ca pour une surprise! Je pensais pas te revoir de si tot! Mais dit-donc tu en a une fiere allure avec ton accoutrement de soldat. C'est la derniere mission qui t'a fait monté?

IL relacha son étreinte me permettant de respirer.

-Oui. Moi aussi je suis heureux de te revoir Tom. Les autres sont toujours avec toi?

-Ho oui. Désormais, partout ou je vais il me suivent. Il n'appartient qu'à Fausto de choisir si il reste ou non. Mais il le prefere car selon lui, partout on l'on va il y a toujours des choses interressantes qui se passent. Depuis un certain temps il reste enfermé dans son infirmerie alors qu'il n'y a pas de blessé. Les hommes commencent a penser qu'il devient fou.

Fou? Non Fausto doit toujours etre avec le tournidor qu'il a recupéré la derniere fois. Je me demandais meme comment il avait réussi a le cacher aux bucherons.

-Non je pense qu'il dois seulement rechercher un moyen d'améliorer ses remedes....

Rauko coupa court a nos retrouvailles. Il avait l'air d'avoir l'esprit assez vif et en vint directement au sujet de notre venue.

-Et bé je ne savais pas que vous vous connaissiez déjà mais cela va nous faciliter la tache. Tom, nous avons besoin d'un maximum de bras pour liberer un passage dans la jungle. Ainsi, nous pourrons attaquer un deboisement plus intensif de l'autre coté et installer des cultures près du point d'eau qu'est la riviere. Es-tu d'accord?

Tom ne repondis pas. Il nous fit signe d'entrer dans le camps. Il rassembla alors les bucherons et leur expliqua brievement la situation. Il conclut par

-La plupart d'entre nous n'ont rien a faire içi. Aussi, dès que nous aurons fini notre tache, je vous propose d'aller demander un salaire a notre nation. Si nous refusons de les aider, nous resterons impayés et nous ne pouvons pas nous le permettre. Pour les différents services déjà rendu a notre nation, chacun aura une large compensation qui vallait bien ces mois passé loin de chez vous. Je ne vous forcerais pas. A vous de choisir.

Le silence retomba. Chacun des dix-neuf qui se trouvaient devant nous se dévisageait. Ils n'avaient pas l'air tout à fait d'accord mais, apres un vote a mains levées, tous acceptèrent.

Au moins, cela prendra moins de temps. En esperant ne pas se faire attaquer par quelques créatures....

Chacun se dispersa. Tom proposa sa large tente a Rauko. Comme il n'y avait pas assez de place, j'entrepris de trouver un endroit ou installer ma tente à l'interieur du camp. Dès que je jugea la terre propice a m'installer, une voix se fit entendre.

-Alors tu es revenu?

C'était Fausto. Il me serra la main et m'invita dans l'infirmerie de fortune. A l'interieur, et comme la premiere fois ou je l'avais vu, un amoncellement de fioles, bechesr et autres instruments de mesures jonchaient les tables. Mais, a coté du lit un petit coin avait été amenagé. Formé de drap et de coussin, un creux se dessinait a l'interieur.

-Tu l'a toujours gardé içi? demandais-je a Fausto

-Oui. Enfin plus exactement depuis que je l'ai récupéré de la foret de la plaine du nord.

Un petit serpent sortit de dessous le lit. La meme peau que ses congéneres. Les meme yeux, mais une etrange sensation de voir la créature heureuse. Elle n'avait pas le meme comportement que ceux que j'avais croisé lors de ma précédente mission. Il ne mesurait que un metre cinquante mais parraissait déjà trop lourd pour nager. Lorsqu'il vint se frotter a moi, je leva ma jambe par reflexe.

-Ne t'inquiete pas. Il ne secrete pas encore d'acide. Et quand il le fera, il sera surement trop gros pour que je le garde a mes cotés. Je ne lui ai pas donné de nom, apres tout il ne me sert que pour mes études. Il ne faut pas que je m'attache trop ou la séparation sera trop dure.

Le medecin le carressa. Les écailles ne paraissaient pas rugueuses et je me risqua a le toucher. Le serpent émis un leger bruit en signe de contentement.

-Bien je dois aller dormir. dès demain nous commencerons a former un passage. Nous aurons surement passer l'autre coté d'içi une semaine. Ensuite, il n'y aura plus qu'a laisser le feu faire son oeuvre.

Je me prepara a partir et avant de quitter sa tente, Fausto me dit.

-J'ai l'impression que nous avons déjà vu ça n'est ce pas? Un deboisement pour entrainer des installations..... Soit prudent, il se peut que les memes dangers que l'autre fois s'annoncent.

Je ne mis pas en doute sa parole. J'avais failli y rester la derniere fois par manque de prudence. Cette fois, je ne commettrais pas la meme erreur grossiere. J'installa ma tente a coté de celle du medecin. Je m'endormis apres avoir remué les paroles de Fausto.

Quels dangers y aura-t-il dans cette jungle......

Et ce fut sur cette derniere pensée que je m'endormis pour un long sommeil réparateur.
Revenir en haut Aller en bas
Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 24
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: Mission 3 Dim 18 Jan 2009 - 14:30

Je me reveilla frais le matin. Il n'était pas tres tard. Tout juste neuf heure. Je me leva rapidement, m'habilla a la hate, et alla avec mon bol me prendre un petit déjeuner. J'arriva vers le cuisinier. Enfin, un bucheron qui avait pris la charge de la cuisine. Il me servis un chocolat bien chaud avec quelques bouts de pain. Je mangea les bouts de pain et sirota tranquillement mon chocolat. Le camp était étonnement calme. Bizarrement, les bucherons semblaient dormir encore alors qu'à l'habitude, ils se reveillaient a l'aube. Mes doutes furent vite envolé quand j'apperçu la casi-totalité des bucherons et Rauko qui revenaient avec les chariots vide. Les cheveaux avaient été attelés et je pensais qu'ils étaient partis faire des livraisons. Seul la présence de Rauko me dissuada de cette idée. De loin je leur lança

-Alors on deserte le camps? Vous étiez parti ou?

Rauko s'avanca le premier vers moi l'air satisfait.

-Non non, on est parti déposer la materiel. On a pas voulu te reveiller alors on est parti dès l'aube pour preparer le terrain. Ca tombe bien que tu sois là, on va pouvoir commencer.

Je finis mon bol que je deposa sur la table du cuisinier. Puis, je me dirigea vers ma tente pour prendre mon couteau. Apres tout on ne sait jamais. Je marcha vers la tente de Fausto pour le prevenir de notre départ. Il semblait déjà au courant car quand j'entra il me dit

-Oui je sais. J'espere que vous ne croiserez pas de félins ou autres choses. Tiens prend ça. Je suis sur que tu en trouveras utilité.

Il me tendis un petite fiole.

-Un peu d'acide de tournidor. J'ai réussi a en faire un peu grace aux échantillons de peau du mien. Il semblerait qu'il ne serve pas uniquement de défense mais aussi pour marquer un territoire. Si tu en dponse un peu a chaque fois que vous déboisez, ça devrait éloigner d'éventuels prédateurs.

-Merci. Je suis sur que cela nous aidera.

Je rangea la fiole dans une pochette de ma ceinture. Puis je quitta sa tente avec l'étrange sensation que Fausto savait pertinnement que j'aurais besoin de cette fiole. Il devait savoir les dangers qui rodaient dans la jungle mais ne voulait pas nous le dire surement pour ne pas nous effrayer. Tom courrut vers moi avec la bride d'un cheval dans ces mains.

-Tiens! Le meme que la derniere fois! Il semble que personne ne puisse le monter alors je me suis dit qu'il voudrait bien de toi. Vous partirez en élcaireur avec Rauko au cas ou. On vous rejoindra apres.

Le cheval me flaira la main. Il ne semblait pas nerveux mais pourtant ne semblait pas serein pour autant. Je le monta et partis en direction des autres. Comme Tom me l'avait dit, nous partimes au galop avec Rauko devant la foret. Il y avait déjà des équipements disposés ça et là. Des haches, des scies a doubles tranchants, des hachettes ect..... Nous attendimes qu'ils arriverent, sifflottant, joyeux a l'idée de reprendre le travail. Quand ils furent a notre niveau Tom lança d'une voix digne d'un chef de guerre

-Bien! Ecoutez moi vous autres! On va commencer içi. Puis, on continuera tout droit jusqu'a l'autre bout. Vous resterez a distance égale. La premiere ligne devrait déboiser le plus gros. Le seconde, les broussailles et jusquà la quatrieme qui finira le travail. Vous serez cinq par rangée et gardez une distance maximale de 10 mètres entre les lignes. Cela évitera de sa perdre et nous donnera un effet de masse et dissuader des animaux affamés. Quant a vous, dit-il en nous désignant, vous resterez derriere moi pour couvrir notre avancée. Si on a un probleme, il viendra surement de devant. Mais évitez d'utilisez votre maitrise sinon vous risquerez de bruler toute la jungle. Vous avez d'autres armes?

Rauko lui répondit qu'il se servirait de ses poings ou d'une machette. Quant a moi, j'avais bien pris quelques cours de combat rapproché mais ils ne me serviraient a rien contre des félins. Je lui montra mon couteau mais Tom ne sembla pas satisfait.

-Ca ne suffira pas si tu tombe contre une grosse bete. Et je ne veux pas que tu meurre betement. Va en ville avec le cheval et achete toi une arme. Rauko pourra se servir d'une machette mais il n'y en a plus assez pour que tu en ai une.

Je les regarda commencer a attaquer le début de la forêt. Je ne pouvais pas les laisser partir. Avec le venin, on pourrait éviter de se faire attaquer! En plus, je ne savais pas me servir d'une arme. Je m'approcha de Tom et lui dit.

-Je ne pense pas que nous aurons besoin de nous battre. Et si c'est la cas, je compte sur Rauko pour nous défendre. Nous ne seront pas pris par plus d'une bete vu l'epaisseur de la jungle. De plus, les bucherons savent se défendre et ce, avec une hache. Alors ne t'inquiete pas Tom.

Il s'était arretté de couper pour m'écouter. Il ne se retourna pas mais emit un grognement en signe d'approbation puis recommença a travailler. Je déscendis de mon cheval, l'attacha a coté de celui de Rauko, et Tom me confia la boussole pour que je les guide.
Et c'est ainsi que la mission débuta vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 24
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: Mission 3 Mer 21 Jan 2009 - 18:15

L'opération avait commencé depuis plus d'une heure. Les choses ne prenaient pas une mauvaise tournure car l'acharnement des bucherons nous permis d'avancer d'une dizaine de mètre dans la forêt. Cependant, même si les convois d'eau circulait pour satisfaire les bucherons, il fallut ralentir le pas car la forêt devenait de plus en plus dense. J'en profita pour déverser une goutte du venin sur une branche, hors du champs d'action des bucherons suivants. Une légère fumée s'évapora au contact du bois.

Et dire que ça peut se sentir a plusieurs mètres ça.

Une seul goutte suffisait, selon Fausto, à éloigner les bêtes sur un rayon de dix a quinze mètres. Je n'avais qu'à compter a peu près le nombre de pas et ça devait être bon. Théoriquement.
Tom s'arrêta quelques mètres plus loin pour reprendre son souffle.

Et bé! C'est une sacré jungle. C'est la première fois qu'une forêt fait autant souffrir mes bras! En plus, il y a plein de bestioles quand je coupe ces foutus lianes. Mais là, Hop! elles se sont volatilisées. J'en croise plus aucune!

Il me regarda et repris le travail, une ardeur nouvelle dans les membres. Nous progressâmes ainsi jusqu'à la fin d'après-midi. Après cinq pauses, Tom déclara.

Bien! On va s'arrêter pour aujourd'hui. On reprendra demain. Au lieu de redescendre au camps, on va coucher a la belle étoile. Comme ça demain, on sera plus rapidement sur le terrain!

Les hommes repartirent alors pressés de remplir leurs ventres qui réclamaient depuis la dernière collation qui remontait seulement a deux heures. Nous mangeâmes froid au camps. Il faudrait s'y habituer. Après tout, la mission sera plus longue que deux jours. Les bucherons s'emmitouflèrent dans leur duvet après avoir manger. Ils semblaient déjà exténués et harassés par cette journée.

Ça ne sera pourtant pas la dernière...

Je resta assis a contempler la jungle où on voyait déjà apparaitre un chemin et un début de ce qui serait plus tard une voie de communication pour relier les champs a la ville. Des fois je me demandais même pourquoi je faisais cela. Pourquoi devoir détruire absolument pour s'installer. Les paroles que Fausto m'avait dit a propos des tournidors résonnaient dans ma tête. Il fallait détruire pour reconstruire. Le paradoxe. Nous étions des êtres vivants, mais nous en tuons d'autres..... j'en était même arrivé a me demander pourquoi la nation du feu devait absolument détruire comme cela. Nous ne vivions pas en symbiose avec la nature mais nous la forcions a nous accueillir. Nous n'avions aucun respect pour cette terre que nous habitions. Ces pensées furent vite chassées par une sorte de patriotisme. Nous le devions pour notre nation! Je m'allongea alors et profita de la douceur de la nuit pour m'endormir.



Allez debout!! Faut retourner bosser!

Voila la façon que je détestais le plus pour me réveiller. Un cri. Pourtant, ce cri était justifié. Il fallait reprendre le travail de la veille et le finir le plus vite possible. Chacun mangea a la hâte et reparti dans la jungle. Personne ne m'avait attendu. Je me leva péniblement et pris un bout de pain resté a l'abandon. J'en fourra quelques autres dans mon sac avec du jambon froid. Je m'enguaga alors par le chemin de la veille et je voyais déjà le groupe au travail sous le regard observateur de Rauko. Il scrutait le moindre mètre carré de ses yeux. Il avait toujours une main sur une machette prêtée par Tom, prêt en cas de danger. J'avançais essayant de trouver ou j'avais déposé l'acide. Je ne le trouva pas tout de suite mais reconnu la souche rongée. Mais la ou devait se trouver une goutte, toujours active a dégager de l'acide, se trouvait une marque. Longue, peu profonde. Elle se traversait de long en large le trou formé par l'acide. Je me risqua a toucher une sorte de liquide brillant qui se trouvait a l'endroit de la marque. Dès que ma main entra en contact avec le liquide, je reçu une légère secousse.

De l'électricité statique, pensais-je

J'ota ma main et renifla. Une odeur de viande mélangée à d'autres odeurs me parvinrent. Et là, un flash! Une image dans ma tête. Je revoyais Fausto qui me mettait en garde juste après que je l'aie remercié pour l'acide. Juste avant que je ne parte, il m'avait dit qu'une créature buvait cet acide. Une créature qui, de par l'électricité qui se trouvait sur sa langue, ne le craignait pas. Une créature qui ne sentait pas ce marqueur et qui entrait a sa guise dans le territoire des tournidors. Selon lui, on n'en trouverait pas dans cette jungle. En effet, cette bête se trouve généralement dans le territoire des serpents dont elle dépend pour se nourrir. Ce flash prit fin. Je ne pris pas le temps de réfléchir d'avantage. Peut-être étions nous tomber dans une embuscade? Je courus aussi vite que je pus a travers les bucherons et dit a Tom.

-Nous sommes en danger! Une bête est là! Elle ne craint pas le.......

Je me sentis lourd. Pâteux comme si l'énergie que j'avais en moi avait disparu. En tombant, la fiole de l'acide se déversa par terre et lâcha une odeur forte. Je regarda en arrière et je vis, avant de tomber, une sorte d'ours. Immense avec les incisives supérieurs qui sortait de sa bouche. Il était dressé sur toute sa hauteur et faisait trois mètres Puis, je bascula en arrière. Je ne perdis pas conscience, mais avait oublié toute notion du temps et de l'espace. Mes membres étaient pris de spasmes et je n'entendais, ni ne voyais plus rien. Je ferma alors les yeux me laissant aller au son de mon cœur. Bom!bom!bom!..bom!...bom....bom......bo...m.........bo.........
Revenir en haut Aller en bas
Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 24
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: Mission 3 Dim 25 Jan 2009 - 17:00

Je garda toute ma conscience durant ce laps de temps ou je ne pouvais plus bouger. Mes jambes, mes bras, tout mon corps tremblait et se convulsait. Je n'avais pas mal mais je ne pouvais pas me controler. J'entendais les cris affollé des bucherons en une espece de bruit sourd qui vous presse les tympans. Puis, plus rien. Le temps parru une eternité. Je sentis qu'on essaya de me controler et au bout d'un moment, mes muscles cesserent d'avoir des spasmes. J'ouvris les yeux et ma vue revint progressivement. La pression de ceux qui me tenait se relacha et j'entendis a nouveau clair. Dès que ma vue fut totalement rétablie, Je m'assis et Tom me parla doucement.

-Masao est ce que ça va?

Je ne répondis pas tout de suite. Il me fallut un temps avant de retrouver l'usage de ma langue qui était engourdie. Puis je lui dit

-Je crois.... Du moins, je ne suis pas mort.....

Il me mit debout mais mes jambes se dérobèrent sous mon poids. Fausto arriva en courant, derriere un bucheron éssouflé. Il s'agenouilla pres de moi et me fit boire une potion amère.

-Pouah! Lachais-je avec dégout

-Bois tous, m'ordonna-t-il, tu te sentiras mieux apres.

J'avala les derniere gorgée a contrecoeur et mes forces commencèrent déjà a revenir. Mes idées s'organisèrent de nouveau dans ma tete et je me rappella alors comment j'avais attérit par terre. Je regarda derriere moi et une sorte d'animal était allongé au sol, une machette plantée dans la gueule. Je regarda Tom.

-Que c'est il passé apres que je sois tombé?

-Et bien en fait, dès que je t'ai vu arrivé en courant, une bete a surgit du talut. Il a sortit alors sa langue et elle t'a frappé au dos. Bien que tu avais une tunique, tu t'es éffondré juste apres. La bete lecha alors le liquide qui était sortit de ta fiole et ce fut la panique totale. Mais Rauko empoigna sa machette et se dressa devant la bestiole. Tu aurais du voir ses yeux. Il t'aurait défendu meme si tu étais mort. La bete arqua sa machoire vers lui et il lui enfonca la lame de son arme a l'interieur. Mais.....

-Mais quoi, le coupais-je, apres Tom, il s'est passé quoi?

-En mettant sa main dans la gueule de l'ours, il se prit une énorme décharge. Il tomba lourdement au sol et convulsa comme toi. L'ours s'effondra et tomba. Mais la lame ne l'avait pas tué. Une chose arriva qui nous surpris tous. Un tournidor jaillit et le mordit a la jambe. L'ours s'effondra alors, raide, et s'écrasa pres de toi. On l'a emmené un peu plus loin et on s'aprete a l'enterrer. Quant a Rauko.... il a subi de grave blessure et on l'a emmener au camp. Puis, l'un de nous a été cherché Fausto pour vous soigner.

-Oui, continua le medecin. Déjà le fait de ne pas voir mon serpent m'intrigua mais quand le bucheron me prevint de la nouvelle, je me hata aussi vite que je le pus.

Je calcula rapidement. Comment le serpent a-t-il pu nous retrouver? A moins que....

-Je pense que il a du sentir l'acide que j'avais renversé accidentellement au sol. Si une goute se ressent a une dixaine de metres, une fiole entiere doit bien sentir a un kilometre. Sachant que votre cabane est situé a moins de huit cent metres d'içi, votre tournidor, pensant retrouver un des sien, arriva. Dès qu'il nous vit en danger, il nous a aidé....

-Haaaa, s'exclama Tom, il désigna Fausto, votre tournidor. Alors vous en aviez gardé un! Mais peu importe, il nous a sauvé la vie et sans lui, je pense que nous serions tous mort içi et maintenant. En tout les cas, il nous faut quand meme reprendre le travail. Masao, part avec Fauso au camp. Nous, on continue. A moins de tomber sur une autre de ces créatures, l'acide que tu a renversé devrait éloigner d'éventuels prédateurs.

Fausto m'épaula pour m'amener hors de la forêt. Une fois sortit, j'apperçu une forme familiere. Le tournidor était roulé en boule a coté de Rauko. Il tourna la tete vers nous et nous suivi du regard jusqu'à ce que nous soyons assis. Fausto s'occupa du soldat dont la paleur du visage était cadavérique. Je me tourna vers la petite créature, espérant trouver du réconfort dans son regard. Autrefois je l'aurais anéantis pour ma mission; mais voila qu'elle m'a sauvé la vie. Elle s'approcha discretement de moi, s'enroula entre mes jambes et s'endormit. J'attendis alors avec Fausto et Rauko avec la sensation de devoir attendre longtemps avant que la mission ne se termine....

________________________________
Nasso attribue 150XP pour ce qui a déjà été fait!
Revenir en haut Aller en bas
Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 24
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: Mission 3 Ven 30 Jan 2009 - 20:52

Le matin était sans soleil. D'épais nuages cachaient les rayons de ce qui aurait pu etre une source d'energie pour Rauko. J'avais veillé toute la nuit, le tournidor entre mes jambes, pour suivre l'état de santé du soldat. Son état ne s'était ni agravé, ni amélioré. On pouvait seulement espérer qu'il serait sur pied rapidement. Le matin, tous les bucherons étaient partis. Fausto était rentré au camp pour préparer ses remedes et moi je restais avec lui, le fier soldat dont l'energie semblait avoir deserté le camp. Parfois il était pris de spasmes incontrolés et il fallait bien quatres hommes pour le maintenir en place. Quand Fausto arriva, un panier au bras, je lui lanca:

-Il va s'en sortir?

Il ne répondit pas tout de suite. Il prit le temps de déposer ses affaires, souffla et me regarda.

-Je ne sais pas..... La decharge était importante et beaucoup serait mort a sa place. Mais, c'est un solide gaillard. Je pense qu'il ne sortira pas indemne de ce choc mais il n'en mourra pas.

J'étais perplexe. La derniere fois que j'avais vu un corps aussi flasque que celui de Rauko, c'était celui du capitaine.... Je poussa legerement le tournidor endormi et me leva et pris mon sac:

-Je vais voir l'avancement des travaux. Si il se met a pleuvoir, les traces d'acides risquent de disparaitre et je n'avais que cette unique fiole.

Je marcha alors en direction du chemin. Tout était calme et on ne pouvait pas penser qu'à l'interieur de cette forêt se trouvait de terribles prédateurs. Chacun de mes pas me rapprochaient de plus en plus d'un terrtoire hostile et je sentais la pression habituelle a l'orée de la jungle. Je me stopa devant le chemin. La terre y était encore humide par la rosée du matin. A travers la noirceur d'encre qui se trouvait devant moi, les bucherons travaillaient. Malgré l'attaque de la veille, l'acharnement des hommes de Tom n'en était pas pour le moins ébranlé et malgré leur stupeur devant les blessures de Rauko, ils ne semblaient pas effrayés par ce qui pourrait etre leur tombe. Je respira un bon coup et m'avanca dans la forêt. Au fur et a mesure de mon avancée, j'entendait de plus en plus clairement les bruits des haches contre le bois ou des grognements expressifs des bucherons. Apres avoir slalomé entre les lignes arrieres des travailleurs, j'arriva au niveau de Tom.

-Alors il va mieux? me demanda-t-il apres une courte pause.

-Pas trop mal. D'apres Fausto, il n'en mourra pas mais n'en sortira pas sans séquelles.

-Mmmmmh, rumina-t-il, Je ne sais pas trop quoi en penser de tout ça. Une chose est cependant sure! On finira l'élagage du chemin au matin!

Je fut interloqué. Aussi vite?

-Comment ça d'içi demain? Il reste encore la moitié a parcourir. Comment tu compte finir le travail en une demi-journée?

Il croisa les bras l'air satisfait.

-Et bé mon petit génie, regarde devant toi!

Je me décala sur le coté. Je ne vis d'abord que la meme chose que sur le coté. De larges troncs, des liannes touffues et des ronces par dessus tout. Je plissa les yeux et il me fallut un moment avant de distinguer ce qui rendait Fausto content. Je m'avanca pour m'assurer que ce que je voyais n'était pas une hallucination provoqué par le manque de sommeil. Je dégagea les premieres lianes et derriere un tapis de mousse, le passage sembait de desépaissir et au final, je me trouvais enouré uniquement de tres peu de lianes. En fait, il n'y avait QUE de ça. Des lianes tombantes. Elles étaient tenues en hauteur par les arbres qui se situaient hors du chemin. J'en déduisis qu'il ne fallait alors que couper les lianes et le chemin serait dégagé. Beaucoup plus rapide que de couper d'immenses troncs.
Je retourna vers Tom.

-Comment etre sur que ce terrain continue bien jusqu'à la fin de la jungle?

-Je suis partit devant pour estimer la distance qu'il nous restait. Et on peut dire que je suis très heureux! On va finir beaucoup plus vite comme ça! Apres il ne nous restera plus qu'à prevenir les soldats pour qu'ils deboisent eux meme le reste!

Je lus sur le visage de Tom une joie infinie. Comme celle d'un gamin qui trouvait une sucette par terre.

En fin de compte on va peut-etre finir plus tot.....

[Attention! A partir d'içi c'est la fin de la mission. J'ai décidé de la raconter sous forme d'un "épilogue". Voilou ;-)]

Comme Tom l'avait prévu, le chemin fut tracé lendemain meme. Il ne restait plus qu'à préparer un peu mieux la terre et l'apres-midi, je partis prevenir les gardes qui acceuillir la nouvelle avec la plus grande joie. Le lendemain matin, les soldats commencèrent a déboiser la partie suivante, apres une large plaine. Je ressentis un pincement au coeur quand je vis ce torrent de flamme détruire la foret. Une semaine plus tard, des paysans et des artisans emprunterent le meme chemin pour batir des fermes. Ma mission était finie. Rauko c'était remit mais il ne pouvait plus déployer sa terrible force pour rester dans l'armée. Apres avoir demandé sa démission, il aida a la construction des fermes et j'ai entendu dire qu'il c'était reconverti dans la peinture..... Il m'étonnera toujours..... Quant aux bucherons et a Fausto, ils se séparerent. Les bucherons repartirent chacun chez eux apres avoir demandé un salaire a la nation du feu et Fausto s'intalla pres des fermes avec son tournidor. Il décida de le garder comme animal de companie et peu lui importait de se faire arretter par un controle de garde. Chacun des partis étaient heureux. Quant a moi, j'entrepris d'arretter mes missions pour m'entrainer a creer des techniques et un style de combat inspiré de celui de mon pere. Je me dirigea donc vers le dojo pour commencer.....


FIN!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




RPG


MessageSujet: Re: Mission 3

Revenir en haut Aller en bas

Sujets similaires

-
» COMICS PLACE : la petite émission
» Avis de marché - Paris - Musée Rodin - Mission de restaurateur conseil - conservation préventive
» Onde à bulles, l'émission BD de Radio Campus
» Mission à Montréal (Mission to Montreal)
» [Epcot] Mission: SPACE
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: