Partagez|

Rencontre à Ba Sing Se [Amaya + Asaki]

Amaya
****
****
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 1184
Date d'inscription : 15/08/2008

RPG


MessageSujet: Rencontre à Ba Sing Se [Amaya + Asaki] Dim 26 Avr 2009 - 20:50

Il pleuvait des cordes depuis des heures et des heures, et nous attendions encore dans la caverne, Tomoo et moi. La nuit était tombée, et l'air humide se rafraichit à la vitesse de l'éclair. J'observais en silence la pluie s'écraser violemment contre le sol, me laissant bercer par le son des gouttes s'écoulant du plafond. Emmitouflée dans ma cape, le feu m'enveloppait de sa douce chaleur, éclairant la caverne d'une pâle lueur orangée.
Mes paupières de faisaient lourdes. Les bruits du dehors semblèrent s'éloigner tandis que derrière moi, mon bison grogna dans son sommeil. Je me laissai aller dans les méandres mystérieux du sommeil, posant ma tête contre la pierre froide et rugueuse.
Le lendemain matin, je fus réveillée par un liquide froid me tombant contre la joue, avant de disparaitre dans mon cou pour s'évanouir sous ma tunique. Je sursautai et dus fermer les yeux, éblouie par une clarté soudaine. Je mis plusieurs minutes à m'adapter à la luminosité et observa autour de moi. Tomoo n'était plus là, avec lui les provisions, le feu était éteint. Dehors, le soleil était déjà haut dans le ciel et le chant matinal des oiseaux parvenaient jusqu'à mes oreille avec légèreté. J'en étais scotchée sur place. Il avait plu la majeure partie de la journée d'hier alors qu'aujourd'hui, le soleil était à son apogée, éclatant. Je ne pus m'empêcher de sourire. M'emparant à la hâte de ma sacoche, que j'enfilai en vitesse, je courus à l'extérieur. Il devait être presque midi, vu la position du soleil et la chaleur presque cuisant de l'air. J'ôtai ma cape et descendis prudemment la pente raide de la montagne près du Temple Boréal. Je bondissais de rochers en rochers emplie d’une allégresse nouvelle. Je sortis le sifflet de forme allongée de ma sacoche et soufflai dedans avant de me stopper devant un creux d’une quinzaine de mètres de profondeur. Le regard rivé loin devant moi, je souris, et me laissai tomber. L’Air siffla à mes oreilles, tandis que j’avais l’impression de flotter. De voler. J’écartai mes bras et fermai les yeux, m’imaginant avec amusement le plané d’un aigle avant de reprendre altitude. Le fond approchait dangereusement. Plus que quelques mètres.
Un rugissement puissant résonna dans le gouffre, et j’atterris, jambes fléchies, sur la selle de Tomoo qui rugit de plaisir. Il remonta en piqué et je m’accrochai aux rênes afin de ne pas tomber. L’air siffla de nouveau à mes oreilles tandis que j’éclatai de rire. Mon rire se joignit au rugissement de Tomoo, aussi allègre que moi.
Nos esprits entrèrent en communion, unis par le bonheur de voler.
Nous retrouvâmes la surface et prîmes de l’altitude avant de survoler les montagnes. Je penchai ma tête par-dessus la selle et gravai une dernière fois dans ma mémoire l’image de cette chaine de montagne acérée. Les rayons du soleil se reflétaient parfois sur les grosses flaques d’eau de la veille, comme des gros diamants.
Nous nous mîmes en route vers Ba Sing Se.

Moins de deux heures plus tard, les remparts de la gigantesque cité se dessinèrent au loin. Tomoo fendit l’air de sa queue et accéléra l’allure. Nous survolâmes le chemin de pierre qui longeait quelques petits villages. Des enfants levaient vers nous des regards émerveillés et nous adressaient de grands signes de la main en rigolant, tentant de nous suivre en courant. Puis les grandes portes de la ville apparurent et j’ordonnai à Tomoo de descendre. Deux gardes vinrent à nous, tout deux vêtus de l’uniforme vert du Royaume de la Terre. Je les saluait en plaquant mon poing droit sur la paume gauche, suivie d’une révérence. Ils me répondirent de même.

- Je suis Amaya, chef des Nomades de l’Air, et vient ici en tant que voyageuse. Quelqu’un pourrait-il s’occuper de mon bison ?
- Bien sur Amaya-sama. Vous pouvez entrer. Voulez vous que nous appelions quelqu’un pour…
- Non je vous remercie, j’aimerais visiter un peu la ville.
- Faites comme bon vous semble. Passez un bon séjour à Ba Sing Se Amaya-sama.

Je souris et abandonnai Tomoo aux mains des deux gardiens, après lui avoir souffler à l’oreille de me rejoindre ce soir même sur les collines environnantes. Je pénétrai donc dans la ville, déjà surprise de la foule qui circulait dans les rues pavées. Ça et là, des étalages de fruits, de légumes, là-bas d’objets en tout genre. Ici, des magasins d’armes, puis de vêtements, enfin des librairies...J’avais des milliers de choses à découvrir ici. Mais ma priorité pour le moment était d’acheter à manger : je mourrais de faim ! M’approchant d’un vendeur de fruits, j’achetai des produits inconnus de là ou je venais, aux couleurs parfois étonnantes, aux formes fantaisistes ou encore aux parfums captivant.
Je passai l’après midi à errer dans les rues, rentrant dans les boutiques de livres aux bibliothèques poussiéreuse, ou les commerces d’armes fascinantes. Il y avait de tout. Des haches, gourdins, katana, dagues, shurikens, en passant par cordes, nunchaku, et même parfois bagues hérissées de piques tranchantes. Mais ce qui m’intriguai le plus furent les bâtons de bois vers le fond, de différents formes et différentes couleurs. L’un m’attira plus que les autres : d’environ 1m de longueur, d’un bois foncé, orné de symboles noirs tout le long, au manche légèrement recourbé. Il était parfait. Je m’en emparai, le pesant, le retournant dans mes mains. J’avais l’impression qu’il était taillé pour moi. Lorsque je ressortis du magasin, mon bâton était accroché dans le dos et un sourire ravis plaqué sur mon visage.
La fin de journée arriva vite et j’achetai de nouveau à manger avant de quitter la cité en me téléportant sur une colline toute proche. Le soleil couchant provoqua immédiatement en moi un bien être apaisant qui me fit soupirer d’aise. Tomoo me rejoignit quelques minutes plus tard. Lui n’avait pas l’air de s’être autant amusé que moi, et était heureux de me retrouver. Je lui caressai tendrement la tête et me pelotonnai contre son poil chaud et doux. Mon regard dériva vers la cité avant que mes paupières closes ne me cachent la vue.
La journée de demain allait être riche en découvertes.
Revenir en haut Aller en bas
Asaki
*
*
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 46
Date d'inscription : 20/04/2009

RPG


MessageSujet: Re: Rencontre à Ba Sing Se [Amaya + Asaki] Dim 26 Avr 2009 - 21:25

Une fois de plus mes parents avaient décidément bien choisi mon nom. Asaki : le matinal.
J'étais donc réveillé dès l'aube alors que le soleil n'était pas encore levé.
Aujourd'hui je n'avais d'entrainement particulier avec le maitre Jerome. Je profita donc pour essayer de me rendormir. En vain. Une fois de plus, les insomnies incessantes continuaient.
Au bout d'une heure et demi, profitant d'être levé j'allais directement dans la cuisine pour me préparer...
Une personne qui passa devant la fenêtre me fit sursauter. Il eut l'ai tout aussi surpris que moi. Je vis son regard se poser sur mon pyjama. HORREUR !
Un sourire passa sur son visage. Mais pourquoi avais-je décider de porter ce pyjama à fleur ridicule ! Pourquoi ? Pourquoi ??
D'un regard il comprit ma détresse et fit, d'un signe de la main un geste qui me fit comprendre qu'il garderait le silence.
Mon regard s'apaisa alors et je put donc regarder ce vieil homme s'en aller d'un pas nonchalant.
Après le petit déjeuner, je décida d'aller me laver et m'habiller. J'enfila mon pantalon d'un geste mécanique et lent. Puis ma chemise et enfin le manteau. J'avança et décida de sortir me promener, voulant profiter de cette belle journée. Le soleil était haut déjà. Je me demanda alors combien de temps ai-je pu passer dans la salle de bain à me laver ?
Je fis quelques pas puis me ravisa, ayant oublié mes dagues. Je retourna sur mon chemin, tourna la poignée et rentra. La pièce était de taille moyenne. Au milieu se trouvait une table en bois simple sans aucun motifs.
A droite, une armoire. J'y trouvai tout les ustensiles dont j'avais besoin, comme des fourchettes, des couteaux, des cuillère... Tout ce qui servait à manger quoi !
Mes dagues étaient accrochés là sur un pan de mur à côté de l'escalier qui menait à la chambre et à la salle de bain. Elles étaient vraiment belles. Les pommeaux était ornés de vert émeraude, rappelant les couleurs de la terre. La lame était faite d'un alliage de glace et de fer, et avaient été forgé il y a des lunes par des maitres forgerons des tribus du feu et de l'eau.
Je les décrocha et les accrocha à mes côtés, puis je regagnai la porte d'entrée.

Le soleil tapait sur mon visage et ma nuque depuis un moment. Je m'étais assis pour me reposer de ma longue marche à travers les gigantesques rues de Ba-Sing-Se. Devant moi s'étendait le marché. Les différentes odeurs des épices, de cuir et de fruits venaient me chatouiller le nez comme pour me dire "viens nous manger !"
Mon envie de les manger passa lorsque devant moi passa quelques enfants avec un énorme bison volant. Certainement qu'un maitre de l'air venait faire une halte à la ville afin de parler avec le chef de la nation.
Le soleil tapait toujours sur mes membres....
Ouvrant les yeux je me rendit compte qu'il faisait sombre. Je m'était assoupi et réussi à m'endormir sans problèmes. J'était assez content mais me dit que certainement ce soir j'aurais du mal à me rendormir.
Je m'en alla donc pour ma maison. Je tourna la poignée et monta directement dans ma chambre.
Je n'eus même pas le courage d'enlever mes vêtements et m'endormi comme une masse toujours habillé sur mon lit moelleux faisant de doux rêves sur ce qu'il pourra lui arriver demain...
Revenir en haut Aller en bas
Amaya
****
****
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 1184
Date d'inscription : 15/08/2008

RPG


MessageSujet: Re: Rencontre à Ba Sing Se [Amaya + Asaki] Mar 28 Avr 2009 - 15:25

Le lendemain matin, j'ouvris les yeux sur un ciel dépourvu du moindre nuage, d'un bleu presque turquoise. Au vu de la chaleur, il devait être presque midi. Je me redressai avec difficulté, le corps ankylosé d'avoir dormi par terre. J'étais néanmoins habituée, et j'attaquai sans plus attendre quelques étirements suivit d'une sorte de danse dominée par les jeux de jambes, de bras, les expirations, les inspirations. Les yeux clos. Lorsque je les rouvris, je me sentais reposée, mon corps détendu. Tomoo était parti, surement parti faire un tour à survoler la cité. Ou peut-être était-il en train de jouer avec les enfants...Après tout, il était encore jeune.
Je pris la route de la ville d'un pas léger. Le soleil tapait derrière mon dos, me brûlait la peau. Une soif terrible me piquait la gorge et je me dépêchait d'entre dans la ville. Les soldats qui gardaient l'entrée parurent surpris de me voir arriver du dehors, mais s'inclinèrent. Je leur répondis de même avant de me jeter sur la première boutique en vue. J'y achetai un jus de fruits rafraichissant à souhait, qui me fit un bien fou. Qu'allais-je faire aujourd'hui? Visiter Ba Sing Se toute entière me prendrait un temps fou. Ce qu'il me fallait, c'était un guide.
Je me mis donc en quête de quelqu'un qui saurait me guider dans cette gigantesque cité. Je parcourus durant des heures les rues pavées, toujours bondées. Le soleil cuisant me fatigua très vite et je dus acheter plusieurs fois de quoi me désaltérer.
En fin d'après midi, épuisée, les jambes endolories d'avoir piétiner durant des heures et des heures, je me laissai tomber sur un banc, un peu à l'écart du brouhaha du centre ville et des cris joyeux des enfants. Je ne me rendis pas compte que je me trouvais près du Dojo de la roche, là où les apprentis maitre de la Terre travaillaient afin de maitriser leur élément. Je me levai, intriguée, et me mis en marche vers le dojo.
Des cris résonnèrent à l'arrière du dojo. Je m'y rendais en accélérant le pas et grimpai d'un bond sur le toit du Dojo. Je découvris un vaste terrain d'entrainement où plusieurs colonnes de pierres surmontées d'une cible s'étalaient sur plusieurs mètres. Devant, un Maitre de la Terre que je reconnus immédiatement, Jerome, Le chef du Royaume de la Terre, accompagné d'un jeune homme du même âge que moi environ, qui s'entrainait. Ses pieds raclaient le sol et des poings fendaient l'air d'un mouvement sec, précis. Un bloc fonça sur la première cible, un deuxième sur l'autre et ainsi de suite. Il n'en loupa aucune. J'admirais la danse qu'il effectuait, me rappelant celle que j'avais fait le matin même. Ses cheveux, noués en queue de cheval, tournoyaient à chacun de ses mouvements. Son corps se contractait au moindre déplacement, puis se détendit. Sa poitrine se soulevait avec effort, il était épuisé.

- Bravo Asaki. Tu as réussi à toutes les avoir. Tu mérites de te reposer. On se revoit à notre prochain séance.

Jerome s'inclina, l'élève lui répondit, puis s'effaça. Le jeune homme resta seul au centre du terrain, puis se remit en position de combat. Je me penchai en avant, comme pour mieux voir. Le dénommé Asaki recommença sa danse et les rochers volèrent avec la toujours même précision et passèrent à l'endroit exact où se trouvait les cibles quelques minutes plus tôt. Il recommença ainsi plusieurs fois, jusqu'à tomber de fatigue, s'adossant à l'un des pilliers. C'était le moment ou jamais...Je bondis de l'endroit où je me trouvais, atteris avec souplesse sur le sol, ma ceinture flottant derrière moi. Asaki leva la tête, et m'observa, surpris.

- Salut, dis-je en levant le main. Je m'appelle Amaya, et je viens d'arriver à Ba Sing Se. J'ai besoin de quelqu'un pour me guider, est-ce que ça te dirais de m'accompagner?

Sa surprise s'accentua davantage, devant de l'incompréhension.

- Euh...je comprends pas trop. T'es qui au juste? Tu n'es pas une maitre de la Terre je me trompe?

- Je suis une nomade de l'Air. Je suis venue ici en tant que...voyageuse.
- Alors c'est toi la fille au bison !! s'exclama t'il. Content de te connaitre, moi c'est Asaki.

Je souris. Inutile de lui préciser quel était mon grade, cela n'avait aucun interet.

- Quant à ta proposition, c'est d'accord
, acquiesça t'il.
Revenir en haut Aller en bas
Asaki
*
*
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 46
Date d'inscription : 20/04/2009

RPG


MessageSujet: Re: Rencontre à Ba Sing Se [Amaya + Asaki] Mar 28 Avr 2009 - 16:20

- Bon on est d'accord ! J'accepte de te faire visiter la ville mais d'abord, laisse moi me rafraichir, cet entrainement m'a épuisé !

- Aucune problème dit-elle en souriant.

- Et puis... Laisses moi aller me laver aussi, je suis tout plein de sueur, je ne vais pas me présenter à toi en te faisant visiter la ville en sentant la sueur. D'autant plus que le soleil ne fera qu'accentuer les odeurs. Attends moi ici quelques minutes.

Amaya acquiesça et attendit sur un banc de pierre.

Le dojo était plus imposant de l'intérieur qu'il ne l'était de l'extérieur. Les colonnes de pierres qu'Asaki venait d'utiliser était rouées de coups et d'éraflures. Il n'avait pas lésiné sur la puissance d'attaque.

Je revint quelques minutes plus tard, les cheveux trempés et un peu ébouriffés. Je m'empressa de les coiffer correctement. En avançant, je contemplai à nouveau cette visiteuse. Elle regardai paisiblement le dojo comme si tout l'impressionnait. Ses habits jaune ne trahissaient pas sa nation. On eut dit un soleil. Celui-ci entra justement à ce moment et éclaira son visage. Sa peau bronzée était sublime. Ses cheveux lisses et noirs ondulaient par le léger vent qui s'engouffrait en même temps que le soleil. Une fleur de cerisier accompagna le vent et se posa dans la main de cette fille.

- Me revoilà ! Dis-je en avançant vers elle.

- Ah très bien

Je m'approcha d'elle. Malgré son jeune âge, elle portait sur elle la marque de quelqu'un qui avait de l'expérience. Celle de la solitude...
Tout comme moi je me dit qu'elle avait certainement vécu seule pendant un moment. Celle du combat également. Elle devait certainement être très douée en combat, mais je m'abstins de lui demander son grade.

- Bon... J'suis pas très doué pour ce genre de choses donc euuuh... Baaaah... Voilà le dojo, comme tu as pu le constater. Un sourire bête marqua mon visage.

Amaya s'amusait à le laisser la tutoyer. Pui elle sembla s'intéresse à quelque chose sur son visage.

- Ta cicatrice sur ton visage... Tu te l'es faites comment ?

Le brusque changement de sujet mit fin à mon sourire et me fit prendre un air grave.

- Lorsque mes parents sont mort... commençais-je, j'ai dû vivre seul pendant près de deux ans avant de trouver ma voie à Ba-Sing-Se. Les premiers jours, j'ai eu beaucoup de mal à survivre. Un jour que je chassais pour pouvoir nourrir mon ventre qui criait famine, je n'ai pas entendu cet ours qui m'a brusquement surpris. Sa patte acérée me trancha la moitié du visage.
Je pris la fuite, courant à travers la forêt, ensanglanté. Je ne regardais plus où j'allais, tout ce qui comptait était de ne pas mourir pour pouvoir venger la mort de mes parents.
Dans ma course, le hasard voulu que je rencontre une maison en bois où vivait une vieille dame. Elle accepta de m'héberger et de me soigner.
Je restât chez elle pendant 2 jours... Puis elle aussi fut emporté par le souffle de la mort.
Accablé de malchance, je survis jusqu'à aujourd'hui sans aucun autre but que de me venger.
Cette cicatrice marque finalement une sorte de rappel à mon devoir. Car si ces personnes n'avaient pas détruit mon village, je n'aurais jamais eut cette cicatrice...


Tout en marchant, Amaya m'écoutait et approuvait. Nous étions sortis du dojo et nous dirigions vers le marché.

- Bon... Pour changer de sujet, Je pense que je n'ai pas besoin de te présenter le marché ?

- Hein ? Pourquoi dis-tu cela ?

- Et bien... Le bâton, dans ton dos... Il m'indique que tu es déjà venue ici. Hier certainement.

- Comment sais-tu ça ?

- En tant que maitre de la terre, je me dois de parler aux bâtons.....

*un blanc*

- Mais non j'rigole hahaha ! Ce genre de bâton n'est fabriqué qu'ici à Ba-Sing-Se... Il porte d'ailleurs une marque. Tiens regarde !

Je décrocha le bâton et lui montra une marque qui ressemblait à une vague.

- Tiens ? dis-je... Cette vague ressemble à celle de mon manteau. Et il n'y a que des gens de mon village qui façonnait des objets sous le symbole de la vague. On appelle d'ailleurs cette vague "Kusai". C'est bizarre...
Revenir en haut Aller en bas
Amaya
****
****
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 1184
Date d'inscription : 15/08/2008

RPG


MessageSujet: Re: Rencontre à Ba Sing Se [Amaya + Asaki] Mer 29 Avr 2009 - 13:01

Je fronçai les sourcils.

- Tu dis que ce symbole est celui de ton clan?
- Oui...Mais mon clan a été décimé il y a plusieurs années...
- Alors il y a deux solutions : soit tu n'étais pas le seul survivant, soit un imposteur vole les pratiques de ton clan.

La colère traversa les yeux d'Asaki, comme un gaz mortel.

- Il n'y avait pas de survivants ! riposta t'il. J'étais le seul !!

Il me rendit mon bâton et marcha d'un pas rapide vers la cité.

- Ou est-ce que tu vas?
- Chercher ce traitre.
- Et que comptes tu faire?

Il ne répondit pas, et accéléra le pas. Je le rejoignis en courant et me plaçai devant lui.

- Comment vas-tu t'y prendre?
- J'en sais rien ! La vengeance ne se prépare pas ! Je trouverais bien un moyen de l'attraper. Laisse-moi passer...

Je sentais la colère dans sa voix. Je ne pouvais pas le laisser partir comme ça...

- Alors laisse-moi venir avec toi. Je t'aiderai.

Il me regarda un instant puis me dépassa.

- Fais comme tu veux. Mais je ne pense pas que ce genre soit pour une fille de l'Air...

Je fronçai les sourcils et m'emparai de son bras, l'obligeant à me regarder.

- J'ai moi aussi perdu mes parents, et ceux de mon clan. Ils ont tous été décimés par des soldats du feu. Tu ne sais pas ce que j'ai vécu depuis toutes ces années. Je te le redis une fois : Je viens avec toi.

Il me regardait avec étonnement. Son regard avait radicalement changé depuis la minute où nous nous étions rencontrés. Il ne me regardait plus de la même façon, maintenant que je lui avait révélé une minuscule parcelle de ma vie. Je lui lâchai le bras.

- C'est d'accord, dit-il en baissant la voix. Allons préparer nos affaires.
- Tu ne crois pas qu'il faut d'abord faire une enquête? Une fois que tu auras ton sac sur les épaules et que nous serons sur mon bison, tu crois qu'on peut repérer d'un seul coup d'œil celui que l'on cherche?

Il ferma les yeux, comme pour retenir le flot de paroles qui menaçaient de franchir la barrière de ses lèvres.

- Bon, alors on va se séparer. Retourne là où tu as acheté ce bâton et renseigne toi. Moi...j'ai quelques petites choses à faire. On se rejoint ce soir ici même.

J'hochai la tête et me mis tout de suite en route, disparaissant rapidement de la vue d'Asaki. Je sentis son regard rivé sur moi, avant que lui aussi ne se mette en route, en direction du Dojo.
Je courrai dans les rues de Ba Sing Se, évitant les gens qui se dressaient sur mon passage. Il ne gardait de moi qu'un effleurement sur leur joue et un voile de soie noire qui semblait comme flotter. Mon Chi s'éparpillait dans les rues, à la recherche de ce magasin. Le vent me communiquait tout ce dont je voulais savoir. J'arrivai bientôt devant la boutique, calme. J'entrai et me dirigeai aussitôt vers le comptoir. Le vendeur, un homme pas loin de mesurer deux mètres, au corps musclé, me souris.

- Encore toi demoiselle. Que puis-je faire pour toi?
- J'ai besoin d'un renseignement.

Je posai lentement mon bâton sur le comptoir, et le vendeur posa à peine le regard dessus.

- Oui?

- J'aurais besoin de savoir qui vous a vendu ce bâton.
- Ma p'tite dame, j'ai des milliers de gens qui me vendent leur babiole, je me rappelle pas leur tête !
- Je suis sure que celui-ci, vous vous souvenez.

Il se raidit à vue d'oeil et avala sa salive. Sa grande carrure parut soudain bien pauvre.

- Alors?
- Je vois du tout de quoi vous parlez. D'ailleurs, vous êtes qui pour poser ces questions? Vous êtes même pas d'ici.

Je souris, d'un sourire totalement dénué d'humour. Sa bouche se tordit en une grimace angoissée.

- Cela n'a aucune importance, dis-je en approchant mon visage du sien. Je sais juste que vous êtes impliqué dans cette histoire, et que j'arriverais d'une façon ou d'une autre à coincé ceux qui fabriquent ces objets volés. Tous. Et je vous conseillerai de m'avouer tout de suite d'où vous vient ce bâton.
- Ok ok ! Il...C'est un homme, il est pas d'ici, pour pouvez pas...
- Ou est-il ?
- J'en sais rien, lui et sa troupe bougent tout le temps.
- Ils sont donc plusieurs?
- Oui, une véritable assemblée !
- Qui sont-ils?
- J'en sais rien moi ! Je suis pas avec eux, j'achète seulement leur marchandise ! A ce que j'ai compris, ils sont un peu tout.
- Explique-toi.
- Celui qui m'a vendu ce bâton est un maitre de la Terre, mais aussi un maitre d'Armes très doué. Il sait manier toute sorte de matériel de combat. Mais il y a aussi des maitres du feu, et des sortes de guerriers.
- Es-tu sur de ne pas savoir où ils se trouvent en ce moment?
- Ils bougent sans arrêt. Mais si je vous révèle quelque chose, vous me dénoncerez pas hein?

Un silence.

- Bon...Ils devraient normalement arriver demain soir, pour me vendre leurs marchandises.
- Tu t'en tires pas trop mal, dis-je avec le même sourire féroce.

Je replaçai le bâton dans mon dos et fis demi-tour sans un mot. Le soleil commençait déjà à se coucher. Je me téléportai immédiatement au terrain d'entrainement. Asaki n'était pas encore là, je m'assis donc dans un coin à l'ombre d'un arbre.
Il arriva une dizaine de minutes plus tard, le visage grave et fermé. Nous avions pleins de choses à nous dire...
Revenir en haut Aller en bas
Asaki
*
*
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 46
Date d'inscription : 20/04/2009

RPG


MessageSujet: Re: Rencontre à Ba Sing Se [Amaya + Asaki] Jeu 30 Avr 2009 - 14:47

- Bon.... Tu as eu des infos ?

- Oui... Je suis gentiment allé demander au vendeur des renseignements, et il me les a donnés.
Alors premièrement, calme toi et écoute.
Ils sont plusieurs à avoir fait le coup. Ils sont une association de brigands, ils sont composés de maitres du feu, de quelques guerriers et du chef : un maitre d'arme et maitre de la terre très doué.


- Moi de mon côté je suis allé en parler au seigneur Jerome et je lui ai demandé si avait entendu parler d'un brigand célèbre pour avoir détruit des villages.
Il ne savait pas trop. Il est donc partit aux archives pour chercher des renseignements. Mais il ma dit de me calmer et de rentrer chez moi.


Avec l'effet que le soleil avait, Amaya paraissait encore plus belle qu'elle ne l'était déjà au dojo.
Mais l'heure n'était pas de penser à ça.

L'heure était de se venger !

- Tu as pu avoir d'autres renseignements ?

- Oui ! Ils reviennent ici demain pour revendre les marchandises qu'ils ont volées certainement de la même manière que les bâtons de ton village.

- Quoi ? Demain ???.... Ils ne verront pas le soleil de demain soir se coucher ! C'est moi qui te le dit !

Je jeta un regard furieux autour de moi comme si quelqu'un nous écoutait.

- Asaki ! Calme toi ! Demain nous leur tendrons un piège dont ils ne s'en sortiront pas ! En attendant, allons nous reposer et nous calmer. Ces évènements m'ont donné soif... Pas toi ?


- Non.... Enfin ... Si ! Soif de sang !

- ...
Revenir en haut Aller en bas
Amaya
****
****
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 1184
Date d'inscription : 15/08/2008

RPG


MessageSujet: Re: Rencontre à Ba Sing Se [Amaya + Asaki] Jeu 30 Avr 2009 - 20:39

Aucun de nous deux n'avait eu l'envie de manger, boire ou se reposer. Il n'étais pas question que je laisse Asaki seul dans un moment pareil. La rage était bien trop dangereuse, comme un poison mortel qui grignotait son âme. J'avais connu cela, je savais ce que c'était...Et je comptais le résonner. S'il faisait un mauvais choix, il se détruirait.
Postés sur le toit d'une maison en face de la boutique, nous attendions depuis plus d'une heure les imposteurs. La nuit était tombé, plus sombre que jamais. Les étoiles brillaient d'un éclat fragile, comme si le voile noir du ciel pouvait les éteindre d'une minute à l'autre. Asaki, à plat ventre, n'avait pas dit un seul mot, le regard rivé sur la boutique. Dans ses yeux brillaient une lueur étrange, mélange entre souvenirs déchirants et haine intense. Je me redressai moi aussi sur le ventre, lui jetant un coup d'œil furtif.

- Asaki, il faut que tu me dises ce que tu penses.

Il ne répondit pas. Mon regard se tourna loin devant moi, vague.

- Que comptes-tu faire lorsque tu les verras, les massacrer tous?
- Tu crois que j'ai le choix?

Ses yeux brillaient de colère.

- Tu me conseilles vraiment de les laisser en vie? Si tu es venue jusqu'ici pour me faire la morale d'un sage, tu peux rentrer chez toi !
- Je veux seulement que tu fasses un choix. Peu importe si celui-ci est de les tuer ou de les faire emprisonner. N'agis pas sur le coup de la colère Asaki, tu...
- Qui es-tu pour me dicter ce que je dois faire? Ces ordures ne méritent que la mort !
- Tu te détruirais, continuai-je en plongeant mon regard dans le sien. La colère est un sentiment dangereux, si tu ne t'en aperçois pas à temps...
- Qu'est-ce que tu crois, que je ne connais pas la colère? Depuis des années, je n'attends que ça, pouvoir retrouver ces pourritures. La colère m'a amené jusqu'ici, je ne vois pas pourquoi je devrais m'en séparer.

Je plissai les yeux. Il fallait qu'il comprenne...

- Retiens ce que je t'ai dit. J'espère que tu comprendras le moment voulu...

Ma voix se perdit dans la nuit, balayée par le souffle du vent. Il détourna la tête, serra les poings contre les tuiles. Ses jointures blanchirent rapidement.
Soudain, des silhouettes se dessinèrent au bout de la rue. Trois hommes. Le premier était sans aucun doute le chef, les deux autres, derrière lui, étaient là pour le protéger. Des pros, j'en était persuadée. Si nous faisions le moindre bruit, nous serions repérés. Pendant qu'il en était temps, je murmurai à l'adresse d'Asaki :

- Si tu ouvres la bouche, on est mort.

Il fronça les sourcils, sans répondre. Ses yeux suivaient les trois hommes comme un prédateur observe sa proie...avant de bondir. Il ne bougea cependant pas, son corps était aussi raide qu'une statue. Je reportai mon attention sur nos ennemis. Lorsqu'ils arrivèrent sous la lumière des lampadaires, je pus correctement les observer. Le chef dépassait d'une tête ses deux acolytes, déjà grand. Il devait être aussi robuste et musclé que le vendeur de la boutique. Il était vêtu tout de cuir noir, hormis sa cape d'un rouge foncé. Ses mains étaient dissimulés sous celle-ci, surement refermées sur une arme quelconque. Les deux autres hommes étaient eux aussi habillés de cuir, d'un brun sombre, le visage dissimulés sous une longue cape noire. Je fus à vrai dire plus inquiète sur eux que sur leur supérieur. Leur démarche était sure, agile, souple même, leurs pieds ancrés dans le sol mais prêt à bondir au moindre mouvement. Leur corps, même dissimulés sous les vêtements, semblaient sculptés tels des guerriers Eleï : fins, musclés, presque félins. Mon coeur battit la chamade. Se pouvait-ils que ces hommes soient des soldats Eleï? Si c'était le cas, tout se compliquait...
Le chef entra dans la boutique, les deux autres restèrent dehors. Asaki les fixait, impassible. Seules ses mains crispées dévoilaient ses émotions. Je fermai les yeux. Il me fallait me concentrer. Mon Chi s'éparpilla aux alentours, infime. J'avais, au cours des années, appris à cacher mon Chi au regard des autres. C'est ainsi que je pus passer inaperçue et pus écouter ce qui se disait dans la boutique.

- ...belle arme. Elle me rapportera des fortunes, dit une voix que j'identifiai sur le champ : celle du vendeur.
- Dis moi Yoji, tu me parais bien angoissé ce soir.

Le chef. Sa voix était calme, doucereuse, froide. Le dénommé Yoji rit.

- C'est surement par les temps qui courent. J'ai parfois l'impression qu'on rôde autour de la maison.
- Je vois...Puis-je faire un petit tour, voir ce que tu aurais à me vendre?
- Je vous en prie, faites comme chez vous.

Le pas lourd du maitre résonna, parcourut la pièce, puis s'arrêta.

- Yoji?
- Oui monsieur?
- Ou est le bâton Kusai?
- Oh...euh...il a été acheté, hier.
- Ah oui? Qui donc?
- Une femme, elle était pas d'ici. Une nomade à en croire ses vêtements et sa démarche.
- Une nomade? A Ba SIng Se? C'est intéressant.

Les pas résonnèrent de nouveau. Cette fois-ci, la voix se fit encore plus mielleuse.

- Dis moi Yoji, tu n'aurais tout de même révélé notre secret n'est-ce pas?
- Quoi?...Mais...No...Non! Non! Bien sur que non Monsieur.
- J'ai eu peur. Finalement, je vais garder ce katana.
- Po...pourquoi donc Monsieur? Je vous aurai offert une be...
- Tais-toi!! Tu n'en auras de toute façon plus besoin à présent.

Les pas se rapprochèrent de la sortie, vifs. Le chef reparut sur le seuil, et fit un geste de la main à ses partenaires. Les deux guerrières acquiescèrent et pénétrèrent dans la boutique. Je rouvris les yeux, effrayée. Asaki tourna sa tête vers moi.
Un cri étouffé retentit, suivit d'un bruit sourd, comme un corps tombant par terre. Les guerriers sortirent de la boutiques et les trois hommes s'éloignèrent. Asaki fronça les sourcils, serra les dents. Son corps fit un mouvement et je posai ma main sur son épaule, faisant "non" de la tête. Mon visage dut l'alerter, car il ne bougea pas. Après être sure qu'ils étaient assez loin pour ne pas nous entendre, nous bondîmes en avant, entrant dans la boutique, terrorisés par ce que nous allions voir. Yoji, la bouche ouverte, était allongé sur le sol, aussi mou qu'un bout de chiffon. Deux aiguilles étaient plantées dans sa gorge, et dans sa poitrine, sans qu'aucun sang ne soit versé. Je me jetai sur lui et lui prit le pouls : il était mort. Je me reculai, et m'adossai d'un air las contre la porte, les yeux clos, la main sur le front.

- Que se passe t'il? dit Asaki, tendu. Tu connais ces hommes ?
- Oui, murmurai-je. Ce sont des guerriers Eleï, surement des traitres.
- Qui sont-ils?
- De redoutables adversaires. Jamais je n'aurais imaginé que cette affaire prendrait une ampleur aussi considérable. S'ils ont changés de bord, ce sont de parfaits meurtriers.

Ses poings se serrèrent et il se mit à courir dehors. Je le suivis et le retins par le bras.

- Si tu les suis maintenant, tu es mort.
- Je ne peux pas rester ici les bras croisés, je ne peux pas !! hurla t'il.
- J'ai une solution ! Mais promets moi de te calmer et de m'écouter !

Haletant et il dégagea et plaqua ses bras sur son crâne. Je le suivis du regard.

- Vas y, lâcha t'il d'une voix sourde.
- Je peux les suivre à distance. Si j'arrive à suivre leur trace, ils me conduiront jusqu'à leur repère. Alors, je nous téléporterai la-bas.
- Téléporter? dit-il en faisant volte face. Tu peux...te téléporter?
- Oui.
- Mais qui...
- Ça n'a aucune importance. Je t'ai fait la promesse de t'aider, et je ne partirais pas tant que tout sera réglé. Fais moi confiance.

Il mit un temps avant d'accepter. Je m'approchai de lui et lui saisit la main. Nous nous métamorphosèrent sur la colline, en dehors de la ville. Asaki regarda autour de lui, sans comprendre.

- J'ai besoin d'un endroit éloigné de la ville, où l'Air est intense. C'est le meilleur que j'ai pu trouvé.

Aussitôt, je m'installai en tailleur en posai les mains sur mes genoux, paumes vers le ciel. Il me fallait en quelque sorte me séparer de mon corps, me détacher de ce qui me retenait ici pour m'éloigner vers l'extérieur. Je trouvai aussitôt ceux que je cherchais, et les suivis.

Plusieurs heures plus tard, je repris conscience, haletante. C'était un exercice extrêmement difficile. L'aube pointait le bout de son nez, repoussant la noirceur de la nuit pour étaler une clarté bleuâtre, apaisante.
Je me relevai avec douceur, avant de m'effondrer dans les bras d'Asaki, qui parvint à me rattraper de justesse.

- Qu'est-ce qui se passe?

- J'ai...utilisé beaucoup..de Chi.
- Mais qu'est-ce que tu as fait?

Je ne répondis pas et m'assis sur le sol. Je sortis un petit sifflet de ma sacoche et soufflai dedans. Un son étrange, mélodieux, résonna dans l'air. Peu de temps après, un rugissement se fit entendre et Tomoo se posa à nos côtés.

- Il y a des provisions et de l'eau sur sa selle. Nous ne sommes pas pressés, et je ne peux de toute façon rien faire dans mon état. Reposons-nous.

Nous mangeâmes en silence. Son regard était sans cesse posé sur moi, comme s'il cherchait à lire en moi, à découvrir qui j'étais vraiment. Il me laissa dormir une bonne partie de la journée, avant que je ne me réveille. J'avais repris mes forces. Nos regards se croisèrent. Nous n'avions pas besoin de mots. Nous perdrons peut-être la vie là-ou nous allions. Et pourtant...je lui saisis de nouveau la main et nous téléporta au repère de nos ennemis.
Revenir en haut Aller en bas
Asaki
*
*
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 46
Date d'inscription : 20/04/2009

RPG


MessageSujet: Re: Rencontre à Ba Sing Se [Amaya + Asaki] Jeu 30 Avr 2009 - 21:22

Amaya me cachait quelque chose, mais je ne savais pas quoi... Peu m'importais. J'étais furieux envers tout le monde. Contre ces gens. Contre cet homme, contre ses gardes du corps, contre le petit oiseau qui chantait en ce matin. Contre Amaya, de m'avoir interdit de foncer dans l'action et qui avait dormi presque toute la journée.
C'était ce genre de moment où il ne fallait pas m'adresser la parole.
Je repensais aux moments de la nuit dernière...
Finalement, je crois que je ne remercierai jamais assez Amaya de m'avoir empêché d'avoir foncé la tête la première dans ces 3 hommes, qui, m'auraient sans aucun doute tranché la tête, ou tué de la même façon que le vendeur.
Nous les épiions depuis ce matin déjà... Les guerriers Eleï n'avait pas donné de nouvelles.
Afin d'éviter de nous trahir, Amaya nous avait entourés d'une légère boule d'air pour qu'on ne puisse pas nous sentir.
Nous étions postés au sommet de la grotte où ils avaient décidé bon de se reposer et d'entreposer leurs flots d'armes volées.
Ils étaient en bas, dormant paisiblement, ne sachant pas ce qui allait leur arriver. Le chef était au milieu de tous. On aurait dit que les autres gravitaient autour de lui. C'est à ce moment là que je le reconnus !

Zenji !

Le forgeron du village ! Lui qui était si gentil avec moi. A chaque fois que je passais le voir je lui demandais s'il je pouvais essayer. Il me répondait toujours :
" Asaki, un maitre de la terre ne forge pas des épées, il combat contre ses ennemis ! Il se bat pour sauver ceux qu'il aime et contre ceux qu'il déteste. Tu es de cette trempe là Asaki."
Un jour, je lui avait répondu naïvement :
" Un jour je me battrais contre toi ! Parce que tu veux pas me laisser essayer !"
Il rigola par grandes saccade et me répondit :
" Qui sait ? Peut-être un jour ?" son sourire était éclatant ! Et il rigolait par grande bouffées d'air ! Derrière lui, Yemon son apprenti, rigolait de son rire pitoyable et faible.
Je me rappelais maintenant qu'en effet, Zenji avait souvent fait part de ses voyages... Et que souvent il était absent à la forge.
C'est à se moment même que je vis, à ses côtés, Yemon, son assistant. Lui aussi était dans le coup !


- Attaquons les maintenant ! chuchotais-je à Amaya

Elle mis son doigt devant sa bouche pour me faire signe de me taire, et, avec l'autre main, me montra un des gardes Eleï, puis le second, qui étaient embusqués dans les buissons... Décidément, elle avait l'œil !
Je m'abstins donc de trahir notre présence en fonçant la tête la première dans cette grotte. Un seul pas près de leur chef et ma tête se retrouvait aux côtés de mes pieds sans que mon corps ne bouge...

- Bon, nous allons faire un plan. dis-je en croisant le regard d'Amaya.

- Très bonne idée.

- Puisque tu sais à peu près se qu'il en coute de se battre contre ces guerriers Eleï, c'est donc toi qui t'en occuperas... Moi je m'occupe de leur chef.

- Il est très fort ! Fais attention à toi !

- Tant que la rage est en moi, il ne pourra rien m'arriver.

Je lui chuchota le plan... Pendant ce temps, le soleil se levait lentement... Une magnifique lumière jaune-orangée accentuait les détails de la grotte. Au fond, la cargaison volée de ces bandits nous dévoila un étalage d'armes et d'objets en tout genre.

Une fois le plan en tête nous décidâmes de passer à l'action. Je cria donc :

- ZENJI ! C'EST PLUS L'HEURE DE DORMIR !
Revenir en haut Aller en bas
Amaya
****
****
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 1184
Date d'inscription : 15/08/2008

RPG


MessageSujet: Re: Rencontre à Ba Sing Se [Amaya + Asaki] Sam 20 Juin 2009 - 14:02

Nous sortîmes du buisson derrière lequel nous nous cachions en parfaite synchronisation, comme si nos deux coeurs, nos deux âmes étaient liés par le même désir de vengeance, de justice.
Asaki vira sur la droite, et fonça vers Zenji. Son disciple, Yemon, s'interposa immédiatement et fit un mouvement sec du pied, levant les mains. Un rocher sortit de la terre...qu'Asaki esquiva. Ou plutôt s'en aida pour aller encore plus loin, grimpant à son sommet avec force, se projetant en avant. J'écarquillai les yeux...ce n'était pourtant qu'un élève ! Aucune émotion ne traversa le visage de Yemon, qui fit de nouveaux gestes de ses membres. Cette fois-ci, un roc de plusieurs mètres se décrocha devant lui, qu'il envoya sans plus attendre dans la direction d'Asaki.
J'étais beaucoup trop loin pour le détruire par mes lames. Il fallait que je fasse quelque chose!
Asaki s'arrêta, le regard flamboyant d'une rage intense.
Je me téléportai devant lui au moment ou le roc l'atteignait. De mes mains imbibées de Chi, je le fendis en deux. La force de la Terre me fit reculer de plusieurs pas tandis que du sang coulait du bout de mes doigts. Asaki, le visage stupéfait, m'observa avec incrédulité, sans comprendre.

- Il est trop tard pour les questions, dis-je en me redressant.

Je saisis le bâton de mon dos, inspira longuement, le plaça devant moi, braquant un regard noir sur Yemon.

- Qu'est-ce que tu attends? criai-je à l'attention de mon compagnon.

Il me regarda un instant, puis hochai la tête, un air grave peint sur son visage. Puis il continua de courir vers Zenji. Yemon voulut faire de nouveaux gestes tandis que je me jetai sur lui grâce au Souffle. Nous tombâmes au sol avec lourdeur, roulâmes sur plusieurs mètres.
Zenji recula d'un pas. Sourit en voyant Asaki. S'enfuit à travers les arbres. La silhouettes de mon ami s'effaça petit à petit, jusqu'à disparaitre complètement.
J'étais à présent seule contre Yemon et les deux guerriers Eleï. Une douleur vivre traversa ma mâchoire lorsque Yemon m'éjecta au loin d'un puissant coup de pied. Je retombai sur le sol avec lourdeur avant de me relever à quatre pattes. Du sang coulait déjà au coin de mes lèvres, que j'essuyai d'un revers de manche. Yemon leva un bras, bougea deux doigts. Aussitôt, les guerriers encapuchonnés surgirent des buissons en un bond rapide et souple. Je ne vis pas leurs mains bouger, mais j'entendis le sifflement à peine perceptible des aiguilles qui fusaient vers moi. A l'instant où elles arrivaient sur moi, je m'éclipsai.
Mon corps se matérialisa au pied de Yemon, tandis que mon corps se mouvait avec agilité. Mes jambes fendirent l'air en une coupole parfaitement dessinée, heurtèrent les tibias du maitre de la Terre qui s'écroula sur le sol. Ses doigts s'enfoncèrent dans la Terre tandis qu'il faisait un équilibre pour se remettre droit, envoyant par la même occasion un bloc de terre qui j'évitai d'un saut.
Les guerriers Elei profitèrent de ce moment pour m'envoyer de nouveau leurs aiguilles. Encore en l'air, je tournai sur moi-même tandis qu'un bouclier d'air m'enveloppait soudain, renvoyant les armes à quelques mètres de là. Je me remis debout et fléchit les jambes, attendant de nouvelles attaques. Il me fallait encore attendre avant d'attaquer...Yemon se recula légèrement, pris la même posture que moi, me défiant du regard. Un mince sourire étirait ses lèvres fines, lui donnant un air insipide qui me dégouta.

- Tu te bat plutôt bien pour une fillette. J'aimerai savoir ce que tu es venue faire ici, avec ce bon à rien.

La colère bouillonnai en mon for-intérieur.

- Je suis venue le venger. Vous faire payer pour les vies que vous avez prises et que vous avez gâchées.
- Je suis effrayé! dit-il en éclatant d'un rire sec. Crois-tu vraiment qu'une Nomade et un apprenti Maitre de la Terre puisse nous empêcher d'accomplir nos plans?
- Ne le sous-estime pas.
- Ooh, je vois. Tu as pourtant l'air très inquiète pour lui, mais je te comprends tout à fait. IL n'a aucune chance de s'en sortir face à Zenji-sama. Personne ne peut le battre.

Je souris à mon tour, férocement.

- Je n'aime pas le ton que tu prend, dis-je à voix basse. J'ai trop l'impression que...tu doutes de nos capacités!

Yemon fut percuté par une force invisible qui le projeta à plusieurs mètres derrière, le souffle coupé. Les Guerriers Eleï coururent vers lui et subirent le même sort.
Chacun se relevèrent avec difficulté, le souffle coupé. Yemon plissa les yeux, se redressant en position assise.

- Qu'est-ce que c'était..., murmura-t-il, plus pour lui que pour moi.

Je souris.
Les Lames de Gardiennes.
Ce n'était pas ma technique secrète pour rien.

- J'ai d'abord cru que je ne parviendrais jamais à bout, déclarai-je à haute voix. Un Maitre de la Terre confirmé accompagné de deux guerriers Eleï. Mission impossible...pour des Maitres normaux. Seulement, je ne suis pas de ceux que vous considérez comme faibles. Je n'ai pas passé ma vie à progresser pour arriver face à vous et perdre. Voila pourquoi ce combat va s'arrêter ici, et maintenant.

Yemon écarquilla les yeux. Baissa la tête. Rit.
Un rire totalement dénué d'humour. A vous glacer le sang.
Je me raidis.

- Ça me plait d'avoir à affronter quelqu'un comme toi...C'est bien une des rares fois que ça m'arrive. La seule fois même. J'ai toujours été là pour servir, pour aider. En second rôle. Zenji-sama n'est pas là, je sais qu'il me pardonnera...
- De quoi est-ce que tu parles?!
- Oui...il me pardonnera...de ne pas t'avoir laissée vivante pour qu'il te tue de ses propres mains!!

Je ne vis que trop tard ses mains bouger.
Un bloc de pierre se referma sur moi, à peine assez grand pour que je puisse y tenir debout. Le noir m'enveloppa tout entier. L'Air se fit aspirer.
J'étais totalement aveugle.
Ce même rire glacial résonna de nouveau, très proche. J'étais aveugle à l'extérieur, et pourtant, je parvenais à entendre la voix de Yemon.

- Quel dommage, quel dommage!! J'aurais tellement aimé m'amuser plus longtemps avec toi! Mais...tu es trop dangereuse pour que puisse te laisser vivre plus longtemps. Dis Adieu ma belle.

Je fermail les yeux, plaquait mes mains contre la pierre, prête à repousser l'attaque. Rien ne vint.
Seul un infime sifflement. Quelque chose qui s'approchait...vite...très vite...Mortel.
Je poussai un cri de stupeur lorsque les aiguilles transperçaient la roche.

Des battements de coeur. Une respiration haletante.
Une perle de sueur qui roule sur mon front, vient se perdre dans ma nuque.
Du sang s'écoule sur le sol, goutte à goutte. Mon bras droit tombe mollement sur mes hanches, inerte. Ma jambe gauche est comme...engourdie. Mon pied mort. Je ne le sens plus.
Le mur d'Air s'évapore lentement, tandis que je reprend ma respiration. Tandis que je tente de calmer la peur qui me ronge, comme un venin mortel.
J'inspire longuement. Ouvre les yeux. Je plaque ma paume gauche sur la paroi de pierre et crie en relachant tout le Chi que je pus.
Elle explosa littéralement. Tomba en poussière.
Je vis l'expression terrifiée de Yemon, les guerriers Eleï reculer.
Je sentais la rage monstrueuse qui s'échappait de moi, presque palpable. J'avançai d'un pas, mon regard braqué sur le
maitre de la Terre. Puis me figeai, fermai les yeux, me courbai en baissant la tête.

Se concentrer. Ignorer la douleur.


- Qui...qui es-tu? balbutia Yemon, presque effrayé tout à coup.

Relâcher.


Autour de moi, le vent se mit à tourner. Les Lames de Gardienne m'entouraient comme une sorte de cocon, balayant tout sur leur passage.
Je rouvris les yeux. Aussitôt, les Lames foncèrent vers mes ennemis, les encerclant de la même façon que moi.
Je souris. Férocement.
Le premier à hurler fut un guerrier Eleï. Les aiguilles qu'il tenait dans les mains tombèrent sur le sol, accompagnées de son sang. Ses vêtements se déchiraient à plusieurs endroits, comme lacérés par des griffes invisibles. Des estafilades apparurent sur son visage que la capuche arraché laissa entrevoir. Un visage pâle et tatoué. Le deuxième guerrier Eleï subit le même sort, avant de s'effondrer sur le sol en même temps.

- Qu'est-ce que tu faiis! hurla Yemon, comme un dément.

Il fit plusieurs tentatives afin de percer le mur d'Air, en vain. Chaque bloc de Terre se décomposait au contact des Lames.

- Laisse moi te présenter ma technique. Je l'ai nommée...Les Griffes d'Hay Lin. Tu es fini.

Le cocon se rétracta. Yemon hurla.
Mes mâchoires se crispèrent en entendant ses hurlements. Ses plaintes. Son supplice.
Je ne pouvais pas...je criai à mon tour et tombai à genoux, posant les mains contre mes oreilles.
Les Lames de Gardienne se figèrent, laissant un Yemon sanglant tanguer dangereusement, avant de s'effondrer au sol.
Je restai quelques instants sur le sol, les yeux fermés, les mains sur les oreilles, tremblantes. Avais-je fait une erreur...?
Revenir en haut Aller en bas
Asaki
*
*
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 46
Date d'inscription : 20/04/2009

RPG


MessageSujet: Re: Rencontre à Ba Sing Se [Amaya + Asaki] Sam 20 Juin 2009 - 18:07

Je sortit du buisson tel un dément. Je fonça vers Zenji, pris au dépourvu de son réveil. Je ne m'attendais pas à l'interposition de cet imbécile de Yemon.
Il n'était pas comme d'habitude. Enfin il se révélait à son grand jour. Ce n'était pas le pitoyable assistant que j'avais connu. Devant moi se tenait un traitre entrainé au combat, et ça rigolait pas.
Il frappa le sol de son pied et m'envoya un rocher.
Je m'élança, la tête la première, les mains plongeante, sautai, atterri sur le sommet du roc et profita de ce nouveau point d'appui pour m'élancer vers Zenji plutôt que de m'occuper de Yemon. Je voulais profiter de l'effet de surprise au maximum. Sa riposte arriva vite, trop vite même, décrochant un rocher énorme du sol, de la taille d'au moins un charriot et demi. Le genre de charriot que l'on trouve à Ba-Sing-Se. Il me le lança...
On aurait put lire dans mes yeux de la précipitation déçue. Par ma folie j'ai mis en danger non seulement ma vie, mais aussi celle d'Amaya.
Celle-ci s'interposa par une téléportation entre le rocher et moi. Et par je ne sais quel procédé elle le fissura en deux pour enfin le couper.
La violence du coup nous fit reculer d'au moins un mètre.
Ses mains saignaient. Je la regardai avec incrédulité et elle me cria que ce n'était pas le moment pour les questions. Elle décrocha son bâton de son dos et cria :

- Qu'est-ce que tu attends ?

Ne me le faisant pas dire deux fois, je m'élança une nouvelle fois à la poursuite de Zenji. Celui-ci sourit quand il me reconnut.
Il prit la fuite dans la forêt... là ou tout avait commencé... et là où tout allait se terminer.

Je me mis à sa poursuite...
Ce fut une lutte acharnée entre les branches, les épines et les rochers que me balançait Zenji qui commença alors.
Décidant d'être plus malin que lui, je grimpa dans un arbre et le suivait parmi les hautes branches sans que celui-ci ne m'entende. Ce qu'il ne savait pas que ce terrain était désormais le mien par sa faute.
En tuant mes parents il m'avait forcer à me débrouiller seul parmi les arbres, la faune et la flore. La fôret n'avait plus de secret pour moi.
Durant ma solitude j'avais appris à connaitre la nature, ses points positifs et tout ses dangers.
A moitié en train de courir à quatre pattes et mes pieds, je courais le longs de ces gigantesques branches, ne perdant pas de vue mon objectif principal : Zenji.
Utilisant une liane qui pendait, je pus avoir de l'avance sur la course de Zenji.
Celui-ci se retourna, il ne vit plus personne derrière lui, et s'arrêta pour reprendre son souffle.

Lentement...
...
Inspiration...
...
Expiration...
...
Inspiration...
...
Expiration...
...

Tout était très long. Plus aucun bruit ne semblait provenir de la forêt...

Il rebroussa chemin en marchant prudemment, regardant de tout les côtés.
A mon tour je fis la même chose.
A l'aide d'une de mes dagues, je découpa la liane que j'avais gardé en main.
Arrivant à l'orée d'une clairière il s'arrêta de nouveau.
Son souffle était rapide. On sentait malgré lui la peur.
Sans aucun bruit j'enroulai la liane autour de la branche qui s'étendait maintenant au dessus de lui. Je m'agrippa à celle-ci et descendit...
Lentement... très lentement...

Trop lentement !

D'un coup de maitrise je me retrouva projeté au milieu de la clairière.
Il s'avança en riant.

- Asaki... Asaki, Asaki, ... Asaki !


Son visage était à présent à deux centimètres du mien. Je sentais son souffle rauque sur ma peau. Des frissons parcoururent mon corps de haut en bas.
De ma sorte de danse je me releva en prenant bien soin de le déstabiliser et de le faire tomber. Les rôles étaient maintenant inversés.

- Pourquoi ?.... POURQUOI ???? Hurlai-je.

Tout en hurlant je sentit une puissance formidable m'envahir. Était-ce de l'excitation ? De la folie ?
Quoi qu'il en soit plusieurs rochers sortirent du sol et flottaient derrière ma tête. Je ferma mon poing et brisa ceux-ci en plusieurs petits morceaux.
De toute mes forces je les lançais, un par un à la figure de cet homme.
Il s'était relevé et esquivait avec grâce tout mes projectiles.
Du sol je fis sortir une liane de terre, puis deux. Je les faisait mouliner au-dessus de ma tête pour enfin les enrouler autour de mon corps pour m'en servir comme bouclier.
Je fis sortir du sol un tronc de pierre qui le surpris et l'envoya à terre. Il se releva à nouveau.
C'était maintenant à son tour de riposter. Il tourna alors sur lui-même d'une vitesse incroyable. Faisant sortir de pars et d'autres de moi des énormes morceaux de terre m'encerclant et m'enfermant.

Il faisait sombre à l'intérieur. Sa voix me paraissait pourtant très claire.

- Tu vas avoir le privilège de gouter a mon attaque la plus forte... Je l'ai appelée "Le Daume de pierre".


De chaque côté de ce daume surgirent d'énormes pics acérés qui a présent se refermaient sur moi.

Ne cédant pas à la panique, qui était certainement la cause principale de la mort de chaque personne qu'il avait emprisonné par cette technique, je m'assit et calmement je réfléchit.
Soudain l'idée me vint. Cet idiot pensait qu'il n'y avait pas d'échappatoire ? Il se trompait.

Zenji était debout et regardait les murs se contracter.

- J'aurais enfin décimer à moi tout seul ce minable petit village... Nous t'avions éloigner exprès ce jour là, moi et mes assistants. Nous savions que tu aurais été un gène pour nous. Ce brave Yemon à certainement déjà tuer la malheureuse petite fille qui t'accompagnait. Il est très fort. Il ne faut pas le sous-estimer il est même plus fort que moi et....
Tu entends ce que je te dis ?
Enfin bref, encore est-il que JE suis le chef. Et je vais me faire le privilège de te tuer petit ASAKI !


A ces derniers mot, le sol vibra, puis trembla violemment.
Une main sortit du sol et attrapa la cheville de Zenji pour enfin le tirer vers cette crevasse qui s'était formée sous lui. Malédiction pensa-t-il ! Le sol ! Il pouvait s'enfuir du piège par le sol !

C'est de cette crevasse que je sortit, dague à la main et vengeance à portée de bras. Mes lianes de terre s'enroulèrent autour de ses pieds, puis de ses chevilles, tibias, genoux et de ses cuisses.
Pour éviter toute attaque à main nue, je leva deux doigts et frappa ses omoplates, rendant ainsi impossible tout geste des bras.

- Non ! Attends ! On peut peut-être encore discuter !

- Vous me laisseriez utiliser la forge ?

- Hein ? Comment ?

- Laissez tomber.

A ces mots je pris une dague par main et les dirigeas vers son coup. Chacune découpant un bout de gorge, laissant couler du sang comme de l'eau à une fontaine. Je resta là, à le regarder saigner par flots, puis par petites saccades, puis... plus rien.

A mon tour je cracha du sang. La maitrise et le coup de pied qu'il m'avait donné m'avait terriblement affaibli. Mais grâce à la rage de vaincre, je n'avais rien senti tout au long du combat.
Je m'assis dans l'herbe... Je ne m'en rendais pas compte. Ça y était enfin ! La vengeance était terminée. Ma vie d'errance était elle aussi terminée...

Un oiseau s'approcha et vint se poser sur mon épaule...
Revenir en haut Aller en bas
Amaya
****
****
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 1184
Date d'inscription : 15/08/2008

RPG


MessageSujet: Re: Rencontre à Ba Sing Se [Amaya + Asaki] Lun 22 Juin 2009 - 17:21

Je relevai la tête peu à peu, ôtant les mains de mes oreilles. Rampant à moitié, je m'approchai lourdement du corps ensanglanté de Yemon. Mon regard ne pouvait se détacher de lui et de son sang dont la couleur contrastait violemment avec celle de la terre.
Ma main se leva, comme d'elle même, frémissante. Se posa contre sa gorge.

Un battement. Très faible, mais réel.
Il était vivant.

Deux forces s'entrechoquèrent en moi, et je dus me reculer afin de vomir.
Il était vivant. Je ne l'avais pas tué. Je n'en étais pas capable.
Je n'étais pas capable d'ôter une vie. Même s'il ne méritait que la mort. Ma nature me l'interdisait.
Je ne pouvais accepter le fait d'arracher une vie, même si je m'étais persuadée que j'y parviendrais.
Un dégout de moi même me donna envie de vomir de nouveau, et je dus m'éloigner le plus possible du corps agonisant, mais toujours vivant, pour ne pas céder.
A peine fis-je un pas que je m'écroulai sur le sol. J'avais oublié. Ma jambe gauche était paralysée, comme...endormie. L'aiguille d'un des guerrier Eleï avait trouvé sa destination, ainsi que dans mon bras droit. Du moins, presque. Si je n'avais déviée de seulement un millimètre leur trajectoire, mes deux membres seraient morts. A jamais. J'essayai de me relever, avec difficulté, et parvint a me remettre debout.
Je balayai les alentours d'un regard fatigué. La première chose que je vis fut le bâton, à quelques mètres de là. Aussitôt, l'image d'Asaki se présenta à moi. Une peur terrifiante me submergea, tandis que je courais en boitant ramasser le bâton, avant de me plonger dans la forêt.
Les branches et feuilles me fouettèrent le visage, laissant derrière eux de fines estafilades sur mes joues, mes bras, mes jambes. J'ignorai la brulure qu'elles provoquaient, me concentrant sur ma course effrénée.
J'arrivai à projeter un peu de Chi sur plusieurs mètres autour de moi, cherchant désespérément mon compagnon.
La peur se transforma en horreur.

°°Non...Non...tu n'es pas mort Asaki...pas toi...pas possible...non...°°



Un signe de vie. Une flamme immense. Bouillonnante de rage. Brisée.
Asaki se tenait là, devant moi, à genoux sur le sol. Un corps étendu devant lui. Celui de Zenji.
Je fermai les yeux. Il était mort. Asaki avait accomplie sa vengeance. Il était enfin libre.
Je fermai les yeux lorsque j'entendis un sanglot. Etouffé, de rage. Puis d'autres vinrent, plus forts. Asaki hurla, les mains crispées sur son pantalon.
Je m'approchai de lui à pas lents, puis m'accroupis à ses côtés. Ses sanglots déchirants me transpercaient tels une lame. Et pourtant...je ne pouvais le toucher. Je ne pouvais parler.
Asaki était seul.

*****

J'ouvris les yeux. Allongée sur un lit, j'observai durant un long instant le plafond de pierre froide tapissé de lumière. Puis tournai ma tête vers la gauche. La fenêtre ouverte laissai passer un léger courant d'air qui vint m'enlacer. Mes pensées ne se tournèrent que vers lui : Asaki.
Ou était-il? Que faisait-il? Comment se sentait-il? Était-il parti, ailleurs, à tout jamais?
Avec lenteur, je me relevai...fut surprise de sentir mon bras droit, engourdi, mais là. De nouveau actif, tout enroulé dans un bandage blanc propre. Instinctivement, je secouai les jambes, et retrouvai avec un sourire l'usage de ma jambe gauche, la cheville elle aussi bandée. Mes vêtements venaient d'être lavés et reposaient soigneusement près du lit. Je les enfilai, grimaçant à la douleur toujours présente dans mon bras. Aussitôt, une femme fit irruption dans la chambre et sursauta en me voyant debout :

- Mais...que faites-vous debout? Vous devez rester allongée !


Elle courra vers moi et me poussa doucement vers le lit. Je l'écartai gentiment de moi, lui fit un sourire.

- Je n'ai plus besoin de repos.
- Ne dites pas de bêtises ! Vous avez faillis perdre votre bas et votre jambe, vous ne devriez même pas pouvoir marcher!
- Je le peux.
- Vous devez vous allonger. Le médecin l'ordonne.
- Le médecin est généreux de s'inquiéter de ma santé, mais il ne devrait pas. J'ai assez dormi, je dois partir. Remerciez-le de ma part.
- Mais...

Elle eut comme dernier souvenir de moi un sourire, avant que je m'éclipse par la fenêtre.
Le contact de mon pied contre le droit me fit l'effet d'un électrochoc et je retint un cri de douleur, me stoppant net en me tenant la cheville.

- J'aurai peut-être du attendre finalement...

Avec une grimace, je me relevai et continuai ma route, en ralentissant l'allure. SI la douleur était encore là, je l'ignorai.
Le trajet jusqu'à la sortie de Ba Sing Se se fit sans encombre, mon esprit n'ayant fait que penser encore à mon compagnon. L'inquiétude me tordait le ventre.



J'arrivai devant la grande porte. Les deux gardes ne me virent pas encore. En soupirant, je fis un pas.

- Tu comptais partir sans me dire au revoir?


Je me figeai. Souris en faisant demi-tour. Asaki vint à moi de sa démarche dégagée. Quoique changée...Plus sure...plus ferme. Son visage aussi, avait grandi. Je lus dans ses yeux ce qu'on venait de vivre, inscrit à tout jamais en lui. Ses traits s'était durci. C'était un homme.

- Alors tu t'en vas.

J'acquiesçai en silence, croisant les mains derrière mon dos.

- Oh et...tu oublies ça, me dit-il alors en me tendant le bâton.

Surprise, j'observai de nouveau l'objet et admira une nouvelle fois l'élégance de sa forme, la perfection de ses dessins, l'effleurai du doigt avant de le repousser gentiment vers Asaki.

- Fais en ce que tu voudras. Ce bâton ne m'appartient pas.
- Et ton argent?
- Je me fiche de l'argent.

Il sourit.

- Je le brulerai.
- Sage décision.

Un silence lourd s'installa entre nous. Je fus la première à le briser :

- Tu as récupéré?
- Parfaitement ! C'est plutôt moi qui devrait te poser la question, tu étais dans un sale état...

Nos sourires disparurent lorsque tout nous revint en mémoire, au même moment. Nous n'eûmes pas besoin de parler pour nous comprendre, tout pouvait se lire dans nos yeux.

- Merci Amaya.

Il était sincère. Plus sincère qu'il ne jamais été. Son regard plongé dans le mien le prouvait. J'ouvris la bouche, la refermai, tendis la main. Il marqua un temps d'arrêt, durant lequel ses yeux passèrent de moi, à ma main, avant qu'il s'en empare.

- C'était un plaisir de faire ta connaissance Asaki. Nous nous reverrons, je reviendrais. N'oublie pas que tu dois encore me faire visiter la ville ^^
- Oui, c'est vrai ^^...Bon et bien...euh...prend soin de toi.

J'éclatai d'un rire franc et joyeux et le frappai gentiment du poing :

- Et toi tâche de progresser encore et encore...un jour nos routes se croiseront de nouveau. Je compte avoir en face de moi un Maitre de la Terre digne de ce nom. Le plus Puissant et le plus Courageux.

Je souris devant son air ahuri, et fis volte face. Sortant mon sifflet de ma sacoche, je soufflai dedans et un doux son s'éparpilla dans les airs. Seulement quelques secondes plus tard, un rugissement résonna dans le ciel tandis que Tomoo se posai devant la gigantesque cité. Je le rejoignis en courant et passai ma main sur sa douce fourure chaude. Il mugit de bonheur en agitant la queue, excité de pouvoir voler en ma compagnie.
Les gardes s'approchèrent légèrement et s'inclinèrent :

- Prenez soin de vous Amaya-sama, et bon retour !

Asaki, a quelques pas derrière eux, fronça les sourcils.

- Amaya...sama?? murmura t'il.

Je vis la surprise éclairer son visage et lui offrit un clin d'oeil en guise de réponde lorsque ses yeux écarquillés rencontrèrent les miens.

- Yip ! Yip!

Tomoo décolla puissamment du sol, envoyant autour de lui des bourrasques de vent tiède. Je me tournai une dernière fois vers Asaki, avant de m'envoler.
Je retournai chez moi.


Que la paix et le bonheur t'accompagne Asaki.



FIN
Revenir en haut Aller en bas
Taijin
*******
*******


Masculin Age : 29
Messages : 3791
Date d'inscription : 10/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: Rencontre à Ba Sing Se [Amaya + Asaki] Jeu 2 Juil 2009 - 14:24

Ce fut difficile... Mais ce qui est difficile forge l'expérience.

Amaya+240XP
Asaki+150XP
Revenir en haut Aller en bas
http://thelastairbender.forumactif.com/
Contenu sponsorisé




RPG


MessageSujet: Re: Rencontre à Ba Sing Se [Amaya + Asaki]

Revenir en haut Aller en bas

Sujets similaires

-
» [Série Internet] Dr. Horrible's Sing-Along Blog
» Give me something to sing about...
» Dr Horrible Sing-Along Blog (Joss Whedon)
» Gentle Giant - Aurra Sing mini bust
» AURRA SING CUSTOM LIGHTSABER
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: