Partagez|

Mission pour un surnom par Masao

Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Mission pour un surnom par Masao Mar 10 Fév 2009 - 18:41

Il faisait vraiment tres froid ce matin. Je me promenais comme d'habitude en cape pour me proteger du vent qui me mordait le visage. Tout était désert dans les rues. D'haitude si mouvementées, elles semblaient abandonnées. Je n'avais pas l'habitude de recevoir une convocation pour une mission a cette periode de l'année. Je me rendis donc en direction du temple ou étais déjà rendu six personnes. Elles étaient toutes plus agées que moi d'au moins dix ans. Je me demandais vraiment quelle type de mission on allait nous faire effectuer. Puis, une personne agée, longue barbe grise, en tenue réglementaire des anciens, sorti d'une porte a batant. Elle nous jugea du regard chacun notre tour. Puis elle prit la parole.

-Bienvenue au temple du feu! Vous avez été convoqué pour une mission bien particuliere. Une mission dont peut-etre certain ne reviendront pas. Durant ce periple, vous devrez traverser les marais de l'est puis, les montagnes de Roes. Et pour finir, la longue plaine du nord-ouest. Une fois que vous aurez fini votre trajet, vous embraserez une, et une seule, torche et vous devrez la ramener jusqu'à la capitale. Vous la presenterez au conseil des anciens dont je fais parti et nous la jugerons alors. Sachez que le but n'est pas d'arriver vivant et sans flamme içi, mais bien de conserver la flamme jusqu'au bout. Et n'essayez pas de ranimer la torche avec votre maitrise, elle ne s'enflamme qu'une fois. Y a-t-il des questions?

Un homme prit alors la parole d'une voix guturale.

-Et qu'est ce qu'on y gagne? On risque nos vie dans le simple but de ramener une flamme? A quoi bon!

-Vous y gagnerez le droit d'avoir l'opporunité de recevoir un titre.

-Un titre, rugit l'homme, vous croyez que le fait de risquer nos vie vaut un titre?! Laissez moi rire!

L'ancien abaissa sa tete.

-Haaa.... l'impertinence de la jeunesse. Vous n'avez guere de retenue et cela pourrait vous etre fatal. Si vous ne voulez pas participez, alors partez, je ne vous en empecherais pas. Mais sachez qu'une occasion comme celle-là ne se présentera qu'une seule fois dans votre vie.

Désormais, le vieil homme s'adressa désormais a chacun de nous six.

-Alors a vous de choisir. Restez ou repartez.

Un silence béant s'installa intensifiant le froid de l'hiver. L'homme qui avait parlé reparti sans dire un mot. Il se retourna une derniere fois, émit un leger sourire et repartit comme une ombre a travers le dédale des maisons. Peu apres, deux autres suivirent, d'un commun d'accord, apres une legere hésitation. Eux repartirent sans se retourner.

-Bien. vous n'etes donc plus que trois. Cela rendra la competition plus acharné. N'oubliez pas, la flamme avant tout. Encore une précision, vos avez le droit a tout les coups sauf un. Tuer vos adversaires. Vous ne pouvez que les retardez par divers moyens. Bien vous commencerez d'içi.

Il designa un rebord de la où nous étions. Il nous invita a nous y rendre et dès que nous fumes en place il dit, un grand sourire au levre:

-Bien, c'est partit!
Revenir en haut Aller en bas
Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: Mission pour un surnom par Masao Mer 11 Fév 2009 - 14:16

Le signal était donné et déjà, les deux autres concurrents s'élancaient au travers des rues désertes. Je les suivit en courant mais au lieu de me diriger vers la sortie de la ville, je retourna chez mes parents. Personne n'était pres pour ce genre d'expédition. De plus, on ne croisera certainement pas de marchand en chemin alors mieux vallait etre prudent. Mes habits étaient pret et je les enfila a la hate. Je serra ma ceinture sur laquelle se trouvat mon épée. Je prit autant de provision que je le pouvais, quelques vils et une carte. Puis je commenca a courrir vers la sortie est de la ville. Les deux hommes étaient déjà loin et un des deux s'était déjà démarqué en semant son adversaire. Quelques kilometres apres la sortie de la ville, je retrouva les deux hommes ainsi qu'une troisieme personne, assise sur un rocher. Quand j'arriva a leur niveau, l'étranger s'adressa a nous d'une voix qui laissait penser qu'il sagissait d'un homme.

Vous etes içi a un carrefour a trois sortie. Chacunes mènent a un chemin différent mais seul une permet d'éviter les marais et de partir directement vers les montagnes. Je connais ce chemin mais je ne vous le dirais pas.... Deux d'entres vous passeront par les marais et c'est içi que tout se choisi.

L'homme sorti un petit sac de sa veste. Il était en cuir et deux os, suspendus par des cordes fines pendaient de chaques cotés. Ce sac, ou plutot cette sacoche, n'inspirait pas du tout confiance et on aurait pu la confondre avec celle que porte les magiciens vaudoux.

Vous allez choisir un cailloux de ce sac. Celui qui aura le vert ira au chemin de gauche, le rouge signifira aller au nord. Quant au bleu, il vous fera prendre le chemin le plus a l'est.

L'un des hommes s'avanca d'un pas lent et incertain et mis sa main dans le sac. Il la retira, ouvrit son poing et un cailloux de forme ovale apparu. Il semblait lisse a l'aspect mais a y regarder de plus pres, je m'appercu qu'il était plein de petites irrégularités. Pour lui, le chemin irait droit vers le nord. Je laissa faire le second qui sortit un cailloux bleu, mais cette fois, d'une facon plus sure de lui.

Bien. Chacun a son cailloux. Il ne vous reste plus qu'à prendre votre chemin messieurs.

L'homme ricana et un vent violent souffla alors, projetant de la poussiere. Nous dumes fermer les yeux et le temps de les rouvrir, la personne qui était située sur le rocher avait disparue. Seul un tas de feuilles mortes se trouvait devant nous.

Bon! Bé à la prochaine alors! lanca un des hommes, visiblement sûr du chemin qu'il prenait.

Je me detourna alors pour avancer sur le mien. Il sagissait d'un petit chemin terreux et des croutes de terres étaient situées un peu partout et se craquelaient a cause du froid. Je ferma ma cape et partit pour un long chemin.
Je marcha ainsi jusqu'à la nuit, ne prenant pas le temps d'établir un camps pour dormir. La nuit était glaciale. Malgré les vetements chaud que j'avaient vétus, il m'était impossible de ne pas sentir le blizzard qui soufflait au dessus de ma tete.
Le matin vint enfin et avec lui, les premiers rayons du soleil. Il ne réchauffait pas spéciallement l'atmosphere mais rendait le reveil moins difficile. Je sortis un bout de pain que je coupa pour y introduire du jambon. Je mangeai en marchant, m'interrogeant sur ce qui m'attendrais durant ce voyage. Plus j'avancais, plus le chemin disparaissait pour finir a ne plus apparaitre du tout. Pendant le meme temps, beaucoup de mouche se rassemblait. L'air devenait de plus en plus lourd et mes vetements finirent par s'humidifier completement, alourdissant de ce fait, le poids que je portais. J'appercu un endroit légerement surélevé et je m'y renda dans le but d'avoir un meilleur champs de vision. Mais là, je fus stupéfait et inquiet a la fois. Devant moi se trouvait a perte de vue de l'eau, de la terre, ça et là des arbres a moitié morts, et surtout des escadrons de moustiques qui volaient furieusement au dessus de la surface miroitante et brunatre de l'eau.

Oh c'est pas vrai......

Devant moi se trouvait les marais de l'est.
Revenir en haut Aller en bas
Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: Mission pour un surnom par Masao Ven 13 Fév 2009 - 21:08

De l'eau, de la terre ou plutôt de la boue a perte de vue. Je devais traverser ce paysage hostile. Pourtant, à l'horizon, je pouvais apercevoir les cimes des premières montagnes, ce qui me laissait penser qu'il me faudrait un bon moment avant de quitter les marais.

Tant que je me fais pas tuer par les moustiques....

Un peu d'humour noir pour ne pas complètement sombrer dans le désespoir.
Je descendis alors de mon petit niveau surélevé pour commencer ma marche solitaire. Je fus agressé par une horde de moustiques dès que mon pied se fut posé sur la première butte de terre humide du marais. A chacun de mes pas, mes pieds s'enfonçaient un peu plus et il me fallait parfois compter une dizaine de minute pour parcourir un mètre. Je décida donc de faire une pause sur une motte qui semblait plus ferme que les autres. Je défis mes bagages pour soulager un peu mes épaules. Je m'assis pour reprendre un peu de force. Je n'avais aucune idée d'où il fallait que j'aille mais j'avançais, me contentant de suivre ce que je croyais être un bon chemin. Ou que je regarde, le même paysage désolé. Je me leva pour continuer ma route, espérant que ce que je voyait était bien les cimes de le montagne de Roes. Le ciel était chargé de nuage a cause de l'humidité qui montait sans cesse pour alimenter les nuages. Puis, une averse.

Il manquait plus que ça -_-

Je m'abrita alors sous les restes d'un arbre mort le temps que la pluie sarrette J'installa mon camps, estimant que je ne progresserais pas plus pour ce jour. Je dormis tranquillement, usant de ma maitrise pour éloigner les moustiques.
Le lendemain, le temps était gris, maussade, un peu comme moi. Le simple fait de voir que j'avais été le repas des moustiques suffit a me mettre de mauvais humeur. J'emballa le tout et repartit pour une nouvelle journée de marche a travers l'eau peu profonde. A la mi-journée, l'air se réchauffa. Il faisait lourd, un peu comme une journée d'orage. Je m'attendis a ce qu'il en fasse un mais a ma grande surprise, il sembla que non.

L'air chaud ne semble pas monter en hauteur......bizarre......

Je me rappela alors des mises en garde de l'ancien. Désormais, le sol était plus dur a certains endroits et la gadoue était plus sèche qu'avant. Puis, des cris. Perçants, et aigus. Cependant, ils étaient assez lointain. Je couru vers le bruit et là, un homme se battait férocement contre deux créatures de la taille d'un tigre. Elles avaient une sorte de carapace sur le dos et de la fumée sortait de leurs narines. Elles avaient le sommet de la tête aplati, le bout du museau pointu, la tête petite, les oreilles courtes et rondes, le cou court et presqu’aussi gros que la tête, le corps allongé, les jambes courtes et la queue longue. Leur poil semblait dur et était coloré de blanchâtre et de noirâtre. Tandis que l'une des deux créatures se tenait a quatre pattes, une autre était débout sur ses deux pattes arrières et atteignait la taille de l'homme. L'une d'elles fondit sur l'homme, griffes sortis et s'aprettaient a le trancher en deux. L'homme se décala sur le coté et envoya un poing de feu sur la créature. Pendant cette attaque, la seconde bête avait bondit pour prendre a revers son adversaire. Alors que la première bête était en vol plané, la seconde reçu un puissant coup de pied au visage. Toutes deux s'enfuirent alors, grognant comme deux chiens pour un os.

-Merci de m'avoir aidé, lâcha alors l'homme, ironique.

-J'aurais bien voulu si ma jambe ne s'était pas embourbée, répondis-je sur le même ton.

L'homme me dévisagea intensément, comme essayant de déchiffrer un texte ancien.

-Tu ne serais pas un de mes concurrents? dit-il enfin.

-Si. Qu'était ces créatures?

-Je ne sais pas. Elles m'ont sauté dessus alors que je marchais tranquillement. Je les croyais inoffensive quand l'une d'elle a tenté de me griller sur place. En tout les cas, je suis sur qu'elles ne reviendront pas de si tôt après ce que je leur ai mis.


Cette façon de parler sur d'elle me dit tout de suite quelque chose. C'était l'homme qui avait pris le cailloux rouge.

-Alors, lui dis-je après un certain moment, vous pensiez prendre le bon chemin n'est-ce-pas....

-Oui. Je me suis fais avoir en pensant que la route que je prenais était la bonne. L'autre doit être déjà dans les montagnes. Il doit avoir une sacré avance.

Remarquant qu'il n'avait pas de baguage, je lui proposa de manger avec moi. Il accepta volontier. Il me demanda même de faire le voyage avec moi jusqu'à notre retour. Bien qu'il ne pouvait y avoir qu'un seul vainqueur, un compagnon ne serait pas de trop. Nous nous couchâmes après avoir continué la route. D'après ce que j'avais vu du chemin parcouru, nous étions a la moitié du marais. Sans doute dans le repère des créatures que nous avions vu.
Nous continuâmes a avancer pour quitter le plus rapidement l'endroit des bêtes et j'estima que le lendemain midi, nous serions sortit du marais. Mais, les choses se passent rarement aussi facilement, et en particulier quand une bande de carnivores vous poursuit. Nous étions a peu près sur que les deux créatures de la veille nous avait suivit. Mais, nos doutes furent confirmés quand nous fumes attaqués par cinq de ces congénères. Leurs yeux brillaient a l'idée d'un repas frais. Dans ce marais, il ne devait pas y avoir beaucoup de chose a manger et la perspective d'un bon repas suffit a un des monstres pour nous attaquer. Je dégaina mon épée, portant un coup d'estoc. Au lieu de s'arretter, la bête me montra son dos et ma lame fut envoyé quelques mètres Mon compagnon m'aida en balançant, avec une force de titan, la pauvre créature en direction des autres.

-Ces foutus bestioles ont un dos hyper dur. Ton épée ne te sera d'aucun secours contre elles. Il va nous falloir les cramer comme des brindilles.

Bien qu'utiliser la force primitive n'était pas dans mes habitudes, je dut reconnaitre qu'il avait raison. Nous combatimes autant que nos force nous le permisse mais un mouvement pervers de la créature m'envoya au sol. Alors que la bête s'apprettait a me mordre, l'homme sauta dessus et roula avec elle. Je me leva d'un bond pour affronter les autres.
Mais, le combat tournait en rond. Bien que cinq contre deux, personnes ne pouvait prendre l'avantage. Nous étions épuisés et elles aussi. Nous finîmes cependant a les mettre en déroute grâce a une action aussi inopinée que chanceuse, quoique calculée. Alors que je m'étais fait envoyé au sol, la bête s'enfonça dans la gadoue a cause du poids de sa carapace. Nous traversâmes donc la zone ou le sol semblait plus mou et les créatures ne pouvaient plus nous suivre.

-Alors c'est pour ça que tu nous faisais reculer. Tu savais que leur zone d'action était limité pas vrai?

-Oui. Rien que je n'en ai pas rencontré sur la première partie du voyage me mis sur la piste, le fait que je m'enfonça légèrement de plus en plus a mesure que nous reculions me permis de tenter mon hypothèse. Si ça n'avait pas marché, nous serions mort a l'heure qu'il est.

-Bien joué gamin! On va peut être s'en sortir finalement!

Son enthousiasme me redonna confiance et nous terminame la traversé des marais comme prévu, le lendemain midi. A peine sortit de cet enfer que les montagnes se montraient déjà devant nous. Une immensité montagneuse.

-Bon, on va pas prendre racine a regarder la montagne non? Allons-y!

Je le suivis a travers les chemins escarpés.
Une seconde partie du voyage débutait.
Revenir en haut Aller en bas
Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: Mission pour un surnom par Masao Mer 18 Fév 2009 - 16:45

Des pierres. Encore des pierres sur les chemins poussiereux de la montagne. Toujours des pierres parmis les haut monts qui nous surplombaient de toute leur hauteur. Chacun de nos pas soulevaient un peu de poussieres. Pour un maitre de la terre, ce serait un terrain de jeu parfait. Mais pour deux maitres du feu....Cependant, malgré la dureté de la marche, ce n'est pas cela qui m'inquietait le plus. Depuis que nous avions quitté les marais, mon "compagnon" d'infortune se montrait de plus en plus hostile. Je commençais a avoir des doutes sur ses réelles intentions. Il ne se préoccupait que de manger ou de deposer sa flamme. Il ne parlait que de ça. Meme la nuit, il en revait a parole audible.
Le soir venu, nous levames un camp. Je lui servis a manger et commenca a reflechir. A chaque fois qu'il parlait de gagner la course, son expression devenait plus fiere et arrogante comme si il était sur de gagner. Dès qu'il me parlait, son attitude marquait de l'aggacement......Je decida alors de le laisser dans les montagnes et de continuer ma quete seul. Certes ce n'était pas tres juste mais cela faisait partit de l'épreuve....savoir faire de bons choix. Et en l'occurence, a cet instant précis, celui là était le mieux.
Je tacha de dormir a demi-eveillé mais cela a été dur. Je me leva durant la nuit, reveillé par une bourrasque qui avait fait tombé le fourreau et mon épée. Il me fallut un moment avant d'emerger completement.

Bien il faut y aller.

Je rangea mes affaires, tachant de faire le moins de bruit possible et prit un bout de bois pour me battre sans degainer mon épée, au cas ou. Je parcourus une centaine de metres dans l'obscurité la plus totale du a l'absence de lune, cachée par d'épais nuages; quand mon pied butta sur quelque chose, qui craqua. J'en perdis l'equilibre et trébucha, le genou en premier. Je me releva lachant un juron. Je jugea la distance suffisante pour eclairer un peu l'endroit. Je tata le sol pour retrouvre mon bout de bois a la maniere d'un myope cherchant ses lunettes. Quand je l'eus trouvé, je l'enflamma et me retourna pour voir sur quoi j'avais trébuché.

Pas de chance.....

Devant moi ce trouvait un cadavre. Ce que j'avais pris pour une branche était le bras de la personne que j'avais surement cassé compte tenu du craquement que j'avais entendu. L'expression du visage laissait penser que la personne avait souffert avant de mourrir. Je releva sa tunique mais la rabattu aussitot. Ce que j'avais aperçu me suffit. Des trous béhants et des traces de griffures un peu partout sur le corps. Si des prédateurs avaient tenté de le manger, quelque chose les en avaient empeché. Son poing était refermé fortement. Il me fallut briser les jointures pour l'ouvrir. Un petit caillou apparu, bleu......bleu?! Celui que j'avais devant moi était alors un de mes concurrents.... Je fourra le caillou dans ma poche et partit.
Je marcha jusqu'au matin, sans dormir, quand j'arriva devant un croisement.

Etrange ça me dit quelque chose......

Je n'eus pas le loisir d'y penser car de la falaise, deux tetes de pierre jaillirent. Representant de vieux hommes a longue barbe. L'une de ses figures prit la parole:

-Bonjour, ô, etre de chair et de sang. Nous sommes les gardiennes de ses montagnes. Si quelqu'un veut en sortir vivant, il doit.....

-Choisir l'un des chemin, continua l'autre. Mais l'un d'entre eux seulement te fera sortir d'içi. Nous connaissons ce chemin mais tu n'a le droit qu'à une seule question. Sache aussi.....

-Que l'une de nous deux ment tandis que l'autre dit la vérité.

Elle reprirent en choeur:

-Alors mortel, quel est ta question?

Je relfechis alors. je savais que j'avais déjà rencontré ça quelque part. Je me tourna vers la statue de gauche et lui dit:

-Que me dirait ta soeur si je lui demandait quel serait le bon chemin?

-Elle te dirait de prendre le chemin de gauche.

-Merci, dis-je poliment, un sourire au levre.

Et je pris donc le chemin de droite. Tout était logique. Si le visage était le menteur, alors, la statue de droite serait celle qui dit la vérité et aurait dit celui de droite. Mais si celui a qui j'avais parlé était celle qui disait la vérité, alors l'autre serait le menteur et aurait effectivemen dit le chemin de gauche. Dans tout les cas, le chemin de droite était le bon. Je marcha alors pendant deux heures et une lumiere vive vint du bout du passage ou je me trouvais. Je courrus pour voir et une plaine verdoyante se revela a mes pieds. Un soleil chaud était haut dans le ciel.

Bien. On est reparti pour un autre chemin monotone.....
Revenir en haut Aller en bas
Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: Mission pour un surnom par Masao Ven 20 Fév 2009 - 22:19

Ce qui s'étendait a mes pieds était loin du paysage iddylique auquel je m'attendais. A peine quelques metres parcourus dans l'immensité verte que des rafales de vent tres puissantes soufflerent. Elles balayaient tout. Les deux ou trois arbres se balancaient, se tordaient dans tout les sens, donnant l'impression qu'il n'étaient constitués que de papier.Uun pas de travers et je me retrouva au sol. Ma cape failli se déchirer et il me fallut la plaquer contre moi pour ne pas la perdre. Je m'accrochait a l'herbe, espérant ne pas finir en l'air, tué comme un rat balloté. Les bourrasques cesserent au bout d'interminable minutes mais le vent soufflait toujours aussi fort. Il n'était cependant plus assez puissant pour me faire tomber. Je regarda la ciel. Un grand soleil de début d'apres-midi brillait et aucuns nuages ne s'étaient formés. A ma gauche comme a ma droite, de l'herbe a perte de vue. Derriere, les montagnes de Roes et devant moi, quelques plateaux surelevés d'où il faudrait que je me rende pour trouver mon chemin. J'alla en direction d'un petit rocher pour y lire ma carte. Tant bien que mal, je pus distinguer mon chemin a traver les dunes de végétations. Vers le nord. Avec une boussole d'accord mais là.....

Il faudra que je m'oriente grace au soleil alors.....

Ce que je fit jusqu'à la nuit. Je croyais le plateau le plus proche pour une distance raisonnable mais il n'en était rien. J'avais l'impression qu'il reculait dès que je progressais. Je finis par m'y poser pour dormir. Je ne distinguais pas le chemin qu'il faudrait emprunté le lendemain alors autant dormir.
La nuit ne fut pas agité mais dès que le soleil ammorça sa course dans le ciel, le vent souffla.....plus fort que la veille. Je parcouru cependant une petite partie droit devant moi, conformément a mes observations du matin. Des ombres apparurent dans le ciel. Grande. Avec une grande envergure. Je leva la tete mais une bourrasque me déstabilisa et me fit tomber. En heurtant le sol, j'eus l'impression que toute la plaine bougeait autour de moi. L'ombre que j'avais apperçu avait disparu. Une plume noire était sur mon épaule gauche. Je l'observa et elle était de couleur charbon, d'un noir tres profond mais avait une teinte de rouge. Puis, un cri. Non pas perçant comme dans les marais mais lourd. Il appuyait sur les tympans. Cette fois-çi, l'ombre apparue plus nette. Je n'eus pas le temps de réagir et me retrouva projeté au sol. Une force inouïe. J'était secoué mais me retrouva de nouveau au sol, dans l'autre direction cette fois. La vitesse de celui ou celle qui me faisait voler était tellement rapide que je ne percevais rien. Cependant, une douleur m'irradia l'épaule. Une griffure semblable a celle que javais vu sur le corps de mon concurrent. Je leva la tete et planait au dessus de moi un immense volatile. Une envergure de deux metres mais possedaient des serres d'une puissance que l'on pouvait juger a la taille de celle-ci. La créature avait un bec semblable a celui d'un aigle. Cependant, son plumage, ajouté a sa taille donait plutot li'mpression d'avoir un veritable combattant aérien.
La créature battit une fois des ailes. Cette fois fut celle qui m'envoya a une dixaine de metres au sol.

Alors il se peut que le vent soit provoqué par cette créature......Elle a du ma poursuivre et ces battements d'ailes devaient envoyer de nombreuses rafalles ce qui explique que le vent ne soufflait que le jour.....Cette bete ne chasse pas la nuit...

Ce n'était que des hypotheses mais si elles s'averaient exactes alors je ne ferais pas long feu. Une vitesse incroyable couplée a une force terrible font de ce volatile un terrible prédateur.
Je me releva difficilement. Apparement, il privilegiait le combat a distance et donc l'épée ne servirait a rien. Avec ma maitrise, je peux me défendre legerement contre des coups de vent mais pas contre une des ses bourrasques.....
La créature plonga, le bec en avant. J'avais tenté de prévoir ses mouvements et ne pus qu'éviter qu'elle ne touche un point vital. Au lieu de se planter dans mon poumon gauche, le bec se plaça au niveau du sternum. Le choc aurait pu me briser la cage thoracique si je n'avais pas contre-attaqué en envoyant une trombe de flamme. Cela eut pour effet d'éloigner la créature mais pas de la bruler. Mon bras gauche tremblait a cause du coup reçu a l'épaule et du sang gouttait le long de ma main. Ma poitrine me faisait mal et je respirais difficilement.

Il faut en finir.

Je me creusais les méninges, ne voyant qu'une solution : empecher la créature de voler.... La bête attaqua pour la troisiemme fois, mais cette fois sur le coté. De justesse, j'évita son coup de serre en plongeant a gauche et envoyant par mes pieds des flammes. J'atteignis mon but en brulant les plumes du bout de l'aile droite qui permettaient de stabiliser le vol. En ne brulant qu'un coté, j'empechais ainsi tout controle d'un vol. La créature s'écrasa louredement au sol puis se redressa, les yeux brillant de colere et les plumes arqués sur sa tete. Ses dressant sur toute sa hauteur, elle me dépassait surement d'un bon metre et demi. Elle avait un aspect térrifiant. Je dégaina mon épée. Maintenant, le combat au corps a corps pouvais commencer. Je ne voulais pas prendre le risque d'attaquer alors je laissa l'initiative a la bête. Je savais que l'initiative pouvait etre un facteur de victoire mais contre une créature comme celle-ci, les statistiques étaient souvent faussées. Elle marcha d'un pas mal assurée, tachant de gagner de la vitesse pour ne pas me laisser le temps de me mettre en garde. Mais, ses mouvement étaient trop lent, trop évidents. Alors qu'elle envoya son bec vers moi, je le bloqua et me retourna pour profiter de cette ouverture et de la faiblesse de l'équilibre de ses pattes pour porter un coup de taille, avec un poing enflammé. Mais la patte de gauche se leva et prit mon bras, brisant mon poignet. Je gémis sous la douleur mais envoya quand meme le feu. Il brula cette meme patte que retira immédiatement la créature. Relechant la pression de son bec sur mon épée, je tenta une percée pour lui crever les yeux. Je réussi a moitié. Mon épée ratta de peu la cible mais le mal était fait. L'oeil de la bête ne pouvait plus lui servir et ne s'en servant plus que d'un pour voir, elle envoya tout son corps sur moi pour me repousser. Je trébucha et, par reflexe, me rattrapa sur mon poignet droit, cassé. Je dus me déplacer un os car j'entendis un clic sourd qui irradia mon bras de douleur. Je me retins de crier. La bête trébucha mais ne relacha pas son attention de moi. Tentant de profiter de cette instant pour en finir, je déploya toute l'énergie que je pouvais vers le volatile qui finit par pousser un dernier hurlement de douleur. Avant de mourrir, il eut le temps d'envoyer une ultime rafalle de vent pour tenter de repousser l'assault. Mais, ce ne fut pas suffisant et la créature fut recouvert par les flammes. Je haleta.

Bon sang c'est enfin finit.....

Je me releva péniblement, parcouru quelques metres avant de m'éffondrer de fatigue. Je sombrait dans l'insonscience, seul refuge contre la douleur.....
Revenir en haut Aller en bas
Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: Mission pour un surnom par Masao Sam 21 Fév 2009 - 23:34

Une sentation de bien etre me saisit quand je revins a moi. Je ne savais pas du tout ou j'étais, ni quel jour, ni pourquoi je m'étais évanouï. Je me redressa et m'appuya sur ma main droite pour me relever. Une douleur m'irradia le poignet et parcouru mon bras avant d'ateindre ma tete et provoquer un flash! Je m'étais fait attaqué par une créature volante... Cependant, les détails de ce qui m'était arrivé resterent occultes. J'examina la piece dans laquelle je me trouvais. Une table en bois était situé a coté de mon lit avec du papier, des plumes et un encrier. Une étagere comptait quelques livres et autres babioles. Les murs étaient vierge de tout ornements et, quand mes yeux se poserent sur la porte, cette derniere s'ouvrit, laissant apparaitre un vieil homme habillé, comme je pouvais le constater, en tenue des pretres des temples du feu. Il m'adressa la parole d'un ton amical:

-Alors jeune homme comment te sens-tu?

Je ne répondis pas tout de suite. Regardant mon poignet, je m'apperçu qu'il était platré. Les souvenir du combat me revenaient progressivement. Instinctivement et sans prendre le temps de répondre a la question de l'homme, je lui demanda:

-Ou suis-je?

-Et bien si tu as retrouvé l'usage de ton cerveau c'est que tu na vas pas si mal. Mais laisse moi d'abbord me présenter. Je suis le pretre qui garde la flamme sacré que toi, et d'autres, doivent apporter avec vos torches, jusqu'au temple de la capitale. Tu es içi dans ce sanctuaire et, je t'ai retrouvé, gisant et inconscient alors que je partais recolter des herbes médicinales, il y a a trois jours. Je ne sais pas ce qui t'es arrivé mais je pense que cela a un rapport avec ta quete. Tu as eu beaucoup de chance car je n'aurais pas du te venir en aide. Cependant, j'ai jugé preferable de t'ammener içi étant donné que tu n'étais ni mort, ni mourrant.

J'évalua rapidement la situation. Ma fatique s'expliqua car je n'avais pas mangé depuis quatres jours. De plus, ce retard a pu etre profitable a mon concurrent. Aussi, je m'empressa de demander si d'autres personnes étaient venues chercher leur flamme.

-Mmmmmh, relfechit l'homme, il me semble que quatres personnes sont venus durant ton inconscience.

Je fus interloqué. Alors il se pouvait que d'autres concurrents avaient été envoyés pour faire cette mission?

-Est ce que l'un deux est arrivé sans baguage, et a présenté une pierre rouge?

-Je n'en ai pas le souvenir non. Quoiqu'il en soit, tu ferais mieux de partir au plus tot, et ce, meme avec ton poignet cassé. Ton retard pourrait etre celui qui sera décisif pour la course finale.

Celui des montagnes n'avaient pas encore traversé la plaine alors. Ou meme était-il mort dans les montagnes. Je ne me laissa pas distraire et me leva pour partir. Apres avoir préparé mes affaires, et mangé un bon repas pour combler le manque de ces quatres jours, le pretre me conduisit devant un autel au coeur duquel brulait un feu. On aurait pu le confondre avec n'importe quel feu. Mais une vague d'energie en ressortait et au fur et a mesure que je m'approchait, le feu s'agita de lui meme, comme çi il possedait sa propre conscience. J'avanca ma torche et l'enflamma. Le pretre marmonna des paroles innaudibles pendant que le feu prenait sur ma torche. Je la retira et l'energie s'évanouit d'un coup. Le feu était redevenu ordinaire hormis de petites expulsions de chaleur par moment. Le pretre se tourna alors vers moi:

-La flamme s'éteindra d'elle meme au bout de deux semaines. Normalement tu devrais avoir le temps de l'ammener au temple mais on ne sait jamais. Maintenant va jeune fils du feu et puisse-tu proteger cette flamme comme ta propre vie.

Je salua respectueusement le vieile homme et m'élanca de nouveau dans la plaine. Je me tourna alors et l'homme m'adressa un signe discret qui montrait vers l'est. Puis, il reparti dans la piece qui m'avait servi de refuge, le temps de trois jours. Croyant qu'il s'agissait d'un avertissement, je me deplaca prudemment vers l'endroit indiqué et j'apperçu un cheval, qui broutait l'herbe. Il me flaira et je lui tata l'encolure. Sur la selle, un mot indiquait que celui qui trouverait le message pouvait utiliser le cheval comme moyen de transport. Je monta donc et partit au galop, pour le chemin inverse a celui que j'avais emprunter pour venir jusqu'içi. La traversée de la plaine, bien que longue, ne fut pas difficile, pas plus que celle de la montagne. Je passa pres du cadavre de la créature volante et a coté de l'endroit ou les deux statues étaient apparues. Mais, la pierre resta stoïque meme quand je m'approcha pour la toucher. Je ne croisa pas non plus l'homme que j'avais abandonné dans les montages et cela me rassura.
Ce ne fut que lorsque je m'approcha du marais que les choses se compliquerent. La flamme s'agita de plus en plus alors que je m'approchais du centre des marais. Je dormis a demi-eveillé, non seulement pour veiller sur la flamme mais aussi sur quelque chose que je sentais comme hostile. Le lendemain et apres la moitié de la journée parcourue, je me retrouva au beau milieu du marais, a l'endroit meme au j'avais combattu les créatures. Le cheval hénnit et remua. Il ne voulait plus avancer comme si il sentait un danger. Puis, il se cabra, m'envoyant au sol.

La torche!

Heureusement, elle était tombé de telle facon que l'eau n'était pas en contact avec le feu. Je la ramassa et regarda ce qui avait pu effrayé mon cheval. En face de lui, la meme bête que celle de la derniere fois, s'amusait a l'effrayer. Je me deplaca sur la coté et envoya une boule de feu dans sa direction, avec ma main valide. Mais, elle fut déviée au dernier moment par un assault innatendu. Une autre de ces "mangoustes-géantes" était apparue. La seconde se joignit a elle. Vu mon état, je ne pouvais pas attaquer mais les deux créatures ne bougeaient pas non plus. Je me déplaca lentement vers le cheval et elles me suivirent uniquement du regard. Je monta en selle. Derierre les deux betes se trouvait une pierre bleue. Elle rayonnait profondement. Comme si elle obéissait a la volonté des betes, elle s'illumina quand une des deux grogna et l'eau s'agita. Croyant a une remontée de gaz, je m'avanca pour examiner la pierre en question. Mais l'une des deux me cracha du feu. Avec un mur de flammes, je pus parrer l'attaque. Estimant qu'il serait preferable de partir, je gallopa le plus loin possible des deux bêtes qui semblaient défendre cette pierre.

Elles sont les gardiennes de cette pierre......

Je pensa a une chose qui s'ota de mon esprit quand mon cheval failli tomber.
Je traversa alors l'autre partie du marais et la route me séparant de la capitale. En chemin, je croisa deux concurrents qui ne se contenterent pas de me regarder passé. Chacun tenta de me désarconner mais je resta sur la défensive pour ne pas perdre mon temps. J'arriva le premier devant le temple et eu juste le temps de jeter ma flamme avant qu'elle ne s'éteigne, le temps imparti arrivant a son terme. L'homme du départ déclara alors, malgré que nous étions seul....

-Et voici le vainqueur!

La flamme du second autel s'embrasa alors, poussé par une ardeur nouvelle. Trois pretres sortirent du temple et formerent alors un demi cercle devant l'autel. Chacun d'eux parlaient et cela formaient un brouhaha incompréhensible. J'y reconnu le pretre qui m'avait accueilli et l'étrange homme du carrefour. Avant que je ne comprenne quoique ce soit, la flamme se calma alors et le premier des pretres dit:

-Ta flamme a été jugé digne. Chacun de tes pas t'a mené a différent gardien. Les mangoustes gardaient la pierre qui garantissait la survie du marais, lié a l'eau, les gardiennes de la montagnes garderent leur refuge, lié a la terre, et enfin les oiseaux de proies gardaient le ciel, lié au vent. Quant a toi, tu as gardé la flamme sacré, lié au feu. Tu as donc prouvé que tu pouvais etre un vrai gardien, au meme titre que les etres que tu as rencontré. Chaun de tes choix a été bon. Celui que tu as abandonné dans la montagne était un ancien, déguisé en jeune et qui devait tester ta lucidité alors ne t'en fait pas pour son sort. C'est pour cela que tu ne l'as pas reconnu.

Je parcourus les pretres du regard. Chacune de leurs expressions étaient douces et pleine de joie. Celui que je n'avais pas reconnu m'adressa un clin d'oeil tandis que l'autre jouait avec des cailloux. Celui qui m'avait recueilli me sourit. Je ne pus que m'incliner:

-Je suis honnoré par ce que vous me dites.

L'homme m'invita a un rituel de purification du feu auquel je devais assister. Les portes se refermerent derrieres moi, me laissant dans la grande salle du temple avec le conseil....


FIN!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




RPG


MessageSujet: Re: Mission pour un surnom par Masao

Revenir en haut Aller en bas

Sujets similaires

-
» MISSION POUR PHARAON de Christian Grenier
» [Grenier, Christian] Cristobal Special Reporter, Mission pour Pharaon
» accu d'émission pour T12FG
» émission pour radio futaba 6 EXP 2,4GHZ
» Rediffusion émission TSF Samedi 21 Août à 13h00 sur ARTE
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: