Partagez|

Mission n°1

Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Mission n°1 Dim 4 Jan 2009 - 17:29

Je me levais de bonheur ce matin. Non pas pour déambuler dans la ville mais parceque une mission m'attendait. Il fallait partir dans la Plaine du Nord pour defricher et installer des usines qui fonctionneraient grace à des reserves en hydrocarbures conséquantes dans le sous sol de la plaine. Je n'étais pas vraiment pour abattre impunément des arbres mais de toutes les missions, seul celle-ci était a peu pres de mon niveau. De plus a part surveiller les opérations rien de bien passionnant. Si tous se passe bien, si le defrichage est correct et si les usines s'installent assez rapidement, je devrais etre de retour d'içi un moi ou deux. Mon but n'était que d'empecher que tout obstacle n'entrave pas la mise en place des industries. Mais quels obstacles pourrait-il y avoir dans une foret a part les crottes des oiseux et quelques ours?
Apres m'etre préparé et avoir dit aurevoir a mes parents, je me dirigeas vers la sortie nord de la ville où devait m'attendre un groupe de soldat. Ils étaient censé m'aider a planifier les defrichage et l'installation des usines.
J'arrivais donc au lieu de rendez-vous où m'attendait déjà 7 soldats. Le plus grand, surement le capitaine, la quarantaine, petite moustache brune et cheveux mi-long debordant de son casque s'avança vers moi et le lanca un regard dédaigneux

Quoi? C'est a toi qu'on a confié cette mission? Et bé décidemment l'avenir de notre nation ne reside que sur des incapables.

Si vous n'etes pas content je peux m'en retourner dire a notre chef de nation que vous avez refuser d'accomplir votre devoir en ne m'expliquant pas les termes de ma mission et en me rabaissant. Ca serait regrettable d'etre retrogradé et reduit a nettoyer les toilettes publiques. mmmmh?

Je n'avais pas l'habitude de parler mais alors rembarrer un supérieur dès le début d'une mission ne signifiat rien de bon.

Allez je plaisante. Pour l'instant je suis venu pour te prevenir.

Je le laissa parler. Quelle excuse allait-il inventer pour me faire abandonner cette fois?

Il semblerais que dans cette forêt ce trouve des créatures assez bizarres. De grand serpent à ce qu'on dit. Les quelques soldats de reconnaissance qu'on a envoyé n'ont pas survecus. On a meme pas retrouvé leur corps. Seul un a eu le temps de revenir pour nous decrire de monstreux serpents avant de mourrir d'un mystérieux poison. Alors tu pense qu'un simple gamin comme toi n'a pas la moindre chance de s'en sortir. Mes hommes sont simplement venu t'escorter jusqu'aux scieries installées en amont de la petite riviere de la plaine. Ils refusent d'aller plus en avant dans la foret pour finir dans l'estomac d'un monstre.

Si je comprends bien, vous ne deviez nullement m'aider a preparer les installations mais uniquement m'escorter?

C'est ça gamin t'a tout compris. Bon si t'a pas d'autres questions on peut partir. Mes hommes voudraient etre rentré chez eux avant la nuit.

La plaine ne se situait pas tres loin apres la porte nord. En quelques heures a cheval on pouvait l'atteindre. Bien sur pour nous, le seul moyen de transport serait les jambes. Nous commencames donc notre marche au alentour de neuf heure. Selon les calculs du capitaine, nous atteindront la plaine aux alentours de dix-sept heure. Théoriquement.......


Dernière édition par Masao le Mar 6 Jan 2009 - 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: Mission n°1 Lun 5 Jan 2009 - 21:02

Cela faisait plusieurs heures que l'on marchait mais je n'étais pas résolu a abandonner. Pourtant, il a fallut qu'on s'arrette deux fois pour que les hommes se repose. Pour des soldats voulant rentrer chez eux, ils n'étaient pas pressé....

Il nous reste environ une heure de marche, dit le capitaine. Apres ça gamin, tu te débrouilleras tout seul. On va se reposer encore quelques minutes içi mes soldats sont épuisés. Tu n'imagine pas avec une armure sur le dos comment on peut cuire.

Au contraire je l'imaginais bien. Mon père m'avait passé une de ses anciennes armures pour m'entrainer. Il m'avait fait parcourir 15km a pied en été, sous un soleil de plomb, pour me "forcir les musles" comme il disait. La seule chose que j'avais pu en retenir, c'était qu'une armure pouvait vous faire cuire aussi surement qu'un four de boulanger.
Nous nous posâmes donc à l'orée de la foret. Elle commençais içi avant de s'enfoncer plus loin dans la plaine du nord.

Tu te rends compte si on voit un de ses serpents, raconta un soldat a son camarade. On ne reverrait meme pas nos cadavres et on serait contraint a rester hanter les vivants jusqu'à une sépuluture

Autant attendre la fin du monde, repondit son camarade. Jamais personne n'est revenu apres avoir croisé ces bestioles.....

Ils racontaient ainsi des bribes de leur vie pendant dix bonnes minutes. Puis le capitaine se leva et pris la parole

Allez les gars! On accompagne ce petit monsieur et on degerpis d'içi avant de finiri en steak haché pour serpent.

Je prepara mes affaires sans preter attention a ce que disait le capitaine. En me levant, j'apperçu un infime mouvement.
Mon imagination surement. Apres ces heures de marche forcée, rien d'étonnant. Puis une douleur m'irradia la nuque. Avant de tomber au sol je leva la tete et je vis une chose a laquelle peu de gens était préparé.

Un....un......UN TOURNIDOR! ,cria l'un des hommes avant de se faire happer par la bete.

Un quoi? repondit le capitaine. Il se retourna, Oh mon dieu! Mais c'est quoi cette chose?

Devant lui se trouvait un serpent gigantesque. Il mesurait 10 metres de long a vu d'oeuil. Sa peau était verte avec quelques taches marrons et jaunes. Elle était translucide et on pouvait presque voir les fibres qui la consituait. Ses yeux étaient jaunes avec une fente un peu a la maniere des chats. De sa bouche sortait quatres énormes dents. On n'imaginait pas ce qu'il y avait comme rangée a l'interieur. De ses incisives supérieures, quelques gouttes violette sortait. Du venin probablement.

Mettez vous en position! Vite!

Et ce sont les dernières paroles que j'entendis avant de sombrer dans l'inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: Mission n°1 Mar 6 Jan 2009 - 13:21

Je me reveilla dans une petite chambre. Des peaux d'animaux étaient suspendus. Une tete de cerf était accroché en guise de trophée. Je me leva difficilement. Ma jambe gauche était bandée et il y avait du sang dessus. Il fallut un certain moment avant que mes idées ne s'organisent dans ma tete. Un homme assez fort entra dans la pièce. Il avait une grosse barbe qui lui couvrait toute la partie inferieure de son visage. Il était assez trapu, avait de petits yeux qui brillaient de malice, et habilllé assez legerement.

-Ha tu es reveillé. J'ai bien cru que ces foutus bestioles t'avais eu aussi!

-Ou....ou suis-je?

-Içi tu es dans la hutte de Tom le bucheron. Je suis l'un des 20 qui s'occupent de déboiser les arbres de cette forêt pour y installer les usines. Mais depuis quelques mois, il nous est impossible d'y retourner a moins de vouloir etre manger par ces tournidors.

Tournidors.....ça me reviens..... il doit sagir d'un de ses monstres qui nous a attaqué. J'avais perdu toute notion du temps. Je regarda par la fenetre et vit le soleil qui se levait tout juste derriere les collines que nous avions traversé.

-Où sont les autres qui m'accompagnaient?

-Mmmmh..... sur les 6 que j'ai vu en sortant mon chien, deux ont survecu et ils sont en bien pietre état. Ils sont dans l'infirmerie si tu veux aller les voir. Cela permettra aussi de changer ton bandage. Quant aux autres.... nous les avons enterré pour éviter qu'ils n'ammennent la maladie par chez nous.

Six? A oui......l'homme qui nous a prevenu de l'arrivé des serpents est désormais dans le ventre de la créature...
Je me leva, aidé par les bras puissants du bucheron. Nous traversâme une petite prairie, passant a coté d'un jardin potager ou s'affairait déjà trois personnes.

Combien de temps ai-jé été...

Endormi? Je dirais un jour. Quand on t'a retrouvé Lydie et moi, on s'est demandé si t'était mort.... On t'a donc ramené avec les deux autres.

En disant cela, il avait ouvert la porte de l'infirmerie. Le medecin était occupé a préparer des potions. Il se retourna et dit:

-Tiens mais c'est le jeune garçon d'hier! Je suis Fausto, le medecin de ce campement. Comment tu t'appelle jeune homme?

-...Masao.

-Bien Masao, comment va ta jambe aujourd'hui?

-Je ne sais pas..... j'ignore meme ce qui m'est arrivé..... j'ai l'impression de flotter sur un petit nuage....

-Oui ce sont les effets indésirables du poison des tournidors. Tu as de la chance tu as du tomber sur un jeune sinon tu serais probablement mort a l'heure qu'il est. J'ai observé ta plaie, tu as du te faire mordre par derriere mais ce tournidor n'a pas pu te mettre un grande quantité de poison car elle n'est pas profonde . Mais suffisement pour te faire sombrer a ce qu'on m'a dit. Bien, ote moi ton bandage que je regarde l'état de la blessure.

-Pourrais-je d'abord voir les deux soldats?

Le medecin me conduisit devant les deux corps inertes. Je reconnu le capitaine qui resipirait difficillement et un autre qui semblait mort au vu de son teint pale.

-Je ne leur donne pas deux jours, dit le medecin, Ils se sont fait bien entailler par les inscisives du tournidors et le venin a déjà commencé a dissoudre les tissus. D'içi a demain, il s'attaquera au coeur.....

Je me pencha vers le capitaine. Il ouvrit les yeux.

-Tiens tu as survecu gamin...... c'est bien....désolé on a pas eu le temps de te défendre. Cette créature nous a tous surpris..... Elle......elle est repartie apres avoir mangé un de nous et nous avoir laissé pour mort....sans ce bucheron, on serait sans doute dans l'autre monde a l'heure qui est.....

Il referma les yeux, conservant le peu de force qui lui restait.....
Le medecin ouvrit mon bandage et découvrit une plaie de la taille du poing au niveau du mollet. Il changea les bandes de tissus et me fit boire des remedes.

-Pourquoi ai-je ressentis une douleur a la nuque alors que le tournidor m'a mordu au mollet?

-C'est typique du venin des serpents. Il s'attaque au systeme nerveux pour paralyser la cible. Voila pourquoi tu te sens encore engourdi. Le venin s'est faufilé jusqu'a la moelle épiniere et a surement été stoppé car il n'y en avait pas suffisement. Une fois la proie paralysée, le venin s'attaque aux tissus durs du coprs. Cela facilite la digestion.

Apres avoir prodigué ces soins. Je reparti dans ma chambre, preferant reflechir a comment battre ses créature pour installer les usines.
Revenir en haut Aller en bas
Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: Mission n°1 Mar 6 Jan 2009 - 19:17

Je meditais. C'était la seule chose que je pouvais faire pour l'instant, le temps que guérisse ma jambe. En plus, la mission allait surement durer plus longtemps que prévu vu qu'en plus des crottes d'oiseaux et des ours il y avait ces serpents. La majorité du temps que j'avais pris pour réfléchir était consacré à ces tournidors. La seule chose que j'en savais c'est que ce sont de longs serpents. Si un jeune mesurait 10 mètres, je n'imaginais pas la taille d'un adulte. Et ajouté a un venin surpuissant, des crocs de la taille de l'avant bras, des yeux à faire peur a un fantome et le fait qu'ily en ai plusieurs, vous vous retrouvez en face de véritables tueurs. La principale question qui revenait dans ma tete était Comment espere-tu les vaincre?
C'était impossible. La seule chose que je pouvais faire, c'était les éloigner suffisement pour qu'il n'empeche pas la mise en place des usines. Selon mes observations, une petite partie de la forêt seulement était coupée. Et donc, le reste constuait un repere idéal pour les serpents. A la fois pouvant leur servir de camouflage et de garde manger dans la mesure ou les bucherons se trouvait a coté. J'entrepris donc d'aller voir Fausto. Il avait l'air d'en savoir un bon bout sur ces créatures et cela m'aiderait peut-etre a les vaincre. Je me levais. Il n'était pas encore tres tard. Surement deux ou trois heure de l'apres-midi. Je vis Fausto assis sur une chaise, en train de preparer des potions. Je l'interpela:

Vous ne pouvez vraiment rien faire pour eux? Dis-je en parlant du capitaine et de son soldat.

Non je suis désolé. C'est en dehors de mes compétences. Il faudrait un maitre de l'eau talentueux pour les guerir et nous n'en avons pas. La dose de poison est trop important pour que je puisse les guerir. Mes potions pourront retarder son action mais pas l'arretter.....Mais je suppose que tu n'es pas là pour te plaindre ou broyer du noir. Que veux-tu?

En effet il me fallait des informations. Je n'étais pas venu faire la causette.

Et bien pour tout vous dire, on m'a assigné cette mission dans le but de surveiller que les opérations de défrichages se passe corectement et il en est de meme pour l'installation des industries. Aussi j'aimerais que vous me parliez des Tournidors. Je veux tout savoir sur eux et ainsin permettre l'accomplissement de ma mission.

Je laissa mes paroles faire son effet. Le medecin sembla faire l'inventaire de ses idées avant de me repondre:

Tout d'abord, sache que les tournidors sont içi dans leur environnement. Ils ont l'avantage de la forêt car ils y vivent depuis tres longtemps. Aussi ne te mettrais-je en garde qu'une fois...... Ces créatures sont des prédateurs! Ils ne voient en l'homme qu'un repas de plus. Ils sont au dessus de nous dans la chaine alimentaire alors fait attention a toi ou tu finiras comme le capitaine voire pire.....

Cela ne repond pas a ma question...

Oui bien sur bien sur. Je voulais seulement te dire le danger que représente ces betes. Alors, les tournidors sont, comme tu as pu t'en rendre compte, d'énormes serpents. Ils ont une peau extremement resistante qui ne peut etre percé que par leurs propres crocs. Et bien qu'à l'aspect translucide, elle secrete un acide tres corrosif ce qui les empeche de se mordre. En effet, bien qu'énorme, ce sont des créatures tres intelligentes. Elles se souviennent de leur victimes ou ennemis. Ce qui signifie que le jeune qui t'a vu, se souviendra de toi si tu le revois. Il fera donc en sorte de te tuer pour de bon car leur intelligence est une intelligence vile et perfide. Ce sont des créatures malsaines qui tuent sans aucuns remords. Bien revenons a nos moutons. Les tournidors possèdent donc une peau tres resistante avec un acide dessus, mais aussi un puissant venin dont tu as fait les frais.... Ce venin s'attaque d'abord au systeme nerveux puis aux tissus ou os. Tout ce qui peut emecher une bonne digestion du serpent. Mais ce venin ne sort que par leurs incisives, les autres dents ne servent qu'à broyer les reste d'une eventuelles victimes. Bien je t'ai détaillé l'aspect et le mental de ses créatures. Veux-tu en savoir un peu plus sur leur mode de vie et sociologie? Car bien que méchante, je dois avouer que ce sont des créatures fortes interessantes. Je passerais ma vie entiere a en parler. Si tu veux j'en ai écrit un petit bouquin. Tiens, je suis sur qu'il te servira.

Je pris le livre dans mes mains. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai l'impression qu'il me sera utile pour plus tard....

Vous ne savez pas si ils ont un points faibles ou quelque chose qui leur fait peur?

Non. Une seule théorie a été avancée, c'est que ces serpents ne savent pas nager. Ils sont bien trop lourdes et ils couleraient aussi surement qu'un rocher. Mais comme personne n'a survecu a une attaque de ces betes...rien n'est moins sur....

Je vous remercie pour ses informations. Je suis sur qu'elles m'aideront.

Je n'étais pas sur de ce que j'avancais car la seule chose que j'appris c'est que les tournidors sont des tueurs invéterrés. En plus je ne savais meme pas comment les faire fuir ou autres choses... Je me leva de la chaise et parti en direction de l'endroit ou nous avons été attaqué la premiere fois. Je sella un cheval que Tom me pretta vontier. Je fis en sorte de ne pas me faire voir de Fausto qui m'avait déconseillé de faire quoique ce soit avec ma jambe sinon je courrais le risque de réouvrir ma plaie.

Il a un sacré caractere fais attention, m'avait-il dit.

Au moins comme ça, je serais de retour plus vite...

Je quitta donc le campement, esperant trouver quelque chose contre ces serpents.
Revenir en haut Aller en bas
Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: Mission n°1 Mer 7 Jan 2009 - 0:13

Durant tout le chemin, le frottement incessant de ma jambe contre le flanc du cheval mefit attrocement souffrir. Pour éviter que la douleur ne dure trop longtemps je fis un peu de galop. Mais ces quelques galops me firent encore plus mal qu'un trot.
Apres vingt minutes d'enfer, j'arrivais enfin a l'endroit de notre rencontre avec le tournidor. Les traces au sol du serpent était encore fraiches....de meme que celles des soldats morts. Des taches de sang mélées a celle du poison jonchaient un peu partout la scène. J'attacha mon cheval a un pieux. Puis j'examina la scène. Avec les taches fraiches, pas tres compliqué.

Bien là il y avait le serpent! Il a mangé le garde qui se trouvait içi. Moi je me suis fait mordre là, un tout petit peu plus haut. Au vu des traces de cendre, il y a du avoir un leger affrontement. Mais alors comment ce serpent a-t-il pu les mordre.... En plus comme il n'avait presque plus de venin car c'était un jeune, et qu'il m'en avait déjà versé dans ma jambe, comment a-t-il pu neutraliser les gardes..... A moins que!

Je retourna à l'endroit ou se situait le capitaine; derriere lui se trouvait une longue marque semblable a celle du jeune Tournidor. Cette fois-çi je m'exclama a haute voix:

Mais bien sur! Ils étaient deux! Pendant que le plus jeune se faisait attaquer, un autre en a profiter pour prendre par derriere le capitaine et les autres. Cela explique aussi pourquoi ils sont dans un pietre état. Ca devait etre un adulte. Il a du tuer les autres avec son venin puis le capitaine et son garde en dernier. Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi le tournidor ne c'est pas approché plus près pour me manger aussi...... Meme si j'étais empoisonné, il aurait pu me manger....Et pourtant il ne l'a pas fait....Il a peu etre eu peur de quelque chose......Mais quoi?

Je chercha sans succès une chose qui aurait pu effrayé le jeune tournidor. Du moins ce n'était qu'une hypothèse.... Je savais que quelque chose l'avait effrayé....quelque chose que l'autre serpent a pu éviter pour tuer les gardes par derriere. Rien ne me vint a l'esprit. Je conclus seulement que ces créatures sont en effet tres intelligentes. Elles ont utiliser la technique de l'appat pour qu'un autre se faufile et nous attrappe.....
Je me resolus donc a rentrer, restant sur mes interrogations. Juste avant de faire demi-tour avec le cheval, je remarqua un petit détail, qui à l'instant ne me marqua pas vraiment, une peau de serpent était disposé par terre. Elle était difficillement visible mais les derniers rayons du soleil la revela. Une peau grande comme mon torse. Ce détail m'importait peu, mais je le memorisa quand meme....

On ne sait jamais....

Je rentra donc toujours avec cette douleur dans ma jambe. J'arriva la nuit tombée car il fallut que je ralentisse le cheval. Je ne doutais pas un moment avoir réouvert ma plaie.... J'arriva donc et a l'entrée du camps se trouvait Fausto.

Je suppose que tu es retourné voir le champs ou vous avez rencontré le tournidor?

Bon sang mais il a les yeux partout! Je ne pouvais pas lui mentir. En plus ma jambe me faisait horriblement mal.

Allons discuter chez moi. Je pourrais soigner ta jambe et tu me raconteras ce que tu as vu.

Je deposa le cheval à l'écurie et il me conduisit a une petite maison, en recul du camps, juste a coté de la rivière qui bordait la foret. Il me fit rentrer, m'installa sur son lit.

Comment avez vous su que je partais la-bas?

Avec les questions que tu m'as posé, il m'aurait parru stupide que tu n'y aille pas. En plus Tom m'a dit que tu lui avait emprunté son cheval. Allons qu'as-tu vu là-bas?

Fallait-il que je lui dise tout? Je ne savais pas si il fallait lui faire confiance ou s'en mefier.... Mais je lui repondis quand meme esperant qu'il m'aiderait.

Pas grand chose. A part que j'ai découvert qu'ils étaient deux et non pas un seul. De plus un des serpents a surement muer? J'ai vu un bout de peau. Mais je n'ai rien vu d'autre d'interressant.

Le medecin resta pensif un moment.... Il ne sut que murmurer

-C'est bien.....très bien....

Il releva la tete et me regarda.

Ecoute, tu es quelqu'un de tres intelligent. Tu es perspicace et cala t'aidera pour plus tard. Mais si deux serpents t'ont vu, ça ne peut etre que mauvais pour toi. Tu ferais mieux de rentrer chez toi ou tu risque d'y rester!

Non je ne partirais pas. J'ai une mission a faire et meme si je dois y rester, je ferais en sorte qu'elle soit réussi. Le capitaine et ses hommes m'ont défendu et il serait lache de ma part d'oublier leur sacrifice et de partir sans honorer ma mission.

Sur ces paroles, je partis de sa hutte pour aller me coucher. Avant d'y aller je regarda par la fenetre de l'infirmerie. La je ne vis pas ce a quoi je m'attendais. Sur les deux soldats se trouvaient un linge blanc.

Non....

Je repartis donc chez Tom qui dormait déjà et m'enferma dans ma chambre. Je n'allais pas réussir a dormir apres ce que j'avais vu..... Il fallait que je venge le capitaine!
Revenir en haut Aller en bas
Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: Mission n°1 Mer 7 Jan 2009 - 13:42

Je n'avais pas dormi de la nuit et bizarrement, je ne me sentais pas fatigué. Je n'avais pas veillé pour pleurer la mort du capitane mais plutot pour reflechir a comment battre ces créatures. Le capitaine et Fausto m'ont mis en garde. Si ces serpents ont pu defaire un bataillon de soldat, comment un disciple pouvait les vaincre. J'avais beau me visualiser la scène, rien ne me vint à l'esprit. Les créatures semblaient intouchables et pourtant je savais que quelque chose les effayait. Je quitta la chambre du bucheron qui était déjà partit et alla voir le medecin qui était dans l'infirmerie.

Ha! tu es là... Je suis désolé il est mort hier quand tu es partit..... Je ne voulais pas t'attrister alors j'ai preferer me taire.... Avant de mourrir il a gribouillé quelques mots sur ce bout de papier. Je ne l'ai pas regardé et je pense qu'il te l'adressait.

Il me tendit un morceau de papier. Il avait été arraché a quelques choses car son contour était irregulier. Je l'ouvrit et le lu.

Gamin.... indices......champs de bataille.....voir.....moyen battre serpent.......

Le reste était illisible. Le capitaine n'avait surement plus de force pour écrire. Il avait trouver un moyen de battre les serpents? Et un ou plusieurs indice(s) se trouvait(aient) sur le champs de bataille..... quelque chose a du m'échapper quand j'y suis allé.....

Il me l'a donné et est mort juste apres. Je ne veux pas savoir ce qu'il t'a marqué cela ne regarde que toi....

Merci. Est ce que vous pensez que je peux chevaucher aujourd'hui?

Et bien ta plaie ne c'est toujours pas remise de ce que tu as fait hier; Ce ne serait pas tres prudent mais.....si tu tiens absolument a chvaucher et bien je vais rembourrer ton bandage.

Très bien..... Pouvez vous le faire maintenant?

Fausto ajouta au bandage de la laine et des tissus. Ma jambe ressemblait a celle d'un esquimo mais si cela m'évitait de me faire mal je m'en contentrais. Je parti à l'écurie ou Tom s'occupait de son cheval.

Salut garçon! Comment ça va aujourd'hui?, me lanca-t-il jovial comme a son habitude, J'ai appris pour le capitaine et je suis désolé

Il avait baissé le ton pour la premiere fois depuis que je l'avais rencontré mais ne semblait pas triste pour autant.

C'est pas grave..... Je peux reprendre le cheval aujourd'hui? J'en ai besoin pour faire un truc très important!

Un "truc"? Hoff, c'est pas mes affaires. Mais fait attention il....

A sacré caractere, poursuivis-je, je sais. Merci. Je serais de retour le plus tot possible.

Avant de quitter la campement, je regarda une derniere fois l'infirmerie, où se trouvait le corps sans vie du capitaine. Je ne pouvais que le remercier car au moins je savais qu'il me restait un espoir de battre ces serpents.



______________________
Nasso: C'est très bien jusqu'à présent :D +130XP
Revenir en haut Aller en bas
Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: Mission n°1 Mer 7 Jan 2009 - 16:17

J'arriva au meme endroit que la veille aux alentour de 10 heures. Les taches de sang étaient encore fraiches mais les marques au sol bien moins. Le vent avait balayé la terre et on distinguait a peine les traces d'un combat. Des indices. Le capitaine a laissé des indices......mais peut-etre c'était-il envolé avec la nuit et le vent. Mais il fallait que je cherche. Peut-etre que justement ce vent ferait apparaitre des choses..... Je fis le tour mais rien....toujours rien.....

Peut-etre que le capitaine divaguait.....

Je chassa cette idée de ma tete car j'aperçu la peau de serpent. La meme que celle que j'avais vu la veille. Sauf que cette fois ci je la pris dans mes mains. On aurait dit une peau de serpent tout à fait ordinaire hormis la taille. Sauf que sur le coin inferieur il y avait du noir. Je ne savais pas ce que ça pouvait etre quand je toucha la matière. La peau s'éffritta et tomba par terre. Elle provoqua un petit nuage noir qui se volatilisa presque instantanément.

De la cendre! Cette partie de la peau a brulée!

Et donc le serpent a mué car sa peau devait le gener. Je sortis le livre que m'avais donné Fausto. Chapitre 4 partie 6 : La mue du tournidor:

Pour l'instant, la communauté scientifique s'attache a dire que le tournidor mue pour pouvor grandir. Quand sa peau devient trop étroite, le serpent se frotte à ce qu'il trouve pour décoller sa peau. Cette mue s'effectue environ 1 à 2 fois par an et ce fait en une seule fois. Ainsi la totalité de la peau est renouvelée. Cependant, au cours de mes recherches, j'ai découvert que le tournidor muait aussi pour se débarasser de ses peaux abimées. Lors d'un combat, si le serpents est blessé, il change sa peau pour permettre une meilleure cicatrisation.

Le reste ne m'interressait pas.... Je savais donc que le jeune c'est fait bruler et qu'il a mué.....Est-ce l'un des indices dont parlait le capitaine? Je ne le savais pas....
Comment a-t-il découvert la façon de battre les tournidors.....mystere....
Je prepara le cheval et partit avec la peau du serpent. Apres 20 minutes de galop qui ne me faisait plus trop mal grace qu rembourrage de ma jambe, j'arrivais au camps. Je me dirigea vers l'infirmerie mais Fausto n'y était pas. Je voulais lui parler de la peau brulée pour qu'il puisse m'aider. J'alla voir chez lui mais il ne s'y trouvait toujours pas.....

Partit cueillir des herbes, me repondit l'un des bucherons quand je lui demandais ou était le medecin.

J'attendis toute la journée, ruminant mes idées, m'interrogeant sur les indices du capitaine.....
Le soir venu, j'alluma un feu à l'entrée du pont de la rivière qui donnait sur la forêt. D'apres les dire, Fausto s'y rendait fréquemment pour chercher des herbes médicinales mais n'avait jamais rencontré de tournidor. Je le vis enfin sotir du bois, un panier d'osier plein de feuilles, de fleurs et d'autres végétaux , dans sa main droite, et dans sa main gauche une petite lanterne a huile. Au moins il était vivant. Il me fit un signe et je le lui rendis. Puis derriere les vieil homme se dressa sur toute sa hauteur un serpent de vingt mètres de hauteur. Il bavait et du venin sortait de ses incisives.

Attention derriere vous!!

Fausto se retourna a temps pour éviter un coup de machoire du tournidor. Mais ce dernier recula sa tete, et chargea, evoyant le vieil homme juste a coté du feu que j'avais fait. Le serpent n'osa pas avancer sur le pont de peur de se noyer.

Vous pensez qu'il restera là-bas?

Je ne sais pas, me repondit-il le souffle coupé, il ne le traverse pas car il pense que le pont cèdera sous leur poinds. Mais si un seul le traverse et qu'il alerte ses congénères que le pont est solide, alors nous ne passerons pas la nuit.

Le tournidor fit quelque tours sur lui meme. Il se mordit la queue formant un cercle parfait. Puis il fit un bond d'une hauteur incalculable pour traverser le pont sans risquer de tomber. Celui la était plus intelligent que les autres et il avait trouvé la parade contre l'eau. Il attérit dans un bruit lourd nous balayant au passage. Ce raffut reveilla les bucheront qui s'agluttinèrent derrière nous.

Un Serpent géant!! Nous sommes fini!

Mais pour une étrange raison, le serpent n'avancait pas. Quelque chose l'empechait de le faire. Quelque chose qu'il n'avait pas prévu étant donner que la vue des serpents est tres mauvaise. Il n'avança, ni ne recula. Il était pris au piège par l'eau derriere lui et devant......

Le feu! Les tournidors craignent le feu! m'excamais-je

Je saisis la lampe de Fausto et derversa l'huile devant le serpent appeuré. Puis je pris une buche de mon feu et la balanca sur l'huile. Elle s'embrasa imédiattement, brulant le serpent. La mue s'effectuait pour tenter de stopper les blessures mais elle n'était pas suffisante pour empecher le feu de bruler les tissus du tournidor. Désespéré, il se débattait, soulevant de la poussiere autour de lui puis il se jeta dans la rivière pour éteindre le feu. Mais, étant trop lourd pour nager, il se noya et coula au fond de la rivière. Tout devint aussitôt clair pour moi:

Alors c'était ça les indices du capitaine.....
Revenir en haut Aller en bas
Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: Mission n°1 Mer 7 Jan 2009 - 18:09

Je regardais le corps du serpent au fond de l'eau. Depuis que je les avais vu, je me les imaginais comme des créatures casiment invulnérables. Désormais que je savais qu'elle craignais le feu, je pouvais enfin faire quelque chose pour que le defrichage continue et qu'enfin les usines s'installent. Tom courru vers nous suivi des autres bucherons.

Ca va? Rien de cassé petit?

Ca pourrait etre pire mais je vais bien.

Le medecin se releva. Lui non plus n'avait rien. Une chance apres le vol plané que lui avait fait faire le tournidor. Je pris la parole pour que tous les bucherons m'écoutent.

Ecoutez! Je sais désormais comment faire fuir les serpents. Ils craignent le feu et leur peau ne les protège pas des brulures. Désormais, il faudra installer des tours de gardes devant le pont mais aussi tout le long de la rivère pour éviter de se faire avoir. Ceux qui effectueront ces rondes seront munis d'une lampe a huile ainsi que plusieurs torches. Nous installerons des feux de camps tout le long pour assurer le maintient de la lumiere.

Les bucherons se dispersèrent alors maugréant des paroles inaudibles. Je pris le medecin par l'épaule et l'emmena dans sa maison.

Comment as-tu su pour le feu? me demanda-t-il une fois assis sur une chaise.

Et bien le tournidor n'avançait pas. Il restait hors de la portée du feu et ne voulait pas avancer. Si les serpents ont une langue thérmique et bien il a du sentir un afflut de chaleur et a paniqué. Mais je ne pensais pas que leur peau était sensible aux flammes. Maintenant que je sais qu'ils ont peur du feu je comprends....

Le medecin remua sur sa chaise. Lui ne voyait pas de quoi je voulais parler.

Qu'est ce que tu comprends?

Je lui souris. Pour une fois j'allais pouvoir lui faire mes explications et non l'inverse. Bien sur ce que j'avançais sur ce qu'il c'était passé lors de mon inconscience n'était que des hypothèses mais elles me paraissaient plausibles.

Et bien en fait le capitaine avait trouvé aussi que les tournidors craignent le feu. Durant le combat il a du envoyer une boule de feu dans la direction su jeune et ça a du l'effrayer. Le capitaine a du comprendre tout de suite. Malheureusement, lui et ses hommes auraient plus s'en sortir si il n'y avait pas eu un autre serpent derriere eux. Quand il a manger un des ses hommes, le capitaine savait qu'ils ne s'en sortiraient pasI Il a donc roussi une partie de la peau du jeune pour me faire comprendre qu'ils étaient sensibles au feu. De plus cela explique aussi pourquoi l'adulte a pu se faufiler derriere. C'est parcequ'il n'y avait pas de source de chaleur. Tres maline ces betes....Enfin, cela explique aussi pourquoi nous ne croisiez jamais de serpent dans la foret. Votre lanterne devait fournir suffisement de chaleur pour les empecher de vous approcher.

Ses yeux s'éclairairent. Il avait compris

Bien sur.... d'habitude je me retourne pour surveiller mes arriere. Or ce soir je ne l'ai pas fait et se serpent a du en profiter pour m'attaquer. Mais quand je me suis retrouné il a du prendre ma lumiere dans son visage, sa langue l'a ressenti et il n'a pas aimé.....d'ou le coup de tete qu'il m'a mis.....

Un leger silence s'installa a la suite duquel parla Fausto:

Et comment compte-tu les chasser de la foret?

Et bien au lieu de couper la foret on va la bruler. Les arbres sont un très bon carburant pour le feu. En plus si on dispose suffisement d'huile a l'entrée de la foret, la fumée devrait les priver de leurs sens. Donc soit ils meurent carbonisés dans la forêt; soit ils se noient dans la rivière en essayant de s'enfuir. Ce qui est pratique c'est qu'il n'y a qu'une issue possible et c'est celle que je leur offre. Du moins si ils ne savent pas se déplacer en montage...

Non ne t'inquiete pas. Comme tu l'a dit ils n'ont qu'une seule issue. Et bien qu'ils pourraient s'enfuir par la montagne, ils ne reviendraient plus étant privé de l'abri de la forêt. Bien, je vais prevenir les bucherons de ton plan. Toi vas te coucher. J'irais te chercher demain matin.

Il se leva mais je l'interrompis.

Non. Allez prevenir les bucherons mais nous allons bruler cette forêt ce soir.......
Revenir en haut Aller en bas
Masao
*** Gardien du Feu
*** Gardien du Feu
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 313
Date d'inscription : 19/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: Mission n°1 Ven 9 Jan 2009 - 19:16

Il me regarda éberlué.

Quoi? Tu ne veux pas attendre? Les bucherons sont sur le choc d'avoir vu un serpent dans leur camps et tu veux leur demander de retourner en voir?? Et, si tu brule la forêt, les bucherons n'auront plus de travail!

Non..... Si les autres tournidors s'appercoivent qu'ils leur manque un des leur, ils partiront a sa recherche et tomberont sur nous mais en étant plus nombreux...... Ensuite, nous ne verrons pas les Tournidors puisque c'est le feu qui s'en chargera pour nous.... Et enfin, de tout les plans que j'ai imaginé, celui là est le mieux adapté pour éviter d'autres pertes... En ce qui concerne les bucherons.... voila ce que je voulais dire par bruler la foret......

Le medecin ne dit plus rien. Il ouvrit la porte et rassembla les bucherons. Il leur expliquait mes idées et sur chacun des visages on lisait la meme expression.....la peur d'abbord pour avoir l'audace de s'attaquer aux betes; puis la joie quand ils apprirent que nous pourrons les avoir sans les approcher. Par la fenetre je les vis qui s'affairait déjà a rassembler l'huile, les torches. Tom fut incontestablement désigné pour anoncer les tours de gardes aux autres bucherons. Je ne bougea pas de ma chambre. Je me demandais s'il n'y avait pas de faille; si les serpents n'avaient que les options que je leur offrais pour mourrir ou fuir. Je fus interrompus par Fausto.

Les hommes sont en train de rassembler l'huile et le feu. Va te preparer dans ta chambre. Normalement, tout sera près dans une demi-heure.

Je quitta donc l'infirmerie, écoutant les ordres de Tom, le brouhaha des hommes, et les cris de joie de d'autre qui savourait déjà leur victoire et la reprise du travail. Je m'enferma dans la pièce principale de la maison. Tom ne viendrait pas chez lui pour l'instant et ce sera toujours plus rapide pour commencer l'opération. Je sommeillais. Comme je n'avais pas dormi la nuit derniere, il me fallut resister pour ne pas sombrer dans le sommeil. Je me reposerais plus tard! Quand tout sera fini! Tom ouvrit la porte.

Allez mon gars, tout est près dehors. Les hommes attendent ton signal.

Je sortis avec lui. Moi donner un signal? C'est bien la premiere..... Dehors, il faisait sec et doux. Il y avait un leger vent qui prenait la direction de l'ouest.

Parfais, cela attisera encore plus les feux et le vent est dans le sens opposé de la direction de la montagne.

Tom me dévisagea de meme que Fausto. Je me tourna vers les bucherons qui attendait le signal. Silence de mort. Plus un seul bruit et cette attente paru une éternité. Je leva le bras. Puis, d'un geste rapide l'abaissa pour ordonner l'envoi de l'huile. En quelques secondes, une dixaine de bucherons se relaya pour envoyer toute l'huile possible sans s'enfoncer trop dans la forêt. Cependant, j'en vis un qui fit ce qui était surement le pas de trop. Au moment ou son pied toucha le sol, une marrée de serpent sorti de la forêt. Ils semblaient beaucoup par leur taille mais n'était qu'en fait quatre.... Dont celui que j'avais déjà vu dans la plaine et l'adulte qui l'accompagnait. Le jeune, surement le plus impétueux, s'enroula, sauta, et se fracassa sur le pont. Il avait ainsi annoncé aux autres que le pont était solide. Mais ces-derniers ne l'imitèrent pas car ils comprirent ce qu'il se passait. Les bucherons, situés devant la forêt et qui avaient réussi a regagner l'autre rive plongèrent et mirent du feu sur les poutrelles non exposées a l'eau et humidifiées par de l'huile. Les parties en contact avec la riviere avait déjà été entaillé par les bucherons selon les directives que je leur avait donné. Ils se dégagerent comme ils purent avant que le pont, privé de ses armatures principales qui brulaient, ne s'effondre. Ils regagnèrent notre coté de la rive où a un endroit j'avais fait aménagé une sorte de ponton. Aussitot que le dernier remonta ils le détruisirent pour éviter une récidive des serpents. Le plus jeune, tomba alors à l'eau avec les débris du pont et commenca sa descente pour rejoindre son compagnon d'infortune. Les trois serpents restant dardaient sur nous des regards perçants, fou de rage par la nouvelle perte d'un des leurs si peu nombreux.

Et oui, j'ai été plus malin que vous.

Pendant que les serpents étaient affairés a nous fixer et a commencer a s'enrouler pour passer de l'autre coté, Tom traversa la rivière a la nage et mis le feu au sol. Les serpents arretèrent leur manoeuvre, se précipitant sur Tom pour apaiser leur rage dessus. Mais en allant vers lui, il s'imbibèrent d'huile disposé sur le sol et le feu qui s'approchait d'eux eu raison de leur courage. Avant d'avoir pu réagir, ils étaient déjà en train de bruler.

C'est maintenant que tout ce joue, pensais-je.

Si les serpents partaient en direction de la forêt, ils bruleraient tout. Et cela impliquerait que la mission ne dure plus longtemps car il faudrait déblayer les cendres avant l'installation des usines. Cependant, la chance nous tourna. Les tournidors, ayant perdu tout sens de l'orientation, suivirent le vent pour les guider. Mais ce dernier les emmnait vers la rivère puisqu'il soufflait vers l'ouest, a l'opposé de la monagne et donc vers nous. Un des serpents d'éffondra avant de pouvoir l'atteindre. Un autre eu le temps de plonger sa tete avant de mourrir. Quant aux deux derniers, ils leur restaient assez de force pour effectuer une derniere rotation. Ils sauterent, esperant chasser le feu avec le vent et la force de leurs impulsions. Un y parvint a moitié; l'autre retomba en partie en cendre, qui ressemblait a une pluie grise. Celui qui réussi a éteindre l'avant de son corps nous regarda, une derniere fois, avec des yeux qui n'avait pas de colère mais de la tristesse. Cette tristesse s'évanouit avec la vie qui avait quitté le corps du serpent et il continua a bruler lentement, comme si le feu lui meme refusait de prendre ce semblant de sentiment.

Des cris de joie se firent entendre de partout. Les bucherons allaient pouvoir reprendre le travail sans etre déranger. Fausto me prit par l'épaule et me dit:

Qui sait? Peut etre voulait-il simplement vire en paix içi? Ce sont des etres vivant comme toi et moi. Et bien qu'a l'aspect terrifiant, ils ne faisaient que défendre leur maison et sont aussi capable d'avoir des sentiments....

C'est sur cette derniere phrase que s'acheva ma mission. Au cours du mois suivant notre victoire sur les tournidors, nous reperâmes un nid de leurs oeufs. Fausto réussi a en subtiliser un pour étudier les tournidors, et peut etre le dresser, avant que les bucherons ne détruisirent les autres. L'installation des usines commenca sans probleme et un autre mois plus tard, tout était en place. J'avais fini ma mission et me preparait a rentrer chez moi. Avec les bucherons, nous offrimes une scépuluture aux soldats et au capitaine. Je dis aurevoir a Fausto, Tom et aux autres bucherons. Je ne pensais pas les revoir un jour...A moins qu'ils ne soient encore en danger ou que je veuille voir la production des usines.... De toutes les manières, cette mission me fit acceder au rang de soldat. Une certaine façon de me rappeller du capitaine... Mais le jour de ma visite au village, ou plutot aux industries, le camps avait disparu. Parti vers d'autres forêt m'avait-t-on dit. Quoiqu'il en soit, avant de partir, quelque chose me toucha l'épaule.... Je regarda....

Ho génial, le seul danger de la region, a part les ours, vient de me tomber dessus.....


FIN!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




RPG


MessageSujet: Re: Mission n°1

Revenir en haut Aller en bas

Sujets similaires

-
» COMICS PLACE : la petite émission
» Avis de marché - Paris - Musée Rodin - Mission de restaurateur conseil - conservation préventive
» Onde à bulles, l'émission BD de Radio Campus
» Mission à Montréal (Mission to Montreal)
» [Epcot] Mission: SPACE
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: