Partagez|

Les cendres du passé. <Terminé!>

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Kalae
*******
*******


Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Mar 27 Sep 2011 - 12:48

Comment la demoiselle avait pu réussir à être en possession de ces affiches qui venaient à peine d'être posée alors que nous ne l'avions même pas vu sortir de la chambre, elle qui dormait encore il y a quelques minutes de cela. Décidément Fira était une jeune femme pleine de rebondissements et de surprises...

Le maître du feu ne pouvait plus contester quoi que ce soit, la jeune fille des rues l'avait eu en beauté et l'homme se retrouva sans argument face à ses représentations brouillons et peu figuratives.
Nasso soupira discrètement, comme résigné. Quand à moi, je ne disais toujours rien, ignorant quoi penser de la situation, Fira semblait réellement vouloir se rendre utile, mais ce qu'elle avait fait, elle pourrait très fortement le refaire, la violence était encrée en elle, en son enfance solitaire. Depuis toujours elle avait apprit à survivre a ses cotés, elle était désormais son alliée.

Que dire désormais? La rejeter malgré tout? Face au silence qui s'était installé nous étions à nouveau plongé dans nos pensées quand à l'avenir de notre groupe. Voyant que la situation pourrait déraper Fira réussit à humidifier de nouveau ses yeux grâce a un jeu d'acteur parfait. Devant les yeux triste et ses lèvres vacillantes de la jeune femme Nasso fit par céder et accepta qu'elle reste encore avec nous.

-Qu'en dis tu Kalae? Demanda t-il pour être certain que je ne sois pas en désaccord.

Quelques petite secondes de silences plainèrent le temps que mon regard ne jongle plusieurs fois sur la fille des rues et le maître du feu, d'un air hésitant, avant que je n'acquisse en hochant la tête doucement.

-Oh vous êtes tellement gentil!! S'exclama dans une explosion de joie Fira qui ouvrit grand ses bras pour nous serrer contre elle en nous sautant dessus brutalement.

Blottit ainsi tout les trois, les visages s'écrasant les uns contre les autres, la demoiselle semblait réellement enchantée de nous accompagner, mais ce n'était en réalité que pour dissimuler l'espionnage qu'elle comptait continuer à faire. Lorsqu'elle relâche finalement prise et tapa dans ses mains comme pour annoncer que le moment du départ ne tarderai pas. Elle s'engouffrait de nouveau dans la petite salle de bain pretextant qu'elle avait une petite toilette à faire.

Nous dûmes donc patienter de nouveau alors que la demoiselle prenait son temps, enfermée dans cette pièce. Fira était assise sur le rebord de la baignoire, attendant avec impatiente le retour de son faucon, il fallait que le message arrive rapidement, sans quoi, si ils prenaient le départ sans prévenir, l'oiseau messager aurait été désorienté et n'aurait pu transmettre la réponse de monsieur Edhon Huang que Fira attendait avec impatiente.
Dix minutes finirent par s'écouler et la fille des rues n'était toujours pas sortie. Que lui arrivait-il? Je m'étais avancée d'un pas curieux et cogna à la porte à trois reprises consecutives.

-Fira? Demandais-je a travers la porte. Est ce que tout se passe bien? Tu en mets du temps.
-Heu... Fit la demoiselle qui avait sursauté et toujours sans nouvelle de son faucon. Oui oui! C'est juste que je n'arrive pas à me débarrasser d'un épi. Ces cheveux sont impossiblement sec!
-Bah ce n'est pas bien grave, Rassurais-je en commençant a trouver que l'heure tournait. Il disparaitra dans la journée, viens.
-Non! Affirma Fira. Je ne peux pas sortir comme ça.

Nasso soupira en secouant la tête de gauche à droite, * Ahh... les femmes.* pensa t-il. Devant la jeune femme décidée et enfermée dans la pièce, je ne pouvais qu'attendre, j'avais donc fini par tourner les talons avant de me remettre sur le lit, attendant que la jeune fille libère la place.
Très vite après cela, le faucon messager ne tarda pas à venir se poser sur le rebord de la fenêtre qui avait été ouverte. L'oiseau pu enfin reposer ses ailes qui avait volé toute la nuit pour pouvoir transmettre la réponse le plus vite possible à sa propriétaire. Fira s'empressa de défaire le ruban rouge qui maintenait le message accroché à sa pâte avant de le dérouler lentement pour faire attention à ne pas le déchirer par mégarde.

« Fira.

Ton travail jusqu'à maintenant est parfait, mon plan se déroule au-delà de mes espoirs. J'ai déjà eu ouïe du meurtre de mes parents avec un faucon royal qui est arrivé dans le courant de la nuit peu après le tiens. Bien évidement j'ai eu le droit à de sincères condoléances et des promesses de justice. Mais je ne veux pas que les autorités découvrent les vrais coupables, du moins, pour le moment. Je veux les tuer par moi même et obtenir les honneurs en prouvant comment les Huang traite les ennemis.
Ce que je voudrai que tu fasses, ma chère Fira, c'est de découvrir les points faibles de Kalae et du maître du feu, pour pouvoir les tuer, je veux les écraser rapidement sans leur donner la moindre chances, et ainsi assurer un futur brillant pour notre famille.
C'est une occasion fabuleuse de conquérir le pouvoir. Quand tout ceci sera fait, amène les chez moi...
L'heure de la vengeance à bientôt sonné. Je vous attend.

Edhon Huang. »


Après la lecture Fira déchira le petit message en des dizaine de morceaux avant de les lancer par la fenêtre. Les petits et illisibles bouts de papiers se dispersèrent dans les airs comme des graines de pissenlits portées par le vent.
Elle finit finalement par sortir en arborant un sourire naturel avant de nous laisser la place. Nous fûmes prêt bien plus rapidement que Fira le fut, juste le temps de pouvoir mettre des habits banals, ce qui ne lui donna à peine le temps de réfléchir à comment elle allait bien pouvoir mettre a exécution les ordres de son maître. A plusieurs reprise la demoiselle des rues avait pu observer cette promiscuité entre Nasso et moi, cette amitié soudée, presque ambiguë. S'agissait-il d'une simple amitié profonde, ou d'un amour inavoué?
La jeune femme des rues savait qu'elle pourrait jouer sur cet aspect, tester nos liens pour faire ressortir en nous des sentiments qui pourrait s'afficher comme une faiblesse.
Elle pouvait déjà compter l'importance que nous accordions tout deux à la famille qui faisait déjà un moyen de pression convainquant, mais elle savait que ce n'était pas le seul et elle était bien décidée à tout faire apparaître en surface, tout en restant dans son rôle de camarade de route.


Nous ne tardâmes pas à quitter les lieux, nos sacs furent accrochés à la selle du rhinokomodo qui avait bien eu le temps de se reposé et qui avait été bien prit en charge par l'homme des écuries, tout comme la chevautruche qui semblait avoir hâte de gambader à nouveau. Le maître du feu monta avec aisance sur le dos de sa bête et alors qu'il allait me proposer sur sa main, Fira prononça son nom comme l'aurai fait un enfant cherchant a réclamer quelque chose en prenant une voix sucrée.

-Nassooooo... Est ce que je peux monter derrière toi? S'il te plait...
-Que t'arrive t-il? Questionna l'homme qui retira sa main que j'étais sur le point de saisir.
-Je n'ai pas l'impression que cette chevautruche m'aime... Répondit-elle d'une voix tendre en baissant les yeux.
-Que dis tu?! Tu l'as déjà monté durant plusieurs jours. Fis-je remarquer d'une vois légèrement agacée par cette femme capricieuse.
-Mais aujourd'hui c'est différent! Répondit-elle sur d'elle. Elle ne m'aime pas!
-Très bien, très bien... Répondit Nasso qui voulait mettre fin le plus vite possible à cette discutions.
-Merci! Lança t-elle en s'approchant de l'homme tout en m'écartant avec un coup de bassin discret. Tu es si gentil...

La jeune femme monta avec aisance derrière le maître du feu et pris bien soin de passer ses bras autour de son torse tout en apposant sa tête dans son dos. C'est avec un regard méfiant que le l'avais regarder monter, aidée par le maître du feu qui me proposa alors avec gentilesse de prendre la chevautruche de Fira.

Je m'étais donc tourné vers l'animal aux allures calmes, elle se laissa approché et monter sans difficulté. Cet animal n'aimait-il vraiment pas la fille des rues ou était-ce un prétexte pour se rapprocher de l'homme qui nous accompagnait?
Nasso ordonna au rhino-komodo d'avancer en donnant un petit coup de talon dans son flanc. Les deux cavaliers passèrent à l'avant puisque Fira serait pour le reste du voyage notre guide. La jeune femme me lança un faux sourire lorsqu'elle passa à mon niveau, comme pour me remercier de lui avoir permis de se rapprocher de Nasso.
*... * Sans rien dire je les laissais prendre les devants.

-Où vit mon oncle Fira?
-Ohhh! Répondit la jeune femme en riant presque. Je ne vais pas vous le dire, vous seriez capable de m'abandonner une fois les informations en mains. Non, je vais vous guider, et vous verrez bien le moment venu!

Ça y est, la fille des rues commençait à marchander et à nous avoir comme de simples victimes. Savoir que nous serions tout le long de ce voyage dépendant de ses caprices réussit à faire naitre en moi un grognement imperceptible.
Nous commençâmes notre route pour un long et périlleux voyage sur les terres rouge de la nation du feu, nous ignorions notre itinéraire et devions avoir entièrement confiance en cette femme bien trop armée.

A une allure tranquille, nous quittâmes la capitale de la nation du feu, prêt a continuer cette aventure décidément bien étrange.

Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Mar 27 Sep 2011 - 19:25

La route était incertaine pour Kalae et Nasso, Fira de son côté se devait de ne pas mener ses compagnons trop rapidement au maestro de cette vaste opération, l'amiral Huang, afin de pouvoir récolter les informations que ce dernier lui avait demandé. Elle était une femme dévouée à la cause de ce dernier, formatée pour obéir. Celle qui prétendait haïr les Huang était en réalité l'une de leurs plus dévouées espionnes, tout du moins dévouée au fils, à présent seul héritier de l'immense fortune et pouvoir politique de ses défunts parents. Seul! Non, il restait de l'ombre au tableau à ses yeux, ombre dont il ne tarderait pas à se défaire.

Kalae et Nasso ignoraient les sombres projets de son oncle, elle qui n'avait eu affaire qu'avec ses grand-parents n'avait encore jamais rencontré celui qui avait ôté la vie à ses parents, celui qui avait saccagé la maison de sa seconde famille, celui qui lui avait arraché cette dernière, celui qui par le biais de Fira la manipulait sans qu'elle ne le sache. Cet homme, capable des pires actes, jusqu'à tuer ses géniteurs, elle allait devoir lui faire face avec le soutient de son fidèle ami, Nasso, sans connaitre la moindre chose de ce dernier alors que lui aurait reçu des rapports de Fira...

Sortir de la capitale demanda deux bonnes heures aux compagnons, l'affluence était dans les rues et les nouvelles affiches arrivaient à ralentir encore plus que d'ordinaire le trafic des petites et larges allées. On voyait dans les rues des soldats recherchant des personnes ayant des portraits robots similaires à ceux des affiches, tout du moins les plus sérieux d'entre eux, d'autres semblaient plutôt faire mine d'effectuer les recherches tout en évitant de trop se fatiguer avec la chaleur environnante qui régnait.

Lorsqu'ils furent enfin sortis de la ville, sans avoir subit le moindre arrêt, le groupe, s'étant temporairement séparé d'une centaine de mètres pour éviter tout soupçon aux portes de la ville, n'avait pas suscité l'attention des gardes qui filtraient les entrées et sorties de la ville rayonnante.

Bien plus tard dans la journée, la jeune femme à l'arrière du Rhino-komodo se faisait un plaisir de donner ses indications, non pas en les disant hautes et fortes mais en les chuchotant à l'oreille du maitre du feu, ceci afin d'éveiller la curiosité de la maitresse de l'eau bien trop éloignée pour savoir de quoi retournait tous ces chuchotements, surtout quand la maitresse d'arme laissait apparaitre sur son visage un sourire satisfait. Sans s'en rendre compte, la fille de l'eau avait fait en sorte que sa chevautruche au fil des heures avance au côté du Rhino-komodo de façon à s'en rapprocher petit à petit.

Après de longues heures à parcourir de petits chemins parfois guère des plus aisés à parcourir, le groupe décida de faire une halte dans un petit village pour la collation du midi qui au vu de leur appétit prendrait du temps à se terminer. Fira, Kalae puis Nasso entrèrent dans le restaurant du village, le seul des environs.

" Messieurs, dames! " S'exprima distinctement l'homme qui depuis sa cuisine apercevait les nouveaux arrivants. " Installez-vous où vous le souhaitez et profitez de notre événement du jour en attendant que je vous serve! "
* Événement? * S'interrogèrent les trois compagnons qui n'étaient venus ici que pour remplir leur estomac qui criait famine.

Aucun d'eux ne sut de quoi il en retournait dans les premiers instants, ils prirent place à une table suffisamment éclairée sans non plus être le centre de la salle. D'autres clients étaient déjà présent et semblaient impatient, c'est dernier était eux sûrement présent pour cet événement annoncé.

Un nuage rose se dégagea du centre d'une des allées entre les tables, il dégagea une odeur sucrée et agréable, une odeur familière à n'importe quel odorat sans trop savoir de quoi il s'agissait, il disparu très rapidement pour laisser place à une femme très petite et recouverte de rides qui en était la source, elle avait longtemps travaillé sa mise en scène et élaboré ce parfum allié à cette fumée spécialement pour captiver son auditoire.

" Dans les ténèbres de la nuit et du jour,
la mort n'est jamais loin,
en poursuivant votre chemin,
vous serez pris à votre tour.
La lumière et la paix,
sont dans la clairière de l'amour.
Il faudra vous mouiller,
à l'horizon d'un autre jour.
En combattant pour lui,
vous souffrirez aussi.
"

Prononça la vieille dame comme possédée en regardant fixement en direction de nos trois amis, sans savoir qui était le destinataire de cette prophétie. Sans un mot de plus, et sans un mouvement, elle disparu dans ce même nuage rose mais accompagné d'un autre parfum, cette fois-ci plus amer.

" Qu'est-ce que...? " Interrogea Kalae interloqué après une intervention si brève.

Cette vieille femme, qui était-elle? Une poète? une prophétesse? Une folle? Aucun des trois n'avaient la réponse et personne ne savait comment interpréter les dires de la femme qui avait à présent disparu.

" Énorme!! " Commenta un jeune homme qui portait une paire de lunette et qui était accompagné de plusieurs amis, tous semblaient être des littéraires et même s'il ne connaissait pas non plus la réponse aux questions de nos amis, ils étaient des fans de cette vieille dame et essayer d'assister à toute ces présentations toujours plus vibrantes à leurs yeux.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Mer 28 Sep 2011 - 22:08

L'apparition de cette mystérieuse vielle dame avait réussit à suscité tout notre intérêt. Qui était-elle? Une charlatant employée pour attirer la clientèle superstitieuse? Une véritable prophète? Ou alors peut être bien une vielle folle dont le temps n'avait fait qu'aggraver la situation? Mystère.

Un groupe de jeune gens assit à une table voisine applaudissait généreusement la prestation de l'inconnue. Ils ne semblaient pas bien âgé peut être la vingtaine et l'un d'entre eux, qui possédait une petite paire de lunettes noires sur le bout de son nez semblait être à la tête de ce groupe d'étudiants.
Nous échangeâmes un regard curieux face à l'enthousiasme de cette troupe de littéraire face à cette personne âge. En savaient-ils s'avantage sur elle?

-Qu'ont-ils à s'exciter ainsi les binoclards? Demanda Fira sur un ton impoli.
-Peut être la connaissent-ils?
-Des admirateurs?
-Il n'y a vraiment rien à admirer, cette prestation était courte, et inutile. Critiqua Fira qui semblait dérangée par ce qu'elle avait pu entendre de la bouche de la vielle dame. C'est des mots sans sens alignés les uns après les autres!

La demoiselle des rues avait-elle vraiment raison? Finalement les paroles de cette vielles femme pouvait s'avérer plus intéressantes, il suffisait simplement de creuser.

-Nous n'avons qu'a leur demander. Proposais-je avec simplicité en arborant un sourire.
-Tu vas perdre ton temps. Grogna Fira en croisant ses bras sur sa poitrine.
-Excusez moi! Lançais-je sans bouger de ma table en penchant vers celle voisine pour m'adresser au groupe d'étudiant. Vous savez qui est cette femme que nous venons de voir?

Tous voulurent répondre au même moment , mais quand leur voix commencèrent à s'entre-mêlée, ils finirent pas élire un porte parole qui ne fut autre que le jeune homme au lunettes noires.

-Bien sûr. Répondit-il en posant ses coudes sur la table avant de joindre ses mains comme l'aurait fait un homme d'affaire en pleine transaction. Cette vielle dame vient souvent se produire ici, c'est une prophète hors paire. Après nous ignorons tout de sa vie privée, même son nom. C'est une personne qui reste dans un mystère troublant, mais ses dires sont de très nombreuses fois vrais. A plusieurs reprises, nous avons put expérimenter ses dons dans des représentations comme celles ci, lorsque nous avions eu la chance d'être choisit. Aujourd'hui, c'est votre tour on dirait.
-Une prophète? Répéta Nasso un brin septique.
-Mais que devons nous comprendre à tout ça? Demandais-je de manière interloqué.
-Ah, ça nous ne pouvons vous le dire. Répondit le jeune littéraire. C'est votre aventure, le déroulement de votre histoire, vos choix. Vous êtes les seuls a pouvoir répondre a ça et vérifier si la prophète avait raison ou tord.
-Je vois. Terminais-je sans réelles convictions. Je vous remercie.
-Avec plaisir. Répondit l'homme avec un sourire aimable.

Je m'étais replacée correctement pour être à nouveau face à la table ronde où nous nous étions installés. Fira n'avais toujours pas quitter sa position nonchalante, ses bras croisés d'un air boudeur tout en se balançant en arrière sur sa chaise attendant que l'homme vienne prendre sa commande. Elle regardait fixement devant elle, le maître du feu une main posée sur son menton et accoudé à la table de bois réfléchissait à la prophétie qu'il venait d'entendre, cherchant un quelconque sens.

Fira fixait intensément l'homme de la nation du feu tandis que je finissais les derniers reste que je cherchais du regard l'aubergiste qui devait se chercher de prendre nos commande, affamée.
Sentant ce regard pesant posé sur lui, Nasso finit par lever le regard qui jusqu'à maintenant était posé dans le vide. Il croisa finalement celui de Fira qui la fixait de ses yeux ambres presque dorés, un sourire provocateur naquit en coin de lèvres et la demoiselle adressa au maître du feu un clin d'œil rapide mais bien distinct que l'homme préféra ignorer, préférant agir comme si il n'avait rien vu, pensant que l'espionne ne faisait que le taquiner. Face à se désintéressement, Fira fronça discrètement les sourcils comme énervée que les choses ne se déroulent pas exactement comme elle l'aurai espérer.
L'aubergiste arrive finalement et prit rapidement les commande de chacun avant de venir les servir sous quelques minutes, pour que nous puissions remplir notre estomac bruyant.

Le repas fut rapidement terminé, et bientôt nous ne tardâmes pas à nous préparer a reprendre la route. Nasso laissa quelques petite pièce de bronze sur la table pour régler la petite note tout a fait abordable pour ce repas rapide mais consistant. Après avoir saluer une dernière fois le groupe de littéraire qui finissait leur repas en débattant sur un sujet philosophique, nous étions sortit de l'établissement et avions prit le petit chemin terreux de droite qui menait à la petite écurie où les bêtes des clients étaient attelées.

Le rhino-komodo s'était endormit sur le sol en paille tandis que la chevautruche avait cacher sa tête dans un tas d'herbe séché lorsque le bruit de la lourde porte en bois s'ouvrit et l'effraya. A ses cotés, une autre chevautruche, bien moins trouillarde se laissait caresser par sa propriétaire qui était sur le point de reprendre la route.
Lorsque assez de lumière pénétra dans la pièce nous pûmes distinguer facilement le visage ridée de la prophète qui s'était manifesté dans le petit établissement quelques minutes plus tôt. La surprise gagna nos visages.

-Vous? Avions nous lancer en cœur surprit.
-Bonjour. Répondit-elle en afficha un calme troublant comme prévenue de notre arrivée.
-Vos êtes bel et bien la prophète que nous avions vu tout à l'heure? Voulu s'assurer Nasso.
-Tel le vent, les gens me perçoivent chacun à leur manière, à vous de juger ce que je peux représenter. Murmura t-elle tout en continuant de caresser sa monture.
-Tout à l'heure, c'était bel et bien à nous que vous parliez, n'est-ce pas?

Le vielle dame détache enfin son regard de sa bête et le posa sur nous en nous examinant avec attention.

- Dévoiler davantage, ce message, je ne ferais pas. À vous, il se dévoilera... Répondit la vielle femme avec un regard profond presque captivant.
-Y'en a marre... Murmura discrètement Fira dans on coin, qui ne désirait que s'en aller. Il est temps de partir. Merci madame pour vos conseils, mais nous sommes des grandes personnes!

La demoiselle du feu grimpa sur le dos du rhino-komodo encore endormit comme pour faire comprendre son impatience. Nasso et moi échangions un regard et après avoir remercier malgré tout le vieille dame nous nous tions dirigé vers nos montures respectives. Nasso monta aux devant de sa bête et Fira agrippa l'homme comme elle avait prit l'habitude de le faire. Le rhino-komodo se redressa alors comprenant que l'heure d'entrée en scène était venu.
Agrippant les rênes de ma chevautruche avec douceur, et avec un pied dans l'étrier, monter sur son dos fut un jeu d'enfant. Alors que le gros animal qu'était le rhino-komodo commença a sortir de l'écurie d'un pas lent, la vielle dame apposa sa main froide sur la mienne ce qui me fit porter mon attention sur elle.

-Les apparences sont trompeuses mais l'âme ne trompe pas. Se contenta t-elle de dire avant de relâcher doucement son emprise.
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Jeu 29 Sep 2011 - 21:41

Depuis leur rencontre mystérieuse, plus de vingt-quatre heures s'étaient écoulées, les mots de la vieille femme étaient revenus en tête de nos compagnons plus d'une fois sans qu'ils n'en fassent mention entre eux, mis à part Fira qui à l'heure d'éteindre le feu avant de dormir s'en était piètrement moquée.

Leur voyage dirigé au fil des heures par la fille du feu qui se refusait toujours de dévoiler à ses deux proies quelle était leur destination finale. Pour elle, tout restait à faire, elle devait trouver les faiblesses de ces compagnons et pour cela, elle n'allait pas hésiter à employer les manières fortes. La ruse, la tromperie, le relationnel, tout aller être user à son avantage et ceux dissimulé par un jeu d'actrice hors-du-commun.

Aux abords d'une rivière, l'eau dans sa douce mélodie accompagnait un arrêt bien mérité aux alentours de trois heures de l'après-midi, les bêtes venaient de leur faire franchir un récif très laborieux et cette halte leur était offerte en reconnaissance de leurs efforts. Fira continuait de trainer autour de Nasso aux grands damnes de Kalae qui constatait le spectacle avec dégoût, à moins que ce ne fusse une pointe de jalousie qui se prononçait. Elle semblait néanmoins rassurer de voir que le maitre du feu ne semblait entretenir avec cette dernière qu'un simple lien amical. Le seul homme du groupe ne semblait pas remarquer qu'il était la cible des regards d'attention des deux jeunes femmes, pour un homme relativement perspicace dans la vie et au combat, il ne semblait que peu éclairé sur les mystères des femmes.

" Kalae? Tout va bien? " S'inquiéta le maitre du feu lors d'un moment où la fille du feu avait fait une pause dans son harcèlement du maitre de l'élément vivant.
" Oui, pourquoi me demandes-tu cela? " Rétorqua-t-elle surprise et heureuse de trouver l'attention du maitre du feu qui ne l'avait donc pas oublier.

La jeune femme se doutait-elle seulement à quel point son bien-être comptait aux yeux du fils du feu qui avait au fil de leurs rencontres cédés toujours un peu plus à son charme naturel, à sa gentillesse, à sa beauté enivrante. Elle avait certainement des soupçons mais n'imaginait pas l'étendue de ces derniers. S'il l'aimait, pourquoi ne l'avouait-il donc pas? La situation de la famille de Kalae l'empêcher peut-être d'agir tel qu'il le souhaitait? Peut-être l'homme ignorait lui-même la force de ce sentiment grandissant depuis leur première rencontre dans les cellules du Boiling Rock.

" Je ne sais pas, je te trouve bien silencieuse. Ne t'inquiètes pas, nous allons tout arranger. " Dit-il en espérant la rassurer sur son avenir, celui de sa famille et tout ce qui pouvait compter sur elle.
" Merci Nasso, tu as toujours été là... " S'exclama la jeune femme en s'approchant du maitre du feu pour lui apposer une bise délicate sur la joue en guise de remerciement.

Le contact des lèvres de la jeune femme sur les joues du fils du feu avait réussi à le troubler, surpris mais dans le bon sens du terme, le maitre du feu vint poser sa main là où les lèvres venaient de se retirer comme pour tenter de conserver ces dernières plus longtemps alors qu'il était déjà trop tard.

Un bruit d'eau vint finalement l'extraire de son envoutement, détournant la tête pour en découvrir la source, Nasso aperçu des vêtements féminins abandonnés au sol et une chevelure qui sortait de l'eau cristalline en contre bas.

" Ahhh ça fait du bien! " S'exclama haut et fort la fille du feu comme si elle attendait cela depuis des mois de siège dans la boue.

La fille de l'eau y était-elle allait entièrement dévêtu et sans aucune gêne? Le maitre du feu n'aurait pu le deviner depuis la position où il se trouvait et ayant trouvé la source du bruit, il détourna les yeux pour ne pas être accuser de quoi que ce soit, avant de reprendre la route, il était de son côté bien décider à nettoyer les sabots de son Rhino-komodo afin de rendre à ce dernier toute son aise lors des prochaines heures de voyages. Alors que la jeune femme ne s'arrêtait plus de faire des soupirs et exclamations de bonheur, comme une invitation, la maitresse de l'eau voyait ce dévergondage d'un mauvais œil. Cette jeune femme manquait cruellement d'éducation et pourtant, Kalae ne se considérait pas comme une coincée mais c'était un tout en Fira qui faisait que même si elle avait des circonstances atténuantes, elle ne pouvait pas tout lui pardonner mais que pouvait-elle faire?

Tout en effectuant son devoir auprès de sa bête totalement docile à son maitre, le fils du feu observer l'horizon, Fira les faisait avancer à l'aveuglette depuis la veille et il espérait plus que tout qu'elle les mène réellement et rapidement au lieu où se terrait le fils des Huang, l'amiral Edhon Huang. Ayant appartenu à l'armée du feu, Nasso avait déjà entendu parler de cet amiral bien qu'il ne fut jamais directement sous ses ordres et qu'il n'eut jamais l'occasion de le voir, on le disait fin stratège mais tout comme son père, il ne revenait jamais sur ses décisions. Il était aussi un maitre du feu or-paire et avait moult fois défier des adversaires en Agni-kaï dont il était ressorti la plupart du temps vainqueur et sans égratignure à l'instar de ses opposants.

Le maitre du feu savait au moins à quoi s'attendre au contraire de Kalae mais le maitre du feu ne voulait pas la tracasser avec ce genre d'informations alors qu'elle semblait déjà si contrariée. Pour Kalae, le maitre du feu combattrait ce terrible ennemi, il était animé des plus nobles intentions et ce rappelait des mots que lui avait dit un ancien camarade qui les avait lui même lu ailleurs: "À cœur vaillant, rien d'impossible ". Sans oublier que le maitre du feu avait une grande confiance en ses capacités, sa maitrise n'était pas des moindres.

" Tout le monde en scelle! Prochain arrêt au diner alors faîtes ce que vous avez à faire maintenant ou ce sera ce soir! " S'exclama le fils du feu quand il eut finit de s'occuper de sa bête.

Les femmes arrivèrent rapidement auprès du maitre du feu, affaires rangées et sans demander l'avis de qui que ce soit, il invita Kalae à monter derrière lui à nouveau.

" Allez Fira, je la sens docile aujourd'hui notre chevautruche! " Dit-il pour l'encourager comme un père le ferait avec une enfant.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Ven 30 Sep 2011 - 18:25

-Quoi ?! S’indigna la demoiselle lorsqu’elle entendit le maître du feu lui demander de reprendre sa monture initiale.

Nasso expliqua que la chevautruche était désormais apaisée et qu’il n’y avait plus aucune raison qu’elle fasse preuve d’agressivité, si agressivité il y avait déjà eu... Fira grimpa en soufflant bien fort pour être certaine que son mécontentement se fasse entendre jusqu’à nous, puis elle nous regarda d’un air boudeur et nous suivit des yeux avec un regard vengeur.

Nasso me proposa sa main pour que je puisse monter à ses cotés. Retrouver la place que j’avais auparavant occupée, m’avait apporté un sourire timide. Le faisait-il parce qu’il n’arrivait plus à supporter la demoiselle des rues ? Ou voulait-il simplement être plus proche de moi… ? Pourquoi cette dernière hypothèse avait fait naître un moi une forme d’espoir ?

Ses yeux verts émeraude étaient doucement posés sur moi et un sourire amical ornait le beau visage de l’homme que j’avais appris à connaître depuis maintenant longtemps. Sans difficultés apparentes, Nasso me tira vers lui pour pouvoir me monter sur son Rhino-komodo dont l’endurance était spectaculaire.

Assise sur la selle de sa chevautruche, Fira nous examinait d’un regard noir et menaçant, la jeune femme comprenait que la tâche qu’elle souhaitait entreprendre serait plus difficile qu’il n’y paraissait et qu’il faudrait alors monter en puissance. Elle cogna les flancs de son animal avec agressivité. Sa monture sursauta avant d’avancer d’un pas rapide de peur que sa cavalière ne renouvèle son coup.

-Bon ! Fit-elle sans cacher sa mauvaise humeur. On y va !

Le maître du feu et moi même avions échangé un discret regard face à la réaction de la jeune femme, quelque chose n’allait pas c’était certain. Mais toute cette réaction n’était-elle pas due qu’au fait qu’elle reprenne sa chevautruche ? L’attitude de la fille des rues commença à me convenir de moins en moins, non seulement elle faisait preuve d’un manque de savoir vivre cruel, mais surtout elle semblait profiter de la gentillesse du maître du feu et se rapprochait de lui d’une manière que je redoutais. Quel était ce sentiment déplaisant qui envahissait lourdement mon cœur par moment ?

-Accroche-toi ! Conseilla Nasso en positionnant sa tête de trois quart.

Mes bras vinrent se placer autour du buste haut et solide du maitre, et ma tête vint se poser avec douceur dans son dos, comme préparée à un départ de course brutale. Sentir son corps ainsi serré fit sourire Nasso en coin qui ordonna à son animal de suivre la voleuse et sa chevautruche.

Au fil du temps, Fira finit par courir à nos cotés, pensant qu’il serait plus judicieux d’observer un nos comportements, qu’elle pourrait imiter par la suite pour attirer d’avantage l’attention de Nasso, ou même obtenir un indice supplémentaire sur ses recherches.

A plusieurs reprises elle pu remarquer quelques regards échangés, quelques subtils sourires, même des excuses banales pour entamer un sujet de conversations.

L’après midi passa rapidement et les bêtes finirent pas s’épuiser. Le soleil n’était pas encore couché que déjà la petite chevautruche trainait la pâte et le rhino-komodo respirait bruyamment d’un air essoufflé. Nasso proposa alors à Fira de s’arrêter, qui plus est, avec la lueur du jour il serait encore aisément possible d’installer un campement pour la nuit, de faire un feu et de chasser pour le repas du soir. La jeune femme acquiesça elle aussi, malgré tout épuisée par son voyage.

Nasso et Fira tirèrent sur leurs rênes pour faire comprendre à leurs animaux que la fin de la course était arrivée. Rapidement la chevautruche et le rhino-komodo ralentirent. Les pas de la monture de Nasso étaient devenus lourds et lents, il finit par se coucher ainsi, sans même attendre que ses deux cavaliers ne soient descendus.

-Les animaux sont épuisés, conclu Nasso en descendant doucement et en caressant le flanc de son animal comme pour le félicité. Il était temps de s’arrêter.
-Oui. Répondit Fira en descendant enfin de sa monture et en apposant une main sur son postérieur douloureux à cause de la répétition des coups de selle.
-Où sommes-nous exactement Fira ? Demandais-je en m’étirant après ce long trajet.
-Nous venons de parcourir environ deux cent kilomètres en direction du sud depuis notre départ, estima la demoiselle en examinant les alentours. Nous sommes donc en plein centre de la nation, c’est à dire à mit chemin. Vous pouvez me faire confiance.

La fille sauvage semblait certaine de ce qu’elle annonçait, elle avait examiné le paysage d’un œil vif et aiguisé, surement devait-elle avoir l’habitude de voyager et de reconnaître les lieux où elle se trouvait. Bientôt des tâches nous furent distribuées, pour que ce travail d’équipe puisse porter ses fruits. Tandis que je m’étais absentée pour aller ramasser quelques branches de bois sèches pour le feu, Fira se chargeait d’aménager un coin pour dormir tandis que Nasso revenait de la chasse, trainant derrière lui un petit chevreuil abattu dans les règles de l’art.

L’homme déposa la lourde bête en soufflant d’un air épuisé, Fira accouru voir la trouvaille de l’homme qu’elle tentait si souvent de séduire. Elle ne tarda pas à le félicité et à vanter ses talents de chasseur ce qui plut au maître du feu qui ne cessait de la remercier.

-Ça ne doit pas être évident de faire face à une bête si agile ! Continua t-elle. Tu dois avoir de très bons reflexes !
-Je me débrouille. Répondit humblement Nasso avec un sourire amical.
-Tu dois également être fort… Completa Fira en s’approchant doucement de l’homme et en passant ses bras autour du siens avant de tâter son biceps. Oh oui, tu as des bras de guerriers !

Devant autant de compliments venant de la part de cette demoiselle qu’il ne connaissait que depuis quelques jours, le maître du feu lui trouva une attitude étrange, l’idée qu’il ne plaise à Fira effleura son esprit, et c’est avec délicatesse et courtoisie qu’il se retira, réticent à cette idée.

-Merci beaucoup Fira. Répondit-il en s’écartant doucement. C’est gentil.
-Que ce passe t-il ? Questionna Fira en prenant une mine triste. J’ai l’impression que tu ne m’aimes pas…

Les yeux de Nasso s’écarquillèrent, surprit d’entendre la demoiselle faire une telle remarque.

-J’ai l’impression de déranger, d’abord vous voulez vous éclipser sans moi, puis tu ne veux pas que je monte derrière toi, tu mets une certaine distance… Avoue-le, tu ne m’aime pas.

La voix de la jeune fille vacillait comme si elle était sur le point d’éclater en sanglots, ses yeux étaient humides et brillants et elle serrait ses lèvres l’un contre l’autre comme pour empêcher de faire sortir un pleur. Devant cette jeune femme alarmée, Nasso chercha à attirer son regard comme pour pouvoir la rassurer.

-Voyons Fira, bien sur que non ! La rassura t-il d’une voix douce en captant son regard ambré.
-Alors qu’est ce que c’est ? Hein ?

Le maître du feu sentit un sentiment de gêne le gagner, comment lui expliquer gentiment qu’il n’appréciait pas particulièrement cette promiscuité, sans pour autant la blessé, elle qui semblait malgré tout si sensible.

-Tu es une bonne amie Fira, je peux te le dire. Déjoua Nasso. Nous sommes un groupe et en aucune manière ni moi, ni Kalae ne t’aimons pas.

Ouf ! Le maitre du feu avait réussit la rassurer et a lui faire entendre ce qu’elle voulait tout en évitant de dire la cruelle vérité, qui aurait pu la blesser. Fira afficha un ravissant sourire avant d’aller se lover avec tendresse dans les bras de Nasso qui ne put que l’accueillir. Le maitre du feu referma ses bras dans son dos comme pour illustré l’idée qu’il avait transmit : elle était une bonne amie.

Revenant des bois voisins, les bras chargés de branchages secs, je m’approchais du campement installé. Nasso et Fira se tenaient là, immobiles, enlacés dans les bras l’un de l’autres. Que faisaient-ils ainsi ? Qu’est ce que tout ceci voulait dire ?! La jalousie me gagna rapidement devant cette scène qui se déroulait sous mes yeux. Ni Nasso, ni Fira ne remarquèrent mon arrivée, aussi dus-je faire remarquer ma présence en toussotant d’un air froissé. Le maître du feu releva les yeux et se décolla rapidement de Fira lorsqu’il me reconnu.

-Ah Kalae ! s’exclama t-il comme si de rien n’était. Merci pour le bois !

Nasso s’empara du petit tas que je maintenais toujours dans mes bras, tandis que je cherchais du regard le maître du feu, cherchant une explication à ce que je venais de voir. Fira croisa mon regard, et c’est des yeux que nous nous étions défiées agressivement quelques secondes. L’espionne afficha un sourire sournois face à moi, traduisant sa victoire. * Grrrr ! Non mais à quoi joue-t-elle ?!* Le but de Fira m’étais apparut clairement, bien qu’il n’était réellement exact, elle cherchait à séduire Nasso, l’homme avec lequel j’avais tissé tant de liens et vécu tant de chose, l’homme que j’avais doucement appris à aimer. Oui, c’était clair, Fira était devenue une rivale.
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Lun 3 Oct 2011 - 20:13

Qu'allait-il advenir du groupe si des tensions venaient à éclater entre les deux jeunes femmes? Fira était un élément essentiel à la navigation du groupe vers Edhon Huang mais Kalae elle était l'intéressée directe de cette histoire. Kalae n'appréciait réellement pas la situation mais sa famille était toujours entre les mains du sombre amiral du feu et avait conscience de l'utilité de la fille du feu, elle ne pouvait pas non plus faire part de ses ressentiments au maitre du feu sans qu'il ne risque de déceler une once de jalousie. Il était certain que la jeune femme réfléchissait beaucoup trop depuis quelques temps et cela lui donnait de temps à autre des maux de têtes.

Après cette enlacée du maitre et de la fille du feu, Kalae ne s'éloigna plus du maitre du feu du reste de la soirée, lui qui lui avait fait la démarche de lui demander de se remettre derrière lui sur le Rhino-komodo ne devait plus être abandonné un instant à la terrible Fira charmeuse d'hommes.

La nuit s'était posée sur le petit campement sauvage et alors que les bêtes sommeillaient déjà, Kalae, Fira et Nasso de leurs côtés dévorer avec faim le chevreuil attrapé, tué et préparé avec attention. Ce n'était pas de la haute cuisine mais ce repas sous la voute stellaire aux milles éclats était agréable au palet de nos trois compagnons. De petites discussions s'enchainèrent les unes après les autres, Fira faisait en sorte d'orienter toujours un peu plus les discussions vers ce qui l'intéressé sans que cela n'apparaissent aux yeux de Kalae et Nasso.

" C'est quoi la blessure la plus grave que vous ayez eu vous? Moi un jour je me suis cassé la cheville et j'en souffre toujours de temps à autre. " Lança-t-elle comme n'importe quel autre sujet avec comme arrière pensée les ordres de son supérieur, l'amiral Edhon Huang.
" C'est une très bonne question Fira, je dois t'avouer que je ne pourrais plus le dire vu la gravité de certaine mais au contraire de toi, je n'en ai gardé aucune séquelle, grâce à des soins de très grandes qualités entre autre. " Dit-il en pensant à Kalae bien évidemment mais aussi à celle qui fut la première personne à lui ouvrir les yeux sur les vraies valeurs de la vie, Mina.
" Oh des histoires palpitantes! Racontes moi tout! Où? Quand? Comment? " S'exclama Fira en véritable lèche-botte.
" Non, pas ce soir Fira, ce sont de biens longues histoires et tu comprendras que je n'ai pas forcément envie de compter des moments douloureux. " Dit-il afin d'esquiver une discussion qui risquait de s'éterniser et de mettre à jour les relations qu'il avait bâti avec des membres de la tribu de l'eau, Kalae en particulier.

Était-ce le fait de repenser à Mina qui le mit dans un pareil état, personne ne le sut mais l'homme après sa dernière phrase se leva sans même terminer son morceau de viande pour aller s'isoler dans le noir et regarder les étoiles. Kalae qui voulu partir le rejoindre pour savoir ce qu'il lui arrivait mais elle fut coupé dans sa démarche par Fira qui lui demanda si à son tour elle avait eu des blessures dans le passé qui l'avait ou non marquée. La maitresse de l'eau voulait couper court à la discussion pour rejoindre le maitre du feu mais Fira profitait du départ de l'homme pour demander à la maitresse de l'eau une discussion entre fille, elle qu'elle avait vu tenter de se rapprocher du maitre du feu était gonfler de vouloir à présent faire amie amie avec elle, aux yeux de Kalae, il semblait évident qu'elle avait mis une option sur Nasso et que la femme avait fait preuve d'irrespect en s'approchant ainsi de l'homme.

Très vite, la discussion arriva à son terme, tout en restant dans la politesse, la maitresse de l'eau avait réussi à se défaire habilement de la fille du feu qui elle avait très bien vu la manœuvre de Kalae et souhaitait à présent contempler la scène qui allait suivre, peut-être en apprendrait-elle plus en laissant les deux amis en paix pour cette nuit et les espionner du coin de l’œil.

Lorsque Kalae arriva au niveau du maitre du feu, il s'était déjà couché et semblait endormi paisiblement non loin de son rhino-komodo. La route bien qu'éprouvante prioritairement pour la bête l'était aussi pour son conducteur qui donnait toutes les consignes à la bête, certains passages qu'ils avaient emprunté avait demandé une attention de chaque instant. Puisque le maitre du feu sommeillait, il n'y avait plus aucune raison à la maitresse de l'eau de rester elle-même éveillée, elle était elle aussi fatiguée de ses longues journées de voyage et ferma les yeux très rapidement pour sombrer dans un rêve sombre où elle voyait sa famille souffrir et l'image des Huang dans leur sang pour finir sur un rire sadique d'une personne qui lui était totalement inconnue.

Lorsqu'elle se réveilla, le maitre du feu à côté duquel elle s'était endormie avait disparu et les buissons environnants en flammes, les fumées montaient haut dans le ciel et la chaleur était étouffante. Le Rhino-komodo était affolé tout comme la chevautruche. La jeune femme se releva très rapidement de l'endroit où elle s'était couché pour retrouver le maitre du feu en prospectant les alentours. Il y avait de nombreux bruits d'affrontements au loin mais pourquoi n'avait-elle pas été réveillé plus tôt? Était-elle si fatiguée pour ne pas entendre les bois s'enflammer? Comment se faisait-il que Nasso l'avait laissé là avec les flammes qui l'entouraient? Toutes ses questions, la maitresse de l'eau ne se laissait même pas le temps d'y songer plus d'une demi-seconde, ce qui importait pour elle était de rejoindre celui qu'elle appréciait tant.

Ça y était, la maitresse de l'eau arrivait, après avoir parcouru à vive allure une cinquantaine de mètre dans les bois en feu, à distinguer la silhouette de son ami le plus cher. L'homme attaqué droit devant lui Fira, qui était accompagné de deux personnes à ses arrières mais qu'elle n'arrivait pas à distinguer.

" Que se passe-t-il? " Dit-elle en se posant aux côté du maitre du feu.
" Kalae, NON! " Cria Fira.

La maitresse n'eut pas l'ombre d'une seconde pour comprendre de quoi il en retourner, le bras du maitre du feu rentra à son contact et la projeta en arrière violemment. Kalae totalement confuse ouvrit grand les yeux malgré la douleur engendrée par le dernier coup que l'homme lui avait porté. Un voile noir fantomatique le recouvrait à présent et ses yeux n'avait plus un goutte de blanc. L'homme ne lui adressé même pas un regard qu'il déclencha sa foudre en direction de Fira et ses acolytes qui périrent sous son attaque bien trop vive, à vrai dire, Kalae n'avait jamais vu le maitre du feu aussi vif.

" Nasso, qu'est-ce que tu fais?! " Cria Kalae des larmes aux yeux et en lui agrippant la chemise.
" Nasso! HA! HA! HA! Pauvre sotte! Cet hôte est vraiment d'un tout autre niveau que ce bon vieux Emdeiher et à présent tu vas mourir. "
" Emdeiher! Non! C'est impossible! " S'exclama la maitresse de l'eau qui ne tarda pas à être prise par surprise par le cou et arraché au sol.

Alors que l'air commencé à lui manquer, elle tentait de maitriser son eau en vain et suppliait le maitre du feu d'arrêter. Son air disparu jusqu'à être inexistant et c'est dans un violent sursaut qu'elle se réveilla à nouveau, cette fois-ci dans une nuit noire et fraiche où tout le monde dormait encore paisiblement. La maitresse de l'eau troublée comme jamais fut rassurée qu'il ne s'agisse que d'un cauchemar et se réassoupit après plusieurs longues minutes.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Mar 4 Oct 2011 - 18:35

Quel drôle de rêve. Le réveil avait été brutal et c'est instinctivement que j'avais doucement porté ma main sur mon cou, là où le maître du feu possédé avait serrer ses mains tout en inspectant les lieux. Fira et Nasso dormaient à point fermer et les bois étaient des plus calme. Quelques grillons chantaient dans la noirceur de la foret et quelques animaux nocturnes inoffensifs avaient commencer depuis maintenant plus heures à reprendre leur petite vie.
Voyant que tout ceci n'était qu'un rêve, je m'étais rapidement coucher à nouveau, me demandant tout de même, pourquoi un tel rêve?

Les rayons du jours ne tardèrent pas à se posés sur nos visages endormis. La lumière ne tarda a pas traverser nos paupières et nous avait extrait d'un profond sommeil revigorant. La foret s'éveilla à la même vitesse que nous, doucement les animaux sortirent de leurs terriers en vérifiant l'absence de prédateurs.

-Bonjour ! S'exclama Fira en lançant un sourire à l'intention du maître du feu tout en s'avançant vers lui, m'ignorant presque.
-Bonjour Fira. Répondit l'homme qui apprécia la bonne humeur matinale de la jeune femme, ignorant qu'il en était la cause.
-Avez vous bien dormi ?
-Assez oui. Répondit Nasso avec un sourire sympathique.
-Oui. Me contentais-je de répondre, un regard méfiant.

La demoiselle du feu croisa mon regard et réussit à déceler cette méfiance à son égard, elle souria discrètement, amusée par la tournure des évènements.

-Nous n'allons pas tarder à reprendre la route. Proposa Nasso en examinant déjà la hauteur du soleil dans le ciel.
-Quoi déjà? S'etonna Fira en tournant les talons pour faire quelques pas dans le but de se dégourdir les jambes. Prenons le temps de grignoter quelque chose avant notre départ.
-Tu as raison.

Nasso se leva d'un bond, plein d'énergie. Il baissa doucement ses yeux et les posa sur moi qui était encore assise sur l'herbe et avec un tendre sourire il m'aida à me relever en me proposant sa main. Remise doucement debout avec l'aide de l'homme, nous nous tenions désormais face à face, tous les deux, à nous regarder les yeux dans les yeux. Sans un mot, nous échangeâmes ce regard si profond qu'il en devenait presque intimidant, posé l'un face à l'autre, à seulement quelques centimètres de distance. Plus de ce qui nous entourait n'existait, tout s'était effacé. Un doux sourire naquit sur mes lèves, trahissant alors mes sentiments tandis qu'une de mes mains vient se poser avec tendresse sur la joue droite de Nasso.
L'homme ne démontra pas de surprise, il semblait plutôt apprécier ce geste et se laissa faire sans perdre cette chose qui animait son si beau regard.

A quelques mètres de là, Fira regardait la scène du coin de l'oeil, amusée, sachant qu'elle toucherai bientôt au but. Elle simula alors une chute brutale et s'étala sur l'heure en poussant un cri de douleur.

-Ahh! Aïe!! Simula t-elle avec brio.

Les cris de douleur de la jeune femme nous ramenèrent à la réalité. Je retirai ma main de la joue de Nasso dans un sursaut tandis que le maître du feu détourna son regard vers la demoiselle en détresse.

-Fira? Tout va bien? Demanda t-il en accourant vers elle.
-Ah Nasso! Fit-elle en voyant l'homme se pencher vers elle avec attention. Je me suis fouler la cheville, qui plus est à l'endroit où je me l'étais cassé il y a longtemps.

Fira apporta sa main sur sa pseudo blessure pour montrer au maître du feu l'endroit précis où elle s'était fait mal.

-Il faut que je me repose quelques minutes. Lança Fira. Peux tu m'amener contre un arbre?

Nasso acquiesça et passa alors sa main dans le dos de la jeune femme et son autre bras sous ses genoux avant de la soulever avec aisance. Fira passa ses bras autour du cou du maître du feu pour être certaine de ne pas tomber tout en apposant sa tête sur un de ses pectoraux endurcit. Telle une princesse secourut par son preux chevalier, elle se laissa transporter ainsi sur une moyenne distance. Quand ils arrivèrent auprès d'un arbre, Nasso la déposa avec douceur de peur que sa cheville blessée ne touche brutalement le sol.
La fille des rues ne retira ses bras qu'au dernier moment. Elle approcha son visage du maitre du feu pour lui apposer un baiser sur la joue en ayant bien vérifier avant que je puisse être témoin de la scène.

-Merci Nasso... Murmura t-elle après avoir retirer ses lèvres de sa joue.

Le maître du feu lui adressa un sourire amical avant de faire demi tour pour préparer le petit déjeuné. Tout en faisant voler ses cheveux Fira retourna son attention vers moi avant de m'adresser un clin d'œil avec la forte intention de me narguer. Elle eu le droit en échange à un regard aussi noir que la couleur de ses cheveux ténébreux. Un grognement imperceptible à son oreille raisonna dans la gorge, il était hors de question de se laisser faire!

Il ne fallut que quelques minutes à Nasso pour trouver et tuer un lapin sauvage qu'il prépara rapidement. La « douleur » de Fira s'était estompée, elle se redressa lentement avant de venir nous rejoindre pour manger sa part tandis que les bêtes mangeaient l'herbe fraîche présente au sol.

Un bruyant et effrayant détonnement se fit entendre soudainement. Il fut si violent que le rhino-komodo et la chevautruche prirent la fuite effrayés. Quel était ce bruit? D'où sortait-il? Nous l'ignorions et a vrai dire nous n'avions pas le temps de nous pencher sur ces interrogations, nos montures prenaient la fuite, nous devions les rattraper avant qu'elle ne disparaissent dans la nature.

-Allez vite chercher la chevautruche! Lança Nasso en partant a toute vitesse derrière son rhino-komodo.

Sans prendre le temps de terminer notre repas, nous nous étions lancé a la poursuite de la rapide chevautruche qui courait à toute vitesse. Fira détacha son fouet de sa ceinture avant de le défaire en le faisant claquer sur le coté.

-Tu es malade! Lançais-je sans arrêter ma course. Tu vas blesser l'anima!l
-Tu préfères qu'elle ne disparaisse?
-Un animal dans l'incapacité de courir nous est inutile!
-Comment veux tu faire alors petite maline?!
-Tais-toi et cours!

Fira grogna et rangea son arme rapidement. Au maximum de notre vitesse nous traversions la plaine tout en poursuivant l'animal qui ne semblait pas décidé à ralentir. Rapidement, nous commençâmes à sentir la fatigue nous gagner plus rapidement que l'animal, si elle continuait ainsi il était certain que nous la perdrions en route.

-Kalae! Appela Fira a demi essoufflée. On ne tiendra pas!

Apportant ma main sur ma gourde attaché au niveau du bassin elle fut rapidement débouchée et l'eau contenue à l'intérieure, suivit le mouvement de ma main tout en sortant de son contenant. Un fouet d'eau ne tarda pas à apparaître avant qu'il ne soit projeter avec rapidité entre les pâtes de l'animal qui chuta brusquement au sol.
Nous ne tardâmes pas à rejoindre la chevautruche avant qu'elle ne se relève et reprenne sa course folle. Avec de longues caresse sur son cou je tentais de calmer l'animal qui compris qu'il ne servait à rien de courir puisque aucun danger n'était apparent.

-Tu es plus maline qu'il n'y paraît. Lança Fira sur un ton moqueur tout en rajustant la selle de sa monture.
-C'est quoi ton problème Fira? Répondis-je d'un ton piquant.
-Mon problème?
-Ne fais pas l'innocente. Cela fait plusieurs jours que tu me cherche du regard et tourne autour de Nasso tel un rapace, que veux tu?
-Ma parole, serais-tu jalouse? Demanda t-elle avec un sourire victorieux et amusé.
-Je, quoi?! No...Non! M'empressais-je de répondre avant de rougir.
-Hum... Fit-elle peu convaincu. C'est juste que Nasso est un bel homme charmant, je tente ma chance, ce qui peut se comprendre... n'est ce pas Kalae?
-Nasso m'apprécie déjà pour ce que je suis sans que je sois obliger de simuler une blessure à la cheville.
-Simuler? Déglutit Fira qui frissonna à l'idée d'avoir été découverte.
-J'ai soignée de nombreuses blessures Fira, assez pour savoir que ce n'était que du cinéma.

La demoiselle se mit à ricaner doucement avant de reprendre.

-Parce que toi tu penses réussir à impressionner Nasso? Franchement regarde toi, tu n'es qu'une petite fille maladroite aux origines perdues. Tu inventes une histoire d'amour à toi toute seule, mais... l'espoir fait vivre disons nous!
-Tu...
-Hé! Coupa une voix inconnue.

Attirées par cette interpellation soudaine alors que nous commencions à régler nos comptes, nous tournâmes la tête en direction du bruit. Une petite dizaine d'homme se tenaient a quelques mètres de nous, certain a dos de chevautruches, d'autres a pied.

-Salut les filles. Lança l'un d'eux en s'avançant doucement.
-Qui êtes vous? Demanda Fira de manière décontracté.

Le groupe d'homme se mit à rire en entendant la question de la jeune femme.

-Peut importe nos prénoms mes jolies.
-Que voulez vous? Demandais-je d'un regard méfiant.
-Simplement vous débarrasser de vos richesses.
-Pour cela il faudrait déjà que nous en ayons nous même.
-Oh mais je ne doute pas de cela. Répondit celui qui semblait être le leader du groupe. Nous voulons votre chevautruche, vos moindres bijoux, vos armes...
-Sinon?

Petit à petit, les bandits ne tardèrent pas à nous encercler, sortant lentement leur armes de leur fourreaux et en ricanant dans leur coin. A une vitesse effrayante, Fura dégaina sa chaine dentelée avant de blesser l'un d'entre eux au visage.

-Ahh!! mon œil! Fit il en se mettant la main sur le visage.

La fille des rues grimpa sans perdre un instant sur la chevautruche et m'aida a me hisser tandis qu'elle ordonnait déjà à son animal d'avancer pour pouvoir prendre la fuite.

-Dépêche toi! Ordonna Fira en m'aidant a grimper derrière elle.

La chevautruche galopait déjà tandis que je tentais de m'assoir sur son dos. Les hommes qui étaient venue à notre rencontre ne tardèrent à enchainer le pas derrière nous pour ceux qui étaient en possession d'animaux de course. Les autres, couraient à pied abandonnant leur camarade blessé tel des pirates.

-Rattrapez les! Ordonna leur chef en assommant sa monture a coup de talons dans les flancs.

Voilà maintenant que nous nous retrouvions pourchasser par des inconnus armés, tandis que nous prenions la fuite dans une direction qui nous était inconnue le tout, sans que nous ayons encore rejoint le maître du feu qui était partit à la poursuite du rhino-komodo.

Quelques flèches lancées par un archer habile de son arc nous effleurèrent en sifflant. Et tandis que Fira maintenait les rênes je ripostais avec des pics de glaces après m'être retourner sur le postérieur de la chevautruche. La chevautruche avait des difficulté a supporter deux cavaliers a pleine vitesse, au fil des minutes son allure ralentissait.

-Qu'est ce qui arrive à cette fichue bête?! Grogna Fira de manière agressive.
-Elle n'arrive plus à nous supporter! Nous ne tiendrons pas longtemps ainsi!

De son coté, Nasso avait enfin réussit a rattraper son rhino-komodo avec un petit spectacle de feu qui réussit à dissuader l'animal de continuer son chemin. Habituer au maître du feu, l'animal se calma rapidement et Nasso pu la monter sans difficultés. L'homme natif de la nation du feu faisait marche arrière a travers une foret pour revenir au campement, là où nous nous étions séparé, espérant nous retrouver.
Petit à petit, il entendit des bruits de galops, puis des cris de guerre, que se passait-il? Allait-il se faire attaquer? Rapidement il aperçu la chevautruche et ses deux cavalières arriver vers lui au pas de course. L'homme afficha un sourire en nous apercevant arriver vers lui, pensant que nous ne faisions que le rejoindre. Mais très rapidement son rictus disparut quand il aperçu la horde d'étranger à nos trousses.

-NASSO COURS!! Avions nous hurler avant d'arriver à son niveau.

Le maître du feu ordonna à son animal de faire demi tour comprenant que nous nous étions attiré des ennuis et qu'il valait mieux éviter la confrontation avec ces hommes peu orthodoxes.

-Qu'est ce que vous avez fait? Reprocha Nasso en courant à nos coté, lui aussi désormais chassé.
-Mais rien! Répliqua Fira.
-Pour une fois...
-Kalae, passe derrière moi, votre chevautruche semble peiner.

Comment passer d'une monture à l'autre sans tomber au sol? L'hésitation et la peur de la chute m'avait quelque peu envahit. Nasso tenta de toucher nos ennemis en envoyant des boules de feu en arrière mais viser tout en faisant attention à la route n'était pas une mince affaire. Aussi ne put-il pas entièrement riposter et il dut se contenter de fuir.

-Allez Kalae! Viens! Lança Nasso en faisant signe avec ça maint de se rapprocher.

C'est sans réfléchir à l'opition de la chute que je m'étais lancé sur le monture du maître du feu qui m'empêcha de glisser de justesse en ayant attraper ma main. Désormais libéré d'un cavalier la chevautruche pu reprendre un rythme de course plus rapide. Cette poursuite semblait gagné d'avance avec la rapidité de nos monture, si ce n'était le précipice qui se dressait devant nous...

Le rhino-komodo et la chevautruche furent stoppé avec dureté. En effet des gorges se trouvait devant nous, quelques mètres plus bas une large rivière découlait tranquillement vers le sud. Que faire? Nous étions piéger.

-Et maintenant? Proposa Fira.
-On saute! S'exclama Nasso.
-Quoi?! S'étonna Fira.
-On saute!! confirmais-je en voyant les bandits nous rattraper.
-Vous êtes totalement cinglés!

Le maître du feu donna une tape sur le postérieur de la chevautruche qui sauta dans le vide. La demoiselle des rues poussa un long hurlement durant sa chute avant de tomber lourdement dans l'eau douce abandonnant sa monture qui semblait s'affoler dans l'eau. Malheureusement ce que nous faisions, nous le faisions parce que nous n'avions pas d'autre choix, c'était ça ou les bandit.
Nasso ordonna à son animal de faire un saut, bien qu'hésitant le rhino-komodo ne pu qu'obéir à son maitre. Fortement accrochée à Nasso et en poussant un cri durant la chute, nous tombâmes durant quelques petites secondes avant de nous écraser dans la profonde rivière.

Durant notre atterrissage, nous perdîmes notre rhino-komodo qui tentait tant bien que mal de nager malgré que l'eau ne soit pas un élément dans lequel il avait l'habitude de se déplacer. Tout en sortant la tête de l'eau, nous reprîmes une grande inspiration.

-Vous voulez notre mort?! S'indigna Fira qui tentait de nager vers nous.

Les bandits s'arrêtèrent à la limite du précipice et nous regardèrent emporté par le courant, ils riaient presque fière de ce qu'il avait réussit a nous faire faire, même si ils n'avaient pas eu ce qu'ils désiraient, avant de faire demi tour.

Nous échangeâmes un regard, mais avant que l'un d'entre nous ne puisse dire quoi que ce soir, nous avions sentit soudainement que le courant de la rivière était devenu pus violent.

-On gagne de la vitesse. Constata Nasso.
-Qu'est-ce que ça veut dire? Demanda Fira qui se laissait emporter.

Rapidement il devint impossible de lutter, et même la maîtrise de l'eau face à une force naturelle si puissance agissait très peu. Quelques rochers tranchants commençaient à apparaître au loin, alors que l'horizon semblait disparaître dans le vide. En effet, une chute d'eau impressionnante se dressait devant nous et menaçait de nous aspirer.

Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Jeu 6 Oct 2011 - 21:55

Le débit et la vitesse de l'eau de la rivière étaient impressionnants, ni les jeunes ni le maitre du feu ne pouvait y résister. La maitrise de l'eau était entravée par la force de l'eau qui empêchait d'effectuer les mouvements de maitrises et même si elle avait pu les effectuer, il n'est pas dit que la belle et talentueuse maitresse de l'eau aurait pu affronter l'immense densité aqueuse.

Dans un tel contexte, Fira ne pouvait pas non plus jouer de son fouet pour se sauver la mise et Nasso user de sa maitrise dans autant d'eau pour se propulser. Tout semblait promettre à nos amis un sort funeste dans les eaux fraîches d'une rivière au milieu des terres du feu.

Alors qu'ils étaient à quelques mètres du précipice, le maitre du feu réussis à attraper un rocher d'une main et à saisir la main de Kalae avec son autre main qui attrapa à son tour celle de Fira. Cela ne réglait en rien la situation, le rocher était tranchant créant une lésion sur la paume du maitre du feu qui résistait de son mieux à la douleur, au courant tout en gardant les deux jeunes femmes loin du précipice. La chevautruche passa sur le côté mais il était impossible pour le groupe de l'arrêter, cette charge supplémentaire aurait entrainé la disparition de tous dans la chute d'eau. Assourdit par le bruit de l'eau, personne n'entendait les supplications de la bête affolée qui disparu quelques seconde plus tard.

La main ensanglantée du maitre du feu commençait à lâcher prise alors que son autre bras le tirer vers le vide, Kalae était entre le maitre et la fille du feu et ses petits bras peinaient à résister à toute ses forces qui s'exerçaient quand soudain elle entendit la voix de Fira qui lui criait quelque chose, mais quoi? Impossible de discerner le moindre mot et quelques secondes après, Fira lâcha d'elle-même la main de la fille de l'eau avant de disparaitre dans le précipice.

Alors que le maitre retrouvait ainsi plus de force pour mieux s'accrocher au rocher sans comprendre pourquoi se regain de force si soudain, Kalae elle était dans l'incompréhension totale.

* Fira! Pourquoi? Pourquoi as-tu fais cela? Je n'ai même pas pu entendre tes mots * pensait la maitresse de l'eau qui comprenait là que la fille du feu, sa rivale avait décidé de se sacrifier pour laisser une chance à Nasso et elle de survivre.

Fira s'en était allé dans le précipice, l'avait-elle fait par pénitence, par désir de les voir survivre pour mener à bien sa mission de les amener à Edhon Huang vivant,... Quoi qu'il en était, Kalae qui ne connaissait pas les réelles intentions de Fira pensait qu'elle avait un plus grand cœur qu'elle ne l'avait imaginé et puis l'idée que ce ne puisse être encore qu'un rêve lui effleura l'esprit, déjà la nuit passé elle avait rêvé de la mort de Fira. Lorsque le maitre du feu senti la seconde main de Kalae se poser sur celle qu'il lui avait offerte pour la maintenir, il tourna la tête tant bien que mal et constata qu'il n'était plus que deux à résister. Il ne savait pas ce qu'il s'était passé et à vrai dire, il ne pouvait pas davantage y penser, il devait continuer à tenir, il devait faire en sorte de les sortir de ce mauvais pas.

Un morceau de tronc vint s'écraser sur la main de Nasso avant de partir de l'autre côté du rocher mais le mal était déjà fait, la douleur avait fait lâcher le maitre du feu qui avait lutté de toutes ses forces pour tenir. À présent plus rien ne les retenais, plus rien ne pouvait leur permettre d'échapper à la chute, à la noyade. En terme de probabilité, nos deux amis avaient plus de chance de voir des cochons ailés que de survivre à cette chute ou à la noyade au vu des nombreux remous.

" NOOOOOONNNN! " Commença Kalae, la première à chuter.
" NOOOOONNNNN! " Laissa s'échapper Nasso quelques secondes en différé.

Le maitre du feu et la fille de l'eau furent stoppés dans leur chute, arraché au flux d'eau par la même occasion, Nasso et Kalae se retrouvait parmi des kilos et des kilos de poissons dans un filet qui avait été placé là par des pêcheurs à la méthode de pêche peu orthodoxe. Extrêmement résistante, les fibres résistaient à la pression de l'eau, laissaient passer les amuses-gueules pour n'attraper que le gros poisson.

Kalae et Nasso pouvait enfin respirer et se dégageaient tant bien que mal du filet qui leur avait sauvé la vie. Une chose troubla Nasso quand il reprit ses esprits: comment se faisait-il alors que Fira et la chevautruche ne s'y trouvaient pas? Ce n'est qu'une fois extrait du filet pour rejoindre un rebord où prenait appui le filet que Kalae et Nasso comprirent.

" Fira, tu es vivante!! " S'exclama Kalae rassurée.
" C'est pas grâce à toi, tu m'as lâché! " S'écria-t-elle afin de se faire porter victime auprès de Nasso.
" Moi?! " Dit choquée Kalae.
" Ce n'est pas le genre de Kalae, Fira! Vos mains ont du glisser. "
" Tu crois? " Fit-elle avec de fausses larmes et un reniflement forcé.
" Bien sûr! N'est-ce pas Kalae? " Rassura le maitre du feu en demandant à la fille de l'eau d'attester.
" Je jure que je n'ai pas lâcher! "

Après quoi, la maitresse d'arme expliqua comment s'était déroulée sa chute dans sa version romancé, expliquant que lorsque Kalae l'avait lâché, elle avait réussi à atteindre son fouet et qu'elle s'en était servi durant sa chute pour s'accrocher à la falaise pour s'extirper de l'eau et chercher un moyen d'arrêter ses compagnons qui ne tarderaient pas. Par chance, elle avait remarqué dans sa chute le filet non tendu sur rail et s'était empressée de le rejoindre afin de le tendre. En réalité, l'histoire s'était-elle aussi vraiment passé comme cela excepté que son fouet, elle l'avait attrapé d'une main lorsque Kalae la tenait de l'autre et que c'était qu'une fois en possession de son fouet qu'elle avait décidé de tenter sa chance. L'idée de se faire passer pour une victime était encore l'une de ses magouilles malhonnêtes pour jouer des sentiments de Kalae et de Nasso.

Tout était à présent clair, la chevautruche qui avait sombré la première dans le vide abyssale de la chute d'eau avait du périr le cou brisé ou noyé en bas de l'immense colonne d'eau quand au Rhino-komodo, il était de son côté aux abonnés absents, chose sûr, il n'était pas passé par là, sûrement avait-il trouvé un moyen de s'en sortir. Son dressage faisait qu'en l'absence de son maitre, la bête retournerait d'elle-même au domaine, à savoir que les Rhino-komodos ont l'un des meilleurs sens de l'orientation au monde.

Le maitre du feu avait tout de même une pensée pour son fidèle compagnon espérant la meilleure issue possible pour lui et bien sûr une pensée pour cette pauvre bête qui les avait précédé dans la chute...

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Ven 7 Oct 2011 - 17:57

Une colère et une injustice incomparable c’était emparée de moi. La demoiselle mentait comme elle respirait. La seule chose qui semblait l’importer c’était de s’attirer la sympathie de Nasso en écrasant sa rivale. L’intervention du maître du feu avait calmé le jeu et ainsi le dialogue agressif qui commençait à s’installer fut rapidement stoppé.

Maintenant séparées, Fira prit ses cheveux noirs entre ses mains avant de les enrouler sur eux-mêmes pour retirer toute leur eau tandis que Nasso avait retiré son haut de kimono pour l’essorer au maximum. Le corps mouillé de l’homme dégagea une grande force et une virilité qui ne laissa aucune de nous deux indifférentes. Ses larges et puissantes épaules semblaient pouvoir supporter un grand poids tandis, ses pectoraux et ses abdominaux sculptaient son corps d’une manière presque parfaite. Oui, chacune de nous deux l’avions remarqué et le pensait, Nasso était un bel homme, aussi fort que sage.
Ignorant l’analyse détaillée dont il était victime, le maitre du feu réajusta une mèche noire encore humide de son agréable visage avant de relever ses yeux d’un vert hypnotisant sur nous.

-Nous n’avons plus de moyens de transport. Constata t-il gravement. Le reste du voyage risque de se faire à pied.
-Si Kalae ne décide pas de m’abandonner en chemin je continuerai à vous y conduire, répondit Fira avec un regard aiguisé en ma direction. De toute manière nous ne sommes plus très loin, d’ici quelques jours nous serons arrivés.

Son regard agressif lui fut rendu instinctivement rendu face à cette nouvelle provocation. Pourquoi les choses avaient tournées ainsi? Il aurait été bien plus simple de voyager dans une bonne entente et une camaraderie exemplaire, mais la jeune femme des rues convoitait une chose qui ne pouvait se faire. Oui il était impossible qu’une entente puisse s’installer à présent.

Une fois relativement secs, nous reprîmes notre route. Malgré notre petite aventure, Fira retrouva très vite la direction à prendre pour retourner dans le droit chemin. Elle reprit alors sa fonction de guide en fredonnant gaiement sur le sentier surveillant toujours que le maître du feu restait a une faible distance d’elle pour pouvoir a toute occasion lui saisir la main pour lui montrer quelques chose, la taquiner gentiment voir même lui sourire lorsque leur regard se croisaient. * Je la déteste !*

Comment faire pour tenter de détourner le maître du feu de Fira sans paraître suspecte ? Malgré la grande amitié qui nous unissait, une chaleur présente dans mon cœur me rendait timide. Oui j’aurai aimé lui saisir la main, et marcher avec lui ainsi, mais qu’aurait-il pensé ? Après tout, les amis n’agissent pas ainsi. Face à mon silence Nasso se retourna à plusieurs reprises soucieux, Ses yeux me surveillaient tendrement si bien qu’il réussissait à faire naitre un doux sourire sur mon visage.

-Bientôt nous allons arriver à un petit village si je me souviens bien, le village de Zaiko ! Coupa Fira de sa voix stridente et désagréable. D’ici la fin d’après midi ou début de soirée, nous aurons enfin un bon endroit où dormir ! Adieu la belle étoile !

La jeune femme sautilla à l’idée de retrouver le confort d’un matelas ce qui fit sourire Nasso, tandis que le levais les yeux au ciel agacée par son comportement de fillette.

Le bruit de la chute d’eau se faisait de moins en moins fort, au plus nous nous enfoncions dans cette foret sauvage. Fira ne semblait nullement attristée du fait que sa chevautruche avait perdu la vie dans cet accident, tandis que Nasso avait eu à plusieurs reprises une pensée pour son rhini-komodo disparut. Il le savait encore en vie et savait qu’il finirait par retourner au domaine, mais que ferrai sa famille en apercevant la monture de leur fils sans son cavalier ? Il ne souhaitait nullement inquiéter sa mère et son père maintenant âgés, aussi prit il la décision de leur envoyer un message lorsque nous parviendrons enfin au village de Zaiko.

La marche fut longue, fatigante et fastidieuse. A la fin de journée une douleur avait envahit nos pieds brulants, la chaleur des rayons du soleil avec l’absence de vent avait été dur à supporter et pourtant aucun d’entre nous ne s’était plein, si ce n’est Fira qui a plusieurs reprise tenta de sous entendre au maître du feu si il était possible de la porter, elle qui souffrait de son ancienne blessure à la cheville. Sachant qu’il ne s’agissait que d’une comédie, j’avais réussis à remettre la demoiselle en ordre en lui faisant comprendre qu’elle n’était qu’une guerrière de pacotille. Touchée dans son orgueil, la maitresse du feu refusa alors de se faire porter, dans le seul but de prouver le contraire. Fira n’était pas aller une fois de plus dans les bras de Nasso, mon petit coup avait fonctionné.
C’est finalement en fin d’après midi que nous arrivâmes à l’entrée du village. Un village très typique, et surement très vieux, cerné par une fortification de bois faisant office de remparts tout autour de la cité, était-elle d’une réelle efficacité ? Ce point restait partagé.

La grande entrée était cernée par deux tour de gardes desquelles plusieurs hommes se relayaient pour surveillaient les flux de la ville. Voyant trois voyageurs de la nation du feu arrivés ils nous laissèrent entrer sans nous interpeler au préalable, jugeant que nous n’étions pas dangereux pour leur petite ville historique.

A l’intérieur de la petite cité, la vie semblait être à l’honneur malgré l’âge des murs. De jeunes mères et leurs enfants rentraient gentiment chez eux après une après midi de jeu. Les hommes finissaient bientôt leur travail, certaines dames finissaient leurs achats pour le repas de ce soir, une ville aux allures tranquille et calme, peut être trop. Les maisons loguaient l’allée centrale de la ville, leur toits aux angles recourbés typique de la nation du feu, étaient pratiquement identiques. Quelques une d’entre elles possédaient un petit terrain de terre où quelques plantations avaient été posées pour ne pas être dépendant des petits marchants environnants.
Petit à petit, le soleil s’écrasait sur la colline d’en face. Quelques lampadaires furent alors allumés pour ne pas que la cité finisse plongée dans les ténèbres. Nous déambulions dans les rues de la ville cherchant un endroit où loger pour ce soir. Malgré les affaires qui avaient disparurent dans les gorges durant notre chutes, Nasso avait gardé dans sa poche sa bourse. Au vu des lieux, il serait certain que la demi bourse qu’il nous restait ne serait pas totalement vidée, surement nous resterai t-il encore quelques vils nécessaires pour la suite de notre aventure. Ce n’est qu’une fois arrivé au bout de la ville, après être passé devant de petits thermes, un bar dansant déjà animé par quelques fêtards et la place principale de la cité, que nous arrivâmes devant un établissement similaire a une maison d’hôte. Nous ignorions encore la disponibilité des chambres, ni même les prix requit. Mais chose certaines ce soir, nous dormirons ici, à Zaiko.

Nasso fut le premier d’entre nous à pénétrer dans l’établissement. Il se dirigea vers le comptoir à l’entrée ou un homme armé d’une marionnette semblait s’amuser tout seul, surement devait-il s’agir du propriétaire. L’étrange homme faisait marcher la poupée de bois à son effigie sur le comptoir, ses petites mains dans le dis, comme si elle faisait les cent pas, attendant quelques chose. Quand le bruit de la petite cloche annonçant notre arrivée retentit la marionnette redressa la tête en même temps que le marionnettiste.

-Oh !! Fit la marionnette grâce aux talents de ventriloque de son propriétaire. Des clients !
-Tu as raison mon petit ! Fit le marionnettiste à sa création, nous avons des invités.

Etait-ce une mise en scène de la part du propriétaire ? Ou alors était-il vraiment fou au point d’avoir donné vie à un double de soi qu’il commandait avec des ficelles ?
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Sam 8 Oct 2011 - 12:23

L’homme était des plus étrange, en plus de posséder cette marionnette qu’il agitait sans cesse pour lui donner vie, une partie de son visage, du coté droit, semblait avoir subit les assauts des flammes. Il n’était pas rare à la nation du feu de voir ce genre de cicatrices causées en général par des maitres du feu impulsifs et sévèrement puni lorsque de pareilles blessures étaient causées. Malheureusement pour l’aubergiste, ce n’était pas là la cause de sa cicatrice apparente, quelque chose de plus grave encore en était la cause et s’il avait eu à choisir, il aurait préféré être entièrement défiguré par un maitre du feu que de subir ce qu’il avait dut endurer. Cette marionnette était le seul moyen d’apaiser sa peine, une peine qui ne diminuerait sûrement jamais.

Sans prendre attention au décor, tous avancèrent jusqu’à l’homme qui les attendait accompagné de sa création. L’homme en les voyant approcher confia en chuchotant à l’oreille de la marionnette quelques ressentis sur ses nouveaux clients puis il fit genre qu’elle faisait de même à son tour.

« Bonsoir aubergiste ! Nous souhaiterions une chambre pour la nuit, nous sommes trois voyageurs exténués à la recherche de repos et de chaleur. » S’exclama Nasso arrivé au comptoir.
« Un, deux, trois ! » Compta la marionnette comme pour attester les propos du maitre du feu.
« Fidzu et Ridzu sommes heureux de vous accueillir. Fidzu, tu peux ouvrir le registre et vérifier qu’il nous reste des chambres. »
« J’y suis déjà ! » rétorqua la marionnette qui s’affairait à la tâche.

Les mouvements effectués par le marionnettiste était d’une telle dextérité qu’il arrivait à faire n’importe quoi à sa création.

« Une chambre, oui ! Une chambre ! » Dit la marionnette dénommée Fidzu.
« Parfait ! Vous avez de la chance en plus, ce soir, en l’honneur de troisième anniversaire de la réouverture de notre établissement, nous offrons le repas du soir et le petit déjeuner, ce qui vous fera un total de… » S’exprima l’aubergiste avant de s’en retourner vers Fidzu pour qu’il effectue le calcul de tête.
« Une pièce d’argent et cinquante de cuivre ! » dit la création après s’être gratté la tête.

C’était un prix tout à fait dérisoire par rapport à la somme que contenait encore la bourse, si bien que le maitre du feu se demandait s’il n’y avait pas une arnaque là-dessous. L’établissement ne semblait pourtant pas miteux, bien au contraire, tout semblait avoir été refait à neuf récemment et même s’il s’agissait d’une petite ville reculée, rien ne justifié de si petits prix pour un établissement de la sorte. L’homme était peut-être bel et bien fou, le maitre du feu lui donna deux pièces d’argent laissant la monnaie en pourboire, cinquante pièces de cuivre représentant un jour de provision au marché. Il lui restait à présent dans sa bourse l’équivalent de cent cinquante trois pièces d’argent, avec sa dernière pièce d’or qui à elle seule valait cent pièce d’argent. Une pièce d’or était le prix que le maitre du feu avait du payer pour la chevautruche morte ce même jour, paix à son âme.

La marionnette suivi de son marionnettiste guida les voyageurs jusqu’à leur chambre et en chemin, une peinture attira l’œil aiguisé de Kalae. Cette dernière semblait avoir subit, tout comme le propriétaire le kourou des flammes. Sur cette toile était représentée deux hommes, des jumeaux, côte à côte et en fond, un établissement.

« Excusez-moi ! » S’exclama Kalae très polie « Qu’est-il arrivé à cette peinture ? » dit-elle avec toute la curiosité propre aux femmes.
« Elle a été la proie de l’incendie de notre établissement, il y a trois ans, une vraie catastrophe. Mon frère et moi avons décidé de reconstruire immédiatement après et nous avons retrouvé cette toile de nous deux que nous avons décidé d’accrocher. » rétorqua la marionnette comme si elle faisait partie intégrante de la toile.

Kalae, Fira et Nasso comprirent alors immédiatement, Ridzu, l’aubergiste brulé avait du ce soir là perdre son frère jumeau et pour compenser sa perte, avait créé une marionnette à qui il donnait la personnalité de son frère, une sorte de transfert émotionnel.

Une fois arrivés à leur chambre, les amis s’installèrent et l’aubergiste s’en alla en précisant que la salle de bain de cette chambre était malheureusement hors-service et qu’il n’avait pas d’autres chambres disponibles. Néanmoins, il leur offrit le droit d’entrer dans la salle de bain au fond du couloir normalement réservé à lui-même. Les voyageurs acquiescèrent et remercièrent l’aubergiste et la marionnette. Bien que trouvant cela étrange, Ni Nasso ni Kalae n’avait le cœur à défaire l’homme de son illusion quant à Fira, elle trouvait cela tellement débile qu’elle préférait ne rien dire.

« Enfin ! » S’exclama Fira en s’allongeant sur le lit lorsque l’aubergiste quitta le pas de la porte. « Il commençait sérieusement à m’échauffer avec son jeu stupide ».
« Fira, voyons ! » répondit Kalae à l’écoute des propos de Fira qui faisait preuve d’un réel manque d’empathie à l’égard de l’aubergiste qui avait perdu son frère jumeau.

La jeune femme se releva un instant du lit pour hausser les épaules puis se rallongea de nouveau. La maitresse de l’eau épuisée par cette longue route prit alors l’initiative pour la première fois de prendre la salle de bain la première, devançant ainsi la fille du feu qui n’avait jusque là jamais manquait de la réserver la première. Cette dernière ne réagit même pas à la prise de la salle de bain par Kalae qui trouva ça étrange puis quitta la chambre pour aller se détendre dans l’eau chaude, car l’auberge possédait les dernières nouveautés tel que l’eau chauffée dans la tuyauterie à des fins non pas mécanique comme au temps de la guerre mais domestique.

Kalae partie, la voie était à présent libre pour Fira, le maitre du feu qui observait le soleil se couchait par la fenêtre ne s’attendait pas à être la proie de Fira. Ainsi positionné, il lui aurait été facile d’en finir avec le maitre du feu qui semblait avoir abaissé sa garde mais elle devait suivre les directives de son maitre à penser, Edhon Huang, et lui ramener la fille de l’eau et le fils du feu tout en ayant découvert leurs points faibles. Cela l’agaçait car physiquement, les deux compagnons de longues dates ne semblaient n’avoir de réelles faiblesses mais caractériellement et sentimentalement, elle semblait avoir ressentit quelque chose entre ces deux personnages, une sorte d’amour inavoué mais réciproque.

L’espionne habile dans l’art de la duperie s’approcha petit à petit du maitre du feu, quelques dizaines de minutes s’étaient écoulées depuis le départ de Kalae et la maitresse en arme avait réussi à se positionner aux côtés du maitre du feu sans qu’il ne sente sa manœuvre d’approche.

« C’est beau ! » S’exclama-t-elle après un petit arrêt dans leur discussion.

La fille du feu entendit des pas se rapprocher de la porte, c’était Kalae, elle reconnaissait cette démarche, lorsqu’elle comprit que Kalae allait ouvrir la porte, elle se jeta toute entière sur Nasso. Apposant ses lèvres douces, humides et sucrées dans un long baiser. Le maitre du feu surprit laissa quelques secondes s’écouler avant de réellement comprendre de quoi il en retourner. Il défit alors Fira de ses lèvres qui afficha un air timide et troublée suite à son action et au clair rejet de l’homme.

« Fira ! Je suis désolé mais non. » Répondit-il à l'appel physique de la jeune femme.
« Mais pourquoi ? Je ne suis pas suffisamment bien ? C’est parce que je suis une fille des rues que tu ne m’aimes pas ? Tu me méprises peut-être même ? » demanda Fira à la recherche de réponses.
« Non, ce n’est rien de cela, je t’aime bien, au contraire. » expliqua Nasso.
« Alors pourquoi ? » dit-elle des larmes aux yeux.
« Je…Je..J’en aime une autre. Je suis désolé ! » Dit-il en confirmant ainsi les soupçons de son interlocutrice.

La maitresse en arme s’écarta alors du fils du feu de quelques pas.

« Tu ne m’en voudra pas d’avoir tenté ma chance ? N’est-ce pas ? »
« Ne t’inquiètes pas pour ça Fira. » Rassura le fils du feu.
« Pourrais-tu faire comme s’il ne s’était rien passé ? Je trouverai ça trop bizarre sinon. » demanda-t-elle.
« Faisons ainsi ! » S’exclama le maitre du feu ne se doutant pas que le mal était déjà fait, la maitresse de l’eau en entrant avait assisté au baiser et s’en était allé avant même de voir la suite de la scène.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Dim 9 Oct 2011 - 16:31

Le confort du bain chaud avait été revigorant. Après une petite dizaine de minutes, l'heure était venue de libérer la salle de bain pour la personne suivante. Une fois le petit ensemble rouge enfilé, j'étais partis en direction de la chambre pour retrouver les autres.

La salle de bain n'était pas bien loin de notre chambre aussi je fus rapidement arrivée devant la porte d'entrée mal refermée. Il n'avait qu'à la pousser pour pouvoir entrer, ce n'était pas prudent de laisser la porte de la chambre ainsi, n'importe qui aurait pu rentrer sans se faire remarquer.

La porte s'ouvrit doucement et dévoila une scène irréaliste et choquante: Les deux maîtres du feu se tenaient près de la fenêtre, leurs lèvres collées l'une à l'autre dans un long baiser. Les mains de Fira cernaient le visage du maitre du feu avec passion tandis que l'homme restait immobile sans pour autant la rejeter.
Mon cœur sursauta violemment devant ce douloureux spectacle et ma respiration se coupa sur le seuil de la porte. Était-ce la réalité? Oui je ne rêvais pas, ils étaient bien en train de s'embrasser. Pourquoi? Comment? Ainsi Nasso avait succombé aux charmes de Fira... C'est ce qu'il fallait croire, la demoiselle des rues semblait avoir gagner la partie, elle avait gagner le cœur du maître du feu.
Mon cœur fut embroché par cette réalité et une tristesse incommensurable m'envahit très rapidement. Ne pouvant plus supporter cette vision trop douloureuse j'avais préféré prendre la fuite.

Les deux natifs de la nation du feu n'avaient pas remarqué ma présence et ne se doutaient pas qu'ils avaient été aperçu. Je descendis les escaliers rapidement préférant m'enfuir de cet établissement, m'enfuir le plus loin possible pour tout oublier. Des pleurs n'avaient pu être retenu, et quelques sanglots arrivaient à m'échapper quand je n'arrivais plus à les retenir.
L'aubergiste entendu le raffut que je faisais en descendant l'escalier à toute vitesse. Lui et sa marionnette se tournèrent curieusement vers l'escalier de bois avant de me voir arriver en tentant d'essuyer des larmes qui avaient déjà envahit mes joues. Sans même leur adresser un regard j'étais sortit de l'établissement en courant sans réussir à stopper ce chagrin.

-Que peut-il bien lui arriver? Demanda Ridzu l'aubergiste d'un ton attristé.
-Je l'ignore, répondit sa marionnette, mais je n'aime pas voir les demoiselle pleurer.
-Moi non plus Fidzu. Mais nous ne pouvons pas nous permettre d'intervenir.

L'aubergiste et sa marionnette retournèrent à leur occupations, tandis que je courais désormais dans les rues de la ville, cherchant un refuge ou personne ne pourrait me retrouver. Les rues étaient sombres et peu éclairées par endroits, mais désormais je n'en avait plus rien à faire. La douleur dont j'étais victime était une nouvelle forme de blessure qui m'était encore inconnue, et il était certain que c'était l'une des plus douloureuses... La vision du maitre du feu et de Fira ne cessait de me revenir en mémoire comme une véritable malédiction.

Finalement, après quelques minutes de courses, mes pas ralentirent doucement, épuisée par ce chagrin si douloureux. Une main vint caresser un mur de pierre voisin comme pour m'aider à garder l'équilibre et éviter que je ne m'écroule au sol vidée de toutes forces. Finalement mon dos vint se poser contre lui avant que je ne me laisser glisser contre le mur pour le recroqueviller sur moi même, étouffant mes pleurs dans mes genoux.
Je ne savais plus quoi penser et plus rien ne m'importais, j'avais perdu Nasso, cet homme aimait une autre femme...

Quelques minutes passèrent ainsi avant que le bruit de talons ce se fassent entendre, mais n'y prêtant pas attention je n'avais pas daigné lever le regard, préférant rester seule. Une petite bande de femme discutaient des derniers potins dans les rues sombres de la fille, apportant leur cigarette sur leur lèvres maquillées.
L'une d'elle intriguée par les petits pleurs qui raisonnaient dans la ruelle voisine osa s'aventurer vers moi, et lorsqu'elle aperçu une demoiselle recroquevillée sur elle même et totalement en pleurs elle s'approcha gentiment, ce qui suscita la curiosité de ses amies. La femme jeta sa cigarette contre le mur avant de s'accroupir face à moi.

-Ben alors... Fit-elle d'une gentille voix. Qu'est ce qui t'arrive?

Redressant doucement le regard elle découvrit mon visage taché de larmes et cette expression anéantie. Elle sortit d'une poche de sa robe un mouchoir qu'elle me tendit doucement.

-Tiens, sèche moi ces larmes.
-Qui est-ce? Demanda une de ses amies en s'approchant curieusement.
-Qu'est ce qui lui arrive? Demanda une troisième.
-Oh la pauvre! Compatit la dernière.

Rapidement les quatre femmes m'encerclèrent cherchant à savoir qui était cette jeune fille et pourquoi elle semblait si tourmentée.

-Comment t'appelles tu? Demanda celle qui m'avait offert le mouchoir en me remettant une mèche en place avec douceur.
-Kalae... Répondis-je avec une petite voix toujours les yeux baissés.
-Moi je m'appelle Maeko. Répondit-elle gentiment. Et je te présente mes amies, Lozi, Muri et Koe.
-Qu'est ce qui te rend si triste? Demanda Koe, une jeune femme d'environ une vingtaine d'année, la plus jeune d'entre elle.
-Ah pour rendre une demoiselle dans cet état ce n'est qu'un chagrin d'amour! Répondit Muri la plus âgée du groupe.

En entendant la remarque de Muri mes pleurs revinrent rapidement et ma tête retomba sur mes genoux tandis que mon dos sursautait eu fil de mes sanglots.

-Muri!! Grognèrent ses amies en se tournant vers elle pour lui reprocher d'avoir a nouveau susciter ma peine.
-Ah! je suis désolée! S'exclama t-elle en se penchant au dessus de moi. Pardon c'est pas ce que je voulais dire.
-Viens Kalae! Comment Lozi en prenant doucement mon bras, on va t'emmener dans un endroit ou tu iras mieux!

Le groupe de mystérieuses femmes m'aidèrent à me lever. Toutes vêtue de longues robes et bien maquillées elles attirèrent ma curiosité. Qui étaient-elles? Où m'emmenaient t-elles?
Quelques petites minutes de marches suffirent à arriver devant un établissement bruyant. Les lumières débordaient des fenêtres ou quelques silhouettes noires passaient devant tandis que la musique se faisait entendre depuis l'extérieur. Le bar dansant où nous étions passer devant en fin d'après midi avait retrouver toute sa vie et toute sa clientèle dès la nuit tombée.

Lorsque nous entrâmes dans les locaux, les clients semblèrent ravi de revoir les quatre femmes refaire leur apparitions, elle furent accueillit par quelques applaudissement et quelques sifflement flatteurs.
Maeko me guida jusqu'au comptoir tandis que ses amies reprirent le service. L'homme au comptoir n'était autre que le propriétaire de ce bar, il fut relativement curieux de voir Maeko amener une femme qui ne travaillait pas pour lui près de son comptoir.

-Kaen! S'exclama la danseuse en appelant son patron.

L'homme s'avança en faisant patienter un client quelques minutes.

-Maeko, qu'est ce que tu veux, il y a plein de monde ce soir pour une fois! Je veux du spectacle! Lozi n'a pas encore chanter et vous n'êtes pas encore monter sur scène, le service c'est bien beau mais les gens veulent aussi du spectacle!
-Je sais! Je sais! Répondit la femme en faisant un signe de main comme si la chose lui importait peu. Mais avant je te présente Kalae, elle a besoin d'un remontant, tout de suite.
-Tsss, comme si j'avais l'habitude de servir des femmes! Patiente une minutes je termine avec un client.

Kaen s'en retourna rapidement face a l'homme qui attendait son verre tandis que Maeko se retira en s'excusant puisque du travail l'attendait. Elle s'empara d'un plateau où quelques verres pleins trônaient avant de partir en salles les distribuer. Kaen revint finalement quelques petite minutes après, il déposa un grand verre face à moi en le faisant glisser sur le comptoir en bois.

-Alors Kalae c'est bien ça?
-… C'est ça. Répondis-je d'un air démoralisé.
-Je ne sais pas ce qui te rend si triste mais bois ça te ferra du bien. Que fais tu ici seule?
-Je n'ai pas envie d'en parler.

Le patron du bar me dévisagea avec attention, si bien que ça en devint rapidement gênant. J'apportai alors le verre à mes lèvres et bu deux gorgées.

-En tout cas si les filles t'ont ramener ici c'est qu'elles on juger que tu avais besoin d'aide. Continua Kaen. Maeko, Lozi, Muri et Koe sont comme mes filles.
-Alors elles servent si j'ai bien compris...
-Elles servent oui mais pas seulement, ici c'est un lieu d'amusement et de détente, nous affront régulièrement des spectacles a nos clients et les filles chantent et dansent lors de ses représentations. Il n'est pas toujours évident de tout gérer, certains soirs comme celui-ci nous sommes pleins de monde et quelques danseuses supplémentaires ne seraient pas de refus.

Lorsque les clients quémandèrent de nouveau verres, Kaen dut repartir à sa tache. Accoudée seule à se comptoir, un verre en main, je buvais en écoutant le musique en fond ou plusieurs instruments comme le piano et le saxophone s'accordaient parfaitement produisant un effet de sensualité. Les quatre filles qui travaillaient semblaient habituées à gérer plusieurs tables en même temps tout en restant aimables et taquine lorsque certains clients cherchaient à plaisanter.
Kean étais revenu me voir moins de cinq minutes après mon arrivée pour remplir à nouveau mon verre.

-Je ne sais aps si c'est raisonnable. Lançais-je en sentant déjà les effets du premier verre.
-On ne vit qu'une fois ma chère, et ne t'en fais pas, j'ai un œil sur toi. D'ailleurs.... commença t-il a dire alors que je recommençais à boire le nouveau verre. Je vais te faire un prix, une demoiselle avec de si jolies yeux ne devrait pas payer le plein tarif.

Face au compliment du patron, un sourire s'esquissa sur mes lèvres, le premier depuis les évènements de ce soir, surement du lui aussi à l'alcool qui doucement dévoilait ses effets.

-Merci, c'est gentil. Répondis-je en buvant une nouvelle gorgée.

Non habituée à l'alcool c'et rapidement que les effets s'affichait. Il y a maintenant longtemps qu'il m'étais arrivée de boire et j'avais déjà fais les frais d'une soirée arrosée, mais ce cocktail semblait être un moyen radical pour oublier cette vision de Nasso et Fira qui revenait sans cesse en mémoire.
Trois verre et demi venaient d'être ingurgité sans que j'y prenne réellement attention détournée par le discours que me tenait Kaen et qui ne perdait pas une occasion de remplir mon verre dès que le niveau était trop bas à son goût.

-Alors Kalae, tenta de reprendre Kaen en apercevant que l'alcool avait dissiper ma tristesse apparente et en approchant son visage du bien. Qu'est ce qu'il t'étais arrivé, raconte moi tout.
-J'ai surprit l'homme qui j'aime dans les bras d'une autre. Avais-je conclu en reposant maladroitement le verre vide.
-Ah c'est moche ça... Répondit-il en secouant la tête avant de remplir a nouveau mon verre pour la quatrième fois. Mais ne t'en fais pas, les hommes il en existe pleins! Je ne doute aps que tu trouveras.

Kaen se redressa et chercha du regard les demoiselles qui travaillaient pour lui avant d'appeler la première qui passait.

-Muri! Muri! Fit-il avec des gestes.
-Qu'est-ce qu'il y a mon chou? Demanda la femme en déposant son plateau sur le comptoir.
-Préviens les filles qu'il va être l'heure, Je veux que Lozi ouvre avec le chant.
-Ok je transmets! Fit elle en lui envoyant un clin d'œil avant de m'adresser un sourire.
-Dis Kalae. Reprit Kaen en se tournant vers moi. Pourquoi ne pas essayer de te joindre avec les filles?

L'homme réussit a me faire rire quand je compris sa proposition.

- HAHA! Moi? danseuse de bar?
-Pouquoi pas? Répondit l'homme. Nous avons besoin de fille et ça payerai tes verres.
-Donc si je danse avec les filles, je paye rien?! Répétais-je de manière maladroite en affichant un sourire.
-C'est ça.

Je descendis de ma chaise en me tenant au comptoir pour etre certaine de ne pas tomber.

Alors je danserai ! Répondis-je en serrant le point comme prête à conquérir le monde
-Parfait, et je jugerai si ta prestation faut ou non les verres que tu me dois.

Envoyant un clin d'œil amical au patron je disparut parmi les clients pour suivre Muri qui se dirigeait en coulisse. Lozi fut la première a monter sur scène, cachée derrière un rideau. Le silence avait envahit la salle, les clients savait que l'heure d'un spectacle était arrivé et c'est curieux qu'il attendaient de voir ce qu'il allait arriver.

-Kalae? S'exclama Maero surprise. Mais qu'est ce que tu fais?
-Je viens avec vous les filles!! M'exclamais-je gaiement en ouvrant mes bras avant de serrer mes nouvelles amies. On va bien s'amuser!!
-Kalae a retrouver sa bonne humeur. Fit remarquer Koe. Ça fait plaisir!
-Allez bientôt en scène les filles! Rappela Muri.

Aors qu'un silence presque religieux régnait dans le bar, Lozi ouvrit doucement le rideau d'une main et s'avança d'une démarque provocatrice avant de commencer a chanter telle une sirène. Sa voix sensuelle suivait le saxophone et le piano avec perfection. A son arrivée elle eu le droit a quelques applaudissements tandis que certain se permirent de siffler pour lui faire comprendre qu'elle était séduisante.

Puis Miru entra son tour, reprenant le chant se son amie là ou elle s'était arrêter pour se répartir le temps de chant. La chanson qui aux premiers abord semblait lente et romantique s'accéléra rapidement rendant au chant plein d'énergie comme si aucune règle n'existait sur scène, que nous étions là pour nous amuser. (http://www.youtube.com/watch?v=-ScjucUV8v0&feature=relmfu)

Tirée par Maero qui entrait alors avec les autres sur scène, nous nous retrouvâmes rapidement devant tous ces buveurs qui au rythme de la chanson tapaient dans leur main ou gesticulaient dans leur coin. Chacune leur tour les demoiselle se passèrent la paroles s'avançant au plus près du publique, caressant quelques visages ou offrant quelques clin d'œil.

Très rapidement séduite par l'ambiance qui régnait, c'était comme s'amuser entre amie, se défoulant sur une musique en gesticulant en écoutant notre corps, remuer le bassin, rouler des épaules... être là était en fait se défouler et simplement danser en ne pensant a rien d'autre que nos gestes.
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Lun 10 Oct 2011 - 18:54

Après la déclaration de Fira, la distance entre les deux personnages s'étaient installée tout comme un silence des plus gênants, bien que Fira allongée sur le lit, les jambes vers le plafond et appuyé contre le mur semblait ne pas ou tout du moins ne plus souffrir du refus de l'homme qu'elle avait tenté d’appâter dans ses bras. N'en avait-elle réellement rien à faire, n'était-ce réellement qu'une mission pour elle, elle en était personnellement persuadée mais au fond elle, ce rejet, inhabituel de la part de la gente masculine l'avait atteint dans son égo. Quoi qu'il en était, elle avait déjà réussit à prouver sa théorie et à déstabiliser Kalae qui jusque là avait toute confiance et amour pour le maitre du feu. Oui, elle avait de quoi être fière d'elle.

De son côté, Nasso tentait au mieux de tenir la parole qu'il avait donné à Fira d'oublier son geste, s'efforçant à effacer cette erreur de la jeunesse, l'homme avait à présent ses pensées ailleurs.

" Rooohhh mais elle en prends du temps Kalae! " S'exclama Fira qui une vingtaine de minute après son baiser avec le fils du feu faisait mine de s'impatienter alors qu'elle savait que Kalae en avait déjà fini depuis bien longtemps. Tout ce qu'elle désirait en réalité, c'était de pouvoir se retrouver seule pour pouvoir envoyer un rapport à l'amiral qui l'avait placé là.

Nasso qui jusque là n'avait pas fait la remarque, trop occupé à rédiger sur un bureau une lettre destiné à ses parents afin de les informer du retour du Rhino-komodo, seul, dans les prochains jours sans pour autant les inquiéter sur sa situation, il en profitait pour ajouter quelques directives destinées au contre-maitre pour les deux semaines à venir. L'homme pensait jusqu'aux propos de Fira que la longueur de la maitresse de l'eau était dû à un peu de coquetterie propre femme sachant se faire désirer mais il est vrai que cela ne ressemblait pas à la maitresse de l'eau que de faire languir les suivants à la salle de bain, ainsi le maitre du feu décida d'aller toquer à la porte de la maitresse de l'eau par simple mesure de précaution, ignorant encore que Kalae en était déjà sortie depuis belles lurettes.

" Kalae? " S'exclama Nasso derrière la porte.

L'homme cogna à nouveau en obtenant aucune réponse et avec une inquiétude naissante au fond de lui en obtenant aucune réponse et en entendant aucuns sons s'échapper de la salle où le fille de l'eau devait se trouver.

" Kalae?! " Reprit-il.

N'obtenant toujours aucune réponse, l'homme tenta d'ouvrir la porte doucement afin de vérifier ce qu'il se trouvait derrière tout en laissant tout le temps à une demoiselle derrière de la repousser si jamais elle se trouvait derrière.

" Je rentre! " dit-il alors qu'il avait ouvert la porte d'un tiers.

Quelque chose ne tournait pas rond, le maitre du feu l'avait bien comprit et la confrontation avec la salle vide et plongée dans le noir fit grandir en lui la plus grande stupeur. Il n'y avait aucune trace de lutte, il n'avait rien entendu de suspect durant les trente dernières minutes et pourtant la fille de l'eau avait disparu entre les six mètres qui séparait la chambre de la salle de bain. Le cœur de Nasso se stoppa de battre le temps de la découverte de se spectacle laissant naitre un rebond du cœur assez douloureux. L'avait-on enlevé? Avait-elle du fuir quelqu'un qui l'aurait reconnu? L'idée qu'elle se soit enfuit d'elle-même ne lui effleura pas l'esprit, ce n'était pas là le genre de la maitresse de l'eau qu'il appréciait tant.

" Fira!! Kalae a disparu! " Vint-il jusqu'à la porte de la chambre en courant pour requérir de l'aide à la recherche de la belle.
" Quoi!? Elle nous a laissé en plan pour continuer seule? " S'exclama le fille du feu.
" QUOI!? "S'exclama le maitre du feu les yeux troublés par l'idée de Fira, idée qu'il trouvait totalement farfelue et irréaliste. " Non! Il a du lui arriver quelque chose, viens m'aider à la chercher. "
" Très bien! très bien, j'arrive! " Fit-elle presque exaspérer.

Alors que le maitre du feu descendait les escaliers dans la plus grande précipitation, la fille native de ce pays le descendit dans la plus grande lenteur alors que Nasso s'était déjà dirigé vers le comptoir pour en apprendre plus, était-ce là un établissement pour piéger d'humble voyageurs avec des prix attractifs? Rien allait plus dans la t^te du fils du feu prêt à retourner la ville pour retrouver celle qu'il désirait revoir déjà plus que tout.

" L'autre fille qui était avec nous, vous l'avez vu?! Qui est responsable? " Dit le maitre du feu dans la plus grande célérité d'élocution possible " Mais répondez-moi! Je sais que vous l'avez-vu! Allez! Parlez " Reprit le maitre du feu sans laisser l'homme s'exprimer.
" Je suis désolé monsieur, mais le secret professionnel m'oblige à me taire quant aux agissements de mes clients. " dit l'aubergiste
" QUOI!? " S'interloqua Nasso.
" Il a raison! " Dit la marionnette à Nasso avant de se retourner vers Ridzu " Tu as touj.. " Commença-t-elle avant d'être interrompue.

Le maitre du feu venait d'arracher la marionnette à son marionnettiste.

" Rendez-la moi! " S'exclama Nasso.
" Qu... Qu'avez-vous fait! Fidzu parle-moi! Fidzu!! " hurlait-il à la marionnette inerte entre les mains du maitre du feu. " Elle est sortie toute seule! Elle doit être dans la ville mais par pitié libéré mon frère, nous ne faisons que notre travail. "
" Toute seule? " Rétorqua le maitre du feu ayant retrouvé son calme et restituant la marionnette à son propriétaire.
" C'est exact! Elle est sortie seule et de sa propre volonté. Nous sommes un établissement respectable. Espèce de brute! " S'exclama Ridzu de nouveau en propriété de son bien.
" Mais non voyons fréro, tu ne comprends pas, c'est... " Dit la création en terminant par un chuchotement.
" Merci et excusez mon emportement. " S'exclama Nasso avant de demander à Fira de le suivre.

Mais contre toute attente de la part du maitre du feu, Fira remontait les escaliers en se justifiant que puisqu'elle était sortie par elle-même, elle ne tarderait pas à rentrer ou alors c'est qu'elle ne jugeait plus son aide nécessaire. Elle souhaita bonne chance au maitre du feu qui sortit de l'établissement seul à la recherche de la maitresse de l'eau ignorant tout de sa situation actuelle, car à l'heure où nous étions, la jeune femme s'apprêtait à entrer sur scène dans le bar pas si lointain.

Alors que le maitre du feu prospectait les rues depuis presque une heure à la recherche de la fille de l'eau et commençant réellement à s'inquiéter pour elle, l'homme n'hésitait pas à demander au très rare passant s'ils ne l'avaient pas par hasard rencontré mais rares étaient les personnes dans les rues à cette heure capable de s'exprimer correctement. Le bar où s'était donné en spectacle la délicieuse maitresse de l'eau aux formes pures était très bien isolé phoniquement et l'entrée non apparente c'est pourquoi Nasso ne l'avait pas trouvé et donc pas visité.

Ce n'est que sous les coups de minuit que le fils du feu retrouva dans la rue, vacillante mais toujours reconnaissable, la femme qu'il avait tant cherché. Que lui était-il arrivé? Était-elle blessée pour avoir une telle démarche? L'homme accouru vers elle afin de lui porter secours et lorsqu'il fut à deux pas d'elle, il n'eut plus aucun doute sur les raisons de sa démarche, toute l'oxygène autour d'elle empesté l'alcool.

" Kalae! " S'exclama malgré tout soulagé le maitre du feu de retrouver la jeune femme.

Le maitre du feu supposait que la jeune femme avait du céder à la souffrance qui devait la tirailler depuis sa découverte au pôle nord de la disparition de sa famille et son père en très mauvaise posture. L'alcool avait surement permis à la jeune femme de se débarrasser de cette pensée le temps de la soirée et ne cherchant pas à être celui qui la sermonnerait, le maitre du feu se contenta de plaisanter tout en l'arrachant du sol pour la porter dans ses bras, sa tête contre son torse, sans un mot, la jeune femme s'assoupit.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Mar 11 Oct 2011 - 12:59

Les danseuses de bar m'avaient prit en sympathie, et nous étions devenue les amie d'une fête, des amies qui au petit matin reprendraient chacune leur vie, oubliant cette nuit de travail comme toute les précédentes. Mais qu'importe c'était l'instant présent qui importait et nous nous amusions tel était l'essentiel.

La soirée se déroula sans accrocs, comme il était d'habitude. L'heure se faisant tardive et quelques clients commencèrent déjà a quitter l'établissement pour retrouver leur lit sachant que demain une journée de travail les attendaient. Les plus résistants étaient resté, finissant leur soirée accoudée au bar en refaisant le monde avec des expressions presque inventées, au vu du niveau d'alcool qu'ils avaient ingurgité.

Après la représentation, les filles avaient reprit leur travail en tant que serveuse tandis que Kaen m'avait offert gracieusement les verres que j'avais consommer avant de me proposer un emplois
au sein même de son établissement, proposition que je me vis refuser malgré l'alcool qui brouillait mes pensées.
Le patron me laissa alors disparaître en me saluant avec énergie, espérant qu'un jour je revienne sur ma décision.

Désormais seule dans les rues de la ville, je déambulais sans réel but tout en ignorant l'heure qu'il pouvait être. Devais-je rentrer à la chambre? Cela aurait impliquer qu'il fallait faire face à Nasso et Fira et dans l'état auquel j'étais je préférais éviter.
J'ignore depuis combien de temps je marchais, toutes les rues se ressemblaient, et a plusieurs reprises mon pied se butta à une dalle de la route mal enfoncée au risque de me faire trébucher.

-Kalae! S'exclama une voix qui ne m'étais pas inconnue.

Faisant demi tour sur moi-même d'une manière bien plus que maladroite cherchant à trouver qui pouvait bien être à ma recherche, j'aperçus une silhouette s'approcher rapidement. Au plus il se rapprochait, au plus le visage de Nasso était distinct. Que faire? Que dire?
Avant qu'il n'arrive à mon niveau je repris mon chemin, comme si de rien n'était, l'homme ne tarda pas à me rattraper et à engager un début de conversation qu'il m'était dur à suivre. L'homme parlait vite mais il semblait aussi fatigué par ses longues recherches. En effet l'homme avait gâcher sa soirée rien que pour moi, pour tenter de me retrouver, et ça je ne m'en doutais malheureusement pas.

Le maitre du feu commença à plaisanter, rassuré et cherchant à obtenir un sourire de ma part, mais il n'eut absolument rien, retrouvant une mine fatiguée et attristée je continuais d'avancer avec le maître du feu toujours à mes cotés. Face à ce manque de réaction et au comportement maladroit que j'adoptais Nasso passa sa main dans mon dos et sa deuxième sous mes genoux pour me soulever et pouvoir me transporter pour me ramener, comprenant que j'étais dans incapacité de faire un quelconque choix dans cet état second.

Lorsque ma tete se posa contre le torse endurcit de l'homme, ce fut plus fort que moi, je venais de sombrer brutalement dans un sommeil profond. Nasso resta quelques instants sur place examinant mon visage endormit avant de déposer un baiser sur mon front, soucieux de me voir dans cet état. Il se surprit à avoir une telle réaction, mais son geste avait été spontané et franc, il ne le regrettait nullement.

Doucement il me ramena à la chambre. L'aubergiste lisait à la lueur d'un bougie ses derniers comptes, vérifiant que son « frère » n'avait pas fait d'erreur tandis que la marionnette dormait sur le comptoir tranquillement. Ridzu leva la tête de son carnet quand il entendit des bruits de pas et aperçu alors le maître du feu qui me tenait dans ses bras, la tête penchée dans les vide et les cheveux tombant vers le sol.

-Que lui arrive t-il?Demanda Ridzu en se levant d'un bon, inquiet, en réveillant son frère.
-Rien de grave, rien de grave. Rassura Nasso en chuchotant pour faire lui comprendre de rester le plus silencieux possible. Elle s'est endormit et nous avons eu une rude journée.
-…
-Que.... que se passe t-il? Demanda la marionnette tout en s'éveillant et en se frottant les yeux.
-Je vous souhaite une bonne nuit messieurs. Se contenta de répondre Nasso en commençant a monter des escaliers en faisant attention à ma tête qui pendait dans le vide.

L'homme fit preuve d'une grande délicatesse et de beaucoup de tendresse, chacun de ses gestes avaient été doux pour éviter que je ne m'éveille. Il entra dans la chambre doucement, Fira s'était déjà endormit sur le divan, un exemplaire de journal en main, surement avait-elle tenter de s'occuper en attendant le retour de ses compagnons. Durant l'absence de Nasso, Fira avait eu le temps d'envoyer une lettre à l'homme pour qui elle travaillait. Dedans elle y détailla toutes nos étapes de voyage mais surtout ce qu'elle avait pu remarquer, elle n'omit pas de souligner la tension qui s'était installé entre elle et moi au sujet de maître du feu ni même la réaction et l'aveu de Nasso quand elle l'agressa sur les lèvres.

Avec douceur Nasso me déposa sur le lit et apposa me tête sur l'oreiller. Il ramena doucement la couverture sur mon corps soucieux que je n'ai froid durant mon sommeil. Lorsque ce fut terminé il passa tendrement sa main sur ma joue, dans un moment tel que celui là, si j'avais été éveillée, le maître du feu aurait pu apercevoir mes joues rougissantes.
Nasso se tourna et se posa sur l'oreiller voisin, lui aussi fatigué par sa journée, ses recherches et ses pensées.

Les premiers rayons de soleil arrivaient lentement, et pour une fois il n'étaient pas la cause de mon réveil, non ce fut une migraine qui arriva à m'extirper de mon sommeil. En ouvrant doucement les yeux, je reconnu le plafond de la chambre que nous avions loué, ainsi m'avait-on ramener.
Je n'avais rien oublier de la soirée d'hier, ni ce que j'avais fait et pourquoi. Tout en soupirant je passai ma main sur mon visage, finalement dormir était mieux, au moins les souvenirs ne revenaient pas nous hanter...

Alors que je m'étais retourner pour changer de position, le maître du feu m'apparut à mes cotés, il dormait tranquillement. * Hein?! * Que faisait-il ici? Où était Fira? Qu'allait-elle dire?
Le maître du feu me semblait désormais inaccessible, aussi devais-je maintenant éviter cette promiscuité, Nasso appartenait à Fira, je ne pouvais plus rêver de cet homme que je désirais tant.
La demoiselle du feu dormait avec le morceau de journal posé sur son visage, tentant de faire le moins de bruit possible je m'étais lever et avait passer mon visage sous l'eau une fois arrivé dans la salle de bain.

-Alors que t'es t-il arriver hier? Questionna Nasso en arrivant par surprise.

Dans un sursaut brutal, je m'étais retournée, les jambes tremblantes. Nasso s'était réveillé lorsque je m'étais levé et cherchait a avoir quelques explications.

-Rien de bien important... Répondis-je en baissant les yeux.
-Kalae, avec tout le temps que nous avons passer ensemble et tout ce que nous avons vécu ne me fait pas croire n'importe quoi...
-… je voulais oublier.
-Oublier? Répéta le maître du feu curieux. Tu sais je peux comprendre que tu sois chamboulée par tout ce qui arrive à ta famille mais...
-Ce n'est pas à cause de ça. Coupais-je d'un air torturé.
-Alors de quoi? Parle moi?
-Je t'ai... je... je ne peux pas, oublie c'est rien! Répondis-je en sortant de la salle.

Je n'avais plus le droit de rien faire, et encore moins de lui dire ce sentiment amoureux qui me rongeait tant, il ne m'appartenait pas. Mais je l'aimais, je ne pouvais pas me le cacher. Quoi qu'il puisse se passer, cet amour, son visage, tout resterai en mémoire quelque part dans mon cœur, secrètement gardé.
L'homme se retrouva seul dans la pièce, tentant de trouver ce qui pouvait à ce point me chambouler sans rien ajouter de plus. En rentrant à nouveau dans la pièce, Fira venait à peine d'ouvrir les yeux et elle s'étirait bruyamment sur le divan où elle avait dormi.

-Bonjour Kalae. Dit-elle avec un sourire satisfait en coin comprenant ce qui s'était passé.
-Bonjour. Répondis-je par obligation.

Fira n'obtenu que des salutation brèves et fuyantes ce qui la fit d'avantage sourire, satisfaite d'elle même. Lorsque Nasso entre de nouveau dans la chambre, le fille des rues s'empressa de se lever et de remettre ses cheveux en ordre avant de lui adresser un sourire sympathique que le maître du feu, qui avait promis de faire comme si rien ne s'était passé, se vit obliger de lui rendre.

-Vous allez être content! S'exclama soudainement Fira. Nous arriverons bientôt chez Edhon Huang, la seule chose que nous avons à faire aujourd'hui et de nous rendre vers le sud, nous devrions atteindre le littoral dans l'après midi, là nous devrons attendre un navire pour rejoindre l'île où il vit.
-Mon oncle ne vit donc pas sur l'île principale?
-J'ai oublier de vous le préciser? S'étonna Fira en prenant des faux airs de petite fille maladroite.
-En effet! Avais-je répondis en grinçant des dents.
-Mais je vous rassure, l'île dépend toujours de la nation du feu et elle n'est qu'a quelques dizaine de minutes de navigation.
-Tu sembles bien connaître... Soupçonna Nasso.
-Je trouve que pour un groupe de personne qui voyage avec un membre de la famille Huang vous ne savez pas grand chose de cette famille! Ce n'est pas bien difficile de savoir où il habitent pourtant, ils sont relativement connu.
-Tu nous excusera ô grande Fira! Répondis-je sur le ton de la moquerie. Mais nous notre vie ne tourne pas autour d'une vengeance et de meurtres.
-Qu'est ce que tu sous entends?! Grogna la demoiselle en faisant un pas vers moi.

Nasso attrapa le bras de la fille des rues pour la retenir et éviter qu'une confrontation n'ait lieux. La demoiselle s'arrêta net en sentant Nasso poser sa main sur son bras. Ils échangèrent un regard, puis finalement, Fira fit un pas en arrière.

-Si nous voulons trouver un navire avant demain, mieux faut partir maintenant. Conclu le maître du feu.


Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Mer 12 Oct 2011 - 18:27

Sur les dires du seul homme du groupe, les deux femmes s'accordèrent. À présent devenus des randonneurs, il leur fallait davantage de temps pour parcourir les distances autrefois parcouru en une ou deux heures à dos de leurs animaux morts ou disparus. Kalae qui avait vu chamboulé toute ses vues sur le maitre du feu par l'action de Fira à l'encontre de ce dernier, avait à présent en plus de la douleur de la perte de sa famille, celle de la perte de celui qu'elle aimait. Si elle pensait avoir perdu le droit à l'amour de Nasso, la jeune femme n'en restait pas moins déterminer à secourir ceux qui l'avait vu grandir.

Les compagnons n'avaient que peu de bien à rassembler avant de quitter la chambre pour manger un bref petit déjeuner offert la maison. Une fois sortit de l'établissement, les deux femmes suivirent Nasso qui les avait informé de sa volonté de passer tout d'abord au fauconnier afin qu'il fasse délivrer au plus vite un message à ses parents au sujet du Rhino-komodo. Les demoiselles avaient accepté, Kalae très compréhensive et Fira jouant son rôle aux yeux de Kalae de femme cachant une relation avec le fils du feu.

Depuis son réveil, une certaine morosité s'était installée sur le visage de la belle maitresse de l'élément opposé à l'instar de la fille du feu très souriante et le regard ambre étincelant de joie. Le maitre du feu, y voyait là une femme s'inquiétant pour sa famille et une femme s'étant très bien remise du refus qu'il lui avait prononcé la veille. Il essayait de rassurer la jeune femme quant à l'avenir de sa famille, qu'ils allaient réussir mais Kalae semblait maintenir une distance aussi bien avec Fira qu'avec lui, cela ne ressemblait pas à la fille de l'eau et inquiétait le maitre du feu désirant le bonheur de la créature de ses rêves et qui hantait même le jour ses pensées.

Le soleil du matin pesait déjà sur les pas de nos trois aventuriers toujours en direction du sud et pour objectif de se rendre sur l'île où résidait le redoutable Edhon Huang, responsable du meurtre des parents biologiques de Kalae, kidnappeur des parents adoptifs de la jeune femme et commanditaire du meurtre de ses propres parents, chose que Nasso et Kalae ignoraient encore. Le paysage défilait à allure lente et permettait ainsi de mieux contempler la beauté de ce pays alliant parfaitement industrialisation et nature. Ayant connaissance du cap à prendre, le maitre du feu avait naturellement reprit la tête du groupe. Kalae oscillait entre un regard sur le maitre du feu se demandant comment oublier l'homme et un regard dans le vide en pensant.

Un bruit de charrette tiré par un Rhino-komodo se fit entendre derrière les aventuriers et lorsqu'il passa à leur niveau, l'homme employé pour des livraisons entre la capitale et diverses cités se stoppa proposant aux trois voyageurs de monter à bord en échange d'une somme de cinq pièces d'argent par personne. Le livreur profitait du moyen de transport fourni par son patron pour se faire de l'argent en plus de son salaire et cela, ni vu ni connu. La somme étant jugé abordable par rapport à l'argent qui restait en possession du fils du feu, il accepta, cela restait moins chers que n'importe quel diligence avec chauffeur et cent fois moins chers que l'achat d'une bête.

Le confort à bord fut spartiate mais l'arrivée sur les bords de l'océan fut bien avancée et il était pas loin de midi lorsqu'ils descendirent de la charrette arrivés au port que Fira avait demandé à rejoindre. Les températures étaient à leur apogée en ce milieu de journée, les estomacs criaient déjà famine alors qu'ils pouvaient contempler de leurs yeux une ville fortement fréquentée, avec des hommes venus de toute part et des restaurants aussi divers que variés. Le tout sur un bord de mers aux eaux turquoises, c'était ça le sud du la Nation du feu et il y avait très peu de lieu dans le monde d'aussi agréable.

Le maitre du feu alors qu'il marchait en arrière des deux jeunes femmes les laissant décider du lieu où ils mangeraient senti qu'il se passait quelque chose, au niveau de sa poche droite. Sans perdre une seconde, il déplaça son bras sans détourner son regard des deux jeunes femmes et lorsqu'il saisit le poignet d'un sacripant qui tentait de lui dérober sa bourse, l'homme détourna finalement le regard sur lui qui était en panique en se sachant débusqué.

" Tu as choisi la mauvaise personne petit! " S'exclama le maitre du feu qui avait déjà eu affaire à ce genre de voleur en bas âge.
" Lâchez-moi! " Hurla le gamin essayant de s'extirper avec sa maigre force de la main du fils du feu, attirant l'attention des deux femmes qui accompagnaient Nasso et quelques personnes aux alentours se demandant ce qu'il se passait tandis que la majorité du flux continuait comme si de rien était.
" Sais-tu quel traitement un maitre du feu inculquait aux voleurs par le passé? " Demanda Nasso sur un ton menaçant à l'enfant qui ne devait pas avoir plus de dix ou onze ans.

L'enfant hocha la tête en guise d'affirmation et le maitre du feu enflamma la paume de son autre main.

" Nasso, non! " S'exclama Kalae qui croyait que le maitre du feu allait réellement sans prendre à l'enfant.
* Super, ça faisait longtemps que j'avais pas vu d'empreinte du voleur se faire appliquée * Pensait Fira.
" Eh bien! Estimes-toi heureux que l'on ne soit plus à cette époque. Que je ne te revois jamais à de telles affaires, gamin! " Dit-il en le relâchant et l'enfant qui mettait toute sa force à se débattre en tomba à terre puis s'enfuit en courant sous les rires moqueurs de la foule.

Le spectacle étant terminé, la foule avait retrouvé son train de vie quotidien et lorsque Nasso arriva au niveau de Kalae, il lui demanda si elle avait vraiment cru qu'il ferait une chose pareille, la jeune femme en était encore troublée, le maitre du feu avait eu l'air tellement sérieux et menaçant envers ce petit garçon. Le maitre du feu avait réussi à la surprendre et elle comprenait qu'il s'agissait là d'une leçon dont l'enfant se souviendrait surement longtemps néanmoins, connaissant l'homme, elle espérait ne pas le voir agir ainsi avec sa propre descendance.

*Descendance* S'exclama la maitresse de l'eau * Mais pourquoi je pense à ça, je l'ai perdu... *

Fira de son côté avait félicité le maitre du feu aussi bien pour sa fermeté que pour sa clémence, la voir ainsi caresser le maitre du feu dans le sens du poil hérissait ceux de Kalae qui pensait ne pas avoir le droit de redire quoi que ce soit à ce sujet, puisqu'ils étaient à présent ensemble. Sans tarder, ils choisirent finalement un restaurant où les deux femmes se régalèrent tandis que le maitre du feu appréciant moyennement les produits de la mer avait mangé tout son repas mais sans en ressentir de réel plaisir du palet, lui ce qu'il lui fallait, c'était de la bonne viande rouge.

Après s'être renseigné sur l’horaire d'embarquement du prochain navire à destination de l'île d'Edhon Huang, les trois amis constatant qu'ils restaient devant eux de longues heures décidèrent de faire un tour en ville et pensèrent à se rendre à la plage histoire de décompresser. Bientôt ils feraient face au redoutables Edhon Huang, l'un des hommes les plus puissants en terme d'autorité mais aussi en stratégie et en maitrise de la nation du feu...

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Jeu 13 Oct 2011 - 18:53

Le repas avait été vraiment délicieux. Voilà longtemps que je n’avais pas goûté aux produits de la mer, si loin de ma nation. Nasso faisait la moue devant son plat bien qu’il l’eut finit en se forçant. Quand à Fira elle semblait apprécier tout et n’importe quoi, peut importe ce qui lui était proposé, elle n’hésitait ne le refusait pas, surement étais-ce du au fait au fait qu’elle ne pouvait se permettre de faire sa capricieuse pour survivre dans les rues.

Le repas terminé, nous n’avions plus qu’à attendre le navire qui nous emmènerai sur l’île ou résidait mon oncle, en attendant ce moment là, nous nous étions donc accordé un moment de détente et avions décidé de profiter du soleil et de la plage. N’ayant aucun équipement pour nous rendre sur le bord de mer, nous avions rapidement fait un tour en ville. Nasso ouvrait la marche comme à son habitude, Fira marchait derrière lui, enchainant ses pas dans celui du maitre du feu, comme si elle craignait de le perdre. Trainant à l’arrière, je m’attardais, toujours plongée dans ce regret de n’avoir pus tenter ma chance, cette déception de ne pas avoir été l’élue. *Mais pourtant… la dernière fois il avait essayé de m’embrasser ?* Réalisais-je soudainement en redressant la tête comme percutée par un éclair.

Qu’est ce que tout ceci voulait dire ? Peut être bien que je l’avais moi même imaginer, oui je ne voyais que cette solution. « Méfiez vous des apparences » Voilà les mots qu’avait prononcé la vieille prophète quelques jours plus tôt, peut être avait-elle raison, tout n’avait été qu’illusion, l’attention que me portrait le maître du feu ne devait être qu’amicale et tous ces signes avait surement été produit par mon imagination et cette réalité que souhaitait tant mon cœur.

Nous arrivâmes dans une petite boutique typique qui s’était installé non loin des cotes. Les prix étaient des plus bas, le vendeurs n’avait aucun problème quand a vendre ses marchandises qui tournaient principalement autour de maillot de bain et divers objets pour pouvoir s’amuser dans l’eau salée. Il nous accueillit avec un sourire commercial greffé et bien trop faux.

-Bonjour messieurs dame ! S’exclama t-il depuis son comptoir. Que puis-je pour vous ?
-Bonjour monsieur. Répondit Nasso en s’avançant. Nous venons simplement pour vous acheter une tenue de bain.
-Bien sur, monsieurs. Vous tombez bien, je suis peut être la seule boutique en ville a vous proposer un si large choix de maillot.
-Nous voulons quelque chose de simple.
-Et a prix raisonnable… Rajoutais-je en murmurant dans mon coin.

Le vendeur nous mena dans un rayon voisin ou différents modèles étaient exposés. Des cabines avaient été misent dispositions des clients pour qu’ils puissent essayer leur modèles, et ainsi partir en étant satisfait de leur achat. Il nous fallut peu de temps pour trouver quelque chose à porter, Nasso se contenta d’un short de bain de couleur bordeaux aux bordures noires, Fira sélectionna un bikini noir maintenu avec quelques ficelles blanches tandis que j’avais opté pour un modèle similaire de couleur rouge vif. Après un rapide essayage, tout semblait parfait, chacun d’entre nous semblait comblé par notre choix, le maître du feu prit également l’initiative de prendre avec lui trois serviette pour pouvoir se poser sur le sable chaud.
Nasso n’en eut que pour deux pièces d’argent au total, soit une petite somme quand au total qu’il nous restait, mais mieux valait économiser et être prévoyant.

Lorsque nous ressortîmes de la boutique, nous nous dirigeâmes vers le littoral nos achats en main. Les plages étaient pleine de monde, principalement de jeunes enfants accompagnés de leur parents, et de jeunes adultes venus entre amis pour s’amuser et emmagasiner les rayons du soleil qui leur étaient si indispensables.
Fira fut la première à poser son pied le sable, enchantée de profiter de se moment et de s’amuser enfin, qui plus est, il s’agissait là encore d’une nouvelle occasion pour elle de tester son pouvoir de séduction. Elle enroula sa serviette autour d’elle et avec une dextérité impressionnante, elle réussit à se changer cachée par sa serviette sans la faire tomber. Une fois cela fait elle la laissa tomber sur le sable avant de s’afficher fièrement, prête a sauter dans les vagues que quelques surfeurs domptaient.
Bien moins habituée à la plage, j’avais tenté d’imiter la demoiselle des rues, isolée dans mon coin, la serviette maladroitement posée sur les épaules, un équilibre médiocre je menaçais de tomber en tenant de me changer. Nasso s’approcha discrètement en voyant mes difficultés, l’homme avait déjà ôté ses chaussures et ne semblait nullement souffrir du sable chaud.

-Heu…. Kalae ? Besoin d’aide ? Demanda t-il une fois à mon niveau.

Il me fallut un temps de réflexion. Bien sur que je semblais avoir besoin d’aide mais qu’aurait-il pensé ? qu’aurait dit Fira ? Qu’importe je ne pouvais pas prendre le risque de tomber a la renverse comme une enfant apprenant à marcher. Le maître du feu s’empara des coins de la serviette et la maintenue enroulé autour de moi pour que je puisse me changer sans risque de ne perdre la serviette. L’homme détournait le regard poliment de peur qu’un malentendu ne s’installe et par respect. Laissant maintenant mes vêtements tombé à ses pieds le maillot rouge fut rapidement enfilé et lorsque ce fut chose fait Nasso pu retirer la serviette et la poser au sol.
Ma présenter dans une tenue aussi légère était une chose qui ne m’étais pas habituel, pour tout avouer ce n’était que la deuxième fois que je me rendais a la plage et me présentait dans une tenue aussi courte. Mais pour autant je ne montrais aucune gêne, malgré mon inhabitude l’adaptation ne m’étais pas difficile.

Ce fut désormais le tour de Nasso, il fut bien plus simple pour les hommes de se changer et tenant d’une seule main leur serviette qu’il maintenant autour de leur taille. Quand il fut en tenu, il vint s’allonger à nos cotés, sur sa serviette.

-Tu m’impressionneras toujours Nasso ! S’exclama Fira en examinant l’homme de haut en bas en contemplant son corps musclé.
-Merci. Répondit simplement Nasso qui compris rapidement.

Me sentant de trop au milieu de se groupe et de se couple, je n’avais rien ajouté et avait fermé les yeux tentant d’ignorer mes deux compagnons et les mots de Fira qui me rendaient folle.
La lumière qui traversé mes paupières disparut soudainement. Recouvrant curieusement les yeux, le visage d’un jeune homme d’une bonne vingtaine d’année était penché au dessus de moi, un sourire encré sur son visage. Ses cheveux courts et bruns et soigneusement placés tombaient sur son visage, et ses yeux ambrés étaient si clair qu’ils viraient vers le doré.

-Bonjour mademoiselle. Commença t-il d’une belle voix.
-Bonjour. Répondis-je en revoyant un sourire poli.
-Dis, je me demandais, avec mes amis nous jouons au volley mais il nous manque un joueur. Ça te tente ?
-Mais… Hésitais-je quelques instants. C’est à dire que je ne sais pas jouer.
-Peu importe, je t’apprendrai. Répondit-il en me tendant sa main.

Après la lui avoir saisit, il m’aida a me lever et c’est el laissant Nasso et Fira, mes voisins, que nous nous dirigeâmes d’avantage vers l’océan où un groupe de jeune homme, séparé par un filet, attendait son amie et leur nouvelle partenaire de jeu.

-Les règles sont simple, commença l’homme. Notre équipe obtient le point si le ballon touche le sol de l’équipe adverse. La première équipe à atteindre le nombre de 10 point gagne la partie.
-Je comprends. Lançais-je en souriant.
-Très bien alors, a toi de servir ! S’exclama t-il en me donnant la balle en cuire. Les femmes d’abord.

Je regardais la sphère de cuire curieusement. Servir ? Qu’est ce que cela voulait dire ? Le jeune maitre du feu compris alors que quelque chose n’allait pas aussi il n’hésita pas a demander quel était le problème.

-Je ne sais pas ce qu’est servir, je n’ai jamais joué. Vous devez avoir choisit la mauvaise personne…
-Non !! Non ! Répondit-il en souriant, ne t’en fais pas je vais te montrer.

Le jeune maitre du feu se positionna dans mon dos, de là il pu se positionner dans le bon axe et placer correctement mes brans et mes mains tout en m’expliquant l’importance du tire de départ, de la position du ballon, de la force que nous y mettions. Plaçant sa tête dans le creux de ma nuque pour ajuster son niveau de vision au mien il continua ses explications, faisant patienter ses camarades de jeu.

-Notre petite Kalae fait succès… Se permit de commenter a voix haute Fira toujours allongée.
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Dim 16 Oct 2011 - 16:43

Les dires de Fira n'étaient pas nécessaires, le maître du feu n'avait pas quitté la maitresse de l'eau depuis qu'elle avait quitté sa serviette pour rejoindre ce troupeau de jeune essentiellement composé d'homme. Seule, une autre fille, dans le camps adverse était présente. La fille de l'eau en plus d'attirer les regards de ces jeunes gens de son âge se laisser approché par son instructeur sportifs, le garçon qui l'avait invité à participer à la partie.

La partie fut rapidement lancée et malgré l'inexpérience de la fille de l'eau, son équipe marqua les deux premiers points, permettant à la jeune femme de resservir deux fois de plus, elle perdit malheureusement le point lors du troisième service avec un chouya de puissance manquante. Les garçons la rassurèrent, ils allaient tous ensemble récupérer le point. Tout d'abord, très concentrée, la fille de l'eau se relâcha petit à petit alors qu'ils gagnaient des points jusqu'à afficher un sourire triomphant alors qu'ils s'approchaient de la victoire, qu'une certaine promiscuité physique s'était installée.

" Tu ne comptes pas réagir? " Interrogea Fira qui voyait Nasso se recouchait après que l'équipe de Kalae ait marqué son septième point.
" Non... " répondit Nasso sans s'étendre sur le sujet.
" Mais pourquoi? Ce n'est pas elle que tu aimes? Tu n'as pas mal de la voir entouré d'hommes athlétique et plus jeunes que toi? " Rétorqua Fira qui espérait voir le fils du feu réagir.
" Elle a retrouvé le sourire qu'elle n'avait plus depuis quelque temps, si elle est heureuse, ça me suffit. Ça lui fera du bien de s'aérer l'esprit avant d'affronter Edhon Huang, toi comme moi, nous le savons, il ne va pas être aisé d'en venir à bout. " Expliqua Nasso.

Fira ne répondit rien à la réponse du fils du feu, elle afficha juste un léger sourire en coin qu'elle masqua au fils du feu.

Le match continuait et la confrontation gagnait en puissance, les ballons étaient de véritables boulets de canon que les garçons de l'équipe de Kalae rattrapé avec certaine difficulté mais réussissait à monter pour permettre à Kalae d'enchainer avec des tirs tout aussi compliqué pour les adversaires. C'était peut-être sa première partie, mais elle semblait avoir très bien compris le principe et la technique.

Sentant la défaite arriver, un adversaire s'emporta et enroba le ballon de feu avant de le propulser vers Kalae qui dans la panique et la précipitation allait user de sa maitrise de l'eau pour s'en protéger puisqu'il était trop tard pour bouger. L'eau à proximité, notamment dans un seau se mit à bouger mais la maitresse de l'eau se retint d'elle-même d'en user. Pendant la seconde où le ballon avait quitté la main du fils du feu pour se diriger droit sur Kalae, le seau s'était déplacé de 1 mètre tout seul et alors que la collision semblait imminente, le garçon qui avait invité Kalae à participer vint se mettre entre le ballon et la jeune femme. Était-ce réellement un acte héroïque de sa part ou une technique de drague mise au point entre les deux jeunes hommes? Impossible à savoir et aux yeux de Kalae, il venait de lui éviter de grandes souffrances.

" Ça va aller? " Questionna Kalae inquiète pour le jeune homme qui s'était couché en attrapant le ballon.
" Oui..oui ne t'inquiètes pas, je maitrise le feu aussi. Excuse moi pour lui! " Dit-il à Kalae en pointant le gars dans son dos qui faisait mine lui aussi d'être désolé de s'être emporté.
" C'EST UNE FILLE DE L'EAU! " hurla la fille du camps adverse.

À ces mots, l'attention de toute la plage fut braquée sur Kalae qui était pointé du doigt par la jeune femme et sœur de celui qui avait invité Kalae. Kalae ne savait pas où se mettre mais savait qu'il lui fallait démentir alors les regards se posèrent sur la sœur du maitre du feu qui devait à présent se justifier.

" Je vous promets! Le seau à bouger tout seul quand elle a été en danger! C'est une maitresse de l'eau! Une espionne! Je le jure sur ma flamme intérieure. " S'exprima-t-elle.

Même si son argument était faible, il est vrai que le seau encore plein d'eau avait laissé une trace dans le sol comme s'il avait été tiré alors qu'aucune trace de pas n'était autour, de plus, le fils du feu croyait en sa sœur qu'en elle promettait sur sa flamme intérieure. Au vu des regards, la jeune femme savait que ça risqué de chauffer dans les instants qui allez suivre, comment une foule de natif du feu réagirait à la présence d'une native de l'eau, sa couverture serait en plus compromise et Edhon Huang surement rapidement au courant.

" Qui ose insulter ma sœur de maitresse de l'eau! " Hurla Nasso en s'approchant du terrain les poings en feu.

Un temps d'attente se posa sur la plage où un silence régna, il fallait prendre en compte toute les nouvelles données pour les jeunes gens, un maitre du feu, la soeur de ce dernier pouvait-elle être fille de l'eau, qui croire dans l'incertitude? Que faire?

" Allez dîtes-le moi! Vous insultez l'honneur de ma famille, je demande un Agni Kaï! " Hurla Nasso créant l'attention assidu du publique alors que Kalae se positionnait derrière son "frère".
" Excusez ma sœur! Notre père, le soleil, a du trop lui taper sur la tête. " Dit le fils du feu qui savait que sa sœur n'aurait aucune chance en Agni Kai face à un fils du feu qui semblait expérimenté et énervé.

Nasso fit disparaitre les flammes de ses poings et s'en retourna auprès des ses affaires, suivi par Kalae qui remercia tout de même le garçon pour cette partie et lui fit la promesse en croisant les doigts qu'elle était désolé que son frère se soit ainsi emporté.

Nasso et Kalae se rallongèrent sur leur serviette respective, le mieux à présent était de faire comme si l'affaire était close, fuir la plage n'aurait fait qu'augmenter les doutes. Une fois parfaitement installée, Kalae dit de façon uniquement audible pour son voisin de bronzette: "Merci Nasso. "

À présent, aussi bien Nasso que Kalae espérait qu'il passerait le reste de leur attente paisiblement sans attirer davantage l'attention ou d'ennui tandis que Fira avait toujours l'air aussi détentue, après tout, elle savait que bientôt son commanditaire serait grandement satisfait de ses services, comme à chacune de ses missions pour lui.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Lun 17 Oct 2011 - 16:51

De nouveau couchée sur la serviette aux coté de Nasso j'avais tenter d'oublier ce passage qui aurait pu nous apporter de nombreux ennuis. L'intervention de Nasso avait été in extremis et encore une fois le maître du feu avait su me sauver d'un mauvais pas, en utilisant une nouvelle fois la couverture de la petite sœur... me voyait-il vraiment comme tel?
L'homme n'avait pourtant montrer aucun signe de jalousie lorsque je l'avais quitté pour rejoindre le groupe de joueurs, a croire qu'il devait en être ainsi...

Fira n'avait pas bouger, ni même daigner lever son regard lors de l'incendie survenu plus tôt, la jeune femme n'en avait rien a faire, ce n'était pas son problème et l'égoïsme habitait son cœur corrompu.La jeune espionne finit par s'endormir bercé par la chaleur du soleil et le bruit des vagues.
Nasso avait fermé les yeux après avoir passé ses mains derrière sa tête tandis que je 'étais levé pour plongé mon corps dans l'eau salée. Le cœur amoureux de Nasso avait sentis cette absence, aussi ouvrit-il un œil discrètement pour de temps à autre s'assurer qu'aucun danger ne soit dans les environs, ou tout simplement, me regarder nager et plongé pour atteindre les coraux qui bordaient la plage, renfermant de merveilleux trésors colorés.

Malgré cela l'après midi passa rapidement. Le jeune homme qui m'avait invité ç jouer avec lui avait tenter de renouveler une invitation mais cette fois ci a diner que je dus refuser. Pourquoi? Après tout plus rien ne m'attachait à personne, mais malgré cela l'humeur n'y était pas. Il repartit en disant qu'il comprenait et que cela ne faisait rien, c'était un jeune homme gentil et qui méritait de trouver quelqu'un de bien.

L'arrivée du bateau finit par être annoncé relativement tard, le soleil commençait déjà à s'échouer sur l'horizon. Rapidement nous avions ramasser nos affaire sur le sable désormais tiède et avions doucement quitter la plage pour nous avancer près du port voisin où le navire venait a peine d'accoster. Pour pouvoir monter a bord, nous dûmes nous rhabiller, une tenue correcte avait été exigée à bord, aussi Fire et Nasso utilisèrent leur technique pour se changer à nouveau tandis que le maître du feu avait eu la gentillesse de maintenir ma serviette, sachant que j'éprouvais encore quelques difficultés.

Le tarif pour monté a bord n'avait été que d'une pièce d'argent pour nous trois au vu de la courte distance qui nous séparait de l'île du seigneur Huang. Le navire était le type d'un navire de guerre, bien commun venant de la part de la nation du feu. Nasso et moi avions désormais l'habitude des voyages bord de tels vaisseau, leur fonctionnement, et leur constitution ne nous était plus étrangère.
Peu de voyageurs désirèrent se rendre sur cette petite île, les principaux voyageurs était des habitant même de l'ilot qui après une journée sur l'île principale cherchait a rejoindre leur demeure isolée.

Les machines furent mit en route et déjà les cheminées fumaient et rejeter une cendre noires typique de ces navires de guerre. Au vu de la petite distance qui nous séparait de l’île, seule deux ou trois bonnes heures de navigation seraient suffisantes pour atteindre notre destination.
Une seule petite cabine nous fut donner pour nous trois, avec juste assez de place pour déposer nos affaires, mais cela nous était égal, nous n ‘étions pas là pour un grand voyage.

Le groupe ne tarda pas à se séparer Fira était curieuse de connaître le fonctionnement des machines aussi  descendit-elle dans les entrailles du navire guidée par un matelot avec lequel elle avait rapidement sympathisé.  Nasso était resté dans la cabine, allongé sur le petit lit, attendant sagement.

(Musique conseillée: http://www.youtube.com/watch?v=cEtWBKJjQ1g&feature=related )

De mon coté, seule dans un coin du pont, accoudée à la rambarde, je regardais les vagues de l’océan s’écraser sur la coque de fer avant de relever mon regard et de le porter sur les étoiles. La lune nous berçait d’un beau croissant lumineux et les étoiles dansaient autour de l’esprit de la lune, princesse de la nuit.
Plongée dans cette admiration mes pensées disparurent. Doucement des bruits de pas sur le pont se firent entendre mais je n’avais pas détourner le regard, sachant que ça ne pouvait être qu’un autre voyageur et qu’aucun risque ne pouvait arriver dans un moment aussi calme.

-C’est  beau  n’est-ce pas ? Questionna uns voix masculine.

Détournant le regard dans un léger sursaut, j'aperçus alors Nasso qui était sortis de sa cabine et qui avait finit par me rejoindre. L’homme vint s’accouder à mes cotés avec douceur avant de poser son regard sur les astres.

-Magnifique. Répondis-je finalement.

Un silence s’installa, que dire désormais ? Comment amener un sujet de conversation ? Aussi bien le maître du feu que moi-même semblions embarrassé par cette situation pourtant agréable. Oui agréable, voilà longtemps que nous ne nous étions pas retrouver seuls.

-Kalae… Commença le maître du feu en baissant les yeux. Tu sais, je suis attristé de te voir aussi triste. Depuis quelques jours ton comportement à changé, ce que je peux comprendre au vu de la situation avec ta famille mais, pour tout t’avouer ça me fait de la peine.  

Mes yeux bleus croisèrent les yeux émeraude du maître du feu avec une tendresse infini, comment lui dire la vérité ?

-Tu as toujours montré beaucoup d’attention à mon égard Nasso…Répondis-je d’une voix douce.  Tu as toujours été là pour moi, tu m’as défendu et protégé. Avec le temps j’avais fini par espérer et à croire que… enfin… 

Mes yeux replongèrent vers les vagues, intimidées.

-Nasso... Finis-je par dire en redressant timidement la tête vers le maître du feu.  Est ce que tu me vois vraiment  comme une petite sœur ?
-Kalae ?
-Oui, tu as raison c’est une question stupide ! Tentais-je de me rattraper en replaçant nerveusement une mèche de cheveux derrière mon oreille et en affichant un sourire gêné.  Ce que je voulais dire en réalité c’est que je suis heureuse pour toi et Fira. Avais-je corriger en me détachant de la rambarde avant de commencer à faire demi-tour.
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Mar 18 Oct 2011 - 19:53

*Moi et Fira?* se questionna l'homme ne comprenant pas aux premiers abords les dires de sa tendre amie avant de finalement comprendre, la jeune femme avait du les apercevoir cette nuit là, était-ce la raison de sa fuite, de sa tristesse?

L'homme se saisit en une demi-seconde du poignet de la maitresse de l'eau qui venait de quitter la rambarde pour entamer sa désertion du pont.

" Kalae! " S'exclama le maitre du feu avec une voix douce et presque timide, chose que la maitresse de l'eau n'avait pas pour habitude d'entendre dans la voix du fils du feu. Elle avait remarqué qu'il y avait dans sa voix quelque chose d'étrange ce qui la stoppa mais elle restait encore trop déçue d'avoir "raté" sa chance...

Le vent frais, la mer calme, les étoiles étincelantes et la lumière des flammes entouraient Kalae et Nasso seuls sur ce pont. Le contact de la main emprisonnant son poignet fut un éclair qui transperçait le corps et le cœur de la jeune femme qui souffrait encore de sa découverte, l'homme la torturait-elle? Ce geste peut-être anodin était signe que le maitre du feu ne voulait pas la laisser s'éloigner de lui davantage, elle restait alors immobile dans l'attente des prochains mots du fils du feu qu'elle aimait tant. Un souffle rapide vint décoller du dos les cheveux de la jeune femme qui se déplacèrent au grès du vent et donna du mouvement aux plis de leurs habits respectifs.

" Kalae! " Se répéta encore le maitre du feu qui appelait à présent la jeune femme à le regarder en face, d'un ton laissant suggérer qu'il souhaitait l'entretenir d'un fait important.

La maitresse de l'eau se retourna, les yeux presque en larme, souhaiter au maitre du feu tout ces vœux de bonheur avec la fille des rues lui avait fait mal et son esprit était chamboulé par la dernière action du maitre du feu qui lui ravivait un espoir qu'elle s'interdisait.

Le maitre du feu contemplait la demoiselle avec les yeux les plus doux du monde tout en approchant sa main droite de la joue de la maitresse de l'eau, son contact, délectable et chaud fit chavirer la jeune femme. Ses sentiments envers le maitre du feu n'avaient pas changé, même si elle essayait de s'en détourner depuis l'avant veille au soir.

Relâchant le poignet de la jeune femme qu'il tenait de la main gauche, l'homme fit un pas en direction de Kalae tout en conservant ce contact charnelle avec la joue de cette dernière.

" Kalae! S'il y a une femme sur terre ou sur mer qui a dérobé mon cœur, ce n'est certainement pas Fira... " Avoua le maitre du feu.

La maitresse de l'eau afficha un air de surprise à cette annonce du maitre du feu, que lui racontait-il maintenant? Que voulait dire ce baiser alors? Et puis elle revint encore sur les propos du maitre du feu, qu'était-ce? Une déclaration? La jeune femme se posa très rapidement mille questions si bien qu'elle en fut embrouillé cherchant la réponse dans la suite des propos de Nasso. Elle secoua sa tête pour se défaire l'esprit de toutes ses questions et lorsqu'elle se stoppa une fois qu'elle eut reprit ses esprits et qu'elle désira reporter son regard sur Nasso, ses yeux n'étaient plus à leur ancienne position et elle n'eut pas le temps de les chercher davantage qu'un contact doux et chaud vint s'apposer sur ses lèvres.

* Qu'est-c..? Huuuuuuummmmm * Pensa la jeune femme comprenant rapidement de quoi il en retournait et savourait à présent ce qu'elle avait ardemment désiré depuis si longtemps sans se l'avouer.

Le bras du fils du feu était passé dans le dos de la maitresse de l'eau afin de soutenir la tête de la jeune femme qui de par la différence de taille lever la tête vers le haut. L'homme venait de lui déclarer son amour espérant et supposant qu'il était partagé par la jeune femme à juste titre. La notion du temps avait échappé aux deux participants de ce baiser et lorsqu'il s'acheva, il créa une sorte de manque à ses deux mêmes personnes. Kalae et Nasso n'étaient plus des amis à présent, leur corps respectif aspiré à de nouveaux baisers mais les questions de Kalae prirent malgré tout le dessus, elle devait s'assurer d'avoir bien compris.

" Alors il n'y a rien entre toi et Fira? " Questionna Kalae.
" Bien sûr que non, Kalae, tu es la personne qui hante mes pensées depuis des mois, te voir triste, te voir souffrir, me fait tout autant de mal qu'il ne t'en fait. Fira m'a prise de court l'autre soir mais je lui avait fait part que ses sentiments envers moi n'était pas partagé, si c'est cela qui t'a fait souffrir, j'en suis désolé. Kalae, je serais le plus heureux des hommes si je pouvais t'avoir à mes côtés, non plus en temps qu'ami mais en tant que celui que tu aimes. " Expliqua Nasso.
" Nasso! " S'exclama Kalae en se jetant aux lèvres du fils du feu pour récupérer ce dont elle ressentait déjà le manque.

Kalae n'avait plus envie de repenser à cela, pas envie de voir encore le sale tour que lui avait joué la fille du feu qui les accompagnés, tout ce qu'elle désirait était en face d'elle, contre elle, elle qui l'embrassé de tout son amour et qui lui restituait tout autant. La passion qui liait ses deux corps dans ce décor sublime était des plus fortes et des plus sincères, supprimant toutes les barrières culturelles, idéologique et générationnelle. L'âge, la nationalité, les coutumes n'avaient à présent plus aucune importance. L'homme que Kalae aimait l'aimait en retour, cet homme qui l'avait accompagné dans tant de péripétie, l'homme qui lui avait sauvé la vie et qui aujourd'hui était en route à ses côtés pour sauver celle de sa famille, comment aurait-elle pu être plus heureuse hormis en présence de sa famille saine et sauve?

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Mer 19 Oct 2011 - 15:22

Blottit contre le maître du feu dans un baiser langoureux et passionné plus rien ne semblait exister, seul nous deux avions subsister et vivions ce moment privilégier. La chaleur du maître du feu, les mains, ses lèvres tout n'était que pure douceur. Emporter dans un élan a la fois fougueux et tendre le baiser s'étira dans le temps jusqu'à en prendre haleine.

Automatiquement une étreinte vint terminer ce baiser passionné et sincère, la tête logée dans le creux de sa nuque, sur la pointe des pieds, c’est avec douceur que mes lèvres atteignirent ses oreilles.

-Je t’aime Nasso. Murmurais-je avec tendresse.

Voilà longtemps que ces mots étaient en moi, jamais ils n’avaient osés sortir de ma bouche. Et là, soudainement, mes mots étaient allés plus vite que je ne l’aurai souhaité de peur de me montrer trop rapide, mais trop tard, ces mots étaient dit, mieux encore ils étaient pensés. Oui, je l’aimais.

L’homme esquissa un sourire avant de serrer d’avantage l’étreinte et d’enfouir sa tête dans mes cheveux. Quelques secondes s’écoulèrent, secondes durant lesquelles l’homme tentait de profiter de l’étreinte, de ce moment, de sentir mon parfum et de percevoir les battements de mon cœur qui brûlait d’amour.

-Je t’aime… Finit-il par avouer en murmurant timidement à son tour avec la plus belle voix du monde.

Cachée dans un coin du pont, alors que la visite des machines s’était achevée depuis plusieurs minutes, Fira était logée dans un coin, derrière la base d’une cheminée, épiant nos gestes depuis quelques temps. La jeune femme afficha un regard satisfait et un sourire diabolique anima rapidement son visage pâle. Elle fit quelques pas en arrière avant de disparaître dans l’ombre pour penser a d’autres méfaits et se préparer à retrouver son maître, Edhon Huang.

Petit à petit, nous nous étions détachés l’un de l’autre pour échanger un regard empli d'espoir et de sentiments, la beauté des étoiles et de la nuit faisait naître le désir de profiter d’avantage de cette soirée, de ce cadre si calme et romantique.

Une voix féminine sortit alors des porte-voix  disposés dans la plupart des endroits du navire annonçant que d’ici trente à quarante minutes environs, les cotes de l’île d’Ory feraient surface.
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Jeu 20 Oct 2011 - 19:47

Durant les vingt minutes qui suivirent, les deux amoureux s'embrassèrent à nouveau plusieurs fois, ne pouvant se retenir d'exprimer cet amour qui jusque là était resté caché des deux côtés. Était-ce le bon moment pour de tels aveux alors qu'une grande confrontation allait avoir lieu? Ne seraient-ils pas déconcentrés? Ces questions essentielles et stratégiques n'avaient plus d'importance, ils s'aimaient et c'était la seule chose à présent qui comptait pour eux. Libérer la famille adoptive de Kalae restait bien évidemment une priorité mais c'est à présent le cœur et l'esprit bien plus léger que Kalae accompagné de Nasso s'approchait d'un immense obstacle: Edhon Huang.

Les vingt dernières minutes à bord du vaisseau de transport pour Kalae et Nasso furent employées à rejoindre leur cabine afin d'y récupérer leurs affaires tranquillement. Fira les y attendait déjà, demandant aux deux amants ce qu'ils avaient fait pendant qu'elle visitait les machines qui propulsaient le navire. Une réponse évasive lui fut donné, les amoureux ne cherchant pas à faire un grand déballage de leur amour face à la jeune femme qui les accompagnait depuis maintenant plusieurs jours et qui avait elle-même exprimé un intérêt envers le fils du feu. Cela aurait été déplacé de leur part et ne les correspondait pas du tout.

Une fois prêt, les trois compagnons quittèrent leur cabine pour rejoindre le pont d'où ils pourraient accoster, le bateau avait durant leur préparatif atteint son objectif et les manœuvre d'amarrage étaient en phase de se terminer. Kalae, Fira et Nasso purent observer l'île relativement grande où résidait l'amiral Edhon Huand à leur sortie du navire, c'était une île très verdoyante et qui même la nuit semblait avoir un climat agréable, ni trop lourd, ni trop chaud. Fira en guide informa ces compagnons que la résidence des Huangs sur cette île n'était pas très loin mais elle ne savait pas s'il était réellement prudent d'aller combattre un ennemi sans repos au préalable. L'impatience avait gagné Kalae mais elle se résolu d'elle-même à acquiescer au propos de la maitresse en arme. L'île abritant exclusivement des maisons secondaires ou de retraites de nobles, l'île se voulait irréprochable et dormir à même le sol était à prohiber. Ne pas attirer l'attention était leur objectif, des patrouilles régulières traversées les rues veillant à ce que personne n'enfreigne l'ordre régnant. Les trois amis ne subirent aucun contrôle, les hommes étant confiant sur la réputation de leur île et se fiant aux visages et il semblait que celui de nos trois amis passent inaperçu, à moins qu'ils n'aient reçu des ordres de la part de l'homme le plus gradés de l'île et qui séjournait dans la résidence Huang pour le mois avant de rejoindre l'une de ses garnisons.

Fira s'arrêta subitement alors que les amis marchaient pour pointer du doigt un mur sur une hauteur qui dissimulait une riche demeure que l'on pouvait deviner en apercevant un bout de toiture.

" C'est ici qu'il réside actuellement! " S'exclama-t-elle.
" Parfait! Nous connaissons alors notre cible! N'oublie pas, nous devons récupérer la famille de Kalae avant tout! " Dit-il en terminant par un rappel à la jeune femme qui avait tué les grand-parents biologiques de la femme qu'il aimait.

Alors qu'ils étaient à l'arrêt, Kalae se rendait compte que l'île n'avait aucun centre-ville, aucun bourg mais une succession de demeures somptueuses séparées par de grands espaces verts. Les résidents de l'île envoyaient leur domestique faire leurs emplettes sur une île voisine, leur permettant toujours d'être le moins possible en contact avec les "gueux".

" Mais au fait!? Où allons-nous dormir ? Je ne vois aucun hôtel. " Confia-t-elle.
" Où? " Dit la maitresse en arme avant de ricaner bêtement et toute seule créant la curiosité de ses deux compagnons ou plutôt victimes.
" Qu'y a-t-il de si drôle? " S'exclama assez sèchement Kalae qui depuis presque l'arrivée de la jeune femme dans leur groupe avait des difficultés à s'entendre avec elle.
" Tu ne vois pas? " Questionna Fira " Il y a autour de nous des dizaines de résidences vides de leurs propriétaires et dans chacune d'entre elles des dizaines de chambres vides. Tu comprends à présent? "
" Je ne sais pas si c'est une bonne idée. " Dit-elle en cherchant l'approbation de Nasso qui avait l'air de réfléchir à la proposition.
" C'est ça ou bien rien, il n'y a pas d’hôtel sur l'une des îles les plus en vue de la Nation du feu, pour dormir ici, il faut s'acheter une résidence et pour en acheter une, vous devez aussi être obligatoirement nobles. Si nous voulons nous reposer, c'est le seul moyen, les patrouilles traversent l'île de part en part toute les deux heures et s'ils nous voient dormir à même le sol, dans le meilleur des cas, ils nous prendront pour des clochards qu'ils expédieront hors de l'île et je dis bien dans le meilleur des cas. " Expliqua-t-elle avec des arguments de choix.
" Allez Kalae, même s ça ne me plait pas non plus, nous n'avons pas vraiment le choix. " Ajouta Nasso qui vint mettre un terme au débat.

Kalae à présent en accord avec le choix de Fira fut irritée quand cette dernière l'invita à choisir la demeure de son choix dans un jargon noble et respectueux tout en laissant clairement apparaitre qu'elle se fichait royalement de la maitresse de l'eau.

" Ce sera.... celle-là! " Décida la maitresse de l'eau.

Fira la félicita pour son "excellent choix" toujours avec ce même ton après quoi les trois aventuriers partir à l'assaut de la demeure sélectionnée. En absence des propriétaires, les domestiques de la maison secondaire n'avaient le droit de rester sur l'île que durant la journée et repartait vivre sur l'île où il résidait le reste du temps. C'est avec une grande aisance que Fira crocheta la porte sans même l'endommager et invita les deux amoureux à entrer. Le sol, les piliers étaient fait de marbre de haute qualité, les murs étaient agrémentés d'immenses peintures et mosaïques. La maison très bien entretenue sentait le propre et si ce n'est sa taille, elle n'avait rien à envier en terme de luxe au palais impérial où à la demeure des Huangs. C'était assurément des nobles très puissant qui avaient fait bâtir cette demeure.

Sur le socle d'une sculpture gravée à même la roche dans le jardin, visible depuis le salon où les compagnons avaient pénétré, ils pouvaient lire malgré la nuit grâce à la lueur de la lune: " Sung familia magna est " (La famille Sung est grande). À la grande surprise de nos amis, Kalae avait désigné dans le plus grand des hasard la maison de la famille dont ils avaient usurpé le nom précédemment dans la semaine peu avant le meurtre des Huang séniors. Les Sung, famille très puissante, avaient fait construire cette maison il y a de cela presque un siècle et peu de temps après la construction de cette somptueuse demeure, les Huang de l'époque avaient eux aussi ordonné la construction d'une demeure sur cette île, encore plus grande et plus élevée que celle des Sung, une provocation de cette famille qui ne cessait de s'affichait en position de supériorité face à tous et qui avait su agacer les nobles suffisamment influent pour être orgueilleux face à l'attitude des Huang.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Ven 21 Oct 2011 - 17:39

La grande demeure des Sung était resplendissante, d’une richesse comparable à celle des Huang que nous avions rapidement visitée quelques jours plus tôt.

Se repérer dans la grande demeure demanda quelques longues minutes, de longs couloirs joliment décorés donnaient accès à de nombreux petits salons privés, de grandes bibliothèques.

Une salle de musique et un grand salon pour recevoir de nombreux convives trônaient dans l’aile est de la demeure. Aussi nous ne tardâmes pas a emprunter l’escalier qui menait à l’étage bien décidés à trouver les chambres pour nous reposer avant l’affrontement final.

Il nous fallut grimper jusqu’au second étage pour pouvoir enfin trouver les chambres disponibles. Les pièces étaient spacieuses ; de grands lits baldaquins trônaient en leur centre, les draps de satin brillaient au contact des rayons de la lune et un grand balcon donnait une vue imprenable sur le jardin privé de la famille.

Fira prit quelques minutes à se décider, analysant soigneusement chaque chambre pour pouvoir discerner tous les avantages et les inconvénients de chacune des pièces. Elle se décida finalement après que nous l’eûmes pressée, agacés par ses enfantillages et ses critères bien trop sélectifs la jeune femme ferma la porte derrière elle après nous avoir souhaité une bonne nuit.

Nasso s‘empara doucement de ma main avant de me guider dans une pièce où de longs voiles tombaient sur le lit aux draps de soie. Fatigués par notre matinée de marche et notre après midi sous le soleil brulant de la nation du feu, nous ne tardâmes pas à rentrer dans les draps froids, qui avaient été changés avant le départ des domestiques.

La tete posée sur le confortable oreiller mon visage était tourné vers celui du maître du feu qui venait juste de se poser, je le regardais en silence.

Les rayons de la lune éclairaient suffisamment la pièce pour que l’on puisse distinguer les formes et entrevoir les expressions de l’autre. Le maître du feu passa tendrement sa main dans mes cheveux après avoir caressé ma joue. Son geste lui fut rendu avec amour, et sur un dernier baiser je vins me loger timidement dans le creux de son corps pour m’endormir tout près de lui. L’homme passa alors son bras autour de la taille pour pouvoir me maintenir contre lui avant de poser sa tête derrière la mienne. C’est avec un sourire heureux et un cœur comblé de bonheur que nous nous étions endormis. La présence de l’un et de l’autre nous avait fait temporairement oublier notre affrontement de demain.

De son coté, Fira ne dormait pas encore. L’espionne rédigeait à un petit bureau, mit a disposition dans une chambre, une lettre pour son employeur, lui annonçant notre avancée.


« Cher Monsieur Huang,

Cette lettre se trouve être la dernière avant nos retrouvailles, en effet, Kalae et Nasso sont actuellement sur l’île d’Ory. Nous séjournons dans la demeure des Sung pour la nuit. Attendez vous à ce que demain matin une intrusion ait lieu dans l’enceinte de votre demeure. Et je vous conseil de bien sécuriser l’accès à la famille Yukahiro, la détermination de Kalae semble inébranlable. Bien que je ne doute pas de vos compétences en défense et encore moins en ce qui concerne l’attaque, il ne s’agit là monsieur que de mon aperçut, ayant vécu plusieurs jours avec nos ennemis.

Je tenais également à vous confirmer la relation entre le maître du feu et la fille de l’eau.

A demain monsieur.

Fira. »

Elle lâcha son faucon qui l’avait rejoint sur le rebord de la fenêtre et se retourna vers son lit avec hâte de trouver le sommeil.

Aux premiers rayons du soleil, Nasso fut le premier d’entre nous à ouvrir les yeux. Il se découvrit dans la même position que celle où il s’était endormit. Quelque chose de doux et de chaud m’éveilla en se posant sur mes lèvres. J’affichai un regard timide tandis que Nasso souri avant de se lever pour se préparer.une fois prêt, nous descendîmes les deux étages pour tenter de trouver les cuisines pour ne pas partir le ventre vide.

Fira fouinait déjà dans les larges placards se plaignant du fait que la majeure partie d’entre eux avaient été vidés le temps de l’absence des propriétaires pour éviter que les denrées ne s’abiment. Au final, elle se redressa après avoir trouvé quelques paquets de biscuits.

-Et voilà ! S’exclama-t-elle en posant les biscuits sur le plan de travail. Le repas de monsieur et madame est servit !
-C’est déjà ça. Répondit Nasso en ouvrant le paquet, affamé.
-Alors ? Vous avez un plan ? Demanda Fira en croquant dans un biscuit.
-Ce qu’il faut faire c’est d’abord trouver ma famille, les mettre à l’abri ensuite on s’occupe de mon oncle.
-Et comment comptes-tu trouver ta famille sans savoir où elle est retenue prisonnière ? Mieux faut affronter Huang en premier, le questionner, le tuer et libérer ta famille.
-Oui mais….si nous échouons ? Je veux dire par là que si nous perdons la vie face à Edhon Huang ma famille pourrira en prison. Mieux faut les libérer en premier, si je meurs ils seront au moins vivants.
-Ne dis pas ça ! Coupa Nasso en me lançant un regard sérieux. Personne ne mourra.
-Vous ne connaissez pas Edhon Huang ! Lança Fira en ricanement presque sur le ton de la moquerie. Il ne vous laissera ni libérer la famille, ni vous laisser repartir vivant. il aime la souffrance et n’a aucune pitié…

Il y eu un silence dans la salle, seul le bruit des biscuits qui s’écrasaient sous la dent de Fira était audible.

-Mais ne vous inquiétez pas ! reprit la jeune femme face à cette tension qu’elle venait de poser. On a bien supporté Kalae durant tout le voyage, nous pouvons battre donc Edhon sans soucis. Lança Fira sur le ton de l’humour.
-Vu ainsi, c’est vrai que ça rassure. Blagua Nasso.
-Mais euh !! Grognais-je doucement.


Les deux natifs de la nation du feu se mirent à rire tandis qu’un sourire se dessinait sur mes lèvres, prenant la remarque de Fira au second degré.

Une fois le ventre « remplit » nous quittâmes la demeure Sung en ayant prit soin de tout ranger derrière notre passage pour pas que notre présence soit remarquée.

Voilà maintenant que nous marchions dans les rues vers la grande demeure de notre ennemi. Les grands remparts qui cernaient sa haute maison, paraissaient impossible à escalader. Une patrouille devait surement surveiller les alentours puisque le sadique propriétaire avait été parvenu de notre venue par la traitresse que nous accompagnait.
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Jeu 3 Nov 2011 - 9:30

La progression vers la demeure Huang se fit en douceur et discrète, néanmoins arrivés à proximité des grands et puissants murs de la résidence du sombre amiral, les trois compagnons d'aventure se frottèrent à une difficulté de taille, pénétré l'enceinte de cette dernière sans être repéré. La fréquence des patrouilles était telle qu'escalader les murs était inenvisageable sans compter que des patrouilles devaient aussi effectuer leur ronde à l'intérieur.

Après avoir inspecté la demeure sous plusieurs angles, les trois compagnons tapis dans l'ombre cherchaient toujours une ouverture, une faille, même s'il s'agissait d'un amiral, le nombre de gardes assurant la sécurité des lieux étaient disproportionnés à une situation paisible, pour que des moyens humais aussi importants soient mis en place, c'étaient qu'Edhon Huang devait avoir quelque chose à cacher renforçant l'idée qu'il était bien le commanditaire de l'enlèvement des parents adoptifs de la belle de l'eau. Il devait s'attendre à la visite de sa nièce en conclurent Kalae et Nasso, à moins que ces hommes n'avaient été dépêchés par le Seigneur du Feu lui même après la tragique et monstrueux double homicide des parents de l'un de ses amiraux.

Il aurait été tellement aisé pour nos amis de pénétrer l'enceinte si l'un d'entre eux avait eu pour maitrise celle de la terre, ce qui n'était malheureusement pas le cas. Il leur fallait alors user d'une autre maitrise, celle qui consiste à user de sa matière grise. Alors que tous cherchaient un moyen pour entrer discrètement dans la maison d'Edhon Huang, de simples remarques sortaient de la bouche de nos aventuriers.

" Peut-être devrais-je les appâter en créant une brèche dans la muraille pendant que vous vous y glisserez... "
" Si l'on pouvait passer en dessous des murailles en creusant un tunnel, mais ça nous prendrais des années... " Dit Fira pour réitérer l'idée du maitre de la terre cherchant à ne donner aucune nouvelle piste à ses victimes.
" Non, ils prendraient des mesures pour renforcer toutes la sécurité à l'intérieur des bâtiments et vous vous feriez attraper. " Reprit Nasso pour contre-dire sa précédente idée.

Alors que la recherche était toujours veine de solutions efficace, un éclair de lucidité liant les propos de Fira et un souvenir lui permit d’échafauder un plan répondant à leurs attentes.

" Les égouts! J'ai vu en contre-bas pendant notre ascension vers cette demeure un accès à ces derniers. Je suppose que la demeure des Huangs dans leur grande sophistication s'y seront reliés. "

L'idée prit de court Fira qui n'avait pas imaginé qu'une telle idée puisse traverser l'esprit de Kalae, ni même de Nasso à vrai dire.

" Alors là, plutôt mourir! " S'exclama choquée Fira.
" C'est une bonne idée Kalae, j'espère juste que ce ne sera pas trop étroit, il y a peu de maisons donc peu d'écoulement donc les sections des canalisations pourraient être en conséquence de petites dimensions. " Dit Nasso tout en mettant en garde.

L'idée de Kalae méritait à être creuser, ainsi c'est toujours dans l'ombre que nos amis s'éloignèrent de la demeure où résidait celui qui avait enlevé la famille adoptive de Kalae. La stratégie de la jeune femme avait des chances de fonctionner si plusieurs facteurs étaient de leur côté: la dimension mais aussi l'inclinaison des conduites, car en cas de pente trop raide, les eaux usées rendraient l'ascension par les égouts impossible en rendant leur appuis glissants et de leur sens de l'orientation pour se diriger vers la bonne maison.

Arrivés au point dit, lieu où les compagnons allaient savoir s'ils avaient fait tout le chemin inverse pour rien, Nasso fit sauter à l'aide de sa maitrise la serrure restreignant d'ordinaire l'accès aux égouts pour éviter que les enfants ou des personnes mal-intentionnées ne s'y aventurent. Une fois fait, Nasso se jeta le premier dans la conduite pour aller l'inspecter et juger de la faisabilité de leur intrusion par les égouts.

" Beurk " Fit dégoutée Fira lorsqu'elle entendu le splash signifiant que le fils du feu était bien dans les eaux usées de l'île.

Utilisant sa maitrise de feu pour éclairer la construction plongée dans l'obscurité, le maitre du feu découvrit des eaux ne dépassant pas le niveau de ses semelles, les égouts de l'île étaient très imposant en terme d'espace, les dimensions étaient telles que même en cas d'occupation de toutes les maisons en même temps, les égouts ne seraient qu'au tiers de leur niveau maximum. Il y avait pour nos amis plus de place que nécessaire pour voyager en toute discrétion.

" Vous pouvez venir, je pense que nous avons notre voie d'accès! Félicitation Kalae! " S'exclama le fils du feu en rattrapant les jeunes femmes dans ses bras pour que leur atterrissage soit moins violent et ne l'éclabousse pas.
" Ça pue! " Remarqua Fira sans que personne ne prenne attention à ces plaintes, pour une fille des rues, elle semblait rapidement dégoutée par la crasse et les odeurs pestilentielles.

À présent en marche dans les égouts de "luxe" que s'était offert l'île des nobles, les trois aventuriers progressaient lentement, prenant grade à ne pas se faire avoir par des trous d'eau qui en plus d'être dangereux seraient des plus répugnants s'ils venaient à en être les victimes. Nasso était à l'orientation et à plusieurs reprises, il fit le choix du chemin à prendre lors d'intersection, le dénivelé c'était grandement accentué sur les derniers cent mètres jusqu'à ce qu'ils arrivent dans une sorte de mini-salle circulaire où divers canalisations de petites dimensions se jetaient, il était aisé de savoir quelles canalisations étaient reliées aux différentes toilettes de la demeure. Aucune des canalisations dans ces murs n'étaient suffisamment importante pour laisser passer homme ou femme. Par chance, au dessus de leur tête se trouvait l'accès privés de la demeure aux égouts, cet accès étant prévu pour que les domestiques puissent remédier au plus vite au problème de tuyauterie de la demeure.

" Mesdemoiselles, nous sommes arrivés chez M. Huang! " Dit Nasso avec la plus grande certitude avant d'écarter les jeunes femmes alors qu'il usait des ses flammes pour faire fondre le socle au dessus d'eux fermé depuis l'intérieur de la demeure et scellé de leur côté.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Ven 4 Nov 2011 - 23:06

Le séduisant maître du feu s'appliquait à la tache. Avec une fine flamme bleutée l'homme fendait doucement la grille métallisée qui nous empêchait de rejoindre la surface. L'opération lui prit plusieurs longues minutes, ignorant avec précision où nous nous trouvions dans la demeure d'Edhon Huang, mieux valait rester le plus discret possible, aussi cette discrétion était la cause du ralentissement de notre progression.

La plaque finit par se détacher et Nasso la rattrapa avec rapidité pour ne pas qu'elle ne touche le sol et fasse un vacarme qui aurait pu indiquer notre position. Après l'avoir doucement poser au sol, le maître du feu fit un saut en l'air et se hissa hors de l'égout après s'être assurer que personne n'était dans les alentours. En l'absence de la flamme de Nasso la noirceur avait envahit le long tunnel dans lequel nous étions. L'homme plongea sa main dans la plaque d'égout et tira Fira qui fut la première à vouloir sortir de ce tunnel sombre et nauséabond.

-Brrrrr!! Fit-elle une fois sortit en se secouant d'un air dégouté.
-A toi Kalae! Lança Nasso en replongeant sa main dans le sombre trou.

Le maître du feu me hissa rapidement, et ce n'est qu'après que nous prîmes le temps d'analyser l'endroit où nous nous trouvions. Il s'agissait d'une petite pièces, une tuyauterie imposante longeait les murs, aucune personne ne semblait être présent ni même venir souvent dans ce local qui semblait-il n'était autre qu'une partie à part de la maison Huang. Une pièce dédiée à la tuyauterie liant directement la demeure aux égouts de l'île.

Fira ouvrit discrètement la porte faisant dépasser son nez à l'extérieur pour jeter un discret coup d'œil. Elle referma rapidement la porte lorsque qu'un groupe de garde arriva vers nous pour continuer leur ronde.

-Il y en a même a l'intérieur du jardin, ça grouille de partout! S'exclama-t-elle le dos collé contre la porte.
-Il va falloir se faufiler. Répondit le maître du feu en écartant doucement Fira pour jeter un œil a l'extérieur.

Lorsque la troupe fut passée, Nasso ouvrit la porte et d'un signe de main nous demanda de le suivre. Longeant le mur du petit kiosque où nous étions apparut, il nous fallait désormais pénétrer dans la maison même en traversant le grand jardin, richement décoré et étroitement surveillé.
Pensant qu'il serait impossible de traverser un jardin aussi gardé, Fira nous suivait anime par la certitude de se faire attraper, mais elle ne fit nullement paraître ce sentiment sur son visage.

Il nous fallut fallut ramper à plusieurs reprises marcher accroupis et s'immobiliser de nombreuses fois derrière un buisson taillé avec soin pour ne pas nous faire voir. Ainsi faire silence et parfois retenir sa respiration lorsqu'un craquement de branche sèche ralentissait et attirait l'attention d'un homme armé.

Voilà que nous avions parcourus plusieurs dizaine de mètres en nous faufilant de buissons en buissons. Ne restait plus qu'à rejoindre désormais la grande porte d'entrée. Seulement un obstacle se posait face à nous: deux gardes trônaient devant les grandes portes en bois massif.

-L'entrée est gardée. Fit remarquer à juste titre Fira.
-Tsss ce n'est pas normal toute cette sécurité...
-Surement est-ce du au double meurtre. Supposa Nasso en posant son regard sur Fira qui daignait le regarder suite à sa remarquer. Il faut trouver un moyen de détourner leur attention.
-C'est impossible! S'opposa la demoiselle des rues à voix basse. Vous, enfin, nous nous ferons forcement attraper.

Un silence retentit. Chacun de nous réfléchissions au moyen pour libérer l'entrée de la maison. Seule Fira avait son esprit ailleurs, il ne fallait pas que nous réussissions à parvenir à notre but, son maître lui avait donner des ordres, elle se devait de les respecter.

-On ne peux pas utiliser la maîtrise du feu pour faire diversion. Voir des flammes surgir de nul part serait bien trop suspect. Suggérera Nasso.
-Tout comme la maîtrise de l'eau. Complétais-je en murmurant. Ce qu'il faudrait c'est bruit, un mouvement qu'il puisse croire à un animal sans les mettre d'avantage en alerte une fois que nous serons dedans.
-Oui... Acquiesça Nasso en réfléchissant à cette proposition.

L'homme se redressa avec douceur après avoir vérifier que personne ne passait par là.

-Nasso?!
-Qu'est ce que tu fais?

L'homme apposa son doigt sur ses lèvres pour demander le silence et attrapa une pierre avant de grimper rapidement à un arbre avec la force de ses bras. Une fois au sommet du grand arbre le maître du feu eut à disposition une vue panoramique sur l'intérieur du jardin et l'extérieur de ses remparts. Il put se rendre compte du nombre exact de garde et vu a son tour surprit par l'étrange activité qui régnait.

Il jonglea doucement avec la pierre dans ses main en examinant les environs. Si il voulait que son plan marche, mieux valait envoyer la pierre dans une endroit où il serait certain qu'elle serait entendue. Sur le gazon elle n'aurait fait que rebondir et le son aurait été absorbé par le sol.
Nasso l'envoya alors à l'extérieur des remparts. La pierre rebondit à plusieurs reprises dans un claquement fort qui effraya quelques chats errants qui poussèrent alors des miaulements de peur ce qui alerta rapidement les alentours.

Très vite les hommes se mirent à courir en direction du bruit, persuadé qu'il s'agissait d'une intrusion et ouvrir le portail pour se rendre à l'extérieur à la recherche de la source du bruit, leur arme dégainées. Les deux gardes plantés à l'entrée de la demeure furent également appeler à les rejoindre.
L'accès était désormais libre et le moment était à saisir. Sans plus attendre Fira et moi nous étions engagés vers la porte. Nasso lui descendit rapidement de l'arbre grâce à un saut et avec une roulade pour se réceptionner en douceur.

Fira poussa l'une de lourdes portes pour nous laisser passer par la suite. Nous prîmes soin de refermer les portes derrière nous pour ne pas laisser de traces de notre passage.

L'intérieur de la maison était comparable à la demeure des Huang séniors. Une immense cheminée de marbre un portraits d'Edhon Huang aux proportions surdimensionnées trônaient fièrement.

Il ne me fallut que quelques courts instants pour lui trouver quelques points commun avec mon père au niveau du physique. Père que je n'avais aperçut cependant qu'une seule fois sur un portrait exposé à l'écart des autres chez mes grands parents.
Mais l'hommes sur le portrait dégagait à la différence de mon père un certaine froideur, son regard glacial et son air sévère rendait le personnage effrayant et redoutable.

-Viens Kalae! Murmura Nasso en me saisissant le poignet sachant qu'il ne fallait pas rester là.

Quelques unités de gardes parcouraient également également l'intérieur des locaux. Cachés derrière un rideau de velours nous laissâmes passer les gardes. Fira se mit à éternuer d'une façon bien trop sophistiqué pour paraître naturel.
La jeune femme voyait que nous nous avancions toujours dans l'ombre, que nous n'avions pas été prit, ses plans et les plans de son maître étaient compromis elle devrait y remédier.

-Fira essaye de te retenir! Murmura Nasso en priant que personne n'ait entendu.
-C'est bon. Lançais-je en ayant sortit la tête du rideau avant de la rentrer à nouveau. Il n'ont pas entendu.

La tentation de la jeune femme avait échouée. Aussi essayer autre chose lui vint à l'esprit, doucement elle se déplaça sur le droite tandis que notre attention était portée ailleurs. Avec un coup de pied discret dans un socle, elle réussit à faire basculler un grand vase blanc de porcelaine qui se brisa bruyamment sur le carrelage.

Le maître du feu et moi avions sursauté suite à ce vacarme si soudain et annonciateur de danger nous concernant.

-Oups... Se contenta de dire Fira telle une fillette sournoise.

La demoiselle du feu avait fait exprès, même un aveugle l'aurait remarqué. L'atroce bruit du vase qui se brisa attira rapidement toute la garde qui venait de nous passer devant quelques secondes plus tôt. Préparés à affronter un maître du feu et une maîtresse de l'eau, prévenu par leur terrible maître lui même prévenu par l'espionne, les hommes nous chargèrent en ayant conscience de notre potentiel.

Quelques malheureux subirent une attaque rapide de glace qui les immobilisa sur place tandis que d'autres évitaient avec beaucoup d'agilité les boules de feu lancées par Nasso. Fira restait en retrait, toujours cachée derrière son rideau de velours, spectatrice de ce début de bataille.

Rapidement nous ne tardâmes pas a nous retrouver débordée d'ennemis, Bien trop proche désormais pour tenter de les avoir a une certaine distance, Nasso en était venu aux mains et frappait les hommes qui tentaient de le maîtriser. Il fallut pas moins de quatre hommes pour maintenir fermement le maître du feu qui se débattait tel un tigre sauvage.

-Lâchez-moi!! Ordonna Nasso en tentant se se dégager.

Tentant de fuir au vu de surnombre de garde, je me faufiler agilement entre eux, poussant quelques uns d'entre eux sur mon passage. Très vite le grand hall fut traverser et voilà qu je me retrouvais bloquée entre l'imposante cheminée de marbre et une grosse vingtaine d'homme qui avançaient doucement vers moi. Tout le monde connaissais le dénouement de l'histoire, et pourtant l'envie de résister était toujours présente.

Saisissant sauvagement le pique en fer forgé qui servait a remuer les buche de bois lors des feu de cheminée, je venais de m'en faire une arme avec laquelle je tentais de menacer ceux qui osaient s'avancer. La maîtrise de l'eau aurait été inutile face à tant d'ennemi, ma gourde contenait assez d'eau pour quatre ennemis au maximum seulement.

L'un d'eux saisit l'instrument avec violence avant de me tirer vers lui, me jetant alors dans le troupeau de garde qui ne tardèrent pas à chercher à m'immobiliser non sans grande difficulté. Il ne leur fallu que un ou deux gardes au plus pour me neutraliser.
Doucement Fira commença à sortir de sa cachette tandis qu'une silhouette apparaissait en haut de l'escalier.
Sans lâcher prise, les gardes se redressèrent et se mirent au garde à vous devant leur maître. Edhon Huang apparut doucement, vêtue de son armure aux couleurs de sa nation. D'un geste de main ils ordonna a se que les deux captif soient mit cote a cote pour qu'il puisse leur faire face lorsqu'il atteindrai la dernière marche.

Lorsqu'il arriva devant nous, il s'imposa de sa grande carrure et sa grande taille avant d'afficher un sourire étrange après nous avoir examiner en détail. Il posa ses yeux sur Nasso et prit la parole:

-Voilà la première fois que je me vois confronter à la famille Lumens. J'ai déjà entendu parler de votre famille, une famille propriétaire d'un domaine agricole qui domine toutes les terres Maldaurannes.
-D'où pouvez vous savoir qui je suis?
-Oh, je révèle biens des mystères.
-Dites moi! S'exclama Nasso en haussant la voix.

Avec une rapidité surprenante, Edhon Huang apporta un coup de poing dans le ventre du maître du feu. Nasso se plia en deux suite à cette attaque surprise et poussa un soupir douloureux, toujours maintenu par les gardes qui tentèrent de le garder debout.

-Nasso! Appelais-je en tentant de chercher son regard.

Mon oncle saisit mon visage avec une de ses main et bloqua ma bouche avec la pomme de sa main avant de retourner mon visage vers lui.

-Ma chère nièce, te voilà revenu vers moi. Je regrette même d'avoir tuer tes parents il y a 16 ans, j'aurais tellement aimer qu'ils te vois mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Sam 5 Nov 2011 - 21:37

L'homme qui se dressait devant Kalae et Nasso marchait en restant toujours bien droit, le torse mis en valeur et d'une façon que son visage et son regard fasse comprendre qu'il était supérieur aux autres, son timbre de voix uniforme tout au long de ses phrases s'accentuaient lorsqu'il laissait paraitre sa haine intérieure. Pour un amiral issu de la famille noble la plus reconnue du pays après celle du seigneur du feu, il était normal qu'il agisse ainsi, son arrogance n'avait pour égal que sa prestance irréprochable ainsi qu'une grande culture guerrière et générale très approfondie.

Le fait que l'amiral connaissait l'identité de celui qui accompagnait Nasso laissait en suspens bien des questions, sa famille avait une réputation dans le domaine agricole mais les nobles n'avaient pas pour habitude de s'intéresser à ce genre de notoriété, ni même de fréquenter des familles de ce genre. Comment avait-il pu reconnaitre le maitre du feu sans jamais l'avoir croisé par le passé? Sa source au Lion d'or avait peut-être joué double-jeu? Le maitre du feu qui était fermement maintenu par les gardes, eux-mêmes maitres de l'élément vivant, souhaitait jaillir contre l'adversaire qui avait osé poser sa main sur le visage de Kalae. Nasso mit toutes ses forces et alors que quatre hommes le maintenait, il réussit à avancer d'un pas vers Edhon Huang, tout en recouvrant ses deux paumes d'une flamme bleutée et tirant ses quatre rétenteurs.

La scène visuelle était vraiment impressionnante, les veines des avants-bras du maitre du feu ressortait pour fournir au maitre du feu la puissance pour résister et combattre la pression exercée par les gardes expérimentés du puissant Edhon Huang. L'amiral qui découvrait la scène en même temps que tout le monde relâcha le visage de la maitresse de l'eau et alors que le fils du feu allié à la maitresse de l'eau se débattait en poussant des bruits d'efforts intenses, le noble maitre de la maison vint se positionner à nouveau en face du fils du feu.

" Si seulement vous aviez fait de meilleurs choix que de venir en aide à des natifs de l'eau... " Se consterna Edhon Huang " Il y a deux camps dans la vie: les vainqueurs et les vauriens. " Continua-t-il alors que le visage du maitre du feu était devenu rouge à force de toujours plus forcer sans arriver à avancer davantage.

Après avoir achevé sa phrase, Edhon Huang frappa directement le maitre du feu avec un violent coup de pied dans le buste démontrant toute la puissance musculaire de l'amiral. L'attaque coupa le souffle au fils du feu qui perdit le contrôle de ses flammes et la puissance qu'il dégageait jusque là provocant sa chute en arrière et celle des hommes qui le retenaient.

Les hommes se relevèrent forçant le maitre du feu à faire de même, bien que musclé, Nasso ressentait toujours une vive douleur là où l'amiral avait frappé. Cela confirmait déjà au fils du feu ce qui avait été ouïe, cet amiral était un adversaire redoutable même en un contre un alors avec sa garde, cela serait encore moins aisé surtout que pour l'instant, il n'avait pas encore trouvé d’échappatoire à leur rétention.

" Bien! Revenons-en à nos affaires! " Dit-il en se retournant vers Kalae. " À présent que vous avez parfaitement suivi mes desseins, ma nièce, vous, l'insulte à la famille la plus pure du monde, vous allez périr ainsi que celui qui vous est venu en aide. "

Déchiré entre la peur de voir ceux qu'elle aime mourir et la haine, la maitresse de l'eau ne savait lequel laisser s'exprimer le premier.

" Vos...vos desseins? Je ne vois pas de quoi vous parlez! Faîtes de moi ce que vous voulez mais je vous en prie mon oncle, laissez ma famille adoptive et Nasso repartir... " Demanda-t-elle à son oncle une larme à l’œil la tête vers le bas.
" Allons bon! Vous n'avez toujours pas compris. " S'exclama l'amiral sur un ton péjoratif.

Une ombre apparu aux yeux de Kalae et Nasso qui arrivait dans le dos de l'amiral, très vite, ils reconnurent Fira et les deux alliés affichaient dans leur regard quelques espoirs espérant que la jeune femme, habile tueuse, vienne à bout du terrible Huang qu'elle prétendait détester. La jeune femme vint aux côtés de l'amiral sans dégainer son arme puis se positionna entre lui et ses deux victimes.

" À votre service monsieur, pour toujours! " Prononça la jeune femme tout en s'agenouillant devant son maitre créant la confusion la plus totale dans la tête de Kalae et Nasso.

Ils comprirent tout deux qu'elles n'étaient pas leur allié mais accepter le fait que tout ce qu'elle avait pu faire avait été du théâtre, ses sentiments, son comportement, son histoire, sa haine envers les Huangs, tout était faux? Quels avaient été les réels buts de l'amiral?

" Vous! Vous avez... " Commença Kalae.
" Vous avez fait tuer vos parents? " S'exclama Nasso en regardant avec haine Edhon Huang puis sa fidèle servante.
" Moi? Je n'ai rien fait, vous êtes les responsables de ce meurtre aux yeux de la nation bien que vos identités ne soient pas encore connues des autorités. Quand j'en aurais fini avec vous, j'amènerai vos dépouilles à notre seigneur du feu bien aimé qui me reconnaitra alors l'homme de grande valeur que je suis, un homme qui venge ses parents, un homme qui maintien l'ordre et la sécurité dans une nation tiraillée par le banditisme. Une fois sa confiance acquise, je serais quasiment son égal et trouverai à ses côtés la position favorable que mes parents entretenaient jusque là. Et la chose la plus importante: j'aurais anéanti toute les traces de l'existence d'une bâtarde maitresse de l'eau de la famille Huang en éliminant par la même occasion ceux qui ont connaissance de sa vraie histoire: sa famille et son aimé, traitre à sa nation. " Termina-t-il insultant ainsi le maitre du feu et dévoilant l'étendue de son plan machiavélique à ses deux futures victimes.

Tel était son plan et il avait semble-t-il tout réussit, grâce à sa taupe, il avait réussit à manipuler Kalae et Nasso pour qu'ils s'isolent avec les Huang séniors lors d'une soirée mondaine, il avait réussit à les faire venir jusqu'à lui alors pour qu'ils tombent dans ses griffes et toujours grâce à Fira qui avait parfaitement tenu son rôle de fille des rues vouant une haine aux Huang, grâce aussi à l'élément déclencheur de son plan, la famille de Kalae qu'il avait fait captive.

Des bruits de chaînes et de pas se firent entendre provenant de derrière un mur qui bientôt s'ouvrit pour laisser passer des hommes, mal rasé, pour certain torse nue et tous très bien armés, ils avaient l'apparence de pirates, de mercenaires. Au milieu d'eux se trouvait trois personnes qui bien que sales et visiblement maltraités furent immédiatement reconnus par la maitresse de l'eau.

" Depuis ce fameux jours d'il y a seize ans, le seigneur du feu m'a toujours interdit sous peine de mort de me rendre à nouveau dans les eaux de la Tribu de l'Eau, c'est pourquoi, pour te retrouver et te ramener à moi, j'ai du faire appel à d'autres moyens que mes troupes officielles. Les pirates peuvent être une plaie mais lorsqu'on sait parler leur langage, ils deviennent aussi docile que des toutous. " Dit-il en exhibant une pièce d'or. " Quant aux hommes qui vous retiennent actuellement, ils ont beaux être de l'armée, ils n'ont pas juré fidélité au seigneur du feu mais à la nation du feu et ils ont compris que j'étais l'homme qui servait au mieux cette nation. "

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Dim 6 Nov 2011 - 16:22

-Vous n'arrivez même pas aux chevilles du seigneur du feu, lui il connait la justice et respecte ses sujets. Coupais-je avec un regard méprisant.

Edhon Huang nous dépassa sans nous adresser un regard et s'approcha vers ma mère et mes deux frères qui trainaient derrière eux de lourdes chaines, elles-même maintenues par des gardes armés.
D'un geste vif et violent il saisit une poignet de cheveux de ma pauvre mère dont son visage était couvert de larmes séchées.

-Ahh!! cria-t-elle en penchant sa tête pour tenter de suivre le mouvement de son agresseur.
-Je suis tout ce qu'il y a de bienveillant et de généreux. Corrigea mon oncle en apposant de manière bien trop fausse sa main sur son cœur.
-Ka... Kalae.... Gémit ma mère en redressant son regard humide vers moi, implorant mon aide.

Edhon sortit avec douceur un poignard de sa ceinture et s'amusa a caresser la joue droite de ma mère, raclant sa larme de sa lame.

-Lâchez-la! Immédiatement!!
-Maman! S'exclamèrent en cœur mes deux frères.
-Monsieur... S'opposa timidement un des soldats juste à ses cotés. Ces otages ne sont que des appâts, votre principale cible reste votre nièce, enfin, peut-être vaudrait-il mieux éviter que le sang de maître de l'eau ne se répandent de trop. Le seigneur du feu pourrait tout de même être au courant de vos agissements.
-Que dites vous? Demanda mon oncle en s'étonnant et en regardant le soldat dans les yeux.
-Ve...veuillez m'excuser. Répondit immédiatement l'homme qui comprit qu'il n'était pas resté à sa place.

Le maître des lieux lâcha la chevelure de la femme de l'eau et planta son poignard dans la nuque du soldat qui avait oser s'adresser à lui. Lorsqu'il retira la lame, du sang s'échappa de sa blessure et s'écroula sur son armure de fer. Doucement l'homme tomba a genoux et s'étala au sol, tachant le carrelage froid de son sang chaud.

-Quelqu'un d'autre? Demanda Edhon Huang en faisant un tour sur lui même pour apercevoir chacun de ses hommes.

Il n'y eu aucune réponse et beaucoup d'entre eux baissèrent les yeux. Le maître du feu en armure essuya son couteau sur la manche d'un autre avant de ranger son arme dans sa ceinture. Le seigneur Huang se rapprocha de nous après avoir demander d'un signe de main a ce que les otages repartent en cellule. Il s'amusa à faire un tour complet autour de nous pour nous examiner sous tous les angles.
Il réussit a percevoir notre regard haineux, et se mit à sourire de manière sournoise avant de se placer face à Nasso et de l'affronter du regard.

(musique conseillée: http://www.youtube.com/watch?v=yLhJ4V3Aexk)

-Qu'est ce que cela fait de vivre, Kalae, en sachant que l'on sera le responsable de la mort de la personne que l'on aime, que nous l'avons entrainer vers une mort cruelle? Ton père devait bien connaître ce sentiment.
-Non, ne lui faites rien! Je suis prête à me livrer sans discuter si vous le laisser lui et ma famille.
-Kalae! Rappela à l'ordre Nasso qui se refusait à ça.
-Tu agis comme ton père. Répondit Edhon en s'approchant de moi avant d'apposer sa main sur ma joue de manière bien trop douce. Mais tu ressembles tellement à ta mère. Te voilà devenue femme désormais, si jeune, si belle, quel dommage d'en terminer avec la vie alors que tu es dans la fleur de l'âge.
-Vous ne la toucherez pas! S'imposa Nasso en dégageant un de soldat qui le maintenait d'un coup d'épaule.

Toucher à la mâchoire, le soldat lâcha prise et les autres sursautèrent, surprit par l'agressivité soudaine du maître du feu jusque là calme. Nasso profita de cette brèche pour faire quelques pas en avant rapidement et charger le maître des lieux.

-Père! Appela Fira pour prévenir Edhon Huang.

Mon oncle détourna le regard vers Nasso et recula d'un pas pour ne pas être atteint tandis que les soldats se reprirent et retinrent de nouveau le trentenaire.

-Père? Répétais-je en posant mon regard sur l'espionne qui nous avait accompagné tout le long de notre aventure. Fira est donc... ma cousine?
-Cela vous étonne? Ah oui...Fit-il en faisant semblant de ce rappeler d'un élément. Il est vrai que vous l'ignoriez puisque tout le long du voyage elle n'a fait que vous mentir, elle vous a trompé, grâce à ma fille, je sais tout de vous. Merci Fira.
-Je répondrais toujours à vos demandes, père.
-Tu devrais avoir honte de ce que tu as fais! S'exclama Nasso en haïssant Fira du regard. Nous t'avions fais confiance!
-N'est-ce pas magnifique: l'art de la duperie. Mais.... Compléta Edhon en se tournant vers sa fille. Ne m'en veut pas.

Le maître de maison, s'avança d'un pas menaçant vers son enfant avant d'activer une flamme bleue dans la paume de sa main.

-Père? S'inquiéta Fira en reculant d'un pas.
-La trahison est un art dans lequel tu excelles, tu te doutes bien que je ne peux prendre le risque de te garder à mes cotés. Tu pourrais me trahir à l'avenir.
-Je vous en prie non pas ça! Supplia la jeune fille en reculant de plus en plus.
-Tu me rappel ta mère, elle qui n'était qu'une domestique, Fira tu es tout aussi bâtarde que Kalae!
-Mais je vous sers! Je vous serais à jamais fidèle, père! Je vous aime! Se défendit Fira dont la voix tremblotait de peur. S'il vous plait, arrêtez. Ne faites pas ça.

Les flammes présentent dans la paumes des mains d'Edhon Huang se changèrent en éclair qu'il lança en direction de sa fille. La foudre vint s'écraser violemment en plein ventre de la demoiselle qui s'écoula au sol presque instantanément. Victime de contusions à l'endroit où la foudre avait frapper, son corps se retrouver désormais victime de contractions musculaire incontrôlables suite a la décharge électrique qui avait parcourut son corps tout entier.

-Gnn... Gémit Fira en ne pouvant retenir ses spasmes.

Sous nos yeux horrifiés et stupéfés par ce cœur de pierre, nous assistions à la scène impuissants. Le père de Fira s'avança lentement, sortant à nouveau son poignard de sa ceinture, avant de le suspendre au dessus de sa fille.
La demoiselle savait que son heure était venue, que son père l'achèverai dans l'instant. Lorsqu'elle croisa le regard de son maître, elle afficha un faible sourire malgré sa situation. Elle avait servit son père, vécu à ses cotés durant plusieurs années et même si il ne faisait que se servir d'elle, Fira avait été avec lui, elle lui avait rendu service et avait eu à plusieurs reprises sa reconnaissance lorsque ses missions avaient été effectuées avec brio.
Fira restait silencieuse et regardait son père avec toujours autant de respect et d'amour, elle qui n'avait chercher tout au long de sa vie qu'à être la fille idéale.

La lame fut lâchée de haut et transperça la jeune femme dans le cœur. C'est en gémissant douloureusement une dernière fois qu'elle ferma les yeux pour l'éternité assassinée par son propre père.
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Lun 7 Nov 2011 - 20:37

" Monstre! " Hurla Kalae en voyant son oncle tuer de ses propres mains sa fille, cousine révélée depuis moins d'une minute de la maitresse de l'eau.

Bien qu'elle les avait tout deux trahit, ni Kalae ni Nasso ne souhaitait à la fille bâtarde d'Edhon Huang de mourir. À présent, le sang de la jeune femme s'étalait tout comme celui du soldat à même le sol sans que cela ne dérange le moins du monde Edhon Huang, l'homme, qui en l'espace de seize ans avait éradiqué de sa main ou de celle de sa descendance, la totalité de sa famille. Ne restait plus qu'à présent à se charger de sa nièce et l'homme serait l'ultime survivant de sa famille, lui qui depuis son enfance était toujours passer en second derrière son grand frère, lui qui était dans l'ombre de ce dernier, ses parents n'avaient cessé de le comparer à son frère pour lequel ils avaient tant d'ambitions. La mort de son frère n'avait guère arrangé sa situation même s'il était l'héritier, le spectre de son frère et la disgrâce qui avait suivi l'assaut à la tribu de l'eau lui avait beaucoup coûté, c'est pourquoi dans l'ombre il avait étudié ardemment l'histoire de la nation du feu, les codes, il s'était forgé un corps et un esprit rivalisant avec les plus grands et ceux en vue de réaliser un plan, celui de revenir dans la lumière. La venue de Kalae dans la demeure des Huang séniors en compagnie de Hizo avait été l'élément déclencheur à son plan.

" Allons Kalae, nous avons tous un rôle à tenir en ce monde, Fira est née pour servir mes desseins, mon frère pour me montrer le chemin à ne pas suivre, mes parents pour me pousser à me dépasser et toi, toi, tu es né pour m'offrir la lumière. Grâce à toi, je vais pouvoir prendre la place qui m'attend depuis ma naissance. " Dit-il toujours sur son timbre de voix sombre et serein, de telle manière qu'il semblait prendre la place d'un précepteur inculquant la vie à ses élèves. " Il est normal qu'une fois vos rôles respectifs accomplis, chacun de vous mouriez. Fira au moment décisif l'a comprit, elle est morte heureuse. "
" Je vous hais! "

Le maitre des lieux se précipita en face du visage de Kalae, prit en main une poignée de ses cheveux et les tira de façon à lui faire relever la tête, de façon à ce qu'elle est toute ouïe de ce qu'il allait lui dire.

" Merci! " S'exclama-t-il un sourire malsain déformant tout son visage, le rendant des plus effrayants.

Tandis qu'Edhon Huang savourait d'ors-et-déjà sa renaissance politique et se tenait face à face avec Kalae, le maitre du feu, fermement maintenu par quatre gardes au niveau des épaules qui n'avaient par conséquent aucune liberté de mouvement du haut du corps décida d'innover alors qu'il avait la tête un peu plus calme bien que l'inquiétude pour l'avenir de Kalae était grande. Profitant de l'excellent maintient des quatre hommes, il leur confia contre leur grès et par surprise tout son poids alors qu'il contracta ses abdos pour mettre ses jambes à la parallèle du sol et immédiatement projeter des flammes en direction d'Edhon Huang, prenant ainsi de cours les soldats et le maitre des lieux.

Les flammes qui atteignirent l'amiral ne lui firent pas grand mal grâce à un temps de réaction court et un corps vif, tandis que les hommes qui retenaient le maitre du feu tombèrent à la renverse à cause de la force de propulsion qu'offrirent les flammes de ce dernier qui une fois à terre réussi grâce à une roulade arrière à se défaire de ses gardes.

L'amiral Huang avait toutes ses chances d'en finir avec la maitresse de l'eau en lui projetant un éclair, le maitre du feu n'aurait jamais eu le temps de la sauver au vu du temps, certes court mais pas assez, qu'il avait mis à se défaire de ses rétenteurs mais serait-ce par excès de confiance ou bien qu'il n'y songea pas à cause de la surprise, son premier réflexe fut de contre-attaquer en direction du fils du feu par les flammes sans prendre attention à ses hommes qui étaient au sol, l'un d'eux fut carbonisé vivant alors qu'il se relevait le premier tandis que les autres eurent très chaud. Nasso n'eut aucun mal à esquiver les flammes, déjà en marche pour libérer Kalae à même pas cinq mètres de lui.

L'amiral qui avait reculé après la première attaque du maitre du feu savait ce que Nasso désirait effectuer et avait fait signe à ses hommes d'emporter Kalae mais ils réagirent trop tardivement et le maitre du feu leur tombèrent déçu bien avant qu'ils n'eussent tiré la maitresse de l'eau sur un mètre. L'homme mit tout le monde au tapis en même temps en ayant anticipé l'attaque foudroyante d'Edhon Huang qui aurait tué tout le monde y compris les gardes qui la retenait. À terre, Nasso cogna l'un des deux gardes qui relâcha son emprise sur Kalae tandis que la demoiselle donnait un coup de coude à l'autre.

Nasso s'était d'ors-et-déjà relevé afin de couvrir la maitresse de l'eau pendant qu'elle en ferait des mêmes, à présent libérée, elle pourrait se battre pour sa cause. Edhon Huang déchargea en direction du fils du feu une vague déferlante de flammes réduisant en cendre les tapis hors de prix de la salle et abimant gravement quelques tapisseries. Par une technique d'une puissance égale, le fils du feu retenait la puissance dévastatrice de son ennemi.

" Ça ne sert à rien de lutter! Rendez-vous! " S'exclama le maitre du feu adverse.

Alors que les lueurs des flammes créaient autour de leurs créateurs de subtil mélange entre lueur orangée et ombre, le maitre du feu s'adressa à la maitresse de l'eau.

" Kalae! Je t'ai fait la promesse de te rendre ta famille, vas! Je me charge de ton oncle! " Dit-il plein d'amour et d'inquiétude envers son interlocutrice. Le maitre du feu laissait transparaitre énormément de confiance dans son allure et son timbre de voix alors qu'intérieurement, il souhaitait éloigner celle qu'il aime d'un adversaire dont il avait du mal à retenir la puissance.
" Hors de questions! " S'exclama Kalae qui se refusait d'abandonner l'homme qu'elle aimait et qui l'aimait en retour, elle qui avait si longtemps espérer cette union de leur deux âmes n'allaient pas s'en détacher si facilement.
" Libère ta famille, mon amour! Les hommes qui la retiennent son nombreux mais ils ne m'ont semblé n'avoir nul autres avantages, tu les vaincra sans problèmes, j'en suis certain! " Expliqua-t-il en faisant comme s'il refuser le refus de Kalae de suivre ses indications.

La demoiselle était tiraillée entre le sauvetage de sa famille et poursuivre le combat aux côtés du fils du feu. Elle forma finalement des pics de glaces avec son eau et les dirigèrent vers Edhon Huang, ces derniers auraient du fondre face à la chaleur de l'échange de flammes qui se poursuivaient entre Edhon Huang et Nasso mais était-ce l'amour ou une grande concentration qui offrirent à ces pics une constitution irréprochable tout au long de leur trajet. Ils terminèrent leur course en s'explosant contre l'armure d'Edhon Huang qui fut projeté en arrière sans pour autant souffrir d'une quelconque blessure.

" Nous libérerons ma famille ensemble et nous le vaincrons ensemble! " Dit-elle sur un ton catégorique.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Contenu sponsorisé




RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!>

Revenir en haut Aller en bas

Sujets similaires

-
» [Poème] - Des cendres - G
» Passé, Présent et Futur
» Broder ensemble le marquoir Cadichon du Passé Composé
» [CASTLE] Si Loin de Toi (terminée)
» Offre terminée.
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: