Partagez|

Les cendres du passé. <Terminé!>

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Les cendres du passé. <Terminé!> Jeu 1 Sep 2011 - 10:32

Le chemin du retour avait été long. Non seulement à cause de la distance qui séparait Ba Sing Se à la capitale du grand Nord, mais aussi à l'allure de navigation de la petite embarcation marchande dont je faisais parti.

Ce n'est donc qu'après plus d'une semaine de voyage à lente allure que les grands icebergs commençaient à faire leur apparition. Ramenant avec moi deux robes venant de la boutique Shaar, une boutique reconnue dans la capitale du royaume de la terre. L'une d'elle était un présent pour ma mère, une surprise que j'avais voulu lui faire en souvenir d'un de mes voyages, tandis que la seconde avait été pour mon propre plaisir. Toutes deux faites avec le meilleur tissu du royaume et cousu avec grand soin, beaucoup de finesse et avec passion par sa créatrice.

Une certaine impatience avait réussit à me gagner, hâte de voir le visage de ma mère s'illuminer devant se que j'avais choisit pour elle, il était certain qu'elle aimerait. Ma famille n'attendait pas spécialement ma venue, ignorant d'ailleurs mon départ, ils n'avaient aucune idée de mon escale et de ma rencontre avec cette grande dame du royaume de la terre, Domaris Shaar.

A mon retour je tenais spécialement à les revoir, voilà quelques temps que j'avais été séparé d'eux, prise entre le travail et les escales, revoir les miens me semblaient donc important et essentiel.
Amarré au port, le navire fut rapidement déchargé, et le peu de passagers descendu. La vie dans cette partie du Pôle Nord avait toujours été riche et animée, à toutes heures la ville vivait et même au port cet entrain et cette vivacité apparaissait déjà.
Sillonnant les petites rues pour quitter le port, je passais devant les plus grandes places de la ville, le dojo, le palais des glaces, la grande place du marché ou encore la bibliothèque, pour pouvoir me diriger à pied vers le village voisin, bien plus petit et plus calme certes, mais c'était celui qui m'avait vu grandir.

Une dizaine de minutes de marches suffirent à rejoindre le petit village une fois la grande ville quittée, toujours avec le paquet destiné à ma mère en main, j'avançais tranquillement, et me rendis étrangement compte que le village semblait endormit. Que s'était-il passé? Où était tous les villageois?

Petit à petit, au fil que j'avançais, ce qui ressemblait à des cris où des appels au secours raisonnèrent et quelques centaines de mètres plus loin, une grande fumée noire s'était élevée. Là bas, les villageois possédant une maîtrise sur l'eau s'étaient rassemblés pour agir rapidement sur le feu, sous le regard impuissants des autres habitants terrorisés par le spectacle.

C'est en courant que je m'étais rendu sur les lieux de l'incendie, curieuse et inquiète, mais au fil de ma course, ma curiosité se changea en angoisse, en effet pourquoi le lieu de l'incendie semblait se trouvait là où ma famille vivait. Peut être que ce n'était pas eux, et juste une maison voisine ?
Mais les espérances n'étaient qu'illusion.

Ce fut bien la maison de mes parents qui brulait devant mes yeux, venant à peine d'être éteint grâce à l'intervention de quelques voisins. Le bois carbonisé fumait encore vivement, et un certain sifflement dut à la réaction de l'eau sur le feu pouvait encore être perceptible. Pourquoi? Comment?

Le paquet de ma mère tomba au sol en s'enfonçant dans la neige. Mes bras se placèrent d'eux même sur mes lèvres, terrifiée par cette épouvantable scène.
Reprenant enfin mes esprits, c'est en courant les jambes légèrement tremblants que je me dirigeai vers l'un des villageois.

-Que c'est-il passé? Questionnais-je en secouant le bras de l'inconnu presque agressivement.
-Nous avons subit une attaque. Répondit-il surprit et confus lui aussi.
-Une attaque, mais de qui enfin?
-Des maîtres du feu, surement des hors-la-loi. Ils sont repartit comme ils étaient venu. Ils ne s'en sont prit qu'a la maison Yukahiro avant que l'on arrive, sûrement n'ont-ils eu pas le temps de terminer et de s'en prendre au reste du village.

Abandonnant l'homme sans rien ajouter de plus, sans même un remerciement, l'esprit trop torturé par cet incident, je m'étais diriger en courant vers les braises et la maisonnette de bois dont il ne restait majoritairement que la structure. Le petit et étroit escalier menant à l'étage des chambres arrivait encore à tenir maladroitement debout alors que la moitié de l'étage s'était effondré sur lui-même.

En quelques instants, la petite demeure familiale ne fut qu'un brasier. Marchant sur un sol boueux, mélange entre de la neige fondue et de la cendre, et sur quelques débris de bois fragiles et cassant au moindre contact. Toutes une vie passée, tous souvenirs détruits... Des cendres, il ne restait que des cendres.

-MAMAN!! Appelais-je la voix étranglée par la peur. PAPA!

L'épaisse fumée était étouffante, aussi très vite une quinte de toux violente m'assaillit. Mais malgré l'asphyxie, j'avançais, cherchant désespérément quelqu'un, quelque chose qui aurait survécu en soulevant le bois brulant au risque de m'abimer les mains, qu'importe la douleur, je devais trouver mes frères et mes parents, ils ne pouvaient pas être mort dans cet incendie, c'est ce que je m'efforçais à croire.

Jetant désespérément quelques morceaux de bois brulants, les joues sillonnées par des larmes qui effaçaient la suie sur leur passage je cherchais sans relâche, perdant espoir à chacun des débris enlevés. Il fallait se rendre à l'évidence, il ne restait rien, ni personne...

Une toux faible ne surgit alors de sous un amas de débris. Un peu plus loin sur la droite, sortit faiblement une main rougie puisque brulée et noircie par la suie et la cendre. Elle tremblotait de douleur alors que j'enjambais alarmée les débris pour me diriger vers elle.
Une fois arrivée à son niveau, c'est rapidement que j'ôtai le bois brûlé qui recouvrait le corps encore en vie d'une personne qui était l'un des membres de ma famille mais que je n'avais pu encore identifier.

Progressivement, malgré les atroces brulures qui recouvrait son corps, je pus reconnaître mon père lorsqu'il fut sortit de sous les amas de bois. Allongé sur le sol, il ouvrit difficilement les yeux. La peau de son visage était a quelques endroit rougie voir brulé, la moindre brise sur ses brulure lui apportait une douleur insurmontable, mais courageux comme il avait l'habitude de l'être, il serrait les lèvres pour ne pas laisser s'échapper un cri de douleur.

-Pa... Papa... Murmurais-je sans oser poser ma main sur son corps ou sur son visage de peur d'amplifier la douleur!! . A L'AIDE!! Hurlais-je en me tournant vers les maitres de l'eau qui s'assuraient que l'incendie soit bel et bien éteint. IL ME FAUT DU TISSU HUMIDE! VITE

Les quelques hommes qui étaient à proximité aperçurent monsieur Yukahiro dans un état critique, et ils partirent au pas de course chercher ce qui avait été demander. Les autres villageois n'avaient pas bouger, constatant l'ampleur des dégâts ou tentant d'apercevoir ce qui pouvait bien rendre les maitre de l'eau si soudainement pressés.

-Papa... Repris-je en pleurant silencieusement et en tentant d'appliquer les premiers soin. On va te sortir de là tu vas voir. Tout va bien se passer.
-Kalae... Murmura l'homme en bougeant à peine les lèvres. Ma fille...
-Je suis là. Répondis-je en lui prenant la main le plus délicatement possible. Je suis là…
-Ils sont venu pour toi...
-Qu...quoi?
-Ils...ils te cher...cherchaient, mais tu n'étais pas là... Ils sont venu en grand nombre et... et nous on menacer pour que l'on te livre....
-Où sont maman et mes frères?
-Ils ont été... Ils ont été enlever. J'ai essayer de les empêcher.
-Pourquoi?
-Les... les maitres du feu te recherchent.
-Les maitres du feu, mais quels maitres du feu?

Mon père ferma doucement les yeux en expirant sans avoir donné de réponse. Progressivement les battements de son cœur semblaient se faire de plus en plus lent, devenant presque inaudible.

-Papa! PAPA!

Enfin les maîtres de l'eau arrivèrent les bras chargés de peau de bêtes imbibées d'eau. Les lourds tissus furent posés sur son corps affin de calmé la douleur et de lui apporter de la fraicheur. Au contact de la peau fraîche il ouvrit faiblement un œil avant de le refermé épuisé.

-Avec moi les gars! S'exclama l'un des maitre de l'eau. Il faut l'amener dans un endroit sûr, il a besoin de soin de toute urgence!
-Il ne pourra pas être soigné dans ce village, ses blessures sont bien trop importantes. A la capitale nous trouverons les meilleures soigneur du Pôle Nord. Sans ça il ne survivra pas.
-Arrivera t-il déjà a survivre... Conclu discrètement l'un des sauveteur.

Les maîtres de l'eau se regardèrent entre eux avant de déposer leur regard sur moi, présentant leur excuses pour les mots qui venaient d'être prononcer devant moi, compatissant à ma peine. A quatre ils levèrent mon père avant de le poser sur une civière.

Lentement ils s'éloignèrent de l'amas de débris et de cendre et tandis que je les suivais, quelque chose tira discrètement mon manteau.

-Kalae... Murmura une voix enfantine.

En me retournant, le visage du petit Kotaro se dessina. Toujours accompagné de son frère jumeau Ako. Le petit garçon tenait dans ses mains le paquet que j'avais laissé tombé au sol, et dont les coin étaient mouillé a cause de la neige.

-Tu l'as laissé tomber.
-Merci... Répondis-je en prenant le paquet alors qu'il me le tendait.
-Maman à dit que tous les maîtres du feu étaient méchant, et que cette attaque en étaient la preuve... Mais elle à tord pas vrai? S'exclama Timidement Ako pour tenter de se rassurer lui-même.
-Oui elle a tord. Protesta son frère en se souvenant de l'homme qu'il avait prit pour modèle.

Les enfants avaient dénotés sur mon visage une certaine tristesse, et il me regardèrent m'éloigner pour accompagner le cortège sur lequel mon père avait été placé pour nous diriger au plus vite vers la capitale où il pourrait être sérieusement prit en charge. Lentement ils retournèrent auprès de leur mère inquiète qui les recherchait. Les deux jumeaux, malgré leur âge avaient parfaitement comprit la gravité de la situation, et sur leur visage habituellement jovial la compassion avait remplacer leur petit sourire.

Trainé sur un traineau le voyage ne dura que quelques courtes minutes et lorsque nous rentrâmes à vive allure dans la grande cité, nous nous arrêtâmes devant les portes du bâtiment où tous les malades et blessés étaient soignés. Très vite il fut placé dans une salle où des soigneurs qualifiés s'acharnèrent sur son cas. Les soins durèrent plus d'une heure, mais il était incertain qu'ils soient efficace. Il fut donc bandé pour éviter toute possibilité d'infection. D'après les médecins, seul le temps désormais pouvait décider du sort de mon père. Il avait été gravement brûler, et tout le possible avait été fait. Pour le moment il avait été plongé dans le sommeil grâce à un calmant naturel, attendant entre la vie et la mort.

Il n'y avait rien à faire qu'attendre désormais. C'est toujours avec la même tristesse que j'avais quitter le bâtiment, solitaire et meurtrie, remerciant les hommes de mon village pour avoir amener mon père jusqu'ici.

Qu'allais-je faire désormais? Ma famille avait été enlevée et le sort de mon père était déjà presque scellé. Pourquoi cette attaque de maitre du feu soit disant hors-la-loi? Pourquoi vouloir me retrouver? Tout ceci semblait suspect. La hantise d'être retrouvée et traquée a nouveau par les Huang m'effleura l'esprit, mais pourquoi aurait-il agit ainsi? La réponse semblait pourtant évidente, j'étais de trop dans leur famille, une honte, la preuve vivante d'une trahison. Mais rien ne prouvait réellement qu'il s'agissait là d'une attaque venant de leur part...
Qu'allais-je faire désormais seule? Sans indication, sans aide. Il n'y avait plus aucun soutient dans cette contrée.

Folle de colère et de tristesse, l'un de mes poing vint s'écraser douloureusement sur un mur de glace d'une petite maison voisine. Une légère trace rouge se déposa sur la glace tranchante, sans que je m'en aperçoive, trop animée par cet élan violent, ma main s'était grièvement ouverte et alors, ce maudit sang mêlé se mit a couler timidement.

-Tout ceci est à cause de moi... Murmurais-je en serrant le poing jusqu'à m'en blesser l'intérieur de la main avec les ongles. * Papa, je ramènerai les autres tu verras. J'en fais la promesse. Je dois réparer ce qui a été fait par ma faute, même si il s'agit alors de mon dernier voyage... *

La nation du feu était ma destination. En effet c'est sur les terres rouges que mon destin semblait vouloir m'emmener, là bas où je retrouverai les miens, là bas se verra jouer l'un des combat le plus important de mon existante, et peut être le plus périlleux. Y arriverais-je?
Cette histoire ne concernait que moi et pourtant, l'idée d'être seule et de n'avoir aucun allié rendait mon cœur lourd. La solitude, la tristesse et la colère s'étaient encré en moi.
D'elles même mes pensées se tournèrent vers Nasso Lumens. Pourquoi mon cœur cherchait-il cet homme dans un moment aussi tragique? L'envie de le voir devient inébranlable, de trouver du réconfort, me blottir contre lui et sentir ses bras autour de mon corps comme il l'avait si souvent fait. Il apparut à mes yeux comme la seule personne que je voulais revoir, la seule qui m'apporterait du réconfort, et du soutient. * Nasso... j'ai besoin de toi... *

De retour dans le petit appartement qui m'avait été confié au Dojo, j'avais rassembler toutes mes affaires. Quelques objets ou vêtements datant d'anciennes aventures refirent alors leur apparitions m'évoquant de vieux souvenirs, d'anciens compagnons de route et amis.
Après avoir prévenu le Dojo de mon départ, les autres maîtres de l'eau furent surprit de voir que j'avais totalement libérer la pièce dans laquelle je vivais. J'avais besoin de temps pour réfléchir, et je ne savais quand je reviendrai, ni même si j'étais amener à revenir un jour...

Mes élèves furent confié à un collège et après les avoir rapidement saluer, la curiosité démangeait ces jeunes enfants, voyant mes vêtements couverts d'une suie noire et abimés, ils auraient aimé savoir d'avantage mais c'est sans rien expliqué que je disparut. Après tout, qui aurait pu comprendre?

Je m'étais diriger d'un pas pressé vers le port et pris le premier navire en direction de la nation du feu. La marin n'oublia pas de me faire payer le droit de monter à bord même si le navire que je venait de prendre n'était nullement un navire de voyage. En effet ce navire marchant était le premier à partir, et au plus tôt je partais, au plus tôt je rejoindrai le maître du feu que je voulais à tout prit revoir, pour enfin avoir quelqu'un a qui me confier, retrouver l'un des dernier pilier qu'il me restait.
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Jeu 1 Sep 2011 - 13:29

Le vent qui s'engouffrait dans les voiles qui portaient les marchandises et la maitresse de l'eau vers les terres rouges n'était que peu favorable, rendant ce trajet insupportable pour la jeune femme qui tournait en rond et dont les sentiments se partageaient entre culpabilité, interrogation et rage. Qui étaient-ils? Des mercenaires envoyés par sa famille ou par des gens croisés dans ses aventures et qui lui en voudraient? Des pirates cherchant rançon? Des militaires déguisé? Il était vrai que cette opération avait été fait avec une grande organisation et leur disparition si subite semblait tendre vers l'hypothèse que ces hommes avaient un moyen de locomotion rapide, tel les navires de guerre. Pourtant les mers de la Tribu de l'Eau sont surveillées et ce genre de bateau aurait été rapidement signalé, mais rien...

Pendant que Kalae entamait son nouveau voyage vers celui qu'elle estimait comme une valeur refuge, un homme auprès de qui elle trouverait aide et réconfort, les grandes instances de l'eau avait débattu de cette attaque, jugeant cette dernière comme l'action indépendante de maitre du feu au vu d'une attaque de si petite ampleur. Comme il en était coutume, ils lancèrent quelques investigations et cherchèrent des indices pouvant les diriger vers tel ou tel groupuscule de personne, les attaques de pirates esclavagistes s'étaient raréfié avec le temps mais c'était l'hypothèse retenu, d'autant plus que le père de Kalae ne pouvait rien leur communiquer dans son état et que la fille était partie sans rien dire. Un message fut transmis à la Nation du feu, au vieux seigneur du feu, qui affirma que le Nation tout entière condamnait cette attaque de quelques un de leur citoyen et que s'ils étaient découvert ils subiraient une punition à la hauteur de leur crime.

Les icebergs avaient finalement laissé place à une mer bien plus propice à la navigation bien qu'il y eu quelques agitations ci-et-là durant le trajet avant de se rapprocher des terres du nord de la Nation du Feu. Malgré toutes ses tentatives de négociations, le marchand qui n'était pas décidé à faire escale aux terres Maldaurannes mais accepta de se rapprocher suffisamment des côtes pour qu'elle n'eusse que peu de distances à parcourir sur une planche qu'elle déplacerait avec sa maitrise comme barque sur lesquelles elle déposerait ses affaires. Si le marchand avait refusé, ce n'était que par pure raisonnement économique, les frais d'amarrage sur les terres du feu pour les navires étrangers étaient important et il fallait donc essayer pour ces derniers de faire le moins d'arrêt possible. De plus un arrêt aurait occasionné un grand retard, ainsi le capitaine se jugeait déjà bon de la rapprochait des côtes et de lui offrir c'est immense planche ayant une bonne flottabilité. Bien sûr Kalae n'avait pas connaissance de ce genre d'aspect économique connu que des initiés, souvent capitaine de navire et n'avait pas comprit se refus d'arrêt mais ne voulant en rien offusquer le capitaine au risque qu'il ne revienne sur sa décision de se rapprocher des côtes, elle accepta.

La jeune femme tourmentée s'était posée sur le navire mille fois la question si son père allait s'en sortir ou non, si elle avait bien fait de partir ainsi sans attendre auprès de son père qui vivait peut-être ses derniers instants et qu'elle ne le reverrait peut-être jamais. Néanmoins, sa conscience lui rappelait que chaque minute à rester près de lui aurait été une minute perdu à chercher le reste de sa famille et que la moindre minute pourrait peut-être faire la différence entre la survie ou la mort de ces derniers.


Les terres Maldaurannes étaient en pleine effervescence, les hommes travaillaient dans les champs et les femmes vendaient les productions sur les étales des quelques petits villages environnants. La région très agricole n'était peuplé que de ces travailleurs des champs et de quelques artisans et commerçants. La forte production était en majeure partie exportée vers les grandes villes qui n'avaient que peu de champs dans les alentours. Les enfants riaient et jouaient à travers les champs faisant l'école buissonnière. C'était une région pas comme les autres, les nobles l'avait en général en horreur mais les natifs ne la quittaient pour la capitale que si le travail venait à manquait, ce qui était rare.

Lorsqu'elle traversa les terres, Kalae à l'arrière d'une charrette qui rentrait du port pour recharger de nouvelle cargaison non loin de la demeure Lumens, observait cette vivacité à travers toute la verdure et la diversité de la production. Cela n'arrivait pourtant pas à la consoler, ses pensées toujours tournées vers sa famille, aussi bien son père au pôle nord que sa mère et ses frères portés disparus. L'homme conduisant la charrette, employé du domaine Lumens, avait accepté d'embarquer la jeune fille gratuitement charmé par son petit minois innocent et touché par cet air abattu qu'elle dégageait malgré elle. Il ne se faisait aucun soucis au sujet qu'elle puisse poser problème, le "seigneur" de ses terres étaient un grand maitre du feu, un homme sur qui tous pouvait compter, même les domaines avec qui il n'avait pas d'accord commercial bénéficiait d'entre-aide lorsqu'il fallait débusqué une bête sauvage et dangereuse descendue des montagnes.

Finalement déposé devant la porte même de la demeure, le conducteur reprit la route vers son point de chargement avant même que la jeune femme ne soit à la porte de la grande bâtisse. Toutes ses affaires déchargées sur le sol à six pas de la porte, la jeune femme s'apprêtait à toquer lorsque la porte s'ouvrit d'elle-même pour laisser apparaitre une jeune femme, un bébé en main.

*Qu'est-ce... Qu'est-ce que ça veut dire?* Se questionna la jeune femme extrêmement surprise, qui était cette femme d'une vingtaine d'année et à qui était cet enfant, vraisemblablement un nouveau né? Nasso lui aurait-il caché un enfant et une épouse, il y a de cela presque deux mois lors de leur dernière rencontre.
" Bonjour, vous désirez? " Interrogea la mère de l'enfant.
" Je..Euh..Nass.. " S'exclama prise de court la demoiselle de l'eau.
" Nassooooooo! Arrête ton concours débile avec mon père et viens, c'est pour toi. "

Nasso était donc bien là et les questions continuaient à torpiller son esprit. Une femme avec un enfant, un père avec qui il se mesure à elle n'avait encore qu'elle concours, tout semblait correspondre au schéma d'une famille en formation et la jeune femme n'en était que des plus troublée. Celui qu'elle estimait comme l'homme de la situation serait-il occupé? Devrait-elle finalement se débrouiller par elle-même avec toute ses affaires?

" Alors c'est vous! " Dit-elle en s'exclamant avec un léger sourire en coin " Ma cousine m'avait parlé d'une demoiselle de l'eau et à voir vos habits, il doit s'agir de vous, n'est-ce pas? Ne vous inquiétez pas il arrive, Nasso ne peut jamais s'empêcher de faire un concours de force avec son oncle. "

La jeune femme eut à peine le temps de souffler que la silhouette et la voix du maitre du feu se fit entendre: " Qui c'est? "

L'homme qui n'avait encore pas aperçu la fille de l'eau dissimulait par le corps de sa cousine arriva bientôt sur les côtés de cette dernière et sans réaliser de qui il s'agissait, il fut assailli par une silhouette qui l'entoura de ses bras au niveau de la taille pour le serrer fort avant que n'arrive quelques larmes aux yeux de la maitresse de l'eau qui cherchait le réconfort depuis la découverte de sa maison en cendre.

" Kalae! Mais que se passe-t-il? Que fais-tu ici? " Demanda surprit le maitre du feu qui apposait une main sur l'épaule de la jeune fille et une autre dans ses cheveux en exerçant une légère pression pour la tenir contre lui. "Là! Là!" Dit-il comme lorsque l'on essaie de faire arrêter de pleurer un petit.
" Tu les fais toutes pleurer on dirait. " Dit sa cousine en faisant référence à la dernière visite à la capitale du maitre du feu.

Le maitre du feu ne prit pas compte de la remarque de sa cousine bien trop préoccupé par la détresse apparente de sa jeune amie. Que lui était-il arrivé pour qu'elle vienne le retrouver ainsi? La fille du feu portant l'enfant comprit qu'elle était de trop et sortit pour faire la balade qu'elle avait prévu l'enfant dans les bras. Alors qu'elle s'éloignait, Nasso jeta un coup d’œil sur la cour et aperçu un lot d'affaire de la maitresse de l'eau bien plus important que d'ordinaire.

Le maitre du feu ignorait encore dans qu'elle genre d'aventure la fille de l'eau allait l'entrainer. Ce n'était qu'une question de temps pour que la jeune femme ne lui conte son histoire...

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Jeu 1 Sep 2011 - 23:18

Apprendre que cette femme qui m'avait ouverte n'était que la cousine de Nasso m'avait apporter une certaine forme de soulagement, pourquoi l'imaginer en compagnie d'une femme, ayant en plus en enfant dans ses bras, qui avait réussit à me perturbé... ?

Dès l'apparition du maître du feu, avant même que l'homme n'ait le temps de s'apercevoir de ma présence, je m'étais jeter de ses bras, éclatant à gros sanglots, comme si je ne me libérais que maintenant de la peine que j'avais ressentis et accumulé depuis longtemps. Surprit et désemparé, il participa tout de même à cette étreinte surprise tout en tentant de me consoler, même il ignorait encore la cause de ce chagrin.

-Là, là... Fit-il en passant à plusieurs reprises sa main dans mes cheveux pour me réconforter.

Avec toutes les forces qu'il me restais je serrai l'homme contre moi, mais c'est a peine si il ressentit une légère pression. Grand et robuste, son corps laissait deviné une musculature importante sous son kimono lorsque ma tête vint se blottir sur son torse. Sentir à nouveau sa présence me faisait du bien malgré tout.
Le regard de l'homme se déporta sur le petit tas ou un grand sac comprenant toutes les affaires que j'avais pu amasser non loin de là. Sa présente piqua sa curiosité a vif. Pourquoi prendre tant d'affaire? Que se passait-il?

-Kalae. Fit-il doucement. Dis moi qu'est-ce qu'il t'arrive...

En décollant lentement ma tête de son corps, j'avais levé le regard vers Nasso pour recroisé a nouveau ses yeux émeraude, ses yeux réconfortants et doux.

-Tout est de ma faute... Prononçais-je la voix serrée avant de replongé contre son torse.
-Qu'est ce qui est de ta faute? Questionna le maître du feu dont l'inquiétude commençait a naître.
-On a subit une attaque, avouais-je finalement. Toute ma famille a été enlevée, quand à mon père, sont avenir est incertain, gravement blessé par le feu. Je n'ai plus rien ni personne. J'ai besoin de toi tu es la première personne à qui j'ai pensé, la seule personne que je savais où trouvé.

L'homme resta quelques secondes immobile, tout en baissant progressivement les yeux comme pour réfléchir, avant de passer ses deux bras autour de mon corps et de me serrer d'avantage, sentant ma détresse profonde.

-Je suis là maintenant... Soupira t-il sans demander de plus ample explication pour l'instant comprenant qu'il n'en tirait rien et qu'il fallait d'abord que je me calme.

Doucement les pleurs s'estompèrent et jamais je n'avais tant exprimé une tristesse si grande, ce qui blessa Nasso de voir celle qui l'avait si souvent accompagné et qu'il connaissait parfaitement dans un tel état.

-Qui vous a attaqué? Demanda t-il finalement.
-Des maîtres du feu, soit disant des hors-la-loi. Répondis-je alors que l'homme essuya de son doigt une dernière larme. Mais je n'y crois pas vraiment.
-Comment ça?
-J'ai peur que ça soit les Huang. M'exclamais-je en fronçant légèrement les sourcils sans réellement m'en rendre compte.
-Les Huang? Répeta Nasso calmement. As-tu une preuve de ce que tu avances?
-… Non. Avouais-je en baissant le regard. Je... Je suis perdue...

Il y eu un petit silence durant lequel Nasso dévisagea mon visage, sentant son regard sur moi j'avais relever le menton en lui lançant un regard intrigué. Il finit par affiché un petit sourire réconfortant qui réussit à faire naitre sur mes lèvres un petit rictus timide.

-Allez viens. Dit-il en me faisant passer la porte d'entrée. Tu seras mieux à l'intérieur. Tu es la bienvenue.
-Merci Nasso, je savais que je pouvais compter sur toi.

La demeure Lumens n'avait pas changé depuis ma première venue. Toujours aussi chaleureuse, cette grande maison bien décorée et vivante dégageait quelque chose qui faisait que nous nous y sentions bien. Alors que je balayais de nouveau du regard ce grand hall d'entrée que je n'avais pas vu depuis longtemps déjà, Nasso en avait profiter pour rentrer le sac que j'avais laissé a l'extérieur en le portant d'une seule main.

-Mère? Appela Nasso pour avertir ma venue.

La mère du maître du feu ne tarda pas à répondre à son fils en faisant son entrée dans le hall, le dos droit et l'allure fière. Lorsqu'elle reconnu mon visage, une expression de surprise accompagnée 'un sourire envahit son visage.

-Kalae! Vous ici? Quelle charmante surprise.

Madame Lumens avait toujours été une personne gentille, douce et respectable. Et même si ma venue fut à l'improviste, elle me montra que de la sympathie à mon égard.

-Pardonnez cette venue imprévue, mais... mais j'ai eu.. je n'ai pas eu le choix.
-Ne vous excusez pas, aucun mal n'a été fait. Répondit-elle comme si il s'agissait d'une banalité avant que son regard ne se dépose sur le sac que soulevait Nasso avec la force de son bras. Vous avez amener des affaires? Vous comptez séjourner ici?
-Heu... Non enfin c'est a dire que...

Une certaine gêne m'envahit rapidement. En effet je ne pouvais pas m'installer chez des gens en apparaissant miraculeusement. Et puis, une certaine animation semblait surgir de la pièce voisine, en effet deux hommes semblaient rire à gorge déployée, surement avaient-ils du monde.

-Kalae était en voyage à la Nation du feu. Mentit Nasso pour ne pas inquiéter sa mère quand à la catastrophe qui m'avait touché. En passant devant les terres Maldaurannes elle en a profité pour venir nous saluer.
-Comme c'est charmant de votre part! Répondit sa mère en m'adressant un sourire aimable. Vous ferrez donc la rencontre avec quelques membre de notre famille puisque la cousine de Nasso ainsi que son époux et leur jeune enfant sont venu passer quelques jours ici, ainsi que notre fille, Teena.
-Dans ce cas... je ne voudrais pas déranger. Répondis-je d'une voix timide.
-Tu ne déranges aucunement Kalae. Conclu Nasso en posant sa main libre sur mon épaule.

Un nouveau sourire se apparut enfin sur mon visage. Les Lumens étaient vraiment une famille charmante et toujours accueillante. Teena, la jeune soeur de Nasso fit sauvagement son apparition en marchant d'un pas ferme vers sa mère alors qu'elle sortait de la salle bruyante où tous les invité de la famille Lumens semblaient s'être rassemblés.

-Mère, lança t-elle sur un air jovial. Je...

Elle se coupa net surprise a son tour de me croiser ici. Très vite l'aventure qu'elle avait vécu voilà maintenant un peu plus d'une année en notre compagnie lui revint en mémoire. Ces péripéties étaient restées graver dans sa mémoire, elle qui ne vivait d'ordinaire que dans les quartiers calmes de la grande capitale.

-Revoilà notre farouche et tempétueuse maîtresse de l'eau préférée! S'exclama t-elle sur le ton de l'humour, ravie de te revoir Kalae.

Teena m'adressa un sourire épanouie, comment ne pas effacer son expression de tristesse devant autant de sympathie?
La mère de Nasso accepta sans problème le fait que je puisse rester entre leurs murs, puis elle ne tarda pas a tourner des talons afin de prévenir son mari de la nouvelle arrivante. Toute cette attention m'avait fait chaud au cœur, avec eux j'étais acceptée, avec eux j'étais comme..... une famille.

Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Ven 2 Sep 2011 - 15:18

L'arrivée de Kalae avait été une véritable surprise pour le maitre du feu qui ne l'avait pas revu depuis leur séparation au pôle nord. Il avait eu la certitude qu'il la reverrai un jour mais pas dans des conditions aussi terribles. Voir son amie dans une telle détresse l'avait perturbé et il était à présent déterminer à lui venir en aide, le seul problème était que si les Huang étaient effectivement impliqués, c'était comme se confronter au Seigneur du feu car il était connu de tous qu'ils avaient une très grande influence à travers toute la nation.

La maison bien que vaste, était en cette période de réception familiale, complète et aucune chambre d'invités n'étaient par conséquent libre. Nasso invita donc la jeune maitresse de l'eau à le suivre jusqu'à sa chambre où il déposa les affaires de cette dernière, depuis sa dernière visite, la chambre du maitre du feu et héritier du domaine n'avait guère changé mis à part la disparition de son armure militaire qu'il avait éparpillé bien malgré lui à travers le Royaume de la Terre durant sa dernière mission officielle en compagnie de la maitresse de l'eau. La chambre, la plus à l'Est de la maison, point cardinal de la renaissance et de l'élévation chez les fils du feu, ne manquait pas de goût, la fille de l'eau devait néanmoins reconnaitre que c'était une autre culture mais étrangement, elle s'y sentait bien, en sécurité.

" Je te laisse ma chambre pour ce soir, avec nos invités, je n'ai pas mieux à t'offrir. Les draps ont été changés ce matin et tu trouveras tout ce qu'il faut pour ta toilette de l'autre côté de cette porte." Dit-il en pointant la salle de bain personnelle du fils du feu.
" Mais... et toi? " Interrogea Kalae en regardant Nasso.
" Ne t'inquiètes pas. Je saurais me trouver un coin où fermer les yeux. " Tenta-t-il de rassurer la maitresse de l'eau. " Écoute, au sujet de ta famille, ne t'inquiètes pas, dès demain je partirais à la recherche d'informations et je te ramènerai ta famille, quel que soit l'identité de leur ravisseur. Toi, je veux que tu te reposes, que tu... "
" Non! Il est hors de question que je te laisse y aller seul! C'est ma faute! MA FAUTE! " Protesta Kalae à l'idée de laisser partir Nasso seul.
" Ne dis pas de sottises, il n'y a pour seul responsable que ceux qui ont envoyé ses hommes. " Contredit Nasso. " Laisse-moi me charger de cette affaire, je vais certainement recourir à des moyens illégaux pour te ramener ta famille et je ne veux pas que tu y sois mêlée car ton sort serait pire que le miens puisque tu es une étrangère à la nation. "
" Nasso! " Dit-elle avec douceur en enlaçant le maitre du feu pour le remercier de toute cette attention que l'homme lui portait. " Merci mais je refuse de te voir partir seul, je veux t'accompagner, c'est MA famille! "

Ainsi serait-il, Nasso accepta que Kalae prenne elle même part à la "mission" de recherche de sa famille après quoi, il invita la jeune femme à rejoindre sa famille en bas ou à faire un tour pendant qu'il envoyait un faucon messager à un de ses anciens contacts de l'armée dans lequel, il lui demandait de le retrouver dans une auberge qu'ils connaissaient tout deux " Le lion d'or ". Le point de rendez-vous était prévu pour dans plusieurs jours, le temps que le faucon ne lui arrive et que Nasso et Kalae n'arrive à destination. L'auberge se trouvant dans un village mitoyen à un grand campement militaire sur les bords marins du Nord-est de la nation. L'homme que Nasso avait décidé de contacter, était un homme avec qui il avait partagé plusieurs années de services et il avait suffisamment d'expérience et d'importance pour entendre toute les rumeurs qui circulaient sur les arrivées maritimes en provenance du grand nord.

Une fois la bête envoyé dans les cieux, avec l'espérance qu'elle ne se perde pas en route, Nasso s'enhardit de retrouver son invitée surprise et la retrouva dans l'escalier l'attendant, l'air pensive. Il n'avait pas du être simple pour la demoiselle d'abandonner son père mourant pour venir quérir de l'aide auprès l'homme qu'elle semblait estimer comme très peu de gens. Ils descendirent ensemble les escaliers retournant ainsi au rez-de-chaussée du grand hall. Nasso l'emmenait vers la salle de vie, une sorte de grand salon avec en fond une grande table de réception dressée.

" Votre attention s'il vous plait! " S'exclama Nasso en entrant dans la salle rendant la jeune femme comme le centre de l'attention de tous, la rendant rouge des joues. " Je voudrais vous présenter une bonne amie à moi, oui je sais mon oncle qu'elle vient d'une autre nation mais le seigneur du feu a dit que nous devions être ouvert. Elle s'appelle Kalae et elle restera ici pour la nuit. "
" Kinoh! " S'exclama l'oncle de Nasso, issu d'une famille aux valeurs archaïques du Seigneur du feu Ozaï.
" J'ai cédé à mon fils le titre de maitre du domaine, il est libre de choisir qui vit ici et je vous rappelle que par conséquent vous aussi, vous êtes ses hôtes. " Expliqua-t-il à son beau-frère citadin de la capitale.

L'homme quitta la table comme outré de la réponse du père de Nasso, c'était une atteinte à son honneur que de ne pas le prendre en compte.

" Excusez-le! " S'exclama Naxee " Il n'a pas l'habitude mais c'est un homme bon, je vous l'assure. Il n'a rien contre vous personnellement, c'est juste que son père est mort dans le grand nord. Tout laissait à penser qu'il est mort de froid mais il est persuadé que c'est un coup des fils de l'eau depuis ce temps. Laissez-lui le temps de vous connaitre. " Tenta-t-elle d'excuser son mari.
" Oui puis ça nous fait plaisir à nous! "

Kalae d'abord surprise et déçue par la réaction de l'oncle retrouva petit à petit son sourire. Les discussions allèrent ensuite bon train, Kalae apprenant plusieurs dossiers sur l'homme qu'elle considérait comme sage mais qui semblait avoir eu de nombreux déboires dans sa jeunesse. Le regard noir de Nasso envers les quatre femmes (mère, sœur, tante et cousine) qui contaient ses derniers eurent finalement raison d'elles. L'instant de quelques minutes, la maitresse, baignait dans tant d'amour familial, avait presque réussis à en oublier ce qui la tourmentait mais elle restait néanmoins très inquiète pour tous les membres de sa famille.

Plus tard, vers l'heure du souper, l'oncle de Nasso refit surface et fit comme si rien ne s'était passé. Il n'allait pas s'excuser mais pour sa femme qui lui avait parlé en privé, il acceptait de faire des efforts. Quelques mots gentils sortirent même de sa bouche à destination de la fille de l'eau alors que les entrées étaient en cours de distribution.

" Et ça fait longtemps que vous êtes ensemble? " Questionna la cousine toujours très curieuse de Nasso en milieu de repas.

À peine le temps d'entendre la question que Nasso buvant un rosé le recracha de surprise et Kalae avala un bout de viande de travers provoquant la toux des deux comparses. Cette réaction fit énormément rire l'assemblée et surtout celle qui avait posé la question contente d'avoir obtenu un tel résultat. La relation fut bien sûr démentie et après un repas riche en émotion, tous rejoignirent leur chambre respective, épuisé par une journée pleine de rebondissements et par un repas trop abondant.

" Bon et bien je vais te souhaiter bonne nuit Kalae, si tu as besoin de quoi que ce soit, je serais à l'étable. " S'exclama Nasso qui avait raccompagné son amie jusqu'à sa chambre avant d'entreprendre son voyage jusqu'à un lieu où dans sa jeunesse il avait plusieurs fois dormi.
" Reste! " Demanda Kalae en l'enlaçant par derrière pour retenir son ami qui allait passer le pas de la porte pour partir.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Ven 2 Sep 2011 - 22:56

« Reste! » C'est mots étaient sortit d'eux même, poussés par une pulsion soudaine et incontrôlable. Le maître du feu resta droit et se stoppa doucement en sentant mes bras autour de son buste. Quelque peu surprit et intrigué il garda néanmoins son air si calme et reposant avant de se tourner vers moi un regard curieux.

-Je... Enfin, je ne veux plus être seule. Tu... tu veux bien rester, s'il te plait?

Nasso afficha un petit rictus amusé, et peut être finalement au fond de lui, l'homme appréciait-il cette proposition. Qui plus est ça lui aurait évité de dormir en compagnie d'animaux au milieux du foin de son étable. Le maître du feu ne posa pas d'avantage de questions, il réussit à deviner que je craignais la solitude dans un tel moment.

-Tu es sûre? Demanda t-il en baissant ses beaux yeux verts sur moi.
-Oui. Répondis-je sans hésitation dans un léger murmure.

La lueur de la pièce avait prit une tournure dorée avec le soleil couchant, et par la fenêtre le paysage verdoyant des terres Maldauranes démontrait d'avantage de splendeur. Le ciel était un harmonieux mélange entre le doré et le rosé. La petite rivière qui semblait lointaine reflétait les rayons lumineux du soleil mourant tout en continuant de s'écouler calmement, emportant avec elle cette fin de journée à la nation du feu.

Bientôt Nasso ne tarda pas à allumer quelques bougies lorsque le soleil n'éclairait plus assez de ses derniers rayons. Ouvrant mon sac, je fouillais dans le peu d'affaires que j'avais ramener pour trouver un vêtement pour dormir, une simple petite robe blanche prévu pour la nuit se trouvait caché tout à fond du sac. Utilisant la salle de bain pour pouvoir le changer, Nasso profita de se moment pour ôter le haut de son kimono rouge.

La journée avait été particulièrement éprouvante puisque le voyage en mer n'avait été qu'une longue et interminable passe, puis le voyage jusque la maison Lumens et enfin mon arrivée à l'improviste. Une fois sortit de la salle de bain, ma tunique fut soigneusement pliée avant d'être déposée sur une chaise présente dans la chambre.

Tandis que la nuit avait maintenant bel et bien déposé son voile sur la nation toute entière, nous nous étions coucher presque heureux de pouvoir trouver enfin du repos et de fermer les yeux. La tête délicatement posée sur l'oreiller et le visage tourné vers celui de Nasso encore éclairé par la petite lueur de la bougie, il me souhaita une bonne nuit avant de fermer ses yeux doucement.

-Nasso. Murmurais-je pour l'appeler.
-Hum? Fit-il en ouvrant à nouveau les yeux.
-Merci...

Un sourire timide se dessina lentement sur mes lèvres avant que je ne ferme les yeux a mon tour, laissant Nasso éteindre la petite flamme de sa bougie et laisser la noirceur envahir la pièce désormais éclairé par le croissant de lune visible depuis la fenêtre.

*********************************

La maisonnette était toujours en état de cendre, l'odeur du feu était insoutenable. Les gémissements d'une voix grave raisonnaient dans ce lieux dévasté et sans vie. Le bois disparaissait en cendre sous mes pas tandis que je cherchais désespérément la provenant de ces gémissements familier.

-Kalae! Kalae! Appela ne petite voix enfantine et aiguë.

Une enfant, pas plus âgée d'une dizaine d'année s'approcha au pas de course avec un sourire radieux. Ses longs cheveux violets étaient détachés et volaient derrière elle fouettés par la brise glacée du grand nord.

-Qui... qui es tu? Demandais-je troublée en croyant reconnaître.
-Hihi. Lança t-elle en mettant sa petite main sur ses lèvres. La bonne question serait d'abord de savoir qui tu es toi même.

Mon regard dévisagea cet enfant aux yeux clairs, rapidement elle afficha un sourire sournois la rendant presque effrayante.

-Dis moi qui tu es... Répétais-je d'un ton méfiant.
-Je suis toi Kalae. Répondit elle avec simplicité. Regarde ce que je suis devenu... c'est pitoyable.Il n'y a plus de liex ou tu puisses retourné, tout a été détruit. C'est la punition que tu mérites.
-Mais qu'ais je dont fait? Hein! Agressais-je en me penchant au dessus de cette petite fille a mon image. JE N'AI JAMAIS RIEN FAIT!

L'enfant en répondit qu'avec un sourire narquois avant de déposer son regard sur les débris comme pour m'inciter à en faire de même. Mon père nous apparut alors, alongé sur le sol chaud, ses blessures toujours apparentes.

-Papa! Lançais-je en avançant vers lui.

Au plus je me rapprochais, au plus de nouvelle silhouette de dessinaient à ses coté. Une, puis deux, puis trois. Au total tous les Yukahiro gisaient au sol mort par les flammes, agonisant pour les moins chanceux.

-Qu'y a t-il Kalae? Demanda la petite fille en ricanant. Ce n'est pourtant que le début...

*************************************

-Non!! M'exclamais-je dans un violent sursaut, tout en me redressant, le souffle rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Sam 3 Sep 2011 - 18:53

La demoiselle de l'eau dans son violent réveil avait tiré toute la partie supérieure des draps qui s'était par la suite amoncelée au niveau de sa taille. Le cri mêlé au retrait des draps n'avait pu qu'éveiller le maitre du feu qui dans les premières secondes ne comprit ce qu'il se passait, après une brève observation de la chambre plongée dans des ténèbres où il pouvait à peine délimité les silhouettes des meubles et de la jeune femme, il alluma les bougies les plus proches de lui avec sa maitrise.

La lumière laissa apparaitre les couleurs de la maitresse de l'eau qui s'était réveillée dans la terreur et qui était à présent tétanisé le visage en larme. Elle ne semblait pas encore avoir prit totalement conscience qu'il ne s'agissait que d'un cauchemar, à moins qu'il y avait quelque chose d'autre.

" Kalae, tout va bien? " Demanda le maitre du feu torse nu inquiet.
" C'est...C'est... " Dit-elle entre deux inspirations rapides.

La raison de ce réveil était évidente et le mieux à présent pour elle n'était pas de le conter mais de l'oublier, ainsi le maitre du feu ne lui posa plus aucune question, il se contenta de passer son bras dans le dos de la jeune femme avant de la tracter jusque lui de force, bien qu'elle n'y mit aucune résistance.

Petit à petit, la tête humide de la jeune fille quitta sa position orientée vers le vide de la chambre pour venir la coller contre le torse de son ami. La chaleur dégageait par le maitre du feu était si douce, et les battements de son cœur calme si enveloppant, que cette douce combinaison fut des plus apaisantes. C'est dans la douceur qu'ils retrouvèrent tout deux leur position horizontale, la tête de Kalae comme fixé au torse de Nasso et c'est après quelques douces caresses que la jeune femme ayant retrouvé son calme s’assoupit de nouveau pour que son esprit rejoigne les bras de Morphée tandis que son corps resterait dans ceux de Nasso.

La chambre la plus à l'Est, celle du maitre du feu, fut la première à accueillir les rayons tendres du soleil du petit matin, et c'est baigné dans ce flot de lumière que Nasso fut le premier des deux à ouvrir les yeux, la jeune femme était toujours contre lui, elle avait positionné ses bras de façon à ce que le maitre ne lui échappe pas pendant la nuit et au vu du tendre sourire qu'elle affichait encore assoupi, elle était véritablement bien dans le nid de chaleur entre le bras et le buste de Nasso.

D'ordinaire, une fois les yeux ouverts, le maitre du feu sauté hors de son lit afin de s’affairer à ses devoirs de maitre du domaine mais pas ce matin là, il enleva une mèche violette qui dissimulait le tendre visage de la fille de l'eau par une caresse d'une infinie douceur. Le mouvement nécessaire à cette caresse éveilla alors à son tour la fille de l'eau qui ouvrit timidement les yeux.

" Bien dormi? " Demanda le maitre du feu alors que la jeune fille se défaisait du buste du maitre du feu laissant apparaitre des cheveux entre-mêlés de partout.

En la regardant ainsi, Nasso ne pouvait que se remémorer une vieille légende qui parle d'une île habitée par des femmes sauvages. C'était ce que cette chevelure lui évoqué après, pour l'aspect farouche, son visage du matin en était loin, il était proche de celui qu'un homme affiche lorsqu'il a trop bu et se réveille trop tôt le lendemain. La jeune femme ne semblait pas avoir le réveil facile, il lui faudrait encore plusieurs minutes pour revenir totalement à elle.

Nasso fut le premier à sortir de la chambre et personne ne le vit en sortir, les invités étant en vacances aucune obligation ne les contraignait à se lever tôt et le soleil n'était pas encore assez fort dans leur chambre pour les éveiller. La mère de Nasso était déjà dans la cuisine tandis que son père affaibli ses dernières années dormait lui aussi. Il n'allait pas mourir, c'est juste que l'âge commençait à travailler sur lui et qu'il lui fallait davantage de repos.

Alors que Nasso s'empressait de préparer son départ en donnant ses consignes au second-maitre du domaine, homme de confiance de son père depuis plus de vingt-cinq ans, Kalae elle s'adonnait à sa préparation matinale. Une chevelure aussi longue et soyeuse que la sienne demandait un entretien quotidien et plusieurs brossages par jour. La petite salle de bain personnelle du maitre du feu ne valait pas la classieuse présente au rez-de-chaussée qu'elle avait testé lors de sa dernière venue, mais elle restait très pratique et démontrait une fois de plus la richesse de cette famille. Le plus surprenant était que d'ordinaire, les riches et les nobles préféraient la capitale à leur terre et ne s'y rendait que pour ramasser leur bénéfice. Ici, cela semblait le contraire et les Lumens ne semblaient pas faire d'économie sur l'entretien de cette maison au profit d'une maison clinquante à la capitale.

Le maitre du feu fit une halte dans la salle de bain principale situé au rez-de-chaussée pour se rincer le visage et se défaire de sa pilosité faciale avant de retourner à la chambre où il avait laissé Kalae mais quand il y entra, elle n'était plus à l'intérieur. Il inspecta la chambre, la salle de bain, ces affaires étaient toujours là et ce n'est qu'en passant devant la fenêtre de sa chambre qui donnait vu sur les plaines fertiles, qu'il vit au pied de la bâtisse, sur le terrain d'entrainement du maitre du feu, la maitresse de l'eau accoudé au bord d'une fontaine où les oiseaux venaient s'abreuver hors heures d'entrainements.

" Kalae, tout va bien? " dit le maitre du feu après s'être empressé de rejoindre la demoiselle.
" Oui merci, je suis désolée pour la nuit dernière... " S'excusa-t-elle.
" Ce n'est rien, voyons! " Rassura le maitre du feu avant de reprendre " Nous partons dans deux ou trois heures, le temps que nous déjeunions et rassemblions nos affaires. Nous avons un timing à respecter. "
" Très bien, allons-y alors! "

Quelques minutes plus tard, ils étaient tout deux attablés dans la cuisine, seuls avec Mira, la mère de Nasso, le fils l'informant de leur départ imminent sans en donner les véritables raisons. Cette dernière habituée aux escapades de son fils ne demanda à son fils qu'une seule chose: d'être prudent, puis, elle commença à rassembler quelques provisions pour le voyage. Le strict minimum sachant que son fils partirait avec une bourse largement suffisante pour son voyage.

Après leur repas, tandis que certains invités commençaient à s'éveiller, Kalae et Nasso étaient retournés dans la chambre Est afin d'y rassembler les affaires nécessaires à ce voyage sans s'encombrer non plus.

Toc! toc! toc!
" Entrez! " S'exclama Nasso.

Ce n'était autre que Teena qui fit son apparition dans la chambre du maitre du feu.

" Depuis quand tu frappes aux portes toi? " Questionna le frère voyant sa sœur un grand sourire aux lèvres et les bras dans le dos, le regard satisfait.
" Oh c'est juste que je ne voudrais pas vous dérangez... " Laissa-t-elle sous-entendre.
" Tu vois bien que nous sommes occupés non? Si tu t'ennuie je peux te trouver de quoi faire. " Rétorqua le maitre du feu à sa sœur taquine.
" Vous partez? Déjà? Mais elle vient à peine d'arriver! " Constata-t-elle.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Dim 4 Sep 2011 - 14:38

Le visage de Teena démontrait une certaine déception mêlée à la surprise. Il était agréable de voir que cette jeune femme me considérait désormais comme une grande amie alors que la seule fois où nous nous étions rencontré avant ma venue d'hier, fut il y à près d'une année alors que nous étions venu la sauvé des griffes du baron de Yorme avec son frère ainé.

-Oui nous partons. Répondit Nasso en finissant de rassembler ce qu'il désirait prendre avec lui. Nous avons une affaire à résoudre et nous devons partir.

Nasso n'avait pas mit au courant les autres membres de sa famille, surement estimait-il que cette histoire ne regardait que moi et qu'il serait inutile d'alarmer les autres. Et comme très souvent l'homme avait raison, il aurait été inutile de le mêler à cette histoire.

-Kalae tu reviendras ou est-ce là ton départ définitif ? Demanda t-elle ignorant si elle devait me faire ses adieux.
-Je ne sais pas Teena. Répondis-je en haussant légèrement les épaules.
-Alors je te souhaite un bon voyage! Dit-elle en ouvrant ses bras avant de m'enlacer amicalement.

L'étreinte de la jeune femme fut accepté avec un sourire. Après quelques secondes Teena ne tarda pas à se tourner vers son frère avant d'en faire de même avec lui, bien qu'il fut mine au premiers abords de vouloir refuser.
Désormais prêt il ne nous manquait plus qu'a rejoindre l'étable pour trouver une monture qui nous accompagnerai jusqu'à la taverne, mais avant cela Nasso devait annoncer son départ surprise à ses invités ainsi qu'a ses parents.
Entrainer Nasso dans cette histoire, alors qu'il recevait dans sa demeure sa famille venue de la capitale m'avait quelque peu gêner. Cependant Nasso affirma que ça ne le dérangeait pas que et qu'il était prêt a me venir en aide, qu'importe le moment, qu'importe l'endroit.

La mère du maître du feu avait été mise au courant déjà du départ prochain de son fils et avait transmit l'information a son mari dans le courant de la soirée, quand ils furent seul le soir venu en bavardant de choses et d'autres. Ce ne fut donc pas une réelle surprise pour l'homme dont les ravages du temps commençaient timidement à se manifester.
La jeune mère et cousine de Nasso comprit que l'homme pouvait avoir des impératifs et c'est sans rancune qu'elle nous souhaita un bon voyage. Son époux en revanche resta bien plus froid et distant, il se contenta de saluer Nasso avec un mouvement de tête proche de l'acquiescement avant de me lancer un regard douteux, comme si il se doutait que j'étais la raison du départ du maître du feu.

Nasso s'excusa une nouvelle fois de son départ et les salua une dernière fois avant de prendre la route vers les étables situées sur le flan gauche de la grande maison. Quelques cheveautruches se tenaient sagement a leur emplacement, certaines mangeant de foin fraichement coupé tandis que deux a trois rhino-komodo dormaient encore dans le fond de l'étable. Nasso attela l'un d'entre eux qui n'était pas destiné a travaillé dans les champs avant de monter sur sa selle pour me tendre la main et m'aider à monter derrière lui.

Une fois les bras passés autour du buste de l'homme et fermement accrochée, Nasso ordonna à la bête de sortir par un petit coup de talon dans le flan. Le rhino-komodo commença alors sa course effrénée à travers les terres Maldauranes. Petite à petit la demeure Lumens visible de loin disparut et les montages et les collines avaient désormais envahit le paysage ainsi que les grands plateaux vierges et les champs.


Pour atteindre la taverne du lion d'or, lieux de rendez vous avec le contact de Nasso, le voyage nous prendrai plusieurs jours puisque cet établissement se trouvait bien plus au Nord-Est que les terres Maldaurannes, bien en dehors même.
Le voyage dura au total trois jours durant lesquels Nasso et moi avions pu discuter a propos de divers sujets tel que ce que nous étions devenu après notre séparation au pôle Nord. J'eus appris que le maître du feu avait eu quelques mésaventures lors d'un safari organisé tandis que j'étais partis en voyage au royaume de la terre. Comme toujours notre vie semblait être mouvementée, bousculée par des évènements plus ou moins abracadabrants.

Comme il était d'habitude dans cette nation, les nuits n'étaient pas bien fraîches sans pour autant être d'un chaleur insupportable, la nuit rafraichissait les bois et l'air était bien moins chaud ce qui rendait le sommeil agréable. Comme si il s'agissait maintenant d'une habitude, nous nous étions endormit cote à cote, timidement blottit. Et c'est sans nous l'avouer que nous avions tous deux remarquer cet automatisme agréable que nous avions prit.

Les trois jours passèrent sans accrochages, le rhino-komodo malgré ses jours de courses et de marche ne montra pas particulièrement de signe de faiblesses et petit à petit ma peine et mes angoisses bien que toujours présentes avaient diminuées, désormais j'étais redevenue moi-même espérant tout de même au fond de moi trouver vengeance et ramener les miens.

Nous ne tardâmes pas a arriver à l'entrée d'un petit village de campagne où la vie y semblait agréable. Depuis là où nous nous trouvions un campement militaire était visible, surement celui où le contact et ami du maître du feu résidait encore. Nous étions entrer dans le village au pas, attirant la curiosité de quelques villageois, alors que nous tentions de trouver la taverne du lieux de rendez-vous: le lion d'or.
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Lun 5 Sep 2011 - 11:28

Était-ce la présence du maitre du feu ou bien le temps qui avait su apaiser la peine de la maitresse de l'eau? Nul n'aurait pu le dire mis à part l'intéressée, ce que Nasso savait par contre, c'est que d'ici peu de temps, son ancien camarade le rejoindrait à sa table à la taverne du Lion d'or et qu'il recevrait de ce dernier toutes les rumeurs les plus récentes. Nasso n'avait pas choisit cet homme au hasard parmi toutes ses anciennes connaissances, il avait partagé avec ce dernier quelques missions périlleuses et considérait ce dernier comme un homme de confiance, de plus, puisque son campement était sous l'autorité directe d'un Huang, oncle de Kalae, peut-être en serait-il plus que n'importe qui d'autre sur leurs affaires en cours.

Arrivée à l'entrée de la taverne, le maitre du feu descendit le premier de la bête avant d'aider Kalae à faire de même, après quoi, il l'attela dans l'étable derrière où du foin était disponible pour les animaux des voyageurs pour une modique somme. Un lion d'or prônait sur la pancarte au dessus de la porte dans la rue, l'encadrement de porte et la porte elle-même avait un effet doré afin de tromper le visiteur sur le matériau utilisé, il ne s'agissait rien de plus que du bois en réalité. Un homme, visiblement le propriétaire, attendait à son bar le client venu, nul doute que sa clientèle privilégiée devait être les soldats ayant fini leur service, ce qui expliquerait qu'à l'arrivée de nos deux amis, la salle était presque entièrement vide et dans un silence presque complet.

Suivant les indications du maitre du feu, la maitresse de l'eau, qui avait troqué dans son sac sa tunique bleue pour une tenue plus discrète, se ferait passer pour une fille du feu aux yeux de tous. Une zone pleine de fils du feu dévouée à la Nation du Feu n'aurait certainement pas été la bonne pour se faire remarquer comme une fille de l'eau.

Ils durent attendre une bonne heure et demi pour qu'un premier groupe de soldats visiblement libérés de leur service dans le camp militaire accueillant une bonne partie de la flotte de la marine du feu de la région pour leur ravitaillement et la réception de leurs nouveaux ordres de missions. Quelques femmes entrèrent elles aussi, certaines, elles-même militaires, d'autres venues spécialement pour fréquenter de bons partis au premier abord.

Le militaire et homme plus gradé, attendu par Nasso et Kalae ne fit son apparition que plusieurs minutes plus tard alors que la taverne était à présent bien moins calme qu'à l'arrivée de deux compagnons de voyages. Entre les récits guerriers et ce mélange de testostérones face aux donzelles, rien allait plus dans ce lieu mais c'était pour le propriétaire, tout ce qu'il y avait de plus ordinaire. Sa femme et sa fille quand à elles, servaient les tables tout en faisant preuve d'une immense souplesse et réactivité pour éviter toute sorte d'éléments extérieurs qui auraient pu venir déstabiliser leur plateau de breuvages et de mets succulents et abondants.

L'informateur de Nasso, qui n'avait pas eu le plaisir de revoir son ancien camarade depuis presque 7 ans, le reconnu presque instantanément et vint s'attabler à la petite table que lui et son amie occupée en tirant une chaise à une table voisine. C'était un homme aussi grand que Nasso et ayant conservé une très bonne carrure à première vue bien que son armure aurait pu dissimuler quelques défauts. À en voir sa cuirasse, il semblait évident au maitre du feu que son ami avait encore prit du galon depuis leur dernière rencontre. Colonel qu'il était devenu, pour obtenir ce grade quand on vient d'un milieu social comme le siens, il avait sûrement du mettre sa vie en péril plus d'une fois.

Le colonel semblait avoir comprit que des retrouvailles trop exubérantes auraient été de trop étant donné qu'il avait demandé à le rencontrer de manière discrète, ainsi le colonel s'assit pour commencer avant de saluer son vieil ami avec un sourire des plus naturel.

" Nasso Lumens! Qui aurait cru que je retrouve cette vieille branche du 5ème bataillon d'infanterie marine. "
" Keïzoru Fron! Où devrais-je dire Colonel Fron? Félicitations! "

Après quelques bavardages et une brève et fausse présentation de Kalae comme une fille du feu avec qui Nasso se disait engagé, le regard du colonel prit davantage de sérieux.

" Trêve de bavardage! J'ai cru comprendre que tu avais besoin d'un coup de main, d'informations sur les Huangs, mais laisse-moi d'abord te poser une question. " S'exclama-t-il.
" Bien sûr, que veux-tu savoir? " Répondit Nasso.
" Tu essayes vraiment de me faire croire que cette fille est des nôtres? Elle sent la fille de l'eau à quinze mètres, je te préviens, je ne suis pas un traitre, je ne te donnerai rien de compromettant qui puisse profiter aux fils de l'eau. " Rétorqua le colonel presque indigné de l'affreux mensonge de son ami.

Le moment où Kalae et Nasso entendirent le colonel prononcer ces mots, qu'il avait réussi à déceler les véritables origines de la maitresse de l'eau, la tension était montée d'un cran inimaginable mais finalement, il ne semblait pas véritablement hostile à la situation.

" Loin de moi l'idée d’attenter à la sécurité de notre Nation, la plus belle de toute, pour tout te dire, je travaille pour elle, pour que la paix soit maintenue. " Tenta d'expliquer Nasso.
" Développe. " Dit-il intrigué et intéressé.
" Cette jeune femme et moi avons pour mission de retrouver une femme de l'eau et ses deux enfants qui ont été enlevé par des fils du feu. Le Seigneur du feu a démenti cette attaque et je désire à présent avec l'aide de cette jeune femme rétablir l'honneur de notre nation en rendant aux tribus de l'eau les leurs. Mais pour cela, j'aurais besoin de savoir s'il y avait eu vent de bateaux étant rentré dans nos eaux en provenance du nord dans la période donnée. Nous avions pensé plus précisément à un bateau affrété par les Huangs. "
" Tes intentions e semblent nobles alors je vais t'aider. Il y a bien eu vent de quelques rumeurs, j'ai entendu de mes propres oreilles l'amiral mécontent d'un service que lui demandé ses parents, j'ai appris par la suite mais cela je n'en suis pas sûr, que pendant près de deux jours, l'amiral avait ordonné de laisser un couloir maritime non surveillé. Je suppose que les Huangs séniors auraient pu en profiter. Bien sûr, ça ne reste que pure spéculation et je doute que vous puissiez en apprendre plus de la part de qui que ce soit mis à part, les Huangs eux-mêmes. Et cela m'étonnerai que vous soyez les bienvenues dans leur immense propriété de la capitale. Quand à l'amiral, je doute qu'il en sache davantage sur les projets de ses parents, c'est un patriote et je vous souhaite bien du courage pour le trouver vu tous les camps qu'il a à sa charge... " Termina-t-il.

Ainsi donc, les craintes de Kalae semblaient bien avérer. Ses grands parents avaient donc envoyé des mercenaires à sa recherche et la voyant absente, ils avaient pris des otages pour la faire venir à eux. Bien qu'il aurait été plus simple pour Kalae et Nasso de se rendre directement à leur demeure sur les suppositions de Kalae, mieux valait en être sûr avant de se jeter dans la gueule des Huangs surtout s'ils avaient été hors de cause.

À cette nouvelle, Kalae avait retrouvé ce mélange confus de haine, de tristesse et de culpabilité. Les Huangs la haïssaient plus que tout et sa famille en faisait les frais à sa place...

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Mar 6 Sep 2011 - 21:57

La majorité des clients présent dans cette auberge n'était que des hommes. Mois d'une dizaine de femme portait l'armure cuirassée de la nation du feu. La majorité d'entre elles cachaient leur féminité derrière des airs bagarreur et en adaptant un comportement typiquement masculin, chose qu'elle voyait fréquemment dans leur milieux.

Les seuls qui semblaient ne pas porter l'uniforme traditionel de l'armée de la nation du feu ne semblaient être que nous, Nasso armé de son kimono rouge aux bordures dorés tandis qu'en chemin, le maître du feu et moi avions troqué ma tunique bleue pour une ensemble habituelle des filles du feu qui laissait a découvert leur ventre et leur épaules.

Assit à la même table que le colonel qui avait su remarqué par on ne sait quel moyen les véritables relations que Nasso et moi entretenions, sûrement connaissait-il trop Nasso pour faire la part entre la vérité et le mensonge?
Quoi qu'il en soit l'homme nous expliqua ce dont il avait connaissance, Edhon Huang, le fils cadet des Huang séniors aurait donc sous les ordres de ses parents pu laisser passer un bateau de mercenaires. C'était à se demander qui était vraiment responsable, après tout, tous les Huangs se ressemblaient. Cependant, d'après l'annonce du colonel, mon oncle avait été contre l'autorité de ses parents, même s'il se devait de faire honneur à la décision des Huangs séniors.

Comme l'avait dit le colonel, la seule façon d'entre être certain était de faire face aux Huangs même, pour entendre d'eux leur propre bouche qui était les véritables coupables. Après le discours du militaire, il y eu un silence durant lequel les deux hommes burent une gorgée, jusqu'à ce que le colonel ne se relève d'un bon.

-Bien! Fit il en posant son verre sur la table de bois. J'ai peur de ne pas vous être d'une plus grande aide. Veuillez m'excusez mais j'ai encore un autre groupe à diriger et celui ci est un arrivage de jeune militaire fraichement engagés, leur faire comprendre que l'armée est une vraie discipline est primordiale. Affirma t-il en mettant son casque sous son bras. Un peu d'autorité leur ferra vite comprendre dans quel monde ils sont, celui des hommes!
-Je comprends. Fit Nasso avec un sourire amical.
-Nasso Lumens, ce fut un plaisir de te revoir. Fit-il en serrant la main à son ancien collègue de manière viril avant de se pencher légèrement vers moi, Mademoiselle, au revoir.
-Au revoir et merci. Lançais-je alors qu'il tournait les talons.

Le militaire sortit du Lion D'or sans se retourné tandis que Nasso et moi étions resté à table, face à face, accoudés à cette épaisse table ou seul le verre du maître du feu était posé.

-Alors... qu'est ce que tu en penses? Questionna le maitre du feu.
-Hum, je sais pas trop, tout est un peu confus... Apparemment les véritables coupable sont mes grands parents?
-Oui enfin, rien ne nous le dit vraiment. Puisque selon Keïzoru, leur fils cadet aurait été contre un de leur ordre mais il se serait finalement résigner à obéir et laisser sans surveillance une voix maritime. Mais après il n'aurait rien fait de plus que celà
-Il faudrait en savoir d'avantage sur ce que mes grands parents voulaient faire de ce couloir maritime sans surveillance...
-Qu'est ce que tu veux faire alors? Retrouver tes grands parents pour savoir où est ta famille? Sais-tu au moins où ils vivent?
-J'ai déjà eu l'occasion de m'y rendre. Répondis-je en passant une main derrière l'oreille. Même si je fut expulsée rapidement.

Nasso imagina rapidement l'altercation que j'avais pu avoir avec ma famille biologique ce jour là, où Hizo Daizheng m'avait accompagné. Il but une seconde gorgée pour l'aider à réfléchir tout en posant son regard vert sur moi. Concentré dans ses réflexions l'homme garda son intense regard sur moi, tant qu'il réussit très vite a faire apparaître une légère teinte rosée sur mes joues, qu'il ne remarqua pas malgré tout.

-Hum... Fit-il juste après avoir avaler. Il faut y retourner, seulement ça m’étonnerai qu'ils aimeraient te revoir.
-Il ne me laisseraient même pas poser un pied sur leur pelouse. Répondis-je en affichant un sourire amusé malgré tout.
-…
-Dites! Fit soudainement une voix féminine.

Une jeune femme adossée a un mur un verre à la main non loin de là nous regardait un léger sourire aux lèvres. Elle ne nous dévisagea que quelques petites secondes de ses yeux ambres avant de se décoller du mur. Ses cheveux d'un noir corbeau n'étaient pas spécialement long, n'arrivant qu'aux niveau des épaules et frôlant son haut d'une couleur beige crème. A la ceinture de son long pantalon une longue chaine était enroulée sur l'un de ses hanche, tel un dompteur de fauve.
Sans aucune gêne, elle se permit de s'assoir a notre table en s'installant aux cotés de Nasso. Elle avança doucement son visage vers nous tout en s'assurant préalablement que personne ne la regardait.

-Je sais comment entrer chez les Huangs... Dit-elle en sortant un affiche qui annonçait une soirée organisée par les Huangs eux-même. Dans leur propre demeure.

********

A l'extérieur du Lion D'or, le colonel avait reprit sa route vers le camps militaire, lorsqu'il y arriva aucun nouvel arrivage de jeune soldat n'était présent, en effet puisqu'il n'en existait pas...
Il s'engouffra dans sa tente où il se mit alors a rédiger un texte après avoir tremper la pointe de son pinceau dans son encre.

« Monsieur Huang,

Votre Nièce n'est pas venue seule, un maître du feu semble avancer à ses cotés et déterminé à l'aider dans sa quête. Comme prévu, tout a été fait. Il ne reste plus qu'a attendre, patiemment.

Votre serviteur dévoué.
Keïzoru Fron! »
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Mer 7 Sep 2011 - 18:30

" Je sais comment entrer chez les Huang..." Dit-elle en offrant aux yeux de nos deux compagnons l'affiche d'un événement organisé au sein même de la demeure des Huang seniors.
" Je ne vois pas de quoi vous voulez parler. Nous sommes ici en simple halte..." S'exclama Nasso tentant d'éloigner la femme qui venait de s'accouder à leur table afin de restreindre au maximum les personnes au courant de leur projet, cette jeune femme en savait déjà trop.
" J'ai tout entendu! Refusez mon aide et je suis sûr que vos projets de vous en prendre aux parents de l'amiral préféré de ses hommes les intéresseront beaucoup. " Rétorqua-t-elle sous le ton de la menace.
" Qu'en tirerez-vous? " Questionna Nasso avec la totale approbation de Kalae elle aussi suspicieuse et inquiète face à la menace de cette inconnue.
" Les Huang m'ont volé mon père, suite à sa disparition ma mère en est morte. C'est de leur faute si je suis une orpheline et je donnerai tout pour que cela ne se reproduise plus, hors c'est ce qu'ils semblent faire avec la famille de cette jeune femme. J'étais ici en quête d'informations sur les Huang pour me venger et à présent j'ai trouvé de quoi faire avec vous. " Expliqua-t-elle.

Kalae et Nasso échangèrent un regard, que devaient-ils faire? La tenue et la façon de se comporter la jeune femme était effectivement assez typique des orphelins, habitués à se débrouiller seul, à se défendre et pour les demoiselles, à séduire.

" Je ne sais pas... " S'exprima Kalae.
" Allez! " Dit-elle en suppliant comme une adolescente désirant la nouvelle robe à la mode de la part de son père avec le sourire. " Laissez-moi vous aider, je ferais tout ce que vous voudrez! " Ajouta-t-elle en lançant un regard doux au maitre du feu. " Ne les laissez pas faire ce qu'ils m'ont fait. De plus, je sais comment rentrer dans leur demeure sans invitations!"

La jeune femme était des plus persévérantes et des plus convaincantes, son dernier argument fut décisif sur la décision de Kalae et Nasso, bien que Kalae avait été aussi touché par l'histoire au combien similaire en certains points avec la sienne, après tout, les Huang seniors et fils lui avait à elle aussi enlevé son père biologique en plus de sa mère biologique.

" C'est d'accord! Quittons se brouhaha et nous ferons plus ample présentation dehors, si tu veux bien. " S'exprima Kalae avec un sourire sociable après avoir eu le consentement de Nasso à accueillir l'inconnue dans leur groupe par un hochement de tête.
" Vous n'allez pas le regretter! "

Les trois convives quittèrent leur table et Nasso régla la note avant de quitter l'établissement, une fois avoir laissé sortir les deux femmes devant lui. C'est à présent à trois que cette aventure allait se poursuivre.

Une fois à l'extérieur du bâtiment, tous conclurent que prendre la route dès à présent été un risque de ne pouvoir dormir dans le confort d'une bonne auberge car le prochain village, selon cette sombre inconnue était à plusieurs heures. La mention d'un moyen de locomotion efficace comme un rhino-komodo aurait pu palier à ce problème mais la charge supplémentaire d'une personne serait trop exigeante pour la bête encore quelque peu fatiguée de sa chevauchée de ces trois derniers jours.

La femme qui se présenta finalement se dénommait Fira, elle avait déjà entendu les prénoms de nos deux amis lors de leur discussion avec le colonel ce qui raccourcit les présentations. Après quelques minutes de marche, nous expliquant que son père qu'elle ne voyait que très peu avait un poste exigeant auprès des Huang et qu'un jour, ces derniers l'avaient appelé et que jamais il n'en était revenu. Sa mère morte peu de temps après, elle se retrouva seule et s'était juré de devenir un jour assez forte pour venger ses parents en déjouant tous les projets des Huang, par la force s'il le fallait. Après quoi, elle fit démonstration de ses talents en déroulant sa chaine parsemé de petits pics un peu partout destiné à s'encrer dans la chair de ses ennemis. Tout cela, elle l'avait appris en autodidacte dans la rue, elle avait commencé par un petit fouet trouvé un jour dans une poubelle et en grandissant elle avait accompli diverses tâches et avait fait réaliser cette arme sur mesure.

Après avoir pu constater de son extrême habilité au combat à moyenne et longue distance, Nasso exprima le fait que si elle désirait les suivre, il lui faudrait avoir une monture car bien que sa bête aurait été capable de charger une troisième passagère, l'homme préféré économiser sa bête, il apportait une attention particulière à ses montures et les Rhino-komodo de son domaine étaient de loin ses préférées de toutes.

La jeune femme rappela qu'elle était la seule personne sachant comment rentrer dans la demeure des Huang et qu'ainsi, c'était aux deux personnes nécessitant son aide de pourvoir à son transport. Le chantage dissimulé par de beaux sourires était malgré tout apparu comme tel aux yeux des deux amis et Nasso accepta finalement de débourser de son propre argent pour réserver un chevautruche à la jeune femme pour le lendemain matin au premier vendeur. Il avait une bonne affaire, la bête semblait en bonne santé et de qualité moyenne pour un prix en dessous du marché.

" Bien! Nous partirons demain, choisissons où passer la nuit à présent. "

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Ven 9 Sep 2011 - 9:30

Le bruit que faisait les hommes s'entendait depuis l'extérieur du Lion D'or, des rires, des railleries, des chants militaires, des récits de guerre narrés avec passion et force, voilà le quotidien que subissait la taverne et ses environs à chaque sorties hors du camps.

La mystérieuse Fira semblait avoir un plan pour entrer chez les Huang lors de cette soirée. Après avoir fait sous entendre qu'elle ne participerait pas financièrement à ce voyage, c'est avec générosité que Nasso se résolu à réserver une chevautruche en parfait état pour le lendemain matin lors du départ.

-Bien! Nous partirons demain, choisissons où passer la nuit à présent. S'exclama le maître du feu en croisant ses bras forts sur son torse bombé.
-Au Lion D'or? Proposais-je naturellement.
-Moi je veux bien ma belle, mais vous me payerez également la chambre! S'imposa Fira et posant ses mains sur ses hanches
-N'as tu dont rien sur toi au point d'être dépendant des moindres inconnus que tu rencontres? Demandais-je un brin sarcastique.
-Si tu crois qu'il est facile de trouver de l'argent lorsque l'on est une fille de voyage sans attaches. Répondit-elle sur le même ton.
-Loger au Lion D'or.... Reprit Nasso d'un air pensif. Avec le bruit que font ces militaires je doute que nous arriverons à fermer les yeux.
-Ne vous inquiétez pas! Rassura Fira en posa sa main sur l'épaule du maître du feu. Lorsque la nuit tombe ils ont ordre de retourner au camps.
-Tu sembles bien connaître...
-Je suis une consommatrice régulière.
-Donc tu as de l'argent!
-.... Vous venez! Dit elle ne faisant mine d'ignorer et en s'en retournant vers l'établissement.

Nasso afficha un discret sourire amusé, quel étrange personnage que cette jeune femme. Nous entrâmes à nouveau dans les locaux du Lion D'or et avançâmes jusqu'au comptoir. En nous apercevant le tavernier eu un léger frisson, pensant que nous revenions le voir déçu ou mécontent de ses boissons.

-Que puis-je pour vous? Demanda t-il en essuyant un verre.
- Avez vous des chambres pour la nuit. Répondit Nasso en posant un coude sur le comptoir.

Le tavernier afficha un air de surprise, en effet rare était les personnes qui s'arrêtaient à sa taverne pour y passer la nuit, généralement ils ne faisaient que boire pour repartir quelques heures plus tard. Si bien qu'aucune des chambres n'avaient été faite depuis très longtemps. Il se tourna discrètement vers son épouse et lui demanda rapidement de mettre de nouveaux draps et de passer rapidement un coup de balais pour donner l'impression aux premiers abords que les lieux étaient entretenus. Ce que nous entendions n'était que des chuchotements qui réussirent néanmoins à faire naître notre curiosité.

-Et combien de chambres? Fit-il en reprenant sa position initiale d'un air naturel.
-Deux!
-Deux? Répéta Fira intriguée.
-Puisque nous vous payons votre chevautruche et votre chambre, vous êtes bien d'accord avec moi qu'il est plus raisonnable d'économiser un maximum en dépensant un minimum. Je vous paye donc votre chambre, Kalae et moi nous partagerons la seconde.
-Hum... Fit-elle en levant un sourcil. Vous avez raison, économisez votre argent... vous en aurez besoin.
-Heu... S'imposa timidement le tavernier. Si vous pouvez patienter quelques minutes vos chambres seront prête.

L'homme nous proposa de nous assoir à une table en attendant que les chambres soient à notre disposition. Fira n'hésita pas à demander un nouveau verre qu'elle bu goulument. Elle sortit une petite pièce de la poche de son pantalon qu'elle laissa tomber sur la table pour régler sa note avant de me lancer un petit regard accompagné d'un sourire arrogant que je fis semblant d'ignorer en détournant simplement le regard.

-Alors, demanda Fira après avoir bu quelques gorgées. D'où venez vous exactement?

Pouvions nous faire confiance à cette étrangère qui venait de rejoindre notre groupe? Son comportement était quelques peu étrange certes mais elle ne semblait pas dangereuse, et pourtant quelque chose me disait qu'il fallait rester prudent, et éviter toute familiarité, du moins, pour le moment.

-De très loin. Répondit simplement Nasso sans vouloir donner des informations supplémentaires.

En voyant que le maitre rester flou elle comprit que nous préférions rester discrète pour le moment, elle ria alors discrètement.

-C'est une réponse assez précise dites moi. Fit-elle remarquer. Et cette famille de la tribu de l'eau qui a été enlever, c'est la sienne n'est-ce pas... Déduit-elle en donnant un petit coup de menton en ma direction.
-Qu'est ce qui vous rend si certaine? Demanda le maître du feu sans laisser ses expressions le trahir.
-J'ai un flair unique...

Nasso et moi avions eu a peine le temps d'échanger un discret regard intrigué que le tavernier nous appela pour nous prévenir que nos chambres étaient prêtes. Fira termina son verre d'une traite avant de se lever en même temps que nous et de nous accompagner dans l'escalier qui menait à l'étage. Guidés pas le tavernier nous avancions dans le petit couloir, très vite il distribua une chambre à Fira et montra celle d'en face de sa main pour nous faire comprendre qu'il s'agissait là de la notre.
La jeune fille à la chaine disparut dans sa chambre après nous avoir souhaiter une bonne soirée, le tavernier ne resta que peu de temps, presser de retourner à ses affaires au rez-de-chaussée.

La chambre qui nous avait été mit à disposition n'était pas bien grande. La décoration restait assez pittoresque et presque de mauvais goût mais cela ne nous importait peu puisque nous n'étions là que pour une nuit. En revanche une certaine odeur de renfermé s'était imbibé dans la pièce, aussi le maître du feu s'empressa d'aller ouvrir entièrement la fenêtre, de la poussière trainait un peu sur les meubles, signe que personne n'avait vécu ici depuis plusieurs mois, au moins.

Progressivement, les voix des militaires qui buvaient au rez-de-chaussée s'amoindrirent, le calme revint peu à peu tandis que l'esprit de la lune faisait son apparition à la place du soleil. Installés dans le lit, la fenêtre toujours ouverte, alors que nous étions sur le point de nous endormir, un sujet de discutions a propos de notre nouvelle compagne de voyage apparu. Son arrivée avait été imprévue et sûrement que grâce à elle nous parviendrons à entrer sans problèmes dans la demeure Huang, puisque selon ses dires, elles avait une idée de comment faire. Mais inviter une personne dans une quête si personnelle avait réussit à me troubler. Sûrement fallait-il un peu de temps pour que la confiance ne vienne, voilà l'argument qu'avait dit Nasso pour tenter de me rassurer.

Très vite nous nous étions endormit, bercés pas les rayons de la lune. Ce n'est qu'au lendemin matin que j'avais ouvert timidement les yeux avant d'apercevoir que le maître du feu qui dormais alors sur le ventre, m'avait fait prisonnière avec son bras tendu sur moi. Aussi avais-je préférer attendre dans cette position que de me lever, de peur que le maître du feu ne se retire. Oui, la sensation d'être dans ses bras était d'une douceur et d'une chaleur réconfortante, et contre rien je ne voulais qu'elle disparaisse.
Finalement il ne tarda pas à se réveiller à son tour, tout comme Fira qui était déjà descendu pour grignoter quelque chose. Après un petit déjeuné rapide mais complet nous avions désormais reprit notre route, Nasso et moi a dos du rhino-komodo tandis que Fira montait la chevautruche. Nous commençâmes alors notre course en direction de la capitale, de nombreux jours de voyages se dessinait devant nous et pourtant la motivation était au rendez-vous.
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Sam 10 Sep 2011 - 12:33

Les discussions ne coulaient pas à flots entre Fira et les deux amis et cela faisait plusieurs heures qu'ils avaient quitté le Lion d'or. La chevauchée vers le sud était facilité par une vaste plaine s'étendant entre deux grands massifs à l'Est et à l'Ouest et du Lion d'or sur les bords de la mer du Nord aux rives de la mer intérieure. Le groupe pouvait ainsi se permettre une allure bien plus grande que celle des jours suivant où il serait contraint de longer de grands massifs côtier et très rocailleux.

Jusqu'à leur halte pour reposer les bêtes et eux-même se restaurer pour le déjeuner, Fira n'avait cessé de faire quelques pitreries sur le dos de sa chevautruche cavalant, bien qu'ayant grandi dans la rue, elle semblait avoir développer son équilibre comme une artiste de cirque, peut-être était-elle passé par la pour se faire quelques sous dans sa jeunesse. Le but de ces derniers numéros n'étaient pas très clair, souhaitait-elle divertir? Séduire? S'intégrer au groupe? Ni l'un ni l'autre ne le savait mais il fallut avouer qu'elle s'était démené pour obtenir un léger sourire des deux amis de longues dates.

Une fois les animaux libérés de leur poids et attachés de façon à leur laisser la liberté de brouter l'herbe verte malgré tout, Kalae et Nasso commencèrent à installer le "camps" comme ils en avaient l'habitude dans leurs précédentes aventures ensemble, Nasso avait rassemblé du bois et fait un feu tandis que Kalae s'était affairée à concocter un met avec les ingrédients à sa disposition dans leurs affaires et les plantes locales, bien que dans le cas de ces dernières, elle était assez restreinte, ne connaissant pas la majeure partie de ces dernières. Fira, de son côté, s'était adossée contre un arbre à l'ombre et observait ces deux compagnons fourmiller et les animaux se nourrir.

" Fira, tu pourrais nous aider, s'il te plait? " Demanda poliment Kalae avec un sentiment d'exaspération de voir ce genre de gens désinvolte.
" Non, je vois que vous débrouillez très bien sans moi alors je vois pas pourquoi... " S'exclama-t-elle comme si elle était une princesse qui se faisait servir.

Nasso qui était repartit chercher du bois en grande quantité, n'en entendit rien et Kalae pesta intérieurement contre cette jeune femme qui profitait de ses connaissances pour les tenir en otage. Lorsque l'homme revint, il semblait avoir vu les choses un peu en grand. Tenant dans un bras une grosse quantité de bois et dans l'autre une sorte de phacochère mort ou agonisant croisé par hasard dans les bois portant une trace de brûle laissant deviner la façon dont le maitre du feu avait agit.

" Fira! Tu peux m'aider? " Demanda-t-il.
" Bien sûr! " Dit-elle en s'arrachant de son arbre.
" Merci, c'est très aimable. " Dit-il une fois libéré du bois que Fira avait récupéré.
" Mais de rien. " S'exclama-t-elle gaiement avant d'adresser un sourire de peste à Kalae.

À ce moment là, Kalae eut une envie soudaine de l’étriper, elle ne savait pas vraiment pourquoi mais cela était plus fort qu'elle. Fira agit ainsi tout le reste de leur halte en présence du maitre du feu, elle était des plus serviables et même avec Kalae. Cette femme avait un don, celui de faire rager la personne de son choix et elle avait décidé d'en user contre la sublime et agréable maitresse de l'eau à laquelle Nasso accordé tant d'importance.

Le maitre du feu s'occupa durant toute la durée de la cuisson du plat concocter par Kalae de préparer les morceaux comestibles du phacochère afin de pouvoir les conserver jusqu'au repas du soir. Les restes de la bête seraient laissés pour tous les charognards des environs, dans moins d'une semaine il n'en resterai rien et afin que pendant cette durée, il ne gène personne, le maitre du feu les mis à l'écart de la route.

Constatant que Kalae semblait perturbée, Nasso vint discuter avec elle en privé en tentant de la rassurer.

" Ça va? Ne t'inquiètes pas, on va la retrouver ta famille, les Huangs devront répondre de leurs actes s'ils sont les responsables. Je te le promet, d'une façon ou d'une autre. "
" Je sais cela! C'est jusque... "
" Que? " Demanda le maitre du feu en la regardant de ses yeux émeraudes.

La maitresse de l'eau inondée par l'attention que lui portait le maitre du feu était comme hypnotisé et ne pouvait plus rien dire, plus rien penser et ses joues devinrent rougissante. Quand le maitre du feu la regardait ainsi, elle ne pouvait se l'expliquer mais c'était comme si plus rien ne comptait et elle ne souhaitait jamais voir cet instant s'achever. Le visage du maitre du feu agit pourtant d'une façon différente des autres fois, le cœur de la maitresse de l'eau tressailli et alors qu'elle avait l'impression qu'il allait sortir de sa poitrine, le visage de Nasso se rapprochait toujours davantage d'elle.

* Que..? Quoi...? Qu'est-ce...? * Pensa la jeune femme qui était totalement confuse.

Les lèvres du maitre du feu étaient si proches qu'elle pouvait en sentir la chaleur.

" AHHHHHHHHHHHHHhhhhhhhh " Hurla Fira provocant le détour de l'attention du maitre du feu vers l'origine du son alors que la jeune femme attendait toujours que le maitre du feu achève ce qu'il semblait avoir entreprit.

Fira qui n'était pas à portée de vue depuis que le maitre du feu et la fille de l'eau s'étaient isolées continua son hurlement quelques temps, jusqu'à l'arrivée de Nasso qui avait laissé Kalae sur place avant qu'elle ne le rejoigne à son tour.

" Qu'est-ce qu'il y a Fira? " Questionna inquiet le maitre du feu.
" J'ai perdu ma brosse!!! On est foutu! " Dit-elle en regardant le maitre du feu comme si la fin du monde était proche.

Elle déposa de nouveau son regard sur son sac, toujours en trifouillant dans ses affaires et subitement un éclair de lucidité l'atteind.

" Ah non! C'est bon, je l'avais laissé dans l'autre sac accroché à la scelle de la chevautruche. Fausse alerte! " Dit-elle avec le sourire et se frottant l'arrière de la tête.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Dim 11 Sep 2011 - 16:39

Les lèvres de Nasso étaient si proches qu'il était possible de sentir son léger souffle. Totalement troublée, je le laissais s'approcher sans véritablement comprendre, paralysée par ses yeux si clairs qui ne m'avaient quitté. Cette chaleur qui avait envahit ma poitrine procurée par ses battements bien trop rapides n'était pas désagréable, il ne s'agissait là que d'un mélange entre une certaine impatience et cet émoi incontrôlable mêlé à cette surprise si soudaine.

Ma respiration s'était arrêter quelques instants, alors que mes yeux s'étaient doucement fermés sans que je m'en rende réellement compte; attendant de recevoir le baiser du maître du feu.

-AHHHHHHHHHhhhhhhhhhhh!! Retentit soudainement dans la vallée.

Le hurlement avait été aiguë et prolonger, il avait été possible de reconnaître la voix de Fira, aussi était-elle peut-être en danger?
Alors qu'un simple petit espace nous séparait, nous avions tout deux tressaillit lorsque ce cri brisa le silence de la plaine qui nous avait permit d'entendre l'espace d'une seconde, lorsque nous fûmes assez proche, le souffle de l'autre, de sentir sa chaleur.

Un sursaut nous ramena à la réalité tout et éloigna Nasso qui détourna la tête. Pensant que notre nouvelle camarade de voyage était en danger l'homme s'élança en arrière pour partir au secours de celle qui allait nous permettre d'entrer chez les Huangs.

Voyant le maître du feu s'enfuir ainsi alors que je n'attendais qu'une seule chose réussit a me faire baisser les yeux en même temps que je poussais un léger soupire comme pour expirer toute l'air après une longue apnée. Tandis que le maître du feu avait rejoint Fira , il me fallut quelques instants supplémentaires pour reprendre mes esprits.

*Il... il a essayer... de m'embrasser... ? *

Cette pensée fit maître à nouveau une teinte rouge sur le haut de mes joues. Essayant de la chasser en secouant la tête je m'étais à mon tour élancé pour retrouver la demoiselle qui avait pousser ce hurlement d'horreur. Arrivant en trombe, une main sur la gourde attachée a ce pantalon court rouge qui s'arrêtait un peu en dessous du nombril.

-Tout va bien?! Demandais-je le regard aux aguets alors que les deux natifs de la nation du feu étaient calme.

Nasso se retourna d'un air dépité presque agacé par la demoiselle qui avait hurler au loup et donc il pensait venir en son secours, alors que ce n'était que pour une stupide histoire de brosse à cheveux perdue. Il s'en retourna en levant les yeux au ciel en déposant rapidement un regard sur moi. Lorsqu'il croisa mes yeux bleus il détourna le regard se souvenant de ce qui aurait pu se passer. Pourquoi avait-il agit ainsi? Comment aurions nous régit si ce qu'il avait entreprit aurait aboutit? Qu'est ce qui l'avait pousser à s'approcher autant si soudainement? J'aurai aimer le savoir, l'entendre de ses propres mots et même, ne pas avoir été interrompu par Fira.

*Quoi? * Pensais-je en rougissant à nouveau. * Si j'aurai aimer qu'il m'embrasse c'est que... non non, ce n'est pas possible *

Une chaleur envahit alors mon cœur soupirant. Oui peut être bien que ce besoin d'être avec lui, ce réconfort et cette protection que je ressens si souvent en sa présence trahissais mon cœur amoureux?

-Qu'est ce que tu as? M'extirpa Fira qui me voyait planté sur place, plongée dans mes pensées.
-Hum? Fis-je en revenant à moi et en lui laçant un regard perdu.
-Ça va bien?
-je... heu... oui! Répondis-je en tournant rapidement des talons pour revenir au travail qui m'attendait.

Malgré toute cette agitation, le repas fut prêt rapidement grâce au travail « d'équipe » dont nous faisions part. Fira avait été fidèle a son poste et avait passer son temps à attendre que tout lui tombe dans le creux de la main. Depuis le repas tout semblait se dérouler comme si de rien n'était, le maître du feu agissait normalement et dévorait son plat avec appétit tandis que Fira monopolisait la parole en nous racontant une vieille histoire dont elle était le personnage principal où comment elle avait réussit à échapper toute une garde alors qu'elle avait du voler un marchant pour subsister à ses besoins.
La demoiselle narrait son roman avec de grands gestes pour accompagner ses paroles et haussait instinctivement la voix, aussi bien que par moment l'entendre parler devint un supplice.

A plusieurs reprise mon regard se déporta sur Nasso qui écoutait parler la demoiselle du feu tout en mangeant. Alors la scène que nous avions vécu plus tôt réapparut en tête, ainsi semblais-je être la seule à avoir été autant affectée? Tout ceci n'avait aucun sens et pourtant c'était le cas, peut être l'homme s'était-il simplement laisser emporter, peut-être s'agissait-il d'une « erreur »...


Nous ne tardâmes pas à reprendre la route, encore quelques jours de voyages nous attendait et le temps était compté puisque les Huang avaient fixé une date quant à leur réception. Fira remonta sur sa chevautruche avec énergie tandis que Nasso et moi nous étions installé calmement.

Le voyage dura jusqu'au soir où nous avions dormit à la belle étoile. Fira dormait souvent la tête posée sur le ventre de sa chevautruche qu'elle avait rapidement apprit à apprivoiser, elle réussit à s'endormir sans couverture, habituée depuis maintenant longtemps à dormir tel quel. Le rhino-komodo se blottissait souvent à l'écart, ayant besoin d'espace et sa masse étant trop dangereuse pour ceux qui pouvaient dormir à coté au risque de se retrouver écraser. Malgré cela, l'animal ne semblait pas souffrir de ces mises à l'écart durant la nuit puisqu'il s'endormait aussitôt, épuisé de ses jours de courses.

Nasso avait prit dans ses affaires accrochées à la selle de son animal une petite couverture, il la déplia tout en annonçant qu'il l'avait prit pour nous deux, pensant qu'il serait plus agréable de sentir quelque chose sur soi durant son sommeil. Nous nous couchâmes l'un a coté de l'autre, afin de pouvoir nous partager la couverture qu'il avait rapporter du domaine.
Décidément le maître du feu avait bel et bien reprit un comportement qui semblait normal.

-Heu Nasso.... Murmurais-je alors que nous venions de nous cher depuis une longue minute.
-Oui? Répondit l'homme en tournant son visage vers moi.
-...Non rien.

Ce n'était rien il fallait croire, oui c'est tout ce que s'était...
C'est bercé par le scintillement des étoiles que peu à peu nous disparûmes dans le monde des rêves.,

Les jours suivants se déroulèrent dans une bonne entente peu à peu tout redevint à la normal, et la confiance s'était peu à peu installé avec Fira, bien qu'elle gardait de temps à autre son coté peste qu'elle jouait à merveille. Elle était toujours aux services du maître du feu qu'importe son problème elle se tenait à sa disposition, son comportement avait réussit à faire naître en moi une certaine forme de méfiance face à cette demoiselle. Quel était son but? Juste me faire tourner en bourrique? S'amuser? Séduire? Son attitude ne me plaisait pas du tout, mais le maître du feu ne semblait voir en elle qu'une simple camarade de voyage serviable et non une joueuse.


La capitale de la nation du feu ne tarda pas à apparaître au loin un début d'après midi. Très vaste et toujours aussi luxueuse, la ville brillait de toute sa richesse et de toute sa vie. Notre allure ralentit progressivement, les bêtes sentaient alors que bientôt nous serions arrivé à destination et que bientôt elle bénéficieraient d'un repos bien mérité.

-Bien et maintenant Fira? Demanda Nasso en se tournant vers la jeune femme.
-Les Huangs habitent dans le centre de la ville, on ne peut pas manquer leur demeure qui sont en plus annoncer puisqu'ils brandissent fièrement leur blason en forme de dragon sur un drapeau au fond rouge. Ne vous en faites pas, les trouver sera un jeu d'enfant, mais rentrer sera bien plus compliquer, fort heureusement cette réception va jouer en notre faveur. Je vous expliquerai tout ça un peu plus tard, le moment venu, après tout nous avons encore toute l'après midi pour en parler.
-Tu comptes alors nous parler de ton plan au dernier moment? Je ne sais pas si c'est très réfléchis...
-Je vais vous en parler ne soyez pas impatient! Grogna Fira, mais avant, il devient important de prendre un bain, nous avons passer plusieurs jours en pleine nature et je ne pense pas que se présenter ainsi aux Huang ferra l'affaire... Avez vous déjà essayer les thermes de la capitale? Demanda t-elle d'une voix légère presque innocente, comme pour nous faire sous-entendre que c'est là bas qu'elle désirait se rendre.
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Dim 11 Sep 2011 - 19:05

Tout ce qu'avait expliqué Fira au sujet des Huang et de leur demeure, Kalae en avait déjà connaissance, elle les avait déjà rencontré en ces maudits lieux où elle s'était vu rejetée par ce qu'il lui restait de sa famille biologique. Quand à la réputation et l'emblème de cette famille, elle n'était plus à faire, c'est pourquoi entrer dans l'une de leur soirée exprimé d'ordinaire être de la très haute société. Le service de sécurité ne serait certainement pas en reste ce soir-là ainsi réussir à entrer en contact et isoler les Huang ne serait certainement pas une mince à faire.

La proposition de se rendre aux sources thermales de la ville fut accepté de tous, se nettoyer, sentir bon, ils ne rêvaient tous que de ça. Avant de partir du domaine Lumens, Nasso avait eu l'idée de prendre un costume très habillé dans ses affaires en ayant connaissance que les Huang étaient sûrement impliqués et qu'il faudrait en conséquence les rencontrer. Ainsi l'homme se changerait immédiatement après s'être lavé dans les eaux chaudes et relaxantes des thermes. Nul doute que Fira ferait encore chantage pour obtenir de quoi se vêtir pour le soir venu. Seul, Kalae restait un mystère pour le maitre du feu, avait-elle prit de quoi se vêtir? Dans le cas contraire, ce serait avec plaisir qu'il lui achèterai de quoi se présenter à la soirée de ses grand-parents qui ne l'avaient pas invité et qui n'aimeraient certainement pas la voir faire irruption dans cette dernière.

Une très légère brise régnait sur les flancs de la capitale dont le centre était un cratère colonisé. C'est sur ses flancs que se trouvait l'établissement préféré de Fira et où elle mena le groupe en un rien de temps. La capitale qui avait prospéré avant, pendant et après la guerre n'avait cessé de grandir jusqu'à devenir un flot continu de bâtiments d'habitation, de commerce ou autres activités jusqu'à la côte ou se distinguaient le port militaire et le port civile.

Les Rhino-komodos des visiteurs étant interdit à l'intérieur de l'enceinte du cratère, pour raison de sécurité et régulation des flux, Nasso s'était arrêté à quelques pas de l'établissement choisis par Fira pour déposer les deux montures pour la nuit afin qu'elles trouvent tout le repos qu'elle méritait. L'aubergiste qui possédait l'étable accueilli les bêtes avec attention et semblaient aimant envers les bêtes. Deux chambres réservées pour y déposer le gros de leurs affaires, Nasso quittait l'établissement en compagnie des deux femmes, on ne peut plus rassuré pour ces créatures.

Dans la rue, avec le minimum d'affaire, Fira, Kalae et Nasso se rendirent à l'établissement choisi par cette première, il ne portait pas de nom et ne payait pas de mine extérieurement mais il semblait d'une taille relativement importante. Mis à part pour Kalae pour laquelle les thermes serait une nouveauté, tous avait déjà fait l'expérience et eut moult occasion de la renouvelée.

À l'entrée, ce n'est non pas le propriétaire de l'établissement qui nous accueilli mais un enfant derrière un comptoir, dans l'attente de clients, il s'était imaginé maitre du feu combattant violemment les ennemis de la nation et se tortillait ainsi dans tous les sens. Fira fut la première à s'approcher du comptoir et c'est sans gêne qu'elle interrompit l'enfant dans son délire.

" Salut petit! Où est ton père? " Demanda-t-elle comme si elle le cherchait.
" Je ne suis pas pe-tit! " Dit-il en croisant les bras. " Il est pas là! Il m'a dit de m'occuper des clients pendant ce temps. " Continua-t-il tout en conservant ses bras boudeurs.
" Effectivement tu es très grand pour avoir de pareilles responsabilités! " S'exclama Fira espérant entrer dans les bonnes grâces du petit, elle ne semblait pas avoir de mal à complimenter les gens.
" Ça fera 75 pièces de cuivres pour vous trois! " Dit-il sèchement brusquant un instant la femme des rues.
" 75!! Mais tu sais, ton papa d'ordinaire se montre toujours très conciliant avec moi. " Répondit-elle en prenant une voie extrêmement douce et en approchant son visage de l'enfant. " Que dirais-tu d'un petit bisou en échange de notre passage? "

À sa façon de commercer, il était évident que la jeune femme n'en était pas à son premier coups d'essai.

" J'en veux pas!!! Moi je veux 75 pièces de cuivre! C'est nul les bisous! " Rétorqua l'enfant toujours aussi sèchement.

Kalae et Nasso ne purent s'empêcher d'avoir un rire étouffé en constatant que le petit n'était pas aussi sensible à son charme qu'elle ne l'espérait. Fira remarqua rapidement cette moquerie et s'approcha de Nasso dans une marche sensuelle.

" Eh bien, je vous laisse vous en charger, après tout c'est pour vous qu'on fait ça! " Termina-t-elle avant de se diriger vers les vestiaires laissant en face de Nasso un enfant avec un regard extrêmement méfiant qui n'attendait que son dû, surtout depuis que la femme qui avait précédemment négocié s'en était allé aux vestiaires sans payer.

Le maitre du feu vint au comptoir et sans chercher une quelconque négociations, l'homme déposa sur ce dernier une pièce d'argent. L'enfant mima les gestes qu'il avait l'habitude de voir exécuter par son père et après avoir essayé de la tordre avec les dents rendit la monnaie assez aléatoirement. Nasso recompta derrière lui et ne souhaitant pas que l'enfant soit battu par son père en découvrant l'erreur de l'enfant, il lui rendit la monnaie superflu. Kalae reconnaissait bien là le maitre du feu qu'elle appréciait tant.

De son côté, Fira attendait les deux amis à côté des vestiaires, chose rare, ils étaient personnels et donnaient accès à l'un ou l'autre des côtés en fonction de l’écriteau homme ou femme affiché sur chacune des cabines de façon à ce qu'aucune erreur ne soit possible. Lorsqu'ils arrivèrent au niveau des vestiaires, Fira se fit un plaisir d'orienter ses deux compagnons d'aventure en leur expliquant le système du coin avec un léger sourire en coin. Elle semblait satisfaite, sûrement d'avoir une nouvelle fois fait payer sa place par le groupe dont elle vivait à présent au dépend.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Dim 11 Sep 2011 - 22:06

L'expérience des bains était une première pour moi, puisque durant mes anciens voyages, jamais encore je n'avais prit le temps de passer quelques petits moment dans ce genre d'établissement.

Bientôt, la rencontre avec les Huang serait inévitable, et même si elle était essentielle, cette nouvelle rencontre avec eux arrivait à me procurer une certaine angoisse, revoir ces gens qui avaient été si dur et violent envers moi et les affronter serai une nouvelle épreuve qui allait encore une fois demander beaucoup de courage.
Allez chez eux alors qu'il y aurait une réception voulait surement dire infiltration... du moins c'est ce que j'avais supposer puisque Fira se refusait encore d'avouer son plan pour entrer dans la demeure Huang. Comme si le hasard avait bien fait les choses, au moment du départ j'avais mis dans le sac du maître du feu, le petit paquet qui provenait de la boutique Shaar et dans lequel était proprement plié une fine robe que j'avais acheter pour mon propre plaisir au royaume de la terre.

La clientèle n'était pas bien grande dans ces thermes, peut-être bien parce qu'il s'agissait d'une heure creuse, cela aurait qui plus est expliqué l'absence du maître des lieux et le fait qu'il se permette de laisser son établissement entre les mains de son enfant. Après avoir remercier le maître du feu pour avoir payer de sa propre bourse notre entrée, nous nous étions diriger vers les vestiaires où
Fira nous attendait avec un léger sourire satisfait en coin, les bras croisés et adossée contre une des portes où était accroché un petit panneaux.

-Merci beaucoup Nasso! Dit-elle d'une voix sucrée sans ôter son sourire.
-Avec plaisir. Répondit simplement Nasso d'une voix aimable.


L'heure de se changer était arrivée et c'est de manière curieuse que j'entrouvris timidement une porte, où l'écriteau « femme » était accroché, pour pouvoir examiné l'intérieure.

-Qu'est ce qu'il y a? Se moqua Fira. Tu n'as jamais vu un vestiaire?
-Heu, ben c'est a dire, pas des comme ça. Non. Répondis-je en refermant la porte rapidement. Nous n'avons pas ce genre d'établissement au Pôle Nord.
-Mais dans quel pays vivez vous?! S'étonna la demoiselle sur un ton insultant.
-Ce n'est pas grave! S'imposa Nasso en posa sa main sur mon épaule et pour prendre ma défense. Nous lui expliquerons.

Le maître du feu prit alors la peine de m'expliquer dans les détails et patience la chose à faire, il précisa que tout ce qui était nécessaire était déposé a l'intérieur et qu'il s'agissait principalement de serviette et de petit casier pour pouvoir ranger ses vêtements et qu'il suffisait d'ouvrir la seconde porte pour pouvoir avoir accès aux bain destiné aux dames.
Durant ce temps Fira disparut dans un des petits vestiaires destiné aux dames, sans même nous attendre.

Lorsque Nasso finit de tout expliquer, rien ne semblait finalement très compliqué. Nous nous séparâmes alors l'espace d'un instant, lui entra dans un vestiaire voisin pour homme sans se douter qu'il allait être victime d'une mauvaise farce de notre nouvelle amie de route qui devait sûrement être déjà dans l'eau chaude du bain.
Une fois dans un vestiaire destiné aux dames, ma tenue de la nation ne fut pas bien compliquée à retirer, l'élastique qui tenait mes longs cheveux fut retiré pour pouvoir cacher le tatouage encré dans mon dos nu, en effet il aurait été risqué de le laisser à porter de vu. Après avoir simplement mit une petite serviette autour de la taille, j'étais sortis rapidement de la petite cabine.

Comme je l'imaginais, Fira était déjà dans l'eau des bains qui avait une couleur prise entre le blanc et le crème puisque l'eau avait été mêlée à un savon doux et qui ne permettait pas de voir le corps des baigneuse en transparence.
Sa serviette déposée sur le rebord de l'eau, elle avait fermer les yeux et affichait un air détendu, elle ne m'entendit même pas entrer malgré le calme qui régnait dans la pièce en effet seule une autre cliente semblait s'être endormit bien plus loin au fond de la pièce, il n'y eut donc qu'un léger bruit d'eau qui parcourais la grande pièce décorée à la japonaise.

Alors que je m'approchais du rebord tout en maintenant toujours la serviette blanche en maintenant la main sur la poitrine au niveau du noeud pour pouvoir par la suite y entrer, la porte d'un des autres vestiaires s'ouvrit. Instinctivement mon attention fut détournée de l'eau pour se poser sur la nouvelle venue, ou plutôt le nouveau venu. * Na...Nasso?*
Mon regard se figea de surprise lorsque ce fut le maître du feu qui apparut dans la salle d'un air naturel.
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Lun 12 Sep 2011 - 19:32

Le maitre du feu, serviette couvrant les parties intimes, se déplaçait d'un pas léger et détendu, ne se doutant nullement qu'il venait de pénétrer dans l'enceinte réservé aux femmes. La maitresse de l'eau remarqua l'entrée du maitre du feu avant qu'il ne s’aperçoive de son erreur. Prise par surprise, elle restait muette alors que le maitre du feu se rapprochait des bains sans avoir remarqué sa présence à cause des vapeurs environnantes.

Ce n'est qu'au moment de mettre un premier pied dans l'eau que l'homme tourna la tête pour observer davantage les lieux, un rapide balayage de la zone, le décor était très zen, une femme, de la vapeur et de la chaleur. Après avoir analysé tout ces éléments, un lui revint plus rapidement en tête: *Une FEMME*

Le maitre du feu tourna de nouveau la tête vers l'endroit où il avait localisé la jeune femme et retrouva Kalae toujours planté là. Que pensait-elle? Elle qui n'avait pas l'habitude de ce genre de lieu était-elle surprise en croyant les lieux mixte?

" Kalae?! " Questionna l'homme en remarquant la présence de la jeune femme dans ce qu'il croyait être l'enceinte des hommes.

La voix du maitre du feu arriva aux oreilles de Fira qui fit mine de n'avoir rien entendu tout en affichant ce sourire satisfait qu'elle aimait orner. La femme déjà présente et assoupie dans l'eau quant à elle était toujours dans son état léthargique.

" Qu'est-ce que tu fais chez les hommes? " Dit-il extrêmement surpris.
" Moi? Mais euh... " Commença Kalae aux joues teintées de rouge d'être ainsi présentée devant le maitre du feu lui même très peu vêtu. " C'est les femmes ici! Regarde Fira est déjà là. " Reprit-elle en pointant la fille du feu.

Le maitre du feu détourna son regard de la fille de l'eau dont il n'avait nullement remarqué sa teinte se roser pour le poser sur la cible du doigt de la jeune femme, Fira. La jeune femme, en entendant son prénom détourna la tête jusqu'à apercevoir le maitre du feu.

" AAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHH! " Hurla-t-elle d'une voix aigüe tout en mimant un mouvement de panique la projetant en arrière tout en conservant malgré tout son corps dans l'eau.

Le maitre du feu ne comprenait plus rien, il se souvenait bien avoir choisi la première porte "homme" qui s'était dressé sur son chemin, il ne pouvait pas s'être trompé, qu'est-ce que cela signifiait? Alors que Fira l'insultait d'être une personne qu'il n'était pas et lui faisait comprendre qu'il n'était pas le bienvenue dans les bains des femmes, Kalae restait quelque peu déconcerté. Ce n'était pas le genre de Nasso que de violer l'intimité des femmes.

Après s'être excusé et avoir quitté la salle dans la confusion la plus immense, tandis que Fira déplorait prétention du maitre du feu et que Kalae se demandait encore ce qui avait bien pu traverser la tête de son ami de longues dates, la femme au fond du bassin n'avait depuis la crise de Fira eut qu'une seule réaction: ronfler. Rien de plus dérangeant pour se relaxer que des ronflements forts et profonds, pire que cela, il ne semblaient pas humains. Fira se dirigea vers la jeune femme et maintenant que le maitre du feu avait quitté les lieux, n'hésita pas à sortir de l'eau pour y retourner dans un grand fracas qui aspergea la personne d'eau mettant ainsi terme à ses bruits. Le bassin n'était pas bien profond et cette attaque non chirurgicale laissa quelques séquelles à la fille du feu pendant plusieurs minutes.

Le maitre du feu expulsé plus tôt, c'était chargé de ses affaires dans un bras et changea de cabine, bien sûr, par acquis de conscience, il examina la porte de son ancienne qui indiquait bel et bien "homme". Le maitre du feu supposa l'erreur provenant de cet établissement qui mis à part ses bains très bien décoré, manquait de goût pour tout ce qui était intérieur et extérieur.

Une fois ses affaires installées dans une autre cabine, bien plus profondément dans le long couloir, de façon à ne pas retomber sur une erreur similaire, le maitre du feu pénétra dans la nouvelle enceinte. Des hommes de moyennes conditions discutaient de temps à autres d'affaire ou de leur famille. Ils semblaient des habitués des lieux et Nasso ne chercha pas à en savoir davantage sur ces derniers, il profita essentiellement des bains pour se défaire de ces jours de voyages puis s'autorisa quelques longues minutes juste pour le plaisir de profiter.

Lorsqu'il sortit des vestiaires, vêtu à présent de ses vêtements de bonne condition et pouvant rivaliser avec les plus nobles tissus, le maitre du feu qui ornait une veste noire aux coutures dorées accompagné d'un pantalon dans la même teinte. Ces deux couleurs avaient pour avantage de se marier à ses cheveux et de mettre ainsi en valeur ses yeux d'une couleur émeraude. L’emblème du feu était représenté au même endroit que sur le gros manteaux qu'il avait porté au pôle nord et qui s'était d'ailleurs retrouvé dans un état pitoyable après cette escapade.

L'homme était à première vue le premier sortit, les demoiselles devaient sûrement apprécier ces bains, Kalae qui n'en avait encore jamais fait l'expérience devait être totalement conquise, en tout cas, c'est souvent l'effet que cela procure aux fils et filles du feu lors de leur premier bain dans une source thermale.

" Alors petit coquin, c'est comme ça qu'on se comporte avec les dames? Heureusement que nous avons un objectif en commun. " dit-elle en sortant la première des vestiaires alors qu'il les attendait au niveau de l'accueil. " Si tu voulais voir, fallait juste demander poliment. " Rajouta-t-elle en lui chuchotant à l'oreille.
" C'était une erreur! L'écriteau homme a été positionné sur une mauvaise porte! " Se défendit Nasso ignorant les derniers dires de la fille du feu.
" C'est cela oui! "
" Je... " L'homme commença avant de rester bouche-bée lorsque la maitresse de l'eau refit son apparition dans sa tenue des ateliers Shaar, elle n'était que pure splendeur, ses courbes délicieuses collaient parfaitement à cette dernière. C'était indescriptible, l'homme était sous le charme et voyait la maitresse de l'eau se déplacer dans un slow motion sans même réaliser qu'il s'était arrêté de parler.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Mar 13 Sep 2011 - 22:36

Avant de quitter les lieux dans lesquelles nous avions déposer les animaux et nos affaires, Nasso avait prit soin d'emporter avec lui son costume et eut également le temps de me remettre ce mystérieux paquet en provenance de la boutique Shaar. Sagement rangé il attendait dans les vestiaires mon retour.

Une bonne heure après l'intrusion de Nasso dans les locaux des femmes, Fira et moi ne tardâmes pas à sortir. Aujourd'hui avait été ma première expérience des thermes de la nation du feu et pour tout avouer rien n'y était désagréable. Se détendre dans une eau chaude et savonneuse tout en bavardant de chose communes avec des inconnues l'espace d'un instant comme si nous étions des amies de longues dates.
Malgré cette ambiance sympathique et sans danger en apparence, à plusieurs reprises il m'était arrivé de surveiller que mes cheveux camouflent bel et bien la marque encrée dans mon dos en passant discrètement la main dans celui ci.

Lorsque nous décidâmes finalement de sortir Fira s'en alla rejoindre son vestiaire, serviette autour de la taille, avant que je ne l'imite à mon tour.
Revenue dans la petite cabine individuelle, et après m'être séché à l'aide des serviettes misent à disposition. Une fois cela fait, le petit paquet fut déballer soigneusement et un long et fin tissu fut délicatement sortit, mieux valait déjà ce vêtir pour ce soir, le soleil ne tarderai pas à se coucher.

Quand le tissu de couleur bleu nuit et légèrement pailleté fut extirpé avec douceur, la silhouette de la robe bustier se dessina délicatement. Elle fut enfiler sans réelle difficulté et vint alors se coller au corps afin de mettre en valeur la silhouette de sa propriétaire. Dénudant entièrement les épaules et arrivant jusqu'au pieds toujours dans un léger ton pailleté mêlé à la couleur de la nuit, il me fallut mettre de petite chaussures fines qui avait été de paire avec la robe pour être légèrement sur-élevée d'à peine quelques petits centimètres.

Fira fut prête quelques instant avant moi et avait déjà rejoint le maître du feu à l'entrée des thermes alors qu'elle le taquinait, si cela pouvait vraiment être appeler ainsi, une nouvelle fois.
J'étais sortis finalement, les cheveux lâches toujours dans le même but de masqué le blason Huang sur ce dos nu plongeant que dessinait la robe.
Le maître du feu avait lui aussi eu l'idée d'enfiler d'ors et déjà un costume d'un noir éclatant aux bordure dorées. Il se tenait droit et dégageait un charisme intimidant, vêtu ainsi il aurait très bien pu être confondu avec un homme d'une très haute importance au sein de la nation. Ses yeux verts ne me quittaient plus et me suivaient intensément, quelque chose d'étrange luisait en son regard émeraude sans pour autant que je n'arrive à en distinguer réellement la signification puisque je me trouvais encore à une trop longue distance de mes deux compagnons. Mais ce qui était certain, c'était que le maître du feu il était tout simplement élégant et séduisant.

-Hoho! Fit Fira en posant une main sur sa hanche d'un air exagéré. Mais c'est que Kalae nous sort ses airs de grandes dame de la nation du feu. Et voilà maintenant que je suis la seule d'entre nous à ne pas avoir une tenue correcte! Il faudra remédier à ça mon cher Nasso.... Dit-elle de sa plus douce voix.
-Hum? Marmonna Nasso en sortant de ses rêveries. Oui, oui... Répondit-il finalement sans vraiment avoir le choix.
-Oh! S'exclama soudainement la demoiselle en s'examinant avant de s'enfuir. Ma chaine a du rester aux vestiaires, je reviens!

La demoiselle du feu nous laissa ainsi Nasso et moi seul l'espace d'un instant face à face. Un petit temps se passa avant que l'un de nous deux ne dédaigne prendre la parole, comme si se parler avec précipitation aurait été d'avouer quelque chose.

-Je.. J'espère ne pas avoir mal choisis. Commençais-je timidement en examinant ma tenue de soirée. Enfin, que ce n'est pas trop.
-Non, non! Répondit automatiquement Nasso. Tu es sublime...

Un doux sourire se dessina au coin de mes lèvres avant que je ne baisse les yeux vers le sol, impossible de soutenir d'avantage le regard perçant du maître du feu totalement intimidée. L'homme approcha alors délicatement sa main pour saisir la mienne avec toute la tendresse du monde avant de l'apporter a ses lèvre et d'y apposer chastement un baiser sans relâcher son regard du miens.

-Une véritable dame.

Pour la première fois depuis longtemps, le maître du feu réussit à apercevoir mes joues rougir doucement sans pour autant que le sourire ait quitté mes lèvres.

-Je l'ai! Lança sauvagement Fira en brisant rapidement l'étrange ambiance qu'il s'était formé l'espace d'un instant avant de nous agresser avec son plan. Bon si on veut entrer chez les Huang ce soir y'a pas beaucoup de solutions, soit entrer par effraction, ce qui serait stupide étant donner la garde qui patrouille les couloirs de la demeure et le jardin en entier, ou alors; et là est l'idée que je propose, nous mêler aux inviter et réussir à isoler le vieux couple de noble sans éveiller aucun soupçons.
-Aucun soupçons? Ça risque de ne pas être évident, nous allons devoir être irréprochable.
-La séduction, la ruse et la comédie devront être au rendez-vous chérie. Finit-elle en me lançant un clin d'œil.
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Mer 14 Sep 2011 - 21:31

Là était donc l'idée de Fira, se mêler aux inviter? Si son plan d'entrer n'était que cela, sa venue n'était pas nécessaire, Kalae et Nasso aurait été assez intelligent pour y songer, il faut dire que le maitre du feu avait mis beaucoup d'espoir dans la nouvelle membre de leur groupe, bien que sceptique au départ, il avait espéré qu'elle allait apporter au groupe une réelle solution, peut-être pleine d'audace mis bien plus qu'un plan aussi sommaire.

" Et c'est tout? C'était là ton plan? Tu crois vraiment qu'il n'y a pas un contrôle à l'entrée, en général, il faut une invitation et à moins que tu n'en ai avec toi... " Prononça le fils du feu.

La femme face aux propos remettant en cause son utilité afficha une petite mine triste comme si elle se sentait rejetée, telle l'orpheline qu'elle avait été dans son passé qu'elle leur avait conté. Jusqu'à se demander si l'homme n'avait pas été trop dur, néanmoins, Kalae semblait comprendre la remarque du fils du feu, d'autant plus qu'il avait déboursé une certaine somme d'argent pour qu'elle les accompagne et qu'il s’apprêtait à lui payer une robe de soirée. Puis après avoir laissé mijoté plusieurs longues secondes, elle afficha un sourire en coin et trifouilla sans gène dans son décolleté.

" Tu parles de ce genre de choses? " Rétorqua-t-elle avec beaucoup de malice tout en exposant sous le nez du fils du feu et de la fille de l'eau quatre invitations.
" Mais!!! Comment? " Dit interloqué le maître du feu.
" Où as-tu eu ça? " Questionna à son tour Kalae.
" J'avais dit que je vous ferez rentrer, je tiendrai ma part du marché et vous la votre. Après, je n'ai pas à me justifier de mes sources. " Se justifia-t-elle.

Il est vrai que c'était l'essentiel mais la provenance de ces invitations laissé Kalae et Nasso quelque peu perplexe, sachant le manque de moral de la jeune femme, jusqu'au avait-elle bien pu aller pour les obtenir? Séduction? Corruption? Meurtre? Toutes les pistes étaient libres à l'imagination de nos deux amis.

" J'avais prévu d'aller à cette soirée bien avant de vous rencontrer. J'avais prévu large en invitation pour le cas où je trouverais des alliés ou pour un simple troc. Estimons-nous heureux que je vous eusse trouvé avant de les échanger. " S'exclama Fira.
" Oui! Une chance! " Dit Kalae avec le sourire, soulagée de savoir que leur entrée dans la demeure serait ainsi grandement facilité et que le plus gros travail serait bel et bien d'isoler les Huangs.

Nasso allait s'emparer d'une invitation lorsque la jeune femme les reprit en arrière avant de les dissimuler de nouveau dans leur planque.

" Hep! Hep! Hep! Pas avant que nous ne soyons tous les trois prêts pour cette soirée. On n'entourloupe pas une fille de la rue. " Expliqua-t-elle en faisant non de son index.

Le message semblait clair et bien que Nasso ne comptait nullement duper la fille du feu, il fit rebrousser chemin à ses mains et invita les demoiselles à sortir dans la rue pour se diriger vers la centre de la ville, dans le cratère où il trouverait une robe à la hauteur de la soirée et qui ravirait sûrement la fille des rues.

Avant d'atteindre le cratère, Kalae et Nasso ne passaient pas inaperçus, les gens habillés normalement se demandant ce que des "nobles" faisaient à trainer dans les rues extérieures. La femme, équipée de son fouet, les accompagnant étant dans la majorité investit dans leur tête du rôle de garde du corps et vu la classe que le "couple" dégageait, elle devait être redoutable pour être la garante de leur sécurité à elle seule. Certains imaginèrent qu'il s'agissait là d'une nouvelle extravagance des nobles et que cela serait peut-être un futur filon, bien que sans avenir lorsque l'on connait la façon de penser de ces derniers méprisant pour la plupart les petites gens.

Arrivés dans la capitale historique, situé dans le cratère et dont les ruelles étaient uniquement fréquentées par nobles, très grands bourgeois et haut-gradés de l'armée. Le groupe ut apercevoir au loin l'imposant palais impérial où siégeait depuis tant d'année sur le trône le vénérable Seigneur du Feu Zuko. C'était non loin de ce dernier que se trouvait la demeure des Huangs et les patrouilles de sécurité étaient extrêmement resserrés. Il ne devait pas être bon d'avoir une tête de coupable ou de ne pas paraitre à sa place.

C'est sur la partie la plus périphérique du cratère que Fira, Kalae et Nasso trouvèrent la boutique pour vêtir Fira telle une noble et cette idée semblait grandement lui plaire. Son attitude laissait, si on y faisait bien attention, croire qu'elle avait l'habitude de ce genre de boutiques et vêtements, surtout lorsqu'elle s'exprima au commerçant avec tous les termes réservés à la haute couture et que seul les initiés connaissaient. Peut-être la femme avait-elle déjà charmé des nobles pour obtenir ce genre d’apparat. Quoi qu'il en soit, l'eusse-t-elle déjà connu ou imaginé, la joie ne se ternissait pas sur son visage, on aurait dit une petite fille qui obtenait ce qu'elle désirait après une éternelle attente.

Le couturier devait faire quelques ajustements sur la robe de la jeune femme et c'est dans un dialecte incompréhensible qu'il maudissait ses clients qui lui demandait de pareils ajustements à la dernière minute. La fille du feu avait fait le choix d'une robe assez exubérante que seule la noblesse s'autoriser. Elle, avait fait ce choix car c'était la robe lui permettant de dissimuler au mieux son fouet si précieux et dont elle ne se séparait jamais mis à part pour dormir, et là encore, il n'était jamais bien loin.

" Alors? Comment me trouvez-vous? " Dit-elle en cherchant l'approbation de son choix et des compliments de la part de ces compagnons d'aventure.
" Elle te va à ravir! " Dit sincèrement le maitre du feu.
" Très bon choix, Fira. " Ajouta Kalae.
" Vous trouvez?! Je vous adore! " S'exclama-t-elle.

Le prix fut lui aussi saisissant pour le fils du feu qui paya sans bronché, avec cette robe, la moitié de la somme qu'il avait emporté avait déjà été dilapidé. Restez à espérer que la suite de leur quête leur soit moins onéreuse car, il avait déjà dépensé plus que ce qu'il avait imaginé.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Dim 18 Sep 2011 - 15:47

Concernant sa tenue, la demoiselle du feu avait eu un goût relativement unique puisque encore jamais je n'avais eu l'occasion de rencontrer quelqu'un porter un genre si original et peu inaperçu.
Un corsage rayé de deux sortes de rouge différents épousait sa taille et était maintenu avec un large ruban de satin dans son dos, puis un voile bouffant d'un rouge accentuait ses hanches et tombait jusqu'au sol de manière envahissant, lieux où elle put dissimuler son fouet en soulevant rapidement sa robe sans aucun gêne, ni aucune manière.

Le pauvre maître du feu dut à nouveau ouvrit sa bourse pour pouvoir offrir à la jeune femme des rues la robe qu'elle avait choisit. Fira se doutait parfaitement du prix de cette robe, mais ce n'était pas son problème, ce n'était pas sa bourse, et elle comptait bien en profiter.

-Merci Nasso!! Fit elle en m'écartant de sa route en s'imposant avec sa large robe pour s'enrouler autour du bras du maître du feu.
-Mais, ce n'est rien. Répondit l'homme par pure politesse qui n'osait retirer son bras de peur de froisser Fira.
-Bon Fira.. Lançais-je un brin sèchement. Peut être devrais tu le lâcher et ainsi le laisser payer.
-Oh, oui. Fit-elle d'un air innocent.

Le maître du feu donna alors près de la moitié de sa bourse. Le commerçant se pencha légèrement en avant pour remercier malgré tout ses client tardifs et exigent. Cette salutation lui fut rendu avant que nous ne tournions des talons et ne quittions l'établissement en question. Fira avançait devant, regardant l'effet que procurer sa robe à chacun de ses pas qui raisonnaient sur le sol dallé, telle une enfant.

-Fira! Appela Nasso.
-Oui? Fit la jeune femme se retourna vers nous en faisant tourner sa robe.
-Peut-être que le moment est venu pour nous d'avoir ses invitations non?
-Avez-vous été assez sage? Blagua t-elle en sortant les invitations de son bustier avant de nous les distribuer et de ranger la dernière qui ne serai pas utiliser a sa place, surement en cas de secours. Tenez!
-Seules les invitations suffisent à entrer?
-Comment ça?
-Présenter le coupon sans même se présenter est suffisant?
-Je l'ignore. Répondit Fira avec la plus grande simplicité du monde. Mais si des présentations s'imposent, n'hésitez pas à faire parler le comédien qui est en vous. Sachant que la plupart des personnes invités chez les Huangs à ce genre de réception ne sont que des personnes influentes de la nation, des hommes de science renommés, des hommes de lettres, des maîtres en philosophie appartenant là encore à une noblesse snobinarde et écœurante. Il ne sera pas bien difficile d'imiter ses gens et de se faire passer pour l'un d'eux puisqu'eux même jouent leur rôle d'homme cultivés à la perfection.

Les moqueries vraies de la demoiselle réussirent à nous faire apparaître un sourire en coin. Une fois les invitations réparties, nous nous dirigeâmes lentement vers le centre de la ville pour nous rendre sur les lieux de la réception. Avec nos activités, l'après midi passa bien rapidement et déjà le ciel de la nation du feu avait prit une teinte rouge, orangée et quelques rayons lumineux traversaient les nuages onctueux et leur donnaient une teinte rosée et légère. Dans les rues, quelques lampadaires en fer forgés et joliment sculptés commencèrent à être allumé par des maîtres du feu dont leur travail consistait à rendre ce service à la cité.

Les rues bien que toujours animées étaient bien moins encombrées désormais. Arrivé dans le centre de la ville, le regard des passants qui n'étaient pas encore chez eux et qui se posaient sur nous traduissaient une toute autre pensée. Il devenait presque normal de sortir ainsi vêtu dans de tels quartiers où la plupart des habitants ne connaissaient pas la dure réalité de la vie, cloitrés dans leur tour d'ivoire.

Très vite le blason des Huang facilement reconnaissable et si familier fut à porté de vue. Une queue d'invité attendait patiemment à l'entrée de la grande demeure lumineuse où déjà une légère musique ressemblant de près a une valse classique raisonnait depuis l'intérieur. Aux étages, depuis les fenêtres éclairés les gardes qui faisaient leur rondes passaient et repassait dans els couloirs de la grande demeure sans répit.
Quelques diligences s'arrêtaient sur le bord de la route afin déposer quelques nouveaux invités qui n'avaient plus qu'a traverser le grand jardin japonais avant d'attendre à leur tour que le domestique employé par les Huang sénior ne vérifie les invitations.

Le maître du feu déposa discrètement son regard sur moi, sachant que se présenter ici représentait un risque important pour moi, il ne me laisserait pas sans surveillance, naturellement, il s'était dit qu'il fallait veiller sur moi pour me protéger, qu'il ne fallait pas qu'il m'arrive quelque chose.

Fira s'empressa d'aller faire la queue et de sortir son invitation comme une enfant qui allait à son premier bal. Ce n'était pas la première fois pour Nasso et moi de nous rendre dans ce genre de soirée mondaine organisée par la noblesse de la nation du feu, nous savions donc a quoi nous attendre principalement, quel comportement adapté et surtout, nous avions tout deux découvert de manière réciproque que chacun de nous deux savais danser.

Il ne nous fallut que cinq petites minutes d'attente. En effet le domestique exécutait son travail avec soin tout en étant efficace et éviter des plaintes des invites qui seraient a coup sur retombées sur lui. Nous n'eûmes pas besoin de nous présenter devant le vieil employé, aussi entrer dans la demeure fut un véritable jeu d'enfant.

Lorsque nous dépassâmes la porte d'entrée la légère valse était bien plus perceptible. Dans le grand hall richement décoré et lumineux quelques personnes discutaient déjà un verre alcoolisé et pétillant en main. Sur les murs de grands portraits d'hommes et de femmes représentant chaque membres de la famille Huang étaient fièrement exposés et ce depuis des générations et posé avec soin dans un ordre chronologique. Les plus anciens étaient en début de pièce et au plus nous nous avancions en fond de la pièce vers le grand escalier central, au plus nous avancions dans le temps.

-En quelle honneur à été donner cette réception? Demandais-je en me penchant vers Fira avec discrétion.
-Il me semble qu'ils fêtent l'anniversaire de du règne de la famille Huang depuis maintenant un certain nombre d'années. Répondit-elle en parcourant la salle du regard.

C'est en observant autour de nous que Fira comprit rapidement que le déroulement de la soirée se passait principalement à l'étage, dans la salle où le large escalier principal conduisait. La jeune femme ouvrit alors la marche d'un pas élégant, jouant à merveille son rôle. Tandis que Nasso d'un geste de main m'invita gentiment a passer devant, laissant d'abord avancer les deux femmes qui l'accompagnaient.

Et en soulevant délicatement le devant de nos robes que nous montâmes l'escalier toujours suivit par ses portraits de la famille réalisés avec un réalisme perturbant. Sous chacun d'eux le nom avait été gravés sur un cartel couleur doré. Nous dépassâmes rapidement ceux de mes grands parents, puis arriva celui de mon père sur lequel je déposai un regard pour le dévisager avec nostalgie à nouveau pour la seconde fois dans ma vie et me remémorer une nouvelle fois son visage.
Nasso qui était derrière comprit d'un simple regard qu'il s'agissait là de mon père, il put enfin mettre un visage sur l'homme dont il avait déjà entendu parler par le passé. Pourquoi avait-ils garder le portrait de celui qu'ils concéderaient comme un traitre? Surement pour ne pas oublier le prix a payer lorsque trahison avait été faite...

Au coté du portait d'Ichiro Huang, mon père, un autre homme siégeait de manière figé et sérieux presque sévère, « Edhon Huang » était le mon inscrit au dessous de la toile que j'avais pu rapidement apercevoir rapidement dans sa globalité. Qui était-il pour avoir une place aux cotés de mon père? Surement son frère?

Le moment n'était pas à ce genre de réflexions, nous arrivâmes en haut de l'escalier et après avoir dépasser la porte tout un univers de fête et de lumière s'offrit à nous. Plusieurs couples de danseurs tournoyaient sur la piste de danse en suivant la douce et agréable mélodie, changeant selon leur envie de partenaires.
Des sourires étaient dessiner sur la plupart des visages des convives, certaines femmes se cachaient derrière leurs éventails de dentelle pour cacher leur joues lorsqu'elles rougissaient timidement au moindres compliment d'un éventuel prétendants. D'autres s'étaient installé sur le coté de l'immense salle, près des grandes fenêtres aux encablures dorées pour discuter tout en laissant la piste de danse aux danseurs.

Nos regards tout trois de couleur différents parcourraient de manière aiguisé la salle. Aucun Huang ne semblait avoir encore fait son apparition, surement finissaient-ils de se préparer où attendaient-ils que les invités soient au complet pour apparaître? Devant leur absence nous ne pouvions que surveiller et s'avertir lorsque l'un de nous apercevrait les deux personnes âgées et maître de la cérémonie.

-Bon! S'exclama Fira déjà impatientée avant de faire quelques pas. Quand ils se montreront on se prévient!
-Où vas tu?
-Me prendre un verre, ils sont a disposition une table joliment dressée juste a coté. Et puis peut être arriverais-je à amadouer un riche héritier! Répondit-elle sur le ton de la plaisanterie en s'écartant.

L'extravagante et mystérieuse demoiselle ne tarda pas a se mêler à la foule sans le moindre soucis, habituer à cela. Mais après tout, elle avait surement raison, que faire en attendant les maîtres de la soirée? Qui plus est, leur venue serait surement annoncée par la garde ou alors par un des nombreux domestique qui étaient eux aussi aux aguets.

-Que faisons nous Nasso? Demandais-je légèrement désorientée.

L'homme prit quelques petites seconde pour réfléchir sans relâcher son regard si brillant. La musique se termina en douceur et les danseurs s'arrêtèrent progressivement avant de feliciter les musiciens pour leur morceau jouer en tapant doucement et de manière élégante dans leur mains.
Les artistes saluèrent leur public avant de tourner une page de leur cahier de leur partition. Le pianiste ouvrit alors une nouvelle mélodie en douceur suivit progressivement du violon qui vint se mêler à lui et divers instruments qui harmonisait le tout et rendait cette nouvelle valse arienne et mélancolique.

Il approcha lentement sa main de la mienne alors que j'appréciais la musique qui venait de commencer, puis il me la saisit avec douceur avant de la ramener vers lui délicatement.

-Est ce que tu veux danser? Me demanda t-il d'une voix calme et en plongeant ses yeux dans les miens.

Un simple sourire réussit à lui faire comprendre la nature de ma réponse. Le maître du feu s'avança alors de quelques pas vers la piste de danse sans relâcher ma main. Positionner face à face, une main dans l'autre, il déposa son autre main sur ma hanche alors que la mienne alla se poser sur son épaule endurcie. Ses yeux transmettait une expression dont je n'avais encore jamais été victime, quelque chose d'intimidant s'y dégageait et pourtant je n'arrivais pas à m'en détourner...
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Lun 19 Sep 2011 - 19:30

Se mêlant parfaitement avec tous les autres couples synchronisés, l'effet de masse était réellement sublime, comme si tous avaient déjà répété encore et encore cette chorégraphie. Les valses et autres arts de la danse étaient enseignés dans toutes les familles fortunées et nobles de la Nation du Feu, c'était une façade, un apparat permettant de prouver aux autres la bonne culture de leur famille respective. Sur la piste, se défendaient essentiellement des couples ayant moins de la quarantaine, les autres étant souvent bien plus occupés à maintenir ou créer de nouvelles relations et accords.

Nasso qui menait la danse était suivi à la perfection par Kalae qui ne le quittait plus du regard, cette danse, cette musique et cette énergie se dégageant de la pièce renforçaient l'impression de légèreté de la situation, lors des mouvements les plus vifs, c'était comme prendre son envol. Une sensation ressentie comme des plus agréables par la succulente Kalae que Nasso dévorait littéralement des yeux. Un sourire orné leur visage et tous deux rêvaient que cette musique ne s'achève jamais.

Fira s'était dirigée quand à elle vers le buffet où elle avait commencé à dévorer un peu de tout les plats les plus raffinés et les plus couteux que l'on puisse imaginer. Du magret d'Ours-ornithorinque de la région de Fen-chu, en passant par le caviar de Serpent Koa jusqu'au vin des hauteurs du Volcan Azinu, un véritable régal des papilles et des yeux. La richesse des Huangs n'était pas à remettre en cause avec autant de bons plats en abondance sur la table, et c'était là leur objectif, rappeler leur toute puissance. Lorsqu'elle fit demi tour sur elle-même, une assiette remplie pour la deuxième fois et un verre posé sur le buffet afin de faire face à la foule en mouvement, elle aperçu ses deux comparses qui se regardant ainsi semblait avoir oublié la mission dont ils s'étaient entendu: prospecter les lieux à la recherche des Huang.

Folle un instant, elle allait charger sur la piste pour les séparer après avoir posé son assiette, mais un homme la tira à son tour sur la piste. Elle ne put lui refuser cette danse. Son attention toujours porté sur le couple "d'amis", la fille du feu écoutait aussi d'une autre oreille ce que son courtisant désirait lui communiquer.

La musique s'acheva, les danseurs se stoppèrent et applaudirent une nouvelle fois reprenant aussi par la même occasion un peu de respiration. Une autre musique prit rapidement la place de l'ancienne, toujours aussi vive mais faisant appel à d'autre pas, Kalae et Nasso décidèrent mutuellement de poursuivre leur aventure tandis que Fira abandonné son partenaire, pour retrouver sa nourriture et son vin, regardant à nouveau et de manière passive les deux maitres des éléments, un petit air boudeur. Comme si elle avait été déçue de ne pas recevoir la même invitation que Kalae par le maitre du feu qui avait préféré renouveler cette dernière à la fille de l'eau sublime dans sa robe foncée aux teintes magiques.

Lorsque la seconde valse arriva à son terme, un jeu de trompette (comme ici) annonça un événement, tous les regards, aussi bien ceux des danseurs que des nobles en périphérie de la piste se dirigèrent vers la provenance du son. Du personnel de maison écarta une paire de rideaux qui couvraient l'accès à une salle au fond d'une estrade, permettant aux personnes s'y trouvant d'être surélevé par rapport aux autres. Deux silhouettes commençaient à se dessiner, éclairées par des torches dans le couloirs dont ils arrivaient.

" Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs! Veuillez accueillir comme il se doit les représentants de la plus nobles et la plus grandes des familles au monde après celle de notre grand seigneur du Feu, des personnes dont la sagesse et le dévouement qu'ils portent à leur nation n'a point d'égal, les parents d'un amiral de grandes qualités... Messire Udo Huang et son épouse Toya Huang. " S'exprima distinctement haut et fort le majordome.

Le vieux couple de nobles apparu alors très distinctement aux yeux de tous les convives qui ne tardèrent pas à tous applaudirent avec frénésie l'entrée de leurs hôtes. Il était très bien vu dans la noblesse d'avoir des relations avec la famille la plus influente auprès du Seigneur du feu. Bien qu'en réalité, il s'agissait d'un cercle vicieux instauré des centaines d'années auparavant. La fortune des Huangs n'était basé que sur du vent, ils n'étaient propriétaire d'aucune terre et avaient bâti toute leur fortune grâce à de bonnes relations qu'ils surent exploités depuis des générations. Ainsi alors qu'ils gagnaient en "célébrité", ils organisèrent de plus en plus de soirées mondaines où à chaque fois, ils promettaient monts et merveilles en échange d'une part sur les bénéfices de la famille requérant leur bonne relation. Si bien qu'ils devinrent une force oppressante, les nobles ayant tous des intérêts auprès des Huangs offrait à cette famille une sorte d'immunité face aux seigneurs du feu qui ne pouvait les plus ignorer augmentant encore une fois le pouvoir des Huangs.

Le grand Udo Huang s'approcha alors de la foule, toujours sur son estrade, afin de se conserver au-dessus de tout le monde, tandis que son épouse Toya, resta en arrière. Il remercia avec toute l'élégance de la noblesse ses convives d'être venu si nombreux. On voyait qu'il avait depuis longtemps appris à avoir une très bonne élocution et avait un charisme, l'art de convaincre tout le monde qu'ils étaient exceptionnels, que leur destin était aux côtés de sa famille et qu'il était fier d'avoir pour ami des gens d'une telle qualité. L'homme chauve et ridé, fut bientôt rejoint par sa femme qui restait dans son rôle de seconde avant de s'exprimer à son tour expliquant aux invités qui étaient ici pour la première fois que les Huangs avaient énormément à leur apporter et que bientôt ils pourraient être eux-aussi dans un cercle supérieur.

Les dernières paroles étaient destinées à la minorité d'invités qui appartenaient à des familles refusant toujours de payer des taxes aux Huangs et qui étaient ainsi "isolés" car les Huang jouaient de leur relation pour en faire des parias sans qu'il ne le sache. Les représentants de ces familles étaient invités une fois par an à des événements comme celui-ci car les Huangs étaient très intéressés de gagner le cœur de ces résistants qui en général faisaient partit des nobles les plus riches, avec de vrais terres et objets précieux, expliquant leur résistance malgré les générations qui s'étaient écoulées.

Fira gagna discrètement les côtés du maitre du feu et de la fille de l'eau. Le discours avait fait sensation auprès des personnes déjà acquises mais en ce qui concernait les représentants des familles toujours indépendantes, il n'y en avait pas ou très peu, c'est dernier ayant déjà entendu mille fois les mêmes propositions des Huangs et refusant de céder au chantage.

" Voilà notre moyen de les isoler! " S'exclama la jeune femme du feu avec un sourire sadique en coin " Nous avons qu'à nous faire passer pour les représentant de familles indépendantes. Nous commencerons par leur demander en publique de baisser leur rétribution de 50% et que nous serions d'accord en ces termes. Il refusera évidemment et nous aurons qu'à alors lui évoquer une alliance de nos familles qui pourraient former un nouveau pôle d'influence. Là, il voudra s'entretenir avec nous en privé. "
" Ne crois-tu pas qu'ils verront la supercherie, après tout, il doit connaitre toutes les familles qui lui résiste tandis que nous, nous n'en connaissons aucune... " Répondit Nasso.
" Il marque un point! Sans oublier, qu'ils m'ont déjà vu! " Confirma Kalae.
" VOUS n'en connaissez aucune! J'ai travaillé mon sujet, moi! Je connais plus d'une dizaine de familles de grande noblesse qui ont coupé toute relation avec les Huangs depuis plus de quinze ans malgré les invitations annuelles et répétées des Huangs. Ces familles sont elles-même en froid les unes avec les autres mais nous pourrions facilement nous faire passer pour eux et faire sous-entendre que nos tensions se sont apaisées ces dernières années. Quant à toi Kalae, ne t'inquiètes pas, j'ai mon idée. " Rétorqua Fira bien informée.

Les connaissances et la stratégie de Fira étonnait les deux amis de longues dates. Ils savaient que la fille du feu vouait une haine aux Huangs mais de là à en connaitre toute leur histoire et celle de leurs "ennemis", c'était impressionnant et Kalae et Nasso devaient reconnaitre que sans elle, ils n'en seraient pas là.

" C'est d'accord! Nous suivrons ton plan mais il ne faut pas que cela mette l'un de nous en danger. Attribut nous des noms de familles et donne nous un minimum d'info sur ces dernières. "

Tout allait se jouer sur le jeu d'acteur, sur l'idée de Fira pour régler le problème de Kalae et sur ses informations...

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Mer 21 Sep 2011 - 18:03

L'arrivée des Huang avait été prestigieuse, toute l'assemblée avait été attentive à leur paroles et à leur arrivée tant attendue. Le vieux couple s'était présenté avec toute l'élégance dont ils possédaient, vêtue de grands vêtements aux coutures reconnues. Après leur long et beaux discours où les paroles finirent par se perdre dans le vent tant ils n'étaient réellement pensés ils terminèrent avec toujours ce même sourire commercial. 

-Nous vous remercions d'etre venu toujours aussi nombreux ce soir. C'est un réel plaisir que de vous recevoir et de vous compter comme des amis que vous êtes. Termina Udo Huang avec une voix incarnant un semblant de gentilesse.
-Nous ne vous importunerons pas plus longtemps chers amis! Compléta son épouse. Reprenez donc la soirée là où vous l'avez arrêter je vous en prie. Ne faites pas attention à nous.

Les convives applaudirent une nouvelle fois pour remercier le vieux couple des Huang pour s'être présenter et les remercier pour ce discours. Après un signal donné par monsieur Huang, les musiciens reprirent leur partition là où ils s'étaient arrêtés et les invités ne tardèrent pas a reprendre leur place pour certains autour du buffet, reprenant leur verre à la main ; pour d'autre, leur partenaire de danse avec lesquels ils tenaient à terminer la douce mélodie.

Monsieur et madame Huang descendirent de leur petit estrade. Le vieil homme aida son épouse en descendant le premier et en lui tenant la main pour éviter que sa cheville ne se torde lorsque son fin talon se poserai au sol. Les deux maîtres de la demeure finirent par se mêler aux invités, longeant les buffets raffinés en saluant quelques connaissances avec lesquels ils avaient déjà eu affaires et avec lesquels ils avaient nouer quelques liens.
Fira se retourna vers nous dans une énergie débordante, presque impatiente, avant de nous adresser un sourire malsain. 
-Bien! Lança t-elle en regardant autour si personne n'écoutait. Vous allez me suivre dans le jeu! Reprit-elle sans donner de plus amples explications.
-Oui, mais attends. Posa Nasso pour calmer la jeune femme qui ne tenait plus en place. Sous quelle identité pouvons nous nous masquer? Et Kalae?
-Mais comment les huang ont-ils déjà pu te voir Kalae? Questionna la jeune femme dont ce détail perturbait son plan.
 
Le maître du feu échangea un regard avec moi, peut être qu'il était temps de lui dire. Après tout cette jeune femme avait un plan et des connaissances qui nous étaient indispenssables pour atteindre notre but, elle devait savoir, nous n'avions pas le choix.
 
-C'est parce que... Commençais-je d'une voix hésitante et à voix basse. Je suis... je suis de leur famille.
-Quoi? S'exclama Fira un sourire moqueur aux lèvres sans qu'elle ne me croit.  Une fille de l'eau, fille des Huang? On aura tout entendu.
-C'est la vérité. Confirma gravement Nasso.
 
La fille des rues nous dévisagea d'un air étrange, prise entre la surprise, l'incompréhension, et la méfiance. Ainsi donc, pour mettre fin à ses soupçons et ses hésitations, c'est avec la plus grande discrètion que je m'étais legerement retourner et avait legeremebnt soulever mes cheveux pour mettre discretement en évidence ce dos nu marqué par le blason de la famille du feu.
La jeune femme sauvage fronça un sourcil en appercevant le motif.
 
-Tu es l'une des leur, peut être devrai-je te tuer également! Menaça t-elle en serrant les dents et en lanânt un regard foudroyant. Je les deteste tous!
-Arrête ça! ordonna Nasso toujorus avec discrétion.
-Je ne suis pas comme eux. Tentais-je de me justifier. 
-Tsss! Fit Fira en détournant le regard.
 
La demoiselle prit une petite minute pour reflechir, minute durant laquelle elle ne croisa pas notre regard et balaya la salle rapidement.
 
-Ils me detestent Fira.[/b] Continuais-je. [b]je suis la fille de leur fils Ichiro, mes parents ont été assassinés sous leur ordre, sous les ordres de mes grands parents. et aujourd'hui ils sont peut être également à l'origine de l'enlèvement des gens qui m'ont accueillit! je les deteste autant que toi.  C'est pour ça que nous sommes là, savoir la vérité et se venger!
-Tout du moins, corrigea Nasso, retrouver la famille adoptive de Kalae.
-Oui.
-... je vois. Fini par dire Fira de manière plus calme. Alors nous allons agir ainsi, Nasso et moi allons nous présenter comme deux représentant de famille de noble qui se sont encore refuser a s'allier avec les Huang. par exemple... Fit-elle en haussant les yeux pour reflechir. La famille Ziao et Sung. Kalae, toi, reste derrière et quand le moment sera venu, tu entreras en scène.
-Entrer en scène?! Repetais-je surprise et inquiète par le plan de la demoiselle.
 
Fira me saisit alors la main pour avancer, Nasso ne tarda pas a suivre, après tout, face à la détermination de la jeune femme des rues, plus rien ne pouvait aller contre son idée. Elle prit la direction du couple des Huang qui venaient de prendre un verre et buvaient avec delicatesse tout en savourant le spectacle musical et les danseurs qui accompagnaient les musiciens. Fira me demanda de rester dans le dos de Nasso et de ne pas en sortir tant que le moment en serai pas venu. Que voulait-elle faire? comment comptait-elle s'y prendre? Cette jeune femme n'avait que très peu évoqué son plan, surement préfèrait-elle faire face à une certaine improvisation pour esperer obtenir des jeux d'acteurs plus naturels?
 
-Monsieur et Madame Huang. Fit-elle avec grâce en s'inclinant face au vieux couple.
-C'est un honneur que de vous rencontrer à nouveau. Fit Nasso en penchant sa tête comme il était coutume.
-Bonsoir, monsieur, mademoiselle. Fit l'homme chauve en rendant la même salutation que Nasso.
-je me présente je suis l'ainé de la famille Sung, et la jeune femme et amie qui m'accompagne se trouve être la fille de monsieur et madame Ziao.
 
Le regard des Huang se tourna avec plus d'attention sur les deux personnes qui venaient de se présenter à eux. En effet voilà plusieurs années que la famille Zioa et Sung avait refuser de s'allier a la famille Huang, pour des raisons aujourd'hui encore mystèrieuses. De nombreuses fois ils avaient été invités à des réceptions de ce genre, sans pour autant que la famille Huang n'obtienne ce qu'ils désiraient, les voir ainsi se présenter pouvait signer un signe de faiblesse de la part des deux familles.
 
-C'est un plaisir de vous revoir parmis nous durant cette soirée! S'exclama la vieille dame avec un sourire marqué.
-C'est surtout un plaisir pour nous que d'avoir été à nouveau invité à votre reception.
-Oui, mais c'est surtout dommage que des personnes aussi respectables que tous les membres de vos familles puissent être, ne nous ait pas d'avantage rejoint. Fit mon grand père en faisant semblant d'être attristé.  Mais bon, vous êtes tout de même présent et c'est essentiel.
-Justement, enchaîna Fira. Si monsieur Sung et moi même sommes ici ce soir c'est principalement pour vous annoncer que nos familles respectives sont prêt a s'allier.
-Effectivement, continua Nasso qui comprit rapidement le plan de la jeune femme. Nous avons tous reflechit et s'integrer avec vous dans certaines affaires pourrait effectivement nous interesser.
-Voilà une excellente nouvelle! S'exclama le vieil homme un sourire au visage.
-Mais... si nous nous allions avec vous, la seule condition que nous demandons en échange est un prix moins coûteux.
-Comment ça?
-Nous pouvons avoir affaire ensemble, à la condition que nous décidons des prix. Dans le cas contraire, si vous ne reduissez pas votre demande financière d'environ 55% , ni la famille Ziao ni la famille Sung ne s'alliera à la Famille Huang. C'est la conditions que nous imposons.
 
Toujours dissimulée dans le dos de Nasso, je ne faisais qu'écouter, et le plan de la demoiselle du feu était bien loin d'être bête: faire croire aux Huang que nous étions des nobles interessés de s'allier a eux était une excuse d'approche qui marchait parfaitement. Mais comment allait-elle faire pour réussir à leur faire parler de ce qui nous interesse vraiment?
 
-Comment osez-vous faire une telle demande! Protesta monsieur Huang d'une voix contrariée. sachez que personne encore n'a eu l'audace de nous faire ce genre de proposition et ce n'est pas aujourd'hui que nous accepterons. La condition pour rejoindre notre famille et entretenir ces liens est le prix imposé, sans lui, rien ne peut et ne sera fait!
 
Monsieur Huang avait été comme je l'avais rencontré la première fois, froid, têtu et sec. Cet homme aux apparences inébralanbles aimait la rigueur et la discipline et ses decisions étaient irrémediables, quite à agir de manière cruelle et peut être même illegale, il avait l'habitude d'obtenir toujours ce qu'il désirait.
Nasso et Fira echangèrent un regard complice, la demoiselle lui trasmit un petit hochement de tête qui fit comprendre à Nasso que le moment était venu. le maître du feu s'écarta lentement, me lançant alors à découvert. Lorsque mon regard croisa pour la seconde fois celui des Huang un long silence plana entre nous.
Toya Huang apporta sa main gantée sur ses lèvres, un air surprit, presque choquée. en effet, les Huang avait déjà envoyé un tueur à gage, membre de la celebre organisation criminelle de la Flamme Ardente après notre première recontre. La Flamme Ardente avait pour réputation de ne jamais rater un contract, seulement le bruit de la mort du chef de cette organisation avait eu quelques echos dans la nation du feu. Et concernant mon envetuelle mort, les Huang n'avaient pu en savoir le fin mot de l'histoire.
Désormais ils pouvaient en être certain, leur petite fille était encore en vie et elle se tenait là, devant eux. 
 
-Souhaitez-vous vraiment que les gens apprennent ce que nous savons? Questionna Fira avec un ari malicieux et diabolique.
 
Les deux personnes agées echangrent un regard grave, à la fois gênés par peur que les invités présents autour ne se questionnent sur ce qui pouvait les rendre si mal à l'aise mais aussi en colère de revoir a nouveau mon visage qui représentait la trahison de cette puissante famille.

-Veillez passez avec nous dans la salle voisine je vous prie... Exigea Mon grand père d'un voix serrée. 

 
Monsieur et madame Huang s'avancèrent et passèrent d'un pas pressé devant les invités dont certains, trop absorbés par leur discutions n'en remarquèrent que peu la présence. Ils quittèrent la grande salle de bal et revinrent sur le balcon de l'escalier central, qui donnait une vue imprenable sur le grand hall où quelques personnes avaient souhaiter se mettre a l’écart de la musique et de la foule, avant de rejoindre la salle voisine qui n'était autre qu'une immense bibliothèque. De très grande étagère de bois massif séparait la pièce en de nombreuses rangées et refermaient de nombreux ouvrages pour certains vieux de plusieurs décennies.

Madame Toya prit bien soin de refermer la porte derrière nous pour que personne ne puisse voir se qui se déroulerait dans cette pièce avant d'aller rejoindre son mari qui nous faisait face, une expression de rage sur son visage. 

-Qui êtes vous donc pour oser nous présenter cette salope de fille de l'eau ici?! S'indigna mon grand père. 
-Nous vous l'avons dit. Répéta Nasso. Monsieur Sung et mademoiselle Ziao. 
-Il est impossible que vous connaissiez cette garce! Continua Udo Huang en me pointant du doigt avec rage. Nous l'avons cacher a tous. d'où la connaissez vous? 
-Nous avons nos sources. Répondit sur un ton mystérieux Nasso. Et nous avons réussit a la faire captive pensant qu'elle serait un argument assez convaquant pour que vous ne baisser le coût de votre demande. 
-Vous osez chantez! S'indigna madame Huang. 
-Parfaitement. Répondit Fira sans le moindre scrupule. 

Il y eu un silence de mort dans cette grande bibliothèque durant lequel les deux personnes âgées purent réfléchir quelques instants.

-Fort bien. Plia monsieur Huang.  Nous nous soumettrons a votre demande, a la condition que nous gardions prisonnière cette chienne! exigea t-il en saisissant mon poignet violemment et en me tirant vers lui. 
-Ahh! 
-Hé!! Grogna Nasso Nasso devant cette pulsion agressive. 
-C'est d'accord! Coupa Fira alors que le maître du feu commençait à s'opposer au déroulement des évènements. Gardez là. Faites en ce que vous voulez!
-Quoi?!! M'indignais-je surprise par le comportement de Fira. 
-Attendez! Attendez!! S'imposa fermement Nasso qui tenta de rattraper la chose. Avant de vous la donner vous devrez répondre à quelques questions en plus de ça. 
-Des questions? Repeta madame Huang. Je crois que nous n'avons plus rien nous dire, nous avons déjà fait beaucoup trop envers vous! Gardez le silence sur cette affaire surtout il ne faudrait pas que cela devienne une habitude! 
-Une seule! Insista Nasso; et nous garderons le silence nous le promettons sur la flamme qui nous anime! 
-.... Nous vous écoutons, dépêchez vous! 
-Avez vous récemment eu quelques affaires aux Pôle Nord? 
-Le Pôle Nord?! Mais plus jamais nous ne voulons entendre parler de cette contrée maudite! Nous n'avons aucun lien ni aucune affaire là bas, ce ne sont que des sauvages! 
-Menteur! Grognais-je en tentant de libérer mon poignet. Vous avez attaquer la maison de mes parents! 
-Nous? S’étonna Monsieur Huang sans relâcher son emprise. Nous n'avons jamais rien demander, nous ignorions d'ailleurs si vous viviez toujours Kalae! Mais j'espère bien pour vous qu'il n'en sont pas revenu. 
-ORDURE! Hurlais-je en tentant de le frapper. 

le coup réussit a être esquivé et monsieur Huang activa une flamme de son point en guise de menace si je tentais à nouveau la moindre chose. Nasso et Fira ne pouvaient que regarder la scène sans pouvoir intervenir au risque de faire tomber leur couverture. Le spectacle était palpable, Nasso était prit dans une incertitude qui réussit malgré tout a lui faire naitre une angoisse: Monsieur Huang allait-il vraiment faire preuve de violence? 

Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Ven 23 Sep 2011 - 17:30

Lorsque le vieil homme enflamma sa main, la maitresse de l'eau craint qu'il n'use de sa maitrise à son encontre alors qu'il la maintenait fermement de son autre main ridées par le temps. Son regard croisant celui de la maitresse de l'eau immobilisé, il y avait de la haine dans son regard, un véritable rejet de la jeune femme, comme si ça présence rouvrait une plaie immuable. Des années de cela, il avait fait un choix terrible entre la notoriété de sa famille et son fils ainé dans lequel il avait fondé tant d'espoir à l'origine. Son fils qui l'avait énormément déçu, cette tribu de l'eau qui l'avait corrompu, tout n'était qu'abjecte dans le fruit de ce mélange qui était à présent sous son emprise. Kalae ressentait tout cela mieux que personne et ne comprenait pas comment elle pouvait être à l'origine de temps de sentiments négatifs, elle qui avait toujours prônait pour la paix.

" Libérez-les, je vous en supplie. Ils n'y sont pour rien! Vous avez ce que vous voulez à présent, non? " S'exclama Kalae, une larme naissante à l'idée que les grand-parents n'aient décidé de se débarrasser de ceux qui l'avait accueilli alors qu'elle ne savait même pas encore parler.
" Je vous hais Kalae! Vous et votre tribu misérable! " Rétorqua son grand-père paternel qui ne pouvait plus contenir sa rage et élancer sa main ardente contre Kalae.

Le maitre du feu ne pouvait laisser l'homme agir et faire souffrir son amie la plus chère, il positionna son bras muscler dans la trajectoire du bras du vieux noble mais avant que ce dernier n'entre en collision avec le maitre du feu, ce même bras fut lacéré dans un claquement sec et prisonnier du fouet aux nombreux pics de la révoltante Fira.

Le maitre du feu âgé, surpris et souffrant, démontra sa surprise l'espace de quelques secondes en écarquillant les yeux tandis que sa femme apposé sa main devant sa bouche extrêmement inquiète quant à la suite de la situation.

" Êtes-vous devenu fou!? " Hurla-t-il " Je suis Udo Huang, l'homme le plus respecter de cette nation, le seigneur du feu lui-même m'envie! Je croyais que nous étions d'accord, elle est à moi! "
" Oubliez cela! Rendez-lui sa famille! "
" Oh j'ai compris! Vos deux familles espèrent vraiment qu'en m'éliminant, le règne des Huang s'achèvera? " Répondit-il suspicieux se pensant sur la bonne voie. " J'ai toujours sû que vos familles n'étaient que des attardés, vous ignorez quelle bêtise vous venez de commettre. "

Udo Huang lâcha son emprise sur Kalae pour s'aider de sa main à présent libre pour se défaire du fouet de la jeune femme tout en projetant des flammes par sa bouche pour éloigner Nasso et Kalae de lui.

" Toya! Sors! " Hurla le vieil homme à sa femme une fois ses deux mains libres et face aux trois adversaires.

La femme du vieil homme compris immédiatement que son mari désirait qu'elle aille alerter les gardes de la demeure, la porte étant hors de portée, condamner par les trois personnes qui faisaient face à son mari, elle s'empressa de se diriger vers une rangée de la bibliothèque où un passage secret lui permettait en temps normal de rejoindre n'importe quelle autre salle de la demeure mais cette fois-ci, lorsqu'elle tenta d'actionner le dispositif, elle se retrouva bloqué face à un mur fraichement bâti.

" Qu'est-ce que cela veut dire!? " Se dit-elle à haute voix.

" Rendez-nous sa famille et nous vous laisserons vivre! " Dit Nasso alors que le vieil Udo projetait des flammes à leur encontre et qu'ils esquivaient tous.
" Rendez-les moi! "
" Vous allez payer! " S'exclama le vieil homme d'une façon catégorique, il semblait avoir décidé de tuer ses trois opposants.

Un combat débuta alors, les trois compagnons étant venu chercher les membres de la famille de Kalae n'avaient pas le choix, le combat était inévitable s'ils désiraient les retrouver. Mettre en échec les Huang, les mettre dos au mur pour les forcer à parler. La maitrise du vieux noble était encore très bonne malgré son âge et il enchainait des techniques classiques à vive allure.

Le bruit des combats dans la sorte de bibliothèque était couvert dans la salle de réception par l'immense orchestre, et les bavardages abondants des convives qui n'avaient pas ou que très peu remarqué l'absence de leurs hôtes.

Le fouet claquait arrachant des livres ci et là mais n'atteignant jamais la cible qui n'était autre qu'Udo Huang, qui réussissait parfaitement à anticiper les actions de ces trois adversaires. Kalae s'était elle aussi joint à la mêlée, c'était une bataille idéologique d'une même famille. Udo Huang rejetant son propre sang et Kalae cherchant à récupérer sa famille adoptive quitte à détruire sa biologique, jugeant que l'amour comptait plus que les liens du sang. Monsieur Huang aussi doué était-il en maitrise du feu ne connaissait pas l'art de la foudre et même s'il l'avait possédé, il n'en aurait pas fait usage de crainte que les gens attirait par le bruit ne découvre la bâtarde de son fils aîné tandis que Nasso qui lui les maitrisait, ne s'en servait pas pour ne pas attirer de renfort et pouvoir traiter cette affaire en privé.

Le combat s'éterniser et Madame Huang croyant décelé une faille dans la formation des ennemis de son mari s'engouffra dedans afin de se diriger vers la porte pour espérer alerter les gardes sans ameuter le public. La main sur la poignée de porte, croyant être sauvée, elle abaissa la poignée de sa vieille main, il ne lui restait plus qu'à tirer la porte vers elle et elle serait en totale sécurité mais quelque chose s'enroula autour de son cou, puis une douleur immense. Elle ne sentait plus son corps, son regard semblait lui indiquer qu'elle tombait dans le vide et bientôt, elle aperçu son corps, sans tête et à trois pas d'elle. C'est sur cette vision qu'elle ferma pour la dernière fois les yeux.

Le claquement qui avait raisonné et le bruit de la tête se faisant séparer de son corps avait dévié tous les regards sur la scène, Arrêtant l'espace d'un instant l'affrontement.

" Qu'avez-vous fait?! Toya!!!!!! " Hurla le vieil homme.
" Fira! Mais pourquoi?! "
" Nous n'aurions jamais eu le temps de l'arrêter! Je ne sais pas vous mais je ne veux pas être fait prisonnière ou retrouver mon visage placardé dans toute la nation. " Se défendit avec de justes arguments la maitresse en fouet.

À présent qu'ils avaient un meurtre sur les épaules, le groupe ne pouvait plus reculer, il fallait que cette rencontre aboutisse à la récupération de la famille de Kalae et de quoi couvrir leur trace sans quoi, ils ne vivraient plus jamais en paix, eux et leurs familles.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Dim 25 Sep 2011 - 9:51

La tête de ma grand mère roula au sol dans un bruit lourd et écœurant, de ses yeux encore ouvert elle distingua son corps sans tête avant de les fermer progressivement. Son corps ne tarda pas à s'effondrer au sol à son tour, sans vie. De son cou sectionné une grande marre de sang commença à inonder le devant de la porte. Doucement le liquide avançait avant de commencer a se glisser sous l'épaisse porte de la bibliothèque.

-Toya! Hurla son mari déboussolé. Mais qu'avez vous fait?!

Monsieur Huang s'en alla auprès de se femme de manière précipité et prit son corps dans ses bras choqué par la scène dont il avait assisté. Nasso et moi n'avions pas compris la réaction de Fira, même si elle venait de nous sauver la mise. Mais la femme des rues avait fait preuve d'une violence et d'une cruauté effrayante. Elle avait agit avec habitude et son acte ne l'avait en aucunement troublé, elle était consciente de ce qu'elle avait fait et l'assumait pleinement. C'est a peine si un léger rictus anima son visage aux allures d'ange.
La jeune femme justifia son acte en prétendant l'avoir empêcher d'appeler les renforts, seulement qu'allions nous faire désormais? Nous n'étions là que pour avoir des réponses a nos questions et voilà qu'un meurtre d'une femme noble de la nation du feu pesait sur nos têtes.

Totalement surprise par la tournure des évènements, presque choquée par la réaction qu'avait eu notre nouvelle amie de voyage je regardais mon grand père, qui n'avait pas relâcher se défunte épouse, avec de grands yeux. Nasso avait désactivé ses flammes devant l'abandon du combat de son ennemi son regard balançant entre Fira et la victime.

-Assassins! Accusa Udo Huang en se relevant pour essayer de retrouver sa fierté et de faire oublier son moment de faiblesse.

Il fit un pas en avant, son visage marqué par une expression de haine profonde. Aucune larme n'avait coulé sur son visage ridé, ses yeux n'étaient nullement rouge. Un petit claquement indiqua au vieillard qu'il posa son pied dans le sang rouge de son épouse, il marqua alors le sol froid de quelques empreintes de pas rouge.

-Vous allez payer. Murmura t-il fou de rage, les poings serrés. Vous serez exécuté vous et vos famille en place publique, et personne d'autre que moi n'aura le droit de vous ôter la vie!

Nasso fit un pas en avant pour se positionner devant Fira et moi même, geste qui se voulait protecteur tout en défiant son ennemi du regard.

-A LA GARDE! Hurla le vieil homme de toute sa voix.

La garde? Catastrophe! La pire chose qu'il pouvait arriver après ça était de se faire attraper ou voir par la garde, nous serions recherchés, traqué, puis condamné avant d'être exécuter sans hésitations.

-A LA GARDE!! Renouvela le vieillard.

La fille des rues s'élança brutalement ne avant en bousculant Nasso après moi pour pouvoir faire face à l'homme implorant des secours. Elle relâcha sa main et laissa le fouet de chaine édenté tomber au sol dans un tintement propre aux anneaux de fer. D'un geste vif et souple elle donna de l'élan à son arme qui grâce a son agilité et son savoir faire, revint a toute vitesse en direction de l'homme qui n'eut pas le temps de réagir assez vite tout en faisant voler en éclats quelques livres de l'étagère voisine dont les feuilles arrachées volèrent en éclat.

Les cotes tranchantes des dents qui ornaient les anneaux marquèrent alors le torse du viellard déchirant ses beaux habits et sa peau avec de profondes marques. Quelques trainées rouge tachèrent le tissus doré ce qui réussit à affaiblir rapidement l'homme déjà bien âgé qui recula alors, un goût de sang déjà dans sa bouche. Mais la jeune femme ne semblait vouloir en terminer là, avec un coup de pied circulaire franc et brutal qu'elle abbatit sur la tete de l'homme et fit tomber le vieillard au sol avant de sortir de sous sa robe, accroché à sa cuisse, un couteau de secours dont elle ne se séparait jamais également. Elle enfonça l'arme dans la chair de son ennemi sans hésitations et sans peur.

Udo Huang poussa alors un gémissement de douleur tout en posa sa main sur l'arme qui était en lui, tentant de l'ôter mais en vain, il finit lui aussi par fermer les yeux. La jeune femme récupéra alors son bien en l'essuyant avec soin.

Une fois de plus Fira avait réussit a nous surprendre, elle venait de mettre un terme a l'existence des Huangs séniors sous sa seule décision et nous étions désormais malgré nous impliqué dans cette affaire. Le bruit des pas de course de la garde qui avaient perçu les appels au secours de leur maître ne tardèrent pas a se faire entendre depuis le grand hall, se qui réussit à nous ramener à la réalité de la situation.

-Il faut filer! S'exclama la farouche meurtrière en remballant ses affaires.

Nasso ne tarda pas a faire un saut sur lui même pour se diriger vers la fenêtre, seule issue restante puisque le passage secret qu'avait tenter d'emprunter madame Huang avait été mystérieusement bouché. L'homme ouvrit les vitraux en grand et se pencha pour s'assurer qu'aucune ronde ne se faisait en bas. D'un pas pressé je m'étais diriger en sa direction et l'avait imiter pour évaluer la hauteur à laquelle nous nous trouvions, l'escalade n'allait pas être évidente...

D'un coup d'oeil furtif Fira nous examina du coin de l'œil pour s'assurer que notre attention était tourné ailleurs. Lorsqu'elle eu vérifié elle sortit discrètement de sa poche un petit morceau de papier qu'elle laissa tomber au sol.

-Oh! Fit-elle d'un air surprit tout en ramassant ce qu'elle venait de déposer. Regardez ça!
-Nous n'avons pas le temps Fira! S'exclama le maître du feu presser en commençant a passer une jambe par la fenêtre.
-Kalae, je sais qui détient ta famille! Lança t-elle pour être certaine d'attirer l'attention.

Mon regard se posa sur la demoiselle avec gravité, elle s'approcha rapidement en me tentant le mystérieux papier sur lequel un message avait été écrit.

« Chers Parents,

Après de longues et nombreuses recherches j'ai pu découvrir que la Flamme Ardente avait échouer dans la mission que vous lui aviez confier concernant votre petite fille et ma nièce, puisqu'elle vit toujours en ce monde. J'ai tenter de retracer son parcours et j'ai finis par découvrir le lieu où elle a grandit et vit actuellement. Je lancerai très bientôt une attaque et vous ramènerai cette erreur, fruit d'une maîtresse de l'eau et d'un traitre.

Votre fils
Edhon Huang. »

-Alors... Alors c'est lui qui détient ma famille. Concluais-je en relevant les yeux du papier.
-Ce n'était pas les vieux qui détenaient les tiens, mais ton oncle. Confirma Fira en rangeant le papier dans son bustier comme elle avait l'habitude.
-Mon oncle... Répétais-je en découvrant son existence.

La garde arrivait maintenant en haut de l'escalier et il ne nous restait plus de temps pour la parlotte. Nasso passa les deux jambes par la fenêtre et réussit a tenir debout sur une gargouille de pierre, il tendit alors rapidement sa main que je ne tarda pas à saisir pour venir le rejoindre sur le monstre de pierre. Fira quand à elle alla sur la gargouille voisine et prit soin de refermer derrière elle la fenêtre pour ne pas indiquer a la garde par quel coté les ou le criminel aurait pu prendre la fuite.

Nous commençâmes à descendre du mur grâce à une plante bien entretenue qui poussait en longeant les mur de pierre, sur laquelle nous pouvions prendre appui. La descente ne fut pas bien facile puisqu'il fallait minimiser le bruit et il arrivait fréquemment que quelques branches ne cèdent sous notre poids.

Lorsque les hommes de gardes entrèrent dans la bibliothèque, déjà le sang de madame Huang avait inondé l'entré. Chacun d'eau avaient posé un pied dedans, qu'ils retirèrent avec dégoût et horreur lorsqu'ils aperçurent le corps sans tête de la femme.
Ils avancèrent dans la pièce en découvrant le macabre spectacle, tandis que deux se penchèrent sur les corps inanimés de leur maître, les autres fouillèrent la pièce de long en large. Finalement l'un eu l'idée de la fenêtre et c'est avec précipitation qu'il l'ouvrit en grand avant de se pencher vers le bas.

Nasso avait perçu de son ouïe fine le bruit de la fenêtre, il arrêta alors sa descente me stoppant également dans la mienne.

-Qu'est ce que tu fais? Chuchotais-je d'un air pressé en regardant le maitre du feu plus bas, tout en maintenant ma robe d'une seule main.

L'homme apporta son doigt sur ses lèvre pour demander silence avant de pointer la fenêtre. Fira qui avait vu les geste du l'homme tourna alors son regard avec moi vers le haut et apperçu le garde qui cherchait du regard un fuyard.
Nous nous plaquèrent le plus que nous pouvions dans cette plante grimpante qui arrivait à nous masquer.

-Il n'y a rien a l'horizon! Lança le garde. Envoyons tout de même une patrouille dehors, arrêtez tout ce qui passe! Sonnez l'alerte !!

Il claqua la fenêtre et disparut dans la pièce à nouveau. Sans tarder, Nasso, Fira et moi avions reprit notre dangereuse descente. Finalement arrivé deux étages plus bas nous longeâmes les murs de la demeure alors que la nuit régnait. C'est donc très souvent a l'aveugle que nous avancions, puisque allumer une flamme aurait été un moyen très simple d'être vu.

Quelques gardes finirent par sortir de la porte principale en courant, torche en main ils traversaient de long en large le grand jardin et longeaient la demeure à la recherche d'intrus. Nous nous décrochâmes alors du mur de pierre pou nous enfoncer dans quelques buissons et avancer derrière eux, dissimulé par les végétaux.
A plusieurs reprise nous dûmes nous immobiliser pour échapper aux gardes qui crurent percevoir un mouvement, et lorsque l'un d'eux s'approchait et écartait les branchages, nous nous étions disperser chacun dans une direction différente pour ne pas être à porter de vu avant de se retrouver discrètement.

Nous réussîmes finalement a quitter le grand jardin des Huang et une fois un pied posé sur le sol pavé de la rue que nous nous mimes à courir pour nous retrouver le plus loin possible et rapidement.
Nos pas raisonnèrent sur le sol tel des chevaux en pleine course, et c'est finalement bien plus loin, après plusieurs centaines de mètres, que notre allure se mit à ralentir jusqu'à notre arrêt.

Tous essoufflés nous nous regardions avec une gravité déconcertante. Et c'est après quelques minutes de bruyantes respirations que l'un de nous osa finalement parler.

-Tu les a tuer... Réalisa Nasso sur un léger ton de reproche.
-Que voulais tu faire hein?
-Nous n'étions là que pour avoir des réponses a de simples questions Fira!
-C'est toi qui dit ça Kalae! S'indigna la demoiselle en faisant un pas en avant menaçant en ma direction. Toi, alors que depuis qu'ils te connaissent ils te haïssent comme la peste? Toi, alors qu'ils sont les meurtriers de tes parents biologique? Tu devrai me remercier! J'ai venger ta famille, ta vraie famille, ce n'est pas ce que tu voulais?!!
-…Pas de cette manière...
-Tsss, tu es bien trop clémente Kalae, c'est une erreur qui pourrait causer ta perte.
-Tu es sûre? Répondis-je sur le même ton. Moi je me demande sérieusement laquelle de nous deux est la plus a plaindre...
-Suffit. Coupa gentiment Nasso de peur que la discutions ne dégénère. Ce qui est fait est fait, maintenant nous devons continuer notre route. Cette histoire ne fait que commencer.

Il nous fallait trouver un endroit pour la nuit, demain peut être, les idées seraient plus claires. Nous commençâmes alors à quitter le riche quartier endormi tout en surveillant régulièrement que personne ne nous suivait, hanté par l'idée d'être retrouver.
Finalement nous arrivâmes après quelques longues minutes de marche dans le quartier voisin, où notre petite auberge se trouvait et où nos affaire nous attendaient.

Une fois dans les locaux, l'aubergiste dormait sur son comptoir, épuisé par une de ses nouvelles journées, fort heureusement nous avions eu possessions de la clef avant notre départ. C'est donc d'un pas léger que nous passâmes devant l'homme sans le réveiller pour pouvoir monter a l'étage.
Pour économiser au maximum la seule bourse que nous possédions, nous n'avions prit qu'une seule chambre que nous devions nous partager.

Fira se jeta littéralement sur le lit en arrivant, écartant ses bras comme si elle venait d'atterrir sur un nuage.

-Ahhhhhh.... Fit-elle en soupirant avant de se lever d'un bon. Première dans la salle de bain!!

Avant même que nous ayons eu le temps de réellement nous poser la demoiselle était déjà prêt a ôter sa robe et revêtir son ensemble habituel. Fira se rua dans la pièce et s'afferma a double tour pour être certaine de ne pas être dérangée.

Une fois seule dans cette petite salle de bain, elle sortit de la poche de son pantalon, qu'elle avait emmener avec elle pour se changer, un morceau de papier et de quoi écrire. Elle s'assit sur le rebord de la petite baignoire et posa le papier sur son genoux avant de se mettre à la tâche.

« Cher Edhon Huang.

Comme vous l'aviez demander, votre nièce et son ami ont été mené sur la piste des Huang, vos parents, pensant qu'ils étaient les coupables. Les deux vieillards clamaient leur innocence, je me suis donc débrouiller pour mettre fin à leur vie comme selon vos désirs pour ainsi éviter qu'il ne fassent échouer votre plan.
La fille de l'eau et le maître du feu ont eu goût de votre message et font maintenant se rendre chez vous pour récupérer les membres de la tribu de l'eau, comme il était prévu. Tout est presque trop facile. Bientôt, Kalae sera sous votre pouvoir et vous pourrez la livrer en tant que meurtrière de la famille Huang et se débarasser d'elle tout en devenant le nouveau représentant de la famille Huang.
Que désirez vous que je fasse désormais monsieur? Puis-je rendre encore service?

Je vous envoie ce message depuis la capitale et avec le faucon le plus rapide de la nation, en espérant avoir une réponse le plus vite possible.

Merci
Fira. »


La fille des rues et traitresse ouvrit alors la fenêtre et poussa un long sifflement en positionnant deux doigts dans sa bouche. Un animal ailé ne tarda pas à venir se poser sur le rebord de la fenêtre, habitué à être appeler ainsi, et surement jamais loin de sa propriétaire.
Fira accrocha le message à sa patte et donna au faucon la direction à prendre. Sans perdre une minute l'animal déploya ses immenses ailes et se jeta du rebord de la fenêtre avant de battre des ailes en direction du lieu indiqué.

La demoiselle commença alors à se changer et lorsqu'elle sortit, elle prit soin de tout ranger pour ne laisser aucun indice avant de laisser sa place a l'un d'entre nous, qui ignorions tout de ce qu'elle avait bien pu faire.
Quand nous fûmes tous prêt, Nasso préféra prendre le canapé et laisser le grand lit aux deux demoiselles. L'homme toujours aussi galant préférait privilégier le confort de ses amies au sien.


Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Lun 26 Sep 2011 - 20:43

La fille du feu avait surprit par sa violence les deux amis de longues dates qui l'accompagnaient, en effet, bien que connaissant sa haine envers les Huang, tout du moins de ce qu'elle leur avait raconté pour être acceptée dans leur projet, ni Kalae ni Nasso n'auraient qu'elle en vienne à les tuer. D'âpres négociations auraient permis à la fille du feu et son ami de partir en paix si Fira n'avait pas été aussi radicale, tout du moins c'est ce qu'ils pensaient.

À présent, toute l'assemblée de noble avait dû être mis au courant de l'immonde scène de crime qui se trouvait à quelques mètres d'eux, le sang des Huang avait coulé et le seigneur du feu lui même avait été réveillé face à un tel événement inattendu. Avant le lever du soleil, le puissant souverain aurait sûrement et sans tarder annoncé des mesures spéciales pour retrouver celui, celle ou ceux qui avait fait ça, des contingents entiers seraient mis sur l'affaire à la recherche et à la capture des responsables afin de rassurer les nobles sur l'importance que le seigneur du feu leur attribut.

Alors que Kalae et Nasso s'étaient endormis quelque peu perturbés quant à la situation, plein de question en suspens. Le tout, en compagnie de la malicieuse espionne envoyé par un autre Huang, Edhon, qui avait planifié en fin stratège le déroulement de tout ce qui s'était produit jusque là et qui avait aussi des projets pour l'avenir, Kalae, faible comme il la percevait n'était pour lui qu'un pion devenu à peine amusant et qu'il souhaiterait bientôt anéantir de sa propre main.

Tard dans la nuit, ou plutôt, tôt le matin, des bruits de pas se firent entendre à travers toute les rues de la capitale s'éveillant petit à petit. La population en sortant dans les veines de la cité impériale pourrait observer des avis de recherches, sur ces derniers se trouvaient trois visages assez grossiers et vagues, ils se voulaient être les portraits des suspects du meurtre des Huang et une récompense importante y était inscrite pour tout renseignement pouvant mener à la capture des responsables de l'acte ignoble de la veille.

Nasso fut le premier à être réveillé, de nature matinale, il avait aperçu les soldats parcourir les rues, leurs affiches et pots de colle en main. De là où il se trouvait, il ne pouvait distinguer la netteté des visages, ni ce qu'il y avait inscrit. Chose qui était sûr, cela n'annonçait rien de bon, pour qu'autant d'affiche soit disponible aussi rapidement, les scribes, les peintres et tout les corps de métiers avaient dû être sollicité et les descriptions des suspects rapidement récupérer auprès des convives, s'ils avaient des informations...

Les deux femmes dormaient encore paisiblement, Fira aucunement perturbé par ses actes, peut-être même en était-elle ravi se questionnait Nasso et Kalae qui le temps de ses songes avaient peut-être réussis à se défaire de l'image de cette marre de sang, de cette tête qui roule, de la première preuve d'émotion qu'avait laissé s'échapper son grand-père biologique à la mort de sa bien-aimée...

La situation était préoccupante mais dans l'obscurité qui les entourait après les déboires de la nuit dernière, une lueur, un espoir s'en était tout de même dégagé. Kalae et Nasso savait à présent le nom du véritable responsable de l'enlèvement de sa famille, celui qui devait les détenir. Celui qui avait pourtant été totalement mis hors de cause par le vieil "ami" de Nasso, ce dernier n'avait en fait joué que le rôle que lui avait donné l'amiral Huang lorsque celui-ci vint lui communiquer que des recherches étaient entamées sur sa famille. Ami qui avait aussi introduit l'espionne dans la taverne et qui lui avait permis de repérer les cibles correctement.

" Kalae! " Fit Nasso en la touchant délicatement et espérant la réveiller sans éveiller Fira.
" Qu...Quoi? " Répondit-elle encore à moitié dans ses songes.
" Chuttt! Viens, lève-toi en silence. " Chuchota-t-il.

Kalae ne comprenait pas ce qu'il se passait, tout d'abord car elle n'avait pas totalement reprit conscience et deuxièmement, elle ne voyait aucune menace aux alentours. Le maitre du feu agissait néanmoins bizarrement et par mesure de précaution elle lui obéit les yeux fermés.

" Mais qu'est-ce qu'il y a? Et Fira? " Demanda la jeune femme qui avait été traîné hors de la chambre avec ses affaires.
" Elle nous a donné ce que nous voulions, l'entrée chez les Huang mais à présent, après ce qu'elle a fait, nous ne pouv... " Le maitre du feu se stoppa en ravalant sa salive.
" Vous ne comptiez pas partir sans moi tout de même! " Questionna Fira quelques larmes aux yeux, son jeu d'acteur était digne des plus grandes actrices de théâtre.
" Écoute Fira! " Dit le maitre du feu en marquant une petite pose pour réclamer toute l'attention de la jeune femme. " Nous te sommes reconnaissant de nous avoir aidé, à présent, nous allons continuer notre route à deux. Des avis de recherches sont dans les rues, ils recherchent un groupe de trois personnes, nous aurons donc plus de chance en rétrécissant le groupe. Il n'y a rien de personnel, et puis je pense que tu as eu ta vengeance hier... "

Kalae était là, silencieuse, se demandant comment aller se poursuivre cette discussion qui semblait des plus tendues et surprise à l'énonciation de l'existence d'avis de recherche.

" Qu'est-ce que vous croyez? Que ça me plait d'avoir fait une telle chose, que je suis un monstre? " Dit-elle l'air extrêmement triste, comme si l'homme la blessait profondément. " J'ai un cœur vous savez! Je vous considère comme des frères et sœurs, vous m'avez accueilli si gentiment dans votre groupe, on a tant partagé et vous me jetez à la première occasion. "

La fille du feu arrivait à faire naitre des remords à celle de l'eau et au fils du feu essentiellement qui contrairement à Kalae avait vraiment reçu beaucoup d'amitié de la part de la jeune femme dont il ignorait qu'elle était la responsable de son incident aux thermes.

" Si vous ne me laissez pas vous aider, si vous ne me permettez pas de rendre à Kalae ce que les Huang m'ont volé toute petite, je crois que ma vie n'a plus de sens... " Continua-t-elle sur un ton extrêmement inquiétant.
" Allons! Ne dis pas de sottises, tu nous as énormément aidé! C'est grâce à toi que nous les retrouverons. "
" Si je vous dis où réside l'Amiral Huang, vous voudrez bien que je vienne. Je vous en prie. " Dit-elle avec des yeux de biches avec un ton de supplication.
" Je ne... " Commença le maitre du feu qui était petit à petit gagné par les émotions dégagées par les yeux de la demoiselle. " C'est trop risqué! Non, les affiches vont nous trahir trop rapidement si nous restons en groupe. "

La maitresse d'arme sortit alors de derrière son dos une affiche, qu'elle avait visiblement arrachée, Nasso se demandait comment elle avait eu le temps de voir et récupérer cela tandis que Kalae constaté effectivement l'existence de ces avis de recherche. Trois portraits y étaient représentés, un homme, une femme et un visage entre les deux. Ils ne représentaient en rien nos trois amis, les enquêteurs avaient du se fier aux informations fournies par une grande majorité des convives qui étaient tous certains et catégoriques sur ce à quoi ressemblait les meurtriers. Ainsi, ils avaient réalisé tant bien que mal des portraits robots avec les informations qui revenaient le plus donnant ce résultat grotesque. Mis à part leur nombre, rien dans cette affiche ne pouvait les trahir.

" C'est de ceci que tu parles? " Dit-elle avec le sourire satisfaite de démolir un argument du maitre du feu.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!> Mar 27 Sep 2011 - 12:48

Comment la demoiselle avait pu réussir à être en possession de ces affiches qui venaient à peine d'être posée alors que nous ne l'avions même pas vu sortir de la chambre, elle qui dormait encore il y a quelques minutes de cela. Décidément Fira était une jeune femme pleine de rebondissements et de surprises...

Le maître du feu ne pouvait plus contester quoi que ce soit, la jeune fille des rues l'avait eu en beauté et l'homme se retrouva sans argument face à ses représentations brouillons et peu figuratives.
Nasso soupira discrètement, comme résigné. Quand à moi, je ne disais toujours rien, ignorant quoi penser de la situation, Fira semblait réellement vouloir se rendre utile, mais ce qu'elle avait fait, elle pourrait très fortement le refaire, la violence était encrée en elle, en son enfance solitaire. Depuis toujours elle avait apprit à survivre a ses cotés, elle était désormais son alliée.

Que dire désormais? La rejeter malgré tout? Face au silence qui s'était installé nous étions à nouveau plongé dans nos pensées quand à l'avenir de notre groupe. Voyant que la situation pourrait déraper Fira réussit à humidifier de nouveau ses yeux grâce a un jeu d'acteur parfait. Devant les yeux triste et ses lèvres vacillantes de la jeune femme Nasso fit par céder et accepta qu'elle reste encore avec nous.

-Qu'en dis tu Kalae? Demanda t-il pour être certain que je ne sois pas en désaccord.

Quelques petite secondes de silences plainèrent le temps que mon regard ne jongle plusieurs fois sur la fille des rues et le maître du feu, d'un air hésitant, avant que je n'acquisse en hochant la tête doucement.

-Oh vous êtes tellement gentil!! S'exclama dans une explosion de joie Fira qui ouvrit grand ses bras pour nous serrer contre elle en nous sautant dessus brutalement.

Blottit ainsi tout les trois, les visages s'écrasant les uns contre les autres, la demoiselle semblait réellement enchantée de nous accompagner, mais ce n'était en réalité que pour dissimuler l'espionnage qu'elle comptait continuer à faire. Lorsqu'elle relâche finalement prise et tapa dans ses mains comme pour annoncer que le moment du départ ne tarderai pas. Elle s'engouffrait de nouveau dans la petite salle de bain pretextant qu'elle avait une petite toilette à faire.

Nous dûmes donc patienter de nouveau alors que la demoiselle prenait son temps, enfermée dans cette pièce. Fira était assise sur le rebord de la baignoire, attendant avec impatiente le retour de son faucon, il fallait que le message arrive rapidement, sans quoi, si ils prenaient le départ sans prévenir, l'oiseau messager aurait été désorienté et n'aurait pu transmettre la réponse de monsieur Edhon Huang que Fira attendait avec impatiente.
Dix minutes finirent par s'écouler et la fille des rues n'était toujours pas sortie. Que lui arrivait-il? Je m'étais avancée d'un pas curieux et cogna à la porte à trois reprises consecutives.

-Fira? Demandais-je a travers la porte. Est ce que tout se passe bien? Tu en mets du temps.
-Heu... Fit la demoiselle qui avait sursauté et toujours sans nouvelle de son faucon. Oui oui! C'est juste que je n'arrive pas à me débarrasser d'un épi. Ces cheveux sont impossiblement sec!
-Bah ce n'est pas bien grave, Rassurais-je en commençant a trouver que l'heure tournait. Il disparaitra dans la journée, viens.
-Non! Affirma Fira. Je ne peux pas sortir comme ça.

Nasso soupira en secouant la tête de gauche à droite, * Ahh... les femmes.* pensa t-il. Devant la jeune femme décidée et enfermée dans la pièce, je ne pouvais qu'attendre, j'avais donc fini par tourner les talons avant de me remettre sur le lit, attendant que la jeune fille libère la place.
Très vite après cela, le faucon messager ne tarda pas à venir se poser sur le rebord de la fenêtre qui avait été ouverte. L'oiseau pu enfin reposer ses ailes qui avait volé toute la nuit pour pouvoir transmettre la réponse le plus vite possible à sa propriétaire. Fira s'empressa de défaire le ruban rouge qui maintenait le message accroché à sa pâte avant de le dérouler lentement pour faire attention à ne pas le déchirer par mégarde.

« Fira.

Ton travail jusqu'à maintenant est parfait, mon plan se déroule au-delà de mes espoirs. J'ai déjà eu ouïe du meurtre de mes parents avec un faucon royal qui est arrivé dans le courant de la nuit peu après le tiens. Bien évidement j'ai eu le droit à de sincères condoléances et des promesses de justice. Mais je ne veux pas que les autorités découvrent les vrais coupables, du moins, pour le moment. Je veux les tuer par moi même et obtenir les honneurs en prouvant comment les Huang traite les ennemis.
Ce que je voudrai que tu fasses, ma chère Fira, c'est de découvrir les points faibles de Kalae et du maître du feu, pour pouvoir les tuer, je veux les écraser rapidement sans leur donner la moindre chances, et ainsi assurer un futur brillant pour notre famille.
C'est une occasion fabuleuse de conquérir le pouvoir. Quand tout ceci sera fait, amène les chez moi...
L'heure de la vengeance à bientôt sonné. Je vous attend.

Edhon Huang. »


Après la lecture Fira déchira le petit message en des dizaine de morceaux avant de les lancer par la fenêtre. Les petits et illisibles bouts de papiers se dispersèrent dans les airs comme des graines de pissenlits portées par le vent.
Elle finit finalement par sortir en arborant un sourire naturel avant de nous laisser la place. Nous fûmes prêt bien plus rapidement que Fira le fut, juste le temps de pouvoir mettre des habits banals, ce qui ne lui donna à peine le temps de réfléchir à comment elle allait bien pouvoir mettre a exécution les ordres de son maître. A plusieurs reprise la demoiselle des rues avait pu observer cette promiscuité entre Nasso et moi, cette amitié soudée, presque ambiguë. S'agissait-il d'une simple amitié profonde, ou d'un amour inavoué?
La jeune femme des rues savait qu'elle pourrait jouer sur cet aspect, tester nos liens pour faire ressortir en nous des sentiments qui pourrait s'afficher comme une faiblesse.
Elle pouvait déjà compter l'importance que nous accordions tout deux à la famille qui faisait déjà un moyen de pression convainquant, mais elle savait que ce n'était pas le seul et elle était bien décidée à tout faire apparaître en surface, tout en restant dans son rôle de camarade de route.


Nous ne tardâmes pas à quitter les lieux, nos sacs furent accrochés à la selle du rhinokomodo qui avait bien eu le temps de se reposé et qui avait été bien prit en charge par l'homme des écuries, tout comme la chevautruche qui semblait avoir hâte de gambader à nouveau. Le maître du feu monta avec aisance sur le dos de sa bête et alors qu'il allait me proposer sur sa main, Fira prononça son nom comme l'aurai fait un enfant cherchant a réclamer quelque chose en prenant une voix sucrée.

-Nassooooo... Est ce que je peux monter derrière toi? S'il te plait...
-Que t'arrive t-il? Questionna l'homme qui retira sa main que j'étais sur le point de saisir.
-Je n'ai pas l'impression que cette chevautruche m'aime... Répondit-elle d'une voix tendre en baissant les yeux.
-Que dis tu?! Tu l'as déjà monté durant plusieurs jours. Fis-je remarquer d'une vois légèrement agacée par cette femme capricieuse.
-Mais aujourd'hui c'est différent! Répondit-elle sur d'elle. Elle ne m'aime pas!
-Très bien, très bien... Répondit Nasso qui voulait mettre fin le plus vite possible à cette discutions.
-Merci! Lança t-elle en s'approchant de l'homme tout en m'écartant avec un coup de bassin discret. Tu es si gentil...

La jeune femme monta avec aisance derrière le maître du feu et pris bien soin de passer ses bras autour de son torse tout en apposant sa tête dans son dos. C'est avec un regard méfiant que le l'avais regarder monter, aidée par le maître du feu qui me proposa alors avec gentilesse de prendre la chevautruche de Fira.

Je m'étais donc tourné vers l'animal aux allures calmes, elle se laissa approché et monter sans difficulté. Cet animal n'aimait-il vraiment pas la fille des rues ou était-ce un prétexte pour se rapprocher de l'homme qui nous accompagnait?
Nasso ordonna au rhino-komodo d'avancer en donnant un petit coup de talon dans son flanc. Les deux cavaliers passèrent à l'avant puisque Fira serait pour le reste du voyage notre guide. La jeune femme me lança un faux sourire lorsqu'elle passa à mon niveau, comme pour me remercier de lui avoir permis de se rapprocher de Nasso.
*... * Sans rien dire je les laissais prendre les devants.

-Où vit mon oncle Fira?
-Ohhh! Répondit la jeune femme en riant presque. Je ne vais pas vous le dire, vous seriez capable de m'abandonner une fois les informations en mains. Non, je vais vous guider, et vous verrez bien le moment venu!

Ça y est, la fille des rues commençait à marchander et à nous avoir comme de simples victimes. Savoir que nous serions tout le long de ce voyage dépendant de ses caprices réussit à faire naitre en moi un grognement imperceptible.
Nous commençâmes notre route pour un long et périlleux voyage sur les terres rouge de la nation du feu, nous ignorions notre itinéraire et devions avoir entièrement confiance en cette femme bien trop armée.

A une allure tranquille, nous quittâmes la capitale de la nation du feu, prêt a continuer cette aventure décidément bien étrange.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




RPG


MessageSujet: Re: Les cendres du passé. <Terminé!>

Revenir en haut Aller en bas

Sujets similaires

-
» [Poème] - Des cendres - G
» J'ai passé une excellente soirée... mais ça n'était pas celle-ci [PV Timon] Terminé
» Passé, Présent et Futur
» Broder ensemble le marquoir Cadichon du Passé Composé
» [CASTLE] Si Loin de Toi (terminée)
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: