Partagez|

La flamme d'un souvenir. <Terminé!>

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Kalae
*******
*******


Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Mar 7 Juin 2011 - 15:10

Violemment propulsée contre le mur le choc avait été douloureux, et d'avantage lorsque mon corps se laissa retombé au sol. Il s'écrasa non loin de la commode contre laquelle Kotaro était adossé, il roula dans les éclats de verre et de porcelaine, laissant quelques discrètes entailles se faire sur les parties de peau nues et en abimant à quelques endroits le tissu bleu et blanc de la tunique.

Son attention tournée vers sa principale proie, le maître du sang n'avait d'yeux que pour Nasso, Caressant le cou du maître du feu avec le tranchant d'une lame une arme.
Tout en rampant en faisant attention de ne pas se blesser ni même à s'approcher trop près des petites flammes présente au sol, Kotaro laissait l'empreinte de sa main ensanglantée au sol à chacun de ses pas, il arriva enfin auprès de moi et l'air inquiet il posa sa main abimée sur ma tunique.

-Kalae?! Appela t-il en me secouant pour être certain que j'étais consciente ou en vie.

Lorsque le garçon me vit ouvrir les yeux il fut rassuré. Bien qu'à demi sonnée, je tentais de m'assoir sans prendre appuie sur ce poignet meurtri et extrêmement douloureux. Victime de vertiges due à la perte de sang importante mais aussi au brutal choc à la tête, la présence de Kotaro fut presque ignorée et la vision floue du petit Ako inanimé se tenait a quelques mètres de moi. Comment allait-il? Était-il mort? Malgré la situation dans laquelle je me trouvais, j'avais réussis à trouver le moyen et la force de glisser jusqu'au petit garçon, tentant d'écarter quelques débris d'un seul bras.

-A..Ako... Tentais-je de dire en tendant le bras blessé vers l'enfant pour tenter de l'éloigner des flammes qui grandissaient autour de lui.

Prenant obligatoirement appuis avec la main encore valide, contrôler celle qui était blessée pour secourir l'enfant demandait un énorme effort et un immense dépassement de soi et de la douleur.
Une fois son petit haut faiblement agrippé, un objet entra violemment traversant soudainement la fenêtre qui se trouvait au dessus de nous, faisant jaillir de nouveau éclats de verres, dans un dernier élan, je m'étais laissé tomber sur le corps de l'enfant dans le but de le protéger.

L'agitation présente dans la chambre cessa soudainement quand l'objet, qui se trouvait être un pique de glace, alla se planter un peu en dessous de l'épaule du maitre du sang qui se stoppa dans son action. Notre ennemi laissa tomber son couteau au sol pour pouvoir porter sa main sur sa douloureuse blessure.
Nasso fut aussi prit de surprise que son ennemi qui au fur et a mesure avait relâcher doucement son emprise, contraint par la douleur. Le maître repoussa l'homme sèchement et bientôt le maître du sang tomba à genoux de douleur tentant de toucher l'objet glacé planté dans son dos. Le regard du maître de feu se releva de son ennemi pour tomber sur quelques forces de l'ordre qui venaient de pénétrer dans la chambre par la même fenêtre désormais brisée, et qui s'étaient permis d'intervenir dans cette cohue violente.

-Qu'est-ce qu'il se passe ici?! Questionna de façon très autoritaire l'un d'eux avant de découvrir l'état de la pièce.

Son regard se posa sur le petit Kotaro, encore tremblant, ainsi que sur moi qui tentais de me relever, toujours emportée par ces vertiges. Les autres maîtres de l'eau venu en renfort utilisèrent leur maîtrise pour arrêter les flammes qui grandissaient au fil des minutes. L'homme qui été intervenu se trouvait être le soldat qui nous avait interroger la veille au matin et qui nous avait posé toute une série de question étrange. Lorsque son regard se posa sur Nasso, il arqua un sourcil, un air contrarié.

-Encore vous! Constata t-il en s'avançant d'un pas menaçant.
-Vous faites bien d'intervenir! Répondit Nasso d'abord soulagé avant de remarquer sa démarche peu amicale.
-Je savais bien que vous étiez lié a cette affaire maître du feu! Accusa le soldat.
-Comment?! S'indigna Nasso. C'est cette bête aux abois que vous recherchez!
-Suffit attrapez le! Ordonna le maître de l'eau venu en renfort.
-Non! M'interposais-je entre Nasso et le soldat en me levant maladroitement. Il n'est pas respon...

Trop rapide dans mes mouvement pour un corps devenu désormais trop faible, il se laissa emporté par un vertige. Nasso fit un pas en avant et vint alors pour soutenir mon corps vacillant.

-Il n'est pas ... responsable. Recommençais-je après quelques secondes de récupération.

Le maître du sang malgré la douleur était resté silencieux et avait les yeux levés vers nous pour assister pleinement à la scène. Il avait eu le dessus et il le savait, sans l'intervention extérieure il aurait réussit, aucun de nous n'aurait été apte à faire face à la maîtrise du sang...
Un sourire sournois anima son visage, il savait qu'un jour il réussirait à boire le sang du maître du feu. Ne restait peut-être qu'à attendre et de tenter sa chance à nouveau? La lune était encore bien haute et bien ronde dans le ciel, qui pouvait savoir les idées qui trottaient dans l'esprit de cet homme décidément bien étrange...


Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Mer 8 Juin 2011 - 22:45

L'incendie qui avait commencé à se propager dans la chambre avait été rapidement maitrisé par les gardes qui accompagnaient le chef de troupe. À présent, seules les lueurs des torches que deux des hommes tenaient fermement éclairaient la salle et les protagonistes de cette histoire. L'homme aux commandes de ces hommes restaient assez perplexe mais une brève réflexion sur la situation lui suffit pour voir que l'accusation à l'encontre du maitre du feu ne tenait pas: pourquoi aurait-il blessé ceux qui l'accompagnait? Et cet étrange personnage que faisait-il là? L'évidence voulait que l'intrus dans cette chambre était cet homme au teint si pâle, il ne l'avait encore jamais vu dans les environs, c'était probablement un étranger et il semblait la source des souffrance de ce couple accompagné de leurs enfants.

Les enfants avaient été amené sur le lit des adultes et alors que Kotaro avait un pansement pour sa coupure superficielle, Ako montrait des signes encourageant de réveil et bientôt, ce petit bout de chou très résistant ouvrirait ses yeux.

Tout en gardant à vue le maitre du feu et la maitresse de l'eau qui s'était placée entre eux, le chef de troupe qui n'avait pas fermé les yeux depuis bientôt vingt-quatre heures s'approchait de son nouveau suspect pour le meurtre de la veille et s'apprêter à écouter sa version des faits pour ce qui s'était déroulé dans cette chambre. Il ne lui fallut faire que trois pas pour se retrouver aux côtés du maitre du sang.

" Soyez prudent, il sait manipuler votre corps avec sa maitrise de l'eau. " Avertit Nasso.
" Mai...trise...sang! " Balbutia Kalae qui sombrait dans l'inconscience.

Alors que Nasso récupérait Kalae dans ses bras pour pas qu'elle ne tombe à terre, un des hommes de la troupe s'avança et procura de rapide soin au poignet de la jeune femme. Il ne lui fallut qu'un instant pour que la plaie ne se referme et alors qu'il conseillait au maitre du feu de lui donner doucement à boire, il continuait pour faire diminuer les inflammations et dégâts provoqués par la violente perforation du sombre personnage.

Le leader du groupe de force de l'ordre semblait un homme avertit ainsi il s'était méfié du maitre du sang immobilisé par des attaches de glace relié au sol. Beaucoup d'homme avait prit l'avertissement des rescapés avec le sourire, ils se le permettaient car il n'avait aucune idée de ce que c'était que d'être spectateur et non maitre de son corps.

À la demande du meneur d'homme, la maitre du sang commença à déblatérer un tissu de mensonge expliquant tant bien que mal sa présence ici en disant qu'il n'était qu'un paisible voyageur qui en entendant une scène de ménage dans la chambre voisine s'était introduit dans celle-là dans l'espoir de sauver la femme et les enfants du monstre de la nation du feu. L'histoire aurait pu tenir, après tout nombreuse était les femmes qui étaient capable de protéger par amour un mari trop violent mais des signes ne trompaient pas, si l'homme était vraiment entré pour secourir la famille alors pourquoi la porte était toujours verrouillée quand la garde est entrée de force dans la salle par la fenêtre et la porte?

Plutôt que de répondre à cette interrogation, véritable colle de la part de l'homme à l'allure guerrière, le prisonnier gémit pour faire croire que sa douleur était tellement insupportable qu'il ne pouvait plus parler mais le chef de troupe ne l'entendait pas ainsi, cet homme devait encore répondre à ces questions au sujet de la nuit précédente. Du pied, il remua un peu le pic de glace toujours planté dans le dos du maitre du sang qui n'avait pas été extrait pour éviter un écoulement de sang trop important avant que leur guérisseur n'en ai fini avec la demoiselle de l'eau qui avait d'ores et déjà reprit des couleurs et rouvert ses petits yeux bleus la mine fatiguée et quelque part rassurée de voir le visage du maitre du feu à son réveil, si bien qu'elle se permit de refermer les yeux quelques longues secondes plusieurs fois avant de se rappeler dans quelle situation ils se trouvaient avant qu'elle ne perde connaissance.

N'obtenant aucun aveu et après une discrète protestation du soigneur, le leader décidait d'embarquer toute les personnes présentes dans la salle au poste de sécurité de la ville, le maitre du sang fermement menotté avec un élément de fer forgé à la Nation du feu réputé pour sa robustesse tandis que la petite "famille" dont tous les membres étaient à présent réveillés accompagnerait la troupe de manière "libre".

Étant donné l'état de fatigue des personnes ayant combattu le maitre du sang, il avait été envoyé l'un des hommes chercher un traineau tiré par d'étranges animaux du nord dans lequel ils pourraient se poser pour les transporter jusqu'à destination. Les jumeaux rechignaient déjà à l'idée de partir, il faut dire que pour des petits être comme cela, l'heure était très très matinale, ils avaient tous deux étaient choqué par cette attaque, seul le monstre des dessous de lit aurait pu leur faire davantage peur.

Leur fatigue faisait ressortir ce qu'il y avait de plus charmant chez des enfants: la chiantise. Les hommes du capitaine étaient chargés de les aider à revêtir leur manteau pour qu'ils soient chaudement couvert durant le trajet tandis que Nasso aidait la jeune et douce Kalae qui semblait se remettre peu à peu sur pied bien qu'encore palote.

Rapidement, les enfants trouvèrent la situation propice pour mettre en place leur jeu préféré, "toi c'est moi et moi c'est toi" en d'autres mots: chacun usurpait le prénom de l'autre et ceci pour s'amuser avec leur nounou temporaire...

Le maitre du sang qui aurait pu se défaire sans problème de ses étraves de glaces dans la chambre d'hôtel s'était laissé faire jusque là se contentant d'afficher un simple sourire. Qu'avait-il en tête?

Lorsque le traineau fut avancé, toute la troupe descendit les escaliers, la porte fut ouverte en grand et une énorme vague de rayon lunaire atteint le maitre du sang qui ouvrit grand les yeux comme s'il recevait une dose du plus puissant des stimulants. Quelques personnes observaient depuis leur fenêtre ce qui se déroulait dans la rue adjacente à leur bâtiment, très curieux d'avoir entendu le bruit des bêtes qui tiraient les traineaux à cette heure de la nuit.

Le traineau était en fin de convoi tandis que le prisonnier et les hommes, avançaient en tête de convoi, le poste central de sécurité était à un petit kilomètre, trajet qui sous la lueur de la Lune offrait une visibilité des plus acceptable mais la fraicheur de la nuit demandait des efforts supplémentaires aux corps pour rester au-dessus de toute hypothermie.

Le convoi ne fit qu'une trentaine de mètre avant qu'un immense stalactite ne jaillisse du sol devant puis derrière le convoi. Tous les hommes des forces de sécurité se mirent en position. Une silhouette puis une deuxième se dévoilèrent chacune à côté de leur création, ces deux personnes étaient là pour leur maitre à penser, il n'avait pas son talent de maitre du sang mais partageait sa passion du sang et le vénéraient comme un dieu parmi les hommes.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Jeu 9 Juin 2011 - 21:26

Tenant Nasso par le bras pour avancer, très vite les forces revinrent peu à peu. Les soins prodigués avaient stopper l'important saignement et déjà au bout d'une dizaine de minutes, le temps que le convoi arrive et que tout le monde ne se prépare, une certaine force et une certaine vivacité était revenue en moi bien qu'encore légèrement vulnérable.

Tandis que le maître du sang était d'avantage surveillé par les soldats, le meneur d'homme s'avança vers les deux enfants pour tenter de leur expliquer le déroulement de la situation et de se faire bien voir pour ne pas se mettre à dos ces bambins pleins d'imagination et de ressources.

-Bonjour les enfants. Commença t-il en tentant d'afficher un sourire sympathique.
-Bonjour. Répondirent les deux frères automatiquement.
-Alors, comment vous appelez-vous?

Les deux jumeaux échangèrent un discret et rapide regard qui a lui seul avait suffit pour qu'ils se comprennent.

-Je m'appelle Kotaro. Répondit Ako.
-Et moi Ako ! Répondit le second imposteur.
-Hum.. Fit le leader en examinant les deux enfants strictement identiques. Bon, vous allez venir avec nous et vos parents, mais ne vous inquiétez pas d'accord, nous ne vous séparerons pas d'eux.


L'attitude que prenait le leader du groupe faisait rire intérieurement les enfants, il tentait de faire bonne figure mais arrivait très mal à cacher son jeu. Ako et Kotaro n'étaient pas inquiet pour le moment, ils voyaient celui qu'ils surnommaient « le méchant » sous contrôle et pensaient que tout était terminé.

-J'ai faim! Protesta le faux Kotaro en croisant ses bras l'air boudeur.
-Tu veux manger quoi Kotaro? Questionna la soldat.
-Je suis Ako... Lui fit reprendre l'enfant l'air offensé, qui en réalité lui mentait.
-Ah... Fit le maître de l'eau en se tournant vers l'autre garçon. Alors tu veux manger quoi finalement Kotaro?
-Vous vous tromper, JE suis Ako. Répondit Kotaro avant de regarder son frère. IL est Kotaro.
-Bon ça suffit! S'exclama l'homme en se rendant compte que les enfants se moquaient de lui. Qui est le vrai Kotaro?!
-Lui! Répondirent-ils en cœur en se pointant mutuellement du doigt.

Le maître de l'eau fulmina, agacé par ces jeux d'enfants. Tandis que les deux garçons ne purent s'empêcher de ricaner, il tourna les talons et ordonna un départ imminent.
Bientôt le convoi arrivait, tiré par des animaux bien étrange puisque ressemblant étrangement a des ours, ils n'avaient pas une imposante masse comme il était d'habitude d'en voir, le corps aussi fin que celui d'un chien et avec un certain aérodynamisme leur donnait un air rapide et dangereux.
Cependant bien apprivoisés nous n'avions rien à craindre, aussi c'est avec confiance que nous étions monté a bord, les soldats et le principal suspect a l'avant, tandis que nous restions en arrière.

Le convoi ne tarda pas à partir a vive allure, tiré par la force impressionnante des bêtes apprivoisées. Les enfants s'amusaient à se tenir debout alors que le traineau se déplaçait, vacillant de nombreuses fois lors des coups ou des virages qui prenait le convoi. A de nombreuses reprises le leader du groupe qui avait un œil sur la petite famille avait demandé aux enfant de se tenir tranquille mais en vain, les deux jumeaux faisaient mine de l'ignorer. Ce n'est qu'au son de la voix du maître du feu qu'il se raidir brutalement avant de s'assoir sagement.

Une fois les enfants sous contrôle, Nasso, toujours dans une petite inquiétude se tourna vers moi qui regardais alors sagement le paysage nocturne sous la pleine lune. Nous venions de passer prêt de la mort une nouvelle fois, à la différence que la situation nous avait été totalement hors de contrôle, sans l'intervention de cette garde qui sait ce que nous serions devenu.

La main chaude du maître du feu qui se posa sur ma joue me fit alors brutalement sortir de mes réflexions. Il tourna mon visage vers le sien pour pouvoir l'examiner de ses yeux verts émeraudes, et ce toujours avec beaucoup de douceur.

-Tu te sens mieux on dirait. Constata t-il a la couleur de mon teint.
-Ou.. oui! Répondis-je en rougissant presque, intimidée par ce geste inattendu.
-Tu es moins pâle.
-Je vais bien ne t'en fais pas. La pleine forme! Exagérais-je avec le sourire. Je pourrais faire face à un élan-lion.

Nasso afficha un sourire rassuré avant de se repositionner correctement et qu'un des deux enfant ne se penche vers lui pour lui murmurer quelque chose a l'oreille.

-C'est quoi un élan-lion? Demanda Ako qui semblait ne pas vouloir montrer aux autres son ignorance.

Nasso ne put répondre a l'enfant puisqu'une grosse secousse accompagnée d'un bruit effrayant stoppa le convoi avec brutalité. L'on entendit les bêtes pousser un cri de surprise et de frayeur, jusqu'à ce qu'une seconde réplique ne surgisse derrière nous.
Deux grands piques de glaces venaient de jaillir du sol avec violence et a leur coté, deux petites silhouettes, celles d'un homme et d'une femme, qui se tenaient droit, encerclant à eux deux le convoi.

-Qui va là? Qu'est-ce que ça veut dire?! Questionna un soldat en se levant pour faire face a la femme qui bloquait l'avant. Qui êtes vous?

Venant de derrière, une lance glacée fendit les air dans un sifflement aiguë avant de venir sauvagement transpercer le soldat debout. Il poussa un gémissement de douleur avant de tomber a genoux sur la neige et de tacher le tissus blanc de son sang.
Comme un troupeau d'abeille tous les membres de la gardes se levèrent d'un bon, comprenant qu'il venaient de tomber dans une embuscade.

La femme partisan du sombre personnage qui était encore menotté attrapa Kotaro par son manteau avant de le tirer vers lui.

-Kotaro!! Hurla son frère prêt à brandir son épée de bois pour secourir son jumeau.

Nasso et moi avions sauter du convoi pour secourir l'enfant sur lequel nous devions veiller, prêt a le secourir. La femme âgée presque de la trentaine nous faisait face agrippait l'enfant par le col qui tentait de se débattre, elle afficha un sourire provocateur en reculant de quelques pas pour nous inciter à s'éloigner du convoi.
Nasso avait armé ses deux poings de flammes menaçantes pour tenter de dissuader le femme qui avait pour otage Kotaro, seulement, tenter une attaque enflammée aurait pu blesser le jeune garçon courageux. Armée d'un fouet d'eau, j'étais venu a faire claquer l'élément aqueux sur ses mollets de notre agresseur, surprise elle laissa s'échapper Kotaro qui ne perdit pas une minute pour déguerpir et aller rejoindre son frère, à l'abri près du convois.

Les gardes occupés à combattre contre l'homme qui s'était dressé sur leur chemin, et le maître du feu en ma compagnie étions bien trop préoccupé pour prêter attention au prisonnier. Le buveur de sang réussit à se débarrasser de ses liens en faisant amener les clefs qui maintenaient liés ses fers grâce à sa maîtrise de l'eau. En l'absence de surveillance il réussit à se détacher sans aucun obstacle, et une fois libre il ne perdit pas un instant pour se ruer vers le maître du feu et tenter de l'affronter a nouveau.

Alors qu'il s'apprêtait a m'accompagner dans le combat, Nasso sentit à nouveau cette désagréable sensation, son corps à nouveau ne semblait plus être sous son contrôle. Trop concentrée dans le combat qui mettait en scène la maîtrise de l'eau avec la femme qui nous avait agresser, la situation de Nasso m'était inconnue. Après tout, peut être était-il occupé de l'autre coté?

La femme qui me faisait face était malgré les apparence un maître expérimenté, rapide et agile elle était elle aussi animé par cette même et étrange aura qui se dégageait de celui qu'elle considérait comme son maître.

Nasso était a nouveau a la merci du maître du sang, il ne tarda pas a posé un genoux au sol, puis le second, forcé par son propre corps. Il leva les yeux et lança un regard assassin au maître du sang qui s'approchait en souriant.

-D'abord le sang de votre douce épouse, ensuite le votre, si chaud, si fort... je vous l'avez dit, il n'y aura pas d'aube pour vous. Jubila t-il en faisant apparaître un morceau de glace tranchant dans sa main pour finir ce qu'il avait commencer...
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Sam 11 Juin 2011 - 12:03

Directement sous les rayons lunaires, le maitre du sang avait à présent une emprise totale sur le corps du maitre du feu, allant même jusqu'à l'empêcher de contracter ou décontracter son diaphragme, Nasso ne survivait à présent plus que sur son apnée alors qu'il voyait son ennemi de plus en plus proche et en contre-plongée, ce qui semblait rendre son ennemi encore plus imposant. Le regard vert émeraude du maitre du feu traduisait la haine qu'il ressentait à l'égard de son ennemi, Nasso ne craignait pas la mort mais il n'admettait pas cette option, mourir sans avoir accompli son devoir, c'était mourir sans honneur.

" Stop! " Dit avec autorité le chef du convoi qui venait de quitter ses hommes en arrière qui devrait pouvoir gérer à eux seul l'ennemi en pensant rejoindre le maitre du feu et la fille de l'eau à l'avant et avait finalement découvert le maitre du feu sous le joug du prisonnier.

Tout en maintenant le maitre du feu sous son emprise d'une main pointée sur lui, le maitre du sang fit volte-face, sa lame de glace en main.

" C'en est assez! Libérez le maitre du feu et vous n'aggraverez pas votre cas. "
" Ordonnez la retraite et seul le maitre du feu mourra. Qu'est-ce que la vie d'un fils du feu à côté de vos hommes et de votre propre vie? Si des gens viennent le chercher, il suffira de dire qu'il a disparu un jour dans le désert de glace et que personne ne l'a revu. "
" Toutes les forces de l'ordre de la ville sont en train de bifurquer vers note position. Rendez-vous immédiatement. " S'exclama le chef de troupe comme s'il n'avait pas entendu les menaces et propositions du maitre du sang

En jetant un regard vers le ciel, celui à qui s'adressait le capitaine de troupe qui lui avait par le passé planté un pic dans le dos, observa une lumière artificielle résultant d'une fusée de détresse activée au moment de l'attaque. Les hommes dispersés à travers la ville devaient déjà être en chemin et le temps pressait.

Ressentant la résistance faiblissante du maitre du feu, celui qui l'empêcher jusque la de respirer lui laissa reprendre le contrôle de son diaphragme l'espace de deux inspirations et ceux sans même lui adresser un regard et lorsqu'il sentit qu'il avait retrouvé de sa ténacité, il le bloqua de nouveau. Il semblait que le maitre du sang désirait que sa victime soit consciente lors de sa procession d'extraction du liquide tant convoité.

D'un geste vif, le maitre du sang plia son bras avant de le tendre sèchement comme si il voulait envoyé un kunai, mais à la place de l'élément en acier, c'est la lame de glace qu'il tenait qu'il projeta vers son ennemi qui l'évita sans mal tout en ripostant avec plusieurs pics de glace. De sa seule main libre, le maitre du sang fit jaillir un petit bouclier de glace contre lequel les pics vinrent s'écraser un à un fissurant petit à petit la fine couche jusqu'à l'explosion lors de la dernière collision, le buveur de sang avait eu de la chance que d'autres n'avait pas suivi et d'un geste, il tendit l'intérieur de sa main vers son adversaire, recroquevilla ses doigts comme s'il avait des griffes invisibles et d'un mouvement d'avant-bras, son adversaire décolla du sol pour être projeté à vive allure contre un mur, inconscient.

Le bruit de l'affrontement à l'arrière était parvenu aux oreilles de la maitresse de l'eau amie avec le maitre du feu, dans un premier temps, elle avait supposé que ce dernier provenait des hommes tout à l'arrière mais elle réalisa que le son était bien trop proche et que son ami, maitre du feu avait été absent bien longtemps pour se débarrasser d'un maitre de l'eau alors qu'il était sûrement aidé par la garde dans l'affrontement de l'autre côté du convoi.

Jetant un œil en arrière, lorsqu'elle put se le permettre après une vague d'attaque qui avait déstabilisé son adversaire, elle contempla un champs de bataille à l'intérieur des deux fronts, le maitre du feu toujours à genou et qui avait par des exercices de concentration diminuait son rythme cardiaque afin d'économiser l'air qu'il lui restait dans les poumons. Il s'était finalement dit que quitte à mourir, il emporterait son ennemi avec lui lorsqu'il recevrait le coup final, il transformerait tout ce qu'il lui reste d'énergie en flamme qui par appel d'air se propagerait à son adversaire.

Kalae dans la précipitation et bien qu'exténué par ce combat après si peu de récupération projeta dans un élan d'espoir une série de deux pics de glace avec une célérité très rarement atteinte. Celle qui lui avait fait face jusque là, cria une mise en garde à l'attention de son maitre qui n'eut le temps que de bouger de quelques centimètres alors qu'il s'était déjà lancé dans le mouvement qui devait éteindre la vie du maitre du feu.

L'attaque à l'encontre du maitre du sang l'atteint au niveau du foi et d'un rein, la douleur et la surprise créées par cette attaque de la dernière chance l'avait déstabilisé au point que son attaque contre le maitre du feu ne lui trancha pas la gorge mais se planta entre deux côtes du fils du feu.

La percée de la lame de glace arracha le maitre du feu de ses pensées qui s'était préparé à l'attaque finale de son adversaire et lorsqu'il ressenti la disparition de l'emprise du maitre du sang, malgré l'immense douleur de la percée, il effectua, alors qu'il était toujours à genou, deux trois mouvements de bras avant de pointer le maitre du sang avec ses doigts du bras droit et que ne s'échappe un flux électrique qui le toucha de plein fouet et le propulsa loin du maitre du feu. Dans son dernier mouvement, le maitre du feu avait cassé la partie émergée de la lame ce qui compliquerait la tache de toute intervention.

Alors qu'il était à présent libre et tentait de se lever, la vision du maitre du feu devint flou et il s'écrasa ventre contre glace alors qu'une flaque rouge ne tardait pas à commencer à se dessiner autour de sa silhouette. C'est presque avec le sourire que le maitre du feu sombrait dans l'inconscient, peut-être mourrait-il mais le plus grand danger pour ses protégés était éloigné...

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Dim 12 Juin 2011 - 0:09

En même temps que le maitre du sang fit un pas en arrière, blessé par les deux piques de glace plantés dans son corps, l'homme blessa gravement Nasso en planta son arme glacée entre deux de ses côtes, laissant le maître du feu échapper un hurlement de douleur.

Très vite le manteau de Nasso se tâcha de sang, la tâche grandissante de plus en plus, il se laissa finalement tomber au sol marqua le sol d'un rouge vif. Le maître du sang qui venait de subir de plein fouet la contre-attaque du maitre du feu se releva peu après que le maitre du feu n'eusse fermé les yeux et avança en vacillant, posant ses yeux sur son rival un air amusé malgré la situation dans laquelle il se trouvait.

-NASSO!! Hurlais-je en voyant l'homme tomber sans pour autant me lancer auprès de lui, retenue par mon ennemi.

La femme qui me faisait face propulsa la neige devant elle et transforma le tas de poudreuse en un amas de glace en espérant un choc violent. D'une rapide roulade sur le coté le grand bloc fut évité de justesse. Ce fut à ce moment précis, enfin, que le maître du sang, visiblement mourant, posa un genou au sol, le souffle court et rapide. Il posa ses mains tremblantes à terre jusqu'à ce que le liquide rouge que perdait le maître du feu et qui s'étalait au sol ne vienne au contact de ses doigts. Il regarda le nectar avancer silencieusement, presque surprit.

Maître!! Appela la femme surprise et déboussolée.

Elle aurait aimé abandonner le combat pour l'aider à se relever, tout comme j'aurai aimé le faire avec Nasso mais toujours l'une face a l'autre nous ne pouvions nous permettre de nous tourner le dos.
Une expression de colère remplaça rapidement son désarroi, et animée par la volonté de vengeance envers celle qui avait ainsi blesser l'homme qu'elle considérait comme un dieu elle envoya plusieurs vagues d'eau assez violentes qui furent toutes détournées de leur cible.
Soudainement, sortant de nul part, des maître de l'eau, renfort et protecteurs de la cité débarquèrent sur le champ de bataille et agirent très rapidement.
La situation déjà analysée de plus loin ils savaient déjà qui étaient leurs ennemis et leurs alliés. La femme contre laquelle je combattait fut rapidement encerclée et très vite un combat entre la maîtresse et les force de l'ordre s'engagea.

L'ennemi occupé je ne devais plus m'attarder. Dans un violent demi-tour je courais en direction du maître du feu toujours allongé sur la neige et du maître du sang à quatre patte a ses cotés.
La main posée sur la neige recouverte de sang et elle même tâchée par le précieux liquide, le maître de l'eau leva sa main et lécha chastement ses doigts pour goûter au sang qui s'échappait de la blessure de Nasso.

Les yeux fermés, il savourait le goût, ce goût qu'il avait tant imaginé et désiré. Il finit par lâcher un petit rire nerveux et presque jubilatoire à demi suffoquant.
Désormais arrivée au niveau du maître du feu et c'est à genoux que je m'étais laisser rapidement tomber dans la neige et avait retourner Nasso pour pouvoir le mettre sur le dos, ignorant presque le maître du sang juste à nos cotés.
Les yeux du maître du feu étaient clos, l'air reposé il demeurait inanimé.

-Nasso...? Murmurais-je d'une voix vacillante.

la peur m'avait déjà envahit, la blessure qu'il venait de subir était grave et l'idée que la mort ne le prenne était inconcevable. Le cœur tapant dans ma poitrine et la respiration accélérée, je venais de retirer l'arme de glace plantée dans son torse, avant d'ouvrir le manteau du maître du feu avec une certaine rapidité.
L'homme respirait à peine, au fil des minutes les espacement entre chacune de ses respirations se faisaient de plus en plus lentes.

Les deux enfants étaient descendu du convoi et avançaient dans la neige d'un pas silencieux sans détacher leur yeux de l'étranger qu'ils avaient apprit à aimer. Presque choqué de voir cet homme fort au sol il restèrent debout a un mètre de distance leurs grand yeux posé sur Nasso. Etait-il mort? Pouvions nous le sauver? Les enfants ignoraient tout, peut être tout comme nous...

Tandis que le maître du sang finit par s'étaler au sol, dénué de ses forces mais toujours conscient, je tentais vainement d'appliquer à Nasso les premiers soins grâce à la maîtrise de l'eau. La blessure bien trop importante ne se résorba pas et très vite l'impuissance face à la situation m'envahit.

-Oh non je t'en prie! Je t'en prie! Suppliais-je alors que les yeux commençaient à être envahit de larmes.

Désormais ce n'était plus des soins, mais de l'acharnement. Mais chaque essaient étaient des échec aussi avais-je lever les yeux face aux deux jumeaux complètement pétrifiés face a la situation.

-Allez vite chercher quelqu'un! Vite!!

Les deux enfant eurent quelques secondes de réaction avant de partir en courant de toutes leurs forces vers le groupe de gardes qui avaient réussit a maîtriser le second sbire du maître du sang avec l'aide des protecteurs de la ville.

-Les secours arrivent, tu m'entends? Questionnais-je tremblante en prenant le visage du maître du feu entre mes mains tachées de son sang. Nasso, reste avec moi!

Une de mes larme déborda de mon œil et atterrit sur la joue froide du maître du feu inconscient. Un sanglot réussit à m'échappait alors que je tentais une nouvelle fois de guérir sa blessure, dans un dernier espoir.
Rapidement quelques soldats arrivèrent en renfort et examinèrent rapidement le maître du feu. Il confirmèrent mon jugement, la blessure étaient bien trop importante pour être sûr d'être soignée.
Les hommes possédant le don de médecine essayèrent alors à leur tour de refermer la blessure bien profonde et sanguinolente mais, le résultat fut le même.
Bientôt la respiration de Nasso ne se faisait presque plus sentir. Les deux enfants étaient collés l'un a l'autre, les yeux imbibés de larmes comprenant qu'ils n'y avait plus rien à faire.

-Non! NON! Répétais-je entre deux sanglots la tête posée dans son manteau et une affreuse douleur dans le cœur.

Jusqu'à ce qu'un éclair ne frappe mon esprit, ma tête se releva avec énergie et mes yeux parcoururent tous ceux qui étaient à nos cotés. Mais oui bien sûr, la solution était là! Portant rapidement mes deux mains dans ma nuque, je détachais une petite ficelle qui maintenant un petit pendentif à mon coup ressemblant à une petite fiole. Le bijoux que je portais depuis presque vingts ans et avec lequel j'avais été trouvé, était un petit extrait de l'eau de l'oasis des esprit.
Jamais elle n'avait été utilisée, elle avait toujours été conservée comme ultime souvenir de ma mère, mais aujourd'hui je me devais de la donner au maître du feu.

Le petit capuchon fut retiré avec délicatesse et le petit contenu de la fiole fut versé sur la plaie du maître du feu, l'eau se répandit rapidement à l'intérieur de sa blessure et en sa surface, prenant une légère et douce couleur bleuté.
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Lun 13 Juin 2011 - 13:10

L'attaque censée meurtrière qui n'avait finalement que gravement blessé le maitre du sang avait par chance réussi à le rendre inoffensif et son sang se retrouvait à présent empoisonné par les toxines du foi perforé, au point qu'il commençait à prendre une teinte jaunâtre. Le chef de troupes qui avait été assommé s'était à présent relevé grâce au réveil proféré par un autre garde. Quand la question d'apporter des soins au prisonnier fut soulever alors que plusieurs soigneurs avaient tenter d'en procurer au maitre du feu et que la maitresse de l'eau semblait abattue la tête dans le manteau de son ami, le leader déclara que cela était aussi inutile que pour le maitre du feu au vu de sa faiblesse et de sa couleur de plus en plus jaunissante, de plus, il savait pertinemment que le soigner serait un trop grand risque, lui même ayant eu l'expérience de subir la maitrise de cet énergumène.

C'était donc menotté la joue contre la glace que la maitre du sang sur le point de trépasser regarder son œuvre la plus réussi, son "grand final": un puissant maitre du feu tombé par ses mains et dont le sang avait répondu à toutes ses espérances et même plus, une maitresse de l'eau éplorée qui tentait en vain de sauver son ami qui l'avait sauvé de la noyade quelques jours auparavant.

Alors que la respiration du maitre du feu s'estompait, son esprit se voyait empli de noir et entouré d'une froideur sans nom, seul l'endroit de sa blessure semblait encore chaude mais n'était plus douloureuse. Le fils du feu déduisait de cet environnement austère et inexistant sur Terre qu'il était passé de l'autre côté.

* C'est donc ça la mort? * S'interrogeait le maitre du feu.

Une lueur lointaine attira son attention, dans une telle obscurité, la question de s'y diriger ou non ne se posait même pas et c'est à bonne allure que le maitre du feu en prenait la direction.

Kalae n'avait rien lâché, utilisant le précieux liquide qu'elle avait précieusement conservé toute sa vie autour de son cou, elle espérait bien ramener son ami de cette situation. Elle ne ressentait à présent plus que de vagues battements de cœur et une respiration quasiment inexistante. Un maitre de l'eau vint apporter son aide à la maitresse de l'eau en positionnant ses mains au dessus des siennes dans l'espérance que quatre mains seraient plus efficace que deux. L'homme laissait le leadership des soins à la maitresse de l'eau et ne faisait qu'accompagner ses mouvements pour amplifier leurs effets, le tout sous la lumière douce et bienveillante de l'astre nocturne et des flammes de torches.

Le maitre du feu avait marché sans s'arrêter et s'était suffisamment rapproché de la lumière pour constater qu'il s'agissait d'un énorme feu de camps et que deux silhouettes se trouvaient autour, une enfant et une femme dont il n'eut pas besoin de voir les visages pour savoir de qui il s'agissait, il le savait déjà: aux formes ou instinct? Il n'aurait pas pu le dire...

Nasso se stoppa à quelques mètres du feu alors que les deux silhouettes s'étaient tournées vers lui et qu'à présent il pouvait distinguer leur visage dans l'obscurité environnante. Le maitre du feu tomba à genou devant elles, la tête dirigée vers le sol.

" Je suis désolé! " la fierté de l'homme face à ses deux femmes s'était évanouie, elles incarnaient les deux plus grands échecs de sa vie et ces tourments.

La silhouette de la femme s'approcha du maitre du feu, s'agenouilla devant le maitre du feu laissant apparaitre son visage caractéristique des filles de l'eau, lui releva la tête avec un doigt passé sous le menton du maitre du feu afin que leurs regards se croisent.

" Mina! Je n'ai pu vous remercier, j'aurais voulu être là pour vous empêcher de partir dans ce désert glacé et vous sauvez comme vous l'avez fait. "
" Ne sois pas désolé, je ne te connaissais pas et je t'ai sauvé. Je sais maintenant que tu as cet altruisme en toi aussi, il n'y a aucune raison de t'en vouloir de quoi que ce soit. " dit-elle en tutoyant le maitre du feu et avec beaucoup de sincérité avant de se relever et de retourner près du feu.

L'autre silhouette, celle d'une enfant qu'il aurait reconnu parmi tant d'autres, s'avança à son tour vers le maitre du feu qui s'était toujours reproché sa mort, le maitre du feu à genoux faisait la même taille que cette dernière debout et les longs cheveux noirs de la petite demoiselle lui arrivait jusqu'au creux entre ses épaules. La petite fille et le drame qui lui était arrivé étaient sûrement à l'origine de la personnalité chevaleresque du maitre du feu qui s'était toujours reproché la mort de l'enfant.

Nasso en revoyant le visage de son amie Laïza aussi proche de lui, si réel était totalement tétanisé, ne sachant pas comment réagir. L'enfant continua à s'approcher du maitre du feu puis l'enlaça dans ses bras, ce dernier surprit en fit de même en la serrant fort comme s'il souhaitait ne plus jamais la lâcher.

" Nasso, tu es devenu vieux! " S'exclama la petite fille qui avait gardé sa forme enfantine d'avant drame.
" Laïza! " dit le maitre du feu la voix tremblotante.

Les efforts de la maitresse de l'eau semblaient vains, la blessure s'était refermée mais face à toute cessation d'activité cardiaque et respiratoire, l'homme qui accompagnait Kalae dans ses mouvements se stoppa, bien qu'elle perçu la disparition de l'aide du garde, la maitresse de l'eau n'était pas décidé à abandonner. L'eau de l'oasis de l'esprit aller sauver le maitre du feu, elle le devait, c'était impossible que cela se passe autrement. Le chef de troupe arriva dans le dos de la jeune femme, posa sa main sur son épaule pour lui dire d'arrêter, qu'elle luttait en vain. Le maitre du feu avait cessé de vivre, elle avait remarqué que son corps ne laissait plus aucun signe de vie mais elle ne voulait pas l'abandonner pas lui, ainsi elle donna un coup d'épaule pour se débarrasser de la main de responsable de l'ordre qui tentait de la séparer du corps de Nasso.

Ce dernier la saisi alors de force par les deux épaules et la souleva tandis qu'elle hurlait sa tristesse déchirante et que les enfants pleuraient à chaudes larmes. Les rayons de la Lune s’abattirent sur l'endroit de la blessure de Nasso autrefois caché par la maitresse de l'eau ainsi que des larmes de la jeune femme qui se débattait pour retourner auprès du corps de son ami. Face à toute son agitation, l'homme finit par la relâcher et Kalae s'en retourna au contact avec Nasso.

" Reviens! " Hurla-t-elle dans un cri transperçant.

Une lumière blanchâtre enveloppa le maitre du feu dans l'environnement obscur où se trouvait son esprit alors qu'il enlaçait toujours son amie d'enfance qui lui confiait qu'elle était fière de ce qu'il avait accompli durant sa vie et qu'il n'aurait pas du s'en vouloir durant cette dernière pour ce qui s'était passé. Lorsqu'elle remarqua la lumière autour de Nasso, la petite silhouette défit son étreinte, le maitre du feu ouvrit les yeux suite à cela et la remarqua à son tour.

" Reviens...Reviens " S'exclama une voix familière dans un écho venu de tout autour d'eux.
" Qu...Qu'est-ce que ça veut dire? " Questionna Nasso en lâchant son emprise à son tour en s'inspectant de haut en bas.
" Reste comme tu es, Nasso! " Dit-elle avant de disparaitre petit à petit.
" Oui et va de l'avant, je serais toujours là. " Termina-t-elle tout en disparaissant à son tour.

De l'eau apparu sous le corps du maitre du feu puis il fut aspiré à travers celle-ci toujours enveloppé de cette lumière blanchâtre.

Kalae qui avait sa tête contre le torse du maitre du feu senti un violent battement de cœur, relevant la tête en pensant avoir rêvé, elle l'entendit inspirer, un sourire gagna son visage recouvert de larmes. Le maitre du feu ouvrit doucement les yeux ne sachant plus vraiment où il était...

* Était-ce un rêve? *

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Mar 14 Juin 2011 - 0:14

Musique proposée: http://www.youtube.com/watch?v=PZNBg5PCjqI

*******

La tête posée sur son torse inanimé voilà que je pleurais à chaudes larmes la perte d'un nouvel ami, un homme avec lequel j'avais vécu d'uniques expériences, un homme comme il en existait peu.

La main du chef du groupe se posa à nouveau sur mon épaule qui sursautait au gré de mes sanglots pour tenter de montrer sa compassion. Les deux enfants avaient peur, ils regardaient le corps de leur idole sans vie et entendaient mes pleurs de telle sorte qu'ils comprirent rapidement le dénouement de cette histoire. Nasso était mort...
Grâce à l'eau de l'oasis des esprits sa plaie c'était enfin refermée, mais pour autant le souffle ne l'avait pas regagner son corps.

Les joues des enfants ne tardèrent pas à être recouvertes de larmes alors qu'au même moment, le maître du sang, face contre terre et mourant avait encore assez de forces pour regarder ce spectacle dont il était le responsable.

-Ha.. haha... suffoqua t-il avec un dernier et faible sourire. Il est...mort...
-TAISEZ VOUS ! Grognais-je sèchement sans relever ma tête.
-... C'est... inutile désormais de...tenter quoi que ce soit...

Soudainement un battement de cœur retentit à nouveau dans la poitrine du maître du feu. L'homme reprit soudainement une grande inspiration qui gonfla son torse et souleva doucement ma tête posée sur son manteau sali. Tous les regards convergèrent sur Nasso qui venait de revenir à la vie grâce a l'effet de l'eau de l'oasis des esprits, qui venait de pénétrer en lui quelques longues secondes plus tôt. Quelques soigneurs et maîtres de l'eau s'échangèrent un regard agars quand à la situation, comment pouvait-il?

En entendant l'inspiration bruyante de Nasso, les deux enfants arrêtèrent doucement de pleurer et tentèrent de regarder ce qu'il se passait.
Le maître du feu ouvrit progressivement ses yeux verts et aperçut de manière floue quelques silhouettes noires et la lune pleine pencher au dessus de lui. Il poussa un petit gémissement comme pour dire quelque chose en levant son bras droit faiblement.

-Il est vivant.. Constata l'un toujours aussi surprit.
-Nasso!! Crièrent les enfant en bousculant les soigneurs pour passer devant et assister à son réveil.
-Nasso! Tu m'entends? Demandais-je de manière impatiente en attrapant la main qu'il avait relever.

L'homme semblait dans un premier temps parfaitement perdu, réalisant à peine où il se trouvait. La voix qu'il entendait lui semblait familière et peu a peu tout redevint clair en sa mémoire. Mais alors que venait-il de vivre si la réalité était en face de lui?

-Que... que s'est-il passé? Questionna l'homme encore embrouillé.

Simultanément les deux enfant se jetèrent sur le ventre de l'homme en tentèrent de l'étreindre leur de leur bras courts, tandis que je m'étais jeter à son cou, soulagée, une nouvelle larme de joie naissante dans un coin de l'œil.

-Nasso! Tu étais mort!

L'homme surprit par une soudaine démonstration d'affection resta allongé, jusqu'à ce que les deux enfants se décrochent ensemble, de manière précipité sans oublier de se cogner la tête entre eux. Ils essuyèrent leur dernière larme avant de reprendre leur petite frimousses habituelles.

-Tu aura vu ça Nasso! D'un coup plus rien! Commenta l'un en tentant de refaire le maître du feu.
-C'est Kalae elle a sortie un truc bizarre, y'a eu une belle lumière! Compléta le suivant.

Doucement je m'étais détachée pour croiser le regard de l'homme en essuyant ma joue droite d'une main pour sécher mes larmes, tout en rentrant la petite fiole désormais vide dans le col de ma tunique. Aucuns mots n'arrivaient a sortir sous le coup de l'émotion, juste un regard perdu et humide arrivait à faire parler de lui-même...
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Mar 14 Juin 2011 - 23:21

Le visage de la fille de l'eau apparaissait aux yeux de Nasso comme le plus doux des visages éclairées par l'astre lunaire et la présence des torches des gardes de la ville à présent en masse autour d'eux, plus d'une cinquantaine, la plus part étant des maitre de l'eau. La faiblesse du maitre du feu qui revenait de loin lui cachait les traces d'une nuit tout aussi éprouvante, si ce n'est plus pour la maitresse de l'eau qui était littéralement éreintée d'avoir du combattre une maitresse de l'eau de bon niveau et une séance de soin aussi prolongé avec une quantité de sang à peine suffisante à la maintenir debout. Si on lui avait demandé de se relever à l'instant, il aurait été fort probable qu'elle n'y serait pas arrivée sans une aide extérieure.

La maitre du feu toujours allongé mais tête relevée et dirigée en direction de sa chère amie à qui il devait la vie, il comprit malgré la confusion qui régnait dans sa tête qu'elle avait sincèrement souffert mais de quoi? Était-il vraiment mort? Doucement, il déplaça sa main pour la passer à travers les cheveux de la jeune femme aux yeux humide et pour finalement l’apposer sur sa nuque afin de la réconforter par le biais d'un peu de chaleur humaine de celui qu'elle avait cru perdre.

Alors que ces retrouvailles fortes en émotions se déroulaient, un des hommes chargeaient de garder le maitre du sang remarqua que l'âme de ce dernier, s'il en avait eu une un jour l'avait quitté dans le plus grand des silences, l'homme qui avait put savourer pour dernière gorgée le sang du maitre du feu s'en était allé les yeux ouvert, la joue contre la glace. Les toxines de son foi alliées à sa faiblesse avait eu raison de lui.

Les deux acolytes du maitre du sang qui avait tenté en vain de le libérer étaient tout deux blessés mais rien de plus que des dégâts superficiels. Avant que le corps du maitre du sang, leur maitre, ne fusse chargé sur un traineau mortuaire, ils purent assister à la procession du capitaine qui souhaita s'assurer qu'aucun tour ne lui soit joué, ainsi, il transperça avec une lame d'acier de part en part la partie où se trouvait le cœur du redoutable adversaire qu'ils avaient combattu durant cette nuit de pleine Lune. Les deux prisonniers furent témoins de l’œuvre de l'homme qui leur ôtait ainsi tout espoir que leur maitre à penser n'effectue l'une de ses supercheries et c'est solidement surveillé que le convoi carcéral reprit la route.

Sur place, les hommes de la garde avaient commencer à se disperser et à présent que le coupable avait été trouvé, tous n'était plus nécessairement mobilisé. Les quatre voyageurs se retrouvèrent très vite en la seule compagnie du capitaine et de cinq hommes avec lesquels il avait l'habitude de se déplacer. Les enfants furent invités à monter sur le même traineau qui les avait transporté jusque là, Nasso et Kalae quant à eux, avaient partagé un long échange de regard traduisant leur profond attachement l'un à l'autre avant d'être finalement transporté l'un après l'autre sur le convoi aidé tout deux par les hommes du capitaine.

Lorsque la question lui fut posée, le leader des hommes qui autrefois avait montré une certaine hostilité envers l'étranger qu'était le maitre du feu, expliqua la suite des événements aussi bien aux adultes qu'aux enfants dont il se méfait à présent. Ils se dirigeaient vers la résidence d'un membre du conseil de la ville qui n'aurait aucun mal à loger en toute sécurité les invités le temps qu'ils ne se rétablissent. Le chef de troupe savait que ce conseiller ouvrirait grandes les portes de sa demeure à ses inconnus qui avaient participer à la recherche, capture et mort des personnes responsables du meurtre de l'un des leurs et de surement bien d'autres à travers les plaines glacées. Les affaires de la pseudo-famille leur serait ramener plus tard dans la matinée par ces mêmes hommes qui finiraient leur service aux premières lueurs de la journée.

Une dizaine de minutes plus tard, le convoi transportant les alliés des forces de l'ordre blessé et "leurs" deux enfants se stoppa à l'entrée d'une grande bâtisse composée essentiellement de glace, tout du moins du point de vue extérieur. Deux hommes gardaient l'entrée et s'ils n'avaient pas été aussi fatigués, Kalae et Nasso aurait pu remarquer la présence accrue des gardiens de l'ordre dans les environs.

Un homme se présenta à la porte qui avait été avertit par des hommes partis en avance du lieu de l'affrontement, il semblait être un homme calme et posé, approchant les quarante-cinq ans et ornant l'un de ces boucs si particulier au maitre de l'eau.

" Entrez, je vous en prie " S'exclama l'homme d'une voix assez grave et paternelle.

Ayant reçu pour information qu'il accueillerait un couple et leurs deux enfants, le conseiller leur avait prévu une chambre répondant à leur besoin, Kalae, Nasso et les jumeaux suivaient l'homme qui les guider à travers sa demeure assez spacieuse pour une quinzaine de personne, il devait avoir l'habitude de recevoir des représentants de la Tribu de l'eau au nom du conseil, cette maison n'était en réalité pas vraiment la sienne mais une demeure de service qu'il habitait depuis tant d'année avec sa femme et ses enfants presque aussi âgés que la maitresse de l'eau qu'il n'imaginait plus la quitter.

Les décorations de la demeure, pour ce que Kalae et Nasso qui étaient tout deux soutenus dans leur périple jusqu'à la chambre, purent mémoriser furent des décorations assez typiques des maitres de l'eau, des trophées de chasse et des meubles de bonnes factures qui contrastaient avec ces derniers.

Arrivés à la porte de leur chambre, leur hôte s'excusait du confort sommaire qu'il leur proposait pour cette nuit mais il avait été prévenu très peu de temps avant leur arrivait et avait organisé cela à la hâte. Une fois les portes ouvertes, alors que les jumeaux semblaient encore réticent à aller se coucher, les deux adultes qui furent déposer sur le lit ne prirent pas une seconde pour admirer la chambre et fermèrent les yeux instantanément.

" Les enfants, vos parents sont très fatigués, chutttt! Vous voulez un chocolat chaud? " dit-il comme s'il avait conservé la fibre paternelle même envers les enfants des autres.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Mer 15 Juin 2011 - 22:45

Le contact de la main du maître du feu sur ma nuque fut un véritable soulagement et la douceur de son geste des plus agréables. Tandis que les hommes qui nous accompagnaient chargeaient le corps du maître du sang sur un traineau prévu à cet effet tandis que nous échangions un long regard. Toute la suite des évènements se passa rapidement, très affaiblit nous n’étions désormais qu’à demi conscients des évènements qui nous entouraient. Nous avions été appuyé pour monter à bord du traineau, les enfants avaient toujours cette énergie si propre, pour eux, l’histoire s’était bien terminée, Nasso leur nouveau modèle était en vie et moi protéger comme ils se l’étaient promis.

Le leader du groupe nous expliqua ses projets, il nous déposerait pour la nuit chez un homme, seulement à demi conscient et extrêmement épuisés, nous n’avions écouté qu’à moitié, non pas que nous étions désintéressés, mais parce que notre corps ne pouvait plus se concentrer.
Finalement, après quelques longues minutes de trajet, le convoi se stoppa devant une maison dont la façade glacée était joliment sculptée. Un homme sortit alors que les enfants sautèrent d’eux même pour descendre du traineau, bien accueillit l’homme ouvrit sa demeure à ses étranger alors qu’il avait été prévenu peu de temps avant notre arrivée.

Tandis que les enfants entraient dans la maison en compagnie du maître de l’eau, deux soigneurs nous aidèrent Nasso et moi à pénétrer dans la demeure. Guidés par le propriétaire il ne tardèrent pas à atteindre la chambre qui nous avait été préparé et nous avait allongé sur le lit. Chez qui étions-nous exactement ? Ou nous trouvions nous ? Où étaient les enfants ? Nous n’avions aucunes réponses à ses questions et nous étions malgré tout endormis subitement, assommé par notre faiblesse.

Le gentil maître de l’eau qui nous avait recueillit posa son index sur ses lèvres pour faire comprendre aux enfants de faire silence, tandis que les soigneurs quittèrent la pièce avant même de quitter la maison et de reprendre leur route avec leur supérieur. Le corps du maître du sang désormais sans vie et ses deux acolytes menottés chargés dans des traineaux spéciaux n'avaient pas accompagné ce convoi, le capitaine préférant savoir que les deux prisonniers ignoreraient la localisation du petit groupe.

Comme promit, notre hôte alla en cuisine préparer avec les deux enfants un chocolat chaud. À l’odeur du lait d’ours polaires en train de chauffer, les enfants salivaient d’avance. Il fallut seulement quelques petites minutes au maître de l’eau pour terminer sa préparation et servir la boisson chaude aux enfants qui prirent soin de souffler sur le lait avant d’oser y approcher leurs lèvres.

-Merci ! Dirent-ils en cœur avec un grand sourire.
-Vous ne vous couchez pas trop tard les enfants hein. Se préoccupa l’homme. Vos parents ne seraient pas contents de vous savoir debout à une heure tardive.
-Mais Kalae et Nasso nous laissent veiller tard. Essaya de convaincre Kotaro un air malicieux.
-Oui, Nasso nous a donné la permission ! Surenchérit son frère.
-Pourquoi les appelez-vous par leur prénoms, et non « papa et maman » ? Questionna l’homme surprit et curieux.

Les deux enfants se regardèrent discrètement, comment rattraper leur faute d’inattention? Il y eu un instant de silence, durant lequel ils avaient fait mine de boire leur chocolat pour leur donner un supplément de temps de réflexion.

-Oui enfin…. Commença Ako en détachant ses lèvres du bol. C’est que ce sont des parents spéciaux…
-Spéciaux… ?
-… de substituions.
-Substitution ?!
-Des imposteurs.

L’homme afficha une expression de surprise, il ne comprenait pas. Ainsi la soit disant famille qu’il hébergeait n’en était pas une ? Les deux adultes endormit n’étaient pas fiancés ? Devant l’incompréhension dont faisait preuve l’homme, les deux enfants se disputèrent pour lui raconter toute l’histoire, comment ils s’étaient retrouvés embarqués dans notre voyage, l’évolution de leur impression envers le maître du feu et l’agression de l’étrange maître du sang jusqu’à notre arrivée ici.

Le maître de l’eau était resté attentif, bien que les deux enfants ne faisaient que de se relayer le droit de parole. Cette découverte ne changea aucunement l’impression et la générosité de notre hôte, même si aucun lien familial ne nous unissait, nous restions des personnes dans le besoin.
Il finit par envoyer les enfants au lit quand il se rendit compte du temps qu’ils avaient prit à tout lui raconter. Bien qu’ils ne fussent pas d’accord les enfants finirent pas céder et furent conduit dans une chambre spécialement préparée pour leur arrivée.

La nuit passa rapidement, lorsque le soleil se leva sur les terres glacées, la vie s’éveilla à nouveau rapidement au pôle nord. Nasso et moi dormions encore, ma tête qui avait glissée tout doucement contre son épaule durant la nuit sans que je ne m'en aperçoive trop endormie pour ressentir quoi que ce soit, même les rayons du soleil sur mon visage n’avaient pas réussit à me faire ouvrir les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Ven 17 Juin 2011 - 22:25

Les bruits de la foule qui commençait à envahir les rues très amoindris par l'épaisseur des murs et les fenêtres doublées parvinrent avec l'appui des rayons du soleil à faire réagir les paupières du maitres du feu qui bientôt les ouvrit. Il aperçut tout d'abord le plafond que semblait avoir été taillé dans le même bloc de glace tellement il était uniforme. La pièce semblait baigner dans la lumière grâce aux rayons du soleil qui pénétrait par la double fenêtre et qui ricochaient sur les différentes parois.

L'esprit du maitre du feu dans une telle atmosphère lumineuse n'était que des plus apaisées, les événements de la veille de l'après guérison lui paraissait extrêmement flou, comme un rêve qui s'effaçait au cours du temps tandis que son passage de l'autre côté continuait à s'encrer de plus en plus dans son esprit comme un fait réel.

Un petit souffle effleurant son corps attira son attention lorsqu'il fut un peu plus réveillé alors qu'il n'avait bougé que l'orientation de son visage depuis son réveil. La source de cette petite brise n'était autre que la maitresse de l'eau qu'il découvrit la tête posée entre son épaule et son torse. De son visage transparaissait une grande quiétude et la voir ainsi, telle un ange, fit sourire de joie celui qui servait d'appui à la jeune femme. Nasso décida de ne pas se mouvoir, il ne souhaitait pas la voir se réveiller à cause d'un quelconque mouvement de sa part et il y avait quelque chose d'autre, quelque chose qu'il ne s'expliquait pas, il semblait apprécier cette promiscuité avec celle qui l'avait accompagné dans bien des aventures.

Kalae qui avait retrouvé de ses couleurs, notamment grâce au savoir-faire des hommes qui les avaient conduis ici et qui les avait beaucoup hydraté durant le trajet, ne fut réveillé qu'une vingtaine de minutes plus tard lorsque l'homme qui les avait accueilli tard dans la nuit ou plutôt très tôt le matin fit irruption dans la salle après avoir toqué afin de prendre des nouvelles de ses invités spéciaux. Cela avait était un toc léger mais suffisant pour extirper la maitresse de l'eau au visage ébloui de lumière.

" Bonjour! " S'exclama l'homme à la voix toujours aussi agréable à entendre, comme un membre de la famille heureux de retrouver les siens.

Alors que Kalae ouvrait les yeux et décollait son visage de son "oreiller" sans encore se rendre compte de contre quoi ou plutôt qui elle avait sommeillé, le maitre du feu mima le réveil en se frottant les yeux comme si la lumière l'agressée alors qu'il s'en était parfaitement accommodé depuis son réveil.

" Bonjour! " Rétorqua Nasso le premier suivi quelques secondes plus tard par la maitresse de l'eau qui tardait à sortir de la brume accompagnant le réveil.
" Bonjour. " Dit-elle avant de s'apercevoir qu'elle avait posé sa main sur le torse nu et chaud de son ami pour en décoller sa tête.

Lorsqu'elle remarqua que la trace de son sommeil sur le maitre du feu, caractérisée par un afflux sanguins dans la zone, la jeune femme sembla avoir assez de sang pour rougir quelque peu gênée en se demandant si ce dernier l'avait remarqué, elle sembla rassuré en observant le maitre du feu agir comme si de rien était.

Avant même que l'homme ne commence les formalités pour prendre des nouvelles des rescapés du maitre du sang, Kalae qui après s'être ressaisit, posa une question à laquelle elle devait avoir une réponse sans quoi elle ne pourrait rien faire d'autre que de se tracasser avec.

" Où sont les enfants!? " Questionna-t-elle comme si elle venait de perdre une partie de son corps.

Assistant à l'agitation de la maitresse de l'eau qui semblait réellement tenir à ces bambins qui les accompagnaient, l'homme ne put empêcher Kalae de se mettre dans un état d'alerte qui prospectait toute la zone avec beaucoup de hâte tandis que le maitre du feu réalisait à peine leur absence. Il est vrai que son dernier souvenir remontait à l'avant couché dans cette chambre et que c'était encore flou néanmoins ce dernier ne semblait nullement inquiet et en avait conclu qu'une autre chambre avait du leur être attribué.

" Kalae! "
" Nasso! " Dirent chacun leur tour les deux petites frimousses qui zigzaguèrent entre les jambes de leur hôte avant de sauter sur le lit et donc sur leur cible: les deux adultes qui les avaient éloigné de chez eux.

En voyant les deux monstres en pleine santé, la maitresse de l'eau fut rassurée et ornait de nouveau ce même sourire qui rendait son visage des plus radieux. Le maitre du feu quant à lui était conforté dans ses suppositions et lorsqu'il tenta de se dégager du lit pour se vêtir davantage et montrer à tous qu'il avait retrouvé toutes ces forces, le maitre du feu ressentit un énorme tiraillement au niveau de la blessure profonde qui lui avait été guérie. Une grimace gagna son visage et l'homme décidait de rester clouer au lit encore un peu avant de refaire une tentative.

Seul leur hôte qui les avait accueilli était resté en dehors du lit et était le seul à avoir comprit que le maitre du feu souffrait toujours à en voir son visage, la maitrise de l'eau dans le domaine médicale était extrêmement reconnu mais une blessure pareille même refermé totalement laisserait au maitre du feu une sensation de muscles tirés pour les jours voir semaines avenirs. Néanmoins Nasso avait des impératifs de calendrier et même si l'hôte venait à leur proposait de séjourner le temps de leur rétablissement, ce dernier ne pourrait accepter car le Domaine des Lumens attendait on retour d'ici deux semaines en sachant qu'il faudrait à un bateau normal un peu plus d'une semaine pour joindre les deux nations des éléments opposés.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Sam 18 Juin 2011 - 12:20

Les deux enfants se jetèrent sur le lit en nous atterrissant dessus. Leur petit rire raisonnaient désormais avec les nôtres, les deux petits frères se glissèrent entre nous deux en se laissant tomber sur le matelas confortable, scrutant le plafond de glace quelques instants.
Nasso était désormais, assit, le dos contre la tête de lit et échangea un regard vers le maître de l'eau pour traduire son remerciement, l'homme lui répondit d'un discret hochement de tête accompagné d'un sourire.

-Hé Kalae! S'exclama Ako en se redressant soudainement et en plaçant son visage à quelques centimètres du miens. Tu devrais goûter les chocolats chauds! Ils sont excellents!
-Haha! Ria le maître de l'eau timidement en s'avançant vers nous. Quels enfants charmants.
-Merci pour votre accueil monsieur. Lançais-je avec un gentil sourire.
-C'est tout naturel, d'ailleurs, si vous jugez qu'il vous faut d'avantage de temps pour vous rétablir n'hésitez pas, vous êtes les bienvenus.
-C'est gentil, répondit Nasso. Mais nous ne pouvons pas rester, nous avons encore de la route.
-Voyager en mauvaise conditions de santé peut être dangereux ne pensez vous pas? Rappela gentiment l'homme barbu.
-J'en ai conscience, mais rassurez vous, ce n'est rien, nous allons très bien désormais.
-Soit. Termina le maître de l'eau qui ne voulait pas offenser ses hôtes. Et quand pensez vous reprendre la route?

Nasso et moi avions alors échangé un regard comme pour se concerter avant de donner une réponse, et puisque le maître du feu avait des impératifs et devait absolument respecter un horaire, la plus sage décision aurait été de partir le plus rapidement possible. Ainsi, le maître du feu annonça que l'on reprendrait la route dès cette après midi.

L'homme barbu acquiesça avec un sourire amical avant de nous expliquer où il avait déposé nos affaires et de nous assurer que nous pouvions nous balader dans la maison sans aucune gêne, de faire comme si nous vivions ici depuis longtemps.
Il ne lui fallut que quelques courtes minutes pour apporter un petit plateau remplit de mets pour le réveil, soupçonnant que se lever serait encore douloureux pour les rescapés de cette nuit. Il déposa le plateau au pied du lit, les deux enfants curieux se penchèrent au dessus pour examiner si quelques chose aurait pu les intéresser.

-Je vais vous laisser, j'ai encore du travail en bas. Termina le maître de l'eau, bon appétit.
-Merci. Avions nous tous lancé en cœur

L'attention que portait l'homme envers nous était agréable, rien ne le forçait à faire tous ces efforts, mais comme beaucoup de gens de notre tribu, il nous considérait déjà comme un membre de la famille.
Nous n'avions pas tardé à goûter les petits aliments proposés sur le plateau, l'aventure de la veille avait été exténuante, et reprendre des forces était essentiel.

Rapidement les deux enfants, toujours pleins d'énergie se mirent à nous rappeler les évènements d'hier. Kotaro avait réussit à prendre en otage Nasso et commençait à lui raconter toute l'aventure d'hier tout en mimant involontairement l'action et de longues et bruyantes onomatopées qui servaient d'illustration quand à l'utilisation des maîtrises. L'attaque surprise, la mort du maître du sang, la mort de Nasso et sa guérison miraculeuse, tout fut à nouveau raconté mais cette fois de manière précise.
Les enfants avaient vécu là une aventure qu'ils n'oublieraient jamais, ils avaient un peu grandit et avaient fait de nombreuses expériences, mais il était évidement que ce changement ne pourrait en aucunement les empêcher de faire un jour où l'autre toutes les bêtises du monde.

Ako examinait avec une extrême curiosité la petite fiole de cristal désormais vide, désireux de me poser des questions tandis que son frère narrait avec énergie les évènements de la veille éclairant en même temps les souvenirs de Nasso qui étaient encore flous.
Un petit déjeuné au calme semblait très mal parti...
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Dim 19 Juin 2011 - 13:35

L’évocation de sa fiole désormais vide par le petit homme curieux fit transparaitre une émotion sur le visage, dans le regard de la jeune femme qui attira l’attention du maitre du feu jusque là occupé avec l’autre garnement. Ce n’était pas du regret qui ornait son visage mais plutôt une sorte de tristesse, de deuil, pour le sauver, la maitresse de l’eau avait sacrifié le contenu de l’objet qu’elle chérissait plus que tout. Aucun des trois mâles présent ne pouvaient comprendre, il ne connaissait pas l’histoire de ce petit contenant, et mis à part les enfants qui supposait qu’il s’agissait d’une eau magique, personne n’avait idée de la provenance de cette eau.

" C’était un souvenir… " Répondit finalement Kalae aux nombreuses et répétitives questions du jeune Ako.
" De qui ? " Interrogea-t-il accompagné de son frère qui avait lâché Nasso sentant qu’il allait se dire des choses importantes et que sa curiosité enfantine ne pouvait se priver.
" C’était de l’eau de l’oasis des esprits, le seul héritage matériel de ma mère. " Expliqua la jeune femme en tentant d’afficher un sourire pour rassurer les enfants.

Connaissant l’histoire de la jeune femme, Nasso ne pouvait que se rendre compte de l’importance du geste de Kalae, très rares étaient les échantillons de l’oasis des esprits, ses pouvoirs de guérison étaient connus à travers le monde depuis qu’elle avait été utilisée sur l’Avatar précédent Aang. Même si elle avait perdu une part de son héritage, elle ne regrettait effectivement nullement son choix, conserver l’eau plutôt que de ramener son ami, elle n’aurait jamais pu le concevoir même s’il s’agissait d’une eau spéciale. Le sauvetage de Nasso résultait donc des soins de la maitresse de l’eau mais aussi quelque part grâce à la mère de cette dernière qui avait obtenu cet échantillon et l’avait légué à sa fille.

Après avoir donné suffisamment d’informations aux enfants, la jeune femme remis en place le pendentif vide autour de son cou tandis que Nasso qui s’était fait relaté tous les événements de la nuit par le petit spectateur qu’avait été Kotaro cherchait comment remercier la jeune femme, il la connaissait suffisamment pour savoir que même s’il lui proposait n’importe quoi, elle refuserait alors en plus de lui assurer son amitié éternel dans un regard, l’homme se fit la promesse qu’importe le moment, le lieu et les circonstances, la jeune femme pourrait compter sur lui, bien que cela était déjà le cas avant la nuit dernière, ce sentiment était encore plus fort en lui.

Durant toute la matinée, les deux adultes ne cessèrent de boire encore et encore de l’eau et ceux, même durant le repas du midi qui arriva bien assez tôt. Les invités s’étaient levés et lavés avant de rejoindre leur hôte et sa famille sur une grande table dans une salle à manger pouvant aisément accueillir vingt convives. Nasso n’avait montré aucun signe de la douleur présente au niveau de sa blessure refermé, il avait déjà ressenti quelques choses de similaire lors d’une aventure avec l’un des confrères de la maitresse de l’eau et il savait pertinemment qu’il fallait laisser le temps agir même après intervention de maitre de l’eau soigneur.

Lorsque le repas fut achevé, les discussions autour de la table terminées aussi bien avec l’homme qui les avait accueillis qu’avec ces enfants de l’âge de la maitresse de l’eau qui avait été très intéressé par l’histoire de nos compagnons, les invités commencèrent à se retirer poliment en rejoignant leurs affaires et se préparant à reprendre la route. L’homme renouvela sa proposition de les garder encore quelques jours le temps que les aventuriers reprennent suffisamment de force pour un voyage qu’il considérait trop risqué dans leur état mais comme il s’y attendait, ils rejetèrent poliment sa proposition.

" Faîtes attention à vous ! " Donna-t-il en dernière attention au maitre du feu qui était le dernier à lui dire au revoir en partageant une bonne poignée de main.

Le maitre du feu assura à leur hôte d’une nuit qu’il veillerait sur la petite troupe qui l’avait accompagné jusqu’ici. Et c’est en agitant les bras tout en marchant, que les enfants faisaient leurs adieux au monsieur aux bons et savoureux chocolats chauds.

La marche allait s’annoncer difficile, les deux adultes qui avaient retrouvé assez de force pour marcher n’avaient plus qu’à espérer ne tomber sur aucun nouvel ennui sans quoi ils ne seraient surement pas capables d’y faire face. Alors qu’ils venaient de sortir de la ville, provisions et leurs affaires empaquetées sur le dos, un bruit provenant de derrière eux attira leur attention, ils s’arrêtèrent pour y voir de quoi ou qui il s’agissait.

Un convoi de deux charrettes sur patins avançaient à une allure à peine supérieure à l’allure de marche du petit groupe. Kalae, Nasso et les enfants s’écartèrent du chemin dessinaient par les nombreux passages afin de les laisser passer sans gêner. Les bêtes qui tiraient ce convoi étaient bien moins véloces et bien plus massiques que celles qui tiraient les traineaux de la garde la veille mais leur endurance aux efforts importants pour les transports de charge étaient facilement décuplés.

Lorsque le conducteur de la première charrette fut à leur niveau, il fit stopper le convoi et une fois totalement immobilisé, il tourna sa tête vers les voyageurs pédestres.

" Où allez-vous ainsi M’sieurs, dame ? "
" La capitale! " S’exclama le maitre du feu qui ne souhaitait pas détailler davantage leur lieu de destination et cela étant sûrement bien plus parlant pour celui qui leur avait adressé la parole.
" Pardi ! Vous avez de la chance, mon frère et moi sommes marchands itinérants et nous nous rendons justement là-bas pour troquer nos nouvelles cargaisons. Si vous voulez, montez à l’arrière. Vous me semblez avoir de sacrées bonnes histoires à raconter et nous en sommes friands, surtout aux bords du feu. " S’exclama leur interlocuteur.

Cette proposition de transport tombée littéralement du ciel, même si à l’allure des bêtes, ils ne gagneraient sûrement que quelques heures de trajet, la petite troupe n’aurait pas à porter elle-même leurs affaires. Le maitre du feu était des plus heureux de rencontrer des gens aux visages si amicaux, dans la nation du feu, rares auraient été les marchands à s’arrêter et proposer d’eux même un transport gratuit à des inconnus. Cela avait certes quelque peu attirait sa méfiance à l’égard de leur taxi mais il avait envie de faire confiance et aurait trouvé cela débile de refuser au vu de leur état.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Mar 21 Juin 2011 - 8:32

La venue de ces étrangers était des bienvenues, il était bien sûr évident qu'un moyen de locomotion serait bien plus pratique et moins fatiguant pour nous. Leurs visages souriants et sympathiques ne s'étaient pas décrochés de nous attendant une réponse de notre part.

-On peut le faire? Questionna Kotaro en tira sur mon manteau véritablement impatient de voyager sur ce traineau des neiges.
-Dis oui! Dis oui! Supplia son frère en serrant mon bras contre lui pour tenter de nous amadouer.

Lorsque les enfants virent un sourire se dessiner sur mon visage ils comprirent alors que la réponse serait oui. Ils lancèrent un petit cri de joie tout en levant leur mains au ciel avant de partir au pas de course vers le traineau et d'y monter avec l'aide des marchants qui semblaient avoir l'habitude des jeunes enfants.
Aux premiers abords, le visage de Nasso traduisait une certaine réticence, m'apercevant alors qu'il nous suivait d'un pas plus lent et plus hésitant je m'étais retourné curieusement. Lorsque les yeux verts du maître du feu croisèrent les miens, je lui avais fait comprendre d'un regard qu'il n'y avait rien a craindre, il est vrai qu'a la nation du feu, cet altruisme était bien moins fréquent, aussi cette attitude avait vite fait de soulever quelque doutes quand au intentions de ces inconnu chez Nasso.

Finalement, il finit par suivre, après tout il était émergé dans une tout autre culture. L'homme à la tête du convoi me tendit la main pour être certain que je puisse me hisser sans problème, quand a Nasso il réussit à grimper sans aide extérieure. Une fois installes et le sac mis a nos pieds, d’un simple mais sec coup de rêne le marchand ordonna a ses bêtes de reprendre leur course.

Une fois le chemin reprit, les capuches des deux enfants de tardèrent par a s’ôter d’elles même avec le vent polaire, mais cela ne les dérangeait aucunement, au contraire le vent qui fouettait leur visage les amusait et faisait voler leur petite queue de loup, fermement attachées avec une ficelle de cuire.

Très rapidement, les étrangers ne tardèrent pas à se présenter, ils voyageaient en famille et avaient avec eux une petite fille d’à peine une dizaine d’années, très timide c’est a peine si elle avait osé se présenter ou même adresser la parole aux deux garçons curieux de rencontrer un enfant presque aussi jeune qu’eux.
Après des présentations simples et rapides, d’un naturel bavard, le couple de marchands se ne tarda pas à étaler leur affaire, il en devenait presque impossible de les arrêter.

Nous ne tardâmes pas à dépasser les portes de la ville, ville où Mina avait vécu ses derniers instants et où le maître du feu avait réussit malgré tout à la retrouver et a lui parler, certes pas comme il aurait pu l’imaginer puisqu’il avait dû lui-même passer par la mort. Avouera t-il un jour ce qu’il avait vu ? L’expérience qu’avait vécue le maître du feu était unique et périlleuse, qui le croirai ? Personne ne revient du monde des morts à moins d’un miracle…

-Alors ! Termina enfin le marchand après un long monologue. Qu’est-ce qu’un maître du feu fait sur les terres froides ? Ce n’est pas commun vous savez. Vous êtes en voyage où vivez avec votre famille ici ?
-Heu… Se contenta de dire Nasso submergé de questions et ne sachant par laquelle commencer
- Et que comptez vous faire à la capitale ? Enchaina sa femme.
-Nous…non nous venons de la capitale et cherchons juste à retourner chez nous.

Même si ces marchands avaient été charmants de nous prendre avec eux, leur racontait tout en détail notre histoire aurait été bien trop long, et puis, pour le moment, ils ne restaient que des étrangers. Nos étions donc resté discret quand à notre aventure et ce pourquoi nous étions ici.
Bien que rongés par la curiosité, les deux marchands mirent cette discutions de coté, comprenant que leur nouveaux compagnons de voyage ne voulaient pas se prononcer.
Au fil des minutes, alors que la ville de Lako était désormais visible de loin, la petite fille de dix ans avait finalement laissé tomber son timide masque et avait désormais entamé un jeu qui consistait a cacher ses mains dans son dos et a les sortir en faisant un signe avec, le signe le plus puissant des trois remportait le point. La compétition était lancée, chacun des enfants voulaient gagner cette partie.

A plusieurs reprises Nasso porta discrètement sa main sur sa blessure, le sol irrégulier favorisait quelques légères bousculades qui réveillaient la douleur ancrée dans le thorax de l’homme.

Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Jeu 23 Juin 2011 - 20:10

Les trois jours de voyages se déroulèrent sans encombre, les langues des voyageurs recueillis dans leur convoi s'étaient au fur et à mesure déliées, lors des quelques soirées passées en la compagnie de la famille marchande notamment. Quand les enfants se dépensaient et dégourdissaient leurs petites jambes avant d'aller dormir, les adultes parlaient de ci et de ça et c'est sans s'en rendre compte que Kalae et Nasso laissèrent échapper des brides de leur aventure polaire.

Plusieurs fois lors de leurs arrêts, les jumeaux prirent part à leur jeu préféré: l'imitation et la fille des marchand était constamment réquisitionnée lors de ces dernières pour jouer un rôle phare de leurs scènes qui n'était autre que la charmante maitresse de l'eau qui avait accompagné le natif du feu à travers les plaines glacées et les combats. Ce jeu de rôle ne semblait pas les lasser malgré qu'il ne faisait que répétait les mêmes scènes encore et encore, ce qui de temps à autres laissait entrevoir aux parents de la jeune fille les épreuves des deux adultes qu'ils avaient prit en stop par les gestes et non la parole.

L'arrivée aux portes de la capitale fut un soulagement après une aventure comme celle-ci et un déchirement pour les jumeaux qui devaient se séparer de la fille plus âgée qu'eux qui avait su se montrer une acolyte de choix dans leur représentation. Les au revoir furent dans la plus simple amicalité et même s'il y avait très peu de chance que le maitre du feu ne les recroise, aucun adieu ne fut prononcé. Les remerciements les plus sincères de la petite troupes leur avaient aussi été transmis avant qu'ils ne décident de se diriger vers le village des parents adoptifs de Kalae sans tarder.

Arrivés avec plus d'avance qu'il ne l'avait escompté, c'est en fin d'après-midi après deux nuits passées en la compagnie des marchands qu'il s'en était séparer. L'astre du jour laisserait place à l'obscurité de la nuit sous moins de deux heures. Les enfants qui avaient passé de nombreux jours séparé de leurs parents et qui en avaient ressenti le manque trainaient des pieds, à la grande surprise des deux adultes, sur le chemin menant de la capitale au village où ils retrouveraient leurs parents.

La maitresse de l'eau et le maitre du feu au manteau bon à jeter lors de son retour sur les terres du feu aux vues des nombreuses dégradations que ce dernier avait subit, avaient quant à eux réussi à récupérer de leur dernière nuit à Lako où ils avaient échappé au maitre du sang. Le trajet à bord de traineau-charette y était pour beaucoup. Une infime douleur continuait à se manifester quand le maitre du feu effectuer des efforts trop importants mais fort heureusement, il en avait peu en vue.

Lorsqu'ils furent à une distance assez proche du village pour pouvoir entrevoir les contours des maisons et les silhouettes des quelques habitants qui se trouvaient encore dehors, le groupe s'arrêta un instant comme illuminer, transcender par cette vision, comme l'aboutissement d'un long périple qui se voulait à l'origine être une simple quête paisible et inoffensive.

L'instant d'éblouissement achevé, les enfants se mirent à courir à toute allure sans attendre une quelconque autorisation des deux adultes qui laissèrent les enfants faire, il allait être l'heure des explications pour ces deux derniers qui avaient gardé les deux rejetons loin de leurs parents, il était certain qu'ils avaient du s'inquiéter, tout du moins c'est ce que les deux "kidnappeurs malgré eux" supposaient.

Les deux adultes arrivèrent quelques instants plus tard dans le petit hameaux, à cadence de pas normal et Nasso suivit Kalae qui les menait à la maison des deux enfants qui venaient de les quitter et qui devaient d'ors-et-déjà avoir retrouvé les bras réconfortants et chaleureux de leur mère ou de leur père.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Ven 24 Juin 2011 - 16:24

Les enfants disparaissaient au loin dans leur course vers le village, marchant doucement, nous les suivions du regard. Quelques minutes plus tard nous n'avions pas tarder a retrouver les deux petits garçons, ils étaient encore sur le seuil de leur porte, enlaçant leur parents qui venaient à peine d'ouvrir la petite porte de bois et qui semblaient on ne peut plus soulager de serrer enfin le fruit de leur amour qui avait disparut sans prévenir.
Avançant d'un pas discret, ni Nasso, ni moi n'osions briser ces retrouvailles.

-Mais enfin où étiez vous? Demanda leur mère sans relâcher ses enfants les yeux humides.
-On s'inquiétait tellement! On vous a chercher partout! Compléta leur père à genoux pour atteindre le niveau de ses fils.
-On était... heu avec tonton. Menti Ako.
-Oui heu... Il nous a emmener avec lui a la pêche.
-Que dites vous? Interposa la mère. Votre oncle est rentré depuis deux jours et votre père et même partit avec lui a votre recherche sans succès avant de rentrer ce soir. Ou étiez vous réellement?!

Le chef de famille décrocha enfin son regard de ses deux enfants et y aperçut deux silhouettes de tailles différentes plantées à quelques mètres de là, attendant.

-Qui est là? Questionna l'homme méfiant, plissant les yeux pour tenter de reconnaître malgré la noirceur de la nuit.

Doucement nous nous étions avancé, et la lumière qui s'échappait des fenêtres et de la porte d'entrée de la maisonnette toujours ouverte se posa sur nos visage, les dévoilant enfin au père de famille.

-Kalae? Constata il de manière surprise.

La surprise lisible sur son visage s'accentua d'avantage lorsque son regard se posa sur Nasso. Malgré l'état de son manteau il y reconnu rapidement l'emblème de la nation du feu et une certaine méfiance remplaça sa surprise.

-Maman, papa, Commença Kotaro avant d'avouer la vérité. En réalité... on était avec eux.
-Avec eux?
-Que faisiez vous avec un étranger? Questionna leur père en visant Nasso. Vous savez d'autant plus ce que je vous ai dit sur les maître du feu!
-Oui on sait papa! Commença Ako alors que Nasso avait fait mine de ne rien entendre. Mais à la base si on est partit s'était pour protéger Kalae de l'étrange, mais Nasso finalement est différent.
-Ah ouais! Tu aurai vu ça papa quand il a combattu le maître du sang et que...

Ako donna un discret coup de coude sa son frère pour lui faire comprendre qu'il était peut être mieux d'éviter de tout raconter ce soir. Qu'attendre le lendemain matin serait plus sage, pour que les parents puissent encaisser les nouvelles au fur et a mesure et ainsi éviter une privation de sortie.
Kotaro se pinça rapidement les lèvres pour se taire, les deux parents échangèrent un regard curieux.

-Ne vous en faite pas. M'interposais-je avec gentillesse. Les deux enfants se sont invité a une petite excursion et nous n'avons eu d'autre choix que de les emmener, rien de bien grave, nous avons bien veiller sur eux.
-Merci d'avoir veiller sur eux Kalae et... Commença t-elle avant de chercher le prénom du grand maître du feu qui se tenait droit à mes cotés.
-Nasso, madame. Répondit-il. Nasso Lumens.
-Merci monsieur Lumens. reprit elle d'une voix chaleureuse.

Frappée soudainement par souvenir, la maîtresse de maison nous quitta rapidement et en s'excusant, se rappelant qu'elle avait mit quelque chose sur le feu et qu'une étrange odeur de brulé commençait à naître. Elle s'engouffrait dans la maison et éteignit les flammes juste a temps évitant ainsi de gâcher le plat qu'elle avait préparer.

-Vous désirez peut être rester manger? Proposa t-elle poliment pour nous remercier d'avoir prit soin de ses enfants.
-C'est gentil mais non. Répondit Nasso ne voulant pas s'imposer et en remarquant qu'elle n'avait prévu qu'un repas pour deux à l'origine.
-Vous en êtes certain? Redemanda l'homme.
-Oui, merci. Nous allons nous aussi rentrer.
-Où irez vous? Questionna la mère.
-Je pense que nous passerons la nuit chez moi, la maison de mes parents n'est pas bien loin. Avant de repartir demain matin pour le port de la capitale.
-Vous avez raison de passez la nuit ici, même ci Polaris n'est pas loin, les voyages de nuit reste difficile et risqué. Termina le père.

Nous avions acquiescer d'un hochement de tête, tandis qu'une certaine tristesse envahit le visage des deux jumeaux dont leur chemin allait désormais se séparer de leur modèle et de la jeune femme qu'il s'était jurer de protéger.
Les deux enfants virent s'agripper à nos jambes, Nasso ébouriffa gentiment leur cheveux tandis que je leur avait déposer un léger bisou sur le front. Tel fut nos au revoir.

-Tu reviendras nous voir hein Nasso. Gémit Ako en relevant les yeux.
-Et on te confie Kalae! Rappela Kotaro en levant son doigt. Prends en soin.

Le maître du feu afficha un rictus amusé avant que les parent ne demandent a leur enfant de se détacher des deux adultes et de ne plus les embêter. Nous n'avions pas tarder à faire demi tour, les deux enfants et leur parents nous lancèrent un dernier signe de main tandis que nous éloignons, la vie des deux jumeaux allait leur semblait bien ordinaire après une telle aventure.

Nous nous étions diriger désormais seul vers ma maison familiale. L'absence des deux enfants étaient étrangement venue a nous surprendre et même a créer un vide, nous nous étions finalement accoutumer a leur présence et avions apprit a les apprécier. Mais ces adieux n'étaient que les premiers, bientôt Nasso s'en irait et il était certain qu'il me manquerait...
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Sam 25 Juin 2011 - 19:57

La restitution des enfants après une semaine et demi de disparition s'était finalement et à la surprise du maitre du feu bien passée. Il était sûr que la réaction des parents suite à cette aventure serait soit de les gronder de manière à ce qu'il ne soit plus tenter de s’engouffrer dans pareille aventure soit de les baigner d'amour afin de leur faire comprendre quel déchirement ils avaient ressenti.

La marche entre la maison des jumeaux et celle des Yukahiro avait été brève, afin de s'assurer de l'accord du maitre du feu sur le fait de rester ici pour la nuit, la maitresse de l'eau n'oublia pas de lui en parler durant cette courte traversée de rue. Bientôt, la maison et sa porte en bois se dressait face à eux, Kalae en tête sur les derniers pas toqua à la porte en attendant une réponse qui n'allait pas tarder à arriver. Une dizaine de secondes plus tard, la séparation mobile entre l'intérieur et l'extérieur fut ouverte d'un seul trait et à un rythme régulier comme si la personne qui l'ouvrait n'avait aucune crainte de ce qu'elle trouverait de l'autre côté démontrant le caractère ouvert des tribus de l'eau et le climat de paix qui régnait dans cette région.

" Kalae! " S'exclama la seule femme de la maison en l'absence de celle qu'elle enlaçait déjà.

La douce amie du maitre du feu participa volontiers à cette enlacée avec sa mère. L'exclamation de la mère ne tarda pas à ramener à la porte tout le reste de la famille qui était rentrée depuis bientôt presque une heure pour prendre un repos bien mérité.

" Eh beh! On dirait qu'ils se sont bien amusés dans la neige tous les deux. " S'exclama Luca en apercevant la tenue du maitre du feu dégradé par de multiples humidifications et déchirures. Il dit cela alors que la vision de la maitresse de l'eau lui était presque totalement bloqué par le calin qu'elle partageait avec sa mère, seul son visage lui était visible et il espérait bien y voir une grimace de sa part.
" Tu l'as dit, il semblerait que ce maitre du feu ai subit l'attaque d'une vraie bête féroce! " Conclut Tuko en obtenant ce que son frère avait commencé à extirper à sa sœur.

À l'écoute des dires de ses fils et une durée d'embrassade jugée acceptable et suffisante à la mère qui s'inquiétait toujours de voir sa fille partir en voyage, elle jeta à son tour un coup d’œil aux accoutrements des voyageurs.

" Par l'esprit de la Lune et de l'Océan! Que vous est-il arrivé? Vous n'êtes pas blessé? " S'inquiéta-t-elle aussi bien pour sa fille que pour le maitre du feu dont le manteau semblait bien loin de son clinquant passé.
" Non! Non! " S'exclama la maitresse de l'eau pour rassurer sa mère adoptive.
" Oh!! " dit-elle avant de se figer une demi seconde " J'en oubliais les politesses, rentrez! Rentrez! " reprit-elle en invitant les deux arrivants à pénétrer dans la maison aux températures bien plus agréables.

La maitresse de l'eau une fois passé sa mère alla malgré les taquineries précédentes de ses frères leur faire part de sa joie de les retrouver tandis que le maitre du feu qui suivait commençait par prendre poliment des nouvelles de la mère. Une fois ses frères passés, elle alla rejoindre son père et le maitre du feu serra la main de chacun des frères tandis que ces derniers lui sortait des " Alors c'était bien? ". Le maitre du feu passa au travers grâce à l'exaspération de la maitresse de l'eau qui leur fit comprendre d'arrêter ce genre d'allusion.

" Monsieur Lumens, je vois que vous avez su prendre soin de ma fille durant ce voyage jusqu'à Eukora, j'espère que vous y avait trouvé ce que vous cherchiez. " Questionna le père pour prendre des nouvelles de manière amicale.
" Merci Monsieur, j'espère que vous n'avez pas été trop inquiet de la longueur de ce voyage mais nous avons du faire un détour après Eukora. Quand à votre fille, je crois que c'est plus elle qu'il faudrait remercier, elle m'a été d'une grande aide. " Répondit Nasso en terminant sa phrase par un regard plein de sentiments pour la jeune femme qui était non loin d'eux près de ses frères.

Peut-être que la famille entendrait parler de cette aventure par les rejetons qui ne manqueraient pas de rejouer les scènes de cette dernière avec des camarades mais pour ce soir, pour des retrouvailles, Kalae ne semblait pas vouloir les évoquer et c'était tout à fait compréhensible du point de vue du maitre du feu qui saurait tenir sa langue.

Après quelques longues minutes, la mère de Kalae qui n'avait pas encore nourri les bouches de la famille proposa tout normalement aux deux arrivants de partager leur repas qu'elle allait commencer à préparer fait à base des fruits de la chasse des deux frères. Ils acceptèrent tout naturellement et avec reconnaissance avant que la jeune femme ajoute qu'ils pensaient dormir ici ce soir si cela ne les dérangeait pas.

" Moi je veux bien mais où va-t-il dormir? " dit la femme qui n'avait nul literie supplémentaire à offrir.
" C'est pourtant évident! " S'exclama Luca le sourire aux lèvres.

Le maitre du feu qui avait déjà partagé plusieurs nuits dans le même lit que la maitresse de l'eau n'aurait pas été dérangé d'une nuit de plus mais dans la demeure de ses parents, il prendrait le sol pour literie sans aucun problème aux côtés des intenses flammes de la cheminée et il serait inconcevable que la jeune femme échange sa place avec lui.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Lun 27 Juin 2011 - 0:41

Assit tous les six a la même table, ma mère ne tarda pas a ramener de la cuisine un plat chaud, si chaud qu'elle dû le transporter les mains enveloppées dans un torchon. Elle le déposa au centre de la table et réussit à captiver quelques instant une grande attention, notamment de la part de ses deux fils, affamés par leur chasse.

Une fois servit, évoquer le fait que Nasso passe la nuit ici, suscita une grande attention de la part de mes deux frères à la fois protecteur et taquin. Mais la maison dans laquelle nous vivions n'avait rien à voir avec la demeure Lumens, relativement petite nous ne possédions pas de chambres supplémentaires.

-Moi je veux bien mais où vas t-il dormir? Questionna alors ma mère qui avait réfléchit à ce détail.
-C'est pourtant évident! Commenta Luca avec un sourire.

Tuko lâcha un petite rire, amusé par Luca, tandis que mon père avait tenté d'ignorer cette remarque, cherchant lui aussi une réelle solution au problème posé.

-Je peux lui laisser ma chambre.. Proposais-je naturellement.
-Non, intervint Nasso. Ne vous embêtez pas pour moi, je ne veux pas déranger.
-Hum... Commença ma mère, si vous voulez nous pouvons vous installer prêt du feu.
-Nous sommes désolé, continua mon père, nous n'avons pas énormément de place.
-Ne vous en faites pas, ça me convient parfaitement. Persuada le maître du feu en coupant sa viande cuite.

Le maître du feu ne voulait pas s'imposer et c'était compréhensible. Ma mère expliqua alors qu'elle installerai près du feu du salon une petite literie improvisée et s'excusa en rappelant qu'il n'y trouverai peut être pas autant de confort qu'un véritable lit. Nasso rappela que ceci lui conviendrait parfaitement et c'est donc une fois le repas terminé que je m'étais afférer à cette tache, tandis que ma mère aidée de mes deux frères débarrassait la table.

Nasso avait proposé son aide mais c'est presque gentiment chassé de la cuisine que ma mère refusa son aide, un invité était un invité. Puisque personne n'eut voulu de lui en cuisine, Nasso était à mes coté dans le salon, tenant à l'autre coté du matelas installé l'extrémité de la couette que je venais de sortir. Il m'aida à la déposer convenablement sur le matelas préparé pour pouvoir m'aider, préparer le lit a cet endroit avait réussit a me rappeler la fois ou Hizo avait lui même passer la nuit ici, exactement au même endroit avant de disparaître brutalement en laissant seulement un mot d'adieu. Je n'avais jamais compris son geste, et il ne s'était jamais justifié...

-Bon normalement tu as tout ce qu'il te faut. Lançais-je une fois le lit terminé d'être préparer. Demain matin on reprendra la direction du port, je ne vais pas te laisser partir sans t'avoir raccompagner, et puis, après ça je vais devoir reprendre mon travail au dojo.
-Oui je comprends, merci Kalae.
-Au fait, je suis désolée que finalement ton voyage n'ai pas été d'une grande avancée pour toi... commençais-je calmement, un brin de tristesse dans la voix avant de reprendre un air jovial pou ne pas terminer la soirée sur l'impression du regret. Mais bon, j'espère que ce n'est pas ça qui t'as fait détester la glace!

Lançant un sourire agréable envers le robuste maître du feu j'ignorais l'expérience qu'il avait vécu, même si il avait réussis a répondre a sa quête, il était le seule détenteur de ce secret presque fantastique.
Revenir en haut Aller en bas
Nasso
Maitre aguerri
avatar

Masculin Age : 26
Messages : 1946
Date d'inscription : 16/02/2007

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Mar 28 Juin 2011 - 10:25

Le jeune femme affichait un sourire salvateur de toute peine et amical à destination de son tendre ami avec qui elle avait tant vécu et même si leur chemin allait se séparer le lendemain, laissant de la tristesse au fond elle, elle avait cette impression que ce ne serait pas la dernière fois qu'elle verrait le trentenaire de la nation du feu tout du moins, elle se refusait de l'imaginer.

Aux dernières paroles et au sourire de la jeune femme, l'homme ne lui offrit pour réponse qu'une marche dans sa direction et lorsqu'il fut en face d'elle, ses bras vinrent se glisser entre les siens et son petit corps avant de poursuivre leur chemin jusqu'à enlacer la jeune femme dans ses bras en forçant la jeune femme prise par surprise à se rapprocher de lui.

" Merci! " S'exclama l'homme.

Kalae très surprise durant les premières secondes fut au contact du corps chaud au cœur audible une fois la tête contre le torse et à ce mot troublée avant qu'une teinte rouge n'envahisse ses joues autrefois blanches. Afin de participer à cet échange, la jeune femme apposa ses mains derrière sa nuque et cette étreinte dura le temps d'un instant mais pour les participants, elle dura bien plus et c'est presque avec difficulté qu'il s'arrachait l'un de l'autre tellement cela avait été agréable après les épreuves qu'ils venaient de traverser.

" Ne sont-ils pas mignon? " S'exclama Tuko arrivait en compagnie de son frère peu avant que les deux amis ne se délaisse.
" Attention maitre du feu, on ne te laissera pas notre petite Kalae comme ça! " Reprit l'autre en imaginant toutes sortes d'épreuves qu'il pourrait lui faire subir.

Les deux frères avaient décidément le talent de rappeler au maitre du feu les deux petits rejetons qu'ils avaient quitté plus tôt, leur taquinerie n'était pas d'un âge plus avancé que celle de ces petits et Nasso ne semblait avoir nul crainte à ce sujet. Il était seulement désolé pour la jeune femme de n'avoir pu résister à sa pulsion caline et ainsi offrir à ses frères une nouvelle occasion de la charrier.

" Dîtes-moi, ne ferriez-vous pas mieux de vous trouvez des épouses plutôt que de vous occuper sans cesse de Kalae? " Questionna Nasso.
" Ah non! Kalae est notre priorité, tout comme la tienne à première vue. " Reprirent-ils à tour de rôle sans aucune gêne face la question du maitre du feu.

L'heure d'aller se coucher n'allait pas tarder et après les grognements de la maitresse de l'eau leur demandant de cesser immédiatement leurs enfantillages sans réel gain de cause puisqu'ils en rirent, c'est Madame Yukahiro qui intervint en déclarant que le couvre feu de la maison était atteint et que tout le monde ferrait mieux d'aller se coucher pour être en forme le lendemain.

Alors que le maitre du feu se retrouvait seul contre un matelas à même le sol et à côté du feu de cheminée réconfortant, il ne put s'empêcher de repenser à cette étreinte, cela ne lui ressemblait pas d'agir ainsi. Bien sûr, lors d'aurevoir, il lui était déjà arrivé d'étreindre la jeune femme mais cela avait été différent puisqu'ils ne se sépareraient que le lendemain. Fermant les yeux petit à petit alors que son regard était fixé sur les flammes adoucies depuis le début de soirée, l'homme sombra dans le pays des rêves en se sentant en totale sécurité.

Son passage dans l'autre monde lui revint sous forme de rêve ce qui rendrait ce moment encore plus confus dans la tête du maitre du feu qui ne savait pas depuis ce dernier s'il n'avait s'agit que de pure imagination de son esprit ou réelle communication. Néanmoins, la situation était différente, les jeunes femmes parlaient mais ils n'entendaient pas tandis que lui tentait de les sauver d'un feu grandissant derrière elle et qui ne tarderait pas à les envelopper.

Il se réveilla en sursaut alors que les flammes de la cheminée avaient d'ors-et-déjà décuplée pendant son sommeil et avait monté d'un cran encore lors de la phase d'émersion. Les frères de la jeune femme qui étaient venu faire à l'origine une farce au maitre du feu s'était immobilisé en voyant la taille des flammes croissantes aux côtés du maitres du feu et avaient même fait un petit bond lors du réveil du maitre du feu craignant bien que les flammes ne quittent leur foyer et ne les atteigne. Ils disparurent de la salle où reposait le maitre du feu avant qu'il n'ait totalement reprit ses esprits et qu'il ne put les apercevoir. Était-ce un simple cauchemar? Une mise en garde? ou simplement la crainte d'une nouvelle séparation avec une personne qui lui était chère qui avait provoqué cette déformation de son vécu? Le maitre du feu ne le savait pas et surement ne le saurait-il jamais. Il aurait été volontiers vérifié que la maitresse de l'eau était toujours saine et sauve dans son lit mais il n'allait pas se permettre cela de peur de la réveiller ou d'être surprit par un autre membre de la famille qui se poserait bien des questions.

Il reprit sa position allongée et referma les yeux jusqu'au petit matin sans rêve. Lorsque la maitresse de l'eau fit son apparition, elle était déjà toute prête, il ne lui restait qu'à prendre une collation matinale et enfiler son manteau. Elle questionna le maitre du feu sur sa nuit qui lui dit qu'elle fut bonne avant de la questionner au même sujet.

__________________________________________________________



Dernière édition par Nasso le Mer 16 Nov 2011 - 18:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://avatar.fans.free.fr
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Ven 1 Juil 2011 - 22:59

Réveillée relativement tôt par le soleil et déjà le bruits des rues qui renaissaient, je n'avais pas tarder à me lever alors que la maison entière dormait encore un peu. Seule ma mère s'était lever elle aussi, habituée a préparer le premier déjeuné de la journée pour ses deux fils et son mari. Ce matin là elle ajouta deux couverts de plus à la table du salon, le tout sans aucun bruit pour ne pas réveiller le maître du feu qui dormait encore, alors que le foyer derrière lui était mort depuis maintenant quelques heures.

Aidant ma mère dans sa tache quotidienne, je ne tardais pas à disposer diverses nourritures sur la table pour laisser un libre choix. Mon attention se déporta plusieurs fois sur le charmant maître du feu endormi, son visage transparaissait une quiétude rassurante, discrètement je m'étais surprise à le dévisager, un sourire aux lèvres.

L'homme ne tarda pas à se mouvoir doucement avant d'ouvrir progressivement les yeux, m'incitant alors a déposer à nouveau mon regard rapidement sur la table. Il ne tarda pas a retrouver rapidement ses esprits tandis que je lui souhaiter un bonjour avec entrain. Nasso finit par s'assoir sur son lit et s'étira en redressant son dos tout en prenant déjà de mes nouvelles.

-Ah voici notre invité réveillé! Fit ma mère en entrant à son tour dans la pièce. J'espère que vous avez bien dormi.
-Oui oui, merci. Assura Nasso en se levant.
-Kalae va vous montrer où trouver un endroit pour vous préparer. Continua alors ma mère en posant sa main dans mon dos en exerçant une légère pression pour que je m'avance.

L'homme finit par me suivre du regard avant de me suivre jusqu'à ce que je le guide dans la petite pièce qui servait de salle de bain, à l'étage. La petite salle ce trouvait au bout du long et étroit couloir qui donnait accès à toutes les chambres de la maison. Les deux grands garçons qui dormaient chacun dans leur lit furent réveilles par nos bruits de pas dans le couloir, il y virent de manière floue deux silhouettes passer, avant de se lever curieusement et de passer la tête à travers l'encablure de la porte, simultanément.

Il y aperçurent alors Nasso, qu'il avait tenter de piéger durant la nuit, et leur sœur se diriger vers la salle de bain, l'un haussa les épaules encore endormi et désireux de retourner dans son lit, tandis que l'autre garda une expression plus sérieuse, peut être réfléchissait-il a comment se rattraper de son échec de la nuit précédente?
L'odeur du petit déjeuné leur fit tout deux revenir avec brutalité a la réalité des chose et c'est avec hâte qu'ils descendirent suivit de près par mon père qui fut réveiller par les appels de son épouse.

Une fois arriver a la salle de bain et quelques détails rapidement expliquer, j'étais descendu a nouveau au rez de chaussée pour rejoindre tous les autres qui étaient déjà assit et laisser Nasso se préparer. Il ne lui fallut que quelques longues minutes avant qu'il ne vienne nous rejoindre à table.
Le repas fut convivial, traité ainsi, c'était a croire que Nasso faisait presque partit de la famille désormais. Il y avait quelques chamailleries mêlées à l'humour menées par mes deux grands frères qui tentaient d'obtenir de plis amples informations sur notre voyage.

A quelques détails près et quelques omissions volontaires, notre voyage leur fut raconter dans les grandes lignes pour éviter également d'inquiéter ma famille en leur expliquant les nombreux dangers et le fait que nous avions tout deux échapper de peu à la mort, jamais encore, aucun de nous ne l'avions frôler d'aussi près.
Une fois le petit déjeuné terminer, l'heure de prendre la route pour la capitale ne tardait plus, Nasso salua un par un les hommes de la maison en échangeant une poignée de main virile. Il déposa à nouveau un baiser sur le dos de la main de ma mère comme il l'avait si bien fait lors de sa première rencontre avec cette femme. Après avoir moi aussi embrasser ma famille, nous nous en étions retourner pour la capitale, en effet je ne reviendrai pas dans cette petite maisonnette pour le moment, je devais moi aussi reprendre mes activités au dojo des glaces.

Alors que nous avions reprit notre marche dans la neige, les Yukahiro nous lançaient des derniers signes depuis le seuil de la porte, signes qui leur fut rendu avec un sourire qu'ils ne puent percevoir de part la distance qui nous séparait désormais. C'est après une bonne dizaine de minute de marche que les grandes murailles de glace se dressaient majestueusement devant nous. Nous réussîmes à entrer dans la cité sans aucune contrainte, et déjà les rues étaient vivantes et bruyante de monde. Nous avions automatiquement prit la route du port presque sans un mot, n sachant quoi dire alors que nous savions que les au revoir étaient là.

Très rapidement, le bon quai fut trouvé, un navire marchand de notre tribu était amarré au port et était sur le point de partir pour les terres de feu. Nasso négocia alors son billet de retour avec un vieil homme qui semblait être a la tête de l'embarcation, le maître du feu lui présenta alors la monnaie de sa patrie et c'est sans difficulté qu'elle fut acceptée, après tout ici l'homme pourrait échanger quand bon lui semblerait cette monnaie.

-Fort bien! Bienvenue a bord mon ami! Lança le maître de l'eau âgé. Ne tardez pas, nous partons dans l'instant!
-Dans l'instant? Répéta Nasso presque surprit et brusqué.

Nasso était resté un peu plus d'une semaine au pôle nord, et pourtant le temps semblait avoir défiler aussi rapidement qu'un simple soupir. Mon regard se releva du sol lorsque le grand et robuste maître du feu se retourne doucement pour se positionner en face de moi.
Son visage était posé et pourtant une certaine émotion inhabituelle transparaissait dans son regard si clair.

-Ça m'a fait plaisir de te revoir, avais-je lancer d'une voix qui démontrait une certaine forme de déception quand à son départ.
-A moi aussi malgré tout ça. Répondit-il avec un discret sourire.

Instinctivement nous nous étions rapproché et chacun de nous passa ses mains, puis ses bras autour du corps de l'autre en guise d'au revoir, ma tête plaquée contre son manteau et la sienne intercalé entre mon épaule et mon cou nous nous enlacions silencieusement.

-On lève l'ancre! Lança le vieillard pour prévenir le maître du feu toujours à quai.

Nous étions resté ainsi quelques instants, jusqu'à ce que, obligés par le temps, nous nous étions détacher l'un de l'autre. De nouveau face à face, il plongea son regard couleur émeraude dans le mien traduisant toute sa gratitude tandis que je lui répondit d'un sourire timide.
L'homme apposa sa main droite sur ma joue avec douceur, geste qui réussit étrangement à réchauffer mon cœur, presque à apporter un sursaut. Il approcha lentement son visage avant de déposer chastement un baiser sur ma joue gauche tandis que j'étais resté immobile, surprise et troublée.

Doucement il se redressa et sourit en apercevant une légère couleur rouge envahir mes joues. Levant mes yeux clairs vers lui, peu à peu ce petit rougissement s'effaça avant de laisser place a un doux rictus.

-Maitre du feu! Appela une dernière fois le marin. Nous partons.

Soudainement interrompu par le marin, nous avions tourner simultanément la tête en sa direction. Il était déjà a bord, faisant signe à Nasso de venir.

-Tu dois y aller... Murmurais-je alors en redressant le visage.
-Au revoir Kalae. Dit il en revenant face a moi.
-Au revoir Nasso.

L'homme recula avant de montrer à bord du navire marchant pour rejoindre ses terres. L'embarcation avança alors aussitôt, presser d'exécuter sa livraison, un dernier signe de main fut échanger alors que le maître du feu était déjà sur l'océan, il était prévu qu'il devait partir, et pourtant chaque nouvel séparation semblait de plus en plus douloureuse.

Il finit par disparaître, me laissant seule dans ce port animé. Je m'en étais finalement retourner en direction du cœur de la cité une certaine nostalgie en tête avant d'être accueillis par mes élèves qui avaient été prévenu de mon retour.

------------------------------------------------------
RP terminé!
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Sam 16 Juil 2011 - 3:16

Bon, vous me pardonnerez de rester avare de commentaires, voilà des heures que je me tape la lecture de votre RP. Je vous ferai néanmoins ma critique sur ce qui m'apparaît le plus évident.

Tout d'abord, l'orthographe. Je ne vois rien de négatif à apporter. En fait, il me semble constater une nette amélioration par rapport à vos précédents rp. Davantage de paragraphes, donc des textes plus lisibles, ainsi que des dialogues mieux soutenus. Bien que je dénote des fautes d'orthographe et surtout de conjugaison, ce n'est rien de bien méchant. N'entrevoyant aucune menace à notre belle langue française, je vous félicite donc tous les deux de vos progrès.

Quelques points cependant m'ont quelque peu agacé et je compte vous en faire part (n'y voyez rien de personnel). Notamment, l'utilisation de clichés peu valorisants pour certaine catégorie de personnes. Sans vouloir vous offenser, le stéréotype des deux garçons turbulents (des frères de surcroît) mais attachants utilisés dans un but humoristique fut trop souvent exploité (et ce, dans tous les types de littérature). N'oubliez pas qu'un cliché est une idée qui fut si souvent répétée, voire banalisée, qu'elle en a perdu sa valeur. L'originalité augmente l'intérêt du lecteur.

Un autre point qui m'a déplu survient à la fin. Honnêtement, je ne connais pas un seul parent saint d'esprit qui accepterait et remercierait quelqu'un d'avoir trimballé leur enfant durant des jours sans donner de nouvelles. Quand bien même que cette personne soit aussi digne de confiance que peut l'être Kalae, cela manque clairement de crédibilité. À faire attention.

Quoiqu'il en soit, je n'enlève aucun xp. Un beau récit en général, digne de votre coopération mutuelle... et peut-être plus (Evyle serait contente de l'entendre. Elle trouverait ça certainement mignon
Azula ) !


XP ATTRIBUÉS
Kalae : 1261 xp
Nasso : 1457 xp
(Je te donne l'expérience même si tu ne l'acceptes pas, par respect pour ton dévouement.)

POINTS DE NATION (les XP totaux divisés par 50, si j'ai bien compris)
Tribus de l'Eau: 22
Nation du Feu: 29

* Monsieur Nasso, merci de bien vouloir procéder à l'ajout des points d'expérience et à l'attribution des Points de Nation.

Citation :
Nasso dit: XP attribués! Merci Hizo.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Ban Gio
-
avatar

Masculin Age : 21
Messages : 231
Date d'inscription : 18/01/2011

RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!> Sam 16 Juil 2011 - 12:30

je me vois obliger de le dire car l'edit marche pas sur "la chose que j'utilise pour écrire " veuillez juste attendre avant d'ajouter les pdn on en discute au commi pour une toute petite règle supplémentaire =D

__________________________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




RPG


MessageSujet: Re: La flamme d'un souvenir. <Terminé!>

Revenir en haut Aller en bas

Sujets similaires

-
» [Jeu] Déclarez-lui votre flamme
» Le souvenir du coquillage.
» éditions de La Flamme d'Or
» FLAMME ROSE
» [CASTLE] Si Loin de Toi (terminée)
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: