Partagez|

La mariée du diable. <Terminé!>

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Kalae
*******
*******


Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Jeu 7 Avr 2011 - 23:14

Étant la dernière a avoir effectuer e tour de garde, j'étais la première debout et encourageait les deux hommes a se lever pour pouvoir reprendre la route. La nuit avait été très courte, deux heures de sommeil presque trois tout au plus, et pourtant nous n'avions pas tarder a reprendre le chemin boueux, pressé de sortir du marécage.

La faim commençait a nouveau a nous gagner. Décidément depuis le début notre voyage, les soucis de nourriture et d'eau potable semblaient cruellement présent. Le petit loup ouvrait cette fois ci la marche, toujours en joutant a son jeu préféré qui consistait à sauter dans les flaques boueuses qui se présentaient devant lui. Contrairement au loup des cavernes, le capucin était resté calmement sur l'épaule de son maître, trop fatigué pour avoir envie de jouer ou se déplacer par lui même.

Le croassement des crapauds et autres bruits mystérieux de la nuit avait laissé place a quelques chants de grillon. Depuis notre départ voilà bientôt une bonne semaine nous étions arrivé dans le Sud-Ouest du royaume de la terre. Le soleil et la chaleur du sud commençait donc a se faire peu à peu sentir et bien que la température devenait agréable et douce, les conditions rendaient le lieux invivable et étouffant. Humide et lourd l'air pesait sur nos épaules et lorsque nous respirions il était très facile d'être rapidement essoufflé dès le moindre effort.

Bien déterminer à trouver la sortie de cet enfer nous nous étions plus concentré sur notre respiration et l'énergie que nous mettions dans nos gestes plutôt qu'aux plaintes. Sans que nous fassions de grandes pauses la journée passa lentement. Fatigués et épuisés moralement par ces lieux difficiles, lorsque le soleil commençait a disparaître a l'horizon l'espoir de sortir commença a s'effacer. Jusqu'à ce que peu à peu, le sol boueux et mou se durcisse petit a petit. Constant rapidement ce changement et l'absence progressives de plaque d'eau boueuse une lueur d'espoir revient et alimenta à nouveau notre corps en énergie.

La verdure finit pas réapparaitre pour notre plus grand soulagement. Le marais était désormais derrière nous, nous en étions sortit. Le petit capucin sauta avec joie de l'épaule du capitaine comprenant que nous ne reverrions plus le marécage.
Cette nouvelle redonna le moral au groupe qui ne manqua pas de montrer son soulagement en poussant de longs soupirs bruyants.

Hizo et Dimitry Butthead firent quelques pas en avant, escaladant une petit colline en même temps qu'un magnifique coucher de soleil s'offrait à nous. Lorsqu'il atteignit le haut de la pente, ils examinèrent les lieu, non loin de là, a quelques kilomètres se dessinait un peut village, peut être l'endroit parfait pour penser se restaurer et dormir. Ne restait plus qu'a espérer que la fameuse tactique de Dimitry fonctionnerai une nouvelle fois au moment de payer le repas.

Après avoir pris une grande et profonde respiration, je commençais a suivre les deux hommes qui m'accompagnait, a nouveau sereine quand au fait d'être sortie du marais, j'avais ranger mes mains dans mes poches, seulement une forme étrange dans la poche droite suscita ma curiosité. Après mettre saisit de l'étrange objet et l'avoir sortit de ma poche pour l'examiner, je découvris avec surprise qu'il s'agissait d'une bourse que j'avais prise avant mon départ que que j'avais finalement oublier au fond de ma poche.

Je m'étais arrêter de marcher doucement et sans bruit, les yeux fixant cette bourse.

-Arm.... Les gars. Appelais-je d'une vois hésitante et en affichant un grand sourire pour tenter de les amadouer. Vous allez rire hein, mais en faite heu … je viens de me rendre compte que... j'avais depuis le début sur moi une … une bourse. Haha...

Mon sourire ne s'était pas effacer tentant moi même de prendre la nouvelle avec amusement.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Ven 8 Avr 2011 - 8:55

Tandis que les deux hommes se dirigeaient vers le petit village, non sans cacher leur empressement, Kalae cessa discrètement de marcher. Lorsque Hizo s’aperçut de l’absence de la maîtresse de l’eau, il se retourna, immédiatement imité par le pirate, pour l’apercevoir traîner à l’arrière, un sourire embarrassé sur son visage, tandis qu’elle fixait un petit sac boursouflé qu’elle tenait dans sa main. *Qu’est-ce qu’elle fabrique encore ?* Constatant qu’elle était devenue le centre d’observation, elle se rapprocha d’un pas hésitant, comme une gamine craignant de recevoir une correction de ses parents. Au fur et à mesure qu’elle avançait, les garçons comprirent à sa timidité que quelque chose n’allait pas. Aurait-elle fait une bêtise ? Ils ne tarderaient pas à le savoir.

- Heu… les gars... appela-t-elle d’une voix timide et cherchant à les amadouer par son grand sourire. Vous allez rire hein, mais en fait heu … je viens de me rendre compte que... j'avais depuis le début sur moi une … une bourse. Haha...
- Quoi ?
rugit Hizo dont le visage s’assombrissait par la colère.
- C’est une plaisanterie ? renchérit Dimitry.

Kalae rougit de honte, conservant néanmoins son sourire comme si elle cherchait à faire digérer la nouvelle avec amusement. Cependant, ni le maître du feu, ni le marin ne trouvait cette nouvelle amusante. Se croyant sans le sou, ils avaient supporté la faim, la soif et la saleté. Hizo faillit succomber de la déshydratation lors du passage dans le canyon. Ils furent obligés de voler un honnête aubergiste afin de subvenir au besoin primaire qu'était celui de se nourrir et par ce fait, de crainte d’être pourchassés par les autorités, de franchir un horrible marais nauséabond infesté de moustiques, de créatures sanguinaires et de cannibales affamés de chair humaine. Lors de la capture du groupe par ces derniers, les conséquences auraient pu être désastreuses sans l’intervention méthodique de Kiki, alias Cap’, lorsque celui-ci défit les liens qui les retenaient prisonniers. S’ils en avaient eu les moyens, toutes ces dangereuses péripéties auraient pu être évitées. Ce n’est que maintenant que la jeune femme leur annonçait que pendant tout ce temps, elle possédait une bourse remplie de vils. Embarrassée, la jeune femme détourna les yeux, ne pouvant affronter les regards accusateurs de ses amis.

- Pauvre idiote de fille ! s’emporta Hizo en gesticulant. Te rends-tu comptes de tout ce que nous avons enduré à cause de ton manque de clairvoyance ? Seule une femme peut être à ce point ignorante !
- Confier de l’argent à une femme et voilà où cela conduit ! Je suis convaincu que tu voulais tout garder pour toi !
- Hein ? Ça ne va pas ?
s’indigna la fille de l’Eau. Je vous jure que je ne l’avais pas remarqué !
- Pfffff… tu es aussi radine que ‘’Butthead’’…
ajouta Hizo.
- Ouais ! confirma bêtement le pirate.

À sa grande surprise, Kalae constatait avec horreur que ses compagnons croyaient dur comme fer qu’elle leur avait caché cet argent. Blessée dans son orgueil, elle devait bien avouer qu’elle avait commis une faute, mais hors de question qu’on l’attaque sur son intégrité et son honnêteté.

- Écoutez-moi bien vous deux ! Je viens tout juste de prendre conscience que j’avais cette bourse sur moi durant tout le voyage. Si vraiment j’avais voulu vous la cacher, je ne vous l’aurais pas avoué maintenant, non ? Je refuse que vous remettiez ainsi ma parole en doute ! C’était un accident !
- Comment se fait-il que les esclavagistes ne l’aient pas trouvé ?
demanda Dimitry, toujours sceptique quant à la parole de la jeune femme.
- Je ne sais pas… elle était bien cachée je suppose…
- Arrrgh, j’en ai assez de cette conversation inutile !
grogna Hizo. On s’en fiche de toute façon. Allons plutôt dans ce village pour manger, boire et se laver. Je meurs de faim et j’en ai assez de sentir le marais puant !
- Ça ne changera pas de d’habitude !
se moqua Dimitry.

Sur ces derniers mots, il éclata d’un rire gras et particulièrement désagréable qui affecta directement le peu de patience contenue par le maître du feu. Heureusement, le pirate n’ajouta rien et prit la tête du groupe en direction du village tout en continuant à s’esclaffer de sa dernière blague. Kalae vira ses yeux à l’envers, non sans masquer un sourire. Hizo poussa un long grognement qui ne reçu aucun auditeur. Il suivit ses deux compagnons en grommelant des propos inaudibles, certainement à l’adresse du facétieux capitaine.


Le village se nommait Gaozai, un petit hameau de quelques centaines d’habitants dont l’économie très peu diversifiée se basait sur l’agriculture. Typique des villages provinciaux des terres isolées du Royaume de la Terre, Gaozai se démarquait par son manque de richesse et sa pauvreté. Ces pauvres habitants ne vivaient que pour servir leur seigneur et nourrir le royaume grâce aux produits de la terre. Exactement le genre d’endroit qu’évitaient les nobles, les marchands et l’armée. Cependant, il offrait une halte idéale aux voyageurs épuisés, aux mercenaires en quête d’aventures ou au bandits égarés. Ce petit mélange ressemblait bien au groupe que formaient Kalae, Dimitry et Hizo. Leur aspect crasseux ne les distinguaient pas du reste de la population, aussi passèrent-ils inaperçus, en dépit des vêtements aux couleurs de sa nation que portait le maître du feu. L’auberge du Paysan Travailleur leur semblait à la fois confortable et abordable.

L’intérieur de l’établissement, bondée de clients (probablement des villageois), leur rappelait vaguement une porcherie réaménagée en taverne, l’odeur persistante des cochons contribuant à cette thèse. Toutefois, les trois compagnons étaient si affamés qu’ils ne prononcèrent aucun caprice quant à la propreté des lieux. Dès leur entrée, loup et capucin inclus, une serveuse obèse aux joues potelées vint les accueillir.

- Bienvenue au Paysan Travailleur, voyageurs ! Que puis-je pour vous ?
- Trois chambres et trois repas !
dit simplement Hizo.
- Pour les repas, trouvez-vous une table libre et nous vous servirons lorsque ce sera prêt. Quant aux chambres, il ne nous en reste que deux de libres.
- Aucun problème !
déclara Dimitry, une lueur de malice pétillant dans ses yeux. Kalae moi partagerons une chambre… avec un unique lit double évidemment, il ne faudrait pas abuser… et Hizo prendra la chambre restante !
- Pas question !
s’exclama Kalae. Ce sera une chambre pour moi et vous partagerez l’autre ! Comme c’est moi qui paie, JE décide de l’attribution des chambres.

Dimitry tenta bien que mal de négocier, mais en vain. La maîtresse de l’eau ferma la porte aux revendications du pirate, aussi implacable qu’un mur de briques. Au bout d’une heure, le repas fut servit. Chacun d’eux reçut un grand bol de ragoût plus ou moins savoureux, mais qu’ils engloutirent sans laisser de restes tant la faim les tenaillait. Afin de calmer l’estomac du louveteau des cavernes, Hizo ordonna à la serveuse un morceau de viande crue, qu’elle apporta sur le champ. Épuisés, ils montèrent à l’étage afin de retrouver leur chambre respective; Kalae dans la numéro 7 tandis que Hizo et Dimitry partageraient la 19eme.

- Je te préviens Hizo, moi je dors la fenêtre fermée.
- Je te savais imbécile, mais cette fois tu te surpasses !
rétorqua vivement Hizo. Cette chambre pue la mort ! Faisons-la au moins aérer…
- Touche à cette fenêtre et je te passe par-dessus bord !
- Tu te crois sur ton navire ou quoi, Butthead ? Ici, c’est une chambre d’auberge et tu n’as AUCUN pouvoir de décision !
- Oh que si j’ai un pouvoir de décision ! Comme celui de dormir la fenêtre fermée.


Hizo poussa un soupir d’agacement. Inutile de discuter avec ce crétin de pirate. Il attendrait plutôt qu’il soit endormi avant d’aller ouvrir cette fichue fenêtre couverte de crasse.

- Je prends le lit de droite… grommela le maître du feu.
- Trop tard ! lança le capitaine en se jetant dans le lit désiré par son co-chambreur, non sans afficher un sourire malin.
- Dégage de mon lit, je l’ai dit le premier !
- Ça ne compte pas ! Ce qui compte, c’est que je l’ai vu le premier !
- GRRRR ! Ôtes-toi de ce lit !!!!!


Une longue nuit très prometteuse…

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Sam 9 Avr 2011 - 0:37

Manger et boire, un véritable soulagement après des jours de marche sans manger ni même trouver de l'eau potable. Bien que les lieux semblaient quelques peu insalubres nous avions mit de coté ce détail trop affamé pour s'y attarder.

Une fois le problèmes de chambres résolues, après de longues négociations que le pirate tentait de remporter, les deux garçons durent partager leur chambre tandis que je m'installais dans la seconde. Étonnamment, l'auberge avait laisser entré le loup des caverne et le capucin sans montré le moindre problèmes, après tout, un peu plus ou un peu moins...

Sans que le capitaine ne s'en rendre compte pour le moment, Cap' avait abandonner son épaule en douce pour se faufiler dans ma chambre avant que la porte ne se referme, déterminé a reprendre ses habitudes. Le loup rassasier, avait suivit son maître en sautillant sur ses pattes.

Une bonne et reposante nuit de sommeil s'annonçait. Nous allions pouvoir enfin récupérer les heures de la nuit dernière. La chambre n'était presque pas décorée et les meubles qui s'y trouvaient n'étaient que le strict minimum, les couleurs n'avaient rien de chaud ou d'agréable dans les ton marron et sombre elle semblait quelque peu lugubre. Mais qu'a cela ne tienne, nous ne devions pas nous plaindre, nous avions déjà trouver a manger et deux chambres pour un prix très raisonnable. (En même temps, étant donner la qualité des lieux il aurait été totalement renversant et scandaleux d'annoncer un prix exorbitant.)

Cap' avait déjà trouver refuge entre les deux oreillers du grand lit double et dormait déjà. Une fois prête à dormir et la fenêtre de la chambre ouverte, je pouvais rentrer dans les draps qui eux semblablement heureusement propres. Voilà près d'une bonne semaine que nous n'avions pas gouter au confort d'un matelas. Une fois la tête posée sur l'un des oreillers mon esprit s'égara dans ses pensées, un sourire s'afficha sur mon visage lorsque j'imaginais l'ambiance qu'il devait régner dans la chambre des deux hommes, eux qui avaient déjà du mal a se supporter à plusieurs mètres de distances.

Cap' ouvrit un œil lorsqu'il sentit ma présence, il fit quelques pas lents pour se coucher contre moi et s'endormir à nouveau en même temps que je caressais gentiment sa petite tête.
Très vite, sans que je m'en aperçoive mes paupières tombèrent à leur tour, jusqu'à ce que inconsciemment je ne tombe dans le sommeil à mon tour.

*******************************

Le long et riche couloir dans lequel je marchais exposait différents portrait tous fièrement exposé, reflétant de vives couleurs chaudes. Bien que les visage et les détails semblaient quelques peu évasifs, l'un d'eau fut vite reconnu. Même si aucun trait n'était exact le portait de mon père biologique était resté accroché à ce mur. Ce fut la seule et unique fois où j'avais aperçu son visage, dans la demeure Huang.

Comprenant alors où je me trouvais, je ne fut bizarrement prise d'aucune émotion et d'aucune crainte. Jusqu'à ce qu'une voix grave et profonde de résonne méchamment.

-Que fais tu ici, vipère !

Au son de cette voix masculine inoubliable mon cœur faillit jaillir de ma poitrine. C'est avec appréhension que je m'étais retourner, voyant que les deux parents de la famille Huang ainsi que Hizo qui se tenait a leurs cotés. Parfaitement alignés les trois natifs de la nation du feu me regardait l'air impassible.

-Personne ne veut de toi, nous te l'avons dis!
-Vas t'en!
-Mais je...
-Vas t'en! Répéta le jeune homme Tu n'es rien, tu n'es personne.
-Attendez! Tentais-je de m'interposer au bord des larmes. Hizo, au moins toi, ne me dis pas ça!
-Je te l'ai déjà dis, oublie-moi! La Kalae que j'ai connu est morte et enterrée. Pars, et ne reviens Jamais plus!

********************************

Le réveil fut brutal, un sursaut me leva violemment de l'oreiller. Couverte de sueur et la respiration rapide et bruyante je passai une main sur mon visage pour tenter d'effacer ce cauchemar, constant que mes joues étaient quelque peu mouillée de larmes qui avaient fait apparition peu avant mon réveil sans que je ne m'en aperçoive.
Réveillé par le mouvement du matelas le capucin alla se recoucher un peu plus loin pour ne plus être déranger.

Les rayons du soleil étaient déjà là, ainsi la nuit venait a peine de passer... Et même si le sommeil avait été récupérer, ce cauchemars tiré des récents évènements et qui remettait sur le tapis la réalité des choses brisa ma bonne humeur matinale.
Une fois calmée et debout, mon premier reflex fut de jeter un coup d'œil par la fenêtre. Seulement deux ou trois villageois étaient déjà dehors à travailler la terre. Préférant les température douce et fraîche du matin plutôt que le brulant soleil de midi.

Après avoir prit mes affaires et avoir mit quelque chose sur mon dos, j'étais sortis discrètement, demandant au capucin de surveiller la chambre, comme si il s'agissait d'une personne à part entière. L'animal se contenta d'ouvrir un oeil seulement, souhaitant encore profiter du confort des draps.

Les couloirs étaient encore vide. Et dans ce genre d'endroit peu cher et mal organisé trouver une salle de bain digne de ce nom était un vrai chalenge. Finalement Il s'avérait que la seule salle portant l'appellation de « salle de bain » se trouvait au bout du couloir. Il ne s'agissait autre en réalité que d'une pièce qui avait été coupée en deux par une haute cloison de bois. Donnant l'illusion d'une salle de bain distinctement séparée avec la présence de deux portes d'entrées différentes en fonction de si la clientèle était féminine ou masculine.
Même si aucune ouverture ne permettait d'apercevoir quoi que ce soit, il était simple d'entendre la présence de la personne d'à coté, voir même dialoguer avec.

Ayant prit la porte de gauche destinée aux dames et ayant prit soin de bien refermer la porte derrière, une toilette s'imposa. L'aubergiste ayant prévu quelques clients avait laisser la veille quelques gros seaux d'eaux à coté d'une baignoire, pour nous permettre de nous laver sans manquer. Par chance, il semblait que je fus la première debout, et donc la première à pouvoir disposer de l'eau.

Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Mar 12 Avr 2011 - 10:56

Une brume épaisse et grise comme les nuages d’orage entourait le maître du feu qui n’arrivait pas à voir le début de ses chevilles. Nerveux, Hizo se déplaçait d’un pas chancelant, les bras tendus devant lui comme s’il cherchait un mur à tâter ou quelque chose à laquelle s’agripper. Une brise glaciale qui l’effleura le fit frissonner tandis que les poils sur sa peau s’hérissèrent comme la fourrure d’un animal en colère. L’angoisse envahit son esprit au fur et à mesure qu’il avançait dans ce néant aux formes distordues. Il marchait ainsi, dans ces conditions difficiles, sans destination précise. Mais étrangement, il savait où il allait bien qu’il ne pouvait l’expliquer…

Soudainement, le brouillard se dissipa légèrement, laissant apercevoir une ombre planer à la manière d’un fantôme. L’esprit intangible semblait avancer dans sa direction mais pourtant ne gagnait pas un pouce de terrain. Déterminé à en savoir plus sur ce visiteur éthéré, Hizo fit un pas en avant, puis un autre, encore un autre. Il avançait indéniablement vers l’ombre mais la distance qui les séparait demeurait inchangée. Les deux individus, plongés au milieu de cette nappe de brouillard, allaient l’un vers l’autre sans pour autant se rapprocher, condamnés à ne voir que leur silhouette. Piqué au vif par ce mystère inexplicable, le fils du Feu poussa un hurlement de colère, mais seul un faible son sortit de sa bouche, semblable à une longue expiration.

- Vieeens… vieeeens … vieeens …

Ces mots prononcés par une voix spectrale glacèrent d’effroi le maître du feu qui figea sur place. La silhouette de l’esprit qui flottait toujours en face de lui leva son bras squelettique, bien qu’immatériel, et pointa Hizo du doigt. Ce dernier, terrorisé, recula de quelques pas. À son grand soulagement, il gagna de la distance vis-à-vis du poltergeist qui continuait de léviter sur place. Lorsqu’il fut suffisamment loin et que le brouillard l’enveloppa à nouveau, le garçon se risqua à parler. Ses mots furent clairement prononcés.

- Qui êtes-vous ?
- Jeeee suiiiis toooiii…
répondit la voix du spectre, au-delà de la nappe brumeuse.
- Non, moi je suis ici.
- Deeeerièèèère tooooi…


Hizo se retourna pour se retrouver nez à nez avec l’esprit éthéré. Pris de panique causée par l’aura de terreur qui entourait le fantôme, le maître du feu chercha à fuir mais ses membres refusaient de lui obéir. Paralysé, il ne pouvait que de fixer son nouvel ennemi d’un regard glacé. Son visage lui rappelait quelqu’un, une rencontre récente mais oubliée de sa conscience, comme s’il appartenait à un âge ancien d’un monde lointain. Cependant, s’il ne pouvait l’identifier, il savait qu’il valait mieux ne pas lui faire confiance. Il lui rappelait un esprit malin prêt à aspirer son énergie vitale.

- Viiiiiieeeeens àààààà mooooi.
- Je vous connais ?
déglutit Hizo.
- Tuuu meee connaaaais…
- Donne-moi ton nom !
- Ton pire cauchemar !
lança le fantôme d’une voix assommante, féminine et d’un ton sec, presque cassant.

Soudainement, le spectre de dématérialisa et se métamorphosa en une belle femme d’une quarantaine d’années, richement vêtue à la monde de la noblesse de la Nation du Feu, l’air arrogante et méprisable. La mère de Hizo, Kazaï Daizheng…



Le jeune homme se réveilla brutalement en poussant un cri de terreur. Le maître de feu se tenait maintenant assis dans son lit, les yeux écarquillés et fixes, en mydriase, son corps crispé couvert de sueur. Sa respiration difficile en raison du niveau d’anxiété était audible à un rythme régulier et son cœur battait si vite et si fort que Hizo crut qu’il allait exploser. Depuis plusieurs mois déjà, les membres de sa famille envahissaient ses rêves sous forme de cauchemars émotionnellement troublants, à la limite de la démence. Mais depuis quelques temps, le dérangé docteur Koro y apparaissait également. À chaque réveil, il sentait son sang bouillir, comme à cet instant, à la limite du supportable. Convaincu que ce phénomène paranormal tirait ses origines de l’épisode sur l’île du docteur Koro lorsque ce dernier lui injecta un violent poison de contrôle de l’esprit, c’était la raison pour laquelle le maître du feu se rendait à Republic City. Quelque chose en son for intérieur lui dictait de se rendre à la cité républicaine. Là-bas, il trouverait réponse à ses questions.

- Pourquoi hurles-tu comme un cinglé ? Le petit garçon a fait un vilain cauchemar ?

Tandis qu’il reprenait ses esprits, Hizo reconnu la voix sarcastique du capitaine Dimitry ‘’Butthead’’. Dans son état, il avait complètement oublié la présence du pirate qui dormait dans le lit à sa droite. Évidemment, en criant de la sorte, il avait systématiquement réveillé le capitaine qui, sens alertes, bondit debout sur son lit, prêt à défendre sa vie si nécessaire. Lorsque ce dernier comprit qu’il ne s’agissait que du réveil brusque de son compagnon, il n’hésita pas à se moquer.

- Ferme-la, Butthead ! grogna Hizo en essuyant la sueur de son front du revers du bras.
- La prochaine fois, je te raconterai une histoire avant de t’endormir, ironisa-t-il.
- Grrrrrrr…
- Enfin, au moins le soleil commence à se lever…


Le pirate avait raison. L’aurore se levait et les rayons du soleil de tardèrent pas à pénétrer dans leur chambre en se frayant un chemin au travers de la fenêtre (fermée). En soupirant, Hizo se leva et ramassa ses affaires.

- J’ai besoin de prendre un bain…
- As-tu besoin d’aide pour te laver ?
railla Dimitry.
- Arrgh ! Fiche-moi donc la paix !

Étonnamment, lorsqu’il se rendit dans la pièce où se trouvait la baignoire, il apprit que Kalae, matinale, s’y trouvait déjà. Il attendit son tour et le pirate décida finalement qu’un bon bain lui ferait également le plus grand bien. Après que la jeune femme ait acheté un sac de denrées et remplit sa gourde d’eau potable, les compagnons, après un frugal déjeuner, furent prêts à reprendre leur route.

- Combien de temps reste-t-il avant d’atteindre Republic City, selon vous ? demanda Dimitry.
- Aucune idée. Quatre ou cinq jours… peut-être cinq, répondit Hizo.
- Heureusement nous pouvons suivre la route, affirma Kalae. Cette fois Dimitry, tâche de tenir tranquille.
- Je ne te promets rien mon trésor ! Héhéhéhé !


Toujours accompagnés du loup des cavernes et du capucin, animaux respectifs de Hizo et de Dimitry, le petit groupe poursuivit ainsi leur chemin, voyageant de jour et dormant la nuit dans les auberges ou à la belle étoile lorsqu’ils ne trouvaient aucun village ou taverne pour se reposer. Les trois jours suivant se passèrent sans encombres.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Mar 12 Avr 2011 - 19:45

Les trois jours de marche furent calme, du moins en omettant le fait que les deux hommes n'hésitaient pas a la moindre occasion de se lancer quelques piques ou quelques légères moqueries que je m'étais efforcer d'ignorer pour continuer notre chemin. Et comme pour imiter leur maître, il arrivait aussi aux animaux de se chamailler pour quelques broutilles telles que des parts de nourritures distribuées.

Malgré ces quelques petits différents nous avions, et ce depuis bien longtemps, une suite consécutive de jours tranquilles. Seulement deux auberges s'étaient présentées sur notre chemin depuis notre départ, en comptant celle de la taverne du travailleur. Les autres temps, dormir à la belle étoile du s'imposer.
Hizo avait prit l'habitude de transporter le petit sac remplit de vivre, il était donc charger, régulièrement aux heures demandées, de distribuer la part de chacun tandis que nous devions nous partager qu'une seule gourde pour trois et donner de l'eau aux animaux dans le creux de la main.
La bourse étaient encore remplie au bon ¾ du fait que les auberges que nous avions visiter jusqu'à maintenant étaient peu chers, et ce, encore heureux quand à voir les conditions insalubres dans lesquelles nous avions été reçu.

Au troisième jour, une brise iodée vint doucement jusqu'à nous, nous faisant alors comprendre que nous nous rapprochions du rivage. Le soleil était au plus haut dans un ciel sans nuages, la chaleur du sud a cette heure de la journée était à la limite du supportable pour nous qui marchions depuis déjà quelques heures. Pourtant, aucun de nous ne s'était encore plaint, le seul bruit que l'on pouvait entendre était celui des mouettes qui--

-STOP ! ON ARRETE TOUT !

Butthead se fixa au sol, écartant ses bras rapidement pour nous empêcher de faire quelques pas supplémentaires. Bloqué par la muraille qu'avait former les bras du pirate le maître du feu et moi-même nous étions arrêter, non sans cacher notre surprise.

-Qu'est-ce qui t'arrive encore Butthead?! Grogna Hizo déjà impatient.
-Mon tonneau! Où est mon tonneau ?! Où est mon vin?!!

Le pirate venait de reprendre conscience que l'alcool qu'il avait volé et transporter jusqu'à maintenant avait disparut, il se retourna vers nous rapidement, nous questionnant du regard.

-Tu l'as laisser dans les marais, lorsque nous nous sommes laisser bêtement capturer.
-Et c'est pas plus mal! Tu es déjà assez difficile a supporter quand tu es sobre!
-Un voyage sans vin c'est comme une soirée sans femmes, ou encore un navire sans voiles!

Hizo et moi avions échanger un regard dépiter, Dimitry était bien la seule personne du petit groupe a partager ce point de vu ci. Lorsque le pirate s'aperçut de notre désintérêt total, il garda le silence surprit qu'une telle chose ne nous atteigne même pas.

-Il faut aller le chercher!
-Tu rigoles! On ne va pas y retourner!
-Allons ma colombe... Tenta de convaincre le pirate en englobant mon cou de son bras fort. Tu te souviens du goût qu'a le vin, véritablement excellent...
-Si tu y retourne se sera seul. Finit par dire Hizo en croisant ses bras sur son torse.

Le pirate souffla et se résigna à abandonner définitivement son vin. Hizo fut le premier des trois a reprendre la marche et ouvrait donc ainsi le chemin. Au plus nous nous rapprochions de la mer, au plus il nous semblait entendre des gens. Lorsque finalement, l'herbe au sol laissa progressivement place a un sable fin et chaud, une plage remplie de monde venu pour passer un agréable moment au soleil ou en famille étaient allongés sur le sable ou jouaient ensemble dans l'eau.
L'ambiance était presque elle semblable a de belle et ensoleillée vacances d'été. Quelques marchands s'étaient installer au bord de la plage, pensant pouvoir profiter de ce monde pour augmenter leur chiffre d'affaire.

-Bon et maintenant? Questionna le pirate alors que nous nous regardions bêtement la scène l'air perdu.
-Ben.. Pour atteindre l'île de la baleine il nous faut traverser ce bras de mer.
-Grrr! S'interposa Hizo. Et comment on va faire, hein ! On a ni bateau, ni assez d'argent pour payer un aller pour 3, sans compter les animaux...
-Ce n'est pas un problème ça... réquisitionner sans permission peut être une solution.
-Voler quoi.
-C'est ça.


Y avait-il d'autres solutions? Aucune autre ne nous vint pour le moment à l'esprit. Mais avant tout, pour nous fondre dans la masse de « vacanciers » il nous fallait changer de tenue. Un maître du feu présent sur les côtes aurait surement attirer la méfiance et l'attention, quand a deux autres personnes presque habillés comme des roturiers ressortait comparer aux tenues légères de plage.

Un marchant non loin de là avait eu la bonne idée de vendre toute la panoplie nécessaire pour passer un moment sur la plage.
Il fut ravit de constater à quel point ses affaires marchaient bien, tant, que les prix qu'ils proposaient était tout a fait abordable, et même avantageux.
Une fois encore, la bourse que je détenais allait nous être d'une grande utilité. Tris maillots de bains furent acheter et l'homme nous laissa aller dans le fond du magasin ou quatre petites cabines étaient à disposition pour se changer.

Hizo ne semblait pas particulièrement enjoué a l'idée de se pavaner sur une plage a la recherche dun navire pour traverser le bras de mer. Dimitry quand a lui avait empoigner son maillot de bain avec énergie, presser comme presser de retrouver cette mer qu'il semblait tant aimer.

Installée dans une babine sur la droite, l'ensemble d'aventurière que j'avais réussis à troquer contre mon manteau de fourrure fut a son tour ôter pour laisser place à un maillot deux pièces de couleur noire.
Rapidement préparée, j'étais sortis quelques courtes minutes avant les deux garçons.

-C'est bon, vous êtes prêts?



Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Mer 13 Avr 2011 - 12:36

Le petit maillot noir en deux pièces que portait la maîtresse de l’eau attirait inévitablement l’attention, principalement du dépravé capitaine Dimitry et… Hizo. Étonnamment, ce dernier qui jusqu’à présent n’avait jamais manifesté la moindre émotion typiquement ‘’masculine’’ envers Kalae restait fort troublé de la très légère tenue que portait la jeune femme. Le haut du maillot plutôt court, semblable à une large bande de tissus autour de la poitrine, offrait au maître du feu tout le loisir de contempler la parfaite taille élancée de son amie aux formes magnifiquement proportionnées. Le bas n’était qu’une simple culotte noire voilée par une jupette de même couleur, présentant une vue imprenable sur les longues jambes dénudées, lisses et blanches. Face à cette resplendissante exhibition, Hizo ressentait pour la première fois de sa vie un certain désir pour une femme. Ignorant l’origine de cette nouvelle émotion, peut-être due au résultat de leur longue amitié, le maître du feu espérait que tout ceci ne soit que passager.

Prenant soudainement conscience qu’il reluquait la jeune femme avec un peu trop d’insistance, il détourna le regard afin de porter son attention ailleurs. Les oiseaux de mer hurleurs qui piquaient dans l’océan pour attraper du poisson, des enfants bâtissant des châteaux de sable, des adultes étendus se faisant bronzer, un crablocorpus cherchant refuge derrière un amas de rochers, Dimitry ‘’Butthead’’ draguant Kalae, un… *Arrrgh Quoi ! Ce sale pirate n’en manque pas un ! GRRRR !*

- Alors ma chérie, si nous allions nous baigner, juste toi et moi ?
- Euh…


Exhibant fièrement sa musculature et ses abdominaux respectablement découpés, le pirate frimeur fit un petit clin d’œil complice à Kalae qui ne savait pas comment réagir. Cherchait-elle à esquiver poliment la situation ? Chose certaine, Hizo n’apprécia pas nécessairement la chose et s’avança vers eux. Alors que Dimitry posa sa main baladeuse sur l’épaule nue de la fille de l’eau, le maître du feu la lui retira prestement, l’air contrarié. Sourcils froncés, il s’adressa à son rival d’un ton sec.

- N’étais-tu pas sensé nous trouver un bateau, ‘’Butthead’’ ? N’y a-t-il aucun marchand à escroquer dans le coin ?
- Hum, oui, bien entendu,
répondit évasivement le pirate avant de reporter son attention sur le corps de Kalae, mais avant nous pourrions nous détendre un peu…
- Nous nous détendrons plus tard ! J’en ai plus qu’assez de traîner ici. Trouvons une embarcation et traversons ce fichu bras de mer !
- Ah ça va… on ne peut jamais s’amuser avec toi,
geignit le capitaine en s’éloignant, en direction d’un groupe de jeunes filles qui bronzaient sur la plage.

L’incorrigible marin désormais en quête de nouvelles conquêtes, Kalae se retourna vers Hizo et replaça une mèche de cheveux violets qui se balançait devant son joli minois.

- Merci, Hizo.
- Ah… oublie ça…
répondit-il en détourna le regard, comme embarrassé par la présence de son amie.

La jeune femme ne comprenait pas pourquoi Hizo démontrait une telle gêne en sa présence, lui qui d’ordinaire ne manquait pas d’assurance. Habituée à son franc-parler lors des rares fois où il prenait volontairement la parole, l’attitude de son compagnon d’arme la laissait perplexe. Après tout, depuis l’épisode de la nuit en forêt, le ne semblait plus lui en vouloir pour l’histoire dans l’auberge. Elle s’apprêtait à lui poser la question lorsqu’il la devança, croisant ses bras sur son torse robuste.

- Hum… cette question va te sembler bizarre, mais es-tu … confortable… ainsi vêtue ?
- Euuuh… oui… pourquoi ?
demanda-t-elle incrédule.
- Parce que j’ai l’impression que tu vas continuer à le porter pendant un long moment… affirma Hizo en lorgnant par-dessus l’épaule de la jeune femme.

Kalae arqua un sourcil, puis remarqua la direction que portait le regard de son ami, soit derrière elle. Elle se retourna et y découvrit… le petit loup des cavernes déchirant en lambeaux ses vêtements qu’elle avait posé sur le sol quelques instants plus tôt grâce à ses canines affûtées.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Jeu 14 Avr 2011 - 0:33

Le louveteau secouait sauvagement les vêtements qu'il déchirait avec ses dents aiguisées comme aurai fait un chat avec une souris. Mon regard s'écarquilla lorsque je l'aperçu jouer ainsi avec mes vêtement.

-Ça suffit arrête! Ordonnais-je en bondissant devant l'animal et en lui retirant les vêtements déchirés de la gueule.

L'animal lâcha rapidement prise, comprenant qu'il venait de faire une bêtise. Il rentra sa queue entre ses pattes et baissa ses grandes oreilles en abaissant sa tête honteux. Il ne restait plus que des lambeaux de l'ensemble que je portais auparavant.

-Regarde ce que tu as fais!
-Mwoouuu.... Couina tristement l'animal avant que son attention ne soit attiré par un enfant qui jouait avec un ballon.

L'animal disparut sans rien ajouter en bondissant vers l'enfant remuant énergiquement la queue traduisant qu'il avait envie de jouer au ballon. La bête me laissa seule ainsi, lambeaux de vêtement s en main. *Grrr.... je déteste cette bête!! *

-Regarde ça Hizo! M'exclamais-je indignée en me rapprochant du jeune homme pour lui tendre les morceaux de tissus abimés. Comment je vais faire moi maintenant hein?!
-Ben.... heu tu... Balbutia le garçon.
-Bon, vous venez! Lâcha Dimitry impatient de continuer cette journée ensoleillée.

Le pirate était déjà a l'extérieur du petit magasin, au milieu d'une bande de jeunes femmes et tenait sous chacun de ses bras deux demoiselles qui ignoraient tout de la personne qui les avait aborder. Polies et peut-être intéressées pour certaines, elles ne l'avait pas repousser.

-Hizo, il reste quelques demoiselles toutes seules, viens avec nous...
-Ferme-là Butthead et sors de là. On a d'autres choses à faire!

Le maître du feu fut le premier à faire quelques pas pour s'avancer de l'eau sans se retourner. Après avoir jeter avec fatalité mes anciens vêtements désormais en lambeaux, j''avais accélérer le pas pour tenter de rattraper Hizo qui semblait presser d'en finir et de fuir cet endroit noir de monde.

-A..attends Hizo! Appelais-je en marchant pieds nus sur le sable chaud.

Butthead nous regarda s'éloigner durant quelques courtes secondes avant de se lever et de s'excuser auprès de ses nouvelles amies avec une révérence trop exagérée. Lorsque le pirate s'éloigna certaines lui renvoyèrent un signe de mains.
Dimitry ne tarda pas a nous rattraper en courant en notre direction. Lorsqu'il arriva a notre niveau il posa mécaniquement mais subtilement son bras autour de mon cou pour ne pas que son rival ne s'en aperçoive et le lui retire une seconde fois.

Serrée contre le corps du pirate, je tentais de me dégager avec politesse et grâce, mais l'homme me maintenait fièrement et fermement m'empêchant de me dégager avec discrétion.

-Bon, voler un navire ne va pas être si simple. Avoua finalement le pirate avec un air détendu.
-C'est maintenant que tu t'en rend compte! Souffla Hizo en posant un œil sur le pirate avant de me voir prisonnière de ses bras. Et puis... Tu vas la lâcher oui!
-Mais elle est bien là... répondit Butthead en affichant un sourire.
-Tu vois pas que c'est tout le contraire.
-Quelle femme ne reverrait pas d'être dans mes bras hein?

Le loups des cavernes brisa le nouveau début de dispute qui s'installait entre les deux hommes en accourant vers son maître et en faisant un dérapage contrôlé devant nous, nous envoyant par la même occasion une vague de sable en plein visage.
L'animal sortit sa langue et commença à respirer bruyamment comme content d'être ici et épuisé a force de sauter et courir en tout sens.
Nous nous étions tous trois secouer pour se débarrasser du sable fin qui nous était tomber dessus.

-Sale bête fais attention! Grogna le maître du feu en passant des coups de mains sur ses épaules carrées.
-Je déteste cet animal! D'abord mes habits ensuite ça! Il le fait exprès?
-Tes habits? Répéta Butthead intrigué.
-C'est un longue histoire...

Il était préférable pour le moment de se pencher sur des choses plus grave que de simples soucis de vêtements, il nous fallait toujours trouver une embarcation pour rejoindre l'île de la baleine, et ce, sans déverser un sou.

Bon sérieusement! S'exclama le pirate en passant sa main dans ses cheveux pour y ôter le sable. Avec notre ombre de trois il nous est impossible de mettre un quelconque bateau en mer, même le plus petit sans nous faire rattraper, la seule solution et d'aborder un bateau déjà sur l'eau.
-Déjà sur l'eau? A trois ?
-Avec vos maîtrise on va bien réussir a chasser les occupants...
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Jeu 14 Avr 2011 - 11:26

- ‘’Avec vos maîtrises on va bien réussir à chasser les occupants...’’ envoya Hizo dans une pathétique imitation du pirate. Dis-moi ‘’Butthead’’, rappelle-moi quelle est ton utilité depuis le début de cette aventure ?

Le capitaine, visiblement indigné d’être la cible de nouveaux sarcasmes de la part du maître du feu, serra les poings en fronçant les sourcils.

- Dis donc Hizo, tu te crois peut-être supérieur, je suppose…
- Ah non, pas ENCORE !
tonna Kalae. Hizo, tais-toi !
- Me taire ? s’emporta le jeune homme. Non je ne me tairai pas, Kalae ! C’est de sa faute si toute cette histoire va de travers ! Votre capture par les esclavagistes est de sa faute ! Ce fut également de sa faute si nous avons failli mourir de faim et de soif dans le canyon puisque vous n’étiez pas sensé m’accompagner. Mais évidemment, ‘’Butthead’’ a imposé sa présence comme toujours et nous avons manqué de rations…
- ARRÊTE ! cria la maîtresse de l’eau, furieuse et consciente au regard noir que lançait Dimitry à son rival signifiait que ce dernier allait trop loin. Mais Hizo n’en fit rien.
- C’est de sa faute si nous avons dû quitter la route pour traverser un marécage puant ! Ce bandit, fidèle à ses habitudes, n’a pu se retenir d’escroquer un aubergiste et nous aurions eu les autorités aux fesses si nous avions emprunté la route ! Dois-je vous rappeler que nous sommes passés à deux doigts d’être MANGÉS par des cannibales ! Et maintenant, il veut que NOUS utilisions NOS maîtrises pour VOLER un bateau qu’IL réclamera lorsque nous serons parvenus à Republic City ! La belle affaire

Kalae ouvrit la bouche, décidée à mettre un terme à ces accusations, mais aucun mot n’en sortit. La raison était fort simple, Hizo avait raison sur toute la ligne. Depuis leur rencontre à la taverne, le capitaine Dimitry ‘’Butthead’’ ne leur avait causé que des ennuis et la tendance se poursuivait en empirant. Quant à l’idée du bateau qu’il réclamerait, rien ne prouvait la véracité des dires qu’avançait le maître du feu, mais le pirate prenait un malin plaisir à lui rappeler qu’il lui devait un navire. Kalae fut donc portée à croire Hizo bien qu’au fond d’elle-même, elle espérait de tout cœur qu’il se trompe.

- Il n’a fait que nous nuire ! poursuivit le fils du Feu avec hargne. C’est de sa faute si je suis en train de perdre la seule amie que j’ai !

Sa référence directe à la jeune femme ne trouva aucun écho auprès de Dimitry. Ce dernier, grinçait des dents en fixant son rival qui allait beaucoup trop loin.

- Aux dernières nouvelles, tu étais bien content de mon épée lorsque nous devions nous battre, Hizo ! vociféra-t-il. J’ai un vague souvenir de ton incompétence dans le canyon, lors d’un certain combat que tu préfèrerais oublier…
- Je peux très bien me passer de ton épée ! D’ailleurs, si tu n’en avais pas fait qu’à ta tête comme toujours, Jesse serait en vie !

Des paroles que le maître du feu regretta immédiatement d’avoir prononcé. La mort de Jesse Mak-Artney, encore toute fraîche dans leur mémoire, restait un sujet tabou qu’ils préféraient oublier. Ivre de rage, Dimitry ‘’Butthead’’ poussa grognement rauque avant d’abattre son poing au visage du maître du feu. Hizo, qui reçu le coup de plein fouet, s’étala dans le sable tandis que la maîtresse de l’eau étouffa un cri, surprise de l’excès de violence de leur compagnon.

- Va au diable, Hizo ! Si tu ne pensais pas toujours qu’à toi, Jesse ne serait pas mort, pauvre type !!! cracha le capitaine.

L’attaque subite et cette nouvelle provocation lui attirèrent les foudres du maître du feu qui ne resta pas plus longtemps étendu dans le sable. En rogne, il prit son élan et plaqua vigoureusement Dimitry de son épaule. Les deux garçons roulèrent l’un contre l’autre dans le sable, s’échangeant des coups et des insultes sous le regard implorant de la pauvre Kalae.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Ven 15 Avr 2011 - 0:04

Les deux hommes animés par de violentes pulsions engagèrent un combat à main nues. Surprise de voir les deux hommes montrer une telle violence si soudainement, j'étais restée quelques instant bloquée face à la situation.
Les deux hommes n'y allait pas avec douceur, les coups porter étaient rapides et forts, et leurs insultes prononcées à hautes voix, l'attention des gens présent sur la plage fut très vite attirer par le mouvements que créaient les deux jeunes hommes bouillonnant de colère.

-Hizo! Dimitry! Tentais-je m'imposer en vain.

Les deux rivaux n'entendirent presque pas mon appel autoritaire et continuaient leur sauvage lutte.
Petit à petit les quelques curieux les plus courageux s'approchèrent autour de la scène pour mieux voir de ce qu'il s'agissait. Séparer les deux hommes était une tache ardues, a plusieurs reprise je du me reculer de quelques pas par peur de me prendre un coup par inadvertance.

Fort heureusement deux hommes finirent par me venir en aide et étaient intervenue entre les deux combattants pour les séparer. L'un maintenait fermement Hizo par les bras et le tira en arrière. Quand au second, il aida Dimitry a se redresser, tout en l'empêchant de repartir a la charge. Lorsque le mouvement fut terminer la petite foule se dissipa lentement.

-Ça va pas vous êtes complètement barge! Lançais-je une fois les deux rivaux séparés. Vous ne cesserez dont jamais? Deux gamins immatures!!

L'impatience, et la colère avait réussit a s'emparer de moi. Les deux hommes qui maintenaient Hizo et Dimitry finirent par les lâcher avec prudence et après m'avoir questionner du regard pour savoir si je n'avais besoin d'aucune autre aide ils s'en allèrent gentiment.
Dimitry ouvra la bouche dans l'espoir de se justifier et de faire porter la faute sur le maître du feu,seulement il n'eut pas le temps de prononcer le moindre mots.

-Je commence sérieusement a en avoir plus qu'assez! Essayez de collaborer!
-Collaborer? Avec ce manipulateur! Rouspéta Hizo sur un ton scandaliser.
-Moi manipulateur? Répéta le pirate outré. Tu c'est ce qu'est de voyager avec quelqu'un comme toi? Tu ne cesse d'en vouloir au monde entier, tu ne sais pas profiter du moindre instant, sans t'en rendre compte tu e fais que rendre les gens malheureux.
-Taisez-vous!

Il y eu un silence. Dimitry s'était inspirer des derniers événement pour tenter de donner des remords au maître du feu et ainsi remporter ce duel verbal. Mais il ne fallait pas qu'il continu, il ne le devait pas dans le cas contraire il aurait été évident que leur combat aurait reprit.

-Atteignons Republic City le plus vite possible, que tout ceci prenne enfin fin!

Je fus la première a tourner des talons, suivis des deux animaux qui avaient là encore étaient témoins du combat. Les deux hommes se lancèrent un regard noir avant de suivre mes pas, séparer l'un et l'autre de quelques mètres.
Notre regard se posa sur l'horizon, jusqu'à ce qu'une petite silhouette pas si lointaine qu'elle ne le laissait croire. Une petite voile blanche seule faisait avancer un peut navire pour quelques personnes sans aucune prétention.

-Le voilà ton navire poupée. Annonça Butthead en posant un regard amuser en ma direction.

Hizo était resté silencieux depuis quelques minutes, réfléchisait-il ? Où alors faisait-il la tête pour une simple petite bagarre? Comprendre cet homme n'était pas de tout repos et très vite le pirate me sortit de mes reflexion.

-Aller viens! Lâcha-t-il gaiement. Je t'avais dis que nous irions nous baigner héhé!
-Je... Dimitry!!

l'homme réussit a me tirer jusque d'en l'eau nous nous tombâmes ensemble dans l'eau salée. Lorsque nous remontâmes à la surface, le pirate passa une main dans ses cheveux pour se le retirer du front avant de pousser un petit rire fier de lui.
J'avais esquisser un sourire, malgré tout amusée par Butthead qui ne pensais qu'a jouer. L'eau était a la température idéal, très agréable. Les vagues n'étaient aucunement violente, un temps idéal pour naviguer.

-Tu viens Hizo? Questionnais-je en me retournant vers la plage.
-Grrr... Se contenta-il de répondre.
-C'est pas grave maître du feu! Lança le pirate sans perdre son air fier. Je m'en vais avec la demoiselle à Replublic City, adieu!

Le pirate commença sa nage vers le petit bateau que nous arrivions a voir, bien déterminer à faire ce qui comptait parmi sa liste du « pirate idéal ».
Finalement Hizo rentra une jambe, puis deux dans l'eau qui ne le fit pas frissonner. Lorsqu'il fut immerger il nagea pour nous rejoindre pour ensuite s'approcher du petit navire. Le maître du feu avait immerger également le sac qu'il transportait depuis le début et même si les reste de nourriture seraient abimé au contact de l'eau, les deux hommes n'avais pas oublier leur vêtement ni la bourses que j'avais récupérer de mon vêtement déchiré.

Quelques longues minutes de brasses suffirent à atteindre le petit bateau en question, a bord se trouvait quatre amis, de jeunes trentenaires profitant du calme de la mer et de la chaleur du soleil.
Très vite un plan fut installé pour prendre possession de ce navire sans l'accord de leur propriétaire.

Butthead et Hizo se servit de la force de leurs bras pour sortir de l'eau et monter à bord du navire, lorsqu'il fit apparition sur la grande barque a voile, il détourna l'attention des quatre occupants tandis que Hizo utilisa l'effet de surprise pur les pousser et les faire tomber a la renverse, bard dessus bord.
Le maître du feu tendis rapidement sa main pour m'aider a monter a bord moi et les animaux, et avant que les quatre amis et véritable propriétaires de la barque ne remonte un court mais puissant courant d'eau nous éloigna d'eux de plusieurs bonnes dizaine de mètres. La voile était gonfle par le vent aussi nous ne tardions pas à nous éloigner de plus en plus, les insultes des quartes victimes disparaissant au loin. Créer un courant, ne fut même pas nécessaire tant le vent semblait accompagner notre voyage.

Bientôt les cotes du royaume de la terre disparaissaient et d'ici peu Republic City allait nous accueillir. La colère qui m'avait animé avait désormais complètement disparut et avait laisser place à un sentiment de détente. Les rayons du soleil sur notre peau mouillée avait réussit a calmer les humeur de tous et à faire revenir le calme au sein du groupe.
Du moins... pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Ven 15 Avr 2011 - 11:35

Malheureusement pour Kalae, elle n’eut pas droit au calme qu’elle aspirait depuis leur montée à bord de l’embarcation. Un détail que le maître du feu avait omis d’informer était que le louveteau des cavernes, son éternel compagnon animal, appréhendait les voyages en mer. Dès le moment où ses pattes entraient en contact avec la coque d’une embarcation et qu’il sentait le reflux des vagues le brasser, il ne pouvait s’empêcher de hurler à tue-tête. Déjà insupportable pour l’équipage d’un grand navire destiné à la haute mer, la situation ne s’améliorait guère pour les trois compagnons et le capucin qui partageaient un simple voilier de taille très modeste.

- WAAHOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU ! WAHOUUUUUUU ! WAAAAAAAAAAAAHOUUUUUUUUUUUUUUUUUUU !!! KAII KAIII WAAHOUUUUUUUUUUU !
- Ah non ! vociféra Hizo en gesticulant rageusement devant le louveteau. Tu ne vas pas recommencer !!!
- WAHOUUUUUUUUUUU !
- ARGH ! Fais-le taire Hizo, ou je le passe PAR-DESSUS BORD ! explosa le pirate.
- Ce n’est pas moi qui va t’en empêcher ! répondit le maître du feu sur le même ton.
- WAHOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU !
- Fais quelque chose !
beugla Kalae à son tour, ses yeux lançant des éclairs.
- Que veux-tu que je fasse ? s’emporta Hizo. Je vous signale que ce n’est pas MON loup ! Il me suit, moi je n’ai rien demandé. Si tu es si maligne, trouve une solution, toi !
- WAHOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU !


Les trois voyageurs se bouchèrent immédiatement les oreilles. Leurs tympans battaient si forts qu’ils crurent tous qu’ils allaient exploser. Le son aigu que prenait les hurlements du louveteau exaspérait le trio dont la patience diminuait à un rythme effarant. La bête continuait de hurler constamment, sans aucune pitié pour les deux-pattes qu’il suivait amoureusement. Kalae, qui ne le portait plus dans son cœur depuis qu’il avait déchiqueté ses vêtements, fut sur le point de perdre tout contrôle. Alors qu’elle s’avançait vers la créature des cavernes afin de lui flanquer une bonne claque, Cap’ (Kiki) prit l’initiative et vint à la rescousse de ses maîtres, bondissant sur le dos du canidé, engageant un combat sans merci entre les deux, sous le regard des trois spectateurs.

- KSSSSHHH ! KSSSSH !! KSSH !
- WAHOUUU ! GRRRR ! RRRRAAOORR ! WAHHOUUU !
- KSSSSSSSHHHHHHHHHHHHH !!!


Le capucin agrippa fermement l’oreille du petit loup et y mordit à pleine dent. Ce dernier poussa un long couinement aigu de souffrance et se débattit, envoyant rouler le singe un peu plus loin. Cependant, l’agression eut l’effet escompté. Soumis et vaincu, le loup des cavernes s’éloigna piteusement la queue entre les jambes dans un coin du voilier où il se coucha, roulé en boule. Il ne risquait plus d'importuner les humains et le capucin par ses hurlements pour le reste de la traversée.

- À la bonne heure ! lança Dimitry, soulagé.

L’heure suivante se déroula dans un calme serein, comme l’espérait la maîtresse de l’eau. Le voilier voguait lentement mais sûrement en direction de l’île de la Baleine, habilement piloté par le capitaine Dimitry ‘’Butthead’’, où se trouvait la grande cité républicaine. Au fur et à mesure qu’ils gagnaient du terrain, Hizo sentait son sang se précipiter dans ses veines, comme si un stress inexplicable activait énergiquement sa circulation sanguine. *Je me rapproche du but* constata-t-il mentalement. Là-bas, quelque part dans cette cité, attendait le docteur Koro, ce savant fou qui l’avait privé de sa liberté psychique dans un passé pas si lointain. Cette fois, ce malade ne s’en tirerait pas. Il aurait sa peau, coûte que coûte et se libérerait complètement de son emprise.
Kalae ressentait une émotion semblable. Lorsqu’elle surprit la conversation à propos de Yasuo Koro entre Evyle et Lotto, elle sut instinctivement qu’elle devait agir. Convaincue que la rédemption n’attendait pas ce fou dangereux, elle se rappela l’épisode sur l’île et leur rencontre avec ce type. Ils n’auraient jamais dû le laisser s’enfuir si facilement. Le sentiment du devoir incomplet s’était emparé d’elle et maintenant, elle approchait du but.*Tu ne t'en tireras pas cette fois...* Elle mettrait hors d’état de nuire le docteur Koro une bonne fois pour toute.

Seul Dimitry avait la tête ailleurs. Pirate et égoïste de nature, il ne se sentait pas impliqué dans cette histoire et les vieilles rengaines avec le docteur Koro ne le concernaient pas. Pour le capitaine, l’incident sur l’île du savant ne dépassait pas le stade d’une aventure comme les autres. Pour le moment, ses pensées et son regard étaient rivés sur autre chose... Kalae. Discrètement, il l’épiait et la déshabillait du regard même s’il ne lui restait que peu de vêtements sur le dos.
Depuis leur première rencontre, la jeune femme lui avait tapé dans l’œil. La fille de l’eau représentait l’archétype de la femme forte, capable de lui résister et il adorait ça. Fière, solide d’attitude et de paroles, autoritaire sans être contrôlante et impulsive. * Quelle pirate elle ferait !* À l’instar de l’eau, elle possédait un caractère très changeant, parfois calme et posé comme la rivière, parfois tempétueux comme l’océan. Ce genre de femmes l’attirait comme un aimant tant elle n’avait rien en commun avec toutes les filles de joie qu’il fréquentait habituellement. De plus, elle était belle. D’où il se trouvait, à la barre du voilier, le pirate reluquait la jeune femme assise près du bord. Il ne pouvait détacher son regard de ses cuisses que la jupette noire ne parvenait pas à cacher. Le haut de son corps dont la bande de tissu ne voilait que la poitrine alimentait son imagination fertile en perversité. Kalae se tenait droite, ses yeux fixant l’horizon, inconsciente de l’observation détaillée qu’elle subissait en ce moment.

- Si tout se passe bien, nous devrions atteindre l’île de la Baleine en soirée, annonça Dimitry sans regarder ailleurs.
- À moins que tu ne percutes un autre kraken… commenta Hizo, une pointe d’ironie dans son ton de voix.

Kalae gloussa sous l’effet de la rare blague lancée par le maître du feu. Étonnamment en raison des tensions qui séparaient les deux hommes, le pirate ricana également. Tous se remémorèrent cet épisode inoubliable, à la fois riche en péripéties et en tristesse. En effet, beaucoup d’hommes perdirent la vie ce jour-ci. Toutefois, pour le moment, le petit commentaire détendit l’atmosphère et par conséquent, fut le bienvenu.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Sam 16 Avr 2011 - 12:40

L'humour dont venait de faire preuve le maître du feu fut des bienvenu et réussit à donner le sourire a chacun de nous tout en nous remémorant notre aventure passée. Tout était devenu calme, le bruit de la mer et de notre petit voilier qui brisait les douces vagues berçait gentiment notre voyage. Le loups des caverne se fit silencieux, enroulé dans un coin du voilier, les oreilles baissées tristement il avait comprit la leçon.


Une vent agréable caressait notre peau désormais sèche. Hizo se tenait droit non loin de son rival, torse bombé en avant mettant en avant toute sa carrure musclée. Les deux hommes présentaient un corps parfaitement proportionné, et juste musclé comme il devait l'être. Je m'étais surprise a les regarder tout deux quelques instants, lorsqu'il croisèrent mon regard leur réaction fut bien différente. Hizo préféra détourner le regard rapidement sur la grande étendue d'eau d'un air embarrassé. A l'inverse, le pirate soutenu le regard intensément, bientôt se fut mon tour d'être moi-même embarrassée par ses yeux verts qui me fixaient ainsi. Mon regard se porta a nouveau sur la mer, calmement.

Le voyage fut moins long que nous le pensions, selon les estimations de Butthead nous pouvions atteindre l'île de la baleine en fin de soirée. Et comme annoncer, lors que le soleil descendait doucement derrière la mer, les rivages de l'île de la baleine étaient déjà à portée de vue. Hizo fut le premier à signaler la présence de terres au loin. Un sourire satisfait anima alors nos visages.
Fier et droit le pirate maniait le voilier avec habileté, Hizo regardant droit devant lui était déjà presque impatient de toucher terre. Le louveteau et le capucin comprirent vite que le voyage allait prendre fin, aussi recommençaient-ils a s'agiter, heureux de ne plus se retrouver sur le voilier qui tanguait au rythme des flots.
Debout, maintenue a un cordage pour ne pas tomber par dessus bord, l'impatience me gagna a mon tour, nous allions enfin toucher à notre but.

Nous réussîmes à nous arrêter dans un petit port sans prétention et peut contrôler. Une fois amarrer, le louveteau fut le premier a descendre d'un bon énergique. Et lorsque ces pattes touchèrent le sol il se mit à faire la fête et a pousser quelques aboiements, content.
Ce fut à notre tour de descendre du navire.

A coté de l'endroit où nous avions accosté, se trouvait une plage désormais vide du fait de l'arrivée de la nuit. Seuls quelques rares personnes étaient restées, bien décider à veiller sur la plage.
Demain commencerait la véritable recherche du docteur Koro, en attendant il nous fallait trouver un endroit pour passer la nuit.

Nous nous étions éloigner du port. Fort heureusement l'entrée de la ville de Republic City n'étais pas très loin. Quelques dizaine de minutes a marche rapide. Lorsque nous arrivâmes devant les portes de Républic City, le ciel avait déjà prit une tournure bleu nuit et les étoiles commençaient doucement à s'allumer.
Les rues de la ville étaient parfaitement éclairé de lampadaires éclairés a la bougies tout le longs des routes pavées. Et nous étions entrer sans difficultés Républic City était une ville assez libre d'accès aussi personne ne se posa de question quand au nouveau venu qui passaient presque inaperçue. Du moins dans les premiers instants... Nous étions toujours en légère tenue de plage et ce désormais loin du rivage.

Les quartiers de la ville étaient assez distincts, séparer en trois grandes parties, les hauts quartiers, les quartiers touristiques et les bas fonds. Nous ignorions dans lequel nous nous étions aventurer mais chose sûr, ce n'étais pas les hauts quartiers, loin de là.
Les maisons ne présentaient aucun signe de noblesse ou de richesse. Plus aucun enfants ne trainaient dans les rues à cette heure-ci, déjà rappelés par leur mère.
Lorsque nous prîmes conscience de certains regards des passants et de quelques commentaires amusés. Comprenant qu'il nous fallait changer de tenue pour moins attirer l'attention nous nous en étions allé dans une ruelle. Je m'étais éloignée de quelques pas, tournant le dos aux deux hommes pour leur laisser de l'intimité, ils se changèrent rapidement.

C'est alors qu'un nouveau soucis allait s'ajouter a notre liste, comment allais-je faire? Il semblait que j'étais condamnée a porter cette tenue, et tout ça a cause de ce louveteau qui avait cru bon de jouer avec mes vêtements.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Mar 19 Avr 2011 - 21:54

Les deux hommes revinrent peu de temps après, vêtus de leur habits classiques: Hizo de son kimono aux couleurs de sa Nation, Dimitry d'un simple pantalon brun et d'une tunique blanche. Le maître du feu étira ses membres, content de retrouver ses vêtements seyants qu'il aimait tant. En lissant quelques plis, il se rendit compte d'un fait: Kalae ne pouvait se changer, le louveteau ayant déchiqueté sans pitié sa propre tenue. Condamnée à porter son très léger maillot deux pièces, elle dévisageait ses compagnons d'armes qui, trouvait-elle, manquait cruellement de solidarité. Si le maître du feu, coupable en un certain sens, préférait ne pas commenter la situation qui devait clairement enrager la jeune femme, le pirate lui ne s'en priva pas.

- Aaaah, Kalae... toujours aussi charmante. J'ai toujours apprécié tes goûts vestimentaires, mais cette tenue de ville, vraiment... elle me laisse sans voix.

La maîtresse de l'eau foudroya du regard le capitaine... puis l'animal canin, suivit incontestablement de Hizo qui évitait de croiser son oeil accusateur. La réplique de Kalae ne tarda pas, cinglante mais lancée sur un ton ironique.

- Très amusant, ''Butthead''... mais je pourrais également modifier ta propre tenue ! J'imagine bien un beau maquillage bleu foncé autour de tes yeux... je pourrais te le faire immédiatement. Je suis experte !

En prononçant ces mots, la jeune femme brandit son poing sous le nez de son interlocuteur. Bien que conservant son habituel air taquin, Dimitry ne rétorqua rien. De toute façon, il gagnait sur tous les points de vue puisqu'il pourrait continuer à contempler la petite maîtresse de l'eau. Hizo de son côté se faisait plutôt discret. Kalae ne l'avait pas remarqué et c'était mieux ainsi. Mais cet instant ne dura pas puisque le loup des cavernes, fidèle à son habitude, choisit de gâcher sa stratégie en accourant soudainement vers la jeune femme d'une démarche joueuse.

- Toi, couché !!! ordonna sévèrement Kalae à la bête qui, sans toutefois obéir, préféra ne pas insister. Hizo, si ton loup s'approche de moi, j'en fait un nouveau manteau de fourrure !
- Hé ho ! Premièrement ce n'est pas MON loup, combien de fois devrais-je vous...
- Aucune importance !
coupa-t-elle sèchement. Je m'en fiche ! Tiens-le loin de moi, c'est tout !
- Grrllmmmbbb...


Kalae prit les devants, suivant la ruelle afin de s'engager dans une artère plus fréquentée au risque d'être le centre d'attention, principalement des hommes et de quelques femmes outrée par cette tenue déconvenue. Hizo et Dimitry lui emboîtèrent le pas, ce dernier se permettant de donner un petit conseil, moqueur, à son compagnon.

- À ta place je ferais attention... elle a sortit ses griffes ! Héhéhéhé

Tandis qu'ils déambulaient dans les rues passantes de la cité républicaine, le petit groupe avait tout le loisir d'admirer l'architecture différente des autres nations et son développement. Centre urbain affichant ouvertement son vent de modernité contrastait étrangement avec le reste du Sekai beaucoup plus traditionnel et conservateur. Les bâtiments principalement construis en hauteur donnait le vertige au maître du feu, peu habitué à ce genre architectural. À l'horizon se découpait d'immenses tours s'élevant graduellement dans les airs, probablement signe de rang social. D'étonnantes machines et inventions côtoyaient les passants à pieds, comme des boîtes roulantes propulsées par un espèce de moteur vrombissant. Le jeune homme n'avait jamais rien vu de tel.

- Maintenant, que faisons-nous ? demanda Dimitry.

Tous s'arrêtèrent subitement. La question de pirate prit au dépourvu ses deux compagnons qui ne lui avaient jamais expliqué de plan concernant Koro. Pourtant, aux yeux du capitaine, tout s'expliquait. Devant le regard hébété des deux maîtres, il était clair qu'ils n'avaient pas de plan.

- Bien joué ! caqueta le pirate. Allons à Republic City faire la peau à Koro ! Mettons un terme aux agissement de ce malade ! Génial ! J'aurais dû me douter que vous ne saviez pas ce que vous faisiez !
- Moins fort, ''Butthead''!
réagit Hizo. Tu marques un point, nous ne pouvons pas questionner tous les passants jusqu'à ce que l'un d'eux se décide à nous donner l'information... si seulement il est le moindrement connu.
- Le type a fait entendre parler de lui jusqu'au quartier général des Tribus de l'eau du Pôle Nord. Il doit forcément être connu. Il suffit de trouver un moyen de nous informer.
- Mais il nous faut être discret sur nos intentions... très discret...
prononça Hizo, songeur.
- Absolument d'accord ! acquiesça Dimitry, laissez-moi faire...

Sous le regard ahuri de Kalae et Hizo, le pirate s'éloigna d'eux et se dirigea vers une demoiselle blonde, richement habillée selon la mode bourgeoise de la grande cité républicaine, et exécuta une gracieuse révérence. *Qu'est-ce qu'il fait...* Une fois qu'il eut attiré l'attention de la demoiselle dans la mi-trentaine, il s'exprima d'une voix exagérément raffinée mais qui sembla fort plaire à la femme.

- Pardonnez mon effronterie, gente dame, mais daigneriez-vous m'offrir un simple renseignement. Je suis à la recherche d'un homme de grande stature, fort élégant, dénommé Yasuo Koro, or donc je n'arrive plus à le retrouver. Auriez-vous l'obligeance d'éclairer mon esprit troublé par votre beauté rayonnante ?
- NON ! s'exclamèrent en choeur Hizo et Kalae.
- Hihihi, avec plaisir... vous trouverez son manoir en continuant sur cette rue jusqu'au quartier noble. Tournez à droite sur la 6eme promenade. Son domaine se trouve au bout.
- Merci. Puisse le soleil continuer de faire scintiller votre cascade de chevelure dorée.

La demoiselle poursuivit son chemin et le pirate se retourna vers ses compagnons abasourdis.

- Voilà le travail !

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Mer 20 Avr 2011 - 0:51

Le pirate revint le tête haute en roulant des épaules. Le dame dont il avait désormais tourner le dos le regarda partir masquant un sourire timide derrière son éventail déployé.

-Voilà le travail! Lança t-il satisfait.
-Très discret Butthead! Claqua Hizo en faisant attention de ne pas attirer l'attention.
-Voyons ce n'est pas cette charmante dame qui se doutera de quelque chose.
-C'était plus ridicule qu'autre chose en tout cas. Marmonnais-je en détournant le regard vers cette dame qui s'en allait de manière distinguée.
-Tu es jalouse ma chérie?
-Moi? Tss... quelle idée! Répondis-je en tournant le dos presser de quitter ses rues peu éclairées et si étrangement fréquentées.

Le pirate afficha son éternel rictus. Il n'y avait là vraiment aucune jalousie, Butthead s'était simplement improviser quelques talents de comédiens et lorsque nous le connaissions réellement le voir agir ainsi en devenait aussi surprenant que ça sonnait faux.
Cependant le pirate préférait y voir une forme de jalousie plutôt qu'une moquerie, convaincu de son idée il fut a nouveau plein d'assurance et ne tarda pas à me dépasser précisant qu'il était mieux qu'un homme ouvre le chemin.

Le voile noir de la nuit avait désormais recouvert la ville, seulement quelques lampadaires éclairaient les rues principales qui peu a peu se vidèrent de monde.
Marcher dans te telles rues à la nuit tombée n'avait rien de rassurant. Nos bruit de pas raisonnaient sur le pavé froid et nos ombre déformées crées par les flammes des lampadaires formaient des formes inquiétantes.

-Bon, on trouve un endroit où dormir et demain matin on règle cette histoire une fois pour toute! Lança Dimitry. Vous êtes bien gentil avec vos histoires mais nous allons pas y passer notre vie!

Il n'y eu aucun réponse, le maître du feu qui marchait à mes cotés et moi-même étions on ne peut plus d'accord. Peu rassurée par les lieux, je m'étais instinctivement rapprocher de mon ami qui tentait de s'échapper gêner par cette approche qui ne se voulait être que pour trouver un refuge.
Pendant un instant l'idée que l'homme ne dédaigne encore m'approcher depuis ce malentendu a la taverne de la marmite chaude me passa a l'esprit. Le garçon avait été claire sur l'opinion qu'il s'était faite de moi, il l'avait atrocement dit et ce de manière très blessante. Mais- était-ce vraiment a cause de ça qu'il se comportait ainsi ce soir?

-Hizo ça va ? Tu es bizarre?
-Oui,oui. Expédia t-il rapidement en regardant droit devant lui.

Il était évidement que quelque chose clochait chez lui, je n'étais pas dupe. Las de cette relation tendue et de ses mensonges, j'avais pousser un soupir en détachant mon regard du jeune homme. Quelques courtes minutes plus tard, le pirate entra das la première auberge qui se posa sur notre chemin, toujours dans le même quartier.
L'aubergiste était toujours debout, il s'agissait d'une homme âgé, peut être la soixantaine, il réglait encore quelques soucis qu'il n'eut pas le temps de résoudre en journée. Il fut surprit de voir de nouveaux clients entrés à une heure si tardive, il le fut d'avantage quand il découvrit la tenue peu adaptée à la ville que je portais.
Il y eu un silence durant lequel son regard jongla entre les deux garçon puis sur moi.

-Ce... c'est pour quoi? Fini-t-il par sortir une fois l'effet de surprise passé.

Son visage pâlit soudainement, il recula d'un pas la voix légèrement tremblotante.

-Je... je n'ai rien qui puisse vous intéresser si c'est ce que vous cherchez.

De part sa réaction, l'aubergiste semblait avoir eu souvent affaire avec des vols a mains armées. Aujourd'hui méfiant de voir apparaître deux grands hommes dans son établissement accompagnés d'une fille au style vestimentaire douteux sa première hypothèse fut celle d'une nouvelle agression.

Du calme papy! Déclara le capitaine en caressant la tête de son petit singe présent sur son épaule. Ce qu'on veut juste c'est pouvoir dormir dans un lit.
Vraiment?! Dans ce cas, bienvenu a la chouette hurlante.

Un sourire anima le visage ridé de l'aubergiste qui avait déjà reprit toutes ses couleurs. Il nous fit signe de nous avancer d'avantage et précisa que les animaux étaient accepter dans son auberge, pour le plus grand bonheur de nos amis à poil qui déjà s'imaginaient dormir contre leur maître.

-Alors heu... Hésita l'aubergiste. Se sera combien de chambres?
-Deux! Une au pire des cas...
-Trois! Avions nous répondit en cœur en haussant le ton pour être sur d'être entendu.

Le vieil homme nous laça un regard confus. Ne sachant qui écouter.

-Je vous préviens, hors de question que je dorme a nouveau avec le pyromane a mes cotés!
-Py..... pyromane? Cru mal entendre le vieillard en reprenant un air inquiet.
-Je n'aime pas non plus l'idée de te supporter sale pirate!
-Pirate?! Répéta l'aubergiste en palissant à nouveau.
-Hors de question que tu me reveil a nouveau en sursaut à cause de tes cauchemars de gamin dans un hurlement de terreur.
-Tu vas voir ce qu'il te dis le gamin si tu continues!!

les deux hommes repartirent de plus belles dans leur éternelles chamailleries se tapant mutuellement le torse du doigts en se reprochant toutes sorte de défauts. L'aubergiste resta les yeux rond devant eux n'osant intervenir. Il me lança un regard alerté et tranquillement c'est d'un signe de main que je lui fis comprendre que la situation était des plus banales et qu'il n'y avait pas de quoi s'en faire.
Les deux hommes étant occupés a se bouffer le nez, c'est calmement et sans attiré l'attention des deux rivaux que j'avais régler le problèmes des chambres avec le vieillard qui sembla soulager de trouver enfin un accord.
Le petit loup et le capucin se tenaient sagement pour une fois, regardant leur maitre a nouveau entrer dans leur conflit. Ils eurent droit a une caresse sur le haut de la tête chacun, désormais, malgré les bêtises qu'ils avaient pu faire ils étaient pardonner. Après tout comment en vouloir a d'aussi aimantes créatures?

-Bon les garçons... Appelais-je dans un soupir et en commençant en montant les marches pour atteindre l'étage, une clef en main. Quand vous aurait fini de jouer, prenez vos clefs respectives et aller dormir! Nous avons trois chambres, une pour chacun de nous.

Hizo et Dimitry figèrent le mouvement et leur paroles rapidement, pour déporter leur regard sur les deux clefs restantes sur le comptoir de l'aubergiste. Restait encore a espérer qu'il ne se battraient pas pour les chambres. Les connaissant, tout était possible...
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Mer 20 Avr 2011 - 11:16

- Je veux celle avec une fenêtre ! exigea Dimitry.
- Elles ont toute une fenêtre, monsieur. Celle-ci par contre en possède deux, expliqua le tenancier.
- Alors c’est elle que je veux.
- Mais… pourquoi veux-tu celle avec le plus de fenêtres alors que tu dors les fenêtres fermées ?
argumenta Hizo.
- Tout est une question de vue !
- Je n’ai que faire de tes questions de vue ! Moi je prends la chambre avec deux fenêtres. Tu n’auras qu’à regarder par une seule fenêtre.
- Va au diable Hizo ! J’ai dit que je voulais celle avec deux fenêtres en premier ! Donne-la moi !
- Pas question !
lança Hizo en se dirigeant vers l’escalier.

Seul devant la dernière clé sur le comptoir (celle ouvrant la chambre disposant d’une seule fenêtre), Dimitry la ramassa en bougonnant, faisant mine de ne pas remarquer les clients qui le dévisageaient, ceux-ci ayant assisté à cette puérile dispute à propos du nombre de fenêtres d’une chambre. Le petit groupe se sépara pour la nuit, chaque membre ayant sa propre chambre, accompagné de leur animal respectif hormis Kalae qui n’en avait aucun.

Le lendemain matin, ils furent accueillis par une journée nuageuse et grisâtre. Une brise fraîche en provenance de l'océan parvenait à filtrer un passage entre les grandes rues de la métropole, changeant l’air que le maître du feu trouvait parfois vicié. Le jeune homme se fit la promesse de quitter cet endroit dès qu’ils auraient terminé ce pourquoi ils expliquaient leur présence et de ne plus jamais y remettre les pieds. Il s’ennuyait des splendides paysages de sa patrie, de ses villages pittoresques et de sa beauté architecturale enviée à travers tout le monde. L’heure était-elle venue pour lui de rentrer chez lui une bonne fois pour toute ?

Suivant les indications données par la demoiselle séduite par les charmes du pirate, ils atteignirent finalement la 6eme Promenade après environ trente minutes de marche. Plus ils avançaient dans la ville, plus cette dernière s’élevait en relief comme si la cité fut bâtie sur une colline et plus les bâtiments gagnaient en hauteur. Lorsqu’ils arrivèrent à la toute fin de la 6eme Promenade, ils furent stupéfaits de découvrir la beauté du manoir où apparemment habitait le docteur Koro. Si celui-ci s’amusait à observer au sommet de sa plus haute tour, le trio ressemblerait à des fourmis à ses yeux.

- Je ne peux pas croire que ce savant fou et ce malade puisse posséder un tel manoir. Ose-je dire un manoir ? Un château plutôt ! J’imagine toute les richesses qu’il doit y avoir à l’intérieur… saliva Dimitry.
- Nous ne sommes pas ici pour piller des châteaux, mais pour mettre un terme aux agissements d’un criminel ! le réprimanda Kalae, toujours vêtue de son maillot.
- Exactement ! Rentre-toi ça dans le crâne, ‘’Butthead’’. Mais je me demande comment il a pu se payer tout ça…

Le commentaire de Hizo ne suscita aucune réaction, probablement parce que personne de détenait la réponse. Lorsqu’ils eurent terminé de contempler la richissime demeure de leur ennemi, un nouveau problème s’imposa et Kalae ne tarda pas à le partager à ses compagnons. Comment atteindre Yasuo Koro ?

- Facile ! plaisanta Dimitry. On pénètre à l’intérieur, on trouve Koro, on le tue et on repart en emportant les objets de valeur facilement transportable.
- Presque amusant,
grogna Hizo. Sans blague, un type qui possède un tel palace doit posséder une armée de serviteurs, des gardes, des pièges de sécurité. À la Nation du Feu, les riches bourgeois et la noblesse se munissent régulièrement de système de sécurité efficace, combinant des pièges et des mécanismes. Il doit exister plusieurs trappes et passages secrets à l’intérieur. Certains nobles cachent même leurs appartements ou leurs lieux de travail à l’intérieur de passage secret. Trouver quelqu’un dans ce genre de situation relève de l’exploit, comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Je classe cette mission impossible.

Tandis qu’il expliquait le niveau de sécurité de la noblesse de la Nation du Feu, Hizo ne se rendait pas compte qu’il parlait comme un noble, ce qu’il était mais n’avait jamais avoué à personne depuis son exil. Un secret qu’il gardait jalousement pour lui. Toutefois, cela n’échappa pas aux oreilles de Kalae et du pirate qui l’écoutait attentivement, étrangement surpris des connaissances du maître du feu.

- Tu sembles bien au courant, Hizo… insinua Dimitry.
- Hein ? De quoi tu parles… c’est évident, non ? tenta de se reprendre le maître du feu.
- Ça l’est lorsqu’on connaît le milieu...

Hizo fronça les sourcils de colère. Kalae sut que son compagnon commençait à s’impatienter et qu’il ne garderait pas son calme très longtemps face aux insinuations lancées par le capitaine. Bien que curieuse des connaissances que possédait Hizo sur ce genre du sujet, elle jugea préférable de ne pas s’y étendre davantage pour le moment et de ce concentrer sur leur principal objectif. Pour calmer son compagnon, elle posa doucement une main réconfortante sur son bras.

- Arrêtez donc… cela n’a aucune importance. Trouvons plutôt un moyen d’entrer à l’intérieur sans se faire prendre et de pouvoir trouver Koro !

La main froide de la jeune femme sur son bras lui apporta un sentiment de bien-être qu'il avait oublié. Peut-être par gêne ou par manque d'aisance, il s'en libéra toutefois. Malheureusement, ce contact lui rappela un vague souvenir. Sourcils froncés, il se tourna vers Kalae.

- Je me pose une question, moi... dans le canyon, tu as mentionné que tu savais où habitais Koro. Pourquoi hier nous as-tu dit qu'il fallait trouver où il se terrait ?

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Mer 20 Avr 2011 - 16:17

Hizo souleva un point sur lequel j'étais restée discrète jusqu'à maintenant. La vérité était que, même si j'avais entre vue l'adresse il y a plusieurs semaine de cela, s'en souvenir avec précision était une autre paire de manche. Le gêne m'avait très vite envahit, décidément tous les évènements de cette aventure semblaient aller de travers.

-Hé bien je... Oui.. J'ai aperçu l'adresse mais de là a s'en souvenir dans les moindres détails...
-Donc tu ne savais pas où il habitait!! Conclu hâtivement le maître du feu sur un ton féroce.
-C'est a dire que l'aide de cette femme fut des bienvenue étant donner que l'adresse m'est désormais floue.
-C'était prévisible de ta part menteuse ...
-Je n'ai pas mentit! Je l'ai connu cette maudite adresse! Aurais-tu accepter de nous suivre si je n'avais pas utiliser cet argument ?! Avec toi personne n'a le droit a un faux pas bien évidemment, hein! Alors tu serais vraiment partit?
-Il n'y a aucun doute. Répondit sèchement le garçon. Je ne voyage pas avec des trainées.

Je n'avais plus les mots pour répondre... Las de me justifier devant ces insultes, je l'avais tenter tant de fois sans aucun succès que désormais une forme d'habitude s'était installée rappelant d'anciennes blessures.
En guise de réponse, j'avais tourner violemment les talons et avais commencer à m'éloigner de la demeure de Koro pour tenter a réfléchir a la suite des évènements.

-On peut dire que tu sais parler aux femmes... Ironisa le pirate qui était resté en retrait tout en me regardant m'éloigner.

Hizo ne poussa aucun grognement et ne donna aucune réponse. Il s'était contenter de garder son regard assassin. Dimitry ne tarda pas a emboiter le pas et après avoir lancer un dernier regard sur le grand château de Koro Hizo se résigna a suivre le groupe.
Nous n'avions pas quitter la promenade à la recherche d'une solution pour nous rendre dans la demeure du savant. Notre but semblait déjà voué a l'échec et pourtant une dame et son époux qui venaient de sortir de leur resplendissante demeure réussirent aattirer notre attention.

- Mon cher, je suis tellement impatiente de nous rendre a la réception de ce monsieur Koro. Il paraît que c'est un brillant scientifique.
-Absolument madame. Un gentilhomme plein d'esprit qui exerce la profession de docteur. Tout a fait passionnant.

A croire que le hasard faisait parfois bien les choses... Nous avions tout trois échanger un regard complice avant de nous pointez gentiment sous le nez avant qu'il ne montent dans leur diligence.

-Excusez moi! Lançais-je en premier pour les arrêter avant qu'il ne partent.

Le couple de noble tourna le regard qui afficha un grand étonnement.

-Savez vous comment se rendre a la réception donnée par le docteur Koro?
-Hahahaha!! Rirent-ils avec un air moqueur.
-Votre place n'est pas a une telle réception mademoiselle. Répondit l'homme âgé d'une trentaine d'année. Mais plutôt sur le bord des routes dans les bas fond de Republic City a en croire votre accoutrement.
-Pardon?!! Sachez que--

Le maître du feu posa sa main sur mes lèvres pour m'empêcher de répondre et de me laisser emporter. D'un geste simple de bras il me ramena en arrière et prit place devant le couple.

-Dites nous simplement comme il est possible de nous rendre a cette réception s'il vous plait. Demanda calmement le garçon.
-La seule façon de vous y rendre et de posséder des invitations. Répondit finalement le mari après avoir reconnu l'emblème de la nation du feu sur le beau Kimono rouge. Or elles sont envoyées sous la demande du docteur lui même, tout le monde ne reçoit pas ce genre de privilège. Je vous serez gré désormais monsieur de me laisser moi et mon épouse pour que nous puissions nous retirer.

Le couple de noble avait prit un air hautain écœurant qui en devançait presque impoli et irrespectueux.

-Bonne journée. Lança l'homme avant de disparaître avec son épouse dans la diligence qui ne tarda pas a s'en aller.

Nous regardions la diligence partir silencieusement. Nous avions réussit a apprendre que ce soir Koro donnerait une grande réception dans son château, c'était le moment idéal pour espérer y entrer sans se faire remarquer. Cependant un seul détail masqua le tableau: les invitations, sans elles, impossible d'espérer passer l'entrée.

-Bon hé bien nous pas vraiment avancé. Souffla Hizo.
-Je n'en suis pas su sûr. Répondit le pirate d'un ton amuser en gigotant deux invitations sous notre nez.
-Comment tu les as eu?! Questionna surprit son rival.
-Lorsque l'attention est détourner, fouiller discrètement est un jeu d'enfant!
-Tu es génial Dimitry! Lançais-je en affichant un sourire.
-C'est seulement maintenant que tu l'avoue...
-Mais il n'y en a que deux.... l'un de nous devra rester là.

Les deux hommes se défièrent du regard, l'un d'eux devrait forcément oublier la réception. J'avais séparer le reste de la bourse encore bien pleine en deux, déversant la moitié du contenu dans la main du maître du feu.

-Ce sera pour celui d'entre vous qui ira a la soirée. Je vous fait confiance pour choisir le costume. Je vous laisse débattre sur celui qui jouera le rôle de ce couple avec moi et celui qui gardera les animaux ce soir. Retrouvons nous devant le château de Koro lorsque le début de la réception commencera.

J'avais tout expédier rapidement, pressée de partir à la recherche d'une robe convenable pour ce soir, en espérant trouver celle qui scierait a la situation. Je m'étais éclipser avec l'autre moitié de la bourse, quittant la promenade et m'aventurant dans une des nombreuses galeries marchandes. Les boutiques qui vendaient le genre d'articles que je recherchais se faisaient plus rare que les autres, mais trouver son bonheur n'était pas une chose bien difficile.

Après plusieurs heures de recherche (et aussi pour le plaisir de trainer dans les galeries marchandes.) mon regard se posa sur la robe idéale. Longue et fine d'une couleur bleu nuit et au dos échancré. A la fois distinguée sans être trop imposante. Parfaite pour ce genre de réception.


Dernière édition par Kalae le Ven 22 Avr 2011 - 9:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Ven 22 Avr 2011 - 9:18

Kalae partie, les deux hommes se dévisageaient du regard, Dimitry tenant fermement les deux billets dans sa main droite. L’un d’eux devraient forcément faire une croix sur cette réception, un bal pour être plus précis. Évidemment, aucun des deux garçons ne souhaitaient être tenu à l’écart puisqu’ils avaient tous parcouru beaucoup de chemin et endurés d’éprouvantes épreuves afin d’y parvenir. Chacun préparait mentalement sa stratégie, destinée à faire plier l’autre. Hélas, il s’agissait de deux êtres obstinés, extrêmement têtus. Le pirate fut le premier à exposer ses arguments.

- Je suppose que tu reconnaîtras que puisque c’est moi qui ai obtenu ces billets, il serait normal que ce soit moi qui accompagne Kalae ce soir.
- N’importe quoi ! s’exclama Hizo. Je te signale que c’est grâce à moi que tu te trouves ici en ce moment. Tu nous as accompagné uniquement parce que je t’ai toléré. Alors c’est clairement à moi d’y aller !
- C’est surtout à cause de toi que tout est allé de travers dans cette histoire !
protesta le capitaine.
- Pffff, ne change pas de sujet ! De toute façon, tu n’as fait que créer des conflits depuis que nous nous sommes retrouvés. À part pour dérober ces invitations, tu n’as servi à rien ! Tu n’es que SECONDAIRE.
- Secondaire ?
s’offusqua Dimitry.

À nouveau, ce débat dégénérait dans les insultes personnelles où chacun accusait l’autre de son inutilité. Des arguments puérils, totalement hors sujet, qui ne menaient nul part. Sur ce point, Dimitry ‘’Butthead’’ fit preuve de maturité et choisit avec regret de ne pas réfuter.

- Très bien, reprit-il calmement en affichant un petit rictus. Alors dis-moi, toi qui a tant prouvé ton utilité essentiel, qu’est-ce que tu irais faire dans une soirée de riche ? Tu crois peut-être pouvoir te fondre dans la masse ?
- Mieux que toi, c’est certain !
affirma Hizo d’un ton cassant. Un pirate manqué tel que toi a peut-être sa place dans l’ambiance d’une taverne de bas-fond, mais pour assister à une réception noble, tu serais un handicap !
- Tu n’es qu’un pauvre maître du feu agressif et désagréable qui ne pense qu’à lui ! Comment penses-tu pouvoir faire mieux que moi ?
- Je ne le pense pas, je SAIS que je ferai mieux que toi, ‘’Butthead’’. Il y a un protocole à suivre dans ce genre de réception. Il faut des manières et du raffinement. Tu n’as ni l’un, ni l’autre !


Une attaque qui ne toucha pas du tout le capitaine. En fait, la situation l’amusait plus qu’autre chose et aurait peut-être des conséquences plutôt révélatrices sur Hizo, dont il commençait à douter de ses origines. Pour se donner de la crédibilité, Dimitry fit sembler de s’offenser.

- Évidemment, moi je n’ai aucune classe, aucune bonne manière. Je suis le méchant et toi le gentil, c’est bien ça ? Eh bien explique-moi en quoi, TOI, tu t’en sortirais mieux que moi.
- Je n’ai pas à me justifier devant toi, sale pirate !
cracha Hizo.
- Tu crois ça ? rétorqua ‘’Butthead’’. À ce que je sache tu n’as fourni aucun argument valable.
- Je sais que je ferais mieux que toi, c’est tout !
- Mais encore…
- Mais encore, quoi !?!?
s’emporta le maître du feu. J’ai été élevé dans ce monde ! Je connais son fonctionnement et la manière exacte de se comporter ! Tu ne tiendras pas une seule minute devant la noblesse et la bourgeoisie de la cité ! Moi par contre, je…

Hors de lui, Hizo commis l’erreur de trop parler. Lorsqu’il s’en rendit compte, il se tût subitement. Mais il était trop tard, Dimitry en avait suffisamment entendu. Ce dernier hocha la tête, fixant le noble fils de la Nation du Feu d’un regard malicieux.

- Je le savais…
- Tu ne sais rien du tout !
campa Hizo.
- Alors, fils à maman… dis-moi en plus sur toi, ricana le pirate.
- Ça ne te regarde pas ! répondit sèchement Hizo en le foudroyant du regard. Et si tu m’appelles une autre fois comme cela, je te jure que cette fois je te transformerai en torche humaine !

Face au regard incendiaire que lui lançait le garçon, Dimitry préféra ne pas rajouter de l’huile sur le feu. De toute façon, il avait entendu ce qu’il souhaitait entendre. Il se contenta de revenir sur le sujet principal.

n]]- Soit… mais ça nous pose toujours un problème. L’un de nous devra accompagner Kalae à l’intérieur… se faire passer pour son mari. Puisque Kalae préférerait de très loin que je tienne ce rôle, je ne vois pas pourquoi tu…
- Ferme-la ! [/b]coupa Hizo. Tu crois qu’elle n’a pas remarqué que tu la déshabilles du regard, pauvre voyeur ! Tu la rends mal à l’aise dès que tu la touches. Il est évident que si elle devait prendre l’un de nous comme mari, elle me choisirait sans aucune hésitation !
- Peut-être pas depuis votre petite discussion d’il y a dix minutes…
envoya le pirate.

Silence. Le capitaine ramena la vérité directement au nez du maître du feu. Ce dernier songea à leur séparation qui une fois de plus s’était déroulée en queue de poisson. À nouveau, il avait utilisé les termes « traînée » et « menteuse » pour décrire la jeune femme et il reste fort probable qu’elle n’avait pas spécialement appréciée. Pourtant tout ce qu’elle désirait était d’accompagner son ami à Republic City et se réconcilier avec lui. Hizo devait marquer un nouveau point et vite.

- Je sais… une fois sur place, j’essaierai de raccorder les notes avec elle.
- Hum hum…
- De toute façon, ‘’Butthead’’, cette histoire ME concerne. C’est moi qui ai des ennuis avec ce beau diable de Koro et je compte bien lui faire la peau ! Hors de question de te laisser prendre ma place. Cette fois, c’est MON combat, pas le tien.


Dimitry poussa un soupir, plus amusé qu’agacé. Soit ces derniers mots suffisaient pour le convaincre, soit il voulait simplement entendre le maître du feu admettre sa réelle personnalité puisque contre toute attente, il lui tendit un billet. Surpris, Hizo hésita à le prendre, trouvant soudainement l’amabilité de son rival un peu trop étrange.

- Prends-le et accompagne-la à cette soirée. Je ne lui dirai rien concernant tes origines, mais n’oublie pas de flanquer une raclée à ce savant fou de ma part.
- Mouais… compte sur moi et … merci !
- Oublie ça… mais va plutôt t’acheter un costume. Je doute qu’ils te laissent entrer vêtu comme un pouilleux !

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Ven 22 Avr 2011 - 19:40

Le coucher du soleil ne tarda pas à arriver. Les cheveux joliment remontés et attachés avec de délicates barrettes, j'avais tout de même laisser quelques mèches tomber dans le dos dénudé pour espérer y cacher quelque peu la petite marque noire en forme de dragon. Vêtue de la longue et légère robe couleur bleu nuit, j'étais presque parée pour me rendre à cette soirée. Bien sûr, faute de moyens, il m'avait été impossible de m'offrir des bijoux resplendissants qui auraient pu d'avantage porter l'illusion, d'accentuer l'élégance et le prestige. La moindre parure était tout à fait hors de prix, du moins, pour une personne telle que moi...

Malgré tout, ce détail n'allait en aucunement m'empêcher de me rendre à ce bal cossu et de jouer parfaitement mon rôle et de trouver ce docteur Koro. Vêtue ainsi, le regard des passants fut bien différent de ceux de ma tenure précédente. La jeune femme qu'ils pouvaient croire frivole et trop légèrement vêtue s'était métamorphoser au point d'en devenir méconnaissable pour certains.

De loin il était déjà possible d'apercevoir la lumière présente à l'intérieur du château du docteur Koro qui s'échappait des grandes fenêtres sculptées à même la pierre. A l'entrée, une foule se tenait sagement présentant chacun leur tour leur invitations pour pouvoir passer le grand seuil.

Tenue a quelques dizaine de mètres de ce lieu d'agitation, j'attendais. De Dimitry ou d'Hizo j'ignorais encore lequel des deux serait mon partenaire lors de cette réception. Une main se poussa avec délicatesse sur mon épaule, la sensation chaleureuse de cette main posée si doucement ne réussis même pas a me surprendre. J'avais détourner un regard curieux en arrière, et y découvrit le pirate qui nous suivait depuis le début de notre aventure.

-Héhéhé... Ricanait-il en faisant tomber son regard pour me dévisager en entier.
-Qu'est-ce que tu en dis? Demandais-je timidement pour avoir un avis extérieur au mien.
-La petite aventurière cache derrière son masque une vraie dame. Déclarât Butthead en déposant un baiser sur le dos de ma main.

Son geste et son agréable remarque réussit a m'arracher un sourire timide.

-C'est presque cruel de te montrer ainsi alors que je suis condamné à rester ici et à garder les animaux.
-Alors c'est finalement Hizo qui m'accompagnera.
-Tout à fait. J'ai été clément. Ce sera vous qui jouerez tout deux le rôle de Monsieur et Madame Hao ce soir.
-Mais où est-il? Je ne le vois pas encore? Questionnais-je en le cherchant du regard au loin.

Nous n'avions patienter que quelques courtes minutes avant qu'un homme ne vienne à notre rencontre. L'homme blond vêtu d'un élégant kimono de réception rouge et noir en soie avançait d'une démarche rapide, qui dégageait un subtil mélange entre une certaine virilité et l'élégance propres de personnes invitées ce soir. Au plus il s'approchait, au plus il me semblait familier. Les traits de son visage furent vite reconnu lorsqu'il ne fut plus qu'à quelques pas. Hizo, le maître du feu bougon que je connaissais désormais depuis longtemps affichait ce soir, pour la première fois un nouveau visage, celui d'un noble habitué a ce genre de réceptions, raffiné et courtois.

-Hé bien! Râla le pirate, tu prends ton temps!
-Ça va... Répondit le maître du feu en fronçant un sourcil. Trouver un bon ensemble de courtisan n'est pas aussi simple.
-Ouais bon aller, filez! Vous me donner la migraine à partir vous amuser sans moi.

Le pirate croisa ses bras fort sur sa poitrine, un air boudeur. Sans rien ajouter le maître du feu et moi-même avions tourner ensemble les talons en direction du château. Butthead s'adossa à un mur sans décroiser ses bras, les animaux à ses pieds ne disaient rien, chose surprenante de la part du louveteau. Même si pour le moment Dimitry semblait accepter l'idée de rester en dehors de toutes choses pour ce soir, rien n'était garantie, qui sait encore quelle idée saugrenu pouvait lui traverser l'esprit....

Désormais, nous ne devions nous présenter que sous le nom de Monsieur et Madame Hao. Grâce aux invitations nous avions usurper l'identité du couple de bourgeois rencontré plus tôt dans la journée, et c'est grâce au vol du pirate que nous pouvions désormais entrer.
Imitant un véritable couple, nous faisions gentiment la queue comme tous les autres invités en nous tenant amoureusement par le bras. Cette situation était plus qu'étrange, voilà que je jouais un rôle important avec un homme qui avait montrer à plusieurs reprise la sainte horreur qu'il avait de moi.
Que pensait Hizo? Etait-il gêner?
Si une chose semblait ne pas perturber le jeune homme s'était bien l'ambiance qui régnait ici. Toute cette haute société et ces dames richement vêtue qui arboraient d'imposantes parures de perle ou de pierre précieuses ne semblait pas l'impressionner le moins du monde. Même si du sang bleu coulait dans mes veines, je n'avais jamais été élever dans un univers de paillette et de dorure. Tout ce que je connaissais de cet univers je l'avais appris lors d'anciennes aventures grâce a l'observation. L'imitation finalement, était un jeu d'enfant.

Alors que le maître du feu ouvrit calmement la bouche pour parler, une petite agitation devant nous brisa le calme de la queue.

-Mais enfin ! S'exclama un homme sur un ton outré. Puisque l'on vous dis que nos invitations ont disparures.
-Je suis désolé Monsieur mais les ordres sont clairs. Expliqua calmement le portier
-C'est tout de même un scandale. Nous sommes Monsieur et Madame H--
-Je suis navré, je ne peux pas vous laisser entrer pour le moment.

L'agitation n'avait pas été assez grande pour susciter beaucoup d'attention, mais elle le fut suffisamment pour que Hizo et moi reconnaissions le couple de noble qui fut dépouillé par Dimitry et qui venaient à peine de s'apercevoir de la mystérieuse disparition de leur invitations. De peur qu'il ne nous reconnaisse alors que nous n'étions qu'a quelque pas, nous nous étions fait le plus discret possible.
Hizo tourna doucement le dos au véritable couple Hao pour ne pas que son visage ne soit reconnu tandis que je m'étais d'avantage rapprocher pour me cacher derrière la solide carrure du maître du feu.
Un couple d'octogénaire présent derrière nous cru y voir ici un geste tendre de deux amants et jeunes mariés, ce qui était loin d'être le cas. Et si ils avaient été a connaître la vérité, ils n'auraient pas hésiter à faire sonner l'alerte.

Les véritables Monsieur et Madame Hao, quittèrent les lieux la tête haut bien décider a garder leur fierté même dans un tel moment. Notre vite arriva rapidement, et c'est sans difficultés que nous passâmes les grandes portes de la demeure Koro.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Mar 26 Avr 2011 - 12:03

C’est dans un vestibule magnifiquement décoré que pénétrèrent Kalae et Hizo. En compagnie de quelques autres invités, ils furent conduits à la salle de réception, où leur hôte donnait son bal. Il s’agissait d’une large pièce bien éclairée grâce aux lustres d’argent qui pendaient du plafond et décorée avec un raffinement qui dépassait l’entendement, comme en témoignaient les tableaux accrochés aux murs et les nombreuses œuvres d’art dispersées sur le plancher. Sur de longues tables recouvertes de fines nappes de soie rouge brodées d’or, bien alignées le long des murs, était garnie un grand nombre de mets exotiques et de boissons délicates, disposés de façon à les rendre plus alléchants. Au bout de la salle se dressait une véritable fontaine crachant un nectar alcoolisé que le maître du feu ne pouvait identifier. Tout ceci lui semblait trop exagéré, beaucoup trop décadent. Pourtant, il faisait face à la réalité ; de telles fortunes pouvaient encore être rassemblées.

L’air abasourdi et impressionné qu’affichait Kalae confirmait à son cavalier qu’elle partageait ses propres sentiments vis-à-vis la luxure qu’ils confrontaient. Sur une estrade aménagée au mur du fond jouait un groupe de musiciens, utilisant principalement des instruments à cordes, légers et doux à l’oreille, pour une symphonie digne de ce genre de cérémonie. Plusieurs couples élégamment vêtus dansaient tout autour d’eux. Hizo jeta un discret coup d’œil en direction de sa cavalière et ne cacha pas son admiration. La belle maîtresse de l’eau était tout simplement magnifique. Mais il ne le dira pas.

Kalae poussa un petit soupir. Sa dernière anicroche avec Hizo était encore toute fraîche en sa mémoire, et malgré l’étrange assurance qu’il manifestait en cette situation et la tenue distinguée qu’il portait, la jeune femme refusait de se briser à nouveau le cœur. Car en effet, Kalae avait le cœur brisé. Brisé de cette perpétuelle querelle avec celui qu’elle considérait à juste titre comme un ami. Brisé d’être la cible de toute sorte d’insultes horribles, toujours rabaissée comme une vulgaire fille de joie frivole. Elle n’en pouvait plus de tout ceci, cette situation incorrigible atteignant des proportions surdimensionnées. Elle avait reconnu ses torts, pourquoi ne l’acceptait-il pas… pourquoi lui-même ne reconnaissait-il pas les siens ? Elle savait bien qu’il tenait une forte rancœur envers le sexe féminin, mais elle, Kalae, pourquoi n’arrivait-il pas à lui pardonner, elle qui lui fut toujours loyale et son amie ? La fille de l’eau pouvait-elle encore lui faire confiance ?

À ses côtés, Hizo ressentait le malaise de la jolie jeune femme, bien qu’il n’en connaissait pas l’origine. Il crut logiquement que c’était en raison du milieu dans lequel ils se trouvaient. *Évidemment, la pauvre ne sait pas quoi faire… * Il regarda partout autour de lui à la recherche du docteur Koro, mais le savant ne se montrait pas. S’ils attendaient au milieu de la salle à ne rien faire, ils attireraient inévitablement l’attention, aussi prit-il les devants. Le garçon tendit son bras vers la jeune femme, qui se contentait de le dévisager, hésitante quant à ses intentions.

- M’accorderez-vous cette danse, Kalae Yukahiro ?
- Tu sais danser ?
s’étonna la jeune femme.

Hizo fronça les sourcils, mais se reprit rapidement, conservant un langage corporel calme et détendu, attitude plutôt inhabituelle dans son cas. Il se rappela qu’aux yeux de Kalae et pour ce qu’elle savait de lui, il n’était qu’un simple garçon du commun de la Nation du Feu, aux manières et aux paroles plutôt rudes.

- Oui… je sais danser… prononça-t-il en forçant un sourire tout de même bien crédible.
- Ah… et bien n’est-il pas coutume qu’une épouse accepte l’invitation de son mari pour danser ? répondit-elle d’une mine réjouie.

Kalae s’accrocha au bras solide de son cavalier. Hizo aperçut le regard pétillant de sa compagne qui semblait soudainement reprendre de l’assurance. En réalité, la jeune femme appréciait ce soudain changement et l’approche galante dont faisait preuve le maître du feu. Au rythme des violons et luths, les deux danseurs s’élancèrent. Le garçon fut admirablement surpris des talents de danseuses de la demoiselle, qui n’avaient rien à voir avec ce qu’il avait vu lors de leur retrouvaille à la taverne. Mais Kalae, elle, fut frappée de stupeur. Comment un individu aussi rustre et nonchalant que lui pouvait-il se déplacer avec autant de grâce et d’aisance. Hizo savait exactement ce qu’il faisait et cela transparaissait dans sa démarche. Avec une déroutante exactitude, il savait où poser placer ses pieds, à quel moment se tourner, se déhancher et se balancer. Il ne faisait aucune erreur. C’était lui qui menait la danse.

- Tu es un très bon danseur Hizo, déclara timidement Kalae. Je suis épatée.
- Ah… merci…
articula-t-il. Toi aussi tu t’en sors bien.

Que le maître du feu soit un danseur irréprochable ne tenait pas d’un miraculeux hasard. Issu d’une riche famille bourgeoise qui s’éleva sans difficulté au milieu d’une noblesse très stricte, son éducation ne se résuma pas qu’à la maîtrise du feu, les arts martiaux et des journées d’école. L’apprentissage du protocole très élaboré de la cour et les intrigues politiques prirent une part conséquente de son éducation, de même que de nombreuses autres formes d’étude réservées à la noblesse et la royauté, notamment les danses raffinées. Hizo n’avait jamais réellement performé dans cet art, aussi ne se fit-il pas spécifiquement remarquer par les autres invités présents, mais pour une femme du peuple comme Kalae (que beaucoup se contenteraient d’appeler roturière), il passait le test haut la main.

À l’instar de tous les couples dansants dans la salle de réception, les deux jeunes gens se regardaient dans les yeux. Toutefois, de savoir le regard de Kalae plongé dans le sien gênait Hizo. Pour un garçon qui méprisait sans vergogne la gente féminine, une telle promiscuité avec l’une des très rares qu’il considérait toujours comme l’exception à la règle le mettait mal à l’aise. Pour corriger ce défaut, il utilisa le prétexte de rechercher leur cible : le dangereux docteur Koro. En promenant son regard tout autour de lui, il se rendit compte qu’il ne le voyait toujours pas. Ce dernier masquait encore sa présence.

- Je ne vois pas Koro…
- Il va venir, Hizo,
rassura la jeune femme. Terminons cette danse… et regarde-moi, je te prie.
- Oui…


Replongeant à nouveau leur regard l’un dans l’autre, Hizo fut prit d’une vague de remords. Il se rappelait son attitude envers elle ces derniers jours et comprit à quelle point il avait exagéré sa réaction. Il n’avait pas rendu la vie de Kalae facile et le regrettait, désormais.

- Je suis désolé de t’avoir si mal jugé ces derniers jours… et de t’avoir traîté de garce. Je ne l’ai jamais vraiment pensé… soupira le garçon.

Décidément, s’excuser constituait une expérience encore plus difficile que de danser.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Mar 26 Avr 2011 - 19:05

La soirée se déroulait plutôt bien. Hizo venait de dévoiler une facette qui m'était encore inconnue, mais loin d'être déplaisante. Il était un excellent danseur, il connaissait chaque pas, chaque positions du corps et chaque gestes à exécuter. Où et comment avait-il apprit à se comporter ainsi? Pendant quelques instants le Hizo que je pensais connaître disparut pour s'afficher sous les traits de cet talentueux inconnu, qui me regardait dans les yeux.
Mais très vite, un nouvel élément vint s'ajouter à tout ceci, la plus improbable des choses que je m'attendais à entendre ce soir.

-Je suis désolé de t’avoir si mal jugé ces derniers jours… et de t’avoir traité de garce. Je ne l’ai jamais vraiment pensé… soupira le garçon.

Mon souffle faillit se couper de surprise. Les musiciens qui suivaient strictement leur partition de musiques étaient passer aune nouvelle valse, légèrement plus lente et plus gracieuse que la précédente. Tant la translation entre les deux musiques avait été proche, aucuns des couples de danseurs ne s'étaient arrêter de tournoyer.
Plongés dans ce moment d'excuse, ni Hizo, ni moi ne prêtions désormais attention à la musique. Nous dansions sans nous en rendre compte, mais le maître du feu était en attente d'une certaine réponse, tandis que je me perdais à trouver une réponse. Que pouvais-je lui dire? Après tout ce qui s'était passer, cette blessure ne pouvait pas simplement se cicatriser., il m'étais impossible de répondre par un « ce n'est rien » ou encore « passons a autre chose » et pourtant, je désirais plus que tout cette réconciliation. Sans avoir relâcher le regard, j'avais pris une petite inspiration pour pouvoir au moins tenter une réponse, mais la musique s'arrêta soudainement, et les couples de danseurs également, curieux de connaître la cause de ce contre-temps.

Le moment où j'allais enfin parler fut troubler par cet élément perturbateur. Tous les regards se tournèrent vers l'orchestre désormais silencieuse. Quelques murmures curieux se perdaient dans la foule, jusqu'au moment où un homme élégant apparaisse. Vêtue d'un beau costume aussi noir que ses cheveux soigneusement peignés en arrière. Le docteur Koro faisait face à ses invités.

Même si tous affichait un sourire, enfin heureux d'apercevoir ce docteur richissime. Hizo et moi fûmes les seuls à afficher discrètement un froncement de sourcil. Il salua ses invités avec élégance avant de prendre la parole.

-Mesdames et Messieurs... Commença t-il doucement.

Il réussit a captiver toute l'attention en quelques instants, au son de cette voix, Hizo fronça d'avantage les sourcil, il ne pouvait que la connaître parfaitement elle était celle de celui qui fut son maître, celle de celui qui lui avait ordonner de faire de mauvaise choses, celle qui le hantait.

-Je vous remercie d'être venu ici ce soir. Reprit le docteur avec un sourire séducteur. Vous m'en voyez navré d'interrompre ainsi un moment si plaisant, et j'espère que vous pardonnerez mon retard. J'ai été retenu par une affaire urgente, en effet, un maudit voleur, un pirate, a misérablement essayer de s'introduire entre les murs de ce château en compagnie d'animaux sauvages.

Les invités présents affichèrent de la surprise sur leur visage. Le maître du feu croisa mon regard inquiet, lui aussi pensait malheureusement comme moi, Dimitry devait sûrement être la cause de ce remue-ménage. Et le pirate venait à perturber nos plans.

-Fort heureusement, rassurez-vous, il fut arrêter en mit sous fers.

Les yeux sombres et profonds du savant avaient parcouru toute la salle comme pour être certain d'apercevoir chacune des personnes présentes chez lui ce soir. L'homme semblait être au courant d'une chose qu'il gardait secret pour le moment. Lorsqu'il reconnu Hizo le docteur afficha un rictus malsain et lorsque son regard croisa le mien une sensation de malaise commença alors a m'envahir. Tout commençait à aller de travers, nous nous étions fait prendre à notre propre piège, Koro avait réussit a nous surprendre une fois de plus.

-Mes amis. Lança-t-il en s'inclinant à nouveau, excusez mon dérangement et reprenez là où je vous ai interrompu je vous en prie.

Les musiciens reprirent là où ils s'étaient arrêter, et le maître de la demeure vint se mêler à la foule discrètement. Sa marche était droite et déterminée, il refusait poliment toute discutions pour pouvoir atteindre rapidement son but et éviter de le perdre de vue. Il avançait vers nous avec rapidité en prenant soin de ne bousculer personne au passage.

-Il ne faut pas resté là. Lançais-je d'une voix inquiète en voyant le docteur se rapprocher d'avantage.
-Nous sommes pourtant là pour lui. Rappela Hizo à voix basse.
-Mais nous n'avons plus l'avantage, et je ne sais pas comment il l'a fait, mais nous sommes démasquer.

Tenter la moindre attaques ici aurait été inconscient. Nous aurions été prit pour des terroristes et il ne faisait aucun doute que la garde aurait été déployée, qui plus est, nous ignorions quels genres de maîtres étaient présent à cette réception.
Notre seul avantage était cette couverture qui nous aurait permit d'espionner Koro et à l'attaquer a un moment plus propice, or pour une raison encore inconnue il semblait nous avoir repérer.

Le jeune maître du feu fini par accepter ma proposition. Il empoigna ma main et me tira avec lui en marchant rapidement vers la sortie. Les grandes portes nous furent barrées par trois robustes gardes qui semblaient avoir été prévenu à l'avance. Les évènements prenaient une très mauvaise tournure.
Lorsque nous nous étions retourné pour tenter de fuir par un autre endroit, ce fut Koro lui même qui nous barra la chemin.

-Vous comptiez déjà nous quitter? Mais la soirée ne vient à peine de commencer...
-Laissez-nous immédiatement!
-Ahh... soupira t-il amusé. J'aime cette voix doucement autoritaire.
-Vous allez payer pour tout ce que vous nous avez fait! Enchaîna Hizo d'une voix menaçante.

Les deux hommes se défièrent du regard longuement. Les poings du maître du feu se serrèrent si fort que sa main tremblota, la haine et la colère envahit son cœur, mais dans un lieu tel quel celui ci et surveillé par les sbires du docteur il nous était impossible de tenter la moindre chose. Nous nous étions fait bêtement piéger.
Très vite nous fûmes guider en dehors de la salle de réception. Une fois dans la salle voisine, à l'écart des regards des autres invités, le maître du feu tenta alors une attaqua envers Yasuo Koro, mais a peine eu-t-il le temps de faire le moindre geste brusque, qu'il fut frapper violemment à la tête. Hizo se plia en deux, les deux mains posées sur son crâne pour tenter de faire passer l'affreuse douleur. Inquiète de le savoir blessé je m'étais penchée vers lui, foudroyant le docteur du regard. J'aurai aimer intervenir, cependant mon geste fut stopper par ma pensée, je ne possédais pas ma gourde et aucune source d'eau n'était a proximité.

-N'essayez rien contre moi, je suis las d'avoir recourt à la violence alors que je donne une réception. Avoua le savant dans un soupir.
-Las d'avoir recourt à la violence... Répétais-je discrètement à moi-même en comprenant qu'il avait déjà brutalisé quelqu'un.
-Comment avez-vous tout découvert? Questionna Hizo, déjà persuader de la réponse en se redressant.

Le docteur Koro afficha un rictus satisfait en s'avançant, il tourna autour de nous comme l'aurai fait un vautour admirant par la même occasion les tenue que nous nous étions trouver pour l'occasion.

-Nous avons trouver les moyens de faire parler votre ami pirate, ci vous le coïnciderez comme tel. Il fut surprenant d'ailleurs de voir a quel point il a résister avant de parler, j'en connais qui aurait vendu leur plus grand bien pour moins que ça. Enfin, c'est compréhensible de sa part de vouloir protéger certaines choses... Rajouta t-il en posant sa main froide dans mon dos dénudé et en m'arrachant un discret frisson.

Hizo fit un pas en avant pour s'interposer lentement devant Koro, un air menaçant. Le docteur afficha un sourire amusé et recula d'un pas, sortant de sa poche une cigarette qu'il porta a ses lèvres avant de l'allumer tranquillement et d'inhaler une bouffée de fumée.
Pendant un instant une idée troublante parcourra mon esprit et celui de mon camarade, et si Dimitry avait fini par être tué? Malgré tout ce qu'il avait pu dire ou faire, je ne désirais pas la mort de ce pirate.

-Je dois avouer qu'apprendre votre présence a réussit une nouvelle fois à me surprendre... Continua notre ennemi en expulsant de manière élégante sa fumée par la bouche. Je fus attristé d'apprendre que la seule chose qui vous a poussé à me voir était l'espoir de me vaincre. Mais, je suis tout de même heureux de vous retrouver, ce n'est pas tout les jours que je rencontre des personnes aussi intéressantes que vous. Vous avez réussit à me surprendre lors de notre première rencontre, et à me tenir tête, vous m'avez plus...

Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Mer 27 Avr 2011 - 11:31

Hizo lançait un regard meurtrier à ce dangereux malade qu’était le docteur Yasuo Koro. Toutes ces provocations commençaient à lui échauffer les oreilles. Sa cible se tenait devant lui, bien droite, attendant son heure qui approchait à grands pas. Le maître du feu se savait encerclé par les hommes de main du savant et risquait sa vie, et celle de Kalae, à la moindre tentative d’agression. Cependant, il était un maître du feu, bien plus performant d’ailleurs que lors de leur première rencontre. Une simple canalisation d’énergie, pour le moment très émotive, et un seul geste du bras suffiraient à transformer Koro en tas de cendre. Il fallait tenter le coup et tant pis s’il devait échouer. Mieux valait mourir en essayant de combattre ce fou plutôt que de croupir au fond d’une geôle ou de servir de cobaye pour une quelconque expérience aussi morbide qu'immorale.

- N’en faites rien, maître du feu ! lança Koro comme s’il avait lu dans ses pensées. Vous me tuerez probablement mais sachez que j’ai pris mes précautions pour contrôler vos… excès émotifs.
- Grrrrrr ! Tu ne perds rien pour attendre, espèce de malade ! Saches que rien ne m’empêchera de t’incendier ! Je serai sans pitié pour toi !
- Calme-toi Hizo… écoute plutôt ce qu’il a à dire,
intervint Kalae.

Koro ricana sadiquement.

- Bonne fille, très chère… bonne fille. Je constate que vous êtes toujours aussi avisée. Si vous étiez comme elle, mon garçon, vous gagneriez davantage de puissance. Mais vous n’êtes une pauvre brute rustre, digne d’une bête. Cela vous rend prévisible. Dommage, pour un danseur si élégant...
- Arrgh ! Cette fois, je le défonce !!!


Le visage crispé et les yeux exorbités de colère du jeune homme confirmèrent à Kalae que cette fois, il comptait bien mettre sa menace à exécution. Avant même qu’elle ne puisse réagir pour contrôler l’élan meurtrier qui animait son compagnon, Koro prit la parole le premier, comme s’il jouissait constamment d’une longueur d’avance sur eux.

- Tant pis pour vous… une centaine d’innocents périront à cause de votre impulsivité.
- Mais… de quoi parlez-vous ?
demanda Kalae qui retenait Hizo d’un bras, comme on le ferait avec un chien prêt à attaquer.
- Dès que j’ai appris votre présence, et bien évidemment deviné vos intentions, j’ai ordonné à mes plus loyaux serviteurs d’incendier ma demeure en prenant bien soin d’enfermer tous mes invités à l’intérieur si quelque chose de ''fâcheux'' m’arrivait.
- Vous êtes un malade ! Qu’un dangereux malade !
- Ce n’est pas tout, très chère. Évidemment, ils répandraient la rumeur qu’un maître du feu, lui, en serait le responsable… ce qui serait la vérité, d’un certain point de vue. Bien entendu, lorsque je leur ai donné la permission de piller ma demeure en échange de leur obéissance, aucun n’a refusé. Donc, mon cher Hizo Daizheng, fils de Kazaï Daizheng, peut-être qu’un bouillant jeune noble irréfléchi tel vous pourrait vivre avec la mort de centaines de vos semblables… mais pourrez-vous vivre avec le DÉSHONNEUR d’être étiqueté comme un meurtrier ?


Hizo, enragé, continuait de dévisager impitoyablement son ennemi, prêt à bondir au moindre moment. Mais il n’en faisait rien. Le savant venait de toucher une corde sensible. Chez lui, comme pour la majorité des maîtres du feu, nobles de surcroît, l’honneur prenait une place importante dans son cœur, ainsi que dans leur société. Déshonoré, il ne serait plus que l’ombre de lui-même.
Kalae cependant, bien qu’outrée des paroles tourmentantes du docteur Koro, ne retint pas exactement le même passage. Lorsqu’elle réalisa ce qu’elle venait d’entendre, elle se retourna vers son ami.

- Un jeune noble ? reprit-elle, stupéfaite.
- Vous l’ignoriez ? Vous m’en voyez navré... dit Koro, feintant cruellement la sincérité.
- Pourquoi ne me l’as-tu jamais dit…

Mais Hizo ne se préoccupait pas de la maîtresse de l’eau pour le moment. Au fond de lui, il reconnaissait qu’il lui devait des explications. Depuis tout ce temps et l’importance qu’a pris leur profonde amitié pour eux deux, il aurait été normal qu’il lui décline sa véritable identité. Mais il avait préféré ne rien dire. Mais ce moment attendrait. Pour l’instant, un profond dilemme rongeait le garçon de l’intérieur. S’il le tuait, le but de sa présence ici, il causerait la mort de plusieurs innocents en plus de vivre le reste de ses jours comme un paria, dans l’impossibilité de rentrer chez lui avec honneur. Sans compter que sa tête risquerait fort bien d’être mise à prix, comme les criminels les plus notoires. S’il se résignait, son sort était fort incertain, quoique presque assuré d’être fort déplaisant.

Kalae de son côté affichait une mine désemparée. Troublée par cet échec causé par un horrible revirement de situation, voilà qu’un docteur fou lui révélait la véritable identité de celui qu’elle considérait comme son meilleur ami. Qu’en pensait-elle ?

- Votre inaction, Hizo Daizheng annonce-t-elle votre reddition ? Pour une fois, vous faites preuve de grande sagesse.
- Ce n’est que partie remise, grand malade !
cracha Hizo entre ses dents. Dès que je vous retrouverai, je vous tuerai de mes propres mains !
- Peut-être… nous verrons, répondit Koro, amusé avant de s’adresser à ses hommes. Conduisez-le au cachot avec l’autre idiot de pirate. Attachez-le solidement, je n’ai pas envie qu’il essaie de brûler les murs de pierre. Il faudrait tout nettoyer après. Quant à la fille… vous me la gardez. Conduisez-la dans mes appartements et veillez à rester galant envers elle.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Jeu 28 Avr 2011 - 0:51

Très vite après les ordres du docteur donnés, Hizo fut à nouveau violemment saisit. Le garçon tenta tant bien que mal de se débattre, mais des fers épais avaient été passés à ses poignets et les sbires de notre ennemi durent se mettre a plusieurs pour tenter de l'immobiliser.

-Hizo! Appelais-je en tentant de venir en aide à mon camarade.

Tirée par le bras par l'un de ses hommes j'avais été mise à l'écart de cette scène violente. Yasuo Koro claqua des doigts sèchement, un serviteur accourra de manière distingué vers son maître, un petit plat d'argent en main, le docteur écrasa sa cigarette dans le petit objet brillant prévu à cet effet tout en recrachant sa dernière bouffée de fumée.

-Vous débattre ne servira a rien monsieur Daizheng. Cessez plutôt de vous acharner avec inélégance...
-Tu ne perds rien pour attendre! Cracha le maître du feu engloutit sous les hommes de main du docteur.

Le savant afficha un discret rictus tandis qu'Hizo et moi même étions séparer de plus en plus, tiré vers une autre pièce il allait être enfermé dans les cachots du château en compagnie du pirate qui fut forcé de parler. Emmener de force à mon tour, voilà que l'on me guidait dans de longs couloirs, traversant quelques pièces richement décorées, et montant de longs et fatigants escaliers.

Surveillée de chaque cotés, il était impossible de prendre la fuite sans pouvoir être rattrapée, qui plus est, ainsi vêtu est désarmée de mon élément, se battre devenait une option compliquée. Une fois jetée dans les appartements du docteur, les hommes de main prirent soin de refermer la porte à clef pour ne pas que je prenne la fuite en attendant l'arrivée de leur maître.
La situation était critique. Qu'allait-il se passer maintenant? Hizo serait-il vraiment mené aux cachots? Ne serait-il pas battu ou pire, tué à ce moment même?

Prisonnière dans cette grande chambre à coucher, je tournais en rond nerveusement à la recherche de la moindre solution pour sortir de cette pièce. Pensant qu'il serait possible de prendre la fuite par la fenêtre, je m'étais précipitée vers elle et l'ouvrit rapidement en grand, avant de pencher ma tête au dessus du vide.
Désespérément penchée au rebord de cette fenêtre au dessus d'un grand vide, je comprenais qu'il me serait impossible de tenter le moindre saut ou la moindre escalade sans risquer de tomber et de se blesser, voir pire. Comment faire?
L'idée d'attacher le draps du grand lit présent dans la chambre pour pouvoir descendre en rappel me traversa l'esprit. Mais mon idée se vit être abandonnée lorsque le docteur entra dans la chambre sans crier gare.

Lorsque la porte claqua, je m'étais retournée dans un violent sursaut. Le docteur s'avança silencieusement de quelques pas, une étrange boite en main. À le voir ainsi entrer, l'inquiétude avait gagné mon cœur qui battait encore fortement depuis l'entrée brutal du savant.

-Pourquoi ce regard si nerveux ma chère? A croire que je vous réserve la pire des sentences. Dit-il amusé. Veillez m'excuser si j'ai été si long, mais venir les mains vides aurait été bien impoli de ma part.

Le savant posa la boite noire sur la commode qui se trouvait a proximité de la fenêtre. En la voyant ainsi ouverte, il ne fallut que peu de temps au scientifique pour en déduire ma tentative de fuite. Mais ce détail ne le préoccupa pas le moins du monde puisqu'il réussit à intervenir avant ma fuite. À la fois figée de surprise, et d'appréhension, je regardais le docteur Koro ouvrir de manière minutieuse la mystérieuse boite en question. Il y extirpa avec délicatesse un long bijoux serti de diamants.
Devant une telle parure, mon regard traduisit la surprise. La docteur afficha un discret sourire avant de s'avancer en me tendant le collier, lorsqu'il fut assez proche, il passa ses deux mains dans mon cou, pour m'attacher la parure.

-Une façon peut-être de vous montrer mon attention à votre égard...
-Vous pensez pouvoir me marchander avec de jolies pierres? Que me voulez-vous exactement?
-Ce que je veux? Répéta l'homme d'une voix calme. Simplement profiter de cette soirée auprès de mes invités.
-Dans ce cas pourquoi me garder, je n'ai pas la moindre valeur pour vous. Et vous savez parfaitement que vous ne m'acheterez pas.
-Je ne compte absolument pas vous achetez, je vous traiterai même avec le plus grand respect que je me dois d'avoir en compagnie d'une dame.
-Pourquoi tout ceci alors?
-Accepteriez vous de m'accompagner ce soir, de terminer cette soirée en ma compagnie.
-Que je sois votre cavalière? Hors de question que je vous accompagne.
-Il serai fort fâcheux dans ce cas que votre ami Hizo Daizheng et son compagnon pirate ne subisse les conséquences de votre obstination.

Une fois de plus, Koro avait su trouver les mots et l'attitude à adopter pour piéger ses adversaires. Le regard noir qui foudroyait Koro lui apporta une certaine forme de satisfaction. Il avait touché une corde sensible et il s'en était rendu compte, il savait fortement que je n'aurai pas supporter de me rendre responsable du moindre mal causé à mes compagnons.
Le savant tendit doucement sa main pour m'inciter à la saisir. Forcée à me résigner, je la lui saisis et rejoignis avec lui la grande salle de réception.

Presque aucun des invité ne semblait avoir remarqué l'absence de Yasuo Koro. La musique battait toujours de son plein et la danse n'avait toujours pas cessé. L'homme me proposa une danse comme le fit précédemment Hizo. Sachant très bien que je n'avais pas le choix, j'avais accepté.
Bien que la soirée se passa dans cette grande salle lumineuse, elle fut loin d'être aussi agréable que j'avais pu l'imaginer. Prisonnière des bras du docteur Koro comme une vulgaire marionnette, une telle promiscuité avec un tel ennemi était quelque chose de très embarrassant, fuir avait été le premier de mes désirs.
Nous étions resté debout jusqu'au départ du dernier invité. Et lorsque, plusieurs heures plus tard, tous semblaient être retourné dans leur propre demeure, le docteur prit soin de m'enfermer à nouveau dans une chambre avant de me souhaiter une excellente nuit et de s'en retourner lui même dans ses appartements.

Une véritable prison dorée, voilà ce dans quoi j'avais été piégée. Toute tentative d'évasion était impossible, qui plus est, ce scientifique dérangé avait surement demandé à ce que l'on surveille toutes les entrées de cette pièce. Il n'y avait qu'à attendre sagement le lendemain matin, en espérant trouver une meilleure solution à tout ceci.

Allongée sur les draps de soie du grand lit à baldaquin, mes pensées se tournèrent vers mes deux compagnons qui croupissaient dans les cachots de ce château. Comment allaient-ils? Les reverrais-je? Où ? Comment? Quand? Je finis par m'endormir malgré moi sur ses pensées.
Ce n'est que quelques heures plus tard, lorsque les rayons du soleil succédèrent ceux de la lune, que la dure réalité me frappa a nouveau. Très vite, quelqu'un ne tarda pas à venir cogner à la porte, c'était le docteur Koro qui s'était levé de bonne heure et été venu pour m’annoncer une nouvelle concernant mes deux compagnons...
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Jeu 28 Avr 2011 - 12:10

Lourdement enchaîné, Hizo fut conduit par de solides gaillards jusqu’au sous-sol du château où se trouvait d’humides cellules. Faiblement éclairés par quelques torches accrochées par-ci et par-là, les cachots ne constituaient qu’une longue rangée de cellules d’emprisonnement particulièrement sombre et étroite, d’où s’échappaient les longues plaintes des prisonniers gémissants, torturés sans pitié. Apparemment habitués à ce sinistre environnement, les gardes qui escortaient leur nouveau prisonnier ne faisait aucun fi de ce milieu sordide, de même qu’ils ne semblaient point troublés par l’odeur de moisissure et de décomposition qui y régnait. Par soucis de préserver son honneur et son intégrité, le maître du feu se contentait d’avancer en gardant la tête haute, constamment poussé par les gardes qui s’amusaient à le provoquer. Mais leur prisonnier ne donna aucune réplique, à leur grand désarroi, bien entendu.

Soudainement, ils s’arrêtèrent tous devant une cellule au fond du corridor. L’un des gardes choisit une clé parmi la multitude reliée à son trousseau et déverrouilla la porte d’acier. Un déclic sec retentit lorsqu’il fit tourner la clé dans la serrure. Ce même garde ouvrit la porte, permettant aux autres de pénétrer à l’intérieur de la cellule, toujours accompagné par le captif. Brutalement, ils le plaquèrent au mur de gauche couvert de crasse. L’un d’eux lui maintenait les bras en l’air tandis qu’un autre lui attachait fermement les poignets avec des menottes de fer incrustées directement dans la pierre. Le même sort fut réservé à ses pieds, où on lui bloqua les chevilles à l’aide de lourdes chaînes. Une fois le travail terminé, deux gardes entreprirent la partie de l’opération qu’ils préféraient : battre leur prisonnier.

Son haut de kimono sauvagement retiré, Hizo fut roué de coups de poings et de coups de genoux. Les gardes le frappaient partout sur le haut du corps; principalement à l’estomac, mais également dans les côtes, sur les pectoraux, à l'abdomen et même au visage. Les deux tortionnaires prenaient un plaisir perfide de la situation, se défiant mutuellement pour savoir qui cognait le plus dur et lequel des deux feraient plier le maître du feu. Mais ce dernier ne leur offrit pas ce privilège et ne succomba pas jusqu'aux supplications. Hizo se contentait de pousser de longs grognements de haine, de douleur et de rengaine. Chaque coup qui atteignait une partie de sa robuste anatomie lui procurait davantage de souffrance, mais il refusait obstinément de pousser un seul cri. Ces sadiques, à la solde d’un savant fou, ne bénéficieraient pas de cette satisfaction.

Au bout de deux minutes aussi affligeantes qu’interminables, le plus grand garde qui se trouvait être l’officier décida de mettre fin à cette correction.

- C’est bon les gars ! Il a eu son compte ! Arrêtez de le tabasser, ordonna-t-il de sa voix bourrue.
- Mais chef, il n’a même pas encore crié ! protesta l’un d’eux.
- Ses côtes ne sont même pas encore cassées ! renchérit l’autre.
- Aucune importance ! Seigneur Koro a consentit à le battre, mais il faut qu’il soit en forme pour demain… une dure journée l’attend dans l’arène, demain.

L’officier ricana, suivit des deux brutes et du reste de la petite escouade. Tandis que les gardes quittaient la geôle, le chef de la troupe ne bougeait pas. Ce dernier s’avança vers son captif plutôt amoché et approcha son visage barbu du sien, l’air aussi moqueur qu’arrogant.

- Héhéhé… tu as vraiment intérêt à être prêt pour demain, mon garçon, vraiment, héhéhé ! Le seigneur Koro vous a réservé une petite surprise, à toi et à ton ami pirate. Demain, vous combattrez dans l’arène. Mais pas n’importe qui, oooh non ! Vous combattrez des monstres ! HA ! De vrais mutants que le seigneur Koro, le Docteur, a découvert lors de ses voyages à travers le monde ! Qu’est-ce qu’on va s’amuser… personne n’en a jamais vaincu un ! Héhéhéhé… tous morts déchiquetés ! Héhéhéhé ! Qu’est-ce que tu en dis ?

En guise de réponse, Hizo plongea son regard acéré dans celui de l’officier avant de lui fracasser le nez d’un violent coup de tête. Un geyser de sang s’échappa des narines du commandant qui tomba à la renverse en poussant un cri de douleur, portant ses deux mains à son nez cassé.
Rapidement, des soldats firent à nouveau irruption dans la pièce et s’empressèrent de relever leur supérieur. Ce dernier, une fois debout, asséna un bon coup de poing au visage désormais impassible du maître du feu. Une coulisse de sang s’échappa de ses lèvres, mais il n’en fit rien.

- Arrrrgh… ce chien m’a cassé le nez ! Mon nez est fichu ! geignit l’officier avant de quitter les lieux avec sa suite.

Maintenant seul et plongé dans un silence inquiétant, le jeune homme prisonnier de ses chaînes put détailler l’endroit dans lequel il se trouvait. Une cellule très restreinte mais si obscure qu’il ne pouvait apercevoir le mur devant lui. L’unique faisceau de lumière provenait de l’extérieur de la prison, d’où un faible rayon parvenait à entrer entre les barreaux d’une toute petite fenêtre dont les gardes se servaient pour surveiller les prisonniers lors de leurs rondes. Coincés dans une inconfortable position debout, ses deux bras levés vers le haut et bloqués par des menottes, Hizo ignorait combien de temps il devrait passer ainsi. Découragé, il poussa un long soupir. Cette fois, il craignait ne pas s'en sortir… et que devenait donc Kalae ?

- Quel joli coup de tête… articula faiblement une voix familière, devant lui. Je… je n’aurais pas fait mieux.
- Dimitry ?
appela Hizo qui reconnaissait la voix de son compagnon.

Une silhouette se découpa dans l’obscurité devant lui et s’avança en titubant, accompagné du bruit caractéristique des chaînes frottant sur la pierre. Le capitaine pirate fit son apparition, ses lèvres formant son éternel rictus qui ne le quittait jamais très longtemps. Mais Hizo fut peiné de découvrir l’état dans lequel Dimitry se trouvait. À en juger par son apparence pitoyable, il avait été cruellement battu comme en témoignait ses yeux pochés, son visage tuméfié, ses lèvres couvertes de sang séché et les innombrables ecchymoses qu’il portait sur son corps. À l’instar du maître du feu, la chemise du pirate fut arrachée avant que la séance de torture ne débute. Une vilaine plaie encore sanguinolente apparaissait au-dessus de son arcade sourcilière droite.

- Mais qu’est-ce qu’ils t’ont fait… commença Hizo, bouleversé.

Dimitry toussota, cracha un caillot de sang, puis s’avança aussi loin que ses chaînes le lui permettaient avant de répondre.

- Tssss… ne fais pas cette tête. Je suis un pirate, j’ai l’habitude de prendre des coups. Mais j’admets que contrairement à toi, ils n’y ont pas été de main morte !
- Parle pour toi !
- Ils tapaient comme des fillettes ! D’ailleurs… parlant de fillette, qu’est-il advenu de Kalae ?
- Je ne sais pas,
soupira Hizo. Je sais juste que ce malade de Koro l’a envoyé dans ses appartements. Qui sait ce qu’elle doit endurer…
- Seule avec ce frêle savant plutôt qu’avec deux guerriers tels que nous… hum, je crains fort que son sort soit bien pire que le nôtre !
lança le pirate à la blague.
- Je l’ignore… mais maintenant que j’y pense…

Hizo fronça les sourcils puis foudroya son compagnon du regard avant de poursuivre, sur un ton accusateur.

- Si tu avais attendu tranquillement dehors comme convenu, rien de tout ceci ne serait arrivé. Mais nooooon… pas toi, évidemment. Monsieur Dimitry DEVAIT mettre son grain de sel. C’était trop difficile de rester tranquille quelques instants ! Il FALLAIT que tu essaies d’entrer et que tu te fasses prendre en plus ! Bravo ‘’Butthead’’, encore une fois tout est de ta faute !
- Hé, ne me parle pas comme ça !
se défendit le pirate. Je m’ennuyais dehors et ton crétin de loup n’arrêtait pas de hurler. J’allais devenir complètement fou si je restais une minute de plus avec cette sale bête ! Et de toute façon, comme vous vous mettez toujours les pieds dans les plats, j’ai jugé plus raisonnable de vous donner un coup de main !
- Plus raisonnable ???
répéta furieusement le maître du feu. L’unique raison pour laquelle nos pieds sont dans les plats est parce que tu n’as pas fait la SEULE chose que tu devais faire : attendre ! Dès qu’on me détachera, je te jure que je vais te frapper, ‘’Butthead’’ !

Le capitaine préféra plus sage de ne pas réfuter les accusations que lui lançait son rival. De toute façon, le problème était qu’il avait raison. Dimitry poussa un profond soupir avant de s’asseoir par terre, toujours face à Hizo qui continuait de le dévisager. Le marin comprit qu’il valait mieux tout simplement changer de sujet afin d’éviter de subir une nouvelle fois ses foudres.

- Au moins, ni toi ni moi ne sommes seuls, à présent.
- Mouais…
grommela Hizo.
- Et grâce aux confidences de cet aimable officier, nous savons au moins la suite du programme.
- Des monstres qu’il a trouvé lors de ses voyages… n’importe quoi !
pesta le fils du Feu. Je te parie mes bottes que ces abominations sont ses propres créations, issues d’expériences avec des prisonniers.
- C’est clair…
approuva Dimitry avant d’ajouter, des prisonniers comme nous.
- Mouais… sauf qu’apparemment nous sommes spéciaux ! Nous allons devoir battre des créatures dans une arène ! Comme des esclaves gladiateurs… pffffffff !
- Je propose que nous essayions de dormir si nous voulons nous battre au meilleur de nos capacités, demain.
- Même si je pouvais dormir, comment crois-tu que j’y arriverais dans cette position, imbécile !


Le pirate ne trouva rien à ajouter. En effet, Hizo passerait les prochaines heures debout à combattre la fatigue, le poids des chaînes, ses membres ankylosés et la douleur de multiples blessures qu’il ne pouvait soulager, faute d’utiliser ses bras. Par mesure de solidarité, Dimitry passa le reste de la nuit éveillé avec son compagnon. En réalité, lui non plus ne parviendrait jamais à dormir. Comment le pourrait-il…

* * * * * * * *
Les deux compagnons avaient perdu la notion du temps lorsque le bruit d’une porte d’acier que l’on déverrouillait se fit entendre. Le même officier que la veille accompagné d’une douzaine de gardes entrèrent à l’intérieur de la cellule, la moitié d’entre eux munis de torche. Chacun d’eux possédaient des armes tranchantes, prêtes à servir à la moindre tentative d’évasion d’un prisonnier.

- C’est l’heure ! annonça l’officier en affichant un inquiétant rictus.

Malgré leur piteux état, Hizo et Dimitry furent fort brutalement traîné dans les couloirs du cachot. Au bout d’un corridor, l’officier actionna une manivelle sous forme d’une fausse torche éteinte et un mur coulissant pivota, laissant place à un passage secret. Au bout de dix minutes, ils aboutirent à la fameuse arène, une large salle souterraine aménagée pour des combats clandestins. Au centre se dressait une immense cage où se déroulaient tous les combats. Le sol était recouvert de sable brun, épaissit par le sang des victimes passées. Tout autour de cette cage aux barreaux d’acier s’élevaient des estrades où assistaient des centaines de spectateurs extrêmement bruyants de toutes les classes sociales, passant du voleur sournois des bas-fonds au noble corrompu. Pour des raisons de sanité et de confort, les plus riches se tenaient évidemment dans les estrades les plus hautes, où ils assisteraient au combat d’une vue en hauteur. *Évidemment, une des raisons de sa richesse... ce doit être payant d'organiser ce genre de divertissement...*

Assourdis par les exclamations des spectateurs, Hizo et Dimitry furent forcés d’entrer dans la cage. Une fois à l’intérieur, l’officier au nez cassé referma la grille afin d’empêcher les combattants de s’échapper.

- Regarde Hizo ! lança Dimitry en pointant vers le haut.

En regardant dans la direction pointée par son compagnon, le maître du feu aperçut le docteur Koro, assis sur un balcon tout en hauteur, en compagnie de la belle Kalae.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Ven 29 Avr 2011 - 0:19

La porte de la chambre s'ouvrit doucement une fois les trois coups porter sur celle-ci. Yasuo Koro pénétra dans la pièce toujours droit, une main repliée dans son dos. Assise sur le lit, je lui lançais un regard emplit dégoût et de crainte.
Il s'avança lentement en ma direction, d'un pas silencieux. Lorsqu'il tendit sa main pour la porter doucement à ma joue, elle fut refusée par une violent revers de main qui éjecta la sienne un peu plus loin.

-Vous souhaitiez revoir vos amis si je ne m'abuse... Commença le savant en affichant malgré tout son rictus. Dans ce cas, je vous conseil vivement de me suivre.

L'idée de savoir Hizo et Dimitry vivant réussit à me redonner une forme d'espoir dans le regard. J'ignorais ce qu'il étaient devenu depuis notre arrestation, et l'idée qu'ils eurent été abattu avait hanté mon court et léger sommeil.
Nous marchions dans les longs couloir de la demeure Koro. Le savant ouvrait le passage qui était refermé par quelques serviteurs. Prise entre les deux, je ne pouvais que suivre. L'envie de fuir fut oublier, revoir mes amis était pour le moment ma seule priorité.

Bien que la réception donnée par le docteur Koro fut terminée, l'homme n'en avaient en aucunement perdu son élégance, le costume était son ensemble de prédilection, bien qu'il ne fut pas le même le docteur insistait pour toujours bien paraître. La robe bleu nuit et la parure offerte au cours de cette soirée ne m'avait toujours pas quitter et c'est ainsi vêtu que nous étions descendu das les entrailles du château.
Je ne sais combien de couloirs, de pièces ou d'escaliers nous dûmes traverser. Mais peu a peu, les murs perdirent de leur éclat, et la lumière se faisait de plus en plus rare. Un étrange brouhaha affreux et étrange résonna dans les couloirs qui nous empruntions, et lorsque Koro ouvrit les deux grandes portes pour passer a la pièce suivante, la raison de tout ce bruit se dévoila sous mes yeux.

Il s'agissait d'une immense salle, où une grande arène s'imposait en son centre, délimitée par un grand grillage d'acier. Tout autour, des gradins remplit de monde qui quémandait le spectacle a venir, impatient. Qui étaient tous ces gens? Comment étaient-ils venu? Quand?
Je venais d'être plongée brutalement dans ce qui me semblait être un autre univers. Du petit balcon où étions, ne restait plus que Koro et moi, de là, nous surplombions tout le lieu et avions une vue imprenable sur l'arène centrale.

-Qu'est-ce que c'est que tout ceci? Questionnais-je en me retournant brutalement vers le docteur. Vous m'aviez dit que je verrai Hizo et Dimitry!
-Chose promise, chose due ma chère. Annonça t-il en ouvrant son bras vers l'arène.

Une grande acclamation fit retomber mon regard sur la grande place de sable. Des hommes ne tardèrent par foulé le sable de l'arène, parmi eux, deux hommes étaient torses nus et couverts de bleus, de là où j'étais il m'étais facile de distinguer les personnes présentes dans l'arène. L'homme aux cheveux blonds et son acolyte aux cheveux noirs étaient mes deux compagnons. Hizo et Dimitry venaient d'entrer en scène sous des insultes blessantes et des cris impatients de tous ces spectateurs affamés de combat.

Le savant, vint se positionner à mes cotés, ses deux mains posées à plat sur la rambarde, regardant fièrement vers le bas en direction de ses deux captifs avec lesquels il s'apprêtait à jouer. Penchée au dessus du balcon pour mieux les apercevoir, une certaine angoisse gagna vite mon cœur, leur arrivée ici ne présageait rien de bon, qui plus est, ils étaient tout deux déjà blesser, qui sait les épreuves qu'on leur avait fait subir.

Très vite, les gardes quittèrent l'arène enfermant le maître du feu et le pirate a l'intérieur de cette grande cage. Les deux hommes, seuls au milieu de cette place de sable dévisageaient tout les spectateurs qui les entouraient jusqu'à ce que Dimitry ne pointe son doigt en ma direction. L'homme m'avait reconnu et très vite ce fut également le tour d'Hizo de tourner la tête en ma direction. Croiser notre regard réussit à nous rassurer mutuellement quelques courts instants, chacun de nous trois semblait encore en vie, pour le moment...

-Chers invités! Lança Koro en vive voix.

Le bruit de la foule cessa quelques instants curieux de savoir quelle annonce leur hôte allait faire.

-Rien que pour vous ici et aujourd'hui ont lieu les jeux de combat. Vous aurez la chance de découvrir les incroyables, puissants et imbattables monstres rencontrés au long de mes voyages. C'est deux combattants, annonça l'homme de science en pointant Hizo et Dimitry du doigt, ferons face a de puissant adversaire encore jamais vaincus à ce jour!

La foule avait applaudit vivement à la fois les deux combattants et l'organisateur de toute cette folie. Le regard du savant se posa désormais sur les deux prisonniers, qui seraient forcés au combat.

-Messieurs, Continua Koro en affichant un sourire diabolique à ses deux ennemis. Le marcher est simple: Vous combattrez pour vos vies, si vous survivez, mais j'en doute.... Je vous laisserai faire demi tour. Avouez que je suis tout de même clément!

La foule applaudit à nouveau alors que les deux hommes présent dans l'arène fusillaient du regard le savant satisfait de sa mise en scène. Mon visage s'était décomposé au fil des paroles du docteur Koro, le combat qui s'annonçait était un combat à mort, chose totalement affreuse et véritablement angoissante. Cette fois ci, notre aventure pourrait bien ne pas se temriner aussi bien que les précédentes...

-Vous ne pouvez pas faire ça?! Questionnais-je sur un ton alarmé en regardant Koro indignée.
-Kalae ma chère, vous adorerez. Se contenta t-il de répondre en posa sa main sur mon épaule.

Les portes de l'arène s'ouvrit à nouveau, et deux silhouettes encore plongée dans l'ombre se dessinaient. Les spectateurs poussèrent un cri pour accueillir les deux nouveaux combattants, adversaires des deux prisonniers. Les deux nouveaux arrivant s'avancèrent sur la place d'un pas lourd. Ils ressemblait physiologiquement à des humains, seulement leur taille dépassaient de haut celle du maître du feu et du capitaine pirate. Touchant presque les deux mètres de haut, avec une carrure beaucoup trop musclée, tant que les formes données par leurs muscles endurcis arrivaient à déformer leurs corps à certains endroits.
Leur démarche n'avait rien de fluide et d'humain, leur corps était protéger par d'épaisses armures et leurs visages était plus proche de celui d'un animal que de celui d'un homme.

Devant une telle vision, même certains spectateurs présent ne purent s'empêcher de pousser un cri de surprise. Hizo et Dimitry faisaient encouragement face à ces monstres malgré la tournure que prenaient les évènements. Angoissée à l'idée de ce combat, ma respiration était déjà saccadée et rapide, mon cœur s'était emballer en imaginant la suite de ce que Koro appelait des « jeux ».

-Ce ne sont pas des monstres découverts lors de vos voyages, ce sont des mutants, des hommes que vous avez détruits lors de vos affreuses expériences! Avais-je cracher avec dégoût.
-Décidément, je ne peux rien vous cacher. Répondit le savant amusé.
-Vous me dégoutez!

Koro leva son bras bien haut pour signaler le début du combat. Habitués et éduquer pour le combat les deux mutants furent les premiers à réagirent. L'un brandit son immense sabre en se couvrant de son bouclier envers le maître du feu qui fut surprit par une telle rapidité. Le second détacha une longue et dangereuse chaise de sa ceinture qu'il fit claquer au sol tout en défiant le pauvre pirate désarmé du regard.
Pour éviter de pousser le moindre cri, mes deux mains se posèrent sur mes lèvres tandis que j'assistais à la scène impuissante. * Non...Non... Non...*

Même si les deux mutants furent rapides pour se positionner au combat et a préparer leur attaques, fort heureusement le maître du feu et le pirate disposaient de nombreux réflexes et ce malgré leur blessures qui les faisaient discrètement souffrir. Hizo tenta de se maître en position de combat malgré quelques tiraillements, quand a Dimitry, il fit un bon en arrière pour tenter de ne plus être a porter des attaques du gladiateur mutant à la longue chaine.

Le combat commença alors, les deux colosses formés pour ce genre de combat de tardèrent pas a foncer tête baisser vers leur ennemis, Hizo dévoila toute sa puissance de flamme, la rage animait le garçon natif de la nation du feu qui ne désirait que remporter ce combat pour pouvoir ensuite en finir avec le docteur lui même. Malgré sa carrure imposante le mutant arrivait a éviter les flammes de son adversaire avec une rapidité surprenante ou alors, il arrivait en s'en protéger avec son grand bouclier.
Le pirate lui, ne pouvait qu'esquiver pour le moment les attaques du colosse. Dimitry était totalement désarmé en plus de ne posséder aucune maîtrise, il ne pouvait compter que sur son agilité pour éviter tous contacts avec la brute qui l'attaquait. Mais son corps fatigué de tous les coups qui lui avaient été portés, il fini très vite par s'essoufflé et très vite à se fatiguer. Son adversaire profita de cette faiblesse pour la charger violemment et lorsqu'il rentra en collision avec le pirate, il le saisit violemment au niveau d'une jambe avant de porter le pirate à bout de bras. Suspendu au dessus du vide Dimitry ne pu s'empêcher de pousser un cri d'alerte.

-HIZOO! Appela t-il désespérément en tentant de se débattre.

L'attention du maître du feu fut détourner vers son camarade qui appelait à l'aide. Un coup de sabre, léger et rapide réussit alors frôler la cuise du garçon qui poussa un hurlement de douleur lorsqu'il sentit la lame entailler sa chair. Le maître du feu fléchit un genoux, un filet de sang s'échappait désormais de sa cuise tremblotante.

Assistant toujours a la scène, je ne cessais de jouer nerveusement avec mes doigts en poussant de temps a autre quelques paroles incontrôlées pour encourager mes compagnons a ne pas fléchir ou les prévenir d'un dangers. Même si c'est encouragement ne se faisaient pas entendre c'était une manière de participer et de se rassurer. Koro s'amusait a voir a quel point j'étais impliquer dans ce combat et à la vie de mes amis, mas il appréciait par dessus tout la vision que lui offrait ses œuvres.

Le corps de Dimitry fut violemment lancé sur celui d'Hizo, le maître du feu fini par tomber au sol, écrouler par le corps du pirate. Leur choc avait été brutal et les deux hommes eurent beaucoup de difficulté à se relever alors que les deux robustes gladiateurs avançaient dans leur direction.

-Aller!! Debout!! Lançais-je nerveusement en les voyant au sol. Relevez-vous!

Hizo poussa son compagnon sur le coté pour pouvoir se dégager, Dimitry roula sur le sol et se releva progressivement à son tour. Lorsqu'ils furent à nouveau tout deux debout, il était trop tard, Hizo fut froidement attraper par la gorge et soulever du sol avec une facilité déconcertante. Alors qu'il commençait à étouffer il brula le bras de son agresseur avec un violent jet de flamme.
Brulé le mutant lâcha prise, Hizo retomba au sol sur sa jambe blessée et fléchit à nouveau sous son propre poids, enragé le gladiateur au bras abimé donna un violent coup de pied dans le torse du garçon, celui ci tomba au sol et du subir une suite consécutive de coups d'une extrême violence. A chaque coup porté l'on aurait pu croire que ses os cèderaient. Le maître du feu finit par tousser entre chaque coups et à chaque fois, un filet de sang s'échappait de ses lèvres.
Une violent coup de chaine vint s'abattre sur le dos du pirate qui poussa un nouveau hurlement déchirant avant d'être trainer au sol comme un vulgaire animal chassé.

Des larmes de peur finirent par apparaître dans mes yeux et a couler discrètement sur une de mes joues, tous mes membres tremblaient à la vue de ce spectacle plus que cruel, je ne pouvais pas le supporter, il était violent et bien injuste. Il était certain que mes deux compagnons, bien que déjà puissants n'arrivent pas à vaincre ces guerriers cruels. La seule issue à ce combat était inévitablement la mort, et ça je ne pouvais pas le permettre une nouvelle fois.

-Arrêtez-ça, Je vous en supplie! Lançais-je d'un voix tremblotante à demi en pleure, en me retournant vers le docteur Koro. Je vous en prie, pitié arrêtez!!


Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Ven 29 Avr 2011 - 12:36

Les deux créatures mutantes dominaient complètement l'affrontement qu’ils livraient à leurs adversaires, Hizo et Dimitry. Les jets de flammes qu’envoyait le maître du feu n’avaient jamais l’effet escompté. Soit les monstres les évitaient, soit ils encaissaient. Dans ce dernier cas, ils ne semblaient pas se soucier de la douleur, bien trop plongés dans une frénésie meurtrière où seul déchiqueter les humains importait. Malgré l’odeur nauséabonde de peau brûlée et la chair calcinée, les mutants gagnaient du terrain. Dimitry ‘’Butthead’’ quant à lui ne constituait aucun défi, le pirate n’ayant aucune arme pour se battre. En fait, le pirate trouva même le temps de réaliser qu’il devait être un sacré boulet pour son compagnon. Comme si le combat ne jouait pas déjà suffisamment en leur désavantage, la raclée que les gardes leur avaient flanquée la veille les affaiblissait et c’était visible depuis le début de ce spectacle.

Hizo se releva péniblement en essuyant un filet de sang sur ses lèvres, étourdi par la violence à laquelle le mutant l’avait projeté. Il pouvait entendre les hurlements déchirants de son compagnon, le capitaine ‘’Butthead’’, traîné au sol par son adversaire monstrueux comme s’il n’était qu’un vulgaire morceau de viande. Munie de son épée aussi large que le corps du robuste Hizo, le mutant poussa un long rugissement. Une écume sadique coulait entre ses dents jaunes, devenues pointues à la suite d’expériences horribles. Il chargea furieusement sa cible, mais le maître du feu esquiva de justesse. Le jeune homme s’empressa de se porter au secours de son compagnon, en balançant un trait de feu ardent sur le bras du mutant qui tenait les chaînes. La bête cracha un hurlement strident et lâcha son arme improvisée. Dimitry réussit finalement à se libérer mais ne parvenait pas à se remettre debout.

- Relève-toi Dimitry ! Vite ! hurla Hizo pour motiver le pirate.
- Je n’y arrive pas ! La chaîne a bloqué des artères, je suis comme paralysé !!!

Paniqué, Hizo agrippa les bras de son camarade et l’éloigna le plus qu’il le pouvait des atrocités mutantes. Cependant, prisonniers dans une cage destinée à servir d’arène de combats, il n’y avait aucun échappatoire. Déjà les créatures mi-homme mi-bête, s’apprêtaient à foncer sur leur proie, une fureur bestiale lisible dans leurs yeux pourtant identiques à ceux d’un humain.

Du haut du balcon, Kalae n’en pouvait plus de voir ses camarades souffrir ainsi sans qu’elle ne puisse intervenir. Non seulement les mutants semblaient de loin plus dangereux que ceux affrontés au Pôle Nord, mais ses amis avaient commencé ce combat avec un lourd handicap. Malgré sa rage, il était évident aux yeux de la maîtresse de l’eau que Hizo n’utilisait pas sa maîtrise du feu au niveau qu’elle savait qu’il possédait. Il semblait beaucoup plus chancelant qu’à l’habitude et une écoeurante marque violacée sur le côté de son corps indiquait une côte déplacée. Le pirate ne se portait guère mieux et probablement souffrait-il de blessures bien plus douloureuses que celles du maître du feu. De plus, sans son épée, Kalae constatait l’inefficacité du pirate dans leur situation. Ils allaient mourir si elle ne tentait rien.

- Je vous en prie ! Pitié ! implora-t-elle en larmes à l’intention du docteur Koro.
- De quoi vous plaignez-vous, très chère ? Préféreriez-vous être en bas avec vos amis… condamnés je l’admets, plutôt qu’ici en sécurité ?
- Oui,
répondit-elle sans hésitation. Arrêtez, s’il vous plaît… je vous en prie ! Je ferai tout ce que vous voulez !

À présent, la jeune femme pleurait à chaudes larmes, à genoux aux côtés de Yasuo Koro qui prenait plaisir à cette situation. Non seulement il assistait à un spectacle barbare et sanglant tout en bas, mais en plus se tenait à ses côtés une demoiselle en détresse. Qui dit une demoiselle en détresse, dit une demoiselle prête à tout. Une idée de génie germa dans l’esprit machiavélique du savant. Non seulement se ferait-il plaisir, mais il s’étonna lui-même de sa perversité en ce qui a trait aux attaques psychologiques.

- Très bien, demoiselle Kalae… voici ma proposition.

Lorsque le savant, affichant toujours un air malicieux, termina de lui expliquer son idée, une expression de dégoût déforma le visage de la jeune femme. Le visage inondé de larmes, elle sut à ce moment-là le piège dans lequel ils étaient tous tombés. Si elle refusait, ses compagnons et amis perdraient assurément la vie et d’une façon horrible. Si elle acceptait la proposition, elle gâcherait sa vie entière… mais tous vivraient.

- Vous êtes un monstre… un malade... un déchet … grogna-t-elle.
- Votre choix ? questionna-t-il calmement en feintant d'ignorer les insultes.
- Je… … j’accepte… acquiesça-t-elle en baissant la tête, vaincue.

Le docteur Koro se leva et fit un signe à ses gardes, en bas. Une douzaine d’hommes armés de lances et de filets ouvrirent la porte de la cage et pénétrèrent dans l’arène. Ils tinrent les deux mutants en respect avec leur lance, les empêchant du même coup d’attaquer les deux combattants, tandis que ceux munis de filets les lancèrent sur les montres pour les emprisonner.

- Mais qu’est-ce que… articula Hizo.
- Quoi ? Mais… balbutia Dimitry.

Le savant fou se leva de son siège et s’avança près de la balustrade du balcon. Tous les regards étaient à présent rivés sur lui, mais en bon orateur, il n’en ressentit aucune gêne. De sa voix inspirante, il prit la parole, s’adressant à l’audience comme aux deux prisonniers.

- Changement de programme ! Très chers confrères… en échange de leur liberté… et de leur vie sauve, bien entendue, demoiselle Kalae Yukahiro a de tout son cœur accepté ma demande de MARIAGE … et deviendra officiellement Kalae Koro une fois que nous serons officiellement uni !

Un combat, des monstres, un mariage… il n’en fallu pas davantage pour combler une foule avide de rebondissements. Un tonnerre d’acclamations retentit à l’intérieur de la pièce souterraine, faisant trembler la cage où se tenait Hizo, Dimitry, les mutants et les gardes.

- QUOI ? Espèce de fille stupide ! Pourquoi as-tu fait ça ! vociféra Hizo.

Aucune réponse de la part de Koro, trop occupé à accueillir toutes les ovations de la foule. Kalae elle, toujours agenouillée près du siège où se trouvait Koro quelques instants auparavant fixait le vide, l’air absente, inconsciente des larmes qui coulaient sur ses joues.

- NON ! NON ! Kalae, noooon ! Ne fais pas ça, pauvre idiote ! À quoi penses-tu ! KORO !! Lâche tes bêtes de cirque et finissons-en de ce combat ! Mais ne la touche pas ! Dimitry, dis quelque chose !!!!

Tandis que Hizo tentait par tous les moyens de faire changer d’idée une Kalae déterminée à sacrifier sa liberté pour sauver leur vie, Dimitry semblait songeur et ne répondit rien. À quoi pensait-il ? Peut-être acceptait-il le sacrifice de Kalae pour sauver sa propre vie…

__________________________________________________________



Dernière édition par Hizo le Mer 4 Mai 2011 - 10:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Lun 2 Mai 2011 - 19:41

Mon esprit tout entier avait perdu une certaine notion de la réalité, j'étais là, à genoux, les joues inondées de larmes. Je ne savais plus comment penser tout était si confus et pourtant …. si clair.
L'idée d'épouser cet homme m'inspirait un profond dégoût et pourtant j'avais accepter, et ce dans un seul but, sauver les vies des deux hommes qui combattaient et qui périraient si aucune intervention ne se faisait.

L'annonce de Koro et les acclamations qui suivirent raisonnèrent sans significations dans mon esprit. Jusqu'à ce qu'une voix me face relever le visage doucement.

-NON ! NON ! Kalae, noooon ! Ne fais pas ça, pauvre idiote ! À quoi penses-tu ! KORO !! Lâche tes bêtes de cirque et finissons-en de ce combat ! Mais ne la touche pas ! 

Au milieu de l'arène, Hizo hurlait ces mots pour êtres certains d'être entendu du docteur mais aussi pour tenter de me faire reconsidérer mon jugement. * Je n'ai pas le choix Hizo...* Avais-je penser toujours à genoux au sol et rabaissant la tête vaincue.

-Que je lâche mes bêtes pour en finir avec ce combat? Répéta le docteur d'un ton amusé. Cela mettrait fin à notre si charmant contrat, ce qui serait fort dommage monsieur Daizheng. Estimez-vous heureux d'avoir eu une amie aussi sincère et vraie. Elle vous a sauver la vie à vous et votre complice.

Hizo et Dimitry ne trouvèrent rien a redire, en même temps, que pouvaient-ils rajouter? Ils prirent tous deux conscience de l'ampleur de ce sacrifice. Butthead ne savait pas vraiment dans quelle position se placer, bien sûr il était quelque peu révolté intérieurement que ce mariage forcé ne soit ainsi imposé mais son égoïsme faisait qu'il était content de s'imaginer à nouveau libre, peut-être pour la première fois depuis très longtemps le pirate se retrouvait tiraillé par deux sentiments.

Le docteur décrocha son regard des deux combattants avant de se retourner en ma direction, constatant que je n'avais toujours pas bouger. Il s'avança tranquillement avant de me saisir la main et de me relever avec douceur. Les larmes avaient cesser de couler désormais, Koro sortit avec élégance un mouchoir blanc de sa poche et caressa mes joues avec pour essuyer les petits sillons qu'elles avaient faites à mon visage.
Une fois ceci terminer il le rangea proprement avant de m'entrainer avec lui au bord du balcon, m'obligeant a faire face a la foule.

-Afin de ne pas arrêter un combat si prometteur de manière si brutal, Annonça l'homme envers son public, nous remplacerons les deux combattants par deux autres prisonniers. Je vous avez promis un combat chers invités, j'honorai ma parole.

Les spectateurs heureux d'apprendre une telle nouvelle applaudirent vivement à nouveaux tandis que le docteur Koro ordonna d'un simple signe de main a se que l'on retire le maître du feu et le pirate de l'arène. Les gardes entourèrent alors à nouveau les deux combattants pour les accompagner jusqu'à la sortie de l'arène.

-NON! S'imposa a nouveau Hizo. Combattons!
-Il en est hors de question. Répondit sèchement Koro las de l'entêtement du garçon.
-Hizo! Appela Dimitry qui ne savait dans quel camps se ranger.

Les deux hommes furent transporter par la force pour être sortit de l'arène, pour être certain que le maître du feu n'utilisent sa maîtrise contre eux. Et lorsqu'ils disparurent de la place de sable deux autres pauvres prisonniers ne tardèrent pas à fouler le sable de l'arène découvrant a leur tour le monde qui les observaient derrière les larges barreaux de fer.

-Vous ne leur ferrai pas de mal, vous me l'avez promis! Rappelais-je sans relever la tête.
-Il ne serons pas tuer, je tiendrai parole. Répondit-il en posant sa main sur la mienne. A condition que vous respectiez à votre tour notre arrangement.
*Je vous déteste... *

Tandis que le combat avait reprit avec les deux nouveaux participants dont désormais le sort était tristement tracé combattait autant qu'il le pouvaient. Dimitry et Hizo rebroussaient chemin dans les humides couloirs menant au cachots, tout deux tentèrent malgré tout de se débattre, l'un pour s'en retourner voir Koro, quand au second, pour s'enfuir de la demeure par lui même? Pour accompagner Hizo et tenter malgré tout de venir a mon secours?
Étant en un nombre bien plus supérieur, les deux hommes attachés ne parvient pas à leur but. Et ils furent jeter vulgairement dans une nouvelle cellule avant d'être attacher a nouveau au mur, non sans grandes difficultés.

-QU'EST CE QUE VOUS FAITES?! Grogna sauvagement Hizo en essayant de s'arracher du mur. Et l'accord?! Vous deviez nous libérer!
-Oui, Lâchez-nous IMMEDIATEMENT!

Le garde au nez abimé se mit a rire à nouveau a gorge déployer, entrainant avec lui ses collègues.

-HAHAHA!! non mais regardez les...

L'homme s'approcha des prisonniers, prenant garde de rester tout de même a une distance raisonnable, se souvenant parfaitement du coup que lui avait porter le maître du feu par surprise.

-Le seigneur Koro a préciser que nous ne devions pas vous tuer, mais il n'a nullement spécifier que vous seriez libre... Vous restez les ennemis du docteur et sa futur épouse n'en saura aucunement au courant.

Les gardes présent tournèrent les talons en riant a nouveau d'un air moqueur. Quelques insultes prononcer par les deux hommes fait a nouveau prisonniers raisonnèrent dans les étroits couloirs humide avant de se perdent dans l'obscurité des lieux.
Une petit couinement fatigué attira l'attention des deux hommes enchainés, dans un coin de la pièces leur animaux respectifs était eu aussi maintenu avec une longue chaine autour du coup. Le louveteau recroquevillé dans l'angle de la pièce avait peur et sentait le danger ainsi que l'odeur de mort qui inondait ces immondes cachots. Le petit capucin après avoir tenter d'ôter son collier de fer en vain abandonna tristement lui aussi.

Le combat fut rapidement terminer, bien trop inégal, les deux prisonniers n'eurent aucune chance, c'est avec barbarie qu'il furent abattu sous les yeux d'un public hystérique tandis que j'avais détourner le regard de dégoût pour ne pas assister a une telle scène.
Peu à peu la foule s'était levée presque désintéressée maintenant le combat fini, Le savant et moi avions attendu que le lieu soit vide avant de nous en retourner à notre tour, raccompagner comme il se devait tout ces gens a la sortie du domaine.
Devant tout ce monde qui nous saluait poliment je prenais attention d'examiner chaque visage espérant y apercevoir celui de mes deux amis.

-Ils sont parti. Affirma Koro tout en saluant ses invités comme si il avait lu dans mes pensées.
-Pa... partit? Répétais-je troublée.
Oui. -Menti le savant fou. La mort ou bien la liberté en l'échange d'une juste compensation. Leur choix fut rapide.

Abandonner? Ils étaient donc partit ainsi? Me laissant tel quel?.... Après tout, pourquoi auraient-ils fait demi tour? L'un était un pirate égoïste et quand au second... celui qui fut mon frère d'arme, l'opinion qu'il s'était faite de moi avait été claire durant notre voyage, à ses yeux, notre amitié n'avait presque plus de valeur. C'est tristes pensées auraient pu m'apporter de nouvelles larmes mais il n'en arriva aucune. Je serai forte.
Même si ils étaient partit, j'avais fais ce choix pour eux, pour sauver leur vie, ainsi ma conscience avait été tranquille, même si mon cœur se retrouvait meurtrit.

Une fois tout le monde disparut et la grande porte du château refermée, Koro poussa un léger soupir satisfait. L'homme originaire de la tribu de l'eau me fit signe d'approcher de la main; d'un pas hésitant je m'étais avancer tandis qu'il ouvrit avec une clef la porte d'une grand buffet. Tout en l'ouvrant il m'expliqua que la fameuse cérémonie aurait lieu d'ici quelques petit jours, le temps qu'il ne rassemble des invités et ne prépare tout dans les moindre détail. Il ne se gêna pas pour préciser qu'avec l'argent qu'il possédait un mariage somptueux serait célébrer. La splendeur d'un mariage je n'en avait que faire si ce n'était que pour épouser un homme que je n'aimais pas, pire que je détestais.

L'homme se retourna face à moi, un nouvel objet entre les mains que je ne tardai pas a reconnaître... un collier de fiançailles typique de notre tribu. Originaire du pays des glaces l'homme avait garder quelques traditions. C'est en pourtant ce collier que ceux qui avaient voyager dans le grand nord facilement reconnaître, que j'étais resté enfermée dans des appartements qui m'avaient été confier pour éviter toute fuite, cloitrée, seule et sans aucune visite.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!> Mer 4 Mai 2011 - 11:30

En raison de son statut de maître du feu, Hizo fut attaché au mur exactement de la même façon que lors de sa première expérience dans les cellules de Koro. Bras en l’air et bloqués au mur de façon à ce qu’il ne tente aucune attaque, tandis que ses chevilles étaient enchaînées par des menottes encastrées dans la pierre. Plus chanceux, le capitaine Dimitry ‘’Butthead’’ jouissait d’une mobilité, bien que limitée, en raison de ses pieds reliés au mur par une chaîne d’environ deux mètres, suffisamment longue pour ne parcourir que la moitié de la largeur de la pièce carrée. Non loin d’eux se trouvaient le capucin et le louveteau des cavernes, eux aussi couverts de chaînes, tremblotants de peur. Cette cellule humide et malodorante puait la mort et la moisissure, ce que l’odorat animal distinguait davantage que celui d’un être humain. Furieux de se retrouver à nouveau dans cette situation, Hizo poussa un hurlement rageur. Ils s’étaient fait bernés comme des gamins.

- Ferme-la donc pour une fois… ça ne sert à rien de crier… soupira le pirate, dépité.

Assis dos au mur, Dimitry fixait le vide. Nul doute qu’il regrettait la tournure de cette aventure. Mieux aurait-il valu rester dehors à attendre, finalement. Dans le meilleur des scénarios, il aurait été préférable de ne pas rencontrer le maître du feu et la maîtresse de l’eau. Eux en prison, coincés entre des barreaux que seul l’âge ou la faiblesse ne finisse par les accepter. Finalement, une mort brutale dans une arène de gladiateur lui semblait une fin beaucoup plus digne.

- Toi, ne m’adresse pas la parole, espèce de traître ! cracha Hizo en lançant un regard meurtrier à son compagnon.
- Traître, moi ? se vexa le pirate.
- Ouais ! Un sale traître égoïste !
- Et explique-moi ce que j’ai fait !
- Kalae s’est sacrifiée pour nous et tu n’as rien dit uniquement pour sauver ta peau ! Pffff… quelle déloyauté. Tu n’as aucun honneur !
- Ah ça…


Dimitry se rappelait maintenant. En échange de leur vie sauve, Kalae avait accepté la demande en mariage du docteur Yasuo Koro. Quelque chose au fond de lui avait refusé de passer outre cette chance unique de retrouver la liberté. Si le sentiment de camaraderie qui les unissait désirait venir en aide à la jeune femme, sa raison le lui interdisait.

- Elle a donné sa liberté pour la nôtre, Hizo. Ça aurait été en vain si nous avions résisté et qu’on nous aurait tué. Elle connaissait les conséquences de son sacrifice…
- Traître !
gronda Hizo, furieux.
- Ah et j’en ai assez de débattre avec toi chaque fois que tu t’opposes ! De toute façon, ça ne change rien. Nous sommes piégés ici et nous ne pouvons rien faire. Coincé comme tu l’es tu ne peux pas t’échapper, ni utiliser ta maîtrise du feu. Sans épée je ne peux pas me battre et il n’y a rien pour crocheter la serrure… Nous sommes faits comme des rats !

Ces paroles venaient de clore cette conversation qui s’envenimait, à l’instar de toutes les discussions qu’ont eux les deux hommes durant cette aventure. Ils devaient se rendre à l’évidence qu’ils ne pourraient pas sortir d’ici… à moins que Koro n’ordonne leur libération. Mais tout deux en doutaient.

De très nombreuses heures passèrent, peut-être une journée entière, sans qu’un mot ne soit prononcé. Hizo n’avait aucune envie de s’adresser au pirate et ce dernier préféra ne pas risquer un nouveau conflit avec le jeune homme de la Nation du Feu au caractère bouillant. Soudainement, un déclic retentit et la porte de la cellule s’ouvrit. Deux gardes pénétrèrent à l’intérieur, le premier tenant deux bols à moitié remplit d’une immonde purée.

- L’heure du repas ! lança-t-il bougon en jetant les deux bols au sol.

Dimitry ramassa le sien, tandis que Hizo fixait le garde. Une idée lui vint en tête et, bien que risquée, ne coûtait rien à essayer à présent.

- Imbécile… comment veux-tu que j’arrive à manger quoique ce soit dans une telle position ?

Le garde arqua un sourcil puis haussa les épaules en ricanant.

- Désolé prisonnier, mais j’ai l’impression que tu me confonds avec quelqu’un qui en a quelque chose à foutre !

Hizo se maudit intérieurement. Son idée venait d’échouer.

- Sauf votre respect, sergent, le seigneur Koro souhaite que les deux prisonniers restent en vie ! déclara le second garde.
- Grrrr…

Le sergent se pencha et ramassa le bol. Le maître du feu jubilait. Finalement, son plan fonctionnerait peut-être. Le sous-officier s’approcha, armé d’une cuillère dans la main droite, et la plongea dans le bol afin de nourrir son prisonnier aux membres prisonniers. Lorsqu’il fut à quelques centimètres de son visage, Hizo déclencha la phase un de sa stratégie. Il gonfla ses poumons, canalisa son énergie jusqu’à lui donner la forme qu’il souhaitait. Puis, il souffla toute l’air de ses poumons au visage du sergent. Seulement, l’air qui s’en expulsa était chaud, aussi brûlant que de la vapeur. Cette technique de l’air chaud lui fut enseignée par Ko, la jeune femme qu’il avait rencontré il y a un peu plus d’un mois. Il s’agissait d’une technique inspirée des Nomades de l’Air qu’elle avait réussit à adapter à sa maîtrise du feu. Dans ce cas présent, elle eut l’effet escompté.

Le sergent poussa un cri déchirant. Brûlé au visage où déjà quelques cloques apparaissaient, la victime porta ses mains sur sa peau endommagée et recula sous l’effet de la douleur et de la surprise. Dimitry et le second garde figèrent de stupéfaction face à la soudaineté de cette agression.

- Prends-lui son épée, vite ! ordonna Hizo au capitaine.

Dimitry revint à lui et réagit aussitôt. Lorsque le sergent aveuglé par la douleur fut à portée, le pirate s’élança vers lui, attrapa l’épée qui pendait à sa ceinture et lui enfonça la lame dans le dos, mettant immédiatement fin à ses souffrances. Le garde encore en vie n’eut pas le temps de réagir que Dimitry lança l’épée en sa direction qui lui embrocha la gorge. Le soldat ne tarda pas à mourir, étouffé par son propre sang.

- Bien joué ! exulta Hizo. Maintenant fouille le cadavre de l’officier et cherche les clés.

Dimitry ‘’Butthead’’ ne se fit pas prier. Il s’agenouilla devant le cadavre et plongea ses mains dans ses poches jusqu’à ce que ses doigts découvrent le trousseau de clés.

- Je l’ai ! lança-t-il triomphant.

Sans perdre une seule seconde de plus, Dimitry essaya les clés une par une jusqu’à ce qu’il trouve la bonne combinaison qui leur permettrait de se débarrasser de ses chaînes. Une fois libre, il s’empressa de venir en aide au maître du feu. Quelques minutes plus tard, ils s’enfuirent de leur cellule avec leurs animaux respectifs en prenant bien soin d’enfermer les deux cadavres de garde et de verrouiller la porte derrière eux.

__________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




RPG


MessageSujet: Re: La mariée du diable. <Terminé!>

Revenir en haut Aller en bas

Sujets similaires

-
» [Van Cauwelaert, Didier] Les témoins de la mariée
» Bien des amours... Les vieux mariés
» La maison du diable
» [CASTLE] Si Loin de Toi (terminée)
» Offre terminée.
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: