Partagez|

L'air du vent

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Elda...
***
***
avatar

Féminin Age : 30
Messages : 1839
Date d'inscription : 23/05/2008

RPG


MessageSujet: L'air du vent Jeu 20 Jan 2011 - 12:59

C'était le petit matin sur la baie de l'île de la nation du feu. les navires marchands avaient accosté tard dans la nuit, et les docks et les quais se remplissaient peu à peu de commerçants venus acheter en gros produits de la mer et marchandises exotiques pour les vendre dans leurs boutiques ou au marché. C'était un endroit que Ko affectionnait particulièrement. Il y a avait là des navires de tous horizons et on pouvait discuter avec n'importe qui pour peu qu'on ait l'attention d'acheter quelques caisse de ci ou de ça. Aux senteurs exotiques et parfumés des fruits se mélangeait l'air iodé de la mer et la sueur des marins.

Ko avait acheté une caisse de calamars, pêchés dans les profondeurs par les chalutiers submersibles de la nation du feu, ainsi que quelques fruits exotiques provenant du lointain temple de l'air austral. Elle se plaisait dans cette foule éclectique aux accents étrangers. C'était une des rare personnes à connaître la plupart des produits exotiques et la façon de les produire, de les chasser ou de les cueillir et elle aimait s'entretenir avec les marchands. Ce qui lui valait quelques extras de-ci de-là.

Sur la baie, il y avait aussi quelques familles attendant leurs proches rentrés de mission. Généralement, ils utilisaient les navires marchands pour rejoindre la nation. Ko soupira en pensant au nombre de fois où elle avait débarqué ainsi, à l'aube, humant l'air marin et heureuse de retrouver sa terre. Mais jamais personne ne l'avait attendue.

- Hé poussez-vous !

Ko recula, mais pas assez vite pour éviter cet homme, les bras chargés de caisses de marchandises. Il se prit les pieds dans les jambes de Ko et s'étala de tout son long. Il se couvrit la tête de ses mains, attendant le choc des caisses. Au bout de quelques secondes, n'ayant entendu ni senti aucun choc, il risqua un coup d'oeil au-dessus de lui.

- Un maître de l'air !

Une trouve de curieux s'était rassemblée autour du marchand et de la jeune femme.

- Incroyable !

Même si ils avait survécu à l'extinction, les maîtres de l'air ne s'aventuraient qu'en d’extrêmes occasions en dehors de leur temple. Aucun moine n'avait osé s'aventurer sur les terres rouges depuis l'avatar Aang.

Ko maintenait les caisses en lévitation à l'aide de son souffle. Une technique inspirée des maîtres de l'air. L'air chaud étant plus léger que l'air froid, les caisses étaient maintenue ainsi à bonne distance du sol et du marchand.


Dernière édition par Elda... le Ven 21 Jan 2011 - 9:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Ven 21 Jan 2011 - 8:20

Un vent favorable transportait la solide caraque sur les flots marins, les deux voiles blanches bombées indiquant que le navire naviguait à une vitesse plus qu'acceptable. Accoté sur la rambarde, un jeune homme à peine adulte fixait l'horizon, sa tignasse blonde flottant au gré de la brise océanique. Sa carrure robuste et ses muscles saillants respiraient une santé de fer, dénotant une vigueur bien supérieure à la moyenne. Vêtu d'un kimono rouge aux teintes orangées, le garçon affichait ouvertement son appartenance à la Nation du Feu, l'emblème y étant d'ailleurs bordé sur le haut du vêtement. Il fut soulagé d'apercevoir au loin la longue bande de terre du nord de sa patrie, signifiant que cet interminable voyage en mer touchait à sa fin. *Enfin... ce n'est pas trop tôt... *

Aveuglé par les rayons du soleil matinal, Hizo se détourna et se dirigea vers sa cabine où il rassemblerait ses rares possessions matérielles, se résumant à un sac contenant à quelques rations de survie et un manteau de fourrure aux couleurs des Tribus de l'Eau du Pôle Nord. Gracieuseté du frère d'une amie de confiance, ce manteau lui avait permis de survivre au coeur des contrées gelées du Pôle Nord où il s'était rendu pour une quête personnelle (Voir l'Île du Docteur Koro). Le résultat fut hélas un cuisant échec, aussi considérait-il ce morceau de vêtement, l'unique bien qu'il rapporta, comme un précieux souvenir.
Entièrement ruiné, il avait dû troquer son passage afin de quitter la cité des glaces, promettant d'aider l'équipage au bon fonctionnement du navire, manoeuvres qu'il avait apprit en côtoyant des pirates et autres marins. Gagnant chèrement son pain, le maître du feu détesta l'expérience. Pendant près de deux semaines, on l'obligea à laver le pont, nettoyer des outils et à dépecer des poissons. L'ennui principal venait que ces marchands du Royaume de la Terre vendaient principalement... du poisson, et ce à tout les ports et villages qu'ils croisaient le long des côtes. Aussi non seulement le voyage fut-il très long mais également aussi salissant que malodorant. Nul besoin de préciser que le garçon souhaitait plus que tout prendre un bon bain.

Alors qu'il s'apprêtait à descendre l'escalier menant aux cabines, Hizo fut interpellé par le capitaine Zhen Fong, un vieux pêcheur édenté au fort accent du sud du Royaume de la Terre.

- Hay mon garçon ! Va préparer les caisses de tout c'te poisson-là, dans l'fond d'la cale. On a du boulot qui nous attends !
- Pourquoi ? le questionna Hizo en fronçant les sourcils. Je t'ai dit au moins quinze fois que je débarquais à Pohuaï et nous y serons dans quelques heures. Le voyage est terminé pour moi.
*Ainsi que tout ces poissons puants !*

Le vieil homme gratta son menton mal rasé avant de se croiser les bras. Un sourire, qui dégoûta le maître du feu, apparut sur ses lèvres avant de rétorquer à son matelot honoraire.

- Oh non non non. C'est pas fini. Y reste un p'tit village près d'ici, j'me rappelle jamais le nom. Bon, c'est pas énorme, mais j'espère y faire des profits.
- J'en ai marre ! contesta vivement Hizo. Nous avons arrêté à tous les villages côtiers pour commercer ces fichus poissons ! Le voyage a prit une semaine de plus que d'ordinaire alors contente-toi de me ramener à Pohuaï !
- Le poisson, y peut pas attendre.

L'attitude de Zhen Fong énerva le maître du feu au caractère bouillant. Après tout, il avait suffisamment vu, touché, mangé et entendu parler de poissons depuis qu'il avait posé le pied sur ce bateau. Pas question de décharger une caisse de plus. Au risque de s'emporter et que l'envie de brûler tout les poissons entreposés dans la caraque ne commence à le tenailler, il préféra informer le capitaine qu'il abandonnerait le navire une fois accosté à ce village et qu'il poursuivrait son chemin à pied.

**************************************************************

Ce petit village représentait exactement le genre d'endroit que Hizo préférait éviter. Loin de la beauté architecturale et du raffinement du sud et du centre de la Nation du Feu, il y régnait une atmosphère bruyante et sale, où se mélangeait toute sorte d'odeurs plus désagréables les unes que les autres. Toute les rues à proximité des docks formaient un petit quartier appelé ''Bazar'', très apprécié des marchands qui installaient leur kiosque pour vendre leurs marchandises souvent très variées. *Grrrrr, je veux m'en aller d'ici !* Constamment en activité, ce genre de lieu attirait inévitablement les foules de toute les classes sociales qui envahissaient les artères à la recherche divers produits, allant de l'objet le plus banal au plus exotique. Pour un individu solitaire et asocial comme Hizo, cette place devenait rapidement étouffante. C'est la raison pour laquelle le garçon ne s'y attarda pas et de toute façon, il n'avait pas un vil. *Comment pourrais-je continuer mon voyage sans argent... il faudra bien me nourrir... hummm...*

Tandis qu'il marchait en direction de la sortie, son chemin fut bloqué par une masse compacte d'individus qui formaient un cercle autour de quelque chose. *Bon... qu'est-ce qu'il y a encore ? Un bagarre de pouilleux ?* Malgré son désir de fuir ce lieu le plus rapidement possible, la curiosité s'empara de lui. Hizo s'approcha de la foule massée en face de lui afin de jeter un oeil sur ce qui s'y déroulait. Le maître du feu remarqua rapidement l'expression d'étonnement des gens, voire de stupéfaction. D'autres cependant semblaient choqués. Les commentaires fusant de toute part atteignirent les oreilles du maître du feu qui ne chercha que davantage à satisfaire sa curiosité.

- Oh !
- Vous avez vu ?
- Une maîtresse de l'air !
- Les caisses flottent !
- J'ai faim !
- C'est aberrant ! Enfermez-la !
- Comment fait-elle ?

-Laissez-moi passer ! grogna Hizo aux gêneurs.

Ce qu'il vit le stupéfia à son tour. Une grande jeune femme vêtue de soie rouge retenait 3 caisses de bois remplies de marchandises dans les airs uniquement grâce à son souffle, défiant ainsi toute les lois de la gravité, pour protéger ainsi un gros marchand qui les avait probablement échappé. Avec ses cheveux courts et néligés, la femme ne ressemblait pourtant pas du tout à une maîtresse de l'air. Et puis pourquoi un maître de l'air souhaiterait-il venir sur la terre de ceux qui avaient failli causer leur perte un siècle plus tôt.
Quoiqu'il en soit, en raison de ses nombreux voyages, Hizo n'était plus aussi intolérant qu'autrefois et préféra remettre à plus tard sa phase de questionnement personnelle. Pour le moment les caisses lévitaient grâce au souffle de la jeune femme mais il n'avait pas besoin d'un dessin pour comprendre que ses poumons ne généreraient pas éternellement de l'air... et aucun de ses gens superstitieux ne l'avaient encore compris. Au grand dam du maître du feu qui aurait préféré passer inaperçu, il bouscula la population en jurant et s'approcha du pauvre marchand toujours étendu sur le sol, terrorisé.

- Écartez-vous, bande de crétins ! Qu'est-ce qu'il ne faut pas faire...

Il saisit l'homme par les bras et le tira quelques pas en arrière, de sorte que les caisses pleine de denrées ne lui tombe pas dessus, permettant du même coup à la demoiselle de reprendre son souffle.
Revenir en haut Aller en bas
Elda...
***
***
avatar

Féminin Age : 30
Messages : 1839
Date d'inscription : 23/05/2008

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Sam 22 Jan 2011 - 10:08

Le marchand n'avait pas bougé d'un pouce, et les capacités pulmonaires de Ko n'égalaient de loin pas celle d'un maître de l'air. Elle ne pouvait rien dire, sinon les caisses tomberaient sur le marchand. Sa poitrine commençait à lui faire mal. Elle ne pourrait pas rester plus de quelques secondes dans cette position. Elle essaya de bouger pour poser les caisses un peu plus loin, mais ces muscles privés trop longtemps d'oxygène refusaient de lui obéir.

C'est à ce moment précis qu'un jeune homme fendit la foule et attrapa le marchand par le bras. Ko laissa tomber les caisses qui s'écrasèrent sur le sol en un grand bruit de fracas. Si cet abruti de marchand n'avait pas bêtement attendu, couché par terre, elle aurai pu poser les caisses en douceur.

Elle tomba à genoux sur le sol, la tête lui tournait à cause de son expiration maintenue. Elle pris quelques inspirations bruyantes, les yeux fixés sur les pavés. Peu à peu, elle pu enfin bouger tous ses membres. Elle se releva péniblement. La foule était restée là, hébétée, figée. Ils attendaient sans doute qu'elle s'explique, qu'elle fasse un autre tour, et peut être même qu'elle fasse passer un contenant parmi la foule pour récupérer quelques pièces. Même le commerçant, dont la marchandise était étalée sur le sol, ne pipait mot.

Il était plus que temps de partir. Après avoir gratifié le jeune homme d'un sourire gêné et d'un hochement de tête, elle jeta un regard désolé au marchand. Voyant que personne ne réagissait, elle fit volte-face et s'éloigna vers la ville, sa longue tresse lui fouettant le dos. Elle n'avait pas fait quelques pas qu'elle entendit les protestations et les cris de la foule. C'était la première fois qu'elle utilisait cette technique de maîtrise du feu en public. C'était peut-être une mauvaise idée, mais il était trop tard pour s'en repentir.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Lun 24 Jan 2011 - 9:44

La foule ne semblait pas savoir comment réagir à cette situation. Certes la jeune femme avait clairement sauvé le marchand des dégâts reliés à sa propre maladresse, mais une maîtresse de l'air, dans ce coin reculé de la Nation du Feu, recevait généralement un accueil peu chaleureux de la part de la population. Voilà l'une des principales raisons pour lesquelles les citoyens des autres nations, surtout les maîtres d'éléments, préféraient éviter la Nation du Feu. Ceux qui choisissaient néanmoins d'y mettre les pieds savaient généralement se montrer discrets... *Quelle idiote de fille... son intervention aurait pu lui valoir un sale quart d'heure !*


Cependant, Hizo n'était non seulement pas dupe, il possédait également la maîtrise du feu, son élément d'adoption. Aussi, bien que sur le coup lui-même fut convaincu d'apercevoir une maîtresse de l'air faisant usage de ses capacités, il se rendit rapidement compte qu'elle les bernait tous. *Pfff... manipulatrice comme toute les femmes !* C'était du moins le point de vue du jeune homme. En effet, en ayant observé plus attentivement la demoiselle, il remarqua que sa posture, sa façon de se positionner et le déplacement de ses jambes étaient identiques à celles enseignées pour la maîtrise du feu. De plus, en raison de ses vêtements et de sa coupe de cheveux, son apparence différait grandement des maîtres de l'air. Conclusion, cette fille était une maîtresse du feu ayant fait évolué sa propre technique. *Intéressant... presque impressionnant pour une femme...*

Tandis qu'il regardait celle ayant retenu toute l'attention quitter les lieux, ce que Hizo jugeait prudent, ce dernier se rendit compte qu'il souhaitait en savoir plus, sa curiosité n'étant pas tout-à-fait rassasiée. Il décida qu'il voulait en avoir le coeur net et c'est la raison pour laquelle il se lança à la suite de la jeune femme.

- Hé toi !

Interpellée, l'inconnue se retourna, se demandant probablement qui pouvait bien l'aborder... ou s'il s'agissait vraiment d'elle dont il était question. Mais bon, on ne sait jamais.

- Oui toi ! continua Hizo sans aucune élégance. Ce n'était pas très malin d'utiliser tes pouvoirs devant tout ces imbéciles ! Tous prétendent que tu es maîtresse de l'air, mais moi je sais que tu ne l'es pas. Que viens-tu de faire, au juste ?

Dès le premier regard, tous pouvaient deviner le mauvais caractère du maître du feu. Il semblait en constante mauvaise humeur, peu charismatique et préférait éviter les contacts sociaux. Mais ces traits de caractère prenaient tout leur sens lorsqu'il s'adressait à une femme, qu'il méprisait. Ko ne tarderait pas à le remarquer.
Revenir en haut Aller en bas
Elda...
***
***
avatar

Féminin Age : 30
Messages : 1839
Date d'inscription : 23/05/2008

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Lun 24 Jan 2011 - 10:55

Ko avait continué à marcher. Sa tête tournait encore, elle faisait un énorme effort pour ne pas marcher de travers ou tomber sur le côté. Il fallait qu'elle mange quelque chose et qu'elle trouve un endroit pour s'asseoir quelques instants. Mais elle sentait que le jeune homme qui la suivait en hurlant n'allait pas la lâcher comme ça. Ko s'énervait difficilement, mais cette insupportable voix lui faisait mal à la tête.

C'est vrai après tout ! Pourquoi n'ais-je pas laissé ce brave marchand avoir le crâne fracassé par ses caisses ?!

Elle reconnaissait toutefois qu'elle aurai pu tout simplement saisir les caisses au vole. Nettement moins spectaculaire, mais tout aussi salvateur. C'était son instinct qui avait parlé et elle l'avait bêtement écouté et exécuté sa volonté. Pourtant ce n'était pas la première fois qu'elle utilisait cette technique devant des spectateurs non avertis. Mais jamais comme ça, en plein milieu de la foule.

L'autre marchait rapidement et l'avait presque rattrapé. Sans même le regarder, elle pouvait deviner son aura, bouillant autour de sa tête. Il n'avait pas l'air méchant. Têtu était le mot qui lui convenait le mieux. Au lieu de perdre son temps à essayer de le semer (et vu l'allure qu'ils avaient tous les deux, il était fort peu probable qu'elle puisse le faire), elle lui répondit, tout en continuant de marcher.

- Je n'ai jamais prétendu être un maître de l'air. Je suis une fille du feu comme ta perspicacité semble l'avoir compris.

Elle articula chaque mot. ce qui n'eut pour d'autre effet, que d’énerver le grand blond. Il accéléra ses pas, et arrivé à sa hauteur, il lui saisit le bras. Si elle avait voulu, Ko aurait pu le neutraliser en quelques secondes. Mais elle s'arrêta docilement. Plus vite il aurait sa réponse, plus vite il serait parti.

- Cette technique que j'ai utilisée est de mon invention. Je l'ai développée après mes austérités chez les moines de l'air du temple austral. Je souffle de l'air chaud sous les objets, ce qui a pour effet de les faire léviter.

Le jeune homme lâcha peu à peu le bras de Ko. Il lui jeta un regard interrogateur. Il semblait surpris qu'elle divulgue son secret aussi facilement. Il se décala alors que quelques pas, puis gonfla ses joues. Si il croyait que c'était aussi simple... D'ordinaire, Ko aurait prévenu la personne tenant d'imiter sa maîtrise, mais ce jeune présomptueux méritait une petite leçon. Il souffla de toutes ses forces. Une flamme apparu entre ses lèvres.

Il s'arrêta immédiatement, la bouche, la langue et les lèvres brûlées. Il porta sa main à sa bouche, surpris par la douleur. Ko émit un petit rire. Le jeune homme se retourna vers elle, le regard empli de douleur et de haine.

- Bien essayé.

Elle lui tapota l’épeule, puis repris son chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Lun 24 Jan 2011 - 20:24

Une vive douleur de brûlure se répandit à l'intérieur de sa bouche et sur sa langue Une petite flamme s'échappa entre ses lèvres, brûlant ces dernières au passage, preuve que la technique se résulta par un pitoyable échec. Hizo ne réussit pas à retenir une grimace de souffrance tandis qu'il serrait les poings, espérant en vain atténuer le mal qui l'affligeait. Ses yeux gonflés de douleur et de colère foudroyaient maintenant la petite Ko qui ne put étouffer un petit rire, plus amusée qu'excitée. *Quel crétin ! Idiot ! Abruti ! À quoi ais-je bien pu pensé ?* Le maître du feu maudissait autant sa naïveté que son aptitude proverbiale à se placer dans les situations les plus embarrassantes. Non seulement avait-il tenté une technique qu'il n'avait jamais exercé mais en plus, il l'avait effectué DEVANT la jeune fille, s'humiliant davantage.

Bien que compétent en la matière, Hizo manquait d'entraînement pour exécuter des techniques de haut niveau, aussi ne parvenait-il pas toujours à doser l'énergie et à la ''mouler'' à sa guise. Ainsi, les explications de la jeune fille par rapport à l'air chaud ressemblait dangereusement à celles nécessaires pour accomplir un souffle de flammes, attaque que le jeune homme ne maîtrisait pas parfaitement. Lorsqu'il s'exécuta, il ne chercha pas à souffler de l'air chaud mais plutôt à mélanger le feu avec une toute petite expiration. Le résultat fut connu. Une petite flamme se créa dans sa bouche à peine ouverte et n'ayant pas suffisamment d'espace pour s'expulser complètement en un jet efficace, elle se propagea dans sa bouche, le brûlant du même coup.

D'un geste vif, plus porté par l'orgueil que par réflexes, il posa sa main sur sa bouche afin de cacher les traces de brûlure. Cela ne changea rien puisque Ko fut témoin de tout son échec. Elle s'approcha de lui d'une démarche un peu trop condescendante, attitude que Hizo exécrait, surtout provenant d'une femme. Elle lui tapota l'épaule en lui disant ces quelques mots avant de faire volte-face et de reprendre sa route.

- Bien essayé.

Le garçon poussa un grondement similaire à celui d'un ours enragé. Cette petite peste se moquait de lui et cela, Hizo ne pouvait le tolérer. Une fois de plus, une femme lui avait prouvé qu'elles n'étaient pas dignes de confiance et qu'on ne pouvait rien espérer d'elles. Évidemment, le parcours de vie du jeune homme avait engendré en lui le mépris de la caste féminine et depuis son exil, très peu de femmes pouvaient se vanter de bénéficier de son amitié ou même sa confiance. Si Ko n'avait voulu que punir l'audace prétentieuse du garçon, Hizo ne le voyait pas ainsi. Du moins le refusait-il.

- Espèce de... cracha-t-il avant de s'étouffer de douleur, les brûlures dans sa bouche encore trop vives.

Le maître du feu grogna une seconde fois. Ne parvenant plus à crier (ce qu'il appréciait particulièrement), il n'était pas pour autant réduit au silence. Hizo se frotta la bouche avant de suivre à nouveau la jeune femme, bien décidé à la remettre à sa place.

- Tu savais ce qui allait se produire, hein ! grommela-t-il. J'aurais dû te laisser t'étouffer pour que cet idiot de marchand se fasse écraser par les caisses. Moisir en prison t'aurait fait le plus grand bien. Pire qu'un serpent venimeux, comme toute les femmes ! Pffff ... et je te fais un cadeau en te comparant à eux !

Ko se retourna finalement mais Hizo, trop furieux pour remarquer quoique ce soit, ne put distinguer la signification du regard qu'elle le gratifiait. En fait, fidèle à son habitude, il continua de tempêter à propos de l'incident passé.

- Il faut vraiment être une femme pour être aussi malintentionné ! Mesquine, sournoise et manipulatrice ! Je devrais te mettre une bonne râclée pour t'apprendre où est ta place ! Petite idiote !

Bouillant de colère, Hizo ne se gênait pas pour lancer tout ce qu'il lui passait par la tête même si cela était à la fois discourtois et déplaisant. Après tout, la jeune femme ne lui avait rien demandé. Mais selon le maître du feu, la raison lui revenait de bon droit.
Revenir en haut Aller en bas
Elda...
***
***
avatar

Féminin Age : 30
Messages : 1839
Date d'inscription : 23/05/2008

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Mar 25 Jan 2011 - 9:44

Ko s'était arrêtée. Voilà qu'il l'insultait à présent. Ce jeune homme ne devait pas avoir un cinquième de la force et de la technique qu'elle avait, tous domaines confondus. Elle avait rencontré beaucoup des jeunes gens comme lui. Imbus de leur personne, parfaitement surs d'eux (et dans un cas d'échec cuisant comme celui-ci, la faute était forcément celle des autres), misogynes, essayant de ressembler aux stéréotypes du fils du feu, fort et tout puissant, pensant redorer à eux tous seuls l'éclat perdu du continent rouge. Toujours seuls, sans amis, niant les lois qui les empêchaient d'exprimer leur existence, en insultant à tour de bras tous ceux qui les rendaient un tant soi peu humains.

Ko leva un sourcil, sans brocher. Elle le laissa déblatérer ses insultes sans bouger. Il était quand même un petit champion dans sa catégorie. Sans même lui demander son rang, son âge et son grade, il se permettait de la juger, alors qu'elle n'avait rien fait d'autre que de lui répondre posément. Elle aurait été une princesse, qu'il n'aurait pas changé de discours.

Au bout de quelques minutes, ayant épuisé son répertoire d'insultes, il se tu enfin. Les jambes écartées, les lèvres en sang, les poings tellement serrés que ses veines saillaient. Il n'allait quand même pas tenter de la frapper ! Elle pensa d'abord à se présenter, mais elle savait que donner son rang à cet homme indiquerait qu'elle lui était supérieure. Ko doutait sérieusement que ce petit discours réussisse à la calmer. Elle se contenta de le regarder, faisant un effort pour ne pas rire ni sourire. Les lèvres du blond avaient triplé de volume et étaient cloquées. Ça lui défigurait son beau visage aux trais fins.

Au bout de quelques secondes seulement, il perdit à nouveau patience.

- Alors, tu t'écrases hein ? Mais tu sais quoi ? tant que tu n'auras pas rampé à mes pieds pour t'excuser de cet affront, je ne te lâcherai pas !

Ko hocha lentement la tête pour signifier qu'elle avait parfaitement compris. Elle s'avança vers lui. Le jeune homme triomphait. Mais elle resta parfaitement debout, le visage affichant toujours cette même expression neutre. Elle s'approcha de lui le plus près possible, plaça son visage à quelques mètres de celui du blond. Il tendit une main pour la faire reculer. Sans rien bouger d'autre que son bras, elle lui saisit la main avec une facilité qui le déconcerta. Il essaya de se débatte, mais elle resserra sa prise, sans aucun effort apparent. Elle fixa son regard dans le sien.

- Qu'est-ce que tu veux, demanda-t'elle doucement ?
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Mar 25 Jan 2011 - 11:17

- Qu'est-ce que tu veux ? demanda doucement la maîtresse du feu.

Elle lui tenait fermement la main d'une prise solide. Si savoir qu'il ne pouvait se libérer de l'emprise de ce petit brin de femme l'agaçait, l'attitude de cette dernière l'énervait bien davantage. Elle le fixait d'une neutralité déroutante malgré le flot d'insultes que le maître du feu avait déversé. Sa voix, douce et presque bienveillante, ne manifestait aucune émotion agressive ni même de l'impatience. Malgré la carrure du garçon de loin supérieure à la sienne, Ko ne laissait apparaître aucune crainte, confiante en ses talents martiaux. D'ailleurs, ce fut sans aucune peine qu'elle lui fit cette petite clé de poignet.
Si une une telle démonstration de calme et de techniques devraient normalement suffire pour apaiser l'homme le plus belliqueux, c'était sans connaître Hizo qui ne ratait pas une occasion de se laisser emporter par la colère, surtout lorsque l'on menaçait son orgueil. Il incendia la jeune femme du regard avant de lui répondre, crachant entre ses dents.

- Lâche-moi pour commencer...

La maîtresse du feu regardait son homologue masculin droit dans les yeux, son regard vide d'émotion. Elle le regardait tout simplement, n'affichant aucune émotion particulière. Au bout de quelques secondes, elle desserra sa prise, permettant au jeune homme de libérer sa main. Il poussa un petit grognement avant de rouler son poignet endolori. Ce n'était pas par hésitation que la jeune femme avait prit un certain temps avant de le lâcher et Hizo le savait très bien. Elle voulait faire comprendre au garçon qu'elle l'avait relâché uniquement parce qu'ELLE avait décidé de le faire, lui montrant du coup non seulement sa supériorité technique, mais également émotionnelle. Le maître du feu l'avait très bien compris.

- Quoi d'autre ? s'enquit-elle à présent que son interlocuteur semblait un peu plus calme.

Si Ko avait été un homme, il ne fait aucun doute qu'Hizo lui aurait demandé de lui enseigner son savoir. Depuis près de quatre longues années, il errait dans tout le Sekaï à la recherche d'un maître compétent à la recherche d'un unique élève ou encore des parchemins ou reliques reliées à la maîtrise du feu. Si durant tout ce temps sa progression fut nette, cela ne satisfaisait pas sa soif d'apprentissage. Il désirait plus qu'évoluer de ses propres expériences ou d'apprendre une petite technique par un maître du feu errant en de rares occasions. Hizo avait de précieuses motivations afin de mener à bien sa quête personnelle et ne serait pas comblé tant et aussi longtemps qu'il ne serait pas assez puissant pour prouver sa valeur à sa garce de mère et ses horribles soeurs, plus démoniaques qu'un démon ! Mais hélas, Ko était une femme et de ce fait, inférieure à lui.

- Grroumph...grrllmmbllbb... grommela-t-il finalement entre ses dents.
- Pardon ? demanda Ko en arqua le sourcil droit.

Un dilemme épouvantable le rongeait. Bien qu'il ne l'admettrait jamais à voix haute, il savait que la fille lui faisant face était de loin meilleure que lui. Il ne fait aucun doute qu'il pourrait en apprendre davantage. De plus, depuis combien de temps n'avait-il pas rencontré un maître du feu ? Décidément, seul le destin pouvait avoir placé cette femme sur son chemin. Mais qui a dit que le destin ne faisait preuve d'aucune cruauté. Il lui faudrait ainsi se rabaisser à demander à une simple femme de lui enseigner... Ô comme la vie peut être injuste. Voilà un coup dur pour son orgueil.

- Tu as très bien compris ! grogna-t-il. Peux-tu m'app... me montrer comment tu as fait ça ?
- La prise de poignet ? C'est facile, tout d'abord tu...
- Non !
coupa-t-il sèchement, l'impatience le gagnant rapidement. Je parle de l'air chaud. Comment as-tu fait la technique de l'air chaud ?

Aussi simple que ça, diront certain ? Hizo n'y croyait rien. Si durant ses voyages il avait côtoyé certaines femmes qu'il considérait maintenant comme des amies, il ne parvenait toujours pas à considérer les AUTRES comme ses égales. Pour le maître du feu, demander à cette jeune femme de lui enseigner quelque chose le plaçait dans une situation inconfortable, comme s'il venait de faire la chose qu'il détestait le plus au monde. Un malaise désagréable lui laissant un goût amer. Mais il n'avait pas le choix et rien ne prouve qu'une autre occasion se présentera.
Revenir en haut Aller en bas
Elda...
***
***
avatar

Féminin Age : 30
Messages : 1839
Date d'inscription : 23/05/2008

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Mar 25 Jan 2011 - 16:13

Sa carapace de grand macho était entrain de s'écailler doucement. Il semblait évident que cette situation était plus que désagréable pour lui. Il avait détourné ses yeux de ceux de Ko, gêné de demander une telle faveur à une créature du sexe faible. Mais si il était capable de mettre son ego de côté pour profiter des enseignements d'une tierse personne, quelle qu'elle soit, il n'était peut-être pas complètement irrécupérable pour l'humanité.

- Non.

La colère, qui un instant avait laissé place à la gêne, revint aussitôt.

- Comment ça non ?

Il avait hurlé alors qu'elle n'était qu'à quelques centimètres de lui. Ses mains semblaient vouloir l'enserrer et l'écraser, ou la secouer, mais il se retenait, de peur de se voir une seconde fois humilié par Ko.

- Je peux te montrer, mais pas maintenant. J'ai perdu trop de force toute à l'heure.

Elle reparti en direction de l'auberge dans laquelle elle avait décidé de ce rendre. Après une légère hésitation, il lui emboîta le pas. Ils s'engagèrent dans les ruelles étroites du centre de la ville. Les gens s'écartaient sur leur passage, bien plus intimidés par le grand blond musclé aux lèvres énormes que par la jeune femme fluette qui marchait devant.

Poussant une porte sur la gauche, elle pénétra dans une grande salle. Avant de la suivre, Hizo leva la tête. Il n'y avait rien sur la façade qui aurait pu indiquer que cet endroit était une auberge ou un quelconque lieu de restauration. Ko s'assit à une table, à côté de l'entrée.

- Deux laits, cria-t'elle à l'aubergiste, ses mains en porte-voix !

Hizo voulu protester.

- Avec l'état de ta bouche, commander de l'alcool est assez mal conseillé.

L'aubergiste, un homme fort et bourru affublé d'une énorme moustache, apporta les laits chauds, servis dans des bols en terre cuite. En servant les deux maîtres du feu, il en renversa un bon tiers sur la table. Il réprima un léger rôt, puis s'essuya les mains sur son tablier trop petit et bien trop sale.

Ko bu d'une traite. Le jeune homme ne toucha pas à son breuvage, écoeuré par la saleté et les manières plus que rustres de l'aubergiste.

- Pourquoi m'avoir emmené ici ?

En "société", il semblait être capable de retenue. Il avait parlé sans crier et sans rien renverser ou cassé en prononçant sa phrase.

- Parce que le lait est bon, répondit Ko en inclinant son bol pour en récupérer les dernières gouttes.

La véritable raison (en dehors du fait que le lait soit particulièrement bien préparé), était que cet endroit était peu connu des fils du feu. Seules quelques personnes fréquentaient cet endroit. Des gens de passage, des hors la loi, des dissidents... C'était un lieu sûr pour parler de tout et de n'importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Mer 26 Jan 2011 - 8:47

Attablés l'un en face de l'autre non loin de la sortie de cette auberge miteuse, Hizo attendait les bras croisés, ses sourcils froncés assombrissant son visage. Ko quant-à-elle buvait son lait sans se soucier de quoique ce soit, comme si elle avait l'habitude de se rendre à cette taverne avec des inconnus. Toutefois, elle découvrait une seconde réalité chez le maître du feu plutôt nonchalant: il n'aimait pas discuter. Qu'importe le sujet, Hizo appréhendait les conversations et préférait les esquiver plutôt que d'y faire face. Nul doute qu'il ferait un bien piètre compagnon de voyage d'autant plus que son orgueil ne semblait surpassé que par son mépris des femmes. Pour la pauvre Ko, rien n'était gagné. Remarquant qu'il ne touchait pas à son breuvage, elle en profita pour placer quelques mots, histoire de détendre l'atmosphère. Après tout, il valait mieux ne pas attendre que le garçon décide de casser lui-même la glace.

- Tu ne bois pas ton lait ? Tu n'as pas soif ?
- Non je n'ai pas soif, maugréa-t-il. Je n'ai pas soif du tout.

Ko poussa un petit soupir, déjà exaspérée par l'attitude de son nouveau compagnon. Décidément, la bonne humeur lui semblait inconnue. Pourquoi rochonnait-il ? Après tout, elle l'invitait seulement à prendre un lait à la taverne du coin, il devrait se montrer plus reconnaissant. Au fond, Ko trouvait la situation cocasse, aussi décida-t-elle d'en rajouter, tentant de rester la plus sérieuse possible.

- Tu n'aimes pas le lait ?
- Je n'ai rien contre le lait ! pesta Hizo. Bois donc le tien et laisse-moi tranquille !
- Ah... parce que tu sais, tu peux toujours prendre un jus ! Le jus de framboises est vraiment exquis !

C'en était trop pour Hizo qui ne s'amusait pas du tout de ces circonstances. Il se retrouvait au milieu d'une taverne misérable à parler de jus avec celle qui l'avait humilié plus tôt. Furieux, le maître du feu abattit violemment son poing sur la table qui s'ébranla, manquant de renverser le bol de lait. Foudroyant la jeune femme du regard, il se leva et la pointa d'un doigt accusateur.

- Je me fiche éperdument de ton lait et encore plus de ton jus de framboises ! Ne me fais pas croire que tu m'as traîné dans ce trou à rats pouilleux uniquement pour me parler de ces boissons de gamines ! Aaargh et pourquoi je reste ici avec toi ? Tu me fais perdre mon temps !

Tout les clients de l'établissement se retournèrent pour assister à ce ''spectacle'' dès que Hizo commença à lever le ton. Mais le maître du feu ne semblait pas s'en préoccuper. *Que tous ces crétins aillent au diable !* De toute façon, sa frustration atteignait un tel degré qu'il ne pouvait lâcher son interlocutrice du regard. Cette dernière esquissa un petit sourire avant de finalement répondre au jeune homme. La comédie avait suffisament durée.

- C'est bon, assieds-toi maintenant.

Lorsque Hizo obtempéra, elle poursuivit.

- Tout d'abord, faisons les présentations. Je m'appelle Ko, et toi ?
- Mon prénom est Hizo. Qu'importe mon nom de famille.

Désappointés que le conflit ait pris fin, les clients reprirent leurs conversations ou vaquèrent à leurs occupations. Bien que satisfaite d'avoir calmer le tempérament explosif du garçon, elle se demanda pourquoi Hizo refusait de lui donner son nom de famille. Elle songea immédiatement à un criminel recherché ou un déserteur. Mais elle en vint à la conclusion qu'aucune de ces thèses n'étaient plausible, un criminel le moindrement intelligent ne se ferait par si facilement remarquer par tout un village en piquant des crises de colère en public. La théorie d'un noble pourrait être envisageable mais pourquoi tairait-il son nom de famille ? La honte ?
Pour le moment, Ko se contenterait de son prénom. Maintenant que les présentations étaient faites, ils iraient droit au but. Ce qu'espéraient Hizo, du moins...
Revenir en haut Aller en bas
Elda...
***
***
avatar

Féminin Age : 30
Messages : 1839
Date d'inscription : 23/05/2008

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Ven 28 Jan 2011 - 9:24

- Hizo, répéta Ko. Hiiiizoooooooo.

Elle hocha la tête.

- C'est joli comme prénom.

Ko regarda Hizo. Ses lèvres avaient retrouvé une taille normale. Elle se concentra un instant sur l'aura du garçon. Pouvait-elle vraiment lui faire confiance ? Pouvait-elle vraiment lui faire partager cette maîtrise ? Était-il seulement capable de faire ces austérités, sans lesquelles il ne pourrait maîtriser le souffle chaud. Ko bougea ses lèvres de gauche à droite. L'ombre qui entourait la tête du grand blond était toujours la même. Compacte, rougeoyante, dégageant une légère odeur de charbon et de souffre. Pouvait-elle risquer de trahir la confiance des moines pour satisfaire cet homme ?

Clairement, elle ne pouvait pas lui demander qui il était. Il se refermerait aussitôt après avoir compris qu'elle demandait plus que les simples formalités d'usage. mais comment faire pour savoir ? Elle sentait un grand vide en lui. Un vide qu'il tentait de combler en se donnant un rôle. Elle savait que le jour où il n'aurait plus de but, il sombrerai. Pouvait-on risquer de laisser cet homme devenir mauvais ? Non. Il méritait une chance.

- Je peux te montrer cette technique autant sur tu voudras.

Ko se concentra sur le bol en terre, devant elle. Rassemblant son chi au niveau de sa gorge, elle se mit à souffler doucement, libérant la juste dose pour que son souffle, sans se transformer en flamme, atteigne la bonne température. Le bol tangua, puis se leva, maladroitement. Concentrée sur sa maîtrise, elle jeta un coup d'oeil à Hizo. Il regardait le bol, les bras croisé, comme un enfant qui regardait un tour de magicien en sachant pertinemment qu'il y avait un truc.

Le bol continua à monter, doucement. La tête inclinée, suivant le bol, elle le fit pivoter puis le laissa tomber sur la tête du jeune homme.

- Joli chapeau, dit-elle en reprenant son souffle.

Hizo se saisit prestement du bol et le reposa sur la table.

- Mais ?

- Mais, répéta bêtement Ko ?

- Tu peux me le montrer. MAIS ?

- Ah oui ! Mais je ne peux pas te l'apprendre.

Le visage de Hizo se figea. Puis la colère apparue à nouveau sur ses traits.

- QUOI ?!!!

Il s'était levé en hurlant, reversant à moitié la table, envoyant sa chaise à quelques mètres de lui.Tout le monde s'était à nouveau retourné. Cette fois Ko ne dit rien. A l'évidence, il n'était pas près. A l'instant où il s'était levé, elle savait que ça ne servirait à rien de continuer. Il n'arriverai jamais à se faire accepter des moines.

- Tu n'es pas prêt.

Elle s'extirpa lentement de la table tout en fouillant dans sa poche. Elle jeta quelques pièces sur la table bancale.

- Tu peux crier tant que tu veux. Tu peux m'insulter, tu peux casser tout ce que tu veux... Ça ne changera absolument rien.

Et elle quitta l'auberge.

Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Sam 29 Jan 2011 - 19:46

La petite Ko se leva et quitta l'auberge, laissant derrière elle un Hizo pantois et fumant de rage. Le bouche béante, il la dévisagea jusqu'à ce qu'elle ait complètement disparut, refermant la porte derrière elle. ''Parce que tu n'es pas prêt''. Ces mots raisonnaient dans ses oreilles comme une abeille bourdonnant autour de sa tête. Voilà la deuxième fois qu'on refusait de lui enseigner sous ce prétexte et évidemment, le pauvre Hizo n'en comprenait pas le sens. Poings serrés et crispé de colère, il ne se gêna pas pour se faire remarquer une fois de plus en poussant un grognement plus semblable à un rugissement qu'autre chose.

- c'est n'importe quoi !!! GrAAAAAAAAA !!!

Le jeune homme se leva à son tour et flanqua un bon coup de pied sur sa chaise qui tomba à la renverse. Comment cette pauvre fille à peine plus âgée que lui pouvait-elle se permettre de lui faire la morale. Lui, un maître du feu noble, un homme de surcroît ! Pour qui se prenait-elle ? Tandis qu'il fulminait ses sombres pensées arrogantes et égoïstes, l'aubergiste s'approcha, bien décidé à ne pas laisser passer cette seconde offense faite aux meubles de son établissement.

- Toi ! Tu dégages ! lança la voix bourrue du tenancier.
- Vous, fichez-moi la paix !
- Je ne veux plus t'entendre ! Tu sors d'ici ou j'appelle les soldats !
- Grrrrrrrr !


L'envie de réduire cette taverne en cendres le tenailla et pendant un moment, il fut royalement tenté de le faire. Fort heureusement pour tous, il retint son geste et se contenta de sortir d'un pas aussi vif que déterminé. Jamais plus il ne remettrait les pieds dans cette fosse aux cochons que l'on OSE appeler une auberge.
Une fois à l'extérieur, il prit une profonde inspiration qu'il expira aussitôt. L'entrée de l'air frais dans ses poumons lui fit un bien immense, lui procurant du même coup un indescriptible soulagement. *C'est vraiment n'importe quoi, tout ceci ne rime absolument à rien ! Grrrr* Il s'éloigna de l'auberge, perdu dans ses pensées. Ces derniers temps, tout ce qu'il entreprenait se soldait par des échecs, aussi commençait-il à se décourager. Toutefois, il ne se sentait toujours pas prêt à rentrer chez lui. La seule idée de se retrouver confronté à sa mère et ses soeurs le fit grimacer d'horreur. *Non... pas question de rentrer... pas maintenant* Cela restait non négociable. Il refuserait coûte que coûte de faire face à sa famille sans avoir d'abord l'assurance qu'il pourrait leur prouver sa valeur.

Tandis qu'il marchait, il poussa un long soupir. La jeune fille plutôt semblait prête à lui enseigner son secret pourtant. Pourquoi a-t-elle changé d'idée au dernier moment ? Mieux valait ne pas y penser, mais chose certaine, elle était sur le point d'accepter de lui transmettre son savoir. *J'ai tout gâché, comme toujours ! Ce n'est vraiment pas croyable !*
Maudissant sa poisse, il se mit en quête de retrouver Ko. Il lui faudrait faire quelque chose qu'il n'a pas fait souvent et presque jamais en présence d'une femme. Quelque chose de très bas, de très faible, quelque chose qui frappera son orgueil comme si un géant l'attaquait. S'excuser...
Mais tout d'abord il fallait la retrouver.

- Hé toi ! héla Hizo à un passant. As-tu vu une fille assez grande, drôlement vêtue, l'air niaise et aux cheveux coiffés en une longue tresse ? Je n'ai pas un vil !

Le maître du feu se fit un devoir de préciser cette dernière information, sachant très bien que certains gens pouvaient se montrer très radins. Heureusement, celui-là ne semblait pas l'être même s'il semblait affreusement pouilleux.

- Ahum... je l'ai vu se diriger vers la sortie du village, par là-bas.

Sans même remercier l'homme, Hizo se lança dans la direction indiquée. Au bout d'un moment, suite à une petite course de 5 minutes, le maître du feu vit apparaître la silhouette de Ko au loin. Une fois à proximité, il l'aborda.

- Hé attends ! Attends !

Ko se retourna et le dévisagea, attendant probablement qu'il explique sa présence et ce qu'il comptait faire. Si l'attitude aussi impassible qu'innocente de la jeune femme énervait le garçon, il n'en montra pas la moindre trace. L'air bourru, il fixait le sol dallé tandis qu'il tentait de s'exprimer du mieux qu'il le pouvait, sans trop perdre la face.

- Ahum... bon... je... enfin, j'aimerais que tu oublies mon ... comportement... plus tôt. Je viens de revenir d'un long voyage en bateau qui fut très pénible et je ne dors presque plus depuis quelque temps, alors ... enfin, tu comprends.

Hizo se gratta l'arrière de la tête et soupira avant de poursuivre. Ko de son côté écoutait les explications du jeune homme sans perdre son expression de neutralité.

- Bon alors... si je me suis ''un peu'' emporté dans l'auberge... et avant d'y entrer... et bien j'aimerais que tu fasses comme si rien ne s'était passé. Donc voilà... en gros je... je voulais... ... ... m'excuser. Bon je l'ai dit !


Ko pouvait facilement deviner qu'il fut extrêmement difficile pour son interlocuteur de s'excuser franchement. Il lui restait de très nombreux progrès à accomplir, mais c'était tout de même un début. Serait-ce suffisant pour la maîtresse du feu ?


Dernière édition par Hizo le Mar 1 Fév 2011 - 6:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elda...
***
***
avatar

Féminin Age : 30
Messages : 1839
Date d'inscription : 23/05/2008

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Sam 29 Jan 2011 - 21:08

Ko soupira intérieurement. Pourquoi fallait-il qu'il revienne à la charge ? Il ne pouvait pas tout simplement rentrer chez lui et dormir au lieu de la harceler ? Bon, il faisait des efforts, certes. mais ces efforts il les faisait pour lui. Pour obtenir ce qu'il souhaitait. Mais ce n'était pas se repentir que ne n'être même pas à moitié sincère dans ses excuses. Pourtant elle dû reconnaître qu'il faisait un effort. Mais Ko sentait bien que c'était une véritable torture pour lui que de prononcer ces quelques mots. De toute évidence, il la détestait toujours. Parce qu'elle était une femme, parce qu'elle était différente, et parce qu'elle était supérieure. Mais surtout parce qu'elle avait quelque chose dont il avait envie. Malheureusement pour lui, qu'il vienne s'excuser ou non, ça ne changeait absolument rien à la situation. Enfin, pour le moment...

- J'accepte tes excuses.

Il avait fait un bel effort, même si c'était purement égoïste.

- Mais tant que tu n'en penseras pas chaque mot, inutile de revenir me voir.

Hizo en resta pantois. Il venait de fournir un sacré effort. Pendant quelques instants, il avait fait l'effort de tenter d'être l'égal de Ko. Rien que d'y penser, cette idée lui donnait la nausée. Il semblait perdu, tiraillé entre son honneur et l'envie d'apprendre à maîtriser cette technique si mystérieuse.

- Pourquoi ?

Il avait parlé d'une voie suraiguë. Cette voix qu'on les enfants quand on refuse de céder à leurs caprices. Ko fut tentée de ne rien répondre et de reprendre son chemin, mais elle fut saisie de sympathie pour le jeune homme.

- Parce que cette technique demande de l'écoute et du respect. Il est primordial de se respecter, mais il est encore plus important de respecter les autres. Toi tu ne respectes personne, ou si peux. Tu inspires la crainte et la haine. C'est comme ça que tu diriges les autres. Mais le jour où tu seras seul dans l'impasse, ceux qui te craignent ne viendront pas à ton secours. Seuls ceux qui te respectent vraiment risqueront leur vie pour sauver la tienne. Hizo, même si tu es fort, brave et puissant, ta quête, quelle qu'elle soit est forcément vouée à l'échec. Tant que tu ne respecteras pas les autres...

Elle avait prononcé ces mots sur un ton parfaitement monocorde, comme si elle récitait une leçon. C'était toujours ainsi lorsqu'elle entrait en contact avec les esprits. C'était eux, à travers la jeune femme, qui s'étaient adressés à Hizo. mais Ko ne lui dirait rien. Parce qu'elle savait qu'il ne na croirait pas. Comme beaucoup de personnes... La possession de son corps par un esprit était une sensation étrange. Une transe, suivie et précédée par un choc électrique. Le contact avec les esprits avait été exacerbé par son voyage chez les moines de l'air.

Reprenant peu à peu possession de son corps, Ko cligna des yeux pour chasser les derniers résidus de transe. Hizo la regardait d'un air étrange. Mi fasciné, mi écœuré par ce qu'il venait d'entendre. Les esprits savaient toujours viser juste.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Dim 30 Jan 2011 - 8:09

Hizo se tenait toujours devant Ko, bouche bée. Quelque soit les excuses et les efforts qu'il se démenait à trouver, la jeune femme restait imperturbable, aussi stoïque qu'une statue de marbre. *Du respect et de l'écoute ! Pffff ! Je vais lui en faire du respect et de l'écoute moi ! Et je n'ai jamais demandé à ce que quelqu'un vienne à mon secours...* La situation devenait dangereusement déplaisante mais le maître du feu ne désirait pas ajouter un nouvel échec à sa collection. N'importe qui ayant un minimum de fierté aurait tout simplement abandonné, se contentant de lui tourner le dos et d'oublier cette une histoire une bonne fois pour toute. Pour Hizo cependant, il était inconcevable de se rabaisser à la défaite et ce, probablement beaucoup plus par excès de fierté que par manque. Ainsi, malheureusement pour Ko, elle n'en avait pas encore fini avec son nouveau ''compagnon''.

- Je peux écouter, dit tout simplement Hizo.
- Non Hizo, nous ne parlons pas de la même écoute, poussa Ko en lâchant un soupir.
- Je sais de quelle écoute tu veux parler.
- Il n'y a pas que ça. Tu cries et tu t'emportes constamment... tu ne peux rien apprendre dans cet état.


Hizo eut soudainement envie de la gifler sévèrement. De quel droit une simple femme pouvait-elle se permettre de lui reprocher son comportement ? Mais au grand étonnement de tous, le garçon ne manifesta sa colère d'aucune façon. Il se contentait de fixer Ko comme s'il attendait quelque chose d'elle. Aussi surprenant cela puisse-t-il sembler, Hizo commençait à apprécier la solide prise de position de son interlocutrice. ''Apprécier'' est un bien grand mot, mais il devait avouer que malgré son jeune âge, elle parlait déjà avec la subtilité d'un maître. Cela l'impressionnait et de toute façon, au point où il en était, il serait ridicule de laisser tomber. Cela ne pouvait pas être pire.

- Apprends-moi.
- Tu vois, tu n'écoutes rien, je t'ai dit que je ne t'enseignerai pas...
- Non,
coupa Hizo sans véhémence. Apprends-moi à mieux écouter et à calmer mon ... tempérament.

Ce fut au tour de Ko de rester figée, les yeux écarquillés. La jeune femme devait se demander à présent où était l'entourloupe ou s'il ne manigançait pas quelque chose puisqu'elle le dévisageait intensivement, d'un regard calculateur. Au premier coup d'oeil, le garçon se révélait sincère. Il ne trahissait aucune émotion mensongère ou malfaisante. Ko se doutait bien qu'une fois de plus il ne cherchait qu'à satisfaire ses propres besoins, cependant pour qu'un homme tel que lui ose demander à un petit brin de fille comme elle de lui enseigner l'écoute et le respect, il fallait une certaine dose de courage. D'autant plus que le travail serait ardu.

Il y a quelques années de cela, le jeune homme aurait choisi d'ignorer la jeune femme, voire de la mépriser sans vergogne. Mais au cours de son exil volontaire, Hizo avait rencontré toute sorte de gens et vécu son lot de périple. Bien qu'il se méfiait toujours de la gente féminine, il pouvait se permettre plus de tolérance à leur égard, aussi accepta-t-il de mettre de côté sa fierté maladive dans l'espoir d'obtenir la confiance de Ko.
Hizo croisa ses bras sur sa poitrine en attendant la réponse de l'intriguante maîtresse du feu - car oui, elle l'intriguait. La balle était à présent dans le camps de Ko.
Revenir en haut Aller en bas
Elda...
***
***
avatar

Féminin Age : 30
Messages : 1839
Date d'inscription : 23/05/2008

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Dim 30 Jan 2011 - 9:23

Ko ouvrit puis referma la bouche. Protester n'était vraiment pas la chose la plus appropriée. Mais... Elle avait trouvé ça vraiment trop facile. Il y a encore quelques heures, le jeune homme qui se tenait devant elle avait tenté de la malmener. Il y a encore quelques minutes, il s'emportait et refusait d'écouter. Comment un homme avec de telles convictions pouvait changer à ce point. En quelques secondes, il aurait ôté son armure de déni et de dédain pour demander de l'aide à Ko. Mais après tout, si il voulait faire cet effort, si il voulait tenter de changer, elle allait lui donner sa chance. Après tout les esprits ne se manifestaient pas devant n'importe qui. Ce garçon avait sans doute du potentiel. Et peut-être même un coeur....

Elle réfléchit un instant à la façon dont elle allait lui apprendre tout ça. Peut-être en l’emmenant au dojo pour quelques jours. Avec tous ces gamins plus terribles les uns que les autres, il aurai de quoi tester son nouveau tempérament. Mais elle avait prévu de retourner voir les moines d'ici la fin de la décade, et cette mission retarderait son départ. Elle repensa à son premier voyage au temple de l'air. Les moines avaient un guide. Un vieil homme, qui connaissait tous les raccourcis. Un homme très lent, qui riait souvent tout seul, quand il ne chantonnait pas la même rengaine agaçante. Il vivait près de la côte, pour prévenir des éventuels ennemis et pour accueillir dans le cas échéant les visiteurs. Ce homme était tellement agaçant, que ceux qui n'avaient pas la patience infinie des moines (ou ceux qui avaient une volonté de fer) finissaient souvent par continuer le chemins seuls et se perdaient irrémédiablement. Même Ko, qui pourtant était quelqu'un de relativement patient, avait du faire un effort pour supporter le vieil homme. Voilà qui serait parfait pour Hizo.

- D'accord.

- D'accord ?

Elle avait tellement attendu avant de prononcer ce mot... Hizo semblait penser à une blague ou a quelque chose de farfelu. Peut-être allait-elle en profiter pour le casser et se venger froidement.

- Va te reposer et prépare tes affaires pour demain matin. Nous partirons vers le temple de l'air austral... Pour apprendre le souffle chaud...

Je devrai vraiment changer le nom de cette technique...

- Et... Et mes épreuves ?

- Ne t'inquiète pas pour ça. Tu auras suffisamment d'occasions pour tester la volonté du tout nouvel Hizo. Allé, à demain !
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Mar 1 Fév 2011 - 8:04

Ko rebroussa chemin et prit la direction de l'auberge où elle prendrait probablement une chambre. Du moins, Hizo le pensait-il. Ce dernier la regardait s'éloigner tandis qu'il restait sur place. Fier de lui, il avait finalement réussi à convaincre la jeune femme de lui apprendre la technique du souffle chaud... et peut-être davantage. En quoi cette capacité pouvait-elle lui être utile ? Hizo n'en était pas certain. Sûrement pas en combat, pensa-t-il. Bien sûr un souffle d'air brûlant au visage pouvait aisément neutraliser un individu sans pour autant lui infliger les effrayants dommages typiques du feu. Toutefois, les avantages d'une telle maîtrise dépassaient de loin l'aspect offensif. Selon le maître du feu, parvenir à maîtriser cette pratique prouverait non seulement ses capacités à s'adapter aux situations les plus critiques, mais également qu'il possédait les compétences essentielles à l'exécution des techniques de feu les plus complexes, donc les plus efficaces. S'il y arrivait, le jeune homme ressortirait grand gagnant de son exil.

Cependant, quelque chose le dérangeait, le chicotait. Avant de partir, Ko avait dit à Hizo : - Va te reposer et prépare tes affaires pour demain matin. Nous partirons vers le temple de l'air austral... Le temple de l'air austral ? Le garçon ne comprenait pas pourquoi il leur fallait se rendre au Temple de l'Air Austral pour apprendre la technique du souffle chaud. Après tout, qu'est-ce qui l'empêchait de le lui montrer ici, ce ne sont pas les endroits tranquilles qui manquent. De retour d'un long et périlleux périple au Pôle Nord, Hizo répugnait de repartir en voyage, surtout s'il devait embarquer à bord d'un bateau. Il en avait assez des bateaux, il ne pouvait plus les voir ni les sentir. Or donc, à son grand désarroi, le Temple de l'Air austral était une île, donc la question du moyen de transport ne se posait plus. *Argh ! Pourquoi le temple de l'air ! Ça aurait été si simple de faire ça ici. En plus, je n'ai plus un seul vil ! Grrrrr... *

Pour le moment, un autre problème lui vint à l'esprit. Où pouvait-il bien loger pour la nuit, lui qui n'avait pas d'argent en plus d'avoir été expulsé de l'unique auberge de ce village miteux. *Ah, je n'y crois pas ! C'est n'importe quoi cette malchance !* Après quelques heures de recherche dans les environs, il trouva un gros arbre au tronc large, très feuillu, dont les branches semblaient assez solide pour supporter son poids. Hizo opta pour dormir dans l'arbre pour cette nuit, espérant que l'épais feuillage le protégera s'il y avait des intempéries. Il passa le reste de la journée à s'entraîner à sa maîtrise du feu et aux arts martiaux, bien décidé à se mettre en forme pour le lendemain. Le soir venu, épuisé, il grimpa sur une branche située à environ trois mètres du sol et s'y endormit.

**************************************************************

Hizo se réveilla tôt ce matin et ne chercha pas à récupérer les quelques heures de sommeil qu'il lui manquait. La nuit fut houleuse, constamment dérangé par les bruits des animaux sauvages. À un moment, il crut qu'un serpent s'était glissé dans son haut de kimono mais ce ne fut qu'une impression produite par son imagination. Bien qu'expérimenté de ce genre de situation - ayant parcouru de nombreuses régions sauvages du sekaï lors de ses errances - aucun citadin issu de la noblesse de la Nation du Feu ne pouvait complètement s'habituer aux dangers des nuits à la belle étoile. Aussi sa méfiance ne disparaîtrait probablement jamais. Mais pire que tout, son sommeil fut à nouveau troublé par des cauchemars, de plus en plus fréquents lui semblait-il. Les derniers mois furent extrêmement éprouvants pour Hizo, ses nuits régulièrement hantées par des cauchemars concernant sa famille. Plongé au coeur de ces manifestations issues de son subconscient, il voyait sa mère lui confirmer son dégoût à son égard, son mépris et le soit-disant déshonneur qu'il représentait. Il apercevait ses quatre terribles soeurs se moquer, toute aussi sadiques, perverses et manipulatrices dans leur genre. Parfois il croisait l'esprit de son père, aussi flou que dans ses souvenirs. Hizo ne se souvenait jamais de ce qu'il lui disait. *Décidément, je n'aurai jamais un sommeil paisible !*

Tandis que les rayons du soleil le réchauffait, il se rendit compte qu'il était tout en sueur, comme après chacun de ses cauchemars. Il bondit au sol et se dirigea au petit lac qu'il avait découvert hier. Il se lava dans l'eau froide avant de prendre le chemin du village où Ko lui avait donné rendez-vous. Il l'aperçu à l'entrée du village où elle l'attendait.

- Et bien, tu arrives tard. Je t'attends depuis 45 minutes ! lui reprocha-t-elle.
- Comment pouvais-je le savoir ? grogna Hizo. Tu ne m'as pas indiqué d'heures et même si tu l'avais fait, rien ne prouve que je me serais réveillé à temps puisque j'ai dormi à la belle étoile à l'extérieur du village.
- Ah... fit Ko en se souvenant qu'il n'avait pas d'argent. Et tu as bien dormi ?
- Groumph...
- Ce n'est pas une réponse ça, Hizo.
- Bon, qu'importe si j'ai bien dormi ou non ! lança Hizo dont l'impatience le gagnait déjà. Plutôt que de parler inutilement, peut-on monter à bord du navire afin d'atteindre ce temple de l'air le plus rapidement possible ?
* Ça commence bien... Ce n'est pas ce matin qu'il deviendra plus calme.*
Ko esquissa un petit sourire, ce dont Hizo commençait à avoir l'habitude. Le genre de petit rictus qui ne présageait rien de bon. La jeune femme répondit sur un ton presque taquin.

- Un navire ? Qui a parlé de navire ?
- Et comment espères-tu rejoindre l'ÎLE du temple de l'air australe, hein ? À la nage peut-être ?

Ce petit sarcasme amusa la maîtresse du feu. Non seulement avait-elle prévu son coup, mais elle avait aussi prévu la réaction du maître du feu. Elle pointa quelque chose au loin dans la plaine avant de répondre, tout sourire aux lèvres.

- Avec ça !

Hizo porta son regard dans la direction pointée par Ko. Ce qu'il y vit le paralysa de stupéfaction ou d'horreur. Un gros ballon, version miniature des zeppelins de l'armée de la Nation du Feu, était posé dans l'herbe. Plutôt semblable à une montgolfière qu'à un moyen de transport officiel, le maître du feu était certain d'au moins une chose: il n'aimait pas cela du tout ! D'autant plus que la ''cabine'', plutôt un panier à ciel ouvert en fait, n'avait rien de très espacée, alors bonjour la promiscuité ! Un seul mot vint à la bouche du garçon, ressemblant à un gargouilli étouffé:

- ARRGH !!


Dernière édition par Hizo le Mer 2 Fév 2011 - 7:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elda...
***
***
avatar

Féminin Age : 30
Messages : 1839
Date d'inscription : 23/05/2008

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Mar 1 Fév 2011 - 11:41

- Tu as le vertige, demanda gentiement Ko en voyant Hizo s'étrangler de rage ?

Sans même attendre la réponse du jeune homme, elle se dirigea vers la petite prairie dans laquelle avait été monté et attaché le ballon. Elle avait eu du mal à obtenir ce moyen de transport. Persuader le lieutenant de la compagnie voisine de prêter un ballon d'observation à cette "folle dingue de fille du feu" n'avait pas été une mince affaire. Les négociations avaient duré une bonne partie de lui et il avait fini par céder. Les ballons avaient l'avantage d'être rapides. Un voyage en navire à destination du temple de l'air austral prenait deux jour contre une dizaine d'heure avec un tel engin. Bien sûr, c'était largement plus dangereux. Mais le véritable inconvénient était le froid, particulièrement glacial à une certaine altitude.

Ko avait choisit ce moyen de transport parce que ces avantages et ces inconvénients étaient relativement équilibrés. la promiscuité avec Hizo, et le froid dont ils souffriraient seraient une première épreuve. Bien qu'étant en plein mois de juillet, Ko avait tout de même prévu quelques vêtements pour supporter le froid. Elle s'était vêtue d'une veste en cuir de rhinoferoce doublée de laine épaisse. Dessous, elle portait une simple combinaison de coton épais doublé. La tenue était complétée par une paire de gans dont l'envers avait été graissé pour éviter les engelures, et d'une paire de bottes hautes. Hizo quand a lui avait gardé ses vêtements légers. Heureusement que Ko avait prévu une panoplie en plus.

- Mets-ça, dit-elle en lui tenant une combinaison et une paire de gans.

Hizo détailla Ko de haut en bas. Sa tenue était on ne peut plus ridicule. Elle ressemblait à un mécanicien maigrichon. Il était hors de questions qu'il laisse ses beaux vêtements à Terre et enfile cette combinaison affreuse. D'ailleurs il se demandait bien pourquoi elle s'habillait si chaudement. Ils n'allaient pas au pôle nord non plus ! Le temple de l'air n'était qu'à quelques latitudes de là, et à voir les accoutrements des fils de l'air, il ne faisaient pas vraiment froid. Il passa devant Ko, sans prendre la combinaison, et s'appuyant d'une main sur l'osier, il sauta dans la nacelle.

- Comme tu voudras...

Ko monta à son tour dans la nacelle, en effectuant un magnifique salto.

- C'est parti mon Kiki !

Elle attrapa une à une les cordes qui retenaient la nacelle au sol et les brûla légèrement jusqu'à ce qu'elles cèdent. Elle se pencha ensuite sur les côtés pour enlever les sacs de sable qui lestaient le ballon. Ils tanguèrent quelques secondes. Ko croisa le regard terrifié de Hizo, se cramponnant de toute ces forces à la nacelle, blanc comme un linge, regardant tout autour de lui. Le ballon pris peu à peu de l’altitude et se stabilisa. Ko se plaça ensuite au centre du ballon, vérifiant que la flamme était assez importante. Doucement, Hizo relâcha sa prise. Le petit village rapetissait à mesure qu'ils montaient dans le ciel. Ils atteignirent rapidement la bonne altitude et Ko diminua légèrement la flamme. Le froid commençait à se faire sentir.

Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Mer 2 Fév 2011 - 8:11

Hizo n'était pas friand de nouveautés, aussi la sensation de hauteur alors qu'ils prenaient graduellement de l'altitude ne le rassurait pas. Un frisson lui parcouru l'échine lorsqu'il sentit la morsure du froid sur sa peau. Le garçon préféra se caler au fond de la petite nacelle afin d'éviter de regarder en bas. En effet, à cette distance, les gens ressemblaient à des fourmis et les bâtiments prenaient la forme de jouets. Hizo détestait déjà ce moyen de transport qu'il jugeait peu sécuritaire et mal protégé du froid. Le pauvre maître du feu grelottait, cherchant en vain à créer de la chaleur en frottant ses bras dénudés l'un contre l'autre. *Brrrrr ! Quelle mauvaise idée ! Finalement j'aurais préféré prendre un navire... il fait presque aussi froid qu'au Pôle Nord... brrr !... Mais... le Pôle Nord, oui !*

Une idée germa dans son esprit. Il transportait toujours son sac de voyage qui contenait le manteau de fourrure que lui avait donné l'idiot de frère de son amie Kalae, la seule femme qu'il respectait véritablement pour le moment. Mis-à-part les moufles qu'il avait perdu lors d'une de ces innombables chutes dans la neige, l'équipement était complet et parfaitement adapté contre le froid le plus glacial. Sans perdre une seconde supplémentaire, il déballa son sac, fouilla à l'intérieur et attrapa l'épais manteau de fourrure aux couleurs des Tribus de l'eau du Pôle Nord, soit le bleu pâle et le blanc. Il l'enfila prestement puis se releva, fier de sa trouvaille. *Héhéhé, je suis vraiment un type futé !* Il s'aperçut que Ko le dévisageait, son petit sourire amusé ne la quittant toujours pas.

- Quoi ? maugréa-t-il en fronçant les sourcils. Pourquoi me regardes-tu bêtement comme ça ?
- Pour rien. C'est seulement rigolo de te voir porter des vêtements d'une autre nation. Ça ne te va pas très bien.
- Pfff ! C'est mieux que de mourir de froid dans ce panier et puis, je n'ai pas l'air aussi abruti que toi !

Ko se contenta de ricaner sans qu'Hizo en comprenne la raison. En réalité, si le maître du feu avait eu en sa possession un mirroir, il aurait constaté que sa compagne avait raison, ce vêtement ne lui allait pas bien du tout. Tout d'abord, ses cheveux blonds mi-longs contrastaient horriblement avec les couleurs des vêtements des Tribus de l'Eau. Deuxièment, ce type d'accoutrement avait sa raison d'exister au coeur des étendues glacées et enneigées du Nord, mais à bord d'une petite embarcation au milieu des nuages, il avait l'air bouffi. Ko jugea plus sage de ne pas lui en faire la remarque, de crainte de créer un nouveau conflit. Hizo grommela quelque chose d'inaudible puis se cramponna à la nacelle, tenant fermement les cordages qui retenait le ballon.

- Tu as peur ? demanda simplement Ko.
- Je n'ai pas peur ! réagit le jeune maître du feu dans un excès de fierté.
- Pourquoi t'accroches-tu ainsi aux cordes ?
- Ce n'est pas de la peur ! Seulement vois-tu, de savoir que ma vie est placée entre les mains d'une fille idiote et bizarre telle que toi ne m'inspire pas confiance, surtout si nous nous trouvons à plus d'un kilomètre du niveau du sol !

Ko pouvait clairement détectée une petite touche de vérité dans ce qu'il affirmait bien qu'il parlait ainsi davantage par orgueil, pour se sauver la face. N'importe qui n'ayant jamais vécu l'expérience de vol, du moins d'être ainsi exposé au vide, pourrait avoir peur, dans une certaine mesure. Il s'agissait d'une émotion normale. Cependant Hizo refusait de laisser transparaître ce genre d'émotions, surtout en présence d'une femme. Bien qu'ayant quelque peu évolué sur ce point depuis son exil, il se considérait toujours supérieur à elles, aussi se devait-il d'être fort et maître de la situation en tout temps. Il répugnait la dépendance aux autres puisqu'à ses yeux il ne sera jamais mieux servi que par lui-même. Il n'avouerait jamais sa peur ou tout autre sentiment négatif autre que la colère à la maîtresse du feu.
Revenir en haut Aller en bas
Elda...
***
***
avatar

Féminin Age : 30
Messages : 1839
Date d'inscription : 23/05/2008

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Jeu 3 Fév 2011 - 10:27

Le ballon continua sa route dans le ciel, passant de temps en temps dans un nuage, emplissant l'air d'humidité. Ko était debout, surveillant toujours la flamme, tirant de temps en temps pour se rediriger vers le temple de l'air austral. Sous leurs pieds, il n'y avait que de l'eau. Hizo lui, s'était assis dans la nacelle et tentait d'oublier où il se trouvait. Le visage enfoui dans son manteau polaire, ses cheveux plaqués sur son crâne à cause de l'humidité; Ko trouvait qu'il ressemblait étrangement à un ours polaire, quoi qu'un peu maigrichon.

- Quoi, demanda Hizo, senstant sur lui le regard de Ko ?!

- Rien.

Le silence s'installa à nouveau. Il était clair que Hizo n'était pas à son avantage à cet endroit. Il avait le teint pâle de ceux qui supportent assez mal les transports aériens. Assis là, fixant l'osier de la nacelle, il tentait d'oublier où il était. mais il avait beau essayer de penser à autre chose, il finissait toujours par penser que cette femme jouait avec leurs deux vies et que si il y avait un accident, ils feraient tous les deux un plongeon de plusieurs centaines de mètres dans l'océan. Pas qu'il ne sache pas nager, mais à cette hauteur, il était difficile de survivre à un crash, peut importe ce qu'il y avait en dessous. Regardant le ballon rempli d’hélium et la flamme, il se dit qu'il était probable qu'une explosion se produise avant même la chute.

C'était la quatrième fois que Ko conduisait un ballon. Elle se débrouillait assez bien. Même si elle était d'un tempérament tête en l'air, dans de telles circonstances, elle s'avérait être aussi vigilante que n'importe qui. Elle n'avait pas spécialement envie de rejoindre les esprits aujourd'hui, d'autant qu'elle avait vraiment envie de revoir les moines. Elle surveillait le ciel avec attention. Il y avait de gros nuages noirs qui arrivaient par l'est et qui avançaient plus rapidement que le ballon. Diriger un ballon dans un orage n'était pas vraiment une chose facile. Ko fit descendre rapidement le ballon pour pouvoir prendre plus de vitesse et profiter du vent.

- Héééééé !

Hizo fut surpris par le trou d'air.

- Qu'est-ce que...

- L'orage. Il arrive sur nous. nous devons prendre de la vitesse.

Hizo se leva péniblement, et pu constater par lui même que la masse de nuages menaçant se rapprochait d'eux. Il regretta vraiment de ne pas avoir pris un bateau...

Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Jeu 3 Fév 2011 - 11:24

Bien plus près qu'à l'horizon, une masse de nuages noirs, synonyme de mauvais temps et d'orage fonçait droit sur eux et s'étendait aussi loin que sa vue le lui permettait. Un orage signifiait non seulement beaucoup de pluie mais également des vents puissants qui pouvaient parfois atteindre des vitesses meurtrières. Ayant souvent voyagé en mer, Hizo savait également que les tempêtes océaniques étaient de loin plus violentes que leurs vis-à-vis terrestres. Il avait vu des navires sombrer au fond de l'océan lors de tempêtes. Son propre père avait trouvé la mort suite au naufrage de son navire de guerre. Pire que tout dans leur condition, ils ne devaient en aucun cas négliger la menaces des éclairs. Si le maître du feu vivait sa toute première expérience de vol en ballon, il pouvait affirmer haut et fort que si un éclair frappait leur moyen de transport, la toile percerait sans opposer la moindre résistance. Pire, si la foudre les frappait eux-même...

- C'est une blague ? Tu veux dire que nous fonçons droit sur l'orage, c'est ça ?
- Exactement ! déclara Ko comme si l'idée de l'inquiétait pas.
- Argh !!! C'est stupide ! Et tu as choisi CETTE journée pour voyager en ballon, évidemment !
- Excuse-moi de ne pas prévoir les conditions météorologiques !
- Je n'y crois pas ! s'emporta Hizo en ne prêtant pas attention au sarcasme de sa compagne. C'est impossible, je ne peux tout simplement PAS le croire ! N'aurais-je jamais un voyage TRANQUILLE !?!?! Non évidemment, pas moi ! Grrrrr...

Tandis que le jeune homme maudissait sa malchance qu'il qualifiait de légendaire, Ko manoeuvrait le dirigeable de façon à ce qu'il soit à une bonne hauteur, soit à mi-chemin entre l'eau agitée et les nuages menaçants qui s'approchaient d'eux encore plus rapidement qu'elle ne le prévoyait. Ainsi, s'ils devaient s'écraser, ils ne se tueraient pas en percutant les vagues. Advenant une telle éventualité, ils seraient malgré tout confrontés à la mer déchaînée mais bon... Ko y allait une chose à la fois. Pour le moment, l'essentiel était d'éviter que les vents ne balaient le ballon ou que la foudre ne les expédient dans l'autre monde.

L'atmosphère s'alourdissait et les deux aventuriers sentirent les premières gouttes de pluie s'abattre sur eux. Le vent se levait, annonciateur de tempête pour un futur très proche. La maîtresse du feu dirigeait son engin en ligne droite en augmentant la vitesse dès que possible. Hizo comprit ce qu'elle voulait faire. Non seulement ils ne feraient pas demi-tour, mais Ko foncerait directement au coeur de l'orage. En accélérant, elle espérait ainsi le franchir le plus rapidement possible.

- Ko ! cria Hizo afin que le vent n'enterre pas sa voix. Pourquoi restons-nous au milieu ? Essayons plutôt de nous éloigner ! - Parce que le vent nous transporterait trop loin de l'île ! répondit-elle sur la même intonation. Avec de la chance, les vents contraires nous feront garder le cap !
- Qu'est-ce que je peux faire ?
- Rien du tout ! Cramponne-toi !


Le maître du feu fronça les sourcils. En plus de se sentir complètement inutile dans une situation de danger, il refusait qu'une simple femme s'occupe de tout alors qu'une présence masculine était de mise et nécessaire. Hors de question qu'il se terre au fond de l'embarquation comme un lâche d'ailleurs. Fidèle aux traditions de la Nation du Feu, l'honneur était une valeur à laquelle Hizo accordait une grande importance. Porté par ces raisons, il s'approcha de Ko et renouvela son offre en lui lançant un regard insistant. La jeune femme qui n'avait connu jusque là un Hizo grognon, au mauvais caractère et mysogine, rencontra un nouvel homme. Courageux, entreprenant, plein d'assurance et collaborateur.

- Bon très bien ! Occupe-toi d'alimenter le ballon en feu pendant que je piloterai. Si je te dis de couper, tu dois arrêter. S'il faut accélérer, tu devras en mettre plus !

Le jeune maître du feu acquiessa d'un hochement de tête et prit position là où Ko se plaçait pour alimenter le ballon. La pluie ne tarda pas à battre son plein et les deux jeunes maîtres du feu furent rapidement trempés. Mais ceci était le cadet de leur soucis. Un coup de tonnerre sourd retentit. Non loin d'eux, un premier éclair déchira le ciel...
Revenir en haut Aller en bas
Elda...
***
***
avatar

Féminin Age : 30
Messages : 1839
Date d'inscription : 23/05/2008

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Ven 4 Fév 2011 - 9:33

Balayé par les vents violents, le ballon tournoyait vers le coeur de l'orage. Tirant plusieurs jeux de corde dans ses mains, Ko tentait de maintenir le cap. Il faisait presque totalement noir et la pluie tombait en rafales sur les deux maîtres du feu. Le ciel ne jouait décidément pas en leur faveur. Hizo tentait par tous les moyens de garder la flamme allumée, et ce n'était pas une tache facile. Non seulement il risquait à tout instant de se brûler en restant aussi prêt de la flamme, mais le manque de soleil et la pluie diminuait grandement ses capacités de maîtrise.

La foudre continuait à déchirer le ciel, manquant le ballon de peu. Mais Ko savait qu'à un moment où à un autre, les éclairs finiraient par atteindre leur cible et toucher le ballon. Dès que le vent serait moins fort, le ballon sera alors à la merci de la foudre. Et avec tout l'hélium qu'il contenait c'était l'explosion assurée. Il fallait bien calculer son coup, l'erreur serait fatale.

Les vents ejectairent soudain le ballon de l'oeil de la dépression. Ko lâcha les cordes. La secousse qui suivit projeta le deux maîtres du feu dans la nacelle.

- Qu'est-ce que tu fiches bon sang ?!!

Ko ne répondit pas. Il ne fallait surtout pas perdre de temps. Elle se courba en arrière et pris une profonde inspiration avant de se lancer sur la toile du ballon. Elle atterri à quelques mètres du sommet et se hissa sur la toile glissante, s'aggripant aux cordages. Il fallait atteindre le sommet en attrapant les bonnes cordes. Une erreur et ils retourneraient au coeur de la tourmente. Maintenant un équilibre précaire, elle réussi à se mettre à quatre pattes, puis debout.

- Non de...

- Hizo ! Occupe-toi de ton poste !

Le ciel se mit alors à gronder. Voilà ce qu'elle attendait. Elle leva le bras gauche, l'index tendu. La foudre déchira les nuages et atteignit Ko en une fraction de secondes. C'était une sensation vraiment désagréable. Comme si tout le corps était engourdi. Il ne fallait surtout pas que l'énergie électrique atteigne le corps, sinon ce serait la mort assurée. Lentement, Ko fit passer son chi chargé le long de son bras, de son épaule, puis le fit entrer dans son thorax, évitant soigneusement les organes vitaux. Le chi atteignait l'estomac. Ko tendit l'autre bras et l’éclair jailli de son index.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Ven 4 Fév 2011 - 10:46

L'éclair redirigé par Ko pourfendit le ciel horizontalement, l'éclat électrique éblouissant Hizo qui n'avait rien manqué de la scène. Un tel pouvoir se raréfiait. Très peu de maîtres du feu pouvaient se vanter de contrôler les éclairs, la technique supérieure de la maîtrise du feu, mais les rediriger impliquait un tout autre niveau d'entraînement. Pour y parvenir, il fallait non seulement une patience d'or et une détermination d'argent, mais également une expertise quasi parfaite de sa maîtrise. Ko lui cachait quelque chose, au même titre que lui-même dissimulait sa véritable identité. Elle était puissante, très puissante.

Songeur, il continuait d'observer la jeune femme debout sur le ballon. S'ils s'en sortaient vivants, il se jura qu'il lui demandrait des explications. Il devait savoir avec qui il voyageait. Peut-être avait-elle les connaissances et les capacités pour lui enseigner beaucoup plus qu'une technique de souffle chaud. Hizo se surprit même à se demander s'il n'avait pas finalement trouvé le maître qu'il cherchait tant, même si elle n'était qu'une femme. Oui, il la questionnera dès qu'il en aura l'opportunité. Il ne l'oublierait pas...

Une nouvelle bourrasque aussi violente que la précédente l'arracha à ses rêveries. Le dirigeable virevoltait au gré du vent, condamné à ses caprices, alors que Ko cherchait péniblement à retrouver l'équilibre. Le maître du feu remarqua alors que le ballon perdait de l'altitude et n'arrivait plus à maintenir le cap. En bas, les vagues hautes de parfois six mètres se rapprochaient de plus en plus et lècheraient bientôt la nacelle dans laquelle il se tenait. *Mais que se passe-t-il ? On va s'écraser dans l'eau !!!*

- Hizo !!! Le feu ! Va alimenter le feu ! Ton poste Hizo ! Ton poste ! hurla Ko à tue-tête.
- Arrrrgh !!!

Hizo pivota et s'élança le plus vite qu'il le pouvait à son poste. Il fut horrifié de constater que la flamme avait presque complètement disparu et que la toile du ballon se dégonflait doucement avec Ko se tenant dessus. Conscient que les conditions météorologiques affectaient négativement la puissance de sa maîtrise du feu, il ne se cassa pas très longtemps la tête à deviner quelle quantité de flammes il devrait créer. Hizo prit une profonde inspiration, canalisa son énergie, fit appel à ses émotions les plus vives en cette situation (soit la panique, la peur, la détermination et l'instint de survie) et en expulsa le maximum qu'il le pouvait avec une seule paume. De sa main droite jaillit un torrent de feu sous forme d'un jet continu qui entra en contact avec l'helium. Survolté, le ballon piqua droit devant à une vitesse phénoménale, ne tardant pas à reprendre de l'altitude.

Ko venait tout juste de reprendre son équilibre lorsque son compagnon lança sa technique dans le ballon de façon démesurée. Le dirigeable remonta trop vite et accéléra beaucoup trop rapidement pour que Ko ait le temps d'ancrer solidement ses pieds sur la toile. L'impact fut tel qu'elle fut déstabilisée et perdit l'équilibre à nouveau. Mais cette fois, ce n'est pas sur la toile du ballon qu'elle retomba mais dans le vide... - AAAAAH !
Mais heureusement pour la maîtresse du feu, le destin conservait une carte dans son jeu. Dans sa chute qui aurait dû s'avérer fatale, Ko se coinça la jambe dans les cordages. Suspendue par le pied, la tête en bas, elle distinguait avec appréhension la fureur des vagues océaniques.

- HIZO !!! ARRÊTE ! ARRÊTE !

Mais le maître du feu, dont toute l'attention se portait sur l'alimentation du ballon, n'entendait pas les cris de détresse au coeur de cette terrible tempête. Le transport aérien filait à toute allure en évitant de justesse de nombreux éclairs mortels, beaucoup plus par chance que par talent. Le pire était passé et bientôt le calme reprendrait ses droits, suivi du beau temps.
Revenir en haut Aller en bas
Elda...
***
***
avatar

Féminin Age : 30
Messages : 1839
Date d'inscription : 23/05/2008

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Ven 4 Fév 2011 - 11:23

Le ballon filait à une allure folle. Les cordes dans lesquelles était entravée la jambe de Ko avaient par un miracle maintenu le bon cap. Mais ils allaient beaucoup trop vite. Grâce aux vents violents apportés par l'orage, le voyage avait été fortement écourté, mais de combien de temps ?

Le ciel se dégageait lentement. Les nuages noirs avaient laissé place à un brouillard gris. Ni Hizo ni Ko ne pouvaient distinguer quoi que ce soit. Ils ne pouvaient même pas se voir, et pourtant ils étaient à quelques mètres l'un de l'autre. Soudain, Ko senti quelque chose lui frôler l’épaule.

- Hizo ? Hizo tu es où ?

- Je n'ai pas bougé, répondit-il, angoissé. Et toi tu es où ?

- Je... je me suis coincé la jambe dans les cordes. Mais je n'ai rien.

Si ce n'était pas Hizo qui venait de la frôler... Cette-fois la chose passa près de son oreille.

- Il y a quelque chose...

- Je sais je l'ai senti moi aussi.

Un étrange bruit retenti dans le brouillard. Hizo se figea.

- Qu'est-ce que c'est ?

- C'est un fou hurleur. Un oiseau qui niche sur les corniches.

Cela signifiait que la terre était proche. Très proche, même. Ils étaient surement à moins d'un kilomètre des côtes. Mais avec une telle visibilité et la vitesse à laquelle le ballon filait, il se pourrait que l'arrivée soit fatale.

- Nous arrivons beaucoup trop vite ! Il faut que tu...

La voix de Ko fut soudainement couvert pas le cri des centaines de fous qui les entouraient. Ko tenta de se libérer, mais elle était bel et bien bloquée. Tout à coup, le brouillard disparu. Avec horreur, Ko et Hizo regardèrent impuissants les étroites corniches et les rochers pointus de l'île du temple de l'air approcher à toute vitesse.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Dim 6 Fév 2011 - 11:06

- Dégage, sale bête ! grogna Hizo en balayant de la main un fou qui passait trop près de lui.

Le ballon fonçait à vive allure droit sur les corniches et parois rocheuses acérées d'une montagne, où quelque part se cachait le temple de l'air, bien camouflé dans son élément. S'ils percutaient un seul de ces rochers, ils s'écraseraient indéniablement dans la forêt qui se trouvait juste en-dessus. Hizo aurait pu tenter de manoeuvrer l'appareil mais un autre problème l'ennuyait: sa compagne était toujours suspendue dans le vide, son pied accroché à une simple corde. Au moindre impact elle risquerait de se libérer et entamerait une chute mortelle vers le sol. Rongé par ce dilemme, Hizo ne savait comment réagir. Tenter de rediriger le ballon ou sauver Ko. Il trancha finalement pour la seconde option. De toute façon, même si par chance il réussissait à éviter la paroi rocheuse, rien ne prouve que la jeune femme tiendrait suffisamment longtemps dans sa fâcheuse position.

Secouant la tête, stupéfait de sa propre attitude, il s'élança à la rescousse de la jeune femme même s'ils devaient s'écraser par la suite. *Mais qu'est-ce que je fais là, moi !* Dès qu'il rejoignit le bon côté de la nacelle où Ko pendait toujours dans le vide, Hizo prit appui sur la rambarde et se pencha pour constater la situation critique dans laquelle se trouvait sa future enseignante. Il maudit le destin lorsqu'il découvrit que le pied coincé de Ko était parfaitement enroulé dans le cordage, aussi lui faudrait-il ''dénouer'' la corde avant de remonter la jeune femme, ce qui leur ferait perdre encore plus de temps.

- Qu'est-ce que tu fais ?
- Je te sors du pétrin, fille stupide ! Il faut bien qu'un homme le fasse... grommela Hizo en attrapant d'une main la cheville de Ko tandis qu'il démêlait la corde de l'autre.
- Non ! Va piloter l'appareil, nous allons frapper les rochers !!! argumenta Ko.
- Pas question ! Même si je réussissais, le changement de cap serait trop brusque et tu tomberais ! Alors tais-toi pour une fois et laisse-moi faire !

Ko ne trouva rien à redire, peut-être émue de l'attention que lui portait soudainement son compagnon. Tandis que le maître du feu tâchait de la délivrer, la jeune fille posa son regard effrayée en direction de la paroi rocheuse et de ses pics aussi coupants qu'une lame de rasoir. Dans quelques secondes le ballon entrera en collision avec une corniche. Il était à présent trop tard pour revenir en arrière. Hizo devait faire vite afin de se préparer au choc.

- Vite Hizo... le pressa-t-elle sur un ton anormalement calme pour la situation présente.

Un grognement de colère s'échappa des lèvres du jeune homme alors qu'il se démenait toujours avec la corde qui refusait de céder. Soudain, il parvint à la dénouer. De ses deux mains, il attrapa la cheville de Ko et la remonta dans la nacelle en tirant de toute ses forces. Les deux compagnons s'écroulèrent l'un contre l'autre au fond de l'embarcation, soulagés. Mais leur victoire fut de courte durée. L'impact attendu se produisit avant même que la maîtresse du feu ne puisse remercier son homologue masculin. La ballon heurta une corniche coupante qui ne manqua pas de fendre la toile. Un désagréable bruit d'échappement d'air, identique à un fort soufflement, se fit entendre. Transporté par la pression de l'air qui expulsait violemment, le dirigeable piqua vers le bas en zigzaguant comme un petit ballon d'anniversaire que l'on perce.

- AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !

Ko et Hizo se cramponnèrent du mieux qu'ils le pouvaient au fond de la nacelle, se préparant à absorber le choc de la chute. Plus très loin en bas, la cime des arbres apparaissaient.
Revenir en haut Aller en bas
Elda...
***
***
avatar

Féminin Age : 30
Messages : 1839
Date d'inscription : 23/05/2008

RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent Dim 6 Fév 2011 - 14:07

La nacelle accrocha les premiers branchage, secouant voilement ses occupants. La toile déchirée tomba lourdement sur les deux maîtres du feu, et leur atterrissage se termina dans le noir complet. Un dernier choc les lança contre un des bords de la nacelle. Puis le silence. Pendant une minute, ils retinrent tous les deux leur respiration, refusant de bouge pour ne pas déséquilibrer la nacelle. Ils était tous les deux à l'horizontale, Hizo couché sur Ko. D’ordinaire, Hizo aurait reculé voilement et écarté le plus rapidement possible son corps de celui d'une femme. Mais aucun d'eux ne bougea. L'obscurité dans laquelle ils étaient les empêchait de savoir où exactement avait atterri le ballon.

Ko remonta lentement sa main, sans faire de mouvement brusque. Elle béni le ciel qu'Hizo ait une veste si épaisse et ne sente pas son bras remonter le long de son corps.

- Je vais tenter de faire un trou dans la toile pour voir où nous sommes.

Elle avait parlé très doucement car elle savait que le visage de Hizo n'était qu'à quelques centimètres du sien. Elle continua à remonter sa main et se, penchant légèrement en avant, pour la décoincer, son front cogna celui du grand blond. Elle pouffa. Sans doute à cause du stress.

Ko tendit sa main et, sans toucher la voilure, envoya une petite flamme. Soudainement éclairés, ils prirent conscience de leur promiscuité et se sourirent, gênés. Un odeur de brûlé monta bientôt, indiquant que la toile était en train de se consumer. La lumière et l'air frais pénétraient peu à peu dans la nacelle. Ils avaient atterri dans une partie relativement clairsemée de la forêt, la nacelle s'était prise dans les lianes. Ils n'étant qu'à quelques mètres du sol. Ils émirent tous les deux un soupir de soulagement.

- Alors les amoureux, on est perdus !

- Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !!!!

Ko senti ses tympans se boucher. Hizo venait littéralement de lui hurler dans les oreilles.

Le veux moine qui venait de les surprendre, jeta un coup d'oeil dans la nacelle, et reconnu la jeune femme.

- Ki !

Même étouffée sous le poids de Hizo, et à moitié sourde, elle aurait reconnu cette voix entre toutes.

- Shi Fu !

Shi Fu ( de son vrai non Shi Fu Mhi) était le moine qui était chargé de guider les visiteurs jusqu'au temple de l'air austral, seul temple ouvert aux étrangers.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




RPG


MessageSujet: Re: L'air du vent

Revenir en haut Aller en bas

Sujets similaires

-
» Du vent dans mes mollets - Moussafir / Mam'zelle Roüge
» moteur compound de GRAINE AU VENT
» Une pipe de vent...
» Le Vent de Feu
» Utilisation du Flex sur coupe-vent
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: