Partagez|

L'Île du Docteur Koro

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: L'Île du Docteur Koro Jeu 2 Sep 2010 - 8:16

Je suis seul. La solitude devient lourde et mon esprit faiblit alors que passent les jours. Ils me regardent, me dévisagent. Je sens peser sur moi leur regard parfois empli de pitié, parfois d’un mépris que je ne peux comprendre à un âge où l’innocence d’un enfant attire normalement tant de sympathie. Mon défunt père, ma mère et mes sœurs. Sont-ils réellement ma famille ? Aussi loin que remontent mes sombres souvenirs je n’ai eu aucune autre famille. Pourtant je sais que je ne suis pas des leurs, je le sens au fond de moi, je l’entends. Je l’entends cette petite voix qui me dit que je suis différent. Eux aussi semblent l’entendre car ils m’évitent, ils m’ignorent.

Je me vois marcher au coeur de ce brouillard qui ne se dissipe jamais. Je tends la main pour retrouver mon chemin mais l'épaisseur de la brume avale mon bras jusqu'au coude. Comme je l'ai toujours fait, j'avance de mes propres moyens, sans aide, ni guide. Le brouillard se disperse. Je vois mes soeurs aînées s'entraîner avec leurs maîtres dans la cour extérieure. Cet endroit m'est familier mais rien de plus. On dirait que cela ne fait que quelques jours que je suis dans le coin... mais c'est ici que je suis né.

Azuya, Sazoya et Kazumi sont si douées et même Zana semble plutôt habile. Elle n’a que deux ans de plus que moi, pourquoi n’ais-je pas ma chance ? Pourquoi celle que j’appelle «mère» refuse-t-elle de me confier un maître pour m'enseigner la maîtrise du feu ? Je suis faible. C’est ce qu’on ne cesse de me répéter. Faible et sans talents. Mais je ne les crois pas. Au fond de moi je sais que je suis fort et j’aimerais tant leur démontrer. Je ne veux pas passer mes journées à me tenir tranquille, je préfère m’enfuir et me cacher pour les regarder s’entraîner. Elles m’aperçoivent. Mère va encore me punir et Zana va se moquer de moi une fois de plus.

J'entend un murmure. Des paroles venimeuses, telles un souffle de glace, non sans me rappeler la voix de ma mère. Un vent de mépris qui souffle sur une jeune pousse innocente. Je ferme les yeux pour m'échapper à cette torture illusoire et me bouche les oreilles. Mais je suis trop petit et trop naïf pour vaincre le pouvoir de la vérité qui consume mon âme par ces paroles spectrales répétées sans pitié. Des paroles qu'aucun petit garçon ne mérite d'entendre. - Tu n'aurais jamais dû naître... personne ne t'aime... je ne t'aime pas...


*******************************************************************

Hizo se réveilla en sursaut, couvert de sueur. Sa respiration bruyante, anormalement forte, lui faisait mal aux côtes comme si un maître de la terre lui avait envoyé une série de coups. Il lui fallu un moment pour reprendre ses esprits et constater qu'il faisait encore noir dans la petite cabine au coeur du navire dans lequel il voyageait. En reprenant son souffle, le jeune homme s'assit sur le bord de son modeste lit et passa sa main dans sa chevelure blonde. Pour une quatrième nuit consécutive, le sommeil du garçon fut troublé par un cauchemar.

- N'aurais-je donc jamais une nuit tranquille ? grommela-t-il pour lui-même.

Depuis près d'un mois que le maître du feu n'arrivait pas à passer une bonne nuit de sommeil récupérateur. Il ignorait la raison d'une telle anxiété, peut-être était-ce à cause de son séjour agité à la Capitale de la Nation du Feu où il devait constamment être sur ses gardes, mais la crainte de sa famille était certainement un facteur majeur. Hizo arrivait difficilement à s'endormir, faisait des cauchemars presque toute les nuits et ne parvenait pas toujours à se rendormir. D'ailleurs, ses cauchemars avaient tous un lien direct avec sa famille. *Même après plus de 3 années sans nouvelles d'elles, elles continuent à me faire du tort* Pourtant, chacun d'eux étaient différents, se distinguant originalement des autres par leur degré d'angoisse, de perversité et/ou de sadisme.

En fait, ces mauvais rêves n'avaient rien de nouveau. Déjà tout jeune il craignait de s'endormir, souvent victime de terreurs nocturnes, paralysies du sommeil ou autres types de cauchemars. Avec le temps, il était devenu routinier pour le maître du feu de se réveiller au beau milieu de la nuit mais ces derniers temps, la situation avait empiré. Chaque nuit était un véritable calvaire et son agacement devenait visible aux yeux de ceux qui le côtoyaient durant la journée. Peut-être était-ce l'une des nombreuses raisons de la mauvaise humeur qui le caractérisait si bien.

Toujours assit sur le bord de son lit, Hizo poussa un soupir. Il savait bien à présent qu'il n'arriverait pas à retrouver le sommeil, aussi se leva-t-il. Il alluma une bougie à l'aide de sa maîtrise du feu et fut soulagé à la vue de la petite flamme dansante, son éternelle alliée lui apportant du réconfort en ce moment perturbant. Il se dirigea vers la cruche d'eau de sa cabine, y trempa une serviette et lava son corps enduit de sueur. Une fois qu'il eut terminé sa séance de lavage habituelle, il s'habilla et sortit de sa chambre.

Une fois à l'extérieur, le maître du feu senti la morsure du froid polaire, plus hostile encore en pleine nuit. *Qu'est-ce qu'il peut bien faire froid ici !* À chaque expiration, un nuage de buée s'échappait de sa bouche, résultat du climat glacial de la région. En effet, Hizo avait une fois de plus quitté sa terre natale. Sa destination: le Pôle Nord. Pour ce faire, il avait cherché un vaisseau de guerre dont l'ambiance militaire à bord le satisfaisait. Malheureusement, en raison des tensions politiques entre les Nations, aucun navire de guerre n'avait l'autorisation de se rendre en terre étrangère. Il s'était donc résigné, une fois de plus, à embarquer sur un navire marchand après avoir payé son passage et il avait payé un prix exorbitant. La route maritime vers le Pôle Nord n'était pas sans danger. Outre les icebergs et les risques que le navire reste coincé dans la glace lorsqu'il fallait naviguer près des côtes, l'eau était gelée. Les tempêtes étaient donc beaucoup plus difficiles à contrôler et la mort par hypothermie presque assurée en cas de naufrage ou d'hommes à la mer. Ceci sans compter le danger que représentaient les pirates...

Sur le pont, Hizo se dirigea vers le bord. Sous ce ciel étoilé, la mer était calme et il se laissait bercer par la mélodie des vagues. Fixant l'horizon puis l'océan, Hizo frotta ses membres engourdis par le froid pour se réchauffer un peu. Le maître du feu n'avait jamais aimé les voyages en mer. Ici, entouré d'eau à perte de vue, il n'était pas dans son élément. Face au pouvoir indomptable de l'océan, il se trouvait aussi impuissant qu'une mouche prise dans une toile d'araignée. Pire que tout, cela lui rappelait le destin de son père, officier influent de la marine du feu, mort des suites du naufrage de son navire. Si son subsconscient se souvenait du visage de son père, il refusait toutefois de le transmettre au cerveau du jeune homme.

La garçon fut tiré hors de ses pensées par des bruits de pas. Il se retourna et aperçu Azu, le capitaine de ce navire. Si le maître du feu refusait de fréquenter l'équipage que composait le bateau, il respectait néanmoins Azu qu'il considérait comme réaliste et peu envahissant. Il n'était pas le genre de type qui posait des questions. Hizo le laissa donc s'approcher.

- Cette nuit est à l'image de notre voyage, commença-t-il en grattant sa barbe noire, belle et tranquille. L'aube va bientôt se lever.
- Mouais...


Azu, fier patriote, arborait les couleurs de la Nation du Feu avec dignité. S'il avait porté l'armure, Hizo l'aurait facilement confondu avec un capitaine militaire ou un premier lieutenant.

- Tu te lèves encore tôt... tes cauchemars ?
- Aucune importance,
répondit le maître du feu, l'air absent.
- Je ne sais pas ce que tu es venu faire ici mon garçon, poursuivit Azu, et pour être franc, je préfère ne pas le savoir. Mais tu aurais peut-être dû emporter des vêtements plus chaud. Au-delà de cet océan s'étend un pays de neige et de glaciers. Tu n'iras pas loin sans fourrures.
- Oui moi aussi j'ai eu des cours de géographie plus jeune... grommela Hizo que cette conversation commençait à énerver. Je me débrouillerai.

Le capitaine Azu haussa les épaules, indifférent aux sarcasme de son passager. Mais il possédait suffisamment de bon sens pour comprendre qu'il n'avait aucune envie de parler. Aussi préféra-t-il le laisser en paix.

- Nous arriverons à destination durant l'après-midi.

Hizo hocha la tête pour lui montrer qu'il avait entendu. Azu lui donna une tape amicale dans le dos, geste que le maître du feu ne commenta pas, et se dirigea à son poste. Le quart de nuit s'apprêtait à finir et bientôt le navire grouillerait de matelots. Le jeune homme, après un bref soupir, bailla silencieusement et se dirigea à nouveau dans sa cabine. Il y rassembla ses affaires et s'étendit sur son lit où il s'endormit à nouveau pour quelques heures.


Comme l'avait mentionné le capitaine Azu, ils accostèrent au port de la cité de glace, capitale de la Tribu de l'Eau, ses impressionnants remparts de glace bien surveillés dominant le panorama bleu et blanc.


Dernière édition par Hizo le Ven 3 Sep 2010 - 7:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Jeu 2 Sep 2010 - 9:43

Voilà plusieurs mois que j'avais quitter la nation du feu. Après mes aventures plutôt mouvementées, revenir sur ma terre natale était pour moi reposant, je m'y sentais en sûreté.

L'aube se leva doucement, éclairant la petite chambre du dojo des glaces dans laquelle j'avais emménagé. Les rayons du soleil agressèrent alors mon visage, je me retourna dans mon lit et passa la couverture sur mon visage, je n'avais pas envie de me lever. Cependant, le travail m'appelait, j'avais rendez vous avec un élève aujourd'hui pour l'entrainement.

C'est donc en poussant un soupir que je sortie du lit et me frottant les yeux. Après ma toilette matinale, j'ouvris la porte de ma chambre, et enfila un léger manteau. En cette saison il ne faisait relativement pas froid... du moins pour les habitués du la région.
Je descendis dans le réfectoire où déjà élèves et professeur se coutoyaient et discutaient. Une bonne demi heure plus trad, après avoir pris le temps de déjeuner et de discuter avec quelques collèges, je me rendis dans le grand hall du dojo orné de statues a l'effigie de personnages importants et de fresques représentants des symboles de notre tribu. Ces arabesque formaient des longues vagues qui allaient de murs en murs.

Mon élève ouvrit les lourdes portes de glaces du dojo, je l'attendais près de la fontaine centrale et l'accueillit avec le sourire.
Nous nous saluâmes et je lui demanda et commencer l'entrainement. Nous faisons alors des gestes amples ensembles alors que je donnais en même temps des explication sur l'histoire de la maitrise de l'eau. Mon élève apprenait vite, et était plutôt doué. Sa bonne humeur et sa volonté lui était des une force majeure.

La matinée passa une nouvelle fois très rapidement. Nous avions donc pris la direction du réfectoire et montâmes les longs escaliers en colimaçon. Une fois arrivé nous avions mangé a midi avec d'autres élèves et amis. Ces repas étaient toujours très convivials et sympathiques, ce n'était vraiment pas déplaisant de passé du temps au dojo des glaces entouré de ses élèves et de autres professeurs. Mais la fin du repas arriva et l'entrainement du reprendre son cours.

Nous nous sommes donc une nouvelle fois rendu dans le hall du dojo, cette grande salle y était vraiment très pratique pour y pratiquer la maitrise de l'eau. Assez grande pour permettre de grandes attaques ou un déplacement important de l'eau. Nous pouvions être a notre aise sans déranger personne.
Cette après midi, Nous avions jouer a ce lancer des balles d'eau, un exercice simple mais véritablement enrichissant pour l'apprentissage, en effet il permettait de se familiarisé avec l'élément ainsi que son déplacement. Plus tard,il devait également faire lévité l'eau entre des stalagmites que j'avais fait apparaître au sol.
Nous étions déjà en milieu d'après-midi, les exercices s'étaient déroulés a merveilles, il les avait pour la plupart tous réussit sans difficultés. Nous continuons cependant l'entrainement nous en avions fini pas oublier la notion du temps.


Dernière édition par Kalae le Mer 20 Oct 2010 - 18:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Jeu 2 Sep 2010 - 14:29

Pour un maître du feu habitué à l'exotisme de la Nation du Feu et au climat tempéré de celui de la Terre, le Capitale de la Tribu de l'Eau était un tout autre univers, étrange et mystérieux. La cité des glaces se dressait devant l'océan, ultime rempart entre ce dernier et les steppes enneigées qui s'étendaient par la suite. Hizo était impressionné mais ne le démontra aucunement, son stoïcisme naturel ayant de quoi irriter le plus grand sage.

Le jeune homme salua une dernière fois le capitaine Azu. Pour cette situation, ''saluer'' signifiait un bref hochement de tête de la part du maître du feu à l'égard du capitaine, qui lui répondit en lui envoyant la main. Hizo cru toutefois entendre un timide Bon Voyage ! Il quitta donc le navire marchand l'ayant transporté tandis que les matelots déchargeaient la cargaison. Même s'il n'avait rien à reprocher à cet équipage, il ne souhaitait pas entretenir davantage de liens avec eux.

Malgré le froid persistant, le spectacle qui s'offrait à lui était simplement magnifique. Sur les berges, des maîtres de l'eau exerçaient leur pouvoirs à proximité des nombreux bateaux, comme si eux-même avaient la capacité de contrôler les flots. Il se souvint des prouesses de Kalae dans sa manipulation de l'élément eau et aussi ne fut-il pas étonné de reconnaître certains aspects de leur talent. Les imposants murs de glace qui s'élevaient en guise de murailles semblaient bâtis pour résister. Sur ses remparts patrouillaient de nombreux soldats, tous sur le qui-vive. Contrairement à ce qu'il avait apprit, les fils de l'eau semblaient aguerris et disciplinés. De grandes portes permettaient l'accès entre le port et la cité, mais les deux soldats qui montaient la garde dévisageaient le maître du feu avec insistance. Hizo rencontra dès lors son premier problème.

- Que fais-tu ici, fils du feu ? demanda un garde avec suspicion.
- Rien de mal, ni pour vous ni pour votre cité, répondit calmement Hizo. Je demande simplement à passer.

Malheureusement, le jeune homme était un négociateur tout simplement nul et n'avait pas la patience pour jouer la partie de la diplomatie. Aussi, son ton de voix n'avait rien de convaincant pour les gardes qui, avouons-le, avaient toute les raisons du monde de se méfier. Cette épisode n'était pas sans rappeler son voyage à Ba Sing Se (voir Périple à Ba Sing Se, section Monde).

- Tu n'es pas le bienvenue ici. Nous ne pouvons te laisser entrer.
- Ahum...
grommela Hizo qui tentait bien que mal de garder son calme. Je suis ici en mission et je dois rejoindre une connaissance. Ne me faites pas perdre mon temps et laissez-moi entrer.
- Vraiment ? Et quelle est la mission qui te conduit jusqu'ici ?
- Je ne peux le dire qu'à la personne concernée. Mais elle ne menace pas votre ville, vos tribus et même votre peuple.

Les deux soldats échangèrent un regard complice. Le second garde, ironique, s'adresse à son comparse.

- Tu as entendu Keruka ? Il ne peut pas en parler ? Nous faisons dans le cliché aujourd'hui !

- Ah non, ne me faites pas perdre mon temps ! s'indigna Hizo. Je dois entrer dans cette cité pour voir une amie !
- Ah maintenant c'est une amie ? gloussa Keruka. Après de qui s'agira-t-il, de la reine ? Comment s'appelle ton amie et où dois-tu la retrouver ?

Hizo fronça les sourcils en poussant un grognement, furieux d'être la cible de nouveaux sarcasmes. Décidément, tout les gardes d'entrée des villes se sont donnés le mot pour lui rendre la vie dure. Mais il garda néanmoins son calme.

- Elle s'appelle Kalae et je ne sais pas du tout où la trouver. Je sais qu'elle a des élèves, alors peut-être que si je trouve un terrain d'entraînement, si vous en avez dans cet igloo que vous appelez ''cité'' je pourrais obtenir des informations.

À l'expression colérique des gardes, ces derniers ne semblaient pas apprécier la comparaison de leur ville avec un igloo. Sans en faire toutefois allusion, Keruka reprit son interrogatoire.

- Kalae... Kalae quoi ? C'est une ville ici, il doit y avoir des tas de Kalae !
- Hum... Yuka... quelque chose. Yukahura... Yukahari.... ah ! Kalae Yukahiro si je me rappelle bien.
- Je la connais, s'exclama l'autre garde, effectivement elle enseigne la maîtrise de l'eau au dojo des glaces.
- Vraiment... et qu'est-ce qu'une maîtresse de l'eau ferait d'une amitié avec un fils du feu suffisamment idiot pour venir ici en simple kimono ?

Même si Hizo jura intérieurement, ce Keruka disait néanmoins vrai. Il avait plutôt froid et n'était pas vêtu pour le Pôle Nord. Mais il préféra songer à cela plus tard, après tout, Hizo n'a pas besoin de manteau. Au bord de la colère, il répondit aux gardes entre ses dents sans relever l'insulte.

- C'est une vieille connaissance...
- C'est bon, on te laisse passer mais on te tiendra à l'oeil.
- Et essaie de ne pas attraper froid !


Les deux soldats de l'eau éclatèrent de rire.*Bande de crétins !!! Fichez-moi la paix !* Frottant ses mains l'une à l'autre pour se réchauffer, il pénétra dans la capitale des Tribus de l'Eau. Une cité de glace et de neige, spectacle tout aussi improbable que irréaliste pour les yeux d'un maître du feu. En marchant, il fut surpris de longer un canal où de l'eau claire s'écoulait. *Un parfait système de défense pour les maîtres de l'eau*

Il demanda son chemin à un homme qui passait par là. Ce dernier lui répondit poliment sans toutefois s'attarder. Hizo fut étonné de la sérénité des gens de la cité. Alors que les étrangers étaient accueillis avec mépris et intolérance à la Nation du Feu, ici personne ne semblait lui tenir rigueur de sa nationalité (qu'il affichait ouvertement), si ce n'est quelques regards par moment. En fait, malgré ce froid horripilant, le maître du feu se surprit à penser qu'il y faisait bon vivre.

Il arriva finalement au fameux dojo des glaces. Un endroit majestueux, presque mythique où se côtoyaient maîtres et élèves en toute harmonie, même à l'extérieur du bâtiment. Un lieu à la hauteur de sa réputation, presque aussi imprenable que la grande cité elle-même. Ce fut malheureusement à cet endroit que Hizo reçut le plus de regards, alternant méfiance, curiosité et parfois arrogance. Même si personne ici ne pouvait savoir qu'il maîtrisait le feu, la rivalité entre son élément d'adoption et le leur prenait tout son sens. On y enseignait la maîtrise de l'eau, en parfaite opposition avec l'enseignement du feu. Secrètement, Hizo devait se douter que les senseïs enseignaient à leurs élèves comment contrer les techniques de feu. Aussi ne s'attarda-t-il pas trop à l'entrée.

Il entra sans se dissimuler dans le dojo des glaces, ne souhaitant pas passer pour un voleur. Il croisa le chemin de beaucoup de maîtres de l'eau dont certains manifestaient leur mécontentement de sa présence. Étonnamment, les jeunes élèves semblaient les plus intolérants mais le maître du feu expliquait ce phénomène en raison de la fougue caractéristique de leur jeunesse. Hizo lui-même, il n'y a pas si longtemps, aurait pu se vanter d'être très intolérant, à la limite du racisme. Néanmoins, après qu'il eut décliné son identité à de nombreuses reprises, il obtenu finalement les informations qu'il désirait. Son amie enseignait ici. Elle était non seulement présente en ce moment, mais il connaissait maintenant le chemin pour la rejoindre. Il ne put s'empêcher de sourire. Durant le trajet, il craignait qu'elle ne soit pas encore rentrée et donc d'avoir fait tout ce voyage pour rien. Mieux encore, il allait revoir celle qui l'avait considéré comme un ami et frère d'armes.

Hizo longeait le couloir de glace qui menait à une salle très très large. Une salle d'enseignement pour de nombreux groupes lui avait-on précisé. Peu avant son entrée, la voix de Kalae était audible. Seule avec un élève, un garçon de 14 ou 15 ans, elle donnait des explications à ce dernier qui l'écoutait, ses yeux pétillants d'une soif d'apprendre *voilà ce que j'aimerais...* Kalae et son élève étaient seuls dans la géante pièce et ne semblaient pas avoir aperçu le maître du feu qui les observait depuis quelques secondes déjà.

La maîtresse de l'eau montrait à son élève comment séparer une boule d'eau en même temps qu'elle lévitait. Le garçon essaya mais échoua à la première tentative. Ce fut à ce moment que Hizo, adossé sur le cadre de la porte, dévoila sa présence sur un ton plutôt.... humoristique.

- N'écoute pas tout ce que ce qu'elle te dit, elle n'est qu'une femme. Trouve-toi plutôt ''un'' bon maître qui fera de toi un vrai maître de l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Jeu 2 Sep 2010 - 20:25

Séparé une sphère d'eau tout en la faisant léviter n'était pas toujours facile pour les débutants. Je lui avais fait tout d'abord une démonstration et l'invita a en faire de même. Mon élève fit venir l'eau a lui, se concentra et alors qu'il était sur le pont d'y arrivé, la sphère éclata et l'eau tomba au sol. Je n'eus même pas le temps de répliquer que quelque chose interrompis mon élève et moi même.

-N'écoute pas tout ce qu'elle te dit, elle n'est qu'une femme. Trouve-toi plutôt « un » bon maître qui fera de toi un vrai maître de l'eau. Raisonna une voix sur un ton humoristique.

Ce timbre de voix, je le reconnu très rapidement. * C'est impossible?! * Nous avions tourné la tête vers la source du bruit c'est alors que Hizo fit son apparition et entra dans la pièce. Le voir ici, me surprenait totalement, le maître du feu avait un petit sourire moqueur mais néanmoins gentil sur les lèvres et s'avança les bras croisés sur le torse.

-Hizo? Mais... mais qu'est ce que tu fais là? Demandais-je encore surprise.
-Quoi? Reprit il. Tu n'es pas contente de me voir?
-Si, si bien sûr. Mais c'est que, je ne m'y attendais pas. Répondis-je avec un sourire amical.

Mon élève ne savait pas quoi répondre, il reconnu immédiatement aux vêtements de son ainé qu'il venait de la nation du feu et que par conséquent c'était sûrement un maître de l'élément opposé. Mais il ne fit aucunes remarques. Je jeta un rapide coup d'œil vers la fenêtre, grâce au soleil je compris que nous étions en fin d'après midi. Je me tournai donc vers mon élève et le salua en lui annonçant que l'entrainement serait fini pour aujourd'hui.

-Merci Maitre. Dit-il en s'inclinant avec le sourire.

Il quitta la pièce comme un enfant qui quitterait l'école après une dure journée de travail.
Une fois seule je me tournai alors vers Hizo avec un sourire.

-Mais comment à tu fais pour venir jusqu'ici Hizo?

-Grâce a des marchants. Répondit-il sans donner plus de détails.

J'examinai mon ami de haut en bas et me rendis compte qu'il ne portait qu'un simple kimono arborant les couleurs de sa nation. Ses bras croisés sur son torses, il voulait donner l'impression de ne pas avoir froid et d'être insensible.

-Hizo, tu dois être complètement gelé!
-Non. Répondit il en serrant les dents pour essayer de supporté le froid.
-Tu mens moins bien qu'avant. Répondis-je avec des yeux moqueur.

Le maître du feu leva les yeux au ciel en grognant légèrement.

-Aller, viens suis moi. Répliquais-je en le tirant par le bras. Avant toute chose tu ne peux pas rester ainsi, tu vas attraper la mort.
-Et où est ce que tu m'emmène?
-Tu ne peux pas rester en kimono ici.
-Tu veux me faire faire les magasins? Demanda-t- il sur un ton ennuyer.
-Non, je ne peux pas, j'attends de recevoir ma paye... Peut être que l'un de mes frère auront de quoi t'aller.
-Et où ils habitent? Demanda le maître du feu curieux.
- Dans la maison où j'ai grandis. Dans un petit village voisin de la grande cité, ce n'est vraiment pas très loin, quelques dizaines de minutes de marche, si tout va bien... Au fait, pourquoi est tu venu jusqu'ici? Demandais-je a mon tour curieuse.
-Je t'expliquerais tout ça quand je serai décongelé. Répondit le jeune homme en regardant droit devant lui.

Nous étions donc sortit de la salle, pour partir dans le village voisin, voir ma famille. Cependant je n'avais pas encore mis Hizo en garde des drôles de personnages que pouvaient être mes frères, même si ma mère était une personne très douce et reposée tout comme mon père, mes deux frères étaient de grands plaisantins...


Dernière édition par Kalae le Mer 20 Oct 2010 - 19:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Ven 3 Sep 2010 - 7:02

- As-tu fait un bon voyage pour venir jusqu'à ici ? demanda Kalae tandis qu'ils quittaient l'enceinte du dojo des glaces.
- Oui... répondit-il.
- Il n'y a eu aucune encombre en haute mer ?
- Aucune.


*Toujours aussi bavard...* La maîtresse de l'eau aurait aimé attribuer le manque de vocabulaire de son ami à son état gelé. Mais hélas, elle le connaissait suffisamment pour ne pas se poser de questions. Il ne parlait pas pour la simple et bonne raison qu'il n'aimait pas parler, encore moins s'il devait parler de lui quelque soit le sujet, aussi anodin fut-il. Une majorité d'aventuriers trouveraient ce comportement réellement irritant. Quoi de pire que d'entreprendre un voyage sans pouvoir converser avec son équipier ? Mais si cela agaçait Kalae, elle ne le montrait plus désormais.

Réunis une fois de plus, sur la terre natale de Kalae cette fois, les deux jeunes gens marchaient au coeur de la cité des glaces, fréquentant les artères les plus passantes donc les plus importantes, en direction des portes nord de la capitale. Aux yeux de Hizo, cet endroit apportait son lot de fascinations et de richesses. Une cité de glace aux quartiers séparés par des canalisations d'eau, une architecture à l'image de son peuple; créative et émotive. Ici, rien de superficiel. Tout avait sa raison d'être et son rôle à y jouer. Le maître du feu avait l'impression de se promener à l'intérieur d'un bloc de glace. En fait, il se surprit à songer qu'il aimait penser que la cité avait été sculptée à même la glace. Son esprit curieux prenait le dessus sur sa personnalité habituellement stoïque et nonchalante. Son regard allait de gauche à droite et de haut en bas, détaillant ce monde nouveau qu'il avait apprit à détester tout jeune. *Ce n'est pas ce qu'on nous a enseigné !* Kalae remarqua évidemment l'inhabituelle attitude fureteuse de son ami et ne put s'empêcher de sourire.

Mais... (il y a toujours un ''mais'') un détail venait gâcher la beauté de ce milieu inaccoutumé: le froid. Hizo avait très froid et pourtant ailleurs sur le Sekaï la fin de l'été apportait toujours la chaleur bienfaisante si agréable pour la saison. S'il avait su qu'il ferait si froid, il aurait écouté les conseils qu'on lui avait donné. Le maître du feu ne sentait plus le bout de ses doigts, aussi dut-il discrètement utiliser sa maîtrise du feu pour réchauffer son corps engourdis afin d'éviter les engelures. Ses bras nus (son kimono ne les recouvrait qu'à moitié) étaient si pressés contre son torse qu'il se crispait, les dents serrées. *Quel idiot ! À quoi ais-je pensé !?!?!?!?* Par-dessus le marché, le jeune homme apprit qu'au Pôle Nord, les journées étaient plus courtes.

Le noirceur tombait à vue d'oeil comme si le soleil se pressait de se réfugier ailleurs. Lorsque les deux amis franchirent le portail nord, la pénombre s'installait rapidement et ils ne purent voir loin devant eux. Hors dans cette contrée, le paysage ne se résumait qu'à une vaste plaine enneigée, l'horizon étant surplombée de hauts glaciers. Hizo se fiait sur Kalae pour le guider le long de cette route improvisée qu'il croyait n'être qu'une épaisse couche de glace recouvrant l'océan. Et si cela ne suffisait pas, le vent se levait par bourrasques, transportant la neige et le vent polaire sur eux. C'est en reniflant bruyamment que le pauvre maître du feu prit finalement la parole.

- C'est... toujours aussi... aussi froid i... ici ?
- Non, la nuit c'est encore plus rigoureux ! répondit Kalae en s'enveloppant dans son manteau de fourrure, une touche d'ironie dans son ton de voix. Je te rappelle que c'est le Pôle Nord ! À quoi t'attendais-tu en venant ici ?
- Lai... Laisse tomber...

Le garçon renifla une seconde fois. La morve coulait sur ses joues, expulsée de son nez comme une véritable fontaine, et gelait presque systématiquement sur son visage. Hizo aurait voulu s'essuyer le nez mais n'osait pas lever son bras, de peur de perdre le peu de chaleur qu'il réussissait à conserver. De toute façon, son nez était si glacé que s'il le touchait, il craignait de le casser en deux. Il se résolu finalement à employer une seconde fois sa maîtrise du feu pour se chauffer.

Comme Kalae l'avait précisé, ils arrivèrent dans un tout petit village au bout d'une dizaine de minutes, composé de quelques igloos et de 5 ou 6 chaumières en bois d'où s'échappaient une réconfortante fumée par les cheminées, synonyme de chaleur.
Lorsque la maîtresse de l'eau lui avait annoncé qu'ils se rendraient chez sa famille, Hizo fut sceptique. Il se rappelait l'accueil que les grands-parents biologiques de la jeune femme avait réservé à leur petite fille et savait très bien que cette intolérance régnait chez la majorité des foyers de la Nation du Feu et les autres nations le leur rendaient bien. Partout où il avait été, on l'avait accueilli avec soupçons et méfiance. À Ba Sing Se, on l'avait même accusé d'espionnage. Non seulement il redoutait l'accueil que les parents adoptifs de Kalae lui réserveraient mais en plus, que leur dirait-il ? ''Bonjour, je suis Hizo, l'ami de Kalae ?'' ou encore ''Salut salut ! Moi c'est Hizo le maître du feu. Et vous ?'' ? Le jeune homme appréhendait cette rencontre. Mais maintenant, il ne pensait qu'à une chose, se réchauffer ! Son ordre de priorité était modifié.

Kalae et Hizo s'arrêtèrent devant une petite maison en bois. *Où diable prennent-il leur bois dans ce désert de neige ? Je n'ai pas vu un seul arbre depuis que j'ai quitté la Nation du Feu !!!* Avant d'ouvrir la porte (ou de cogner, selon ce que décidera Kalae), la jeune maîtresse de l'eau poussa un petit soupir et se retourna face à son ami. Elle lui lançait un regard sérieux, presque sévère, comme si elle aussi redoutait la ''rencontre'' à venir.

- Bon Hizo... je dois te parler. Avant d'entrer, je dois te ... et bien il y a des conditions à respecter...

*Oui Kalae ! Tout ce que tu veux si ça peut me permettre d'entrer !* pensa-t-il, frigorifié.
Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Ven 3 Sep 2010 - 10:09

Nous étions arrivé au petit village où vivait ma famille adoptive. Arrivé au pallier de a maisonnette de bois, je m'arrêtai au seuil et me retourna sérieusement vers Hizo.

-Bon Hizo... je dois te parler. Avant d'entrer, je dois te... et bien il y a des conditions a respecter...

Le jeune homme me regardait attentivement de ses yeux ambres profonds, le bras croisés jusqu'à cou tentant d'empêcher que le froid ne touche sa peau.

-S'il te plais,
repris-je. Ne fais pas attention a mes frères et a leur remarques, ils sont du style taquin et joueurs. Évite donc te t'énerver. Si cette maison fini en cendre tu aura affaire a moi! Ma famille adoptive ne sont que des artisans et commerçants, nous ne sommes pas les Huang. Or donc, même après tous ce qui pourrait ce passé, reste calme. Pas de menace, pas de feu, et ne casse rien...

Hizo Hocha la tête sans avoir pris au sérieux ce que je disais, trop pressé de rentré au chaud. Je poussa alors un soupir, me retourna et frappa a la porte.

L'on entendit des bruits de pas venir vers nous, la poignet se mit à tournée et la porte s'ouvrit. Ma mère apparut sur le pallier.

-Kalae! S'exclama-t-elle avec un sourire tout en m'enlaçant.

Le regard de ma mère se posa ensuite sur le maitre du feu, elle se détacha de moi et salua Hizo avec le sourire.

-Bonjour monsieur, enchantée.

Hizo fut tout d'abord légèrement surprit et la salua malgré le froid qui le rongeait.

-Maman, repris-je avant toute chose. ça ne te dérange pas si l'on rentre? Il se fait froid.
-Non! Non ! Entrez! Dit-elle en nous laissant le passage.

Hizo et moi étions donc entré dans le petit couloir de l'entrée. Ma mère reconnu évidement, vêtement d'un maitre du feu, mais resta pour autant très naturel. J'enlevai mon manteau et l'accrocha a un petit crochet sur le mur voisin. Ma mère invita Hizo dans le petit salon, près du feu, le jeune homme s'assit donc près de lui et commença a se réchauffer.

-Alors Kalae, reprit ma mère en se tournant vers moi. Qui est ton ami?
-Je te présente Hizo. Il est un ami que j'ai rencontré lors de voyages.

Ma mère jeta un oeil sur Hizo qui grlottait encore legerement, ele prit donc un pique en fer pour raviver les flammes.

-C'est sur que nos températures sont très différentes de seules de la nation du feu. Remarqua ma mère gentillement.

Hizo releva la tête vivement. Le fait qu'il soit un maître du feu ne semblait choquer personne. Le maitre du feu commençait à se sentir beaucoup mieux auprès de son élément qui le réchauffait. Je m'apperçu alors, au bout de quelques secondes que la maison était bien calme, ce n'était pas normal.

-Maman, où est papa ? Demandais je calmement
-Il travail a l'atelier.
-Et Tuko et Luca?
-Ils....ils ne devraient pas tarder.

C'est alors que la porte s'ouvrit en grand et mon plus jeune frère, Luca, âgé de 19 ans entra dans la maison en se frottant les mains. L'on entendit ses pas dans le couloir, et arriva dans la salon. Me voir ici était une surprise et me voir en compagnie d'un ami l'était tout au plus.

-Et bien! s'exclama il en enlevant sa capuche. L'on dirait bien que Kalae nous ramène enfin un homme à la maison.

Nos regards se figèrent de surprise sur mon frère.

-Ce n'est pas ça Luca! Repris-je en posant les mains sur les hanches.

Des bruits de pas qui descendent les escaliers résonnèrent dans la maison et Tuko, mon plus grand frère, âgé lui de 22 ans fit son apparition depuis l'étage où se trouvait les chambres.

-Mais c'est notre petite soeur préférée!
S'exclama-t-il avec entrain lorsque son regard se posa sur moi.


Dernière édition par Kalae le Mer 20 Oct 2010 - 19:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Dim 5 Sep 2010 - 4:52

C'était une expérience à la fois extrêmement étonnante et troublante.. Lui, un fils du feu et maître de cet élément, avait reçu un accueil cordial de la part d'une humble famille d'artisans de la Tribu de l'Eau. Kalae l'avait présenté comme son ami et immédiatement il fut respectueusement accepté par son hôtesse, mère adoptive de la maîtresse de l'eau. Les deux jeunes hommes entrés sous peu ne manifestèrent aucune méfiance, ni-même aucun doute. Cela venait à l'encontre de tout ce qu'il avait appris durant son enfance et Hizo était convaincu qu'ils ne représentaient pas une exception. Jamais durant ses voyages il ne s'était senti autant en sécurité. Le garçon ignorait comment réagir.

Assis dans un salon modeste mais chaleureux, le maître du feu rencontra les fameux frères ''farceurs'' de son amie. Un important foyer régulièrement entretenu réchauffait la maisonette, au grand bonheur d'un Hizo qui commençait à décongeler. Les deux jeunes hommes, Tuko et Lucas, n'avait rien de spéciaux aux premiers abords, aussi le garçon se détentit-il. Seulement, la remarque de Luca le figea, lui faisant comprendre ce que Kalae avait expliqué à propos de leur comportement.

- L'on dirait bien que Kalae nous ramène enfin un homme a la maison.

Kalae réagit aussitôt tandis que Hizo rentra son cou le plus profond qu'il le pouvait dans son kimono, gêné. *Ce crétin croit que moi et elle... arrrghh !* Son frère aîné, Tuko, manifesta son bonheur à la vue de sa ''petite soeur préférée'', attitude plutôt normale au sein d'une famille normale. Après des retrouvailles que même Hizo, un peu bourru, trouvait émouvante, tous les regards se posèrent sur lui, inévitablement. Silencieux et taciturne de nature, Hizo n'était pas un grand parleur mais il sentait qu'il devait dire quelque chose. Un bref coup d'oeil à Kalae lui enseigna qu'elle aussi était un peu mal à l'aise, probablement craintive de l'impression que laisserait son ami. Rien pour lui donner confiance... *C'est gentil de m'aider Kalae ...*

- Merci de ce bel accueil, commença-t-il timidement, c'est très... apprécié. Et ce malgré mes origines... et ce qu'elles représentent.

Le maître du feu avait parlé sans réelles convictions, fidèle à son habitude. Bien que Kalae avait eu cette chance à quelques reprises, Hizo n'aimait pas être le centre d'attention et les conversations, cherchant plutôt à les fuir. Mais cette fois, il n'y avait pas d'échappatoire. Ce fut la mère de Kalae qui lui répondit.

- Nous ne jugeons pas les gens selon leur nationalité ou leur don, mon garçon. On ne choisit pas notre lieu de naissance ou nos parents. De plus, si ma fille vous accorde sa confiance alors il serait injuste de notre part de ne pas en faire de même. Vous êtes le bienvenue ici.

Un frisson parcouru l'échine du maître du feu lorsqu'il entendit ces paroles. On lui avait toujours bourré le crâne à propos des faiblesses sociaux-politiques et l'intolérance des autres nations envers celle du Feu, comme s'ils rejetaient la faute sur le dos des autres. Pourtant les paroles de cette femme venaient de confirmer ce qu'il commençait à comprendre depuis son arrivée au Pôle Nord: ce n'est que le gouvernement de la Nation du Feu qui est intolérante et chercher à rendre son peuple à son image. Prisonnier de ses pensées, il ne se rendit pas compte qu'un silence déstabilisant régnait dans le salon. Heureusement, Kalae vint à la rescousse en posant la question qui la tenaillait depuis sa nouvelle rencontre avec le maître du feu.

- Alors Hizo, qu'est-ce qui t'emmène au Pôle Nord ?
- Hum ? fit Hizo, de nouveau conscient de tout ce qui l'entoure. Ah... et bien je suis toujours à la recherche de davantage de puiss... de connaissances sur ma maîtrise du feu. J'ai fait des recherches très poussées et j'ai découvert une partie de l'Histoire susceptible de m'intéresser. Il y a plus de 60 ans, le prince Zuko emmena l'Avatar dans un caverne quelque part au Pôle Nord et ils y restèrent un bon moment. J'ai des raisons de croire qu'il se cache dans cette grotte des archives de ce passage, des archives importantes pour mon savoir personnel. Je souhaite m'y rendre... mais je ne sais pas où cette caverne se trouve.

La famille Yukiharo écoutait attentivement le récit de leur invité, chacun sachant très bien où il voulait en venir.

- Je dois me rendre à cette grotte, aussi Kalae, tu es la seule dans tout ce pays que je puisse réellement faire confiance, d'une certaine façon. J'espérais que tu pourrais me servir de guide.

Voilà la conclusion à laquelle tous s'attendaient. Kalae répondit calmement, mais avec sa fermeté typique.

- Et mes élèves Hizo, tu y as pensé ? J'ai beaucoup de tâches à accomplir ici...

- Oui je m'en suis rendu compte lorsque je t'ai aperçu avec ce garçon dans le dojo des glaces. C'était une erreur, je comprendrai si tu dois refuser.
- Pourquoi êtes-vous venu ici Kalae, au fait ? demanda sa mère sans arrières-pensées.
- Oh, répondit-elle, Hizo ressemblait à un glaçon alors j'espèrais que Tuko ou Luca lui prêteraient des vêtements.
* Arrgh !!! NON !!* - Ahumm... je précise que Kalae a insisté. Je ne lui ai rien demandé ! s'empressa d'ajouter Hizo, mal à l'aise.
- Ah, aucun problème ! déclara Luca avec enthousiasme. J'ai des vêtements qui devraient lui faire. Enfin, aux couleurs de notre tribu du Pôle Nord, mais s'il me promet de ne pas les brûler, je veux bien les lui laisser.

Le maître du feu fronça les sourcils, incertain sur le sens des paroles de Luca. Le regard insistant de Kalae lui fit immédiatement comprendre qu'il ne s'agissait que du fameux humour, un peu déplacé, de son frère. Hizo corrigea le tir et étira un sourire en forçant un ricanement peu crédible.

- Merci, dit Hizo.
- Hé tu sais quoi ? demande Tuko d'un enthousiasme soudain. J'avais un cadeau pour Luca mais je crois que je vais te l'offrir. Va le chercher dans sa chambre, il devrait être sur son lit.
- Oh ! Je... je ne crois pas que..., balbutia le fils du feu.
- Puisqu'il te dit que c'est un cadeau et qu'il te l'offre ! intervint étrangement Luca.

Kalae connaissait Hizo et elle savait qu'il n'était pas un garçon naïf. Aussi est-ce peut-être la gêne et la peur de mal paraître qui envoya Hizo droit dans un piège. Il se leva et se dirigea vers la chambre de Luca, indiquée par les deux frères. Kalae jeta un coup d'oeil interrogateur à sa mère qui haussa les épaules en signe d'incompréhension. Hizo s'avança, ouvrit la porte, la poussa et dès qu'il fit irruption dans la pièce, un seau d'eau froide lui tomba sur la tête. - HEEEP !

- AH !! Les gars !!!! s'exclama Kalae sur le ton de la reproche.

Luca et Tuko éclatèrent de rire, ce dernier ne pouvant retenir des larmes. Tandis que leur mère les réprimandait, Kalae se retourna vers Hizo, inquiète de sa réaction. Hélas, Kalae avait bien raison de s'inquiéter. Si quelqu'un ici n'aimait pas les blagues, c'était Hizo ! En colère et trempé, il fit volte-face et confronta les deux blagueurs, poings serrés.

- Idiots !!! Ça vous fait bien rire hein !!! Quelle blague de mauvais goût ! Pourquoi est-ce que je finis toujours trempé lorsque je te rencontre, Kalae ?

Une réaction pour le moins inattendue mais pourtant prévisible. La pauvre maîtresse de l'eau espérait de tout coeur que ce cirque ne se produise pas, mais en vain. Et face à une réaction aussi spontanée, Luca et Tuko s'esclaffèrent de plus bel.
Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Dim 5 Sep 2010 - 12:20

Tout semblait bien ce passé, du moins pour le moment. Hizo nous avait expliquer la raison de sa venue et m'avait demander de le guider jusqu'à la grotte où le prince Zuko avait capturé l'Avatar il y a plus de 60 ans. Bien sur je n'y voyais aucun problème si ce n'est mes élèves...

Luca avait également accepté de prêter quelques vêtements à Hizo. Restait a voir si maintenant le maitre du feu accepterait de les porter. C'est alors que mon plus grand frère, Tuko prit la parole en affichant un grand sourire.

-Hé tu sais quoi? J'avais un cadeau pour Luca mais je crois que je vais te l'offrir. Va le chercher dans sa chambre il devrait être sur son lit.
-Oh! je … je ne crois pas que …. Balbutia Hizo gêné.
-Puisqu'il te dit que c'est un cadeau et qu'il te l'offre! Répliqua Luca.

Hizo se leva donc timidement et monta les escaliers de bois qui menaient a l'étage. J'étais resté avec ma mère dans le salon lui demandant quel était la surprise ma mère haussa les épaules me faisant comprendre qu'elle l'ignorait aussi. L'angoisse m'envahit alors soudainement si il s'agissait d'une blague de mes frères, connaissant le maitre du feu il y aurait de l'orage dans l'air.
Tuko et Luca suivirent Hizo a quelques mètres derrière lui, ne voulant loupé aucuns détails.

C'est alors que le bruit de l'eau retentit a l'étage. Un cri de mécontentement se fit entendre dans la maison. Ma mère et moi avions accouru pour voir de quoi il s'agissait et lorsque nous arrivâmes Hizo s'enleva un seau vide de dessus sa tête et fronça des sourcils totalement tremper. Mes deux frère s'esclaffèrent face au spectacle.

-AH !! Les gars!!! M'exclamais je en colère contre eux.

Malgré mon reproche mes frères continuaient de rire parfois même aux larmes. Ma mère essayait tout autant de les réprimander mais le rire de Tuko et Luca venait vraiment du fond du cœur et rien se semblait pouvoir les arrêter.
Hizo laissa tomber le seau au sol se retourna vers mes frères en colère.

-Idiots!!! Ça vous fait rire hein !!! Quelle blague de mauvais goût ! Pourquoi est-ce que je finis toujours trempé lorsque je te rencontre, Kalae?

Face a la réaction du maitre du feu Tuko et Luca riaient toujours, ce n'était pas vraiment méchant, ce n'était pas de la moquerie, c'était juste l'humour des frères Yukahiro. La remarque d'Hizo me fit rire a mon tour, tandis que ma mère levait les yeux aux ciel.

-Ça te fait rire ?!! S'exclama le maitre du feu a moitié surprit et colérique tout en se retournant vers moi.

J'essaya alors de retenir mon rire en me pinçant les lèvres.

-Excuse moi Hizo. Rétorquais je avec le sourire.

Le maitre du feu grogna et lança un regard assassin a mes frères qui commencèrent enfin a ce calmé. Grâce a ma maitrise je débarrassa Hizo de l'eau et la remit dans le sceau. Le maitre du feu s'inspecta sans rien dire et avait garder son regard menaçant.
Luca se remit une nouvelle fois a ricaner:

-Ça me rappelle la fois où Kalae était petite et qu'elle nous avait suivit chez les voisins et--
-Ahh!! Luca! Tais-toi!! L'avais-je stopper affolée en lui mettant la main devant la bouche.
-Tu … Tu... m'étouffes!! Essayait-il de dire en essayant de retiré ma main.
-Je ne suis pas au courant de cette histoire.... remarqua ma mère en croisant ses bras sur sa poitrine.

Mes deux frères et moi même nous étions immédiatement crispé et le silence régna dans la pièce pendant quelques secondes qui aux yeux de mes frères et moi avait duré des heures. Hizo et ma mère s'échangèrent un regard sans réellement comprendre.

-Bon, bon. Moi je... vais y aller!! S'exclama Tuko pour éviter de devoir donner des explications.
-Tuko. Avais je répliqué rapidement. Si tu pars, tu peux passé en ville et leur dire que je serai absente et que mes élèves auront un remplaçant pour les cours a venir.
-Pas de soucis! Ravie de t'avoir rencontré Hizo. A la prochaine! Dit il en partant et en nous lançant un dernier signe de main.
-Ça veut dire que tu m'accompagnes. Conclu le maitre du feu en se retournant vers moi.
-Oui. Je te laisse avec Luca pour les vêtements. Repris-je en tirant ma mère par le bras en en sortant de la pièce.

Je refermai la porte derrière moi pour laisser Hizo avec mon frère. Ma mère et moi étions retourné dans le petit salon assise nous parlions de tout et de rien, me demandant des nouvelles de ma vie a la capital et de mes voyages. Bien sur ma famille était au courant pour les Huang et beaucoup des aventures que j'avais vécu jusque là. Évidemment j'avais évité d'insisté sur le danger de mort, je ne voulais pas les inquiéter.

Lorsque Luca redescendit des escaliers, suivit de Hizo qui portait les vêtements typiques de notre tribu qui lui permettraient de supporté le froid extérieur qui pour je jeune maitre était insupportable.
Le regard dépité traduisait bien que le maitre du feu regrettait son kimono rouge, mais il n'avait pas vraiment le choix.
Enfin prêt, nous allions pouvoir partir a la recherche de la grotte du prince Zuko. Je tapa dans mes mains comme pour nous motivé.

-Vu que Hizo est prêt, nous allons y aller.
-Vous ne restez pas diner? Demanda ma mère, nous sommes déjà en fin d'après midi.
-Je pense qu'il serait mieux de partir tout de suite. De plus papa va rentré du travail bientôt, il sera fatigué.

Trouver des excuses pour ne pas resté, j'étais devenue une professionnelle dans ce domaine. A vrai dire je savais très bien que si nous restions ici pour la soirée mes frères ne pourraient s'empêcher de faire de siennes. Et connaissant bien Hizo et son caractère bouillant il fallait mieux ne pas trop tiré sur la ficelle.
Ma mère se dirigea vers la cuisine et ressortant en nous donnant une bandoulière.

-Voici quelques provisions, sait on jamais...
-Merci. Avais-je répondu en cœur avec Hizo.

Après avoir remercié ma mère pour son hospitalité et dit au revoir à elle et Luca, Je remis mon manteau de fourrure et ouvrit la porte. Je salua une dernière fois ma mère et mon frère avant de sortir. Une fois dehors Hizo constata l'efficacité du manteau de fourrure qu'il portait.

Nous avons quitter le village a pieds marchant sur la banquise glissante où devant nous s'offrait un panorama de montagnes enneigées et d'iceberg.


Dernière édition par Kalae le Mer 20 Oct 2010 - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Lun 6 Sep 2010 - 15:16

Hizo portait désormais les vêtements traditionnels des Tribus de l'Eau pour combattre le froid rigoureux, soit un anorak en fourrure épaisse, surmonté d'un capuchon. Luca lui avait prêté une paire de moufle qui bien qu'elles gardaient ses mains au chaud détérioraient sa dextérité manuelle. Pour finir, il avait enfilé des hautes bottes de fourrure qui le protégeraient des engelures. Tout ces vêtements étaient de couleur bleu et blanc, typique des fils de l'eau et le maître du feu regretta son confortable kimono. Mais pour voyager au Pôle Nord, il devait s'adapter.

Après avoir sincèrement remercié la mère et les frères de Kalae pour tout ces présents et leur hospitalité, les deux compagnons quittèrent la maisonnette et entreprirent un nouveau voyage. Une fois à l'extérieur, Hizo sentit immédiatement la morsure du froid sur son visage, tel un claquement de fouet. Son premier réflexe fut de serrer son capuchon au maximum,tellement que seul son nez en dépassait. Malheureusement, il n'y voyait rien alors il dut l'ajuster afin d'obtenir une vision convenable. La nuit semblait être tombée depuis longtemps et comme Kalae lui avait mentionné plus tôt, les nuits ici étaient encore plus froides que les journées. *Grrrrr, qu'est-ce qu'il fait froid !!!*

- Ta famille, commença Hizo sur un ton incertain, ce sont des gens biens... très bien.
- Ah... merci, répondit simplement Kalae en esquissant un petit sourire que Hizo ne put voir.

Le jeune homme en vint à songer à sa propre famille et ne put s'empêcher de frissonner de dégoût. S'il avait désiré leur présenter quelqu'un, ses soeurs auraient profité de l'occasion rêvée pour l'humilier devant cette personne, jouant de méchanceté et de moquerie. S'il leur avait simplement présenté une fille, elles lui auraient rendu la vie si insupportable que cette fille n'aurait jamais voulu remettre les pieds chez eux, ni même reparler à Hizo. S'il oserait emmener une fille de l'eau chez lui, maîtresse de son élément qui plus est, leur réaction aurait été pire que celle des Huang. Sa mère l'aurait horriblement méprisé, encourageant ses filles (les soeurs de Hizo) à faire de même.
Aujourd'hui, la famille de Kalae l'avait accueillit comme un ami et cela ne manqua pas de le surprendre. Peut-être était-il un peu jaloux au fond de lui ?

Kalae et Hizo marchaient côte à côté dans la neige, le petit village étant maintenant loin derrière eux. Si Kalae avançait avec une certaine facilité, Hizo lui peinait à se déplacer dans toute cette neige qui lui arrivait juste en bas des genoux. La maîtresse de l'eau, ayant vécu toute sa vie dans ce milieu de neige et de glace, n'éprouvait aucune difficulté à se mouvoir dans son environnement. Mais pour le maître du feu, rien n'était encore gagné. Pire encore, il ne pouvait même pas voir ce qui se cachait en-dessous de la neige, aussi il ne put apercevoir qu'il avançait sur de la glace... et la glace, c'est glissant. Déséquilibré, il dérapa et tomba sur le dos. - AOUHH !! Sur le dos dans la neige avec autant d'épaisseur de fourrures, Hizo ressemblait à une tortue à l'envers, il ne pouvait pas se relever.

- GRRRRR !!! Je déteste cet endroit !! Je le haïs !!! grogna-t-il furieusement à l'intention de Kalae comme de lui-même.

Devant une situation aussi loufoque, la réaction colérique du maître du feu n'aidant pas sa cause, Kalae ne put s'empêcher de ricaner. Elle le fixa tandis qu'il était coincé dans la neige, en croisant ses bras.

- Il faut regarder où tu marches, Hizo !
- Aide-moi donc à me relever au lieu de dire des âneries, fille idiote !!! s'exclama-t-il.

Ricanant à nouveau, le petit brin de femme qu'était Kalae tendit ses bras et aida le robuste garçon à se remettre sur pied. Contrarié, Hizo donna un violent coup de pied dans la neige pour manifester son mécontentement mais manqua de glisser à nouveau. Déséquilibré, il dut prendre appui sur l'épaule de la maîtresse de l'eau pour ne pas tomber encore une fois.

- Comment veux-tu que je regarde où je marche ! Je ne vois même pas où je met les pieds ! Qu'est-ce que ton peuple attend pour déneiger tout ça !?!?!?!?

Kalae secoua la tête en poussant un petit soupir. Hizo était vraiment incorrigile. *Déneiger le Pôle Nord........franchement....* Mais la jeune femme n'en était pas agacée. Elle connaissait son ami et son caractère faisait en quelque sorte parti du ''patrimoine'' de leurs aventures. Ils reprirent donc leur chemin, la jolie femme marchant en avant cette fois afin de guider le maître du feu, non sans le prévenir que les couches de neige camouflaient souvent de la glace. Hizo acquiesça en grommelant puis suivit Kalae en essuyant son nez qui recommençait à couler.

Au fur et à mesure que le temps passait, les bourrasques de vent polaire devenaient encore plus violentes, rendant leur déplacement difficile. Kalae s'arrêta et se retourna, s'adressa Hizo en haussant le ton afin qu'il puisse l'entendre malgré le boucan d'une tempête en devenir.

- Nous allons nous arrêter pour la nuit ! Cela devient trop dangereux !
- Nous arrêtez ? répéta Hizo stupéfait. Parce que je suppose qu'il y a un village à proximité de ce désert de neige ?
- Arrête de te plaindre... regarde plutôt.

Kalae leva les bras et avec sa grâce habituelle, elle débuta une série d'enchaînements harmonieux. Hizo comprit ce que son amie faisait. La glace et la neige s'éleva du sol et prirent la forme que le souhaitait Kalae, soit celle d'une petite habitation. La maîtresse de l'eau venait de créer un igloo.

- Hum... mouais... c'est pas mal...bougonna le garçon.

Ils entrèrent à l'intérieur de la création de Kalae. Ce n'était ni grand, ni très haut, mais une étrange chaleur y régnait, comme si ces murs de glace empêchaient le froid de pénétrer dans l'igloo. Hizo venait d'apprendre quelque chose. *Pas mal... mais si j'avais du combustible, je pourrais faire un feu.* C'est alors que le jeune homme se rendit compte qu'il était épuisé. Marcher dans un tel environnement exigeait beaucoup d'efforts, bien plus qu'il ne pouvait l'imaginer. Il bailla longuement et s'allongea sur le sol de l'igloo.

- Nous aurions dû emporter des couvertures... chuchota-t-il.
- Ce ne sera pas nécessaire, nous devrions arriver assez tôt demain. Ce n'est pas une seule mauvaise nuit de sommeil qui t'empêchera d'atteindre ton objectif, n'est-ce pas Hizo ?

Le maître du feu ne répondit pas. Des mauvaises nuits de sommeil, il ne pouvait plus les dénombrer à présent. Bientôt, les seuls bruits audibles était ceux du vent qui percutait l'igloo et le déplacement de la neige à l'extérieur. Les deux amis s'endormirent finalement. Cette nuit risquait fort bien de ne pas faire exception, Hizo allant probablement être victime de nouveaux cauchemars.
Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Lun 6 Sep 2010 - 22:35

C'est dans le calme que nous nous étions endormi bercé par le bruit du vent. Le petit main n'était pas encore levé, l'étoile polaire était encore bien haut dans le ciel. Emmitouflée dans mon manteau de fourrure qui me servait comme une couverture rien ne semblait pouvoir interrompre mon sommeil. Le jeune maître du feu de son coté semblait avoir un sommeil agité. Il ne cessait de se retourné sur lui même comme torturé par une pensée.

Hizo se réveilla alors en sursaut, se dressant d'un coup en poussant un gémissement couvert de sueur. Cette agitation soudaine et le cri d'alerte de mon ami me réveilla a mon tour dans un sursaut, dans ma précipitation, je me cogna la tête contre la glace de l'igloo. Je porta mes mains à ma tête et me mis alors à frotter mon crane de façon vigoureuse pour chasser la douleur.
Mon regard se déporta vers Hizo, sa respiration forte et son regard perdu traduisait une détresse ou une peur absolue. J'en conclu alors qu'il devait s'agir d'un cauchemar. Le jeune homme porta sa main a son visage et s'essuya le front d'un revers de manche.

-Ça va bien Hizo?
Demandais-je légèrement inquiète.
-Oui! Répondit-il en détournant le visage.
-Tu as fais un cauchemar?

Hizo ne me répondit pas et se recoucha en me tournant le dos comme a son habitude.

-Tu veux en parler....? Repris je en espérant le soulager d'un poids.
-Je t'ai dis que ça va. Tais-toi et dors. Dit-il agacé

Hizo s'enroula dans son manteau et ferma les yeux a nouveau, je lança un regard triste vers le maitre du feu. J'ignorais ce qui le tracassait mais resté avec un tel sentiment dans le cœur n'était pas une bonne solution. Je me recoucha de mon coté, et même si le jour ne tarderai pas à ce lever nous avions essayé de dormir à nouveau quelques temps.


Peu de temps après, dès les première rayons du soleil, nous étions déjà debout. Hizo fut le premier a sortir de l'igloo je le suivis alors et m'étira une fois dehors en prenant une grande bouffée d'air frai. Hizo inspecta les horizons et semblait avoir oublier l'incident de cette nuit, où du moins c'est ce qu'il voulait faire croire.

L'on du se remettre en route rapidement, il nous restait encore deux jours de marche, un jour si l'on arrivait à avancer rapidement... Mais vu a quelle fréquence Hizo ne cessait de dérapé sur la glace ou de s'enfoncer dans la neige. Nous allions certainement mettre deux jours avant d'arrivé à la grotte, même si je passais mon temps a rire des glissades du maitre du feu lui ne cessait de grogner.
Ce fut réellement la première fois où Hizo avait entendu mon rire, un rire sincère, que je ne pouvais retenir a chacune de ses glissades et face a son agacement.

Nous avions passé la matinée à marché dans un paysage digne d'un des plus beau conte de Noël. Nous étions au beau milieu d'une montagne enneigée, le climat était plutôt agréable, aucune bourrasques de vent n'agressait notre visage, pour l'heure du repas nous nous étions arrêté quelques minutes. Les provisions que ma mère nous avait donné s'étaient avérées très utiles.
C'est alors qu'un grognement étrange attira notre attention. Hizo et moi avions échanger un regard interrogateur et nous étions retourné.

Une grande famille d'ours polaire dont les adultes atteignaient entre les 2 à 3 mètres, se trouvait à une petite distance de nous, sûrement attiré par l'odeur de la nourriture. Quelques oursons tout a fait adorable s'avancèrent vers nous. Je me leva alors doucement et recula de quelques pas. Hizo ne bougea pas et regardait les petites bêtes attendrissantes sans se soucié du danger.

Les parents voyant que leur progéniture s'approchait de nous sans méfiance nous lancèrent un ronflement inquiétant en nous menaçant de leurs dents sur-dimensionnées. Hizo se leva alors violemment et recula à son tour. C'est alors que l'un des animal carnivore se mit alors a nous chargé de ses cinq cent kilo. Et malgré son poids sa rapidité était des plus affolante.

Hizo et moi nous prîmes alors nos jambes a notre cou. Et malgré ça, la neige semblait encore handicaper le maitre du feu dans ses mouvements. Je tirais alors Hizo par la manche pour essayé de l'extirper de là.

-Cours! Cours!!

Hizo réussit a se dégager rapidement et se mit a courir à coté de moi. Mais la neige était particulièrement fine ici et même moi, il m'arrivais de m'y enfoncé jusqu'aux genoux. L'ours cependant ne semblait pas être gêné et continuait sa course meurtrière en nous menaçant de ses grognements effrayants.
Avec quelques geste de main je transforma alors la neige en une grande plaque de glace grande d'un petit mètre.

-Monte dessus Hizo!! Ordonnais-je en me dégageant de sous la neige.

Le maitre du feu s'exécuta et monta sur la plaque de glace je le rejoignis quelques secondes plus tard et m'instala a l'avant de la planche.

-Il arrive!! S'exclama Hizo en regardant l'animal se rapprocher de nous.

En poussa le sol de mon pied je fis alors glisser la planche vers la pente enneigée qui se dressait devant nous. A vrai dire, je n'avais encore jamais surfer, ni en mer ni sur la neige. Et je pense que le maitre du feu non plus et cette expérience était autant nouvelle à lui qu'à moi. Mais nous n'avions pas le choix c'était le seul moyen pour semer ce monstre.

C'est en poussant un cri que Hizo et moi nous étions engagé sur la grande pente enneigée les pieds solidements posés sur le snow board de glace. Il n'y avait pas vraiment d'endroit où s'accrocher sur la planche nous devions compter su notre équilibre et notre entre aide pour tenir en place.

Mais malgré le fait que nous prenions de la vitesse dans notre glissade, l'ours continuait à nous charger.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Mar 7 Sep 2010 - 6:44

Le duo de hardis aventuriers que formaient Kalae et Hizo dévalait cette pente interminable qui devenait de plus en plus raide. L'ours à dents de sabre qui les poursuivait était énorme, un véritable monstre, jamais Hizo n'en avait croisé d'aussi gigantesque et les grognements menaçants qu'il poussait signalaient un appétit aussi insatiable que sa férocité. Grâce à la nouvelle création de Kalae (la planche de glace), ils fonçaient à toute allure sans s'enfoncer dans la neige, semant ainsi le terrifiant ursidé blanc.

En jetant un rapide coup d'oeil derrière lui, le maître du feu aperçu l'ours cesser la poursuite, se contentant de regarder ses proies s'enfuir en poussant un grondement grave. *Nous avons réussi ! Rentre-toi ça dans le crâne, sale bête !!!* Fier de leur victoire, Hizo porta son regard à l'avant, le sourire aux lèvres, mais n'eut pas le temps de manifester sa joie. En effet, la pente devenait si raide qu'il était impossible à Kalae de faire freiner sa planche de glace. De plus en plus rapide, la descente devenait si dangereuse que le jeune homme si figea, se retenant du mieux qu'il le pouvait.

- Arrête-moi çaaaa !!!!! hurla Hizo à sa compagne en espérant qu'elle pouvait entendre.
- Je ne peux paaas ! répondit-elle aussi fort.

Hizo découvrit une nouvelle émotion en lui: celle de la vitesse. Malheureusement, il s'agissait d'une émotion négative, le garçon détestant cette rapidité excessive. La pente, toujours plus abrupte, semblait sans fin et ils continuaient d'accélérer. Fort heureusement, Kalae contrôlait sa planche improvisée d'une main de maître. Mais comme dit le proverbe: Quand ça va mal, ça va mal... En effet, Hizo aperçu la fin de la pente... malheureusement, il s'agissait de l'escarpement d'une falaise.
- Oh non !! s'affola la maîtresse de l'eau. La réaction de la jeune femme acheva le peu d'assurance restant à Hizo qui espérait au moins que son amie savait ce qu'elle faisait. Ayant désormais la confirmation du contraire, le maître du feu observait horrifié le bord de la falaise tandis qu'ils fonçaient droit dans le vide, leur position surélevée offrant une vue incroyable dont les deux amis n'en avaient pour le moment rien à faire. *Arrrgh mon dieu ! Je vais mourir, on va mourir ! C'est la fin !* C'était clair dans l'esprit de Hizo, ils allaient s'écraser au sol, sur la glace et la neige. Durant les 3 secondes précédant la chute inévitable, la maître du feu vit toute sa vie défiler devant lui.

Au tout dernier moment, le jeune homme fut prit d'un réflexe plutôt embarrassant. *Arrrrgh... non, je ne veux pas voir ça !!!* Positionné à l'arrière sur la planche de glace, il se cramponna fermement à Kalae, passant ses bras autour de sa taille et cachant son visage crispé dans le dos de la fille de l'eau qui émit un petit cri de surprise. Mais elle ne put s'étonner davantage car l'instant fatidique arriva. La planche quitta le sol et furent projetés dans les airs grâce à l'élan de leur vitesse. Les yeux exorbités de terreur, Kalae fit de son mieux pour s'accrocher à la plaque de glace afin que leurs pieds ne la quittent pas.

Ce moment sembla durer une éternité. À plus de 150 mètres du sol, la planche resta en suspension pendant une fraction de seconde avant que la gravité ne reprenne son rôle et ne les fasse chuter. ''Tout ce qui monte doit retomber''. C'est ce qu'il se produisit. Les pieds toujours sur la planche de glace, les deux compagnons retombaient en poussant un long cri. - HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!!

Mais par un heureux miracle, ils ne s'écrasèrent pas dans la neige. En chutant, la planche fut redirigée et ils tombèrent dans une autre pente qu'ils recommencèrent à dévaler à toute allure. Mais cette fois, les deux téméraires amis étaient déséquilibrés et la plaque de glace zigzaguait dangereusement. Hizo, encore sous le coup des émotions, s'agrippait toujours désespérément à Kalae qui n'arrivait plus à diriger sa planche.

- Hizo lâche-moi, tu m'empêches de contrôler la descente !!!!! lui cria-t-elle à tue-tête.

Hélas, le maître du feu refusait de lâcher prise et Kalae ne put éviter l'épais monticule de neige qui s'élevait face à eux. La plaque de glace piqua dans la neige et l'impact propulsa Kalae et Hizo dans les airs, plusieurs mètres devant eux. La maîtresse de l'eau s'écrasa sur le ventre, terminant son atterrissage en roulant quelques mètres plus loin tandis que Hizo s'enfonça tête la première dans un banc de neige.

- Aooowwww... gémit Kalae en se relevant lentement.

Elle balaya la neige sur son manteau de fourrure avec ses mains et chercha son ami en regardant autour d'elle. Elle le trouva finalement, seules les jambes du maître du feu dépassaient du banc de neige qu'il remuait frénétiquement. Devant cette posture cocasse, Kalae ne put étouffer un rire alors qu'elle s'empressa de tirer Hizo de sa fâcheuse position. Ce dernier en ressorti en tremblant, complètement recouvert de neige, son visage toujours marqué par les émotions fortes qu'il venait de subir.

- Ça va Hizo ? demanda gentiment Kalae. Rien de cassé ?
- Grrrrrrrrr... oui tout est cassé ! cracha furieusement Hizo en faisant référence à son orgueil. Je haïs cet endroit, je haïs ce froid, je haïs toute cette neige, je haïs ces montagnes et je déteste par-dessus tout les descentes sur des planches de glace !!! Ah... et je te déteste toi aussi, Kalae !!! En plus, nous sommes perdus ! Grrrrr !

Kalae se retint pour ne pas éclater de rire. Elle savait très bien qu'il ne pensait pas ce qu'il disait lorsqu'il précisait la détester elle aussi. La maîtresse de l'eau connaissait suffisamment son ami pour ne pas prendre au sérieux tout ce qu'il pouvait déblatérer lorsqu'il s'emportait. Elle savait que ce n'était pas sérieux, il fallait seulement le laisser se calmer. Aussi, elle préféra ne pas commenter tout ce qu'il venait de dénigrer pour ne pas le provoquer davantage. Elle se contenta de répliquer à sa dernière phrase, non sans cacher son amusement.

- En fait, si je ne me trompe pas, cette descente au fond fut un ''raccourci''. Nous avons gagné du temps. Nous n'avons qu'à poursuivre en cette direction et nous devrions arriver bientôt.
* Ahum... pourvu que tu ne te trompes pas !*

Kalae pointa la direction que Hizo croyait être le nord. Sans perdre de temps, les deux amis re remirent en route, Hizo restant en retrait pour bouder plus tranquillement. Après quelques minutes de marche, la fille de l'eau entendit son ami geindre derrière elle.

- J'ai perdu mes mitaines.
Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Mar 7 Sep 2010 - 16:55

Nous marchions vers le nord calmement. Nous nous étions enfin remit de notre grande frayeur et avions reprit notre route. Cette glissade nous avait cependant bien aidé, nous avions gagné beaucoup de temps. Peut-être que demain matin, ou ce soir avec beaucoup de chance nous arriverions a notre destination.
Perdues dans mes pensées alors que je réfléchissais a l'itinéraire que nous empruntions. Hizo marchait derrière et boudait comme a son habitude. Sa voix me fit alors sortir de mes rêves.

-J'ai perdu mes mitaines. Constata-il.

Je me retourna et jeta un coup d'œil au maitre du feu. Ses mitaines avaient effectivement disparuent, sûrement pendant notre fuite. Je lui aurait bien donner les miennes seulement je les portais que très rarement et je ne les avais pas sur moi. De plus il était presque certain qu'Hizo aurait refusé d'enfiler mes mitaines ne serais ce que par fierté. Mais qu'allait penser mon frère?
Hizo et moi échangions alors un regard, nous venions de penser à la même chose: Luca.

-Tu crois qu'il va être en colère? Demanda le maitre du feu curieux.
-Nous lui expliquerons la vérité. Répondis-je. Si il accepte de la croire....

Je regardais une nouvelle fois l'horizon, enlevant doucement la capuche de mon manteau pour la rabattre dans mon dos. Puis je me retourna une nouvelle fois vers le maître du feu qui levait haut les genoux pour avancer dans la neige.

-Nous arriverons sûrement demain dans la matinée à la grotte que tu recherches, elle n'est plus qu'à quelques kilomètres.

Hizo posa alors son regard sur les montagnes aux neiges éternelles. Quelque part, part-là, la grotte qu'il cherchait l'attendait patiemment. Nous avions encore marché le reste de l'après midi. Sur notre chemin nous n'avions rencontré aucun autre ours blancs, si ce n'est quelques hordes pingouins même si ils était relativement loin de la mer ce qui était plutôt surprenant mais pas impossible ainsi que de timides renards polaires qui restaient tapis dans le neige, se méfiant des étrangers.

Vers la fin de l'après midi, le soleil commençait à vite disparaître derrière les montagnes. Et malgré le ciel étoilé qui commençait à faire sa timide apparition Hizo et moi continuions de marcher l'un a coté de l'autre dans la neige. Quelques légers nuages de buée s'échappaient de notre bouche lorsque nous parlions où tout simplement lorsque nous expirions l'air avec notre bouche.
Le paysage se faisait de plus en plus sombre. Hizo éclairait nos pas d'une petite flammèche qu'il maintenait dans le creux de ses mains. Je me stoppa net sans prévenir, Hizo se heurta a moi en faisant attention de protéger sa petite flammes prise dans ses paumes de mains.

-Fais attention!! Dit il en passant ses mains sur le coté pour éloigner la flamme de mon visage.
-Hizo. Arrêtons nous une nouvelle fois pour la nuit. Demandais-je calmement.
-Pourquoi? La grotte n'est plus qu'a quelques kilomètres tu m'as dis. Ne perdons pas de temps!

Hizo fit quelques pas décider et finit par me dépasser, il avança sans se retourné éclairant le sol devant lui.

-La nuit des animaux dangereux trainent dans les parages. Repris-je au loin.

Le maitre du feu s'arrêta à son tour, il ne se retourna pas et resta silencieux.

-Je pense qu'il est préférable d'attendre demain matin, et puis, ça nous donnera une occasion de se reposer de nos émotions d'aujourd'hui. Repris-je

Hizo grogna dans son coin, mais ne me contredit pas. Il préférait, tout comme moi attendre le lendemain matin pour aller à la grotte que de risquer une nouvelle fois sa vie contre une bête sauvage.
Je construisis alors comme la veille un petit igloo grâce a ma maitrise de l'eau. Hizo fit demi tour et éteignit sa flamme. Notre regard se leva vers le ciel étoilé où des rideaux de couleur apparurent et sillonnèrent le ciel enflammant les cieux du grand nord. Une aurore boréale venait de naître. Voilà longtemps que je n'avais plus eu l'occasion d'en apercevoir une, un petit sourire rassurant se dessina sur mes lèvres. Le maitre du feu resta le nez en l'air et les yeux grands ouverts face à ce phénomènes physique de toute beauté.

Après quelques instants nous étions rentré dans l'igloo, il nous fallait dormir, demain s'avérait être encore une dure journée...


Dernière édition par Kalae le Mer 20 Oct 2010 - 20:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Mer 8 Sep 2010 - 8:23

Les deux amis s'installaient dans le petit igloo modelé par Kalae grâce à la glace et à toute la neige environnante. La maîtresse de l'eau s'allongea sur le sol et posa sa tête sur ses mains comme elle avait l'habitude de le faire. Nul doute qu'elle trouverait facilement le sommeil. La tâche fut toutefois plus ardue pour le maître du feu qui se retournait constamment, n'arrivant pas à trouver une position confortable. Après un court moment, il s'avoua finalement vaincu. Poussant un petit soupir, il se releva et sortit de leur refuge de glace, non sans piquer la curiosité de la jeune fille.

- Tu ne dors pas ? demanda-t-elle en se retournant.
- Non... je ne suis pas fatigué.
- Hizo, répondit-elle sur un ton trop bienveillant au goût du garçon, nous devons être en forme demain. Tu devrais essayer de te coucher.
- Oh et puis quoi encore ? pesta Hizo. Tu te prends pour ma mère, peut-être ? Je vais revenir bientôt, ce n'est pas comme si j'allais loin !

Kalae se replaça vivement dans sa position préférée pour dormir, importunée par l'attitude de son compagnon. Elle haussa les épaules en échappant un soupir, comme si elle espérait lui faire comprendre qu'elle en restait indifférente.

- Fais donc ce que tu veux !

Hizo quitta l'igloo sans demander son reste, pressé d'en finir avec cette altercation. *Qu'est-ce qu'elle peut être agaçante quand elle s'y met !* Bien qu'il ne l'avouerait pas, il considérait Kalae très haute dans son estime. Plus qu'une simple compagne de voyage, elle était devenue avec le temps une soeur d'armes et une amie. Mais lorsqu'elle prenait une attitude aussi maternelle, qu'est-ce qu'elle pouvait l'irriter ! Sa mentalité avait beau évoluer, il continuait toujours à se méfier des femmes et à les sous-estimer, la raison principale étant familiale. Son ingrate de mère avait joué un rôle majeur dans le développement négatif du jeune homme, aussi n'avait-il pas une très bonne opinion d'elle, de même qu'à l'égard de ses soeurs. Quand Kalae prenait cet aspect condescendant, Hizo ne pouvait s'empêcher de penser à sa propre mère, aussi se mettait-il instinctivement sur la défensive. Une telle réaction était normale, du moins aux yeux du maître du feu, mais semblait agressive pour la jeune femme. Seul le temps et la patience pourrait corriger ce comportement.

Dès que le garçon mit le pied à l'extérieur de l'igloo, il fut frappé par une rude vague de froid qui lui fouetta le visage. Son premier réflexe fut de resserer le col de son capuchon afin de laisser le moins de peau possible en contact avec la température glaciale. Deux raisons avaient poussé Hizo à ne pas rechercher le sommeil trop tôt. La première, celle que Kalae se doutait, était la crainte de faire des cauchemars et de se réveiller au beau milieu de la nuit. La deuxième était l'aurore boréale qui éclairait le ciel. Hizo n'en avait pas parlé mais ce phénomène naturel qu'il voyait pour la toute première fois l'avait ébloui. Tout ces voiles extrêmement colorés dans le ciel nocturne, à prédominance verts, piquaient sa curiosité et il ne désirait rien de plus qu'assister à cette manifestation céleste. *Je n'ai jamais rien vu de tel...*
Le maître du feu passa l'heure suivante adossée contre la paroi glacée de l'igloo, le regard pétillant fixant le ciel lumineux. La température ne cessant de baisser durant la nuit, Hizo créa une flamme au creux de sa main pour se réchauffer. À son grand désarroi, il constata qu'il lui fallait dépenser beaucoup plus d'énergie que d'ordinaire pour utiliser sa maîtrise. La nuit et le climat glacé du Pôle Nord, absent de source de chaleur, en provoquaient la cause.

Lorsqu'il en eut assez, Hizo rentra discrètement sans faire de bruit. Il entendit la respiration constante de la maîtresse de l'eau profondément endormie. Il s'étendit et ferma les yeux. Il s'endormit rapidement, bercé par les bourrasques de vent, un faible éclairage pénétrant dans l'habitation à partir de l'entrée, gracieuseté du ciel éclairé. Nul ne sait si la bienveillante aurore boréale lui porta chance, mais il ne fut aucun cauchemar cette nuit.


Les deux compagnons se réveillèrent au petit matin. Bénéficiaire d'un sommeil récupérateur, Hizo se sentait bien mieux et toute ses cernes avaient disparues. Kalae remarqua un changement positif dans l'attitude de son ami qui lui semblait soudainement plus chaleureux. Elle lui fit son plus beau sourire et le jeune homme lui répondit d'un vigoureux hochement de tête. La journée s'annonçait belle !

À l'extérieur de l'igloo, Hizo s'étira de tout son long, à moitié aveuglé par les rayons du soleil. Il voulu boire une gorgée d'eau de sa gourde mais constata qu'elle était vide. Il lança un petit juron. *Décidément, il m'est impossible d'avoir une bonne journée complète !*

- Kalae, je n'ai plus d'eau. Sais-tu où on peut en trouver ?
- Euuuuh... balbutia-t-elle en regardant partout autour d'elle, il n'y a pas assez de neige autour de toi ?

Hizo vira ses yeux à l'envers, gêné. *Quel idiot... j'aurais dû y penser...* Il fourra deux ou trois poignées de neige dans le contenant de cuir. *En espérant qu'elle fonde rapidement.*

Les compagnons reprirent leur route, Kalae légèrement en avant afin de servir de guide. Elle mentionna à son ami qu'ils devraient atteindre leur objectif d'ici 2 petites heures. Le maître du feu. Après une longue et désagréable aventure, il touchait finalement au but. La caverne où Zuko avait kidnappé l'Avatar Aang 60 ans plus tôt représentait un lieu désormais sacré, riche en histoire, mais peu fréquenté en raison de la rudesse du climat de sa terre d'origine. *Ô combien de connaissances recèle ce lieu de mystères ! Je suis certains de pouvoir y découvrir quelque chose d'intéressant.*

Sur la route, ils passèrent à proximité d'un lac gelé. Gelé ? Pas tout-à-fait. Le centre ne l'était pas et son eau semblait claire, froide et revigorante. Assoiffé, Hizo s'en approcha dans l'espoir d'y boire goulument et de remplir sa gourde dont la neige n'avait toujours pas fondue. Mais Kalae le mit en garde.

- Ne t'approche pas de l'eau, Hizo.
- Pourquoi ? lança-t-il avec impatience. Qu'est-ce qu'il y a encore ? Un monstre des glaces va me sauter dessus ?
- Cette glace ne me semble pas si solide, répondit Kalae sans se soucier des sarcasmes de son ami, ce n'est pas prudent.
- Pffff... cette glace est au moins aussi épaisse que la muraille de la capitale de l'eau ! déclara Hizo en bondissant sur la glace pour lui prouver ses dires. Je ne serai pas long, je veux juste remplir ma gourde.
- Hizo... reviens.

Mais le maître du feu ignora les recommandations de son amie, se contenta de lui faire signe de l'attendre. Hizo s'avança en direction du trou d'eau de l'étang gelé, piétinant la glace sans même ralentir. Convaincu qu'il n'y avait aucun danger, il s'agenouilla au bord de l'eau et détacha sa gourde. C'est alors qu'il entendit un craquement inquiétant. Il remarqua dès lors les multitudes de fissures qui se formaient partout sur la glace. - Aaaargh ! C'est pas vrai !!?!?!?!?!?!

- Reviens Hizo !!! Vite !!! hurla Kalae, affolée.

Sans perdre une seconde supplémentaire, le jeune homme se releva, échappant sa gourde dans l'eau sous l'effet de la panique et fit volte-face, s'élançant en direction de la berge enneigée, poursuivit par les fissures. Kalae l'encourageait à se dépêcher en criant et en gesticulant mais courir à toute allure sur une surface glacée n'était pas aisé du tout. Les fissures le dépassèrent bientôt et s'élargirent, formant d'épeurantes crevasses d'où l'eau gelée y était visible. La surface de glace n'étant plus qu'une centaine de petits blocs de glace flottant sur l'eau, Hizo fut englouti, tentant désespérément de s'agripper à un morceau de glace.

Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Mer 8 Sep 2010 - 19:09

Hizo n'en faisait une fois de plus qu'à sa tête. Le maitre du feu s'avança d'un pas sur me laissant à l'arrière.

-Cette glace ne me sembla pas solide. Ce n'est pas prudent.
-Pfff... Soupira Hizo en levant les yeux au ciel. cette glace est au moins aussi épaisse que la muraille de la capitale de l'eau! Déclara il en faisant de petit bons sur la glace. Je ne serai pas long, je veux juste remplir ma gourde.

Le jeune homme fit demi tour et s'avança d'avantage.

-Hizo... reviens.

Il fit semblant de m'ignoré et continua droit devant lui et moi je restai là, sur le bord a le regarder m'ignorer. Je leva alors les yeux au ciel en croisa les bras sur ma poitrine * Grrrr, il m'énerve... * Nous ressemblions a deux enfants qui se chamaillaient pour des broutilles. Mais comme tout les enfants, nous finissions vite par nous réconcilier et à reprendre le jeu là où nous l'avions laissé.

Hizo partit dans sa direction et s'accroupit au bord de l'eau pour remplir sa gourde. Je le regardais faire de là ou j'étais et attendais patiemment. Après tout, voyons le bon coté des choses, ça me permettait de faire une petite pause. Je me mis à regarder autour de moi. La grotte ne se trouvait plus très loin. Il nous suffisait de descendre la colline où nous étions et de marcher encore entre deux montagnes pour y arriver. Hizo était attentif à ce qu'il faisait il sortit sa gourde et la dé-bouchonna. Alors que j'estimais le temps qu'il nous restait à parcourir jusqu'à la grotte, la voix du maitre du feu attira mon attention.

-Aaaaargh ! C'est pas vrai !!?!?!?!?!?!

Je tournai la tête vers le maitre du feu. Et c'est avec horreur que mes craintes se confirmèrent. La glace se mit à se fissuré bruyamment. Hizo se releva rapidement laissant tomber sa gourdes dans les profondeurs du lac. Je me mis à faire de grands gestes pour encourager Hizo à prendre la fuite.

-Hizo!! Reviens vite!! Hurlais-je à tout va.

Le maitre du feu se mit à courir sur la glace sautant par dessus les grosses fissures du mieux qu'il pouvait. Je l'encourageais toujours avec de grands gestes de mains qui venaient vers moi, mais le jeune homme fut soudainement engloutit et tomba dans l'eau de lac.
Je laissai s'échapper un petit cri d'angoisse en portant ma main sur la bouche. Je savais très bien que Hizo ne savait pas nager, qui plus est dans une eau froide l'on s'épuisait facilement.

-Hizo!! Criais-je dans les airs inquiète.

Le maitre du feu sortit la tête de l'eau en inspirant bruyamment il se mit à gesticuler dans tout les sens et coulait à moitié par certains moments. Le voyant en difficulté je me mis à courir sur la glace en sa direction jusqu'au bord, là où la glace assez épaisse avait tenue, tout en faisant attention de ne pas déraper.
Hizo réussit cependant à s'agripper à un morceau de glace qui dérivait près du bord. Je lui tendis mon bras au dessus de l'eau pour le ramener au bord.
Mon compagnon s'empara de ma main, je le tira alors vers moi près du bord. Lorsque Hizo s'échoua sur la glace il se tenait à quatre patte, grelottant de froid et tremper jusqu'aux os.

J'imaginais à quel point Hizo devait être geler, c'est pourquoi je le débarrassais de l'eau avec des gestes amples et simples. L'eau froide qui imprégnait alors ses vêtements et qui coulait sur son visage se mit a léviter et rejoigna le lac d'où elle venait. Hizo désormais sec se frotta vigoureusement les mains et se servit de son souffle de feu pour se réchauffer intérieurement. Je ne fit aucunes remarques à Hizo et me contentais simplement de le voir se réchauffer. Il se remit debout en faisant mine que tout allait bien.

-C'est confirmé! S'exclama il. Je déteste ce pays!

Encore assise sur la glace la remarque du maitre du feu me fit sourire. Mon regard se déporta alors sur une petite horde de pingouins voisin qui était était attrouper non loin de là, sur la glace. Et dont certain d'entre eux plongeaient dans l'eau glacée pour aller se nourrir de poisson.

Je me leva doucement sans les quitter du regard. Hizo intrigué par ce qui semblait avoir toute mon attention se tourna également vers les pingouins avec un regard interrogateur. Ces animaux me rapelèrent alors pleins de souvenirs et une idée me frappa soudainement. Je lança alors un petit regard au maitre du feu qui quand il se tourna vers moi fut prit d'un sursaut.

-C'est quoi ce regard.... ? Demanda-t-il méfiant.

Je le lui répondis pas et l'attrapa par le bras et le tira vers les pingouins.

-Mais... mais qu'est ce que tu fais?!! Grogna Hizo qui faillit dérapé sur la glace lorsqu'il avança.

Nous nous melâmes au milieu des animaux que notre présence ne semblait pas déranger le moins du monde. Quelques pingouins curieux s'avancèrent vers nous sur leurs courtes pattes en se balançant de gauche a droite.

-Qu'est ce qu'on fait là? Demandais Hizo en dévisageant les créature du regard.
-Les glissades sur le ventre des pingouins était un excellent moyen pour dévaler une pente sans efforts et pour parcourir un grande distance rapidement. Lui expliquais-je alors avec un grand sourire enfantin.
-Il est hors de question que je monte sur le dos de ces animaux!! Répondis Hizo en secouant vivement la tête.
-Ah! Cesse de râler un peu et amuse toi!

Les glissades sur le dos des pingouins était une chose qui me faisait bien rire lorsque j'étais petite et que je n'avais pas pratiquer depuis longtemps désormais. Je passais beaucoup de temps a dévaler des pentes enneigées en poussant des rires et des cris de joie lorsque j'étais enfant. Et même si j'avais grandis désormais, j'avais toujours gardée cette âme d'enfant et je perdais aucune occasion pour m'amusé. Même si beaucoup d'ennuis arrivés au cours de ma courte vie m'avaient rendu responsable et prudente, dès que l'occasion de rire se présentait, je le laissais pas passé ma chance.
Cependant Hizo semblait méfiant a l'idée de dévaler la pente sur le dos d'un pingouin.

-Il est hors de question Kalae, tu m'entraines toujours dans des situations pas possible!

Alors que le maitre du feu comme à son habitude contestait mon idée je le laissais parler sans réellement l'écouter, fit venir discretement deux poissons en les sortant de l'eau et en donna un dans la main d'Hizo.
Le jeune homme serra l'animal dans sa main qui frettillait encore et le regarda longuement.

-Kalae.... Qu'est ce que tu veux que je fasse avec ça... ? Demanda il avec un regard plat.
-Je vais t'apprendre a capturé un pinguoin. Déclarais-je en lui faisant un clin d'œil.
-Mais puisque je te dis que je ne monterai pas dessus!!!
-Très bien. repris-je. Alors je descends, j'arriverai a la grotte d'ici quelques minutes et toi tu sera toujours en train de marcher dans la neige, de glisser dans la glace ou encore de tomber dans une crevasse et tu me rejoindra quelque heures plus tard. Ça te va?

Hizo ne répondit pas et se contenta de me regarder. Je fis pendre le poisson dans les airs par la queue et un des pingouins s'avança vers moi en tout hâte. Il attrapa le poisson avec sa visage et se coucha sur le ventre. Je montai alors sur le dos de l'animal et tourna ma tête vers Hizo.

-On fait la course? Le premier qui arrive en bas!



Dernière édition par Kalae le Sam 22 Jan 2011 - 13:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Jeu 9 Sep 2010 - 11:22

Le maître du feu observait la manoeuvre. Rien de bien sorcier, il suffisait de présenter le poisson à un de ces pingouins jusqu'à ce qu'il l'attrape et ensuite le tour était joué. Il pouvait ensuite monter sur son dos et de descendre la pente. Mais qu'importe si convaincre une créature de collaborer était simple, Hizo n'avait pas du tout envie de faire une glissade. Lui ne voulait pas collaborer.

- On fait la course ? demanda Kalae, joueuse. Le premier qui arrive en bas !

Hizo trouvait son amie plutôt mignonne, affichant un air enfantin que Hizo trouvait un peu trop puéril. Le jeune homme n'était pas d'un naturel très joueur, d'autant plus que les dernières journées furent éprouvantes. Il se rappelait la descente de hier sur un ''snowboard'' de glace et qu'ils soient encore en vie tenait du miracle. Même si Kalae se montrait attachante, il ne souhaitait pas renouveler l'expérience.

- Je n'en ai pas envie Kalae ! grogna-t-il, l'air boudeur. Je sais exactement comment cela va se terminer ! Je vais descendre, déraper sur la glace et me casser la figure quelque part !
- Tsss... tu te plains tout le temps ! Regarde-moi faire et tu iras après.
- Non !
- Oui !
rétorqua-t-elle avant de se lancer sur la pente en chevauchant le pingouin.

La fille de l'eau s'élança puis s'engagea dans la descente à dos de pingouin. Hizo constata la vitesse ahurissante à laquelle filait Kalae et se demanda quel plaisir elle pouvait bien en tirer. Il avait apprit de sa propre expérience qu'il répugnait les grandes vitesses et les pingouins lui semblaient encore moins stables que la planche de glace. *Grrrrrr... quel jeu idiot !* Au bas de la côte, il vit Kalae ralentir puis s'immobiliser. Cela avait l'air facile ... un peu trop facile pour qu'il n'y ait pas de pépins ! En se relevant, la jeune femme lui fit des signes avec les bras, incitant son compagnon à entamer la descente à son tour.

- Qu'est-ce qu'il ne faut pas faire... murmura-t-il à lui même.

Hizo fixa le petit poisson qui se tortillait encore dans sa main. Son regard se posa sur un gros pingouin à proximité. Le garçon s'en approcha et lui présenta le poisson frétillant. Sans hésitation, l'animal s'en empara avec son bec et une fois avalé, se coucha sur le ventre, prêt à recevoir son cavalier. *Curieux... aucune méfiance. On dirait qu'il a l'habitude*

- On dirait bien que c'est notre tour, gros oiseau des neiges...

Le maître du feu s'installa sur le dos du pingouins à califourchon. En regardant en bas, il vit Kalae qui l'observait, bras croisés, attendant qu'il descende. Hizo déglutit bruyamment, incertain du dénouement de cette aventure.

- C'est à nous... Bob. Tu permets que je t'appelle Bob ? J'espère que tu ne me feras pas de faux pas durant la glissade, Bob. Je te jure que s'il m'arrive quoique ce soit, l'affreux gros pingouin que tu es finira dans mon assiette ce soir...

Évidemment, Hizo ne s'attendait pas à ce que ''Bob'' comprenne un traître mot de ce qu'il avait dit. Seulement, de parler à l'animal lui donnait une certaine forme de courage. Le pauvre maître du feu ne l'avait pas eu facile depuis son arrivée au Pôle Nord. Une série de malheurs s'abattaient sur lui comme la foudre s'abat sur l'arbre lors d'un orage. Il devait maintenant descendre une nouvelle pente, à dos de gros pingouin cette fois. Si un jour il a des enfants, il pourra raconter cette histoire devant un feu lors des longues nuits d'hiver.

C'était parti ! Malgré un très court élan, Hizo et Bob ne tardèrent pas à prendre de la vitesse au fur et à mesure qu'ils glissaient dans la pente. Ils fonçaient à toute allure en ligne droite et malgré la vitesse, tout se passait pour le mieux. * Woooo c'est vite mais... hé... c'est amusant ça !! Héhéhé, c'est plutôt chouette* La pente étant plutôt haute, ils arrivaient à mi-chemin entre le sommet et le bas où attendaient patiemment Kalae qui regardait son ami... qui déviait lentement mais sûrement de sa trajectoire. En effet, à pleine vitesse, Hizo ne remarquait pas que lui et Bob tendaient vers la droite, là où la pente était en inclinaison.

- Allez plus vite gros pingouin ! Plus vite, je ... Ah non !!! À GAUCHE BOB, À GAUCHE !!! BOB ! NOOOOOON !!!!!

Ce qui devait INÉVITABLEMENT arriver arriva. Hizo et Bob quittèrent la partie où la pente était droite et lisse pour se retrouver là où le relief était accidenté, recouvert de gros morceaux de neige. Parce qu'il se trouvait sur le ventre, la course de Bob le pingouin fut freinée par le premier gros morceau de neige qu'il percuta. Mais malheureusement pour Hizo qui se trouvait sur son dos, il fut projeté dans les airs en hurlant et termina la descente en déboulant disgracieusement la pente. Tout ce que Kalae, médusée, pouvait apercevoir était le pauvre Hizo qui dévalait la pente comme un tonneau en poussant des '' Aow ! Aow ! Ouille ! Aouch ! Aow ! Aie ! Nooon ! Ouille ! Aie ! Aie ! Aow ! Aouch ! ''

Le maître du feu ne put combien de temps il avait déboulé la colline enneigée mais chose certaine, cela lui avait semblé interminable. Une fois immobilisé, il resta étendu sur le dos dans la neige, harassé, ses membres douloureux le faisant cruellement souffrir. Il entendit les pas de Kalae qui accourait vers lui.

- Ça va Hizo ? Rien de cassé ? demanda-t-elle, soucieuse de l'état de santé de son ami après une telle débâcle.

Humilié, le jeune homme ferma les yeux et poussa un soupir, restant encore allongé dans la neige. Sonné, il ne put que bégayer ce qu'il avait sur le coeur.

- Je... Bob... où est Bob... je... je vais le tuer... Bob... pingouin... je vais te tuer, Bob !

Malgré son état de choc, il ne faisait aucun doute pour Kalae que Hizo était dans son état normal.


Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Jeu 9 Sep 2010 - 21:50

Hizo avait finalement fini toute la pente a rouler sur lui même faisant voler en éclat la neige poudreuse sur laquelle il se roulait dessus. Il s'écrasa non loin de moi une fois la pente entièrement dévalée et resta allongé au sol.
Je couru alors en sa direction. Décidément Hizo était vraiment malchanceux depuis le début de notre aventure.

-Ça va Hizo? Rien de cassé? Demandais-je une fois arrivé près de lui.

Le jeune maître du feu resté allongé sur le sol, il ferma alors les yeux et soupira. Réaction que je trouvais bien trop calme le connaissant. Peut être s'était-il vraiment fait mal?

-Je... Bob... où est Bob.... je... je vais le tuer.... Bob.... pingouin.... je vais tuer, Bob!

Je soupirai de soulagement. C'était certain, Hizo allait bien. Je reconnaissais bien là son caractère. Légèrement sonné il resta allongé quelques secondes.

Le pingouin que je venais de monté était déjà sur ses deux pattes arrière et faisait quelques pas content de cette petite glissade. C'est alors que le fameux « Bob » arriva auprès de nous en glissant sur son ventre.
Hizo tourna alors le tête vers l'animal en grognant. Le pingouin ne prêta pas attention au maitre du feu et alla auprès de son congénère. l'Homme se leva doucement porta sa main a sa tête qui tournait encore un peu et s'avança vers son ancienne monture.

Je suivais alors le maitre du feu du regard, se demandant ce qu'il comptait bien faire. Hizo se dirigea en titubant encore légèrement de droite a gauche vers le pingouin les bras tendus près a le saisir férocement. L'agacement pouvait se lire sur son visage et ces grognements confirmaient son mécontentement.

Les deux animaux regardèrent sans bouger Hizo avancée et lorsque le jeune homme arriva devant Bob, il se pencha alors sauvagement en avant pour l'attraper. Mais l'animal n'était pas dupe, il se coucha sur le ventre et passa entre les jambes d'Hizo en glissant sur son ventre. Surprit et déséquilibré le jeune homme tomba en avant la tête une nouvelle fois enfouie sous la neige. Je ne pu retenir un rire bruyant et sincère. Bien sur ce n'était pas méchant et me moquer n'était pas mon intention. Mais la scène et la position de ce pauvre Hizo était vraiment amusante.

J'avais eu beaucoup de mal à calmé ce rire qui semblait venir du plus profond de moi. Le fait de rire a ce point avait fini par me donner mal au ventre. Hizo sortit la tête de la neige et secoua ses cheveux pour se débarrassé des flocons. Il regarda autour de lui cherchant les pingouins mais les animaux avaient prit la fuite sans perdre de temps. Je me calma enfin et essuya une petite larme de joie qui s'était logé discretement dans un coin de mon œil.

Le maitre du feu se releva fièrement, regardant les animaux qui s'enfuyaient au loin.

-Il te faudra encore un peu d'entrainement si tu veux un jour devenir un professionnel de la glisse ! M'exclamais-je sur un ton taquin.
-Je ne veux plus jamais refaire de glissade c'est fini!

En même temps qu'il me parlait, le regard d'Hizo se déposa sur la droite. Il remarqua alors enfin la grotte et s'y avança d'un pas déterminé. Je me mis a marcher à quelques mètres derrière lui, jetant un petit coup d'œil derrière nous. Les deux pingouins remontaient la petite colline pour rejoindre leur autres amis. Lorsque je me retourna Hizo était déjà loin devant, a plusieurs mètres. Je fus surprise de voir à quelle rapidité il marchait vers la roche. Il y entra alors en premier et éclaira l'intérieur grâce à sa maitrise.

Je devais accélérer le pas pour rattraper le maitre du feu qui semblait impatient de découvrir ses précieux documents.
J'entra alors a mon tour dans la grotte, Hizo était planté en son milieu et ne bougeait pas en maintenant toujours la flamme entre ses mains.

-Tu aurais pu m'attendre... Reprochais-je a mon compagnon en remettant mes cheveux en ordre qui à cause du vent volaient souvent.

Hizo ne me répondit pas et regardait devant lui. Agacé je me dirigea en sa direction en tapant des pieds.

-Tu m'écoutes ou pas?!

Mon regard se déporta alors dans le même direction qu'Hizo. Je me figea alors froidement à mon tour, limite choqué par notre découverte. En effet, quelques cadavres méconnaissables gisaient à l'intérieur de cette grotte leurs corps couvert de sang séché semblaient s'être conservés grâce à la température glaciale. Nous étions resté muet devant ce spectacle, le cœur effaré.



Dernière édition par Kalae le Mer 20 Oct 2010 - 20:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Ven 10 Sep 2010 - 7:18

Il n'avait jamais vu son amie rire autant et d'aussi bon coeur. Hélas, Hizo ne partagea pas sa joie puisqu'elle se marrait à ses dépends. Le maître du feu l'avait prévenu qu'il se casserait la visage s'il entreprenait la glissade de cette pente à dos de pingouin, mais évidemment elle lui avait fait croire le contraire. Malgré une chute aussi violente, Hizo s'en était tiré indemne, ayant toutefois été brassé comme jamais auparavant. Bien que malchanceux, Hizo ne se cassait jamais rien. Il était seulement victime de ... malchance.

Lorsqu'il aperçut la grotte, symbole de l'accomplissement de sa quête, il ignora les nouvelles remarques de Kalae et s'y dirigea avec détermination, sa motivation et ses muscles endoloris soudainement régénérés. La maîtresse de l'eau trottait derrière lui mais le garçon, devenu aussi vif qu'une panthère ayant repéré sa proie, ne faisait plus attention aux appels qu'elle lui lançait. Un peu avant d'entrer, Hizo utilisa sa maîtrise du feu pour s'éclairer (et se réchauffer... même s'il ne l'avouerait pas) en créant une flamme au creux de sa main. Ce qu'il y découvrit le glaça d'horreur: une dizaine de cadavres atrocement mutilés gisaient sur le sol de pierre froide.

La maîtresse de l'eau parvint finalement à le rattraper non sans manifester son mécontentement pour l'avoir laissé seule à l'arrière. À son tour, elle se figea en constatant la scène macabre. Aucun des deux n'osaient prendre la parole, Hizo se contentant de froncer les sourcils en regardant autour de lui avec découragement. La caverne, si elle avait contenue quelque chose, était complètement vide. Probablement l'oeuvre de pillage.

- Que... qu'est-ce qui a bien pu se passer... ? balbutia finalement Kalae.
- Hum... probablement des pilleurs... victimes d'une autre bande de pilleurs. Ou peut-être une bête sauvage, qui sait ? soupira Hizo en avançant tranquillement au coeur de la grotte.

Kalae, peut-être par sentiment de sécurité typiquement féminine (Hizo aimait penser ainsi Azula ) rejoignit le jeune homme et resta à ses côtés près de lui, en dévisageant les corps qui ne semblaient pas encore gelés. En fait, Hizo le remarqua en même temps que son amie et il s'accroupit devant le cadavre d'un homme ayant été lacéré à de nombreuses reprises et le toucha.

- Le corps n'est pas encore froid, diagnostiqua Hizo à l'adresse de Kalae. L'agression n'a certainement pas été commis depuis longtemps. Tôt ce matin peut-être.
- Regarde Hizo, démontra Kalae en fixant la blessure d'un mort, la blessure est trop parfaite pour avoir été causée par les griffes d'une créature. Et tout les cadavres portent ce même genre de plaies. Une lame droite ou une hache bien affûté peut-être...
- Possible... tu dois avoir raison.

Le maître du feu enjamba le corps ensanglanté d'un homme mort et se dirigea au fond de la grotte, espérant y trouver quelque chose. N'importe quoi, mais quelque chose ! Le garçon éclaira partout autour de lui, des murs jusqu'aux planchers, mais en vain. La caverne n'était pas profonde et il termina bientôt de fouiller tout ses recoins, sous le regard compatissant de Kalae.

- Qu'importe la façon dont ils sont morts, il n'y a plus rien ici ! s'emporta Hizo. J'ai fait tout ce chemin et enduré tout ces incidents pour RIEN !! GRRRRAAAAAR !!!

Le jeune homme en colère accompagna son cri de rage en donnant un violent coup de pied sur une pierre qui percuta la paroi rocheuse avant de rebondir plus loin, au fond de la grotte. La maîtresse de l'eau regardait son ami d'un oeil bienveillant et compréhensif, sachant que tout ce qu'il avait traversé fut accompli en vain. Toutefois, au fond d'elle, Kalae refusait de croire qu'il était venu ici pour rien. *Ce n'est pas vrai. Cela nous a permis de nous revoir et j'en suis bien heureuse même si tout est allé de travers pour toi.* Elle préféra néanmoins garder ses pensées pour elle.

- Je suis désolée pour toi...

Le robuste jeune homme enfoui son visage dans ses mains afin de se calmer. Il eut un petit soubresaut avant de finalement répondre à Kalae, d'un calme qui ressemblait plus à l'oeil de l'ouragan plutôt qu'au retour du beau temps.

- Qu'importe... qu'importe... Allons-nous en. S'il y avait quelque chose, tout a été volé. Nous n'avons plus rien à faire ici.

La fille de l'eau hocha la tête en guise d'approbation. Les deux amis s'apprêtaient à quitter la grotte afin d'entamer le voyage de retour quand un bruit ressemblant à un gémissement se fit entendre à leur droite. Immédiatement, ils se retournèrent et aperçurent un des cadavres remuer en poussant une plainte de souffrance. Hizo et Kalae s'agenouillèrent à ses côtés.

- Peux-tu le soigner ?
- Je... non,
répondit la jeune femme en baissant la tête, ses blessures sont trop graves. Cet homme vient de sortir d'un coma et va mourir sous peu. Je ne peux rien faire, désolée.
- Koro... murmura l'homme barbu.

Hizo et Kalae se regardaient désormais, surpris d'entendre la voix de l'homme.

- Quoi ?
- Koro.... Koro.... .... Ko...ro....


Puis l'homme ferma les yeux une dernière fois, toute vie ayant quitté son corps. Les mots ''Koro'' furent les derniers de son existence. Hizo se retourna vers Kalae, interloqué, et la questionna.

- Koro ? C'est bien ce qu'il a dit ? Qui est Koro... ?

Curieux et songeur, le maître du feu porta son attention sur la maîtresse de l'eau dans l'espoir qu'elle pourrait lui apprendre quelque chose. Peut-être connaissait-elle ce Koro ?
Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Ven 10 Sep 2010 - 22:31

L'homme barbu ferma les yeux silencieusement. Hizo et moi étions toujours accroupi à ces cotés, impuissant face à la scène. Le nom de Koro ne m'évoquait rien et a Hizo non plus malheureusement.

-Koro? C'est bien ce qu'il a dit? Qui est Koro...? Demanda-t-il en se retournant vers moi.
-Je... Je sais pas.
-Il ce peut qu'il soit l'auteur de ces crimes...
-Peut être... mais pourquoi avoir commis ces meurtres?
-Les documents?

Nous nous remîmes debout, face à face séparé par le corps de l'homme au sol. Du haut de mes 1 mètres 60 je dus légèrement monté le menton et les yeux pour croisé le regard ambre du jeune homme qui semblait tracassé.

-… C'est quand même étrange, tu ne trouves pas? Murmura-t-il les sourcils légèrement froncés.

Hizo avait raison. Étrange, était le mot exacte. Mais je n'eus pas vraiment le temps de prononcer le moindre son qu'un bruit dans la grotte attira notre attention. Le bruit de petit gravillons de roche qui tombèrent le long de la paroi et qui rebondirent à petit bons sur le sol. Une ombre alors se mit a bouger et a prendre la fuite rapidement.
Le maitre du feu et moi avions accouru vers la sortie de la grotte, sautant par dessus les corps, mais lorsque nous arrivâmes, il était trop tard. Il n'y avait personne.
Cependant, des traces de pas différentes des notres étaient désormais visible dans la neige et semblait se diriger loin vers l'Est.


-Quelqu'un était là!
Constatais-je en voyant les marques dans la neige.
-Peut être le coupable.
-Qu'est ce qu'on fait? On suit ces traces?

Hizo poussa un grognement comme ci cette affaire ne le regardait pas. Je compris alors qu'il n'était pas enchanté de commencer cette chasse à l'homme dans le froid de plus des flocons de neiges commencèrent a tomber doucement du ciel donnant au paysage un air féerique, mais si il se mettait a neiger, les traces laissées par le mysterieux inconnu finiraient par disparaitre, il nous fallait donc prendre une décision au plus vite.

-Je pense que suivre le fugitif serait la meilleure des choses, après tout, si vraiment cette homme était le meurtrier, il devait bien avoir une raison pour avoir commis cet assassinat et il devrait payer.

Essayer de persuader le maître du feu n'était chose facile, Ile ne reagissait pas à mes paroles, ou peut être reflechissait-il tout simplement. De mon coté j'étais partit dans mes reflexions, si l'homme en question s'avérait être l'assassin, Hizo et moi avions découvert les corps, nous pouvions gêner ses plans, si il en avait un, une pensée inquiétante me frappa quelques secondes *peut être étions nous, nous même en danger...?* Je secoua la tête pour chasser de mon esprit cette inquiétante hypothèse pour me tourner vers la suite de mon raisonnement:

-Qui plus est, repris-je doucement. La grotte avait été dévalisée, et te voilà à recherche des documents perdus, ta quête ne s'arrête donc pas là, désolée, mais tu devra encore supporter ces contrées enneigées. M'exclamais-je sur un petit ton humouristique.

Le jeune homme poussa un soupir et sortit de la grotte pour commencé à suivre les traces de notre inconnu. Je m'étais surprise moi même d'avoir convaincu Hizo après seulement quelques minutes d'explication.
C'est donc ensemble que nous quittâmes la grotte et que nous nous dirigeâmes vers l'Est, quelle nouvelle aventure pouvait bien encore nous réservé le destin...
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Mar 14 Sep 2010 - 7:12

Il est vrai que Hizo n'avait pas été difficile à convaincre. Bien qu'il exécrait cette terre enneigée et ce climat polaire, il répugnait encore plus d'abandonner ainsi et d'avoir à avouer que tout ce voyage avait été fait en vain. Le maître du feu refusait d'admettre son échec, voilà pourquoi il continuerait cette aventure, coûte que coûte.

L'intrus dans la caverne causa toute une surprise à Hizo qui s'était pourtant assuré de fouiller partout. Un assassin professionnel probablement. Il songea aussitôt à Diao Zhan, la terrible assassin qu'ils n'avaient pas réussi à vaincre. Il ne put contrôler un frisson à cette pensée. *Mais pourquoi ne nous a-t-il pas tué ?* Peut-être qu'au fond, il s'agissait plutôt d'un voleur très discret... qui sait ?

La température à l'extérieur n'avait rien pour encourager le malchanceux maître du feu qui ne ratait pas une occasion d'avoir l'air idiot. La neige commençait à tomber, voilant davantage l'horizon. Non seulement ils n'étaient pas prêts d'apercevoir le voleur/tueur de si tôt, mais en plus les flocons de plus en plus nombreux ne tarderaient pas à recouvrir les traces qu'il laissait derrière lui, en direction de l'est. Kalae avait raison encore une fois, ils devraient faire vite s'ils désiraient le rattraper et lui mettre le grappin dessus. Mais hélas, c'était sans compter les malheurs du jeune homme.

Ils marchaient depuis moins d'une heure, pistant les empreintes du voleur, et déjà les traces devenaient quasiment impossible à relever. Heureusement, Kalae savait que l'intrus se dirigeait vers un petit village côtier. - Nous le retrouverons probablement à ce village. Sûrement qu'il cherchera un navire ou en aura un lui-même. Cette nouvelle aurait pu être bien accueillie par Hizo mais hélas, ce dernier avait un autre problème. Il reniflait de plus en plus et bientôt, un mal de gorge désagréable fit son apparition. Évidemment, après toute cette exposition au froid inhabituel, ces chutes dans la neige et sa petite baignade improvisée, un rhume n'était pas une conséquence anormale dans ces conditions.

- AAAAAAAA... TCHAAAAAAAAA !!!! éternua bruyamment Hizo, faisant sursauter Kalae qui se trouvait juste devant lui. Un immense filet de morve éclaboussa le dos de son beau manteau de fourrure.
- Aaah ! Hizo, fais donc attention !!!!!!
- Ah, parce que tu crois que je fais exprès, peut-être ??? s'impatienta-t-il.
- Non, répondit-elle en essuyant le dos de son manteau avec de la neige, mais ne m'éternue plus dans le dos.
- Veuillez m'excuser, ô princesse Kalae, d'avoir contracté un rhume et de ne pouvoir contrôler ses effets !

La maîtresse ne réagit pas verbalement face à ce sarcasme, si ce n'est qu'en poussant un petit grognement. Elle se détourna, contrariée. Hizo et Kalae était deux individus qui n'aimaient pas perdre la face devant l'autre, aussi ce genre de dispute puérile était fréquente entre eux. Il est vrai toutefois que depuis son arrivée au Pôle Nord, le maître du feu ne connaissait pas une traversée très glorieuse, aussi faisait-il souvent preuve d'impatience et de colère, ce qui n'en faisait pas un gai compagnon de route.

- AAAAATCHAAAAAAAAAAA !!!! snirrrrrrrrf !

Après quelques minutes, un nouvel éternuement, encore plus bruyant que le premier, fit enrager Hizo une fois de plus.

- J'en ai marre !!!!! Quand arrivons-nous à ce village que tu me parlais ?
- Au milieu de l'après-midi !
répondit sèchement Kalae.

Le garçon grogna à son tour sans que la jeune femme ne réagisse. Le seul fait de devoir parcourir encore plusieurs heures au coeur de ce désert de glace le rendait malade. Mais il était trop tard maintenant pour rebrousser chemin. Ensemble les deux amis parcouraient le Pôle Nord en direction de l'est, ne s'adressant presque pas la parole. À une seule reprise, ils purent tenir une petite conversation à propos du mode de vie des Tribus de l'Eau, mais elle ne dura pas plus longtemps que le temps nécessaire pour l'expliquer. Sinon, les seuls bruits qu'ils entendaient étaient ceux de leurs pas dans la neige, le sifflement du vent ainsi que les éternuements (suivis de reniflements) de Hizo.

Ils bivouaquèrent tranquillement vers midi. La maîtresse de l'eau creusa un trou dans la glace grâce à sa maîtrise de l'eau et y pêcha un gros poisson. Le maître du feu le fit griller à l'aide de son propre élément. Ils n'hésitèrent pas à se remémorer l'épisode semblable lors de leur premier voyage ensemble au Passage du Serpent. Grâce à l'huile du poisson, Kalae créa un petit sirop qui calma le rhume de son ami.

En après-midi, du haut d'un promontoir enneigné, ils aperçurent enfin le petit village et ses docks où ils devaient se rendre. De leur point de vue, ils y virent quelque bateaux amarrés.

Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Mar 14 Sep 2010 - 20:46

Nous étions arrivé au petit village comme prévu. De là où nous étions nous pouvions distinctement voir les petites maisonnettes et les quelques igloos reliés entre eux grâcee à de petits sentiers dessinés dans la glace. Bien sûr l'architecture et la grandeur des rues étaient loin de ressembler à la capital du Pôle Nord, le tout était surplombé de grands navires à voiles.

Les traces à moitiés éfacées s'arrêtèrent à partir de là. Comment allions nous faire pour retrouver la trace de notre homme? Nous étions face a un gros problème car la neige avait fini par être plus rapide que nous et avait effacer tout les traces. Le seul espoir qui restait au maitre du feu et a moi était ce petit village.

Nous avions donc descendu la petite pente ardue où nous étions, j'avais moi même faillit déraper, ainsi que Hizo, plus d'une fois mais grâce a quelques battements de bras maladroits et notre équilibre aucun de nous ne tomba au sol. Une fois dans les rues de cette petite ville portuaire, revoir tant de monde nous sembla étrange pendant quelques courts instants. En effet, des rires d'enfants qui jouaient à ce lancer des boules de neiges ou encore a faire des dérapages sur la glaces résonnaient dans les rues. Les aboiements des chiens de traineaux lorsqu'il passaient a vive allure en trainant l'attelage attiraient souvent l'attention des passants en les quelques petits commerçants criaient et vantaient leur marchandises a tue-tête dans l'espoir d'attiré un maximum de clientèle .

Le maitre du feu dévisageait les environs tandis que j'avançais a petits pas a ses cotés.

-Et maintenant? Demanda-t-il perplexe.

Je fis une petite grimace traduisant que j'étais moi même perdue, nous avions perdu sa trace et une centaine de personne devait vivre ici, il nous était impossible de retrouver le fuyard.
Fatigué et légèrement insatisfait Hizo et moi nous étions résigné a nous rendre au chaud, dans une petite taverne.

Nous nous étions assis a une petite table soulager de pouvoir enfin s'assoir autre part que sur la neige. Nous avions tout les deux commander quelques chose a manger, en effet depuis l'attaque de l'ours blanc que nous avions subit, nous avions du laisser la moitié de nos provision sur place dans notre fuite.
Dans ce petit restaurant du genre rustique, une feu brulait dans la grande cheminée du fond, le tavernier derrière son comptoirs essuyait des verres avec soin. Quelques musiciens jouaient dans le fond donnant un petit fond musical agréable et quelques serveuses, plateau à la main faisaient le service aux marins ou étrangers qui étaient de retour au port.

Une servante blonde âgée d'une trentaine d'années à première vue, arriva vers nous le plateau chargé de mets. Je ne connais pas vraiment ce village, mais pour l'instant, l'ambiance y était plutôt sympathique.

-Et voilà! S'exclama elle en nous mettant les assiettes chaudes sous le nez.

Le plat qu'elle nous présentait n'était autre que de la viande de phoque et quelques aliment importé du royaume de la terre, telle que des pommes de terres. Alors que nous avions entamer nos assiettes affamés, la femme nous examina quelques instants comme prise d'un doute.

-C'est drôle, un étranger comme vous est passé ici il n'y a même pas dix minutes. S'exclama elle en enlevant les miettes de son plateau.

Hizo et moi avions alors relever la tête. Nous avions tout les deux la bouche pleine et nous étions contenter d'échapper a un regard.

-Un étranger? Répéta Hizo après avoir avalé.
-Oui, reprit elle. Un homme qui semblait pressé... Il a juste prit un verre puis il est partit en mer. Un ami a vous peut être?

La dame en question haussa les épaule niaisement et s'en alla travailler à nouveau en nous souhaitant un bon appétit.

-Où est il partit exactement? demandais-je en la rattrapant.
-Hum... Nord ouest il me semble, du moins pour ce que j'ai cru voir par la fenêtre, je n'ai pas bien vérifier vous savez, j'ai beaucoup de travail.

Elle repartit alors à la table voisine servir de nouveaux arrivants. La direction du Nord-Ouest était le seul indice qu'Hizo et moi possédions. Après tout qui sait, nous arriverions peut être a le rattraper finalement. Cette information donne par hasard par la servante nous redonna en quelque sorte espoir. Pressé de continuer notre quête nous avions donc rapidement fini le repas et étions partit en laissant une petite pièce sur la able, en effet mon frère semblait avoir oublié une petite bourse dans le fond d'une poche de son manteau, qu'Hizo avait fini par découvrir en y mettant la main.

Une fois de retour dehors, le ventre remplit, nous nous dirigeâmes vers le port. Un seul bateau semblait sur le point de partir. Le grand navire a voile comportait 3 grands mats imposants, sur l'avant du navire, une sirène aux longs cheveux bouclés était taillée dans le bois. Le maitre du feu voulait trouvé une embarcation pour pouvoir suivre la direction de notre homme. Il se dirigea alors en premier vers le navire où quelques marins montaient a bord.

-Hé! Apella Hizo à quelques matelots.

Quelques hommes sur le ponts se retournèrent, leurs vêtements ne désignait pas de nation particulière, mal rasé ou encore boiteux pour l'un d'entre eux, ceintures et armes a la taille ces « commerçants » laissaient perplexe et semblaient avoir quelques lien avec la piraterie.

-Qu'est ce que tu veux? Demanda l'un a au maitre du feu
-C'est possible de monté a bord? Répondit Hizo comme si il était a l'aise.

A coté je ne disais rien et me faisais la plus petite possible (chose pas très difficile a vrai dire ^^') Les matelots échangèrent un regard entre eux.

-Faut voir ça avec le capitaine! S'exclama avec un bandeau sur l'œil.
-Amenez nous au capitaine alors... Répondit tranquillement Hizo.
-Hizo, murmurai je. Tu sais je ne pense pas que ces gens là soient d'honnêtes commerçants...
-Quelle importance, répondit-il. Il nous faut bien trouver une solution non.
-Hum.. Tu as raison. Avouais-je silencieusement

Nous montâmes alors sur le navire, mon compagnon ouvrait la marche et une fois sur le pont, assit sur un canon et les pieds sur la rembarre se prélassait un homme, d'environ 25 ans, de la même taille que le maitre du feu semblait il. Ses cheveux noirs coupés courts et quelques mèches lui tombaient devant ses yeux verts. Et sur sa tête un tricorne sans plume de couleur marron semblait légèrement abimé par le temps.

Il tourna ses yeux émeraude vers nous avec un air interrogateur.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Mer 15 Sep 2010 - 7:15

Le bateau sur lequel ils montaient à bord semblait vieux mais tout de même en bon état. Un gros 3 mâts bien armé qui avait connu probablement plusieurs voyages agités. Hizo nota, non sans curiosité, que les canons provenaient pour la plupart de la Nation du Feu. L'intérêt que démontrait le maître du feu pour ces pièces d'artillerie ne passa pas inaperçu et cela amusa le capitaine du vaisseau, un grand jeune homme bronzé, plutôt séduisant, qui arborait fièrement un vieux tricorne abîmé.

- De beaux engins hein ? dit le capitaine. Pris sur des vaisseaux de la Nation du Feu. Ces trouillards sont beaucoup moins puissants qu'ils essaient de le faire croire. Couler leurs navires fut un jeu d'enfants. Sinon, nous avons aussi une baliste, gracieuseté de la marine de la Terre, héhéhé...

Kalae osa jeter un regard à son compagnon. Comme elle s'y attendait, l'aveux du capitaine avait irrité le maître du feu qui n'avait pas apprécié l'insulte. Le garçon serra furieusement les poings, prêt à remettre ce jeune capitaine arrogant à sa place. Mais Kalae craignait qu'ils ne dévoilent leur identité. En effet, il valait mieux que personne ne connaisse l'origine de Hizo pour le moment.

- Non mais dis donc toi...
- Calme-toi Hizo, intervint timidement Kalae. Écoutez capitaine, nous sommes venus à votre rencontre afin de demander le droit de pass...
- Tais-toi, femme ! coupa le capitaine avec arrogance, sa voix teintée d'une touche d'amusement. Tu ne vois pas que les hommes discutent ? Garde le silence pendant que nous parlons et sois sage si tu ne veux pas recevoir une bonne correction ! ... Bon, que disions-nous mon garçon ? demanda-t-il en s'adressant à Hizo comme si Kalae n'existait plus.

Hizo et Kalae restèrent bouche bée, incapable de dire quoique ce soit pendant un moment tant l'attitude du capitaine les avait sidéré. Il leur fallu quelques secondes pour réaliser ce qu'ils venaient d'entendre, des propos d'une parfaite aberration.

- Qu...quoi... balbutia la maîtresse de l'eau.

C'est alors qu'elle réalisa qu'elle fut à nouveau victime de sexisme, le pirate n'ayant pas l'air de plaisanter. Son expression passa de la surprise à la colère, la jeune femme foudroyant le marin d'un regard assassin. Elle rechercha le soutien de son ami en posant son regard vers lui, mais à son grand désarroi, le maître du feu qui tout d'abord avait le même air ahuri qu'elle, affichait un sourire de satisfaction. *héhéhé, bien envoyé !!!* Kalae n'arrivait pas à le croire. Son ami semblait approuver les paroles du capitaine. Comme pour confirmer ses doutes, Hizo se retourna vers la maîtresse de l'eau et déclara, l'air moqueur:

- Tu as entendu Kalae... laisse les hommes négocier et tiens-toi tranquille.

Le capitaine afficha un sourire complice. Kalae poussa un grondement sourd en serrant les poings de toute ses forces.

- Hors de question !!! J'ai le droit de participer à cette discussion, vous ne m'empêcherez pas de parler !
- Allons discuter ailleurs pendant que cette fillette pique sa crise. Nous serons plus tranquille pour négocier.
- Excellente idée !
approuva Hizo.

Les deux hommes s'éloignèrent de quelques pas et s'accoudèrent sur le bord du navire, laissant la pauvre Kalae derrière qui fulminait, noire de rage.

- Bon, demanda le capitaine soudainement redevenu sérieux, Je m'appelle Dimitry ''Butthead'', capitaine du Destructeur. Que me veux-tu ?
*Butthead... il s'est surnommé ''Butthead''... quel surnom stupide...*
- Nous sommes à la recherche d'un type qui aurait embarqué sur un navire récemment, en direction du Nord-Ouest. Il nous faut partir à sa recherche. Nous ne savons pas exactement où il se rend, aussi j'espère que vous avez suffisamment de compétences en navigation pour connaître les villes et villages côtiers que nous pouvons y trouver.
- Au Nord-Ouest, hummmm... répéta Dimitry l'air songeur. Cela vous coûtera un petit extra !
- Quoi ? s'objecta Hizo. Et pourquoi cela coûterait plus cher de se rendre en cette direction.
- Parce qu'il n'y a rien au Nord-Ouest à l'exception d'une île. L'île du docteur Koro !

Le docteur Koro ! Voilà la deuxième fois qu'il entendait parler de ce fameux Koro, la première fois venant de la bouche d'un homme mourant dans la caverne. Hizo se demandait bien de qui il pouvait s'agir. En fait, le mystère de ce Koro commençait à l'agacer sérieusement. *Je ne sais pas qui il est, mais je le déteste déjà ! Premièrement il est la cause de notre échec dans la caverne et maintenant, je dois payer plus cher par sa faute...*

- Mais qui est ce type ? s'emporta Hizo. Je commence à en avoir assez de ce Koro !
- Chaque chose en son temps, reprit calmement le capitaine du Destructeur. Commençons par parler des tarifs. Disons... 40 vils pour toi et 75 pour la fille. Ça te va ? C'est non négociable et nous partirons dans 30 minutes. C'est à prendre ou à laisser. Ah... et si la fille se comporte mal, je lui chargerai 5 vils supplémentaire par jour de voyage. Alors j'espère que tu l'as bien discipliné !
- Groumph... je vais en parler avec elle, grommela le maître du feu.

Dimitry hocha la tête et Hizo se dirigea vers Kalae qui boudait dans son coin. Elle s'apprêtait à lui faire connaître son mécontement mais le maître du feu la coupa afin de lui expliquer la situation et la tournure de la ''négociation''. Outrée, Kalae ne put s'empêcher de rouspéter.

- C'est injuste ! Pourquoi est-ce que je dois payer plus cher, moi ?
- Parce qu'il dit que les femmes portent malheur sur les navires et que son équipage en sera indisposé, quelque chose comme ça. J'aime bien ce type, il m'inspire confiance !
- C'est complètement ridicule ! s'emporta Kalae en ignorant la dernière remarque de son ami. Cet homme est un crétin et un être horrible ! Allons chercher un autre bateau !
- Nous n'avons pas le choix d'accepter ! répondit Hizo avec assurance. Nous partons dans moins de 30 minutes, nous n'aurons pas de meilleurs délais avec les autres navires.

La maîtresse de l'eau jura puis se retourna en grommelant. Évidemment, elle était insatisfaite de se retrouver à bord de ce navire de mysogynes et en plus, ils ignoraient combien de temps ils devraient rester à bord du Destructeur. Néanmoins, elle dût admettre que son ami avait raison cette fois. Ils ne trouveraient pas une meilleure occasion, même si le coût de passage était exorbitant. Elle acquiesça donc, non sans manifester son désaccord. Ils s'approchèrent donc de Dimitry ''Butthead'' afin de lui confirmer leur accord.

- Nous acceptons, dit simplement le maître du feu !
- Bienvenue à bord du Destructeur ! lança le capitaine en donnant un poignée de main vigoureuse à Hizo.

Lorsque Kalae, boudeuse, passa devant Dimitry qui se contenta de sourire d'un air taquin, ce dernier lui flanqua une petite tape sur les fesses.
Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Mer 15 Sep 2010 - 22:22

Être sur ce navire avec des hommes tels que Dimitry était une chose qui m'énervais au plus haut point. Mais ne pas avoir le soutient d'Hizo dans cette situation et qu'il soit du même avis que ces pirates me mettais véritablement hors de moi.
Cependant je devais me comporter « convenablement » si Hizo et moi ne voulions pas payer d'avantage notre voyage, mais, encore faudrait il évité que je me laisse emporter par mon caractère bouillant et impulsif.

-Bienvenue à bord du Destructeur!
Lança le capitaine en échangeant une poignée de main virile avec Hizo.

Je leva discrètement les yeux au ciel en soupirant, agacé d'avance par ces personnages et mes journées à venir. C'est sans regarder le capitaine que je lui passa devant. Une de ses mains baladeuse me donna une petite tapette qui me fit sursauté. Je me retournai brutalement vers l'homme avec un regard aiguisé et leva ma main dans les airs prête a lui remettre les idées en place, seulement mon geste fut arrêter par Hizo, sûrement n'avait il pas envie de donner 5 vils de plus dès la première journée...

-Tu vas finir par me couter cher... Remarqua Hizo en me faisant signe d'arrêter de la tête.

Mon regard sans changer d'expression se se tourna alors vers le maitre du feu qui ne détourna pas ses yeux. Le capitaine poussa un petit rire discret entre ses dents, un petit animal apparut de nul part et tomba sur l'épaule de Dimitry. Il s'agissait ni plus ni moins d'un petit singe, plus précisément un capucin a la fourrure noir, et a col blanc, de petite taille, environ 35 centimètre. Dimitry caressa la tête du primate qui s'en alla, passa sur le bras du maitre du feu et sauta ensuite sur mon épaule.

Je n'avais encore jamais croisé un tel animal, mais sa présence semblait avoir calmé la tension qu'il y avait entre nous. Hizo desserra sa main et libera mon poignet, le petit primate se mit a jouer avec mes cheveux et réussit a m'arracher un petit sourire discret en coin. Sans ajouter aucun mots je fis demi tour laissant les hommes derrière moi.


-Tout le monde sur le pont, toutes voiles dehors!
Hurla le capitaine a ses matelots. On lève l'ancre!

Comme une fourmilière, tout les hommes sur le pont se mirent au travail sans discuter. Hizo posa un pied sur un canon aux cotés du capitaine qui regardait les matelots exécuter les ordres. A quelques mètres plus loin, je regardais également la scène, jouant avec le petit capucin sur l'épaule que je taquinais en touchant son petit nez du doigt. Finalement, il semblerait que je me soit trouver quelqu'un avec qui discuter sur ce navire...

une fois les grandes voiles déployées, nous quittâmes peu a peu le port, la cote se faisait lentement de plus en plus lointaine, les derniers matelots présent dans les hauts-bancs finirent par descendre et tous reprirent leur activités quotidiennes a bord du Destructeur. Quelques un se mirent a fumer, deux ou trois sortirent quelques bouteilles de leur cachettes tandis que d'autre finissaient d'enrouler quelques cordage. Dimitry s'avança vers moi sans que je m'en aperçoive réellement trop occuper a m'amuser avec l'adorable petit animal. Lorsque l'ombre du capitaine assombri mon visage, je réalisa alors sa présence, le petit singe ressauta sur les épaules de son maitre et me regarda en penchant sa tête sur le coté. L'homme me donna en main une serpillère et un seau remplie d'eau.

-Voilà pour toi mon ange!
S'exclama il avec un sourire arrogant.
-Hein? Murmurai-je en le regardant avec des yeux exorbités la serpillère et le seau.
-Je veux que dans une heure ce pont soit immaculé, que je puisse voir mon reflet dedans!
-Vous ne croyez tout de même pas que je...
-Estime toi heureuse que je t'accepte! Reprit-il en se penchant vers moi. Car un navire est tout, sauf un endroit pour une femme. De plus, tu travailles avec une vue imprenable sur l'océan, quoi de mieux?

Avais-je vraiment le choix? Hizo de son coté semblait se plaire en compagnie des matelots, pour ne pas crée de polémique je dûe donc me résigner a faire la tâche que m'avait confier la capitaine et commença a nettoyer le pont de navire.

-Quand tu auras finit, reprit-il en faisant demi-tour. Tu iras faire a manger, je meurs de faim.

Le soleil commençait a se coucher doucement a l'horizon et tout le monde semblait profité du calme de l'océan alors que je frottais le plancher avec laserpillère que je trempais régulièrement dans le seau. *Grrr! Je déteste cet homme.... *


Dernière édition par Kalae le Ven 7 Jan 2011 - 20:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Ven 17 Sep 2010 - 9:54

En vérité, le maître du feu ne se plaisait pas tellement en compagnie de l'équipage du Destructeur. Il les trouvait grossiers et brutaux, presque sauvages. Des pirates tout spécialement stéréotypés qui ressemblaient en tout point à des tueurs sans pitié, mais en était autrement lorsqu'on prenait la peine de les connaître. Ils prenaient tous bien soin de soigner leur fausse image de bandits cruels et cela énervait Hizo. Ces marins faisaient exprès de manquer de classe et de manières uniquement pour jouer les durs. En fait, le seul qui semblait être réellement lui-même était nul autre que le capitaine Dimitry ''Butthead''.

''Butthead'' représentait l'achétype du jeune capitaine hors-la-loi. Jeune et beau garçon à l'ego démesuré, moqueur, vaniteux mais sans arrogance. Il dégageait une telle aura de charisme que ses hommes lui obéïssaient aveuglément, quelque soit l'ordre donné. Hizo était convaincu que s'il ordonnait à un matelot de se jeter par-dessus bord, ce dernier aurait obtempéré sans poser de questions. Incontestable meneur d'hommes, ses qualités de chef étaient certainement dû à son assurance implacable et son esprit malin. Dimitry ''Butthead'' avait donc l'incroyable honneur de se retrouver au sein de la courte liste des gens qui ne déplaisaient pas au maître du feu. Son côté mysogyne, plutôt apprécié par le jeune homme, y était sûrement pour quelque chose.

En effet, il ne fallut pas longtemps à Hizo pour constater que le capitaine du Destructeur et lui partageaient la même ligne de pensée pour tout ce qui concernait les femmes. Bien que leur forme de mépris différait, il n'en restait pas moins que Dimitry considérait leur statut inférieur à celui d'un homme. Tout juste bonnes pour faire le ménage, la vaisselle, les repas et élever des enfants, les femmes ne valaient rien de plus aux yeux du capitaine, sinon à lui donner ''du plaisir'' lorsqu'il en demandait. Cette mentalité, même si Hizo ne l'approuvait totalement, amusait le maître du feu qui prenait plaisir à l'écouter raconter toute sorte d'histoires où les femmes avaient le rôle dégradant. Kalae cependant, ne s'amusait pas du tout.

* Grrrrrr ! Je les haïs ! Je vous ai tous ! Tous !*

Crispée de colère, la maîtresse de l'eau frottait frénétiquement le pont avec la serpillère que lui avait donné Dimitry. Elle sentait les regards insistants, voire pervers, des membres d'équipage qui ne manquaient pas une occasion de s'en approcher. Kalae craignait d'éventuels gestes obscènes à l'instar de la claque sur fesses donnée plus tôt par le capitaine. Mais le plus dérangeant venait du fait que si elle osait répliquer ou se plaindre, ils leur faudrait payer un supplément. Cette situation l'enrageait.

- As-tu bientôt fini tes corvées, Kalae ? demanda Hizo qui passait dans le coin. Nous commençons à avoir faim et puisque je viens d'apprendre que c'est toi qui préparera le repas, je venais m'assurer que tout allait bien.

Kalae s'arrêta brutalement de frotter. Elle leva ses yeux face à son interlocuteur et lui envoya un regard effrayant. Elle brandit sa serpillère sous le nez de son ami d'une façon menaçante.

- Tout va très bien ! cracha-t-elle, haineuse. Très très bien ! Tu diras à ton ''ami'' que s'il veut son repas, qu'il cesse de m'importuner ! Et toi, Hizo, si tu restes ici une seconde de plus, je te fais avaler cette serpillère !

Connaissant son amie, il craignait qu'elle mette sa menace à exécution, aussi préféra-t-il ne pas insister. Il la laissa donc tranquille et poursuivit sa petite promenade sur le pont.
Quelques minutes plus tard, ce fut au tour du capitaine de s'approcher de la maîtresse de l'eau qui avait encore les nerfs à vifs. Il s'adressa à elle en réajustant son vieux tricorne, geste qu'il avait l'habitude de faire.

- Dépêche-toi un peu, fillette ! Tout l'équipage attend que tu termines le pont pour manger et encore te faudra-t-il préparer le repas ! Nous n'aimons pas manger la nuit tombée. Donc, va plus vite sinon ta ration sera coupée de moitié.

Folle de rage, elle donna un violent coup de pied sur la chaudière d'eau et lança la serpillère de toute ses forces, si fort qu'il tomba dans l'océan. Son petit corps prit de convulsion, elle fourdroya le capitaine Dimitry ''Butthead'', grimaçant de colère.

- J'en ai marre de vous ! Je ne suis PAS votre servante ! J'ai payé mon droit de passage et j'exige d'être traîtée comme une passagère, pas comme une esclave !!! Votre nettoyage et votre cuisine, vous pouvez vous les mettre où je le pense, espèce de sale rat !

Le capitaine écoutait la jeune femme protester brutalement sans broncher. Il se contenta de croiser les bras et de la fixer, affichant un sourire d'amusement particulièrement agaçant. Lorsqu'elle eut terminée de crier, il prit la parole le plus calmement du monde.

- Donc... 5 vils pour avoir lever le ton devant un officier, 5 vils pour mauvais comportement et 5 autres vils pour écart de langage, ce qui fait 15 vils supplémentaires. Votre ami ne sera pas content. Je vais tolérer votre insolence pour cette fois-ci, fillette, mais la prochaine fois, je sévirai !

Il poursuivit alors son inspection, sans même attendre la réponse de Kalae, trop abasourdie pour répondre quoique ce soit. En s'en allant, le capitaine ajouta sans même se retourner.

- Ah ... et j'ajoute 10 vils pour payer la serpillère que vous avez jeté à la mer. Il me faudra bien la racheter. Ce qui porte le total à 25 vils supplémentaires. Une journée payante, ma chère !

L'air ahuri, incapable de prononcer un seul mot, la jeune femme regardait s'éloigner Dimitry. Elle fut ramenée à la réalité lorsqu'elle entendit une petit groupe de pirates s'esclaffer. En se retournant vers eux, Kalae s'aperçut qu'ils se moquaient d'elle, référence à son petit ''entretien'' avec le capitaine. Les matelots prenaient malin plaisir à imiter les excès de colère de la maîtresse dans une parodie la plus absurde qui soit. Désorientée, ne sachant que faire, elle se retenait pour ne pas éclater en sanglots, humiliée. Elle cherchait à fuir cet endroit, véritable prison en haute mer, et trouva un peu de solitude entre quelques tonneaux, non loin d'où elle était.

De son côté, Hizo se tenait sur la rambarde et fixait l'océan qui s'étendait à perte de vue, l'uniformité uniquement dérangé par quelques icebergs qui dépassaient parfois de l'eau. Le maître du feu aperçut ''Butthead'' qui s'approchait de lui, son habituel sourire en coin sur les lèvres.

- Belle soirée, n'est-ce pas ? Rien de tel qu'un voyage en haute mer pour se débarrasser de tout nos soucis.
- Hum... répondit Hizo en désaccord, tant mieux si c'est votre cas... Que me voulez-vous ?
- Aaaaah, mais simplement admirer la beauté du paysage aux côtés d'un bon passager ...
- C'est bien.

- ... et vous informer que cette journée seulement vous coûtera 25 vils de plus !
- QUOI !?!?!?!

Le capitaine du Destructeur expliqua au maître du feu son altercation avec la maîtresse de l'eau. Évidemment, il lui raconta une version de l'histoire très avantageuse pour sa petite personne, mais l'essentiel du récit de Dimitry ''Butthead'' était véridique. Hizo réagit furieusement, bien entendu, et exprima son mécontentement.

- Alors ça non !!! C'est une blague, je ne suis pas d'accord !!!

D'où elle était, cachée entre des pyramides de tonneaux, Kalae pouvait entendre la conversation animée entre les deux hommes tant ces derniers se disputaient forts. À ses oreilles, Hizo n'avait pas l'air content du tout et il essayait tant bien que mal de négocier avec Dimitry le supplément monétaire causé par la jeune femme. Malheureusement, ''Butthead'' restait coriace et ne flanchait pas. Hizo ne pouvait espérer l'emporter sur lui dans le jeu subtil qu'est le marchandage. Kalae savait très bien qu'elle subirait le courroux de son ami...

Kalae était assise dos à un tonneaux, les genoux repliés sur elle-même. Un petit couinement se fit entendre et la jolie fille de l'eau vit le capucin apparaître agilement entre deux tonneaux et venir vers elle.

- Salut toi ! dit-elle avec un petit sourire.

Le capucin grimpa sur elle et Kalae le prit dans ses bras comme si elle cherchait du réconfort.
Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Ven 17 Sep 2010 - 23:44

Le petit animal fermait doucement les yeux, comme bercer par les battements de mon cœur. Dans mon coin je n'osais plus sortir, trop au calme entre les tonneaux et hors de la compagnie de ses pirates.

-C'est quoi ton petit nom? Demandais-je au petit singe comme si je m'attendais à une réponse.

L'animal leva ses petits yeux luisants remplits de malice vers les miens et pencha la tête sur le coté.
Il étais évident que l'animal ne comprenait pas ma question. Je devais lui trouver un petit surnom pour ce capucin, quelque chose de court et de simple a retenir.

-Capucin?... Cap'? Proposais-je a voix haute comme comme pour demander l'avis de l'animal.

Le petit Capucin afficha ses petites dents banches, que je pris comme un sourire. Il était sûr, que le nom de l'animal était loin d'être recherché mais je n'eus pas vraiment le temps de réfléchir plus longtemps à la question que Hizo s'approcha des tonneaux en tapant du pied le sol. Le jeune maitre du feu les écarta pour me chercher parmi eux et lorsqu'ils me trouva enfin il croisa ses bras sur la poitrine mécontent et me lança un regard menaçant. Capucin effrayé par l'aura que dégagait le jeune homme et par la violence avec laquelle il était apparut sauta de mes bras effrayé et partit se cacher dans les voiles après avoir escalader quelques cordages.

-25 vils! S'exclama-t-il horrifié. En une demi journée! Tu es vraiment pas possible...
-On échange de place Hizo, tu es d'accord? Proposais je en me levant d'un bon avec un sourire moqueur.
-A ce rythme, la bourse de ton frère ne nous suffira pas.

Le maitre du feu avait une fois de plus raison, si je continuais à m'emporter ainsi nous allions très vite nous retrouver endetter.

-Désolée. Répondis-je dans un soupir. Mais je ne peux vraiment pas supporter ce « Butthead »!
-Et bien contrôle toi, nous n'avons que quelques jours de navigation, tu peux mettre ton mauvais caractère de coté, ça t'es possible? Demanda-til sur un ton cynique.
-Ouais, hé bien pour le moment tu m'excuses, il faut que j'aille faire a manger!

J'enjamba les tonneaux en prenant garde de ne pas tomber, Hizo me suiva du regard, toujours les bras croisés puis je disparu a l'intérieur du navire cherchant les cuisines. Hizo repartit alors faire sa promenade sur le pont tranquillement comptant de tête les vils qu'il lui restait encore.

De mon coté, préparé à manger dans des conditions telles que je devais faire face n'était pas simple, en effet le manque cruel de matériel, le choix de nourriture restreint, et aucun système pour faire cuire quoi que se soit. Il y avait seulement du pain, de la viande fraiche achetée il y a peu au port avec quelques poissons, et de vieux fromages secs qui trônaient sur des étagères. Sans préciser la présence de plusieurs bouteille d'alcool ainsi que quelques sacs de pomme de terre posés dans un coin. * Qu'est ce que je peux faire avec ça moi ...? * Après avoir tourné en rond quelques instant je commençais alors à me mettre a la tache.

Le soleil commença à se coucher alors que pendant ce temps j'étais toujours en train d'essayé de faire quelques chose de ses ingrédients. Une vingtaine de minutes plus tard le repas était enfin prêt, du moins ce que j'avais réussit à faire dans ces conditions.

Sur le pont, le soleil avait disparut et la lune l'avait remplacé. Un borgne jouait de l'accordéon joyeusement entrainant ces camarades dans une chanson au rythme entrainant, qui racontait tout leur anciennes victoires et tout leur méfaits qu'ils énuméraient avec fierté.
Lorsque j'apportais les plats, les matelots se jetèrent dessus affamés, sans aucuns remerciements ni un regard, seul leur assiette leur importait. Hizo était assit auprès du capitaine et ils semblait avoir lancé une conversation autour d'un verre, une assiette dans chaque main je me dirigea alors vers eux.

-C'est pas trop tôt!
Protesta Dimitry avec un sourire moqueur lorsque son assiette arriva sous son nez.

Je me contenta de ne pas répondre mais poussa malgré moi un soupir agacé et posa les assiettes devant le maitre du feu et le capitaine. Hizo fut le seul qui me fit un petit signe discret de tête en guise de remerciement.

-Je t'avais dis que nous n'aimions pas manger à la nuit tomber mon coeur! Comme je te l'ai promis, ta ration sera coupée de moitié. S'exclama le capitaine la bouche à moitié pleine.
-Mais je ..

Mon regard croisa celui d'Hizo et je compris donc qu'il fallait mieux me taire pour évité d'ajouter 5 vils supplémentaires à nos comptes, je serra les lèvres pour évité de dire des mots qui pourraient coûter cher à mon compagnon de voyage. C'est donc un peu lus loin, après que Buttthead avait prit soin de pesait ma part de nourriture que je pus manger à l'écart des hommes imbibés d'alcool.

Même si l'ambiance y était plutôt festive et animée, la fatigue commença à m'envahir, laver le pont d'un grand navire et préparé un repas pour une bonne trentaine de personne en plus du voyage avec Hizo avant notre arrivé a bord, les journées étaient longues et épuisantes.
C'est donc en regardant un matelot faire le spectacle en dansant sur sa jambe de bois que le repas se termina, parmi les rires bruyants quelques bouteilles tombèrent au sol et se vidèrent de leur contenu sans que personne ne s'en aperçoive.
* Ahhh.... j'avais nettoyé tout à l'heure ce fichu pont…. ! *

Je m'éclipsa discrètement et fus une des première à partir me coucher, refusant de dormir dans la même pièce que les matelots j'avais trouver refuge dans les cuisines m'improvisant un duvet avec mon manteau posé à même le sol.
Allongé sur le plancher, la tête posée sur mon bras replié, mes paupières lourdes se fermèrent rapidement et malgré le bruit que pouvait faire les hommes à l'étage je m'endormis aussitôt.

Le lendemain matin, ce sont de petites pattes froides qui me firent ouvrir les yeux. C'était le petit capucin qui tentait de me réveiller, mais sachant la journée qui m'attendais je ne voulais pas me lever, connaissant déjà le genre de tache qu'il m'attendais une fois sortit dehors. Mias je n'avais pas le choix, si je ne sortais pas on viendrai sûrement me chercher. Je m'asseya alors sur le sol et mis une de mes petite chaussure, alors que je m'apprêtais à prendre la seconde le primate s'en empara et s'eloigna avec elle.

-Cap'.... il est trop tôt pour jouer là... Murmurai je les yeux a moitié ouvert en regardant le Capucin partir.

Je me leva doucement et m'avança vers le petit primate qui prit la suite a travers la pièce en possession de ma chaussure, je voulu courir en direction du singe mais mes pieds se prirent dans mon manteau au sol et c'est bruyamment que je m'étala de tout mon long sur le sol en bois, dans ma chute j'avais tenté désespérément de me rattraper au plan de travail mais je ne fis qu'entrainer les quelques assiettes encore propres et quelques casserole avec moi, ils finirent car me tomber dessus dans un fracas assourdissant.

-Aie! Aoutch!!

Le singe poussa un petit cri moqueur, je me releva rapidement pour retrouver l'animal, je me mis a le pourchasser dans la petite pièce ou j'étais, la pousuite dura quelques instant, puis l'animal sauta dans mes cheveux qui étaient détachés pour essayer de m'echapper. Le capucin essaya alors de se cacher sous mes cheveux mais il ne faisait en réalité que me chatouiller, chatouilleuse apr nature, je ne pus alors m'empêcher de rire et de me tordre dans tout les sens.Finalement apres un long acharnement je réussit a le retrouver et à lui arracher la chaussure.

La porte de la cuisine s'ouvrit en grand violement et Hizo fit son apparition comme pour voir ce qu'il se passait, il se heurta à quelques casseroles tombées au sol et leva son regard vers moi. C'est à moitié pied nue, en tunique bleu, décoiffée et avec le primate sur la tête que je me retourna vers le maitre du feu. Hizo et moi echangions alors un regard interloqué.

Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro Mar 21 Sep 2010 - 10:45

Cette nuit encore, Hizo avait eu du mal à dormir, son sommeil troublé par de nombreux cauchemars. Il avait dû se réveiller au moins 5 fois durant la nuit, chaque fois en sueur, le jeune homme ne pouvant affirmer précisément si l'humidité de la cale en était la cause principale. Chose certaine, des cernes étaient visibles sous ses yeux, résultat d'un manque flagrant et continuel de sommeil et son dernier réveil fut le dernier. Le maître du feu se résigna à se lever plutôt que de tenter de se rendormir et de risquer faire un autre mauvais rêve.

Pour quitter la cale, il montit l'escalier afin de se retrouver sur le pont. Là-bas, Hizo constata que le soleil commençait à peine à se lever, signe de l'aurore. *Argh... il est encore si tôt...* Le garçon prit une bonne bouffée d'air pur et entreprit de passer le temps en marchant sur le pont. La fête de hier soir avait été très animée et de nombreux dégâts et débris jonchaient le pont. Il ricana intérieurement en songeant que son amie Kalae recevrait l'ordre de tout nettoyer dès que le capitaine se lèverait.

Tandis qu'il marchait, un bruit sourd attira son attention. Puis un autre et encore un autre, venant de la cuisine, comme si quelqu'un s'amusait à renverser tout les couverts sur le plancher. Par curiosité, Hizo s'élança en direction des cuisines, posa sa main sur la poignée et ouvrit la porte. Il y découvrit Kalae allongée sur le plancher de bois entourée d'une tonne de casseroles et d'ustensiles, le singe bondissant sur la tête de la jeune femme. Interloqué, le maître du feu se gratta la tête.

- Mais qu'est-ce que tu fais là ?
- Hum... c'est à cause de Cap'. Il voulait jouer alors... alors il m'a volé ma chaussure et...

- Aaaah ça va ! la coupa-t-il avec impatience. Tu crois que c'est le moment de jouer avec ce crétin de macaque ? Si ''Butthead'' te voit ainsi au milieu de la cuisine toute à l'envers, il pourrait me charger 5 vils encore une fois. Alors lève-toi et ramassons les dégâts au lieu de faire l'idiote !

La maîtresse de l'eau grommela tandis que le maître du feu l'aida à se relever. À la grande surprise de Kalae, son ami l'aida effectivement à tout remettre en ordre, peut-être plus par crainte des 5 vils supplémentaires que par gentillesse, mais c'était tout de même apprécié. Cependant, en rangeant la pièce, ils ignorèrent le capucin qui ne souhaitait pas cesser de jouer... grave erreur.

- Ne me dis pas que tu as dormi ici ??? demanda Hizo, choqué de voir le petit lit de camps improvisé par son amie.
- Oui... c'était ici ou avec tout les matelots dans la cale. Personnellement, je préférais...

Kalae ne put maheureusement pas terminer sa phrase. Alors que les deux compagnons discutaient en faisant le ménage, le capucin qui s'ennuyait s'empara une grosse tomate pourrie et l'envoya directement en arrière de la tête du maître du feu. Elle éclata sur le crâne de Hizo dans un grand ''sploutch'' et fut éclaboussé de résidus de tomate franchement dégoûtante. Furieux, il se retourna en croyant qu'il s'agissait d'une mauvaise blague de la jeune femme, mais accusa rapidement le vrai coupable lorsqu'il aperçu le primate se tordre de rire en bondissant.

- Agrrrrrrr !!! Sale face de rat, je vais t'assommer !!!!

Kalae se retourna vivement, surprise de la soudaine réaction agressive de son ami. Lorsqu'elle l'aperçu couvert de jus et de morceaux de tomate, elle comprit alors ce qui s'était passé et tenta de calmer le jeu.

- Du calme Hizo ! Ce n'est qu'un petit animal inoffensif ! Ne lui fais pas de mal !

Le jeune homme s'empara d'une casserole et s'avança vers le capucin, l'air menaçant. Constatant que Hizo ne deviendrait pas un compagnon de jeu, Cap' préféra ne pas rester dans les environs. Toutefois, le petit capucin était un animal malin et il comprit rapidement qu'il pouvait bénéficier du soutien de Kalae, aussi sauta-t-il sur l'épaule de la jeune femme et se cacha derrière sa tête, se servant des cheveux de la jeune femme pour se couvrir, comme s'il pouvait ainsi disparaître du la vue du terrible maître du feu. Attendrie, Kalae le prit de ses mains agiles et le lova contre elle.

- Il voulait seulement jouer... pauvre petit.
- Pauvre petit ? répéta Hizo hors de lui. Pauvre petit ? C'est moi qui reçoit cette saleté derrière la tête et c'est lui le ''pauvre petit'' ???
- Il cherchait seulement de l'attention, expliqua-t-elle en caressa la tête du capucin, ne me dis pas que tu es jaloux de lui ?

Hizo allait lancer une réplique cinglante quand la porte s'ouvrit soudainement et le capitaine Dimitry ''Butthead'' fit son entrée, probablement attiré pour tout ce boucan. Il y découvrit les deux passagers et la pièce en désordre.

- Qu'est-ce qu'il se passe ici ? Que faisiez-vous seuls dans cette pièce, vous deux ? Pourquoi est-ce un vrai bordel ? Oh... je comprends... Je reviendrai plus tard si je dérange, hein !

Dimitry arqua en sourcil en envoya un clin d'oeil complice à Hizo. Ce dernier comprit aussitôt sa signification. *Quoi ??? Il ne pense tout de même pas que Kalae et moi... *
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




RPG


MessageSujet: Re: L'Île du Docteur Koro

Revenir en haut Aller en bas

Sujets similaires

-
» [Murail, Marie-Aude] La fille du docteur Baudoin
» 11e docteur, oui, mais quel compagnon pour la nouvelle série?
» Allo ?.. Docteur Micro ?..
» "Hello tous le monde ! Bonjour docteur Nick ! "
» L'Elixir du Docteur Carter - Paradise Canyon - 1935
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: