Partagez|

Épopée à la Nation du Feu <Terminé>

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Ven 6 Aoû 2010 - 22:22

Voilà 3 jours que Hizo était revenu de force à la Nation du Feu. Le temps passé à Ba Sing Se fut un véritable cauchemar. On l'avait poursuivit, battu, capturé, interrogé, relâché puis capturé à nouveau. Les services de renseignements du Royaume de la Terre l'avait accusé d'espionnage, ce qui était complètement faux, et il pouvait se compter chanceux de s'en être tiré vivant. Ô combien nombreuses furent les victimes politiques des agents du Dai Li. Ne serait-ce de l'intervention de l'amiral Rockwell, le jeune maître du feu aurait été exécuté, sans l'ombre d'un doute.

On l'avait banni de la capitale du Royaume de la Terre. Le jeune homme avait dû prendre de force le premier bateau, quel qu'il soit, en direction de la Nation du Feu avec la promesse de ne plus jamais remettre les pieds à Ba Sing Se. *Tout ce voyage complètement inutile ! Je n'ai RIEN découvert sur la maîtrise du feu !*
Le navire dans lequel il fut obligé d'embarquer n'avait rien pour l'encourager. L'équipage était constitué de joyeux lurons qui ne cessaient de chanter en travaillant. Au bout de 3 jours de voyage, Hizo était si exténué qu'il songeait sérieusement à se jeter par-dessus bord. De plus, il avait la migraine. Lorsque le port de Pohuaï fut en vue, il poussa un soupir de soulagement si fort que tous les matelots l'entendirent.

Malgré un dénouement plutôt heureux (après tout, le Dai Li aurait pu ordonné son exécution), Hizo était furieusement contrarié. Après un exil de quelque mois de la Nation du Feu, il était de retour à la case départ sans améliorations notables. Tout était à recommencer et évidemment, cela ne lui plaisait pas du tout. Un dilemme le rongeait intérieurement: reprendre un vaisseau en direction de Nimong et poursuivre ses recherches dans le vaste monde ou alors rentrer à la capitale dans l'espoir renouvelé qu'un maître poursuivra son apprentissage. Mais dans l'état où se trouvait le maître du feu, aucune prise de décision n'était favorable.

*Prendre un peu de repos et me ressourcer, voilà ce que je vais faire*
Ce fut la solution la plus sage à prendre pour l'instant. Mais malheureusement, pour Hizo, même prendre du repos entraîne son lot de problèmes quotidiens.
Tout d'abord, il loua une chambre pour quelques jours à une auberge de Pohuaï. Mais les clients bruyants l'importunaient et suite à un échange verbal plutôt animé avec le propriétaire des lieux, Hizo fut renvoyé sans même être remboursé. Il se trouva par la suite une petite chambre libre dans la cale d'un navire, mais il dû combattre des rats plutôt voraces. Le capitaine entra dans une colère terrible lorsque la coque fut endommagée par une explosion de feu. Le motif: il avait été mordu par un rat...

Finalement, il réussi à louer une petite cabane sur le bord de la plage. Petit coin tranquille où les seuls voisins se trouvaient à au moins 500 mètres, plus loin sur cette même plage. *J'espère y avoir la paix cette fois...*


Dernière édition par Hizo le Ven 20 Aoû 2010 - 6:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Sam 7 Aoû 2010 - 8:57

Après un très long voyage rempli de diverses embuches, perdue dans une foret étrange au royaume de la terre en compagnie de deux maitres de l'air, puis après avoir traversé le royaume jusqu'au temple de l'air occidental dans le but de rejoindre la nation du feu, pour en apprendre plus sur mes origine. Mais finalement en route j'avais été capturé par la marine du feu, et emmener de force sur les eaux. Je peux dire que mon voyage ne fut pas de tout repos. Heureusement, j'avais réussis a trouver un compromis avec l'amiral Fullbusters, et avait échangé ma place de prisonnier de la nation du feu contre des pirates qui nous avait attaquer en pleine mer.

Bref quoi qu'il en soit, aujourd'hui j'étais arrivé sur les cotes de la nation du feu, a Poduaï. Sur le port tout le monde me regardait étrangement en me dévisageant. Toute vêtue de bleue, ma tunique abimée et délavée par l'usure et le temps ne passais pas vraiment inaperçue.
Je partis en courant dans les rues pour me cacher des regards. Adossée a un ruelle j'étais enfin tranquille, cependant, je n'avais plus aucune affaires a moi, tout était resté sur les terres du temple de l'air occidental lors de ma capture.
Si je voulais pouvoir me balader tranquillement dans la nation du feu, il me fallait me fondre dans la foule. Je posa mes mais sur mon visage, pour faire un bilan de ma situation actuelle: Je n'avais plus aucune affaires, je ressemblais a une véritable rescapée de guerre et j'étais sur un territoire qui ne supportait pas les autres nations... Le destin ne m'avait pas fait de cadeau. Du moins, c'est ce que je pensais...

Un son effroyable me fit grincer des dents, une femme dans la maison d'à coté, étendait son linge en chantant. C'était une occasion parfaite pour que je puisse passer inaperçu, me vêtir comme une maitresse du feu. Je sortis de la ruelle sans perdre la femme du coin de l'œil. Alors qu'elle était occupée a faire son travail et vu tout le bruit qu'elle faisait en essayant de chanter j'entra chez elle sans quelle s'en aperçoive et sans qu'elle ne m'entende.
Une fois dans la maison, je marchais doucement, ses enfants, si elle en avait, devaient sûrement être a l'école a l'heure qu'il devait être et son mari surement au travail. Je monta dans sa chambre et ouvrit sa garde robe. Une infinité de choix s'offrait a moi!
J'esquissa un sourire et pris un ensemble en soie, quand je l'eu enfin essayer et que je m'étais regarder dans un miroir. C'était un véritable choc, j'en étais presque méconnaissable. Seul mes yeux (et peut être la couleur de mes cheveux) pouvaient me tromper. Le haut ne couvrait seulement qu'une partit du ventre et le bas donnait l'impression d'un pantalon qui s'arrêtait aux genoux … Moi qui était habitué aux manteaux de fourrure de la tribu de l'eau je me sentais étrange, en les portant. Mais curieusement, ce style me plaisait. Le tout était surmonté d'un collier en tissu rouge qui se portait a raz le cou et d'un anneau en fer de couleur doré accroché autour du bras droit.

Me voilà maintenant une maitresse du feu. Du moins c'est ce que devaient pensé les gens. Je détacha mes cheveux et les laissèrent tomber en cascade dans mon dos pour qu'il puissent cacher mon tatouage qui avec ce haut rouge était voyant. C'est alors que j'entendis la femme rentré dans la maison a nouveau, elle venait de finir d'étendre son linge. Je pris ma vieille tunique et la jeta par la fenêtre avant d'en faire de même avec moi après avoir tout bien remis en place.
J'enterra cette tunique que je ne pouvais désormais plus porter. Et partis dans les rues tranquillement.

Maintenant que j'étais a la nation du feu et que j'étais comme eux, je devais trouvé ce que j'étais venu cherché. Mais comment commencer mes recherches? Je ne pouvais pas questionner toute les habitants, j'en aurai pour des heures. Je voyais déjà les tracas arrivés de loin.... Je soupira fatiguée et déjà impatiente.
Après quelques minutes de marches j'étais arrivée a une plage, beaucoup de monde y était installé et de petite cabane longeaient également la cote. J'enleva mes chaussure et commença a marcher sur le sable chaud. Des femmes et des hommes bronzaient au soleil, des enfants faisaient des châteaux de sable, d'autres se livraient a des jeux aquatiques, le tout avait véritablement l'air de vacances estivale. Les pieds dans l'eau je marchais en regardant quelques jeunes habitant de la nation du feu surfer sur une planche a voile. Et alors que je regardais l'océan et les surfeurs je me heurta a quelqu'un violemment. Je mis ma main sur ma tête et m'excusa aupres de la personne, il s'agissait d'un jeune homme, d'une vingtaine d'année, Svelte, aux cheveux mis long et noir, ses yeux ambre et profond lui donnait un regard charmeur.

-Vous allez bien? Me demanda il avec une voix calme.
-Oui, excusez moi, je ne regardais pas où j'allais.
-Vous êtes pardonnée. Il me regarda plus longuement. Tu es nouvelle? Je ne t'ai jamais vu ici, et j'y viens très souvent.
Pendant quelques secondes, je ne savais pas du tout quoi répondre, qu'est ce que je pouvais bien lu raconter comme mensonge? Et vite!
-Non, c'est normal, je ne vis pas dans cette région, je suis venue ici, pour profiter un peu, avoir des vacances, j'ai besoin de repos.
-Vraiment? Et de quel région viens tu?
Demanda il avec le sourire.
Ne connaissant pas la géographie de la nation du feu et ne sachant pas quoi répondre je resta assez vague. De plus faire la discution avec lui, je n'avais pas vraiment le temps.
-Vous posez bien des questions alors que je vous connais a peine... répondis je en posant mes main sur mes hanches
Il sourit et s'excusa poliment, je voyais bien a ses manière qu'il n'était qu'un petit prétentieux qui se croyais irrésistible.
-Je M'appelle Chen, et toi?
-Kalae...
-Dis est ce que ça te dirai de venir ce soir? J'organise avec des amis une sorte de petite fête sur cette plage même, il y aura déjà plein de monde, mais si tu veux venir, tu sera la bienvenue.

*Un fête? Est ce que j'avais vraiment le temps d'aller aune fête?! Après tout, là bas il y aura beaucoup de monde, avec qui je pourra parler facilement... J'obtiendrais peut être des informations.
*
-Pourquoi pas, ça pourrai être sympa! M'exclamais je avec le sourire.
-Génial! Répondit il en faisant quelques pas en arrière. A ce soir alors, ici quand la nuit sera tombée.
Puis il alla rejoindre ses amis et jouer au volley ball.

Le soir venu, une fois la nuit tombée, j'étais venu comme promis. Une moitié de la plage était déserte sur l'autre moitié, la fête avait déjà commencer. Il y avait des musiciens de toute sorte qui animaient la soirée, des jeux de lumières impressionnant avaient été mis en place grâce a la maitrise du feu. L'ambiance était très festive. Le jeune homme que j'avais rencontré plus tôt dans l'après midi m'avait reconnu et m'avait accueillit a on arrivé. Il passa son bras autour de mon cou comme si nous étions ami depuis fort longtemps et me présenta a d'autres de ses amis. Des jeunes filles et des jeunes hommes très sympathiques avec qui je m'étais tout de suite bien entendu, il faut dire que j'étais quelqu'un d'assez sociable. Nous avions parler de tout et de rien, rigoler a en pleuré. Les musiciens ne cessaient de jouer de plus en plus fort et le rythme de leur musique était véritablement sympa. Il était temps, je devais réussir a questionner ses gens sans éveiller de soupçons.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Sam 7 Aoû 2010 - 10:25

Le jeune maître du feu passa la journée entière à l'intérieur de la petite résidence qu'il avait loué. Résidence était un bien grand mot, le bâtiment ressemblant beaucoup plus à un cabanon qu'à une maison. Quoiqu'il en soit, il ne mit pas une seule fois le pied dehors, se contentant de se reposer à l'intérieur. Son repos consistait à de longues périodes de méditation et d'entraînement physique afin d'évacuer le stress causé par sa situation problématique. Mais n'étant pas quelqu'un d'un naturel très réfléchi, il préférait de loin l'activité physique.

Le crépuscule vint très rapidement aujourd'hui. *J'ai chaud, je suis fatigué, j'ai mal partout ! Vivement un bon bain !* S'entraîner seul dans un espace intérieur plutôt restreint lors d'une chaude journée sur la plage avait de quoi déstabiliser le commun des mortels, Hizo n'y faisant pas exception. Avec l'intention de se laver dans la mer, il quitta donc son ''refuge'' et s'avança vers l'étendue d'eau. Il remarqua que de nombreux groupes de personnes marchaient dans le sable en direction d'une grande maison à 500 mètres de son cabanon. Tous des jeunes de son âge, soit environ 16 à 18 ans. *Qu'est-ce qu'il va se passer là... *
Une fois propre, il rentra chez lui épuisé avec la ferme intention de s'endormir. Le coucher de soleil terminé depuis une vingtaine de minutes, la noirceur envahit la voûte céleste, seule la lune éclairait dans l'obscurité. Mais le jeune homme ne trouva jamais le sommeil...

À 500 mètres de là avait lieu une grande fête organisée par une parfait idiot nommé Chen, un type de son âge, prétentieux, mauvais charmeur et coureur de jupon. Le genre de garçon qui recevait ce qu'il désirait de ''papa et maman''. Hizo le connaissait bien, ayant été à l'école avec lui et sa bande plus jeune et l'avait toujours considéré comme un abruti qui n'y connaissait rien, encore moins la maîtrise du feu. Hizo ne l'aimait pas du tout.
Le bruit était insupportable. Malgré la distance, le jeune homme pouvait facilement entendre les éclats de rire, les bavards à la voix devenue pateuse en raison du débit d'alcool et la musique plutôt forte jouée par un groupe populaire au sein de la Nation du Feu. Tout ceci l'énervait au plus haut point, non seulement à cause du tapage nocturne, mais aussi en raison du bonheur qu'ils affichaient tous. Son développement inhabituel et troublé l'avait toujours empêché de jouïr de ce genre de plaisir que se livrent les jeunes de son âge. Complètement obsédé par sa maîtrise du feu et son désir de prouver sa valeur à son horrible famille, Hizo se croyait de loin supérieur à ces folleries puériles.

- Arggh, j'en ai marre !! J'en ai marre ! Vont-ils la fermer ! Je veux dormir !!! gronda-t-il à lui même en se retournant plusieurs fois dans son lit.

Hélàs, toute ses plaintes et ses grognements n'eurent raison de tout ce boucan. Il avait beau se boucher les oreilles, cacher sa tête sous son oreiller, frapper du pied sur son matelas, ce fut en vain. La fête battait son plein et le maître du feu craignait que ce serait ainsi jusqu'aux petites heures du matin. Comme pour attiser sa colère davantage, les musiciens entamèrent un solo de tambour à réveiller un mort ! C'en était trop pour Hizo qui poussa un cri de rage. D'un bond, il sauta du lit, s'habilla et sorti de chez lui en claquant la porte. D'un pas déterminé, il fonça en direction de la fête, bien décidé à y mettre un terme, au risque de gâcher leur plaisir. De toute façon, il n'en avait rien à faire.

- On va voir ce qu'on va voir...

Il devait être près de 23h00 lorsque Hizo fit irruption dans la maison, ayant bousculé au préalable ceux qui, à l'extérieur, avait tenté de lui bloquer le chemin. Une ambiance à tout cassée, frôlant la décadence, régnait à l'intérieur de la luxueuse résidence. Il n'avait jamais assisté à un aussi gros rassemblement de jeunes hommes et de jeunes filles de son âge à un même endroit.
Le visage rouge de colère il s'approcha des musiciens et d'un violent coup de poing, fracassa un tambour en deux. Le bruit cessa subitement et tous dévisagèrent le maître du feu qui venait de casser l'ambiance de la même façon qu'il l'avait fait avec le tambour. Le temps semblait s'être arrêté avec le calme soudain et tout les regards de mépris qu'il engendrait. Mais ceci ne détruisait pas sa détermination. Il s'adressa à la foule avec une assurance inhabituelle.

- CE N'EST PAS BIENTÔT FINI TOUT CE BOUCAN ??? DÉGAGEZ D'ICI BANDES D'IDIOTS OU JE FAIS UN MALHEUR !!!!

De belles paroles qui venaient de lui mettre toute la salle à dos. Chen, accompagné de sa bande et de jolies jeunes filles excitées, vint confronter le maître du feu.

- Hizo, qu'est-ce que tu fiches ici ? Je te n'ai pas invité puisque personne ne voulait te voir. Mais tu OSES te pointer ici pour tout casser ! Espèce de crétin ! Fous le camps d'ici !

Plusieurs murmures d'approbations fusèrent d'un peu partout. Hizo commençait à se rendre compte qu'il avait fait une erreur en venant ici, mais cela n'atténuait pas sa colère. Il allait prononcer une réplique cinglante mais quelque chose, ou plutôt quelqu'un attirait son attention. Une belle jeune femme sortie d'un coin et s'approcha en dévisageant le maître du feu avec curiosité. Le jeune homme ne la reconnu pas immédiatement, le temps passé et les vêtements qu'elle portait brouillant sa mémoire. Mais lorsqu'elle fut à quelques mètres de lui, ce fut à ce moment qu'un souvenir illumina ses pensées. La maîtresse de l'eau avec qui il avait fait le voyage au Passage du Serpent ! Celle qui s'appelait Kalae.

- Toi !?!?!?! déclara-t-il à cette dernière, son visage tiré par une surprise non feinte.
*Mais qu'est-ce qu'elle fait ici ???*

Il ignorait la raison de sa présence à cette fête mais le fait qu'elle sortait seule d'un coin isolé signifiait peut-être que sa soirée ne se déroulait pas très bien...

Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Sam 7 Aoû 2010 - 11:41

La soirée était une véritable réussite, je discutais tranquillement en compagnie de Chen et de ses amies. Mais la musique s'arrêta soudainement dans un fracas éffroyable et un homme se mit a hurler.

-CE N'EST PAS BIENTÔT FINI TOUT CE BOUCAN ??? DEGAGEZ D'ICI BANDES D'IDIOTS OU JE FAIS UN MALHEUR !!!!

Beaucoup sursautèrent, moi y compris. Cette violence soudaine nous avait tous surprit. Je ne sais pour qu'elle raison, sûrement a cause de tout ce que j'avais pu vivre avant, au son de la voix de ce maitre du feu inconnu je me cacha derrière un poteau voisin. Je crains bien que toute mes aventures précédente avaient finir par me rendre sur le qui vive a chaque instant.
Chen s'avança en tapant des pieds vers l'inconnu.

-Hizo, qu'est ce que tu fiches ici? Je ne t'ai pas invité puisque personne ne voulait te voir. Mais tu OSES te pointer ici pour tout casser! Espèce de crétin! Fous le camps d'ici!

Tout le monde se mirent a chuchoter dans leur coin. *Hizo?!! Mais qu'est ce qu'il fous là?! Il fout en l'air l'ambiance!! Comment je fais faire moi maintenant pour arriver a faire parler ses gens!*
Le silence régna pendant quelques seconde, je sortis de mon coin doucement l'air légèrement contrarié, et marchais vers lui avec des pas silencieux tout en dévisageant Hizo intensément, il me regarda lui aussi en insistant. Retrouver Hizo ici et dans ces conditions était véritablement une surprise.

-Toi!?!?!?! Déclara il stupéfait.
Tout les regard se tournèrent a leur tour vers moi. Chen s'avança en ma direction.
-Tu connais ce type? S'exclama il en pointa Hizo du doigt.
-C'est a dire que... j'ai déjà eu l'occasion de le croiser.
-Hé bien recule, ne t'approche pas de lui, c'est un malade! Dit il su un ton arrogant et énervé.
Je vis les poings d'Hizo se serrés et connaissant ce jeune maitre du feu, ça allait mal se terminer. J'essaya alors de calmer Chen en premier.
-Écoute Chen, ce n'est pas grave, je comprends si tu ne souhaite pas l'invité, mais peut être que nous pouvons discuté.
-Discuter?! Reprit il sur un ton sec. Il a cassé des instruments! Il hurle sur mes invités!
-Certain aimeraient simplement dormir Chen! S'exclama Hizo.
-Tu n'as qu'a aller dormir ailleurs dans ce cas... imbécile!

Hizo, aux mot du jeune prétentieux descendit de la scène prêt a se battre contre Chen. Les filles qui nous entouraient se mirent a partir en courant en sachant que tout allait dégénéré. Chen et Hizo se confrontaient méchamment du regard. Tout était sur le point de dérivé au drame. Je m'inséra entre les deux maitres du feu, prit la main d'Hizo et le sortit de la maison sans rien dire.
-Bon débarra! S'exclama Chen en balançant sa main.
Hizo, voulait rentré a nouveau a l'intérieur pour faire ravaler la fierté de Chen, mais il me suivit sans résistance.

Une fois sur la plage, que nous étions sur la plage, a quelques pas de la maison, la musique (du moins avec les instrument qui restaient) reprit, ainsi que l'ambiance festive.
Hizo m'avait fait sortir de cette soirée ou je m'amusais bien et où j'avais une chance de trouver enfin les informations sur ma famille qui je recherchais depuis longtemps. On pouvait lire dans les yeux du maitre du feu avait encore du mal a se faire a mes nouveaux vêtements et aux cheveux détachés.
-Hizo, mais qu'est ce que tu fais là? Demandais je sur un ton encore surprit.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Dim 8 Aoû 2010 - 6:21

La situation s'envenimant à vue d'oeil, Kalae eut la sagesse de séparer les deux ennemis avant que quelque chose de regrettable ne se produise. Elle saisit fermement la main du jeune maître du feu unanimement indésiré et quittèrent ensemble la grande demeure, suscitant l'approbation générale. Elle avait donc mit un terme à la confrontation des deux fils du feu par voie diplomatique.

Un peu plus loin sur la plage, à proximité de l'océan, la maîtresse de l'eau se retourna vivement et fit face à son homologue du feu, son visage affichant une expression de contrariété et de surprise. Tandis qu'elle le fixait l'air sévère, Hizo ne put s'empêcher de la regarder, à la limite de la contemplation, à la fois étonné et embarrassé de retrouver son ancienne compagne de voyage en une tenue si légère, très en vogue chez les jeunes filles de la Nation du Feu. Il la trouvait plutôt... féminine. Ce fut Kalae qui prit la parole la première, l'arrachant à sa confusion.

- Hizo, mais qu'est-ce que tu fais là?
- Qu'est-ce que ''JE'' fais ici ? s'indigna-il toujours aussi nonchalant. Ais-je besoin de justifier ma présence au sein de ''MA'' patrie... J'ai eu quelques problèmes et j'ai dû revenir ici... Mais la question est ''TOI'', qu'est-ce que tu fais ici ?

Kalae pouvait dès lors reconnaître le bon vieux Hizo avec lequel elle avait voyagé de Nimong jusqu'au Passage du Serpent. Son mauvais caractère assaisonné d'une petite touche d'arrogance bien à lui se révélait difficilement oubliable... surtout lorsque l'on est une femme.

- Je te l'avais dit que j'espérais me rendre à la Nation du Feu ! répondit-elle avec assurance. Il est fort possible que j'ai des origines me conduisant ici, alors je compte bien découvrir la vérité ! Qu'est-ce que tu n'as pas compris lorsque je t'ai dit que je comptais m'y rendre ?
- J'avais très bien compris ! Seulement je pensais que c'était une blague !
- Une blague ?
répéta-t-elle stupéfaite en posant ses mains sur ses hanches. Et pourquoi est-ce que j'aurais blagué au sujet de ma famille et de ma destination !?!?!

*Mais elle est stupide ou quoi ...* Hizo posa sa main sur son front, tentant bien que mal de garder son calme. Kalae le dévisageait, attendant évidemment une réponse. Elle avait traversé des épreuves éprouvantes et avait enduré des souffrances qu'aucune femme en ce monde ne méritait. Elle attendait des explications et vite.

- Tu es donc aussi idiote et peu réfléchie que toute les femmes ! cracha-t-il entre ses dents, peinant à maîtriser son impatience. Tu crois peut-être que c'est un jeu ? Que tu peux te permettre tes petits voyages partout dans le monde à la recherche de l'improbable ...
- Comment oses-tu...
le coupa-t-elle, le regard assombri et les poings serrés par une colère naissante.
- Tu es ici à l'endroit le plus dangereux pour une maîtresse de l'eau ! poursuivit le maître du feu en haussant le ton. Et cela concerne toute les autres nations d'ailleurs ! Que crois-tu qu'il va t'arriver lorsque tous apprendront qu'une fille de l'eau voyage à travers la Nation du Feu ? Hein ? Qu'est-ce que tu penses qu'il va arriver ?

Kalae se souvint immédiatement de sa rencontre infortuite avec l'amiral Fullbuster et son équipage. Elle avait été capturée et emmenée en tant que prisonnière uniquement en raison de sa nationalité. Mais il s'agissait une véritable joute verbale entre deux adversaires tenaces, aucun ne désirant perdre du terrain face à l'autre. Chacun cherchait à gagner sans admettre ses erreurs.

- Il n'y a pas de guerre à ce que j'en sais. Nous sommes en paix et j'ai donc libre accès partout dans le monde.
- AU DIABLE LA PAIX ! s'emporta Hizo. Ce n'est qu'une façade ! Cela ne veut rien dire ! Rien du tout ! Tu ne peux imaginer à quel point l'intolérance est prédominante ici ! Ils font croire la paix alors qu'ils encouragent la haine. Ils te feront du mal s'ils connaissaient la vérité à ton sujet ! Tu es détestée par la grande majorité des gens dans cette contrée ! Tu t'es foutu dans un guêpier en venant ici, Kalae !!!

La maîtresse de l'eau comprit que son interlocuteur faisait référence aux autorités, au gouvernement et sûrement aux maîtres du feu lorsqu'il mentionnait ''ils''. Mais Kalae était une jeune femme aussi intelligente que déterminée. Elle savait où voulait en venir Hizo, mais la quête de son passé était à ses yeux aussi importante que ce qu'elle chérissait le plus au monde.

- Eux là-bas, dit-elle calmement en pointant la riche maison de Chen, ils ne semblaient pas me détester. Tout allait pour le mieux et il a fallu que tu viennes tout gâcher. Peut-être aurais-je pu recueillir des renseignements sur ma famille légitime.
- Je suppose que tu ne leur as pas parlé d'où tu venais ... hum, évidemment que non ! Retourne donc les voir et dis-leur que tu es une fille de l'eau. Mieux encore, dis-leur que tu es maîtresse de l'eau, sans oublier de leur faire une petite représentation de ton talent. Tu verras s'ils t'aimeront toujours !

Le jeune homme avait glissé son hypothèse sur un ton sarcastique, un peu hautain même. Kalae sera-t-elle en mesure d'admettre qu'il avait raison sur ce point ? Mais Hizo poursuivit:

- De plus, ton ''ami'' Chen ne s'intéressait pas à toi pour ton agréable compagnie, ta bonne humeur ou ton intelligence si seulement tu en possèdes une ! Il te voulait pour la nuit, si tu vois ce que je veux dire... Pour inviter l'étrangère que tu es, il a sûrement eu un oeil sur toi alors il a cherché à écrire ton nom dans son ''livre des conquêtes''. Ne me regarde pas ainsi, je n'invente rien... même qu'il prend plaisir à s'en vanter ! Je suis convaincu que toute sa bande devait être au courant de son petit projet avec toi ! Et si tu ne me crois pas, retourne à Poduaï et va demander aux belles filles qui s'y trouvent pourquoi elles n'ont pas été invité à sa petite fête... tu auras ta réponse !

La maîtresse de l'eau resta muette face à cette révélation. Elle était suffisamment mature pour comprendre que tout cela avait un sens, mais son petit côté naïf l'avait poussé à croire le contraire plus tôt lorsqu'elle avait accepté l'invitation de Chen. Hizo et Kalae se regardait sans rien dire, le silence devenant réellement embarrassant. Ce fut la jeune femme qui brisa le silence d'une voix si tremblante que le garçon blond crut qu'elle éclater en sanglots. Mais Kalae était trop fière pour pleurer en ce moment.

- Et que veux-tu que je fasse ? Alors, toi qui sait tout sur tout, que veux-tu que je dise ou que je fasse ?

Ces paroles étaient plutôt cassante, la maîtresse de l'eau étant blessée dans son orgueil. Mais Hizo, convaincu d'être maître de la situation, n'en fit rien. Il se contenta de lui répondre avec un calme que Kalae ne lui connaissait pas.

- Retourne à Poduaï et embarque sur le prochain bateau, qu'importe sa destination. Quitte ce pays le plus tôt possible, quelque soit l'endroit où tu devras aboutir. Tu es ici à la mauvaise place au mauvais moment... et peut-être pour les mauvaises raisons...

Sous le clair de lune, la brise océanique faisait danser leur cheveux tandis qu'un nouveau silence s'installa. Seul le bruit des vagues rompait le calme. Que répondra Kalae ?
Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Dim 8 Aoû 2010 - 10:06

La lune était presque pleine, les vagues dansaient au gré du vent, une brise agréable et iodée nous caressait doucement la peau.

-Retourne a Poduaï et embarque sur le prochain bateau, qu'importe sa destination. Quitte ce pays le plus tôt possible, quelque soit l'endroit où tu devra aboutir. Tu es ici à la mauvaise place au mauvais moment... et peut-être pou les mauvaises raison.

Mon regard se leva vers celui du maitre du feu avec détermination.

-Je ne partirai pas si près du but, est ce que tu as une idée de ce que tout cela représente pour moi?! Je ne quitterai pas cette contrée, après tout ce que j'ai enduré pour venir jusqu'ici, hors de question! je n'aurai qu'a cacher aux autres que je suis une maitresse de l'eau. Jusqu'ici, j'ai plutôt bien, réussis a ce que je sache!


Hizo leva les yeux au ciel, agacé par mon entêtement. Il s'avança, me passa a coté et commença a marcher sur le sable silencieusement.

-Dans ce cas, débrouille toi.
Je me retourna et en le regardant s'éloigné au loin.

-Et tu vas me laisser là? Mais, ne pars pas! M'exclamais je sur un ton abasourdi
-Retourne a ta fête. Lâcha il sans se retourné.
Je me mis a courir sur le sable pour rattrape le maitre du feu qui était déjà a plusieurs mètres de distance.
-Je ne retournerai pas a cette soirée.

Le maitre du feu continuait de marcher sans me jeter de coup d'œil, moi qui marchais a ses cotés.

-Hizo, je t'en prie, tu es le seule que je connaisse dans cette nation nation, tu es le seul qui puisse m'aider a travers ce pays, tu es le seul en qui je peux avoir véritablement confiance ici... Je sais que tu n'en a rien a faire d'une petite maitresse de l'eau a la recherche de la vérité, mais en signe de notre amitié, du moins si tu considère en tant qu'ami, ne me laisse pas comme ça...


Hizo s'arrêta de marché, regarda le sable avec une expression étrange. De la colère? De l'agacement? De la tristesse? A vrai dire, je ne saurai trop le dire, cette expression mystérieuse lui donnait un visage a la fois calme et contrarié.
Je poussa un petit soupir comme pour laisse sortir une angoisse.

-Hizo, il faut que je te montre quelque chose. Peut être que toi tu saura...
Le maitre du feu se retourna curieusement vers moi. Je comptais pour la première fois montré a quelqu'un' un ce tatouage qui depuis toujours était sur moi. Je passa timidement mes cheveux sur le coté et tourna tourna le dos au jeune homme qui parcourait du regard cette marque ancrée dans ma peau jusqu'à la fin de mes jours.
Hizo eu une surprise, il semblait reconnaître ce symbole. Je me remis face a lui et lui en remettant mes cheveux dans mon dos.

-Qu'est ce que tu en pense?
-Kalae, repris il en me regardant dans les yeux. Ce signe c'est celui de la famille Huang.
Mon cœur se mit a battre fortement, je ne m'attendais pas a ce que ce symbole existe, je pesais que c'était un symbole imaginé par la personne qui m'avait fait la marque.
-La famille Huang? Répétais je d'une voix tremblante.
-Une famille noble de la nation du feu, de véritable notable...

Il y eu une silence sur la plage, même la musique a peine audible de là où nous étions désormais avait disparut dans nos esprit. Il était tard, et la notion du temps disparut dans mon esprit, une seconde me semblais duré toute une vie.


Dernière édition par Kalae le Lun 9 Aoû 2010 - 9:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Dim 8 Aoû 2010 - 19:20

- La famille Huang?
- Une famille noble de la nation du feu, de véritables notables...


Hizo savait de qui il s'agissait. Bien que ne les connaissant pas personnellement, il les avait vu plus d'une fois par le passé. Ils représentaient l'idéal même de la Nation du Feu; fiers, arrogants et tous plutôt doués dans la maîtrise du feu. Le jeune garçon ne savait pas trop quoi en penser mais chose certaine, la maîtresse de l'eau risquait d'être accueillie plutôt froidement par sa ''famille biologique''... si vraiment c'était le cas.

Une lueur de détermination brillait dans les yeux de Kalae. Enfin elle venait de trouver un indice valable et saurait quoi demander lorsqu'elle poserait des questions.

- Où puis-je les trouver ? demanda-t-elle.

Hizo poussa un soupir d'inquiétude. À ses yeux, la maîtresse de l'eau se lançait tête baissée dans une aventure au dénouement incertain. Mais il ne pouvait lui cacher des informations maintenant alors qu'il venait de lui donner autant de pièces à son casse-tête. Il avait commencé, il devait donc finir.

- Ils ont des résidences un peu partout dans la Nation du Feu. C'est une grande famille issue de la noblesse qui possède des terres dans toute la nation. Toutefois, leur domaine principal, où tu as le plus de chances de les trouver, se trouve à la Capitale.
- La Capitale, répéta-t-elle comme si elle souhaitait le noter.

Le jeune maître du feu hocha la tête en guise de confirmation. La petite Fille de l'Eau ne reculait donc pas et avait réellement l'intention de voyager à travers la Nation du Feu afin de rencontrer des parents qu'elle n'avait jamais vu de sa vie. Ce serait une entreprise risquée et elle le savait certainement. *Quelle idiote ! Je ne peux croire à une telle bêtise humaine !!!*

- C'est plutôt loin d'ici, continua-t-il comme s'il tentait de la décourager, à 3 journées de marche et les chemins sont plutôt bien gardés. Il y a de nombreuses patrouilles de soldats qui s'acharnent sur les voyageurs par des questions interminables. Nombreuses furent les arrestations qui n'étaient pas justifiées.

Kalae haussa les épaules, peu convaincue par la tentative de découragement du maître du feu. Elle l'écoutait sans broncher jusqu'à ce qu'il termine son discours pessimiste. Lorsqu'il eut terminé, elle prit la parole, ignorant les ''mises en garde'', d'un air presque timide.

- Je ne sais pas comment y aller à la Capitale...
- Eh bien tu dois retourner à Poduaï, prendre la route de l'est et la suivre jusqu'à un embranchement qui...

Il interrompit ses propres explications lorsqu'il s'aperçut du regard triste, presque désespéré, de celle qui l'avait appelé ''ami'' plus tôt. Oui, au fond de lui sous sa façade dure et antipathique, Hizo considérait Kalae comme une amie. Ils avaient ensemble traversé des épreuves, avaient déjoué la mort et ils avaient plutôt bien combiné leurs éléments respectifs malgré leur opposition flagrante. Ils s'étaient confiés l'un à l'autre et ce sans prendre garde aux considérations raciales. Autrefois intolérant, aujourd'hui Hizo tentait de protéger la maîtresse de l'eau de sa propre patrie en cherchant à la décourager d'entreprendre un tel périple et ce même si cela se résolvait inévitablement par un échec. Oui, Kalae était son amie. Mais il ne l'avouerait pas.

Il prit en pitié la pauvre Kalae, seule et perdue dans un océan où les requins sont innombrables. Il revint donc sur sa décision.

-.... ARGH ! poursuivit-il en tapant du bien, vaincu par l'acharnement de son amie. D'accord je vais t'accompagner jusqu'à la famille Huang !
- Vraiment !?!? s'exclama-t-elle avec joie.
- Ben oui...

Le maître du feu marmonna quelque chose à propos de la stupidité féminine que Kalae n'entendit pas totalement. Cependant, elle ne lui en voudrait pas même si elle l'avait entendu. Elle ne voyagerait pas seule et aurait un guide qui connaît bien la Nation du Feu, Hizo en étant originaire.

- Nous partirons demain matin. Je vais tenter d'aller dormir malgré tout ce raffut ... continua-t-il bougon en pointant la maison de Chen. Où dormiras-tu cette nuit ?
Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Lun 9 Aoû 2010 - 20:04

Le fait que Hizo m donne tout ces indices aussi précieux et accepte de m'accompagné, j'avais envie de lui sauter dans les bras en guise de remerciement. Mais je pense que le jeune maitre du feu aurait été dans l'embarra, le connaissant, je laissa donc juste s'échapper un « merci » avec un grand sourire. Certes comme venait de me l'apprendre Hizo, ma famille venait apparemment dune famille importante de la nation du feu, je ne savais pas comment ils réagiraient en me voyant. Si il étaient même au courant de mon existence. Mes chacun des pas que je faisais me rapprochais de mon but.

-Nous partirons demain matin. Je vais tenter d'aller dormir malgré tout ce raffut. S'exclama il en pointant du doigt la maison de Chen. Où dormiras tu cette nuit?
-Heu ….
A vrai dire, je n'avais pas vraiment d'endroit où dormir. Je n'avais plus rien et e connaissais pas cette nation. Il est vrai que question organisation, je ne suis pas vraiment la meilleur... Hizo soupira en baissant la tête, il avait très bien compris que je ne savais pas moi même où je dormirai.
-Allez viens! S'exclama il en se dirigeant vers sa maisonnette.

Plus l'on s'approchait et plus la musique semblait de plus en plus forte. Hizo lâcha un grognement, mon regard se tourna vers la maison de Chen fortement éclairée et bruyante. Il avaient reprit comme si de rient était. Hizo, rentra dans la maison je le suivais de près, il ferma la porte, la musique arrivait même jusqu'à nous, toute fenêtres et portes closes. Hizo reprit une expression colérique, je me dirigea vers la fenêtre et l'entrouvrit.
-Je vais essayé stopper ce vacarme... avais je murmure doucement.
Hizo, curieux s'était installé a coté de moi a la fenêtre, nous avions prit garde a ce que personne ne nous regarde, de toute façon enfermé dans cette maison, il n'y avait pas de risque pour que je puisse pratiquer m maitrise.

Je fis ruisseler sur le sable de l'eau de la mer. Une fois l'eau arriver au pied de la fenêtre, je la fis monté le long du mur, et comme la maison de Chen n'était pas loin, je pouvais donc imiter la pluie au dessus de sa terrasse. Je e pouvais pas faire un grand déluge car derrière une fenêtre a plusieurs mètres de distance réduisait mes capacités.
Quelques goutes commencèrent a tomber du ciel sur les invité, puis les goutte se faisaient de plus en plus nombreuses. Certain croyant que la pluie allait devenir de plus en plus forte, comme les fameux orages d'été, partirent de la fête. Toutes es portes et les fenêtres de la maison de Chen furent fermer pour ne pas que ce qu'il pensaient être l'eau de pluie n'entre dans la maison.

Le bruit était toujours là, mais le volume était devenu raisonnable. Je crois qu'a cette distance là, c'est tout ce que je pouvais faire. Hizo fit un signe de tête légèrement satisfait et alla se coucher dans sa chambre sans rien dire. Je m'installa donc a on tour sur la canapé et m'endormis très rapidement.

Le ledemain matin, se sont les rayons du soleil qui me réveillèrent. Hizo était déjà debout et grignotait quelque chose. Je m'étira et leva la tête du cousin en saluant Hizo. Il me fit juste une signe de main rapide. Après manger, nous partîmes de la maisonnette pour notre voyage de 3 jours.
Nous étions donc retourné a Poduaï, puis guidé par Hizo nous primes la direction de l'est. Sur les grandes routes, nous ne rencontrions pas véritablement de soucis, nous étions comme tout le monde, mais sur els petites routes, comme l'avait prévu Hizo des gardes sillonnaient les routes. Mais après quelques mensonges bien tissés, et quelques pièces habillement échangées. De plus en compagnie d'Hizo, descendant d'une grande famille de la nation du feu n'avait qu'a présenter quelques papiers pour parcourir librement son pays.
C'est donc sans véritables encombres que nous étions enfin arrivé a la capitale au bout du troisième jours, en fin d'après midi.
Là bas, plein d'homme et feu richement vêtues parcouraient les rues en parlant et en riant bruyamment. De grandes diligences soulevées par des porteurs transportaient des gens de haut rang.
La ville était véritablement riche et vivante, je parcourait toutes les rues avec curiosité, jusqu'à ce que mon regard se fige sur un drapeau. Hizo se retourna, je n'était plus a ses cotés, il se mit alors a cherché vivement autour de lui et me vit, figé les yeux vers le ciel. Il me prit par le bras fermement. Et reconnu l'emblème du dragon que le drapeau. La demeure Huang se trouvait être très proche.

Après quelques minutes, nous étions devant leur propriété. Une grande maison avec un grand jardin s'étendaient devant nous. Hizo et moi traversions le jardin, sa décoration était très proche du style japonais, très reposante, une petite marre remplie de poissons qui tournaient tranquillement en rond.
Arriver a la grande porte d'entrée avant de frapper Hizo me vit échapper un soupir pour évacuer mon stress.
Hizo frappa pour moi a la porte, j'avais du mal a lever ma propre main terrorisée et a la fois débordante de joie. Des bruits de pas se firent entendre de la où nous étions. Un homme agée nous ouvrit.

-C'est pour quoi?
Nous demanda il avec un air hautain.
Hizo et moi échangions un drôle de regard. Il fut le premier de nous deux a prendre la parole.

-Nous souhaiterions s'entretenir avec monsieur et madame Huang.
-Je regrette, reprit le vieillard, les Huang n'acceptent la visite de personne auparavant prévenu de leur arrivé.
Je remontra une nouvelle fois mon tatouage a l'homme qui semblait être le domestique. Il glissa son regard sur mon dos et reconnu évidemment l'emblème.
-Est ce que nous pouvons entré? Insistais je.
-Je reviens. S'exclama il en nous claquant la porte au nez.

Après quelques secondes d'attentes, la porte se rouvrit enfin et l'homme nous laissa entré. Hizo et moi entrions dans la maison timidement. Le domestique nous mena jusqu'à une grande salle près de l'entré ou un immense escalier débouchait. Deux personnes descendirent l'escalier centrale, un homme et une femme d'une soixantaine d'années, en nous lançant un regard étrange et remplit de curiosité. Hizo et moi par politesse nous étions incliné pour les saluer.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Lun 9 Aoû 2010 - 21:46

Le voyage s'était plutôt bien passé. Trois journées de marche qui furent sans encombres, où le beau temps fut au rendez-vous. Bien que Kalae n'avait pas l'habitude d'une telle chaleur, en raison du climat plutôt exotique et à la proximité des volcans, elle ne se plaignit pas une fois et semblait d'habituer rapidement à ce nouvel environnement. Tout comme l'eau, elle s'adaptait au lieu où elle se trouvait.

Lors de la 2eme journée, une crainte assaillit le jeune maître du feu mais il n'en fit pas part à sa compagne de voyage. Hizo connaissait bien les vallées, forêts et chemins sinueux à l'intérieur de sa patrie, les ayant parcouru durant 3 longues années, il savait donc si quelque chose d'inhabituel était particulièrement dérangeant. Or donc, il avait la curieuse impression qu'on les espionnait, qu'on les suivait. Kalae, trop concentrée sur son objectif, n'avait rien ressenti, mais Hizo restait sur ses gardes.

Ils atteignirent ensemble la Capitale en début d'après-midi de la 3eme journée. Les soldats du feu affectés à la surveillance des grandes portes eurent bien quelque doute quant à l'identité de la jeune femme aux cheveux violets, mais lorsque Hizo leur dévoila son identité, ils s'écartèrent afin de les laisser passer. Le jeune homme avait beau détester sa famille, il n'en restait pas moins qu'il appréciait les avantages du sang noble.

- Nous sommes dans la Capitale, déclara Hizo en furetant un peu partout du regard, contente-toi de me suivre.

Kalae acquiessa. Si cette dernière montrait des signes de curiosité, voire de fascination, face à cette grande cité à l'architecture sublime et son peuple vivant, Hizo se méfiait. Il ne l'a pas dit à son amie, mais il craignait de retourner à la Capitale. Il en était mort de peur en réalité. À la seule pensée de tomber sur quelqu'un qui le connaissait lui et sa famille ou pire, de se retrouver face à sa mère ou ses soeurs l'horrifiait. C'était trop tôt. Il n'avait nul envie de les revoir, de leur parler ou de leur démontrer quoique ce soit pour le moment. *Je ne suis pas encore assez fort pour leur prouver quoique ce soit. Lorsque j'aurai acquis plus de puissance et aura gagné plus d'influence qu'elles... alors peut-être...*

Kalae fut la première à apercevoir le blason de la famille Huang; le dragon. C'est en se promenant dans le quartier noble qu'ils y découvrirent leur résidence. Une richissime propriété au style japonais qui pourrait donner mal au coeur à la simple classe moyenne. Les décorations y étaient si extravagantes qu'Hizo cru un moment que sa propre famille n'était pas membre de la noblesse. Il se contenta de froncer les sourcils.

Grâce au tatouage que la maîtresse de l'eau portait dans son dos, le valet accepta de les faire entrer. Il conduisit les deux invités dans un immense salon aux décorations extravagantes, les couleurs prédominants sur le rouge comme pour la majorité de la Nation du Feu. Quelques instants plus tard, un couple dans la soixantaine descendit le grand escalier et vint à leur rencontre. Le valet annonça leur arrivée comme un héraut le faisait pour un couple seigneurial.

- Maître Udo de la maison Huang et son épouse, Dame Toya Huang !

Hizo et Kalae s'inclinèrent en guise de respect à ce couple de la noblesse. Udo était un homme paraissant faire 20 ans de plus, ses traits étant trop arqués pour un homme de la soixantaine, son crâne étant chauve et son visage couvert de rides. Sa femme, dame Toya, conservait une apparence respectable pour une femme de son âge mais semblait en constante mauvaise humeur. *L'archétype du couple de vieux...* songea Hizo.

- Qui êtes-vous et que pouvons-nous pour vous ? demanda Udo d'une voix sèche.

N'osant pas répondre, Hizo posa son regard sur son amie, attendant qu'elle prenne la parole. Mais cette dernière était en contemplation et aucun mot ne sortait de sa bouche. La fille de l'eau se tenait devant deux membres de sa famille biologique, probablement ses grands-parents, qu'elle n'avait jamais vu. Hizo aurait eu envie de l'aider, mais tout ceci ne le regardait pas. De plus, ayant la désagréable habitude de gâcher même les meilleurs moments, il préféra garder le silence. Il donna un coup de coude à l'épaule de la maîtresse de l'eau afin de l'inciter à leur répondre et posa ses fesses sur un soyeux divan, gardant un air impassible.
Ce geste un peu rude poussa cependant Kalae a prendre finalement la parole.

- Je m'appelle Kalae... voici Hizo, mon compagnon de voyage. Je... cela va vous sembler étrange mais... ... je crois que je suis votre fille... ou plutôt votre petite-fille sans vouloir vous manquer de respect. Je suis ici pour confirmer mes doutes.

Le couple échangea un regard à la fois choqué et confident. La vieille dame s'approcha en compagnie de son mari.

- Qu'en savez-vous, jeune fille ? Qu'est-ce qui nous prouve que vous n'êtes pas une autre de ces filles cherchant à acquérir notre fortune ?
- Eh bien... je suis convaincue que les autres filles ne cachaient pas ceci sous leurs vêtements.


La maîtresse de l'eau se retourna et leur exposa son dos où était tatoué la marque du dragon tribal, symbole de la famille Huang. La vieille femme ne put étouffer un cri de surprise. Udo, le vieil homme, resta intangible pendant quelque secondes avant d'afficher un sourire que Hizo ne pouvait savoir sincère ou non. Il vint s'asseoir et proposa d'en faire de même à son invitée.

- Asseyez-vous, jeune fille.

Kalae s'assied à son tour. Leurs hôtes semblaient chaleureux au premier abord mais Hizo n'en fut pas soulagé pour autant. Kalae avait beau être leur petite-fille, il se doutait bien qu'elle serait leur réaction lorsqu'elle leur avouerait qu'elle est une Fille de l'eau, qui maîtrise cet élément qui plus est.

- Souhaitez-vous quelque chose à boire et à manger ? proposa Toya en affichant un sourire à son tour.

Le jeune maître du feu allait accepter mais Kalae prit les devants en refusant poliment pour eux deux. *Merci de me consulter, Kalae !* Le voyage avait été long et hormis quelques auberges sur la route, se restaurer fut difficile. Néanmoins, la maîtresse de l'eau n'avait pas la tête à manger, cela crevait les yeux. Elle prit une grande inspiration avant de poser la question qui la tenaillait depuis plusieurs années.
- J'aimerais savoir qui sont mes parents. Que sont-ils devenus...




Dernière édition par Hizo le Lun 9 Aoû 2010 - 23:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Lun 9 Aoû 2010 - 22:49

j'étais stressé et jouais avec mes doigts nerveusement. Mes grands parents semblaient aux premiers abords être gentils, du moins c'est ce qu'il laissaient paraître. Ils nous proposèrent quelque chose a manger, mais j'étais bien trop nerveuse pour avalé quoi que se soit.

-J'aimerai savoir qui sont mes parents, que sont-ils devenus...

Mes grands parents s'échangèrent un regard étrange. Et ma grande mère prit une grande inspiration pour me répondre.

-Ton père se nommait Ichiro Huang.
-Se nommait?
-Vos parents sont morts Kalae. Conclua mon grand père sans aucune tristesse dans sa voix. Tout celà a cause de votre sorcière de mère.
-Pourquoi dites vous que tout est la faute de ma mère? M'exclamais ke sur un ton choqué.
-Il y a 19 ans de cela, repris ma grand mère. Votre père était la grande fierté de notre famille, le meilleur fils que l'on puisse rêver. Il était un excellent combattant, faisait preuve de beaucoup de courage et de volonté. Mais un jour, il du partir en mission au pôle nord... Il y rencontra celle qui allait devenir votre mère. Quand il rentra a la nation du feu, il voulu nous la présenté, mais une fille du pôle nord, qui plus est une maitresse de l'eau c'était intolérable.

Je sentis mon cœur se serré a ses mots. Mais ne fis rien paraître. Hizo qui écoutait tout sans rien dire, ce doutait du dénouement, il me lançait quelques regards de temps en temps.

-Nous avions interdit cette union!
-Mais votre père, reprit monsieur Huang. Ne voulait pas l'entendre ainsi. Il disait l'aimer, elle qui n'était qu'un simple femme sans aucune classe social et qui plus est, de l'élément opposé. Il ne devait pas l'épousé, il méritait beaucoup mieux qu'elle. C'était un outrage pour notre famille, une trahison, une véritable honte.

Je ne voulais plus en tendre d'avantage, j'essayais de cacher ma tristesse le plus possible, et mes grands parents ne remarquèrent rien.

-Nous avons donc proscrit Ichiro de notre famille, et il s'en est allé vivre au pôle nord avec cette maitresse de l'eau, dans un petit village. Un an plus tard, un faucon nous est parvenu, nous annonçant l'arrivé d'un enfant durant le printemps. Ce message fut jeter au feu..


Comment réussir a bien caché sa tristesse et sa révolte dans un moment pareil? mon coeur s'alourdissait de mots en mots.

-Puis il y a 16 ans de celà, deux ans après que notre fils soit partit, nous avons apprit qu'un général et sa flotte avait fait irruption sur les cotes du pôle nord ayant pour mission de montré l'influence de la nation du feu dans le monde, le village tout entier fut rasé, ne laissant aucuns survivants. Qui aurait cru, que tu gisais sous les cendres...

Mon grand père s'approcha de moi et me tourna autour en m'examinant.

-Votre mère fut la perte de tout ce que nous aimions, notre fils et notre honneur. Personne n'est au courant de cette histoire, nous avons essayer de la cacher au plus de gens possible. La version officiel est que notre fils est mort sur un front de bataille lors de sa mission au pôle nord.

-Si vous aimiez véritablement votre fils, vous auriez acceptez son union, et cela même si c'était avec une maitresse de l'eau. Murmurai je indigné.
-Vous rigolez! S'exclama ma grand mère.
-Si vous auriez pas été aussi superficiel, votre fils serait encore a vos cotés, et vous auriez donner une enfance normale a votre petite fille! Répondis je d'une voix autoritaire.
-Taisez vous! Ordonna monsieur Huang.
-NON! Hurlais je la voix triste. ... Pourquoi ne pas être venu au pôle nord vérifié si tout les habitants étaient bien mort?
-Faire une croix sur notre fils et notre petite fille fut une forme de courage! Répondit mon grand mère.
-Non! Ce n'es pas courageux, c'est lâche, égoïste et stupide...
-Je ne veux pas en entendre d'avantage! S'exclamèrent mon grands père furieux et en s'approchant d'un pas sûr. Par chance, vous n'avez presque rien prit de votre chienne de mère! Si ce n'est les yeux et vos cheveux...Vous êtes un maitre du feu, c'est l'essentiel. Nous vous marions a un bon partit, peut être pourrons nous sauvé le peu de sang noble qui reste en vous, Kalae Huang.

Je sera les poings, Hizo regardait la scène sans en perdre une miette, même si il ne disait rien. Je ferma les yeux, une larme tomba sur la carrelage froid dans un léger clapotis. J'étais tellement triste, tellement en colère mais aussi tellement blessé...
Moi qui avais toujours rêver de ce jour, ce jour ou je retrouverai les miens qui m'accepteraient comment le plus précieux de leur bien. Mais la réalité s'avérait ne pas être un conte de fée.
Il est clair qu'il detestait la nation de l'eau, et qu'il me detesteraient moi, comme ils avaient haït ma mère, et pourquoi: pour être née sous le signe de l'eau... Mais je ne pouvais pas renier qui j'étais, je ne me considéré pas comme une noble, je ne voulais pas faire partit de leur famille, ma véritable famille, et je le compris aujourd'hui était ceux qui m'avaient aimer et élevé pour ce que j'étais véritablement. oui, j'étais une maitresse de l'eau, et fière de l'être. je releva la tête et laça un regard provoquant aux deux personne agées.


-Je ne serai jamais Kalae Huang... Murmurai je. Je m'apelle Kalae Yukahiro, fille de la tribu du pole nord et maitraisse de l'eau!
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Mar 10 Aoû 2010 - 7:16

- Je ne serai jamais Kalae Huang... murmura Kalae. Je m'apelle Kalae Yukahiro, fille de la tribu du pôle nord et maitresse de l'eau!

Hizo se tapa le front avec le plat de sa main. Déjà que cette discussion dégénérait en véritable confrontation, maintenant cela allait exploser comme il le craignait. Et il avait bien raison cette fois... les grands-parents de Kalae fusillaient cette dernière d'un regard mauvais, presque assassin. Les fils et filles de l'eau ne sont pas les bienvenues ici, alors que penser des maîtres de l'eau.

- Une maîtresse de l'eau ici... commença dame Toya.
- C'est inadmissible ! continua Udo avec haine. De quel droit avez-vous oser fouler le plancher de ma noble demeure...
- De quel droit avez-vous osez renié votre fils et celle qu'il aimait ? coupa la jeune femme, son visage couvert de larmes. De quel droit avez-vous privé votre petite-fille de sa famille et d'une enfance normale ? DE QUEL DROIT ?
- Espèce de petite garce !
- Une étrangère, salope de fille de l'eau en plus, n'a aucune droit de venir nous dire comment agir ! Nos actions sont justifiées et...
- SUFFIT ! hurla la maîtresse de l'eau en se levant d'un bond.

Kalae était survoltée. Ce qu'elle entendait était on ne peut plus cruel et tout ceci l'avait dépassé. Hizo voyait le petit corps de Kalae trembler si fort qu'il pensa qu'elle allait s'écrouler au sol. Son visage en larmes dévisageait ses grands-parents avec dégoût et colère. Bien entendu les insultes que lui lançait le couple âgé étaient difficiles à entendre, mais l'histoire qu'ils lui avaient raconté était le véritable déclencheur des émotions de Kalae. Elle tenta de prendre la parole, déchaînée, prête à leur crier le fond de sa pensée, mais seul un petit gémissement étranglé quitta sa gorge. Ce fut le vieil homme, Udo, qui se leva à son tour et pointa un doigt accusateur vers la pauvre jeune femme.

- Votre présence ici souille le peu d'honneur qu'il nous reste depuis que votre mère est venue l'entacher. Je vais appeler les soldats et ils vous enfermeront, chienne !

Kalae était trop affectée par les évènements pour répondre quoique ce soit. Ce fut Hizo qui réagit aussitôt en se levant à son tour.

- Ce ne sera pas nécessaire, nous partons et vous ne nous verrez plus.
- En ce qui nous concerne, cette fille est déjà morte...

Le jeune maître du feu poussa un grognement désapprobateur à l'intention du vieux couple. Mais ces derniers restèrent de marbre. Kalae se tenait immobile, figée d'horreur, ne pouvant plus contenir l'effusion de larmes qui naissaient dans ses yeux. Hizo tenta de la prendre par le bras pour la forcer à sortir de la maison, mais elle le repoussa sans réelle conviction. Elle se retourna et quitta la demeure, tentant de conserver la tête haute, suivit par Hizo.

Une fois dehors, il la vit s'essuyer les yeux de son bras droit et elle s'engagea dans les rues, en sens inverse de la direction qu'ils avaient emprunté pour se rendre chez ses grands-parents. Hizo comprit donc qu'elle voulait à tout prix quitter cette maudite ville, sans perdre une seule seconde.
Bousculant tout les passants qui entravaient son chemin, Kalae n'avait qu'une seule idée en tête: partir loin d'ici. Hizo la suivait, restant en retrait. Même s'il avait vraiment souhaité marcher aux côtés de son amie, il est probable qu'il lui aurait été impossible de suivre sa cadence résolue. Une trentaine de minutes plus tard, ils quittèrent l'enceinte de la Capitale, au même rythme qu'ils l'avaient entamé depuis le départ de chez Udo et Toya.

La maîtresse de l'eau quitta le chemin de dalles et s'enfonça dans un petit boisé. Hizo savait où se dirigeait Kalae. Tôt en matinée, ils avaient aperçu une petite rivière traversant ce bois et la jeune fille avait fait la remarque que ce devait être un endroit plutôt paisible pour se reposer. C'était à cette rivière qu'il croyait qu'elle se rendait et il ne s'était pas trompé.

Ils se trouvaient seuls au milieu d'une petite forêt aux arbres suffisamment espacés pour que l'endroit soit facile d'accès. La rivière qui y coulait était aussi sinueuse que le déplacement d'un serpent et le bruit du ruissellement de l'eau à la fois serein et réconfortant. Toujours sans dire un mot, Kalae s'empressa de s'agenouiller sur la berge herbeuse, saisit de l'eau dans les creux de ses mains et s'aspergea le visage pour le nettoyer des larmes séchées. Elle en profita pour y boire goulument.

Hizo quant à lui la regardait, adossé contre un arbre, les bras croisés. Lorsque la jeune femme se retourna, elle croisa son regard qui semblait lui dire ''je te l'avais dit''. D'ailleurs, il ne se priva pas pour le lui dire, d'un ton un peu trop neutre pour Kalae.

- Je te l'avais dit ...
- Grrrrrr... ne commence pas, ce n'est pas le moment ! gronda-t-elle l'air menaçante.

Mais Hizo ne tint pas compte de l'avertissement. Il lui avait répété plusieurs fois qu'elle commettait une erreur en se rendant chez la famille Huang, que cela finirait mal, mais chaque fois elle se faisait l'idée du contraire. Oubliant que lui-même avait des problèmes familiaux, il se permit d'en rajouter.

- Tu as beau grogner, ça ne change rien. Si tu m'avais écouté nous ne serions pas ici et toi tu serais chez toi, bien plus heureuse avec tes proches et tes élèves que tu ne l'aurais été même si par miracle ces deux vieux rats t'avaient accepté. J'avais raison et toi, tu avais tord.
- Tais-toi !! Laisse-moi tranquille !

Kalae se tenait entre le maître du feu et la rivière, foudroyant ce dernier du regard. Ses poings devaient la blesser tant ils étaient serrés. N'importe quel sage, ou du moins quelqu'un de rationnel, aurait comprit qu'à ce moment, il valait mieux se taire et la laisser se calmer avant de reprendre une conversation. Mais Hizo n'était ni sage, ni quelqu'un de rationnel...

- Je reconnais bien une femme. Dans l'erreur, elle se fâche et pique sa petite crise. Dire que je t'avais prévenu en plus.... idiote de fille ! Tu es vraiment comme toute les femmes : Tu réfléchis, mais tu ne penses pas !

Kalae se crispa de rage. Hizo se rendit compte un peu trop tard qu'il aurait dû tenir sa langue...
Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Mar 10 Aoû 2010 - 11:15

Je sentis mes membres se crisper de rage, et un regard menaçant se leva vers le jeune homme a la chevelure blonde, Hizo comprit qu'il n'aurait pas du prononcé ces mots. Toute cette histoire m'avait chamboulé et prise entre la haine et la tristesse je perdais le contrôle de moi même.
La nuit était tombée quand nous étions sortit de chez mes grand parents, et la lune qui était pleine éclairait le lieu où nous étions, elle qui voiyait si bien dans l'obscur.
Je m'avança vers lui avec détermination et tapa avec le peu de force qu'il me restait sur son torse, Hizo ne sentait presque rien, il était déjà robuste mais j'étais aussi a bout.

-Je ne veux plus t'entendre Hizo!

Le maitre du feu me regardait en train d'essayer de le frapper sans rien dire, la seule chose que j'arrivais le plus a faire était de mouillé son kinomo rouge de quelques une de mes larmes.

-En réalité, tu es comme tout les autres maitres du feu! Arrogant, sans jamais montré la moindre sentiments ou la moindre émotion! Vous vous sentez tous supérieur aux autres nations! Faire régné la haine et la terreur voilà ce dont en quoi vous êtes doué!

Les mots qui sortaient de ma bouche, je ne les pensaient pas vraiment, du moins ils ne s'appliquaient pas a Hizo. Mais la colère avait envahit mon cœur et me mit hors de moi.

-Cela ne change pas le fait que je t'ai prévenu! Justifia Hizo, sur ces terres, personne n'aime les autres nations et encore moins la tribu de l'eau!

-Alors tu es d'accord avec tout ce que mes grands parents ont dit?!

Il y eu un silence, bien sur Hizo n'était pas du même avis que mes grands parents, mais j'avais mal prit son absence je pensais que lui aussi me considérerait comme un être inférieure, étant déjà une femme... Hizo avait raison, j'étais détesté par une grande partie des gens ici. Je repoussa Hizo qui fit un simple pas en arrière.

-Kalae, reprit il. Tu n'aurais jamais du venir ici.
Je ne répondit pas, et fit jaillir de l'eau de ma gourde qui se trouvait a la taille et envoya violemment Hizo contre un arbre. Je fis venir l'eau de la rivière jusqu'à moi et emprisonna les membres d'Hizo dans la glace. Hizo grogna et essayait de se décollé de l'arbre.
Un craquement étrange se fit entendre alors qu'Hizo essayer de ce sortir de sa prison glacée. Je leva la tête pour apercevoir l'intérieur des arbres, mais il n'y avait rien,et pourtant une sensation étrange s'emparait de moi, celle d'un regard qui ne nous lâchait pas.
Je laissa très vite tomber ce détail et retourna en face d'Hizo, la glace réapparut sous forme liquide libérant le maitre du feu. Je rangea l'eau dans ma gourde, et remit le reste dans la rivière.

-Désolée...
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Mar 10 Aoû 2010 - 20:44

Le maître du feu n'avait jamais vu venir l'attaque. Il connaissait le caractère fougueux de Kalae, mais ne la croyait pas capable de l'attaquer. D'un geste foudroyant, elle fit jaillir l'eau de sa gourde et la projeta sur Hizo qui ne put esquiver. L'impact l'envoya se percuter sur un autre arbre à quelque mètres d'où il était. - HÉ ! WHHAP! AOUCH !

Le jeune homme sonné secoua la tête. Il tenta de se relever mais l'impitoyable maîtresse de l'eau n'en avait pas fini avec lui. Grâce à son contrôle de l'eau, elle créa une vague depuis la rivière, puis d'un geste souple, ordonna à sa création de fondre directement sur Hizo. Ce dernier ne réussit pas à éviter l'attaque et se retrouva éclaboussé par la masse d'eau. Non contente d'elle, Kalae en profita pour congeler ses bras et ses jambes sur l'arbre.

- Argh !!! Sors-moi de là ! ordonna Hizo outré, immobilisé à l'arbre.

Un craquement inhabituel se fit entendre entre les arbres, mais Hizo, trop occupé à protester, ne le remarqua pas. Kalae cependant discerna le bruit ce ceci sembla atténuer sa colère. Elle regarda partout autour d'elle sans rien apercevoir. Puis poussant un soupir, elle se retourna face au maître du feu et transforma la glace qui le retenait prisonnier à l'état liquide, le libérant du même coup. À l'instar de l'eau, la tempête était passée, du moins en apparence, et le calme revint.

- Désolée...

- Quoi ?? Désolée ? répéta Hizo avec colère. Tu m'attaques avec cette eau toute brune et tu transformes mes membres en glaçons et tu es désolée ? Aggrrr... laisse tomber !

Kalae se contenta de s'asseoir à terre et fixait le sous-bois d'un regard absent. Nul doute qu'elle était encore affectée par les évènements récents. Hizo de son côté, boudait. Il errait dans les alentours et ramassait seul du bois, sûrement pour faire un feu. Ni l'un ni l'autre n'avait envie de retourner à la Capitale pour y trouver une chambre dans une auberge et ils souhaitaient encore moins reprendre le voyage maintenant, en pleine nuit. Faire un campement pour la nuit à cet endroit était la solution la plus plausible en ce moment.

- Je suis ''encore'' trempé jusqu'aux os !! Quelle poisse ! grogna-t-il.

Kalae l'entendit jurer mais ne fit aucun commentaire. Que pouvait-elle dire de toute façon qui n'aggraverait pas les choses. Le froid qui s'était installé devenait insupportable mais aucun n'avait envie de s'adresser la parole. Hizo et Kalae était deux jeunes gens bien différents qui pourtant se ressemblaient sur certains points. Ils étaient tout les deux fougueux, tenaces et le même caractère bouillant. D'éventuels conflits, comme celui qui venait de se produire, se devaient d'être forts animés.

Une demi-heure plus tard, les compagnons de voyage étaient assis autour du feu créé par Hizo, à distance plus que raisonnable l'un de l'autre. Comme pour rappeler leur première aventure jusqu'au Passage du Serpent, le silence régnait en maître, uniquement dérangé par le crépitement du feu et le ruissellement de la rivière. Le crépitement du feu et le ruissellement de la rivière... deux éléments en parfaite opposition qui pourtant se complétaient bien à la faveur de la nuit, comme s'ils étaient plongés dans une éternelle discussion.

Hizo se risqua à jeter un coup d'oeil à son amie, si elle l'était encore. Le regard hagard, elle fixait la danse sans fin du feu, entourant ses genoux de ses bras, sa tête collée dessus. Hizo eut presque pitié de la voir ainsi. La pauvre avait eu une dure journée et il n'avait rien fait pour l'aider, sinon lui donner tout le blâme. Alors qu'il songeait à s'excuser, chose plutôt exceptionnelle, il se ravisa soudainement d'un hochement de tête. *Pffffff.... pourquoi devrais-je m'excuser ! Après tout, je ne suis qu'un type sans émotions, ni sentiments. Je ne suis bon qu'à faire régner la haine et la terreur !*
En effet, il n'avait pas manqué ces paroles. Il les avait entendu et cela l'avait blessé, même s'il n'en avait rien démontré. Mais c'est à ce moment qu'il réalisa à quel point lui-même avait été méchant. Pour le moment, il se senti cruel et mauvais, ce qu'il n'était pas. Il posa à nouveau son regard sur la maîtresse de l'eau, toujours immobile à observer le feu. Il sut dès lors qu'il devait faire quelque chose. Poussant un petit soupir, il se leva, se dirigea vers Kalae et s'assied à ses côtés.

La jeune fille ne le regardait même pas, comme si cela l'importait peu. Hizo au fond de lui savait ce qu'elle ressentait. Il s'en rappelait maintenant. Lui-même avait, et a encore, des problèmes familiaux, il ne valait pas beaucoup en tant que conseiller familial... Qui était-il pour la juger ? *Quel crétin j'ai été...*

- Je.... enfin... depuis que je suis né que ma famille a refusé de m'accepter. Mon père était quelqu'un de faible que ma mère manipulait à sa guise, mais lui au moins me donnait l'attention que j'avais besoin. Le problème est que je ne me souviens pas de lui... il est mort lorsque j'avais deux ans, d'un naufrage en haute mer. Ce fut ma mère qui m'éleva seule avec mes 4 soeurs aînées. Crois-moi, si j'avais su ce qui m'attendait, j'aurais choisi de quitter ce monde avec mon père...
Hizo parlait sans même regarder la jeune fille. Cette dernière, si elle écoutait, jouait plutôt bien son jeu puisqu'elle conservait toujours le même air absent. Hizo poursuivit néanmoins, il voulait en venir quelque part de toute façon.

- J'étais tout petit que déjà je savais que j'étais de trop, que ma mère n'aimait pas ce qu'elle voyait lorsqu'elle me regardait. Mes soeurs... pffffffff... ces horribles garces furent bien entendu élevées à l'image de ma mère et elles ne manquaient pas une seule occasion de m'humilier, de me faire savoir que je n'étais pas le bienvenue dans la famille. Ne me demande pas comment des enfants peuvent agir ainsi avec leur frère, je ne le sais pas... quelqu'un, qui serait fort bien ma mère, aurait bien dû les y encourager. Je pourrais te raconter la très longue histoire de mes ennuis avec ma mère et mes soeurs, mais je n'en ai pas vraiment envie...

Désormais, Kalae le regardait, la tête toujours couchée sur ses genoux. Ce n'était pas dans les habitudes du jeune maître du feu de parler autant, mais chaque fois, c'était plutôt révélateur. Et le sujet qu'il avait choisit d'aborder avec son amie était celui de sa famille. Elle aussi savait qu'il voulait en venir quelque part et elle commençait à comprendre.

- Il y a 3 ans, bientôt 4, à mes 14 ans j'en ai eu assez. J'en avais marre de vivre avec ces prétentieuses, méchantes et arrogantes que formaient ma famille. Je n'en pouvais plus, tu peux le comprendre ça ? Il me faut leur démontrer qui je suis vraiment, rabattre une fois pour toute le caquet à ces croqueuses d'hommes qui gagnent leur influence au sein de la noblesse par des jeux de manipulation et de séduction. À l'aube, je me souviens que le brouillard m'empêchait de voir à 10 mètres devant moi, je suis parti sans prévenir. Je me suis moi-même exilé afin non seulement de devenir plus fort, mais aussi pour quitter un univers de femmes contrôlantes et dangereuses. Depuis ce temps, j'ai erré dans toute la Nation du Feu à la recherche d'un maître pour m'enseigner les secrets du feu, mais ce fut sans succès. Lorsque nous nous sommes rencontrés à Nimong, je venais de quitter ma patrie après 3 années d'errance.
- Est-ce que ça en a valu le coup ? demanda Kalae, ses premiers mots depuis fort longtemps.

Hizo haussa les épaules. La question, quoique simple, était pertinente. Lui-même ne savait pas la réponse, que pouvait-il bien lui répondre.

- Je ne sais pas... c'est encore trop tôt pour y répondre je crois. Seulement, nous avons tous une vraie famille quelque part qui nous accueillera. La mienne... peut-être trouveras-tu cela ridicule, mais ce sont les personnes comme toi Kalae, qui m'ont accepte et qui m'ont fait découvrir que le monde n'est pas qu'une énorme intrigue politique mais que nous avons tous une place, qui que nous soyons...

Kalae fut surprise d'entendre ceci, évidemment, mais elle n'eut pas le temps de répliquer tout de suite puisque Hizo la devança.

- Et peut-être ce que je vais te dire est déplacé... mais je le dis quand même. Ta véritable famille.... ce sont ceux chez toi dans ta tribu qui t'ont élevé. Ceux qui ont fait de toi la femme que tu es. Même s'ils ne t'ont pas mis au monde, ce sont eux qui t'ont aimé.

- Hizo...
- Je... articula le jeune homme, je t'ai fait la vie dure et je m'en excuse... je m'excuse sincèrement...

De remonter dans autant de souvenirs, de lui avouer ce qu'il avait enfoui très loin dans le fond de sa pensée fut extrêmement difficile pour le garçon, peu habitué aux confidences et aux relations interpersonnelles. Les excuses qu'il avait prononcé furent les premières depuis de nombreuses années et ce fut à son tour de perdre temporairement l'usage de la voix. Il détourna son visage, craignant que la maîtresse de l'eau n'y voit apparaître la grimace de tristesse qu'tentait de dissimuler.

Toujours le regard à l'opposé de la jeune fille, Hizo posa une main très hésitante sur l'épaule de Kalae, geste se voulant réconfortant.
Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Mer 11 Aoû 2010 - 15:01

Cette discution m'avait beaucoup surprise, Hizo qui ne d'habitude était si silencieux... Mais j'appréciais au fond de moi qu'il vienne pour parler de lui. Je comprenais que nous étions un peu dans la même situation, a quelques détails près. Lui aussi portait un lourd fardeau... Toutes les paroles d'Hizo avaient été réconfortante, il avait raison, sur tout les points.

-Je... Articula il,je t'ai fait la vie dure et je m'en excuse... je m'excuse sincèrement...

C'était la première fois que j'entendais ces mots de la bouche d'Hizo. Je lui lança un regard a la foi surprise et reconnaissante. Il était sincère, le son de sa voix ne pouvait le trahir. Il détourna le visage pour ne pas montré sa tristesse, toujours sans me regarder, il posa sa main sur mon épaule en signe de réconfort.
Pour la première fois depuis que nous avions quitter la capital, j'esquissa un sourire. Le réconfort d'hizo était le bienvenu.

-Merci Hizo... avais je murmuré avec un léger sourire, tu es un véritable ami. Moi aussi je m'excuse.. j'y suis aller un peu fort tout a l'heure en disant que comme tout les maitres du feu, tu étais sans émotions ni sentiments, et que les maitres du feu n'étaient bon qu'a faire régné la haine et la terreur. la colère m'a fait dire des mots que je ne pensais pas, je me suis laissé emportée...

Hizo tourna la tête vers moi, son expression de tristesse avait disparut. Je ne sais pas si c'était un discret sourire que j'avais réussit a entrevoir, mais un petit rictus inhabituel était apparut furtivement sur les lèvres du jeune maitre du feu.

-Bon! S'exclama il en ôtant sa main de mon épaule et en retournant a sa place. Il est tant de dormir, la journée a été longue.
-Oui.

Hizo se servit se son haut de Kimono comme oreiller et tourna le dos au feu. Quand a moi de mon coté, je me servis de mon bras comme support pour ma tête, et ferma les yeux.
Le sommeil fut un peu difficile a trouver, mais au bout de quelques minutes nous dormions tout les deux profondément.
Je ne sais pas exactement combien de temps après, j'ouvris les yeux dans un léger sursaut. Les évènements de la journée trottaient encore un peu dans mon esprit et inspiraient mes rêves qui viraient au cauchemars.
Je me tourna de l'autre coté, bien décidé a continuer ma nuit, mais mes yeux entrouverts distinguèrent deux silhouettes, celle d'Hizo, endormi et autre chose qui lui tournait autour avec des geste lents, tel une lionne analysant sa futur proie. Je redressa légèrement la tête, et força sur mes yeux pour essayer d'entrevoir de qui il s'agissait, mais rien affaire, la chose encore a quelques mètres de distance, était tapie dans l'ombre.

-Hizo? Avais je murmuré discrètement sans être rassuré par cette présence inconnue.

Le maitre du feu, grogna pour que je le laisse dormir et ne bougea pas. Mon regard se posa une nouvelle fois sur cette silhouette qui bougea légèrement, je me leva discrètement pour voir de quoi il s'agissait. Je n'était pas très rassuré... mon plus jeune frère, Luca me racontait souvent des histoires d'esprits errant dans les forets la nuit. Et après mon aventure au près de deux maitres de l'air dans une foret très étrange près d'omashu, j'avais de sérieux doute. Néanmoins je continuais de m'avancer sur la pointe des pieds.

-Il y a quelqu'un? Murmurai je en essayant d'apercevoir quelque chose dans le noir.

Il n'y eu aucune réponse. Alors que je m'apprêtais affaire demi tour, une branche m'arriva violemment dessus et me fit tomber en arrière. Ni plus ni moins, la chose en question se jeta a une vitesse vertigineuse sur Hizo qui se réveilla en sursaut.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Mer 11 Aoû 2010 - 22:26

Le jeune maître du feu ne dormait pas très profondément depuis quelques heures. Il avait passé la nuit à se réveiller et à se rendormir. Non seulement son sommeil était troublé par les récents évènements mais en plus, quelque soit la position qu'il choisissait, il trouvait une pierre ou une racine pour lui labourer le dos. Depuis tout le temps qu'il dormait à la belle étoile, cette nuit était forcément la pire !

Il ignorait quelle heure il était, mais il faisait encore noir lorsque la maîtresse de l'eau prononça son nom à voix basse. Il tentait désespérément de se rendormir, aussi l'ignora-t-il, se contentant de pousser un grognement pour qu'elle le laisse en paix. Sa stratégie porta fruit, aussi réussit-il à s'endormir sans qu'elle ne le dérange à nouveau.

Il ne sut pas combien de temps il put dormir, mais il se réveilla en sursaut en poussant un cri étranglé. - AAAAAH !. Au premier instant, il crut que Kalae en était la cause, qu'elle pratiquait une sorte de jeu, quoiqu'il en soit... Il s'apprêtait à se relever quand il aperçu la jeune fille étendue au sol, une expression horrifiée sur son visage. Il sut dès lors que ce n'était pas elle.

- Kalae, cria-t-il, qu'est-ce qu'il se ...


Hizo n'arriva pas à terminer sa phrase. Il reçu un violent coup de pied dans le ventre qui le fit rouler plus loin dans l'herbe. Le souffle coupé, il se releva lentement, à l'instar de la maîtresse de l'eau. Devant eux se tenait une silhouette élancée entièrement vêtue de noir, le visage voilé. Une longue chevelure noire, attachée en queue de cheval, flottait au gré de la brise nocturne.

- Qui êtes-vous ? demanda Kalae
- Mon nom ne vous dira rien, pauvres élémentalistes ! répondit une voix féminine plutôt glaciale. Je m'appelle Diao Zhan. Mais vous n'aurez pas le temps de vous en souvenir.

Hizo secoua la tête et fixa celle dont le visage était masqué par un voile noir comme la nuit. Il s'agissait probablement de la personne qui les observait depuis leur départ de Pohuaï. Il ne pouvait rien dire sur cette Diao Zhan sinon qu'elle avait tout d'une ninja. Tout ce qu'il savait était que cette pauvre fille les avait attaqué au courant de la nuit et les avait empêché de dormir. Le maître du feu se prépara à lui dicter le fond de sa pensée, mais Kalae meilleure oratrice le devança.

- Il doit y avoir une erreur, Diao Zhan ! Nous ne te connaissons pas et ne cherchons pas les ennuis. Retourne d'où tu viens et laisse-nous en paix.

- Il n'y a PAS d'erreur ! répondit sèchement la nouvelle-venue. Un traître maître du feu répondant au nom de Hizo accompagnée d'une maîtresse de l'eau dangereuse pour la sécurité de la Nation. Il s'agit bien de vous !

Hizo et Kalae se regardaient, l'air ahuri. *Traître ??? Je n'ai jamais trahi ma nation !* Mais Hizo ne pensait pas à l'épisode de son interrogatoire à Ba Sing Se. Cela remontait à trop longtemps et il ne croyait pas que ce pouvait être la cause d'une accusation de trahison. Et puis les autorités n'auraient pas envoyé un genre de ninja pour l'assassiner. Ils auraient simplement procédé à une arrestation bien en règle. Et en quoi Kalae pouvait-elle être un danger à la Nation du Feu ? L'impatience gagnait le maître du feu. Tout ceci le perturbait et l'empêchait de dormir.

- Tu dis n'importe quoi, idiote ! Retourne chez toi et laisse-nous tranquille ou tu auras de gros ennuis !

Diao Zhan éclata d'un rire mauvais.

- Vous me faites rire ! Vous vous croyez à ce point supérieur avec vos dons de maîtrise ! Et bien allez-y ! J'ai hâte de voir ce que valent vos misérables pouvoirs contre moi !

Il n'en fallait pas plus que cette provocation pour qu'Hizo se lance à l'attaque. Après un bref kata, il lui envoya 3 traits de feu plutôt simples, convaincu de sa supériorité face à cette gêneuse. À sa grande surprise, elle esquiva les trois attaques et, sans que le maître du feu ne sache comment, elle se retrouva sur lui en l'espace d'une seconde. * Arrgh ! Elle est rapide !!!!* Diao Zhan frappa le jeune homme avec ses poings à des endroits bien précis de son anatomie, à la vitesse de l'éclair. Une vague de faiblesse envahi le corps du maître du feu qui le fit chanceler. Il tomba un genou au sol, tandis que la combattante se dirigeait vers Kalae cette fois. Sa confiance en soi était inébranlable. Hizo avait beau être toujours conscient, elle savait qu'il était neutralisé. Et comme pour confirmer son état, Hizo tenta de lui envoyer un boule de feu, mais ses chakras étant bloqués, rien ne se produisit. Une douleur atroce se fit sentir en son for intérieure qui le fit s'écrouler, échappant un cri de souffrance.

- À ton tour, petite garce !
cracha-t-elle à l'intention de Kalae.
- Arrête Diao Zhan ! Rien ne te force à faire ceci !

Kalae lança un regard inquiet en direction de son ami qui gisait au sol, comme paralysé, le visage défiguré par la douleur. À nouveau, Diao Zhan ricana en fixant la maîtresse de l'eau, sa prochaine adversaire.

- Tu crois que cette psychologie m'arrêtera, folle ? Il me fera plaisir de vous tuer et de jeter vos carcasses dans cette rivière ! Mais toi, cela devrait te plaire, Fille de l'Eau ? C'est ainsi que tu souhaiterais finir tes jours... dans l'eau !

Sans ajouter quoique ce soit, Diao Zhan se lança a toute allure sur Kalae qui était préparée à un tel assaut, ayant assisté à la cuisante défaite de son ami. Elle bloqua avec grâce le premier coup de poing et saisit le deuxième. Utilisant la force de ton adversaire contre elle, Kalae l'envoya s'écraser au sol plus loin. La combattante s'écrasa dans l'herbe sans pousser le moindre cri. Convaincue de l'avoir maîtrisé, la maîtresse de l'eau débuta une série de gestes harmonieux avec ses bras, commandant à l'eau de la rivière de fondre sur son ennemie, un peu comme elle l'avait fait avec Hizo plus tôt, lorsqu'elle l'avait congelé. Jubilante, Kalae avait la conviction d'avoir triomphé.
Malheureusement pour cette dernière, Diao Zhan se releva d'un bond athlétique qui n'avait rien à envier aux prouesses du meilleure acrobate du monde. Effectuant une roulade avant, l'assassin esquiva la vague d'eau qui s'étendit dans l'herbe. Suite à 4 saltos avant aussi rapides qu'impressionnants, Diao Zhan se retrouva à nouveau au corps-à-corps avec Kalae qui fut complètement pris au dépourvu. D'un coup de pied circulaire au niveau du sol, frappant les cheville de la maîtresse de l'eau, la ''ninja'' réussi à faire trébucher Kalae. Cette dernière étendue au sol en parfait déséquilibre, ce fut un jeu d'enfant pour Diao Zhan de bloquer ses articulations, la paralysant temporairement.

- Qu'est-ce que vous pouvez être faible ! Je dois avouer que je m'attendais à un plus gros défi ! ricana-t-elle en fixant les corps immobiles de Hizo et Kalae.

Diao Zhan dégaina une longue lame. Paralysés mais toujours conscients, les deux compagnons comprirent à l'instant même que leur chemin prendrait bientôt fin. L'impitoyable combattante allait les achever, comme s'il n'étaient que du vulgaire bétail. Mais le coup fatal ne vint jamais. À leur grand étonnement, l'agile guerrière rengaina son arme et elle quitta les lieux à toute allure, fuyant à travers les arbres. - Nous nous reverrons...

Toujours immobilisés, les deux maîtres d'éléments étaient estomaqués. Ce n'était à n'y rien comprendre... jusqu'à ce qu'ils entendirent un groupe de personne s'approcher. Nul doute que ce sont ces gens qui leur avaient permis de déjouer la mort une fois de plus. Mais qui pouvaient-ils bien être...





Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Jeu 12 Aoû 2010 - 11:54

Allongé sur le sol, sans que nous puissions bouger le moindre membre, notre agresseur sortie une arme prête a nous ôter la vie. Ne pas être en mesure de bouger face a un destin aussi fatal nous effrayait. Puis a notre grade surprise, elle baissa la lame qu'elle venait de brandir et la rangea dans son fourreau.

-Nous nous reverrons... Dit elle en retourna dans l'ombre des feuillages vers la gauche avant de disparaitre.

Que venait il de se passé? Hizo et moi n'avions rien compris. Les feuillages se mirent a bouger vers la droite, Hizo et moi avions tourné le regard en sa direction avec crainte, dans l'état où nous étions nous ne pouvions même pas nous défendre face a un quelconque animal sauvage.
Trois hommes et une femme sortirent des buissons armé attiré par le raffut. Quand leur regards se posèrent sur nous, ils se regardèrent tous intrigué. Nous étions aussi surprit qu'eux, mais sans le vouloir, ces gens là venaient de nous sauvé la vie. La femme s'approcha curieuse.

-Ils sont vivant ?
Demanda elle en nous touchant avec un bâton.
-Oui! S'exclama Hizo honteux et colérique.
-Nous ne pouvons plus bouger. Continuais je.

Les hommes s'approchèrent de nous a leur tour.
-J'ai déjà vu des gens dans cette état. Murmura l'un. Leur Chi ont été bloqué, ce n'est que temporaire heureusement pour eux.
-On ne peux pas les laisser ici! S'exclama la femme avec conviction.
-Meada... Lui murmura le troisième homme, qui semblait être son mari, si ils sont dans cet été c'est qu'ils ont des ennuis et moi, je ne veux pas en avoir également.
-Ce sont nos frère et sœurs, nous ne pouvons pas laisser des enfants du feu dans cette situation.
Il y eu quelques seconde de réflexion parmi le groupe d'étranger. Hizo et moi ne pouvions qu'attendre et regarder la scène passivement.
L'homme qui semblait être le chef de groupe soupira.

-Très bien, ramenons les au camp...

A ces mots,Hizo fut saisit par les bras et les jambes par deux hommes pour être transporté, et le troisième se chargeait de me portait, la femme marchait devant écartant tout les feuillages qui se dressaient devant nous. Au bout de quelques minutes, Hizo et moi arrivions a nouveau a sentir quelque sensation dans nos membres. Ce fut après 5 minutes de marche lente que nous étions enfin arrivé au camp des étranger.

Quatre tentes rouges étaient montée, et un petit groupe d'une dizaine de personne était assise autour d'un grand feu. Une petite fille sortit de derrière un arbre en courant pour se jeter dans les bras de Maeda, la femme qui nous avez trouver avec son mari et deux amis.

-Maman!! Avait elle crier joyeusement en la serrant dans ses bras.

Quand le regard de l'enfant se posa sur moi et Hizo, elle eu une expression étrange, surprise et en même temps effrayer de voir des inconnus entré dans le clan. Nous avions été posé au sol, quelques curieux s'étaient approché comme si nous étions des créatures inconnues. Hizo réussit a se lever en premier, ses jambes tremblaient encore un peu et il prenait appui sur un arbre.

Quand a moi, j'avais réussit a me mettre a quatre pattes les bras encore légèrement faible.
-Bienvenue a notre camp! S'exclama la femme qui nous avait secouru. Je m'appelle Maeda, et voici mon mari, Echizo. Ainsi que ma fille. Nous sommes tous ici de simple petits vendeurs qui se baladent de villes en villes, que voulez vous, nous avons pas beaucoup d'argents, nous faisons de notre mieux.
-Enchantée. Avais je murmuré en me relevant titubante. Vous nous avez sauvé la vie!
-Vous avez dit que vous avez déjà vu ce genre d'attaque, qui nous a attaquer? Demanda Hizo qui avait reprit le contrôle de son corps.
-Une de nos connaissance c'est retrouvé dans la même situation que vous, seulement, nous ne l'avons plus jamais revu. Annonça Echizo.

Hizo et moi avions échanger un regard en coin. Diao Zhan nous avait annoncé que nous étions bel et bien ces cible, traitre et ennemis de nation avait elle prononcé. Je ne comprenais plus rien, pourquoi Hizo serait il un traitre? Et moi, en quoi pourrais je être un danger a la nation du feu a moi toute seule?

-Vous devez être fatigué, continua Maeda, vous pourrez dormir ici cette nuit, mais demain matin, nous repartirons, les affaires nous appellent.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Jeu 12 Aoû 2010 - 14:19

- Un instant, attendez ! s'insurgea Hizo. Nous vous remercions de nous avoir secouru, sans votre intervention nous serions morts tout les deux. Mais ne prenez pas cette situation à la légère. Que savez-vous exactement ?
- Vous posez trop de questions mon garçon, s'esquiva l'homme répondant au nom de Echizo.

Hizo fronça les sourcils. La maîtresse lui saisit le bras et lui lançait un regard lui signifiant de ne pas en rajouter. Mais le maître du feu était non seulement quelqu'un de curieux, c'était également une personne qui souhaitait mettre les points sur les ''i'' lorsque survenait un problème. La réponse de l'homme n'était pas suffisante.

- Il se trouve que cette lionne déchaînée a tenté de nous tuer et qu'elle a promis de nous retrouver. Alors il faut nous excuser si nous vous harcelons avec nos questions, mais apparemment, vous semblez en savoir plus sur ce type de tentative d'assassinat que nous ! Alors gardez pour vous ce genre de réflexion et dites-nous ce que vous savez !

- Hizo ! réagit aussitôt la maîtresse de l'eau sur un ton de reproche.

Elle poussa un long soupir, indignée du comportement de son ami envers leurs sauveurs. Kalae jeta un coup d'oeil au couple de marchand et fut soulagée de constater qu'ils ne semblaient pas offusqués. Echizo se retourna vers sa femme Maeda et la consulta du regard. Celle-ci hocha de la tête en guise de réponse affirmative.

- Vous n'êtes pas obligé de nous dire quoique ce soit si vous risquez votre sécurité, commença Kalae. Nous sommes fatigués et le réveil fut brutal, n'en voulez pas à mon compagnon de voyage.
- Non mademoiselle, contesta Echizo, il serait mieux que vous le sachiez. Ma femme et moi croyons que ceci est l'oeuvre de la Flamme Ardente. Ce sont eux qui auraient commandité cet assassinat. Maintenant allez vous reposer... nous ne savons rien d'autre.

Hizo écarquilla les yeux puis se dirigea vers un arbre pour s'y adosser, l'air songeur. La maîtresse de l'eau salua leurs hôtes une fois de plus, confirmant du même coup qu'ils acceptaient leur offre de passer la nuit avec eux, puis vint rejoindre le maître du feu. En haussant les épaules, elle questionna le jeune homme.

- La Flamme Ardente ? Qu'est-ce que c'est ?
- Ce n'est pas bon... vraiment pas bon.
- Ah... et pourquoi donc ?
- La Flamme Ardente, expliqua Hizo, est un mouvement radical qui sévit dans la Nation du Feu. Ils forment une organisation qui gagne en influence malgré leur statut illégal, seulement, le gouvernement mou refuse d'intenter quoique ce soit contre eux. Ces types sont bien pires que tout ceux que tu as rencontré jusqu'à présent. Ils espèrent un retour de la gloire des temps passés et prônent un régime militaire extrêmement intolérant vis-à-vis les autres. À leur côté, les vieux Huang sont des enfants de coeur ! Si le gouvernement les laisse en paix, c'est parce qu'ils traquent tout ceux qu'ils considèrent comme dangereux à la Nation... rendant du coup service au gouvernement.

Kalae commençait à comprendre. Ils étaient poursuivit par des extrémistes aussi dangereux que racistes et ils ne trouveraient aucun secours de la part des autorités, même Hizo qui était un noble. Les choses tournaient au vinaigre une fois de plus.

- Il vaudrait mieux ne pas rester ici alors. Dès demain, partons d'ici !
- Tu as raison, répondit Hizo. Demain à l'aube, retourne à Pohuaï et rentre chez toi. Tu trouveras certainement un navire.
- ''Je'' retourne à Pohuaï ? répéta Kalae offensée. Et toi alors ?
- Je vais tenter de découvrir la raison pour laquelle nous sommes traqués par la Flamme Ardente. Tout ceci me casse réellement les pieds et je tiens à savoir ce qu'ils ont en tête.

La jeune femme posa ses mains sur ses hanches. Elle désirait clairement quitter cet endroit et retourner chez elle à présent, mais de savoir que le maître du feu risquerait tout seul sa peau alors qu'elle-même était concernée, elle refusait cette idée. Kalae était une femme loyale. De plus, Hizo étant accusé de trahison, Kalae pouvait peut-être même penser qu'elle en était responsable...

- Non je t'accompagne !
- Quoi ?? Ne sois donc pas stupide. Tu vas encore me causer les pires ennuis ! Retourne d'où tu viens !
- Ah ne recommence pas !
gronda-t-elle. Cette histoire me concerne autant que toi d'après ce que cette Diao Zhan a dit et à mes souvenirs, nous nous sommes fait botter le derrière tout les deux par cette femme ! Imagine que tu sois seul... Alors fais comme tu veux, ignore-moi si tu ne me veux pas dans les pattes, comme tu le dis si bien, mais moi, j'irai dans la même direction que toi !

Hizo serra les poings une fois de plus en poussant un grondement menaçant. Mais s'il espérait que cette tactique d'intimidation fonctionnerait sur Kalae, c'était mal la connaître. Elle soutint son regard, aussi tenace qu'une panthère. *Je haïs cette femme plus que les autres !!!* songea-t-il sans y croire un seul mot. Le maître du feu savait qu'il ne pourrait pas convaincre son amie lorsqu'elle affichait cet air déterminé. Vaincu une fois de plus, il lui tourna le dos et parti bouder plus loin.

- C'est bon, tu peux venir !
- C'est trop aimable à toi,
se moqua-t-elle.

Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Jeu 12 Aoû 2010 - 16:43

Hizo fit quelques pas pour bouder dans son coin. Pourquoi boudait il encore? La seule chose que je voulais c'était ne pas le laisser seule face a ce groupe d'assassins. L'eau et le feu allait une nouvelle fois faire équipe.

épuisée, je ne tarda pas a m'adossé contre l'arbre et a m'endormir rapidement, Hizo arriva quelques minutes plus tard, et s'endormit également contre le même arbre. Nous avions réussit a dormir quelques heures tranquillement. Diao Zhan n'avait pas réapparut, peut être du fait que nous étions entouré par les marchants qui pour certains d'entre eux devaient maitriser le feu. Seule contre tous elle avait surement prit la décision d'attendre. Du moins c'était ce que j'en avait conclu.

Ce sont les pleures de la petite fille de Maeda, qui me réveillèrent, elle devait surement avoir fait un cauchemar. * Pas moyen de faire une nuit correct dans ce pays?!! * Je poussa un soupir agacé d'être sans cesse interrompu durant mon sommeil. Je vis une lumière au loin, Maeda éclairait ses pas de sa maitrise du feu pour rejoindre son enfant. Les pleures s'arrêtèrent vite et la lumière s'éteignit tout doucement. Hizo n'avait pas été gêné par les petits pleurs de l'enfant, il faut dire que j'avais le sommeil léger.
J'avais essayer de me rendormir mais rien a faire, j'étais mal installé, et trop soucieuse. Je devais surement être la seule du camp éveille a cette heure ci. Le moindre bruits me faisait regarder aux alentours, je ne voulais pas être prise au dépourvu comme tout a l'heure avec Diao Zhan.

Une chose brillante dans la broussaille attira mon regard, j'avais immédiatement pensé au reflets des rayon de la lune sur une lame, et l'idée d'une lame me faisait penser a Diao Zhan. Je me tourna doucement vers Hizo, me pencha au dessus de lui pour le réveiller. Je le secoua discrètement.

-Hé?... Hé ho?!


Hizo ouvrit les yeux brusquement en sursaut, me saisit par le coup et me fit rouler sur le coté avant de me plaquer au sol. Je n'avais pas eu le temps de réagir que je me retrouvais bloqué, Hizo me lança un regard surprit.

-Ka..Kalae? Avait il bégaillé.
-Mais qu'est ce qui t'arrive? Demandais les yeux grands ouverts de surprise.
Hizo, se leva doucement pour me libéré, je n'assis en tailleur sur l'herbe.
-Désole, je croyais que c'était encore la fille de tout a l'heure. Je suis un peu sur mes gardes.
-Je te comprends, moi aussi je deviens un peu paranoïaque...
-Au fait, pourquoi tu m'as réveille? Grogna le maitre du feu
-j'ai cru voir une chose brillante...
-Tu me réveille pour ça!!
-Hé Hizo, avec un assassin a nos trousse j'ai le droit de ne pas être rassuré non?!

Le maitre du feu leva les yeux au ciel,
-Très bien, on va voir ce que c'est...

Hizo et moi avions fait quelques pas dans la foret sombre, prêt a sauté sur le moindre mouvements.
Peu de temps après nous étions arrivé a un tout petit ruisseau, où la femme masqué, Diao Zhan, buvait, son arme attachée derrière son dos reflétait les rayons de la lune. La jeune femme ne pouvait pas remarquer ce détail et continuait a se désaltérée sans s'apercevoir que nous nous trouvions qu'a quelques mètres d'elle.
Hizo me fit un signe de tête, je compris tout de suite ce qu'il voulait dire, avec quelques mouvements ample l'eau du ruisseau s'écrasa sur la demoiselle qui n'était pas sur ses gardes. Diao Zhan fut prise au dépourvu dans la glace et essayait de s'en arraché par tout les moyens.

-Liberez moi bande d'ingrats!! Ordonna elle. TOUT DE SUITE!
Hizo et moi échangions un regard.
-Dès que je vous aurais, je vous ferrai souffrir comme jamais! Grogna elle sauvagement

Son masque était tombé, laissant apparaître le visage de la demoiselle. Elle aurait pu être jolie si une cicatrice ne lui défigurait pas le visage, sa marque démarrait de son œil gauche, traversant son visage en diagonal jusqu'à sa joue droite.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Ven 13 Aoû 2010 - 8:27

La femme assassin se trouvait là, agenouillée sur la berge, à quelques mètres d'eux. Un spectacle à la fois ordinaire et effrayant. La redoutable combattante n'était qu'une femme, une personne comme eux qui aux abords n'avait rien de menaçant. Seulement, sa présence à proximité du camps des marchands ne prouvait qu'une seule chose: elle les poursuivait toujours et attendait le meilleur moment pour frapper. Et ce serait foudroyant !

Il ne fallait pas laisser filer cette opportunité, cela Hizo en était conscient. Et il est très probable que Kalae pensait exactement comme lui. N'étant pas sur ses gardes, Diao Zhan représentait une cible parfaite et ils bénéficiaient de l'effet de surprise. Le maître du feu fit un signe à son amie qui l'aperçut. Sans perdre de temps, cette dernière invoqua la puissance de l'eau et une vague s'écrasa sur la ninja qui se retrouva très bientôt prisonnière de la glace, de la taille jusqu'aux pieds. Folle de rage, elle se débattit, mais en vain, elle était bien coincée.



-Liberez-moi bande d'ingrats !! TOUT DE SUITE !
*Elle nous attaque et c'est NOUS les ingrats !!!*
-Dès que je vous aurai, je vous ferai souffrir comme jamais !

Hizo arqua un sourcil. Il allait répliquer, mais Kalae lui fit signe de la laisser faire. Tout deux remarquèrent que sous son masque (ce dernier étant tombé tandis qu'elle se déchaînait), se cachait un visage cruellement balafré. Le maître du feu le nota et Kalae eut un pincement au coeur.

- Cela ne nous incite pas à te libérer, Diao Zhan... dit-elle calmement.
- Vous n'êtes que des lâches !!! cracha-t-elle. Des lâches, des faibles et des peureux !!! Vous savez que je suis plus forte que vous malgré vos dons ! C'est pourquoi vous avez peur de moi ! Trouillards !!!
- Hé ! s'emporta Hizo qui n'aimait pas la tournure que prenait cette ''capture''. Tu te tais, ou tu vas te retrouver avec une autre cicatrice !!!!

La colère submergeant le maître du feu, Kalae se contenta de posa une main apaisante sur son bras. Lorsque le garçon croisa le regard son amie, il sut immédiatement qu'il devait cesser de menacer Diao Zhan et qu'il serait mieux de la laisser parler. La maîtresse de l'eau représentait très bien son élément d'adoption. Même si elle aussi possédait un caractère plutôt bouillant, elle savait quand garder son calme au moment opportun.

- Va au diable, espèce de chien ! Les traîtres de ton espèce, je les élimine pour rien !

Cette provocation ébranla encore une fois le maître du feu. Mais avant qu'il ne réplique, Kalae, ayant prévu le coup, se posta en face de son ami. Malgré sa petite stature, elle réussi néanmoins à s'imposer. La jeune femme avait comprit qu'ils ne devaient pas manquer le coup sur cette ''rencontre''.

- Va te calmer plus loin, Hizo... demanda sereinement la maîtresse de l'eau.
- Mais...
- Va te calmer plus loin ! répéta-t-elle avec conviction

Le maître du feu poussa un grondement sonore qui fit ricaner Diao Zhan. Toutefois, il obtempéra et recula de quelques mètres jusqu'à un arbre où il s'adossa. Kalae quant-à-elle se retourna vers leur ennemie et s'approcha doucement.

- Ce n'est pas très prudent de le provoquer ainsi, Diao Zhan...
- Je m'en fiche ! persiffla la combattante. Je vous tuerai dès que je serai libre... ta glace ne durera pas éternellement !
- Elle durera le temps qu'il faudra et de toute façon, avec la rivière à mes côtés, je peux en faire à volonté...

Kalae fut coupée par un grognement de colère de la part de l'assassin. Cette dernière l'incendiait du regard, un regard mauvais et sans pitié. La calmer serait une chose plutôt ardue puisqu'elle semblait avoir un caractère encore plus désagréable que Hizo. Elle devait néanmoins poursuivre son interrogation, sans pour autant le provoquer ou l'intimider.

- Pourquoi obéïs-tu à la Flamme Ardente, Diao Zhan ? poursuivit Kalae, tentant de savoir du même coup si elle était vraiment engagée par ce groupe extrémiste. L'expression de surprise sur le visage de la ninja confirma d'ailleurs à Kalae son appartenance à cette organisation.
- Cela me regarde !
- Te rends-tu compte de ce que tu fais ? continua Kalae, toujours aussi calme, d'un ton de voix aussi doux que le coton. Ils te font faire des choses mauvaises, Diao Zhan. Combien d'innocents as-tu tué simplement pour satisfaire un groupe aux ambitions démesurés ?
- Je m'en fiche ! Laisse-moi tranquille !!! hurla-t-elle.

Hizo redressa la tête et observa les deux femmes. De son côté, Kalae était calme et posée. Elle tentait de se mettre dans la peau de leur adversaire et de comprendre ses motivations. Diao Zhan semblait sur le point de craquer. Était-ce le plan de la maîtresse de l'eau ? Curieux, il s'approcha à nouveau de son amie et de l'assassin.

-Tu as certainement une histoire, Diao Zhan. Tu pourrais simplement t'éloigner d'eux... juste t'enfuir. Pars loin d'ici et recommence une nouvelle vie. Mais cesse de faire du mal aux autres. En faisant cela, tu te blesses toi-même.

Nul ne sait si Kalae avait touché une corde sensible ou si Diao Zhan était mauvaise perdante, mais Hizo vit le visage de l'assassin ruisseler de larmes. Elle bégaya de façon plutôt inaudible, mais le maître du feu et la maîtresse de l'eau réussirent à comprendre.

- Je... je ne sais rien faire d'autre... je sais juste tuer...

Kalae se détourna d'elle et lança un regard empli de détresse à son compagnon. D'un pas lent et harmonieux, elle se rapprocha près de lui, à la distance de la confidence.

- Hizo... qu'est-ce qu'on peut bien faire d'elle...
- Tu n'aimeras peut-être pas ce que je vais te répondre... mais je crois que...
- Hors de question !
le fustigea-t-elle. On ne peut pas simplement la tuer. Je ne suis pas comme elle et toi non plus d'ailleurs, je le sais !
- Que veux-tu faire ? La libérer ? Elle nous tuera, Kalae..
.


Kalae se retourna vers Diao Zhan. Elle avait cessé de pleurer et maintenant les fixait d'un air suspect. Les deux compagnons étaient dans un dilemme. En regardant la maîtresse de l'eau, Hizo comprit immédiatement qu'elle refuserait de l'achever. D'un hochement de tête, il acquiessa en soupirant. D'un pas vif et sec, il envoya un large trait ardent en direction de Diao Zhan, visant la base du bloc de glace qui la retenait prisonnière.

La glace fondait rapidement et bientôt, l'assassin fut en mesure de briser la glace. Libre à nouveau, elle dévisagea ses cibles.

- Vous êtes stupides ! Toutefois, pour ce soir seulement, je vais faire comme si je ne vous avais pas vu ! Mais prenez garde... la prochaine fois, je ne serai pas clémente !

Elle fonça au travers des arbres, sous le couvert de la noirceur. Bientôt, elle fut hors de vue des deux amis. Soudainement, un sifflement furtif s'approcha d'eux. Silencieux, discret et mortel, un shuriken acéré se planta dans la jambe de Hizo, arracha à ce dernier un cri de douleur. AAAOUH !

- Ceci pour vous empêcher l'envie de me suivre... furent les dernières paroles qu'ils entendirent d'elle tandis que le maître du feu tomba un genou un sol.




Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Ven 13 Aoû 2010 - 10:56

Je n'avais même pas vu ni entendu le shuriken venir. Il alla se planter violemment dans la jambe du maitre du feu, légèrement au dessus du genoux, le jeune homme poussa un cri de douleur.

-AAAOUH!

-Ceci pour vous empêché l'envie de me suivre... Dit elle en disparaissant au loin.

Hizo tomba au sol a genoux. Je m'accroupis pour essayer de le soutenir, il posa sa main sur sa blessure en lançant des injures et en critiquant la gente féminine. Je le fis s'assoir sur le coté doucement. Hizo s'arracha l'arme de sa jambe avec colère et jeta le shuriken au loin qui rebondit dans un claquement aiguë. Je déchira le légèrement le tissu pour dégager la plaie, le shuriken l'avait profondément entaillé. Hizo serrait les dents pour se plaindre le moins possible.

Je fis sortir de l'eau de ma gourde qui enveloppa délicatement mes mains, que je posèrent ensuite au dessus de sa plait. La sensation de froid le fit faire une grimace, je n'étais pas paniqué, j'avais déjà eu affaire avec ce genre de situation. Ma médecine pouvait guerrier cette blessure sans complications.

-Qu'est ce que tu ferai sans moi Hizo Hein...?! Demandais je pour le taquiner.
Le maitre du feu leva les yeux au ciel.
-Tss...
Je me mis a rire discrètement. Sa blessure mit quelques bonnes minutes a se refermé, ne laissant qu'une toute petite cicatrice a peine visible sur le bas de sa cuisse. L'eau alla se ranger dans ma gourde. Hizo me fit un léger signe de tête en guise de remerciement et se releva doucement.

-Bon, moi je serais d'avis que l'on essaye de dormir une nouvelle fois, Diao Zhan a dit que pour cette nuit nous ne devrions pas avoir de soucis. Et si on est pas en forme et que demain il se passe un problème, je crains le pire.
-Oui je suis d'accord avec toi.Répondis je en m'étirant
Nous avions marché de nouveau jusqu'au campement et tombèrent de fatigue près d'un arbre.

Le lendemain matin, quand nous ouvrîmes les yeux, les marchands étaient déjà entrain de ranger leurs affaires, prêt a reprendre la route.
Maeda, vient nous voir un petit paquet envelopper d'un torchon a la main.
Nous partons, dit elle. Les affaires nous appellent.

Elle nous tendit le paquet et baissant légèrement la tête.

-Voilà de quoi manger pour aujourd'hui, nous ne pouvons pas vous être plus utile, je suis désolée.
-Ce n'est pas grave, répondis je.
-Merci a vous! S'exclama calmement Hizo

Maeda fit demi tour et suivit le convoi qui s'en allait au loin, Hizo et moi avions ouvrit le paquet et y avions découvrit une miche de pain ainsi que quelques fruits. Évidement, cette attention étaient la bienvenue, nous qui n'avions rien manger depuis la veille.
Nous étions a nouveau seul, et nos pensées revinrent vers Diao Zhan. Cette jeune femme se semblait faire cette activité non pas par choix, mais par obligation, elle devait avoir subit de lourdes épreuves.
Hizo fut le premier de nous deux a se lever, sa jambes, il n'y pensait même plus.
-Bon et maintenant? Demanda il en regardant autour de lui.
Alors que je m'apprêtais a lui répondre, la demoiselle d'hier soir apparut avec une démarche gracieux sur notre droite, jouant avec la lame de son arme entre ses doigts.
-La nuit est passé. Murmura elle.

Hizo se mit en garde, quand a moi je ne bougeais pas, moi qui pensais qu'elle aurai réfléchis pendant la nuit, une lueur dans ses yeux montrait qu'elle était resté la même. Diao Zhan lança un regard a la jambe d'Hizo qui ne portait plus de trace de son attaque.

-Tu n'as donc pas réfléchis a notre discution d'hier soir. Concluais je déçu.
-Je n'ai pas de conseils a recevoir de vous, et encore moins d'une maitresse de l'eau!! grogna elle. J'ai été envoyer ici, pour un seul but, vous éliminer! Je ne manque jamais a mes missions.
-Tu pourrai faire tellement d'autre chose Diao, murmurai je.
-Comme quoi?? Donne moi un exemple toi qui est si parfaite! S'exclama elle en gigotant sa lame dans les airs.
-Je suis loin d'être parfaite! Seulement j'essaye de faire les bons choix, moi.


Diao Zhan fronça des sourcils, Hizo tenait toujours sa garde méfiant.
-Je vous l'ai déjà dis, tuer est ma raison d'être, je ne sais rien faire d'autre.
-C'est que l'on t'as toujours dis je suppose. S'imposa Hizo. Dès le début te forger pour tuer, tout n'était que du bourrage de crane.
-Tu dis n'importe quoi!! S'emporta Diao Zhan. Je me dois de servir ma nation, et c'est pour elle que je dois vous éliminé.
-Tu crois sérieusement qu'a moi seule, je représente un danger? Que je représente une menace pour tout un pays entier? Et que parce que Hizo aurait divulgué quelques informations, vous seriez déjà au bord du gouffre? Réfléchis deux secondes! C'est complétement ridicule !

Mon ton avais été un peu sec et impatient, mais je dois dire que l'aveuglement de cette femme était totale.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Lun 16 Aoû 2010 - 20:04

- Je n'ai que faire du niveau de danger que vous représentez ! déclara l'assassin. Vous pourriez être deux Saints aux actions louangées que je vous traquerais pour vous tuer. En ce qui me concerne, cela ne change rien. On m'ordonne d'assassiner quelqu'un, j'accomplis ma tâche et on me paie pour cela. Si on me promettait rémunération pour découper un enfant en rondelles, je le ferais sans hésiter et tuerai tout ceux qui tenterait de m'en empêcher.

Les deux amis furent tout simplement choqués par ce qu'ils venaient d'entendre. La jeune femme en face d'eux était un véritable monstre et prenait plaisir à s'en vanter.

- Cela semble vous choquer... s'amusa Diao Zhan. Évidemment que si... mais comme je vous l'ai dit, tuer est ma destinée depuis ma naissance et il n'y a rien qui puisse changer cela.
- Espèce d'ordure ! Tu as été manipulé depuis toujours et tu tires ta fierté d'actions dont tu n'es que la marionnette !
- Personne ne nait assassin, Diao Zhan...


La tueuse fixait ses deux interlocuteurs, partagé entre le désir de les tuer et de les laisser en paix. La réalité est que ce fut la première fois de toute sa ''carrière'' qu'elle discutait avec ses proies. Toujours convaincue qu'elle pouvait les massacrer sans efforts, ceux-ci avaient quelque chose de ... spécial. Tenter de la raisonner était plutôt ridicule, mais un tel entêtement à convaincre de changer devenait à la fois agaçant et troublant. *Et s'ils avaient raison...* pensa-t-elle en posa instinctivement sa main sur sa balafre.

- Oh j'en ai assez de bavarder avec vous ! Je suis le prédateur et vous êtes mes proies ! Cessez de faire tourner vos langues ou je vous les arracherai avant de porter le coup final.


Sur ce, elle fonça sur eux à toute allure, sa lame brandit. Hizo fut le premier à réagir, ce dernier étant sur ses gardes depuis le début. Après un rapide 360 en sautant d'un petit bond vers l'avant, il allongea sa jambe droite au sol et fléchit se genou gauche. En pointant Diao Zhan de son poing, il en expulsa un large boule de feu en direction de leur adversaire, mais cette dernière l'esquiva agilement, d'une roulade avant. Hizo frappa deux fois vers elle, mais les traits de feu qu'il lui envoya furent tous évités. *Elle est bien trop agile !!*

Kalae fut prise au dépourvu par la soudaine agressivité de Diao Zhan. N'étant pas prête, elle n'eut pas le temps de commander aux eaux afin de se défendre. Toujours en pleine course, l'assassin projeta sur la maîtresse 2 shurikens. Kalae se prépara à les éviter, toutefois certaine d'en recevoir au moins un, mais Hizo vint à sa rescousse. Un nouveau jet de flamme passa à 3 mètres devant son visage, déviant la trajectoire des projectiles.

Le corps à corps fut une fois de plus inévitable. À proximité, Diao Zhan se plaça au centre et s'éleva dans les airs. Elle frappa Hizo au visage d'un violent coup de pied sauté, envoya Hizo au sol, quelque mètres plus loin. La combattante, toujours dans les airs, tourna sur elle-même et frappa la figure de Kalae d'un coup de pied circulaire. Cette dernière s'écrasa au sol à l'instar de son compagnon.

- Qu'est-ce que vous pouvez être faible ! Ça en fait pitié. Un qui déchaîne une pluie de flammes inoffensives que même un bébé éviterait et l'autre qui ne fait rien.

Kalae fut la première à se remettre debout, l'attaque qu'elle subit ayant été moins puissante que celle essuyée par son ami. Mais hélas, Diao Zhan le savait aussi et elle n'avait pas bougé. La maîtresse de l'eau devait donc l'affronter au corps à corps, domaine de prédilection de leur ennemie. Elle se plaça en position défensive, attendant de pied ferme l'attaque de la ninja.

Si Kalae était une combattante plutôt douée en arts martiaux, elle ne faisait pas le poids contre Diao Zhan qui en était une experte. L'assassin s'approcha d'elle et le combat commença. La fille de l'eau évita et bloqua plusieurs coups de poing et de pieds, sans que ses contres-attaques soient véritablement menaçantes. Mais Kalae avait une autre stratégie que celle de combattre vaillamment Diao Zhan. Elle gagnait du temps... temps nécessaire à Hizo pour se remettre debout et venir à son aide.

Alors que Kalae semblait trouver son rythme défensif, Diao Zhan démasqua la ruse lorsque du coin de l'oeil, elle vit le maître du feu se relever. Désirant en finir avec elle, elle déchaîna sa fureur d'un déluge de coups qui perça la muraille défensive de Kalae. Un coup de coude sur le nez brisa complètement la garde de Kalae. Diao Zhan enchaîna par un coup de genou au ventre qui arracha un cri étouffé à son adversaire. L'assassin eut le temps de pousser la maîtresse de l'eau au sol juste à temps pour se replacer face à Hizo qui s'approchait à pleine vitesse.

- Laisse-nous en paix Diao Zhan ou cette fois, ce sera toi qui te prendra une correction ! menaça Hizo sur le ton de la colère.
- Encore arrogant malgré votre défaite évidente ? Comme c'est pathétique...


Dernière édition par Hizo le Mar 17 Aoû 2010 - 5:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Lun 16 Aoû 2010 - 23:51

Alors que j'occupais l'attention de Diao Zhan en la combattant, Hizo se leva doucement, cependant l'assassin l'avait aperçut du coin de l'œil. Et c'est avec une enchainement très rapide et violent qu'elle me mit a terre. Avec un coup de pied qu'elle me donna dans le ventre, c'est en poussant un cri étouffé que je m'effondra violemment au sol. Le coup avait été violent, je restait là, au sol, sentant le goût du sang sur mes lèvres et le souffle court.

Diao Zhan se retourna vers Hizo qui la chargeait.

-Laisse-nous en paix Diao Zhan ou cette fois, ce sera toi qui te prendra une correction! Menaça Hizo colérique.
-Encore arrogant malgré votre défaite évidente? Comme c'est pathétique...

L'attitude de cette jeune femme devenait véritablement énervante. Le demoiselle dégaina son arme qui fit un bruit aiguë dans les airs. Elle s'avança de quelques pas d'une démarche arrogante et sûre. Hizo resta stoïque et en garde, il savait très bien qu'il devait la tenir a distance. Le maitre du feu me lança un regard en coin, j'étais encore au sol, essayant de me relever malgré la douleur mais sans succès.
Grâce a quelques coups de poing donnés en direction de notre assassin, Hizo fit apparaître des boules de feu jaillirent et foncèrent vers Diao Zhan qui les évita ou se protégea de son arme. Elle sortit quelques autres de ses shuriken et les lui lança dessus, le jeune homme les esquiva agilement et avec un coup de pied circulaire il envoya une vague de flamme vers la jeune femme. Diao Zhan recula de peur d'être bruler et se heurta a moi, elle trébucha en arrière et me tomba dessus violemment en poussant un cri de surprise quand a moi je venais qui venais d'être écraser et poussa également un cri de douleur. Je rassembla mes forces pour l'attraper par le cou furieuse, elle se releva d'un bon, accroché a son dos je lui avait pris les poignets, elle tournait sur elle même pour m'éjecter de son dos. C'est après s'être plaquée le dos contre un arbre en m'écrasant et avec un coup de tête qu'elle réussit a me faire descendre.

Hizo avait profiter du fait que son attention avait été détourné pour lui donner un coup de poing au visage, la jeune femme fit quelques pas sur le coté, portée par la violence du coup et nous laça un regard noir.
Le jeune maitre du feu m'aida a me relever, d'un revers de main j'essuyai la trainée de sang qui partait de mes lèvres et coulait sur mon menton.
Hizo et moi avions échanger un regard, nous bien peur que cette fois ci, le destin ne soit pas avec nous, cependant Hizo et moi n'étions pas du genre a baisser les bras, c'était bien une chose que nous avions en commun. Nous avions renvoyer a la jeune femme le même regard remplie de détermination et de rage.
Elle nous chargea a nouveau, étant préparé a ça Hizo enflamma ses mains quand a moi j'ouvris ma gourde pour y faire jaillir de l'eau. Diao Zhan ne fut pas impressionnée en continua sa course arme de son sabre. Hizo et moi essayions de lui barré la route avec tout ce que nous pouvions, boule de feu, pique de glace, nous en étions même venu a unir l'eau et le feu pour crée de l'eau bouillante qui la déstabilisa quelques instants.
L'on réussit tout de même a la bléser a la jambe, l'eau bouillant l'avait touché, elle se déplaçait en boitant légèrement.
Une rage impressionnante s'était emparée d'elle, a croire qu'elle avait perdue le contrôle de son corps. Elle se jeta sur nous et réussit a me toucher a un endroit précis a la jambe droite, puis a la gauche. Je m'écroula une nouvelle fois, mes jambes étant incapables de me faire tenir debout.

Diao Zhan se retourna vers le maitre du feu les poing serrés en brandissant son sabre sans les airs, Hizo s'empara d'un gros bâton présent au sol et croisa le fer avec l'assassin professionnel. La jeune femme attrapa Hizo par le kimono et le frappa a l'épaule. Hizo venait deperdre la contrôle de son bras gauche et laissa alors tomber le baton. Il ne pu riposté car la jeune femme enchaina directement sur ses jambes, bloquant ainsi son Chi, comme elle l'avait fait avec moi.

Hizo tomba au sol a son tour. Ne me restant plus que mes bras j'essayais de ramper et de me servir de l'eau pour m'aider mais les forces commençaient a me manquer.
Nous étions tout les trois essoufflés.

-Vous me donnez quand même du fil a retorde, bande d'incapable...
Se murmura elle.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Mar 17 Aoû 2010 - 7:17

Étendu sur l'herbe, Hizo tentait désespérément de se relever, mais sans succès, les points de pression bloqués l'empêchant d'utiliser ses jambes. Kalae, le souffle encore coupé, avait le même problème. Les deux amis étaient dans un sale état suite à cette nouvelle correction de la part de la combattante aguerrie qu'était Diao Zhan. Cette dernière semblait décidément trop forte pour les deux maîtres. Lâchant un juron abominable, Hizo se retourna en direction de l'assassin.

- Allez, espèce de garce ! Finis-en ! Tue-moi plutôt que de me laisser dans cette attente ! Mais épargne-la, dit-il en pointant Kalae, elle n'est pas une menace et elle comptait partir d'ici. C'est moi seul que tes ''amis'' veulent abattre... pas elle !
- Hizo ! Non... réagit Kalae avec stupéfaction.
- Taisez-vous ! coupa sèchement Diao Zhan. JE décide qui dois vivre ou mourir, pauvres minables ! J'ai de meilleurs projets pour vous ...

Aux oreilles de deux compagnons, cela laissait prévoir le pire. L'assassin dégaina sa lame et s'avança vers Kalae, d'une démarche menaçante. Qu'allait-elle faire ? Lui arracher la langue comme elle l'avait promis ? La découper en rondelles ? L'égorger ou peut-être l'éventrer. Craignant pour son amie, Hizo tenta de se relever en se débattant comme un beau diable, mais en vain. Ses muscles refusaient d'obéïr et il devrait assister à l'horrible décapitation de Kalae.

- NON ! hurla-t-il. Ne la touche pas ! Elle n'a rien fait, rien du tout !!! Laisse-la s'en aller ! Personne n'en saura rien !!!

Ignorant les supplications de son captif, elle continuait d'avancer vers la maîtresse de l'eau qui avait les yeux fermés, attendant le coup fatal qui la conduirait vers un lieu d'éternité. Mais à la grande surprise de Hizo et Kalae, ce ''coup final'' ne fut pas celui attendu. Diao Zhan frappa fermement la fille de l'eau sur la tête avec le pommeau de son arme. Assommée, la jeune fille s'effondra sur le sol, inconsciente.

L'assassin se retourna vers un Hizo à l'air ahuri et s'approcha de lui à son tour.

- Tu vois, je ne l'ai pas tué ta jolie petite amie ! Comme je vous l'ai dit, j'ai de meilleurs projets pour vous. Vous m'avez tout de même compliqué un peu les choses et je crois que mes supérieurs seront ravis de vous rencontrer. Ils jugeront eux-même quelles souffrances vous conviennent le mieux.
- Tu n'es qu'une femme stupide et sadique ! Seule une femme peut se vanter d'être aussi diabolique !
- Ferme-la ! grogna Diao Zhan. Ne vois-tu pas que tu auras la chance de plaider ta cause et peut-être de sauver ta copine !
- Ce n'est pas ma co ...

Le maître du feu n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'il reçu à son tour un violent coup du pommeau d'épée sur la tête. Il s'écroula dans l'herbe et sombra dans l'inconscience.

******************************************************************
Lorsque le jeune homme reprit connaissance, un affreux mal de tête le fit grimacer. Par pur réflexe, il posa sa main sur sa tempe douloureuse et y sentit une bosse recouverte de sang séché. *Aie... elle ne m'a pas loupé cette folle !*
Une fois ses esprits bien retrouvés, il posa son regard autour de lui afin de déterminer où il se trouvait. Un sol de pierres froides, des murs de pierres, une porte en acier avec une mince petite fente qui laissait pénétrer une très faible lumière projetée par des torches à l'extérieur. *Nous sommes en prison ! Malheur !*

Un petit gémissement de femme vint à ses oreilles. Non loin de lui, dans la même pièce, se trouvait Kalae qui était allongée sur le sol et revenait tranquillement à elle. Hizo vit le corps de son amie, à moitié dans la pénombre, se redresser difficilement. La grimace sur son joli minois indiquait au garçon qu'elle souffrait du même mal que lui.

- Où suis-je... murmura Kalae, encore sonnée.
- En prison, Kalae. Probablement dans le donjon de la Flamme Ardente...
- Au moins nous sommes en vie.

Hizo répondit par un grognement. La vérité était qu'il digérait très mal le fait d'avoir été vaincu par Diao Zhan. Elle avait beau être une assassin surentraînée et experte en arts martiaux, formée pour combattre les maîtres des éléments, aux yeux de Hizo elle n'était qu'une femme, donc inférieure à lui. Dans le cas présent, cette ninja lui avait botté le derrière deux fois en plus de l'avoir surpris avec un shuriken lors de leur deuxième rencontre. S'il se souvenait bien, il fut par la suite soigné par Kalae, une autre fille. Décidément, cette aventure tournait très mal pour lui.

- Est-ce que ça fait longtemps que nous sommes ici ? demanda la maîtresse de l'eau, mettant aussitôt fin aux pensées de son ami.
- Je ne sais pas, je viens de me relever, répondit sèchement le garçon.
- Ah... *Est-ce qu'il boude encore ou quoi ???* Hizo, j'entends des pas qui s'approchent d'ici !

La maîtresse de l'eau avait raison. Non seulement des bruits de pas venaient vers eux, mais ils entendaient également des voix. Au fur et à mesure que les bruits s'approchaient, les deux compagnons pouvaient entendre des brins de conversation. Hizo reconnu immédiatement l'une des voix, celle désagréable de Diao Zhan. Intrigués et surtout prêt à devoir défendre leur vie si nécessaire, Hizo et Kalae se levèrent presque simultanément et attendirent.

- Vous allez voir, monseigneur Nobu, vous serez satisfait du cadeau que je vous ai apporté.
- Tu as intérêt à ne pas me faire perdre mon temps, Diao Zhan, ou ton châtiment sera digne de la balafre qui te couvre le visage ! répondit sans gêne l'interlocuteur de l'assassin.
- Non, monseigneur... répondit Diao Zhan en réprimant sa colère. Vous ne serez pas déçu...

Hizo se rapprocha de Kalae.

- Nobu, c'est le chef de la Flamme Ardente... celui qui souhaite prendre le pouvoir, chuchota le maître du feu.

Kalae acquiessa d'un hochement de tête. À ce moment, un déclic se fit entendre et un soldat déverrouilla la porte d'acier de la cellule. Les deux compagnons aperçurent Diao Zhan, deux gardes vêtus d'armures de la Nation du Feu d'une autre époque et un homme richement vêtu, ses longs cheveux coiffés à la mode de la Nation, le visage glabre. D'une quarantaine d'année, Nobu possédait une très belle apparence et avait les traits d'une homme sage et avisé. Mais il ne fallait pas se fier aux apparences. Hizo savait que derrière ces signes de majestés se cachait un homme mégalomane et dangereux.

- Qui sont ces gens et pourquoi sont-ils enfermés ensemble ? demanda celui-ci, son ton de voix frôlant l'impatience.
- Voici Hizo et la maîtresse de l'eau, les deux individus que je devais éliminer. Ils sont spéciaux, j'ai donc pensé qu'ils vous amuseraient, mon seigneur.
- Qu'ils m'amuseraient... commença Nobu indigné. Et tu crois que j'ai le temps de m'amuser, espèce d'idiote ? Je t'avais dit de les tuer et toi, tu décides de les ramener ici pour qu'ils puissent m'amuser ???

Sans même laisser le temps à Diao Zhan de s'expliquer, Nobu, èn colère, lui asséna une gifle retentissante. L'assassin s'agenouilla immédiatement et déversa un flot d'excuses plutôt embarrassantes. Nobu lui ordonna de ficher le camps, non sans mentionner qu'il s'occuperait de sa punition plus tard. Par la suite, toujours entouré de son escorte de gardes, il se retourna vis-à-vis des deux prisonniers qui n'avaient rien manqué de la scène­.
Revenir en haut Aller en bas
Kalae
*******
*******
avatar

Féminin Age : 25
Messages : 649
Date d'inscription : 02/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Mar 17 Aoû 2010 - 11:06

La violence de Nobu nous avait tout les deux surprit. Cette homme qui aux premiers abords semblait si respectable n'était qu'un être de la pire espèce. Sous les ordres de son maitre, Diao Zhan quitta la cellule en s'inclinant et honteuse.
L'homme se retourna vers nous d'un pas vif en nous dévisageant de ses yeux fins.
Hizo et moi même étions enchainé de tel sorte que l'utilisation de notre maitrise était impossible. La peur s'était emparée de nous, Hizo l'avait mieux caché que moi, il s'efforçait de resté stoïque. Ma respiration s'était légèrement accélère et mon cœur battait si fort qu'Hizo, qui était a coté de moi pouvait entendre ses légers battements a quelques moments.

Nobu s'avança d'une démarche fière se heurtant a nos regards interrogatifs et méfiants. Il s'avança vers Hizo et divisagea son visage avec intensité.

-Selon diao Zhan, vous êtes spéciaux, et je pourrai m'amuser avec vous.... Sachez que c'est la première fois de sa vie qu'elle me ramène ses victimes sans les avoir tué. Elle a peut être raison, ça risque finalement d'être intéressant.


L'homme envoya un petit sourire moqueur au maitre du feu, convaincu de sa supériorité il passa a coté de lui, et s'approcha de moi et fit un tour complet.

-Laisse tomber Nobu, Nous ne nous laisserons pas faire! Répliqua immédiatement Hizo sur un ton autoritaire.
-Je ne compte plus le nombre de gens qui ont prononcer ses mots avant vous. Remarqua Nobu en jouant avec une de mes mèches de cheveux.

Le maitre de la flamme ardente se tourna vers ses gardes en leur ordonnant de nous amener dans la salle principale. Toujours les mains liées dans les dos et les pieds reliés par une chaine. Nous étions sortit de la cellule, guidé par les gardes et Nobu. Nous étions arrivé dans une très grande salle, le plafond y était extrêmement haut, quelques rayons de soleil passaient par les grandes fenêtres, des bougies étaient posées sur une table où plein de mets divers étaient exposés. Sur le coté droit, des cages délimitées pas de grand et hauts barreaux de fers étaient présente, ressemblant a une arène que l'on utilisait lors des combats de gladiateurs le sol y était taché de sang a certains endroits.
Et enfin près de ses cages un grand siège, où quelques femmes au tenues plus ou moins provocantes attendaient. Les gardes nous stoppèrent au milieu de cette salle, quand a Nobu il allait s'assoir sur son siège qui considérait surement comme un trône aux coté de ses demoiselles qui semblaient l'attendre avec impatience.

Hizo jeta un coup d'œil a la pièce en fronçant les sourcils, nous avions échanger un regard remplit d'inquiétude, le maitre du feu arrivait véritablement bien a cacher sa peur, son attitude me donnait un peu de courage et m'évitait de penser au pire. Diao Zhan était adossée contre un mur dans un coin de la pièce, nous l'avions tout de suite reconnue et nous la regardions désespéré et a la foi en colère, la jeune femme se contenta de détournée le regard et de nous ignoré.
Nobu fit un signe de main, et le garde qui guidait Hizo s'avança.

-Oui monseigneur? Demanda il poliment.
-Prépare notre invité pour le spectacle, puisqu'il est là pour nous amusé... Répondit Nobu calmement.

Le garde poussa alors Hizo en direction des cages, le maitre du feu essayait de résisté, ils durent se mettre a deux pour le faire entré dans la cage. Je regardais Hizo partir sans rien pouvoir faire. Le garde détacha les mains et les pieds du jeune maitre du feu puis referma la cage rapidement. Nobu poussa un petit ricanement sadique. Voir Hizo enfermé ainssi ne présentait rien de bon, la peur grandissait de plus en plus en moi.

-Qu'est ce que je vais bien pouvoir te faire faire petit...

Nobu se mit a réfléchir a voix haute de ce qu'il allait arrivé a Hizo, qui ne pouvait que attendre entre les barreaux de sa cellules, les femmes ne cessant de donnés des idées toutes plus dangereuses les une que les autres.

-Ne lui faites pas de mal! Avais je ordonné la voix tremblante.
Nobu se mit a rire.
-Ne t'inquiète pas ma belle, répondit il. Ton tour viendra aussi, mais après... Je veux que tu assiste a la mort de ton ami
Je lança un regard humide et alarmant a Hizo qui tenait les barreaux entre ses mains.
Revenir en haut Aller en bas
Hizo
**** Ministre des enseignements
**** Ministre des enseignements
avatar

Masculin Age : 30
Messages : 454
Date d'inscription : 21/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé> Mar 17 Aoû 2010 - 14:18

S'il avait été suffisamment près de Diao Zhan, le maître du feu lui aurait craché à la figure. *Pourquoi détournes-tu le regard, petite garce ? C'est bien ce que tu voulais...*
Deux gardes furent nécessaires pour l'enfermer, le maître du feu tenant sa promesse, celle de ne pas se laisser faire. On lui ôta ses chaînes et retira son haut de kimono. Torse nu et emprisonné, Hizo attendait son châtiment avec un calme étrange, comme s'il souhaitait garder la tête haute.

La suite défila un peu trop rapidement pour lui. Le chef de la Flamme Ardente, Nobu, s'amusait avec ses petites poupées à savoir quelles tortures il devait lui infliger. Puis Kalae prit sa défense, ce à quoi Nobu répliqua que son tour allait venir.

Hizo, tenant les barreaux de sa cage scrutait les alentours et cherchait un moyen de se sortir du pétrin. Nul besoin de préciser qu'ils étaient dans de beaux draps, cette fois bien pire que tout les autres. Ce Nobu pouvait se présenter comme un politicien, en réalité ce n'était qu'un psychopathe aux ambitions démesurées. Il pouvait ordonner quoique ce soit, qu'importe le niveau de sadisme. Le jeune homme eut un pincement au coeur lorsque son regard croisa celui de Kalae, en détresse et imbibé de larmes.

Pour tenter de l'encourager dans ce moment désespéré, il lui fit un petit signe de tête. Que pouvait-il faire d'autre de toute façon... Il suffisait simplement de la rassurer un peu et peut-être se rassurait-il lui-même du même coup.

- J'ai pris ma décision ! déclara subitement Nobu, comme un enfant fier de lui.

Tous les regards convergèrent vers cet homme aussi mauvais qu'un démon. Qu'importe ce qu'il annoncerait, il serait immédiatement obéï.

- J'ai pensé à plusieurs options, commença-t-il. L'une des plus tentante aurait de te battre à mort, là où tu es dans ta cage. Mais je m'en serais lassé rapidement. J'ai été sur le point de vous laisser vous entretuer tout les deux ! Ça aurait extrêmement émouvant, non ? Mais il aurait suffit que vous décidiez de tricher en vous en prenant à moi et les conséquences auraient pu être coûteuses...

Hizo serrait les poings de rage tandis que ses dents grinçaient férocement. Nobu se jouait d'eux et prenait tout ceci à la légère comme s'il ne s'agissait que d'un jeu. Kalae semblait sur le point d'éclater en sanglots, mais elle se ressaisit comme une courageuse petite femme. Sans se soucier de l'attitude de ses prisonniers, le chef de la Flamme Ardente poursuivit:

- Alors voilà... Diao Zhan m'a promis un amusement, alors j'ai envie qu'elle tienne sa promesse elle-même ! J'ordonne donc à Diao Zhan d'affronter Hizo dans un combat à mort. Si elle gagne, la maîtresse de l'eau sera exécutée. Si Hizo gagne, la fille de l'eau sera libre... quant-à-toi mon garçon, tu auras une mort rapide !


Kalae étouffa un petit cri. Hizo ferma les yeux en poussant un soupir. Quelque soit l'issue de ce combat contre l'assassin, il perdrait la vie. Mais s'il gagnait, la maîtresse de l'eau pouvait partir. *Nobu tiendra-t-il vraiment sa promesse...* Il n'avait pas le choix. Diao Zhan quant-à-elle s'approchait de l'arène, la mine plutôt basse. Hizo constata qu'elle affichait de nombreuses ecchymoses sur les bras et même sur son visage balafré. *Nobu a certainement ordonné qu'elle soit battue comme punition pour ne pas nous avoir tué. Bien fait pour elle !!*

- Ne faites pas ça, cria Kalae alarmée.
- Ça ira Kalae... maintenant tais-toi ! dit doucement Hizo tandis que les gardes le libérait de sa cage.

La maîtresse de l'eau savait que son ami ne s'en prenait pas directement à elle. Elle le connaissait assez bien et Hizo était Hizo ! Il ne changerait pas aussi facilement et en ce moment, nul doute que le maître du feu était plutôt contrarié. Il avait besoin de reprendre ses esprits, ce qu'il ne parvenait pas à faire. Lorsque la jeune fille aperçu Diao Zhan, elle ne put s'empêcher de grimacer de dégoût.

- Tu es fière de toi ? Profites-en bien, toi qui aime tant tuer ! Tous te regarderont !

C'est à ce moment que Kalae remarqua les blessures visibles sur les quelques membres dénudés de l'assassin. Elle en vint également à la conclusion que Nobu l'avait corrigé.

Diao Zhan et Hizo se faisait face une fois de plus. Si ce dernier foudroyait sa terrible adversaire du regard, la guerrière avait perdu son air supérieur à la fois impitoyable et mauvais. Elle ressemblait à une simple jeune fille obéïssant à son père par crainte d'une punition. Elle semblait avoir perdu son envie de tuer, mais aux yeux de Hizo, cela lui était égal. Sa propre vie et celle de son amie était en jeu. Il devait gagner son duel face à Diao Zhan.

Collée aux barreaux de sa cage, Kalae observait le face à face avec une nervosité grandissante. Elle connaissait les talents de tueuses de Diao Zhan et ses compétences en combat étaient supérieures à celles de Hizo et de loin. L'assassin l'avait prouvé à deux reprises en les affrontant en même temps. Bien entendu, la fille de l'eau s'inquiétait de sa propre vie, mais elle se faisait au moins autant de soucis pour Hizo. Elle découvrit à cet instant à quel point leur amitié était forte. Hizo pensait-il ainsi ?

- Allez ! lança Hizo avec dédain à l'intention de son adversaire. Finissons ce que tu as commencé !
- Que le duel commence ! annonça Nobu.

Sans que le maître du feu ne puisse réagir, Diao Zhan dégaina 2 shurikens et les lança de toute ses forces. Mais à la surprise générale, ce n'était pas Hizo qu'elle visait mais bien le cadenas de la cage retenant Kalae prisonnière. D'une précision stupéfiante, les deux shurikens se fichèrent dans le verrou qui ne tarda pas à céder.

Sous les regards ébahis de Nobu, des filles de joie, de Hizo et d'une dizaine de gardes que composaient cette assemblée, l'assassin venait de délivrer Kalae et faisait désormais face à son ancien maître...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




RPG


MessageSujet: Re: Épopée à la Nation du Feu <Terminé>

Revenir en haut Aller en bas

Sujets similaires

-
» BEOWULF : l'épopée fondamentale de la littérature anglaise.
» Bouton "la Nation la Loi le Roi" - Volontaires de la Drôme
» Buste Gemini no Saga Tamashii Nation
» Offre limitée Pope tamashii nation 2008
» Plongée sur la rivière Petite-Nation – 8 Août 2010
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: