Partagez|

(E3) le complot du feu

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
avatar


RPG


MessageSujet: (E3) le complot du feu Mar 13 Juil 2010 - 18:36

Sujet de la mission
La nation du feu prépare une offensive afin de dominer les autres nation, Zamaliablack est venu à Ba Sing Se exprès du pôle Nord pour nous aider dans cette mission. Ban Gio et Juju doivent s'infiltrer dans la nation du feu, voler les plans et essayer d'éviter cette guerre.
*Grâce à cette affiche, j'ai su que la nation du feu menaçait d'attaquer les autres nations*

Cette nation voulait rentrer en conflit, faire un conflit mondial pour détruire l'équilibre du Sekaï. La tribu de l'eau et le royaume de la terre s'allièrent pour repousser cela, en cas d'attaque. Personne ne savait pourquoi la nation du feu avait cette envie soudaine de contrôler toutes les autres nations, ni quand. Et encore mieux, c'est que pour le moment, ce n'est qu'une rumeur. Une ancienne amirale de l'eau, appelé Zamaliablack, est allée directement dans la grande citée de Bah Sing See pour créer cette alliance. Elle alla voir Jerome, le roi de la terre, et ces 2 personnes envisagèrent de prendre aucun risque. Il fallait recruter des personnes pour faire une mission pas comme les autres: se faufiler dans la nation du feu, les espionner et si il y avait un risque d'invasion, voler les plans. Mais cette mission était plutôt très risquée, même dangereuse. Il y avait un risque d'aller simple. Beaucoup de gens savaient que les fils du feu étaient particulièrement dangereux quand ce derniers cachèrent quelque chose. Donc peu de personnes se présentèrent pour cette mission, même lorsque la récompense était grandiose... C'est alors qu'une personne inconnue de tout le monde se présentait devant le roi de la terre, Jerome. Cette personne se prénomme Juju, inconnu de nul part dans le royaume de la terre, mais bien connu dans la tribu du Pole Nord. Il était assez petit, mais on voyait à sa démarche qu'il était agile et motivé. Juju avait aussi une épée qu'un vieux forgeron lui donna pour quelques pièces de cuivre. Il se présenta donc en quelques mots devant le roi de la terre et Jerome mais les yeux de Zamaliablack devinrent tout rond lorsque Juju a dit qu'il était originaire de la tribut du Pole Nord.

<< Tu penses que tu seras à la hauteur de cette mission? Sache que cette mission n'est bénéfique que pour une seule personne, mais pour toutes les autres nations...
<< Sauf votre respect, je pense que j'ai les qualités requises.
<< Il faudra que tu nous le prouves, car vous ne pouvez pas du tout échouer dans cette mission. Et tout d'abord, dis-moi un peu plus sur toi.
<< J'ai quelques compétences dans la maîtrise de l'eau grâce à mon maître Evyle, qui est maintenant chef des tribus.

Les yeux de Zamaliablck sont devenus encore plus rond. On croirait des balles de golf... Elle prit directement la parole, en coupant celle-ci à Juju.

<< Désolé de te couper la parole, mais j'aimerai aussi me présenter. Je m'appelle Zamaliablack, et je suis aussi originaire de la tribu de l'eau du Pole Nord. J'ai aussi rencontré Evyle et j'ai vu comment elle apprenait la maîtrise de l'eau à ses élèves //Se tournant vers Jerome// Je suis sur qu'il sera très compétent dans cette mission, car elle les a toujours appris à persévérer, jamais abandonner. Je le vois dans ses yeux, je suis sur qu'il va réussir cette mission, et qu'il va tous nous sortir de cette galère...

Quelqu'un coupa la parole à Zamaliablack. C'était un des gardes royales qui ouvrit la porte de la salle du trône violemment, et parla directement à Jerome.

<< Excusez-moi de mon entrée sans prévenir, Ô grand roi, mais j'ai un message très urgent à vous transcrire.
<< Je t'écoute.
<< Nous avons repérer un groupe de rebelle dans la citée, sûrement un complot contre vous. On n'en sait pas encore plus, mais quelques civiles disent qu'ils ont des origines de la nation du feu. Qu'est-ce que nous devons faire mon roi? Les arrêter tous, prendre simplement leur chef, ou autre chose?
<< Hum... Je dois réfléchir, laissez-moi seul...

Le garde royal, Zamaliablack et Juju sortirent du palais royal, laissant seul Jerome. Zamali et Juju parlèrent ensemble.

<< C'est dingue de rencontrer quelqu'un qui a eu les mêmes amitiés que moi. J'en reviens pas encore. Personne n'est originaire d'une tribu de l'eau dans cette citée, c'est affreux...
<< Je suis sur qu'il y en a, mais qu'ils ne se font pas remarquer...
<< Oui sûrement, fin' j'espère. Comment va Evyle sinon? Il y a des années que je ne l'ai pas vu. Elle est toujours aussi souriante?
<< Je vois qu'elle n'a pas changé, oui elle l'est toujours, et aussi charmante. Vous pouvez m'en dire plus sur cette affaire que la nation du feu voudrait attaquer tout le monde? C'est vraiment absurde...
<< Oui mais pour le moment ce n'est qu'une rumeur... Il faut à tout pris que quelqu'un aille faire cette mission d'infiltration dans la nation du feu. Si ils voudraient nous attaquer, qu'on sache, au pire, se défendre et riposter...

Tout d'un coup, un BOUM retentit à l'extérieur du palais royal. Des gardes allèrent voir ce qu'il se passa dehors, dans la cours du palais royal. Juju prit son épée dans sa main, de sorte qu'il lui arrive aucune surprise. Il y avait de la fumée assez loin dans la ville, en pleins milieu du quartier marchand. Jerome sortit aussi de la salle du trône, et conclut que c'était les rebelles qui voulaient faire pression sur lui.

<< Mais jamais je me laisserai faire! Juju, je vois dans tes yeux que t'es un homme compétent, digne de remplir cette mission et je vois aussi que t'es un homme responsable. Mais je ne vais pas te laisser aller tout seul, il te faut un partenaire. J'espère que tu sais travailler avec quelqu'un pour remplir une mission très complexe?
<< Oui, sans problème, je suis assez sociable x) Mais je pourrai savoir le nom de mon compatriote?
<< Pour le moment je dois encore choisir, je ne sais pas encore...
Revenir en haut Aller en bas
Ban Gio II
*
*
avatar

Masculin Age : 21
Messages : 500
Date d'inscription : 22/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Mar 13 Juil 2010 - 19:31

C'était simple une semaine auparavant, moi qui habitait sous le lac laogai, j'avais été engagé par le roi après la défence de ma foret bien-aimée à un haut poste pour le royaume. Je devais donc chaque matin allez voir le roi pour voir si de nouvelles missions s'ouvraient à moi.
Une heure après j'arriva enfin au palais les porte étaient fermés, je voyais deux soldats entouraient un petit être bleu. Mais je n'y preta pas attention.... Tout d'un coup une explosion, une fumée se voyait loin dans le quartier des marchands.
Le roi sortit en trombe et s'avança jusqu'a le petit être bleu lui parla et commança à tourner en ronde, je décida donc de m'approcher.

Monsieur ? que se passe t'il, je pourrai peut etre vous aider ?
Juju j'ai trouvé ton compagnon qui va t'aider je te présente Ban gio, c'est un maitre assez spécial qui a d'ailleurs il y a une semaine était aidé par Evyle et une dénommé Kalae.
Ah les amis de mes amis sont mes amis.

Il m'expliquèrent la situation et juju et moi devions tout d'abord calmer ce groupe d'anarchiste dans le quartier marchand, d'apres les rapports ils sont une trentaine.
Une fois arrivé dans ce quartier un brigand nous assaya, quelques minutes plus tard il gisait par terre.

Il est mort ?
Non bien sûr, je ne suis pas un tueur.
Bien continuons.

Un groupe de trois brigands avança, je regarda juju, lui sourit et lui fis un signe lui montrant que les brigands étaient pour lui. Il prit de l'eau qui était dans une jarre et la repandit sur le sol, ils cassèrent tous la figure par terre, je me chargea de les immobilisaient. On continua notre avancé dans les rues fumantes et vidées de toutes vies civils. A droite 7 brigands, a gauche pareil.

Je prend à droite et toi a gauche.
Ok, apres je crois que c'est fini, la garde pourra s'en occuper.

Je chargea, eux de memes, des pierres volaient dans tout les sens a droite et a gauche, les brigands couraient dans tout les sens, je les mattraquaient a coups de terre puis leur sergent m'attaqua par derriere. SCHLING tu m'as coupé sale chien tu périras aujourd'hui, je frappa au sol et il s'envola et ne retomba pas enfin pas dans mon champ de vision quand je me retourna ensuite Juju avait fini d'éliminer les brigands.
Je m'asseya par terre, lui aussi, je sortit une carte et on commença à concocter un plan.
On devait donc aller à omashu puis prendre un bateau du feu déguisés naturellement puis sur place je montrerai à juju la marche à suivre.
Nous partimes donc vers omashu en chevautruche.
Encore une aventure avec un menbre de la tribu de l'eau je me disais en le regardant, sa va être marrant ^^

(Juju je suis toujours vert, a retenir)



[Edit Evyle] J'ai déplacé la mission dans Monde, je m'en excuse, mais c'est ici que se déroule les missions internations ;D
HS: C'est trop gentil de parler de moi sourire ]
Revenir en haut Aller en bas
Juju
* Chef des Tribus
* Chef des Tribus
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 755
Date d'inscription : 19/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Mar 27 Juil 2010 - 19:31

Omashu était à pas mal d'heure de marche de Bah Sing Seh, même de jour... Juju et Ban Gio devait, tout d'abord, prendre des vivres pour le voyage. Ils allèrent donc dans le marché journalier de Bah Sing Seh. Juju fouilla dans ses poches, et il n'avait que de la monnaie de la tribut de l'eau. Il essaya quand même d'acheter quelques articles mais les marchands se sont plus foutu de sa tête qu'autre chose. Jusqu'à ce que Ban Gio montra que c'était un de ses amis. Oui, le chef du Daï li a énormément de respect dans cette citée maintenant. Grâce à lui, les marchands donnèrent tout ce que Juju pouvait acheter, c'est à dire pas mal de chose: du pain, du saucisson, des légumes, et aussi quelques armes. Juju prit juste un arc à flèche, car sa maîtrise de l'eau n'était pas à son top... Ban Gio prit quelques autres bricoles. C'est le moment du grand voyage, le voyage qui peut sauver l'équilibre du monde. Ban Gio et Juju quittèrent donc la grande citée pour aller vers la ville d'Omashu. Mais la route est longue et très dangereuse. Beaucoup de marchands se font fait piller par des bandits locaux, et même certains ne sont jamais revenu de leur voyage.
Après 1 jour de route, tout se passa comme prévu. Ban Gio et Juju montèrent la tente, fit un feu de camp et soupèrent. Pas beaucoup de parole se sont encore faite. Mais Ba Gio commença à parler pour faire connaissance de Juju.

<< Sinon Juju, comment tu es venu à Bah Sing Seh.
<< Tout simplement je prenais des vacances...

Ban Gio le regarda drôlement...

<< Non je rigole ^^ j'étais venu faire des courses pour acheter des articles qu'on trouve seulement dans cette citée. Malheureusement je ne les ai pas trouvé, et comme je n'aime pas voyager pour rien, je me suis dit qu'une petite mission serait la bienvenue dans ma vie d'aventurer. Et un truc que tu ne sais pas, c'est que j'adoooooore voyager :p Et toi comment tu es arrivé dans cette citée?
<< Je te rappelle que je suis le chef du Daï li.
<< Oh oui juste j'avais oublié x) Moi je ne suis pas grand chose, juste un fils de l'eau qui a quelques bases de cete maîtrise, mais sans plus. J'ai pas accompli grand chose encore dans ma vie, et j'espère que ce voyage fera de moi enfin quelqu'un...
<< Ne t'en fait pas, ce voyage va être très marrant, je te le promet :p Bien vite qu'on arrive à Omashu pour intégrer la nation du feu. Ca fera bizarre d'être un fils de feu pendant quelque temps...

Juju regarda bizarrement Ban Gio. Il n'avait pas encore réalisé ce qu'il faisait et surtout, que la mission était une mission à haut risque. Il y avait un énorme risque de non-retour et aussi que le monde reposa sur leurs épaules, que eux-seul 2 pouvaient éviter cette guerre. Juju ne dit rien, et alla s'entraîner à l'arc à flèche sur un arbre. Il dessina une cible sur l'arbre à l'aide d'un couteau, et commença à tirer. Ban Gio le regarda, le contempla. Juju avait désormais le titre de "grosse scrogneugneu à l'arc à flèche". Ban Gio se moqua de Juju, ce qu'il n'a pas plu à ce dernier. Pour rigoler, il utilisa sa maîtrise de l'eau pour faire une blague. Il utilisa la dernière technique que son maître Evyle lui apprit, c'est à dire le fouet d'eau. Ban Gio n'avait rien vu venir, et se prit le fouet d'eau en pleine tête. Il avait une belle trace rouge sur la tête, et il était tout trempé. Ban Gio fit un sourire vengeur. Ces 2 personnages risquent de bien s'entendre tout au long du voyage. Une grande amitié naquit :p

__________________________________________________________

You tortured me.”    “I torture all my friends. It's how I show love" [Crowley]
Revenir en haut Aller en bas
Ban Gio II
*
*
avatar

Masculin Age : 21
Messages : 500
Date d'inscription : 22/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Jeu 29 Juil 2010 - 22:24

C'était le petit matin, le poule à tête de renard avait fait son cocorico (enfin bref) je me reveillais calmement et je voyais que juju dormais toujours, l'heure de la vengeance avait sonné, je frappa du pied et un bloque de terre propulsa juju dans l'arbre.
Juju me regarda en souriant et me dit que ce n'était que partie remise.
On continua donc notre route vers Omashu, juju me posa des questions, pleins de questions.

Alors t'habites a Ba sing she depuis combien de temps ?
Tu le prononces mal, Ba sing se et depuis...... j'habite à l'exterieur en fait mais j'ai tout de meme plein d'avantage par exemple tout est gratuit.

Et pourquoi ça?
Car étant chef du dai li j'obtient ce que je veux des gens.
C'est un odieux racket.
Non car c'est le dai li qui donne la paie aux travailleurs donc voila je suis blanc comme neige si je puis le dire devant un maitre de l'eau ;)

On continua notre chemin jusqu'a Omashu qu'on pouvait voir à travers les montagnes...
Après trois heures de grimpette on arriva en haut d'une montagne qui nous permettait de voir Omashu, il fallait jouer au serpent à travers les montagnes.
Mais en attendant je lui dit qu'on allai refaire le camp.
Je me baissa pour prendre mes affaires et je ressentis alors une grosse douleur au postérieur.
Je me retourna pour voir juju s'amuser avec son fouet d'eau.

Je chuchota: il va moins se marrer quand je lui aurai fait ma surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Juju
* Chef des Tribus
* Chef des Tribus
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 755
Date d'inscription : 19/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Lun 9 Aoû 2010 - 22:35

Juju devait à tout pris s'entrainer dans sa maîtrise de l'eau car l'arc à flèche n'était pas pour lui. A peine servit, ce fut devenu du petit bois pour allumer le feu de camp. Il jouait donc avec son fouet d'eau, le faisait tourner autour de lui, le manipuler, quand tout à coup, Juju voyait Ban Gio s'abaisser. Cette envie fut trop grosse, il ne pouvait pas laisser passer cela.. Juju était mort de rire, et Ban Gio eut un sourire vengeur. Après que les 2 bonshommes s'étaient reposés, ils reprirent le voyage. Ils virent Omashu, une grande citée pour Juju. Il n'avait pas l'habitude de voir des citées immenses, pas comme Ban Gio. Il fallut descendre de la montagne jusqu'à ce qu'un groupe de bandit commença à nous attaquer. Ils nous menacèrent de nous tuer si on ne lui donnait pas tous nos objets de valeurs. Ban Gio et Juju s'opposèrent et la petite bataille commença. Un bandit armé d'un couteau attaqua Ban Gio. Ce dernier balança un rocher sur sa main, pour le désarmer, et enfonça ses pieds dans la terre pour l'immobiliser. Juju fut attaqué par un bandit pas armé. Il prit son fouet d'eau et commença à jouer avec. Le bandit, de peur, recula de quelques mètres, jusqu'à ce que le chi de Juju ne réponde plus... Le fouet d'eau tomba à terre. Juju paniqué, recula, à son tour, de quelques mètres. le bandit fit un sourire, et avança jusqu'à ce qu'il tombe dans les pommes. Ban Gio était juste derrière.; Le bandit avait reçu un gros caillou sur sa tête... Les autres bandits, pris de panique, partirent en courant. Juju était couvert de honte...

<< Il faut faire attention la prochaine fois Juju. Tu dois t'entrainer plus! Dans la nation du feu ils ne feront aucune pitié... Allez c'est rien, ne t'en fait pas, je sais qu'on va réussir :)

Juju ne dit rien, il se contenta de hocher la tête. Il y avait encore une bonne dizaine de minute de marche pour rentrer dans la ville d'Omashu. Juju se sentait assez bizarre, cela ne lui avait jamais arrivé que son chi, son énergie ne lui réponde plus. Il n'avait jamais eu aussi peur, et c'est maintenant qu'il regrette un peu de s'être engagé là-dedans. S'il avait déjà peur de 4 ou 5 bandits, alors comment va-t-il réagir face à des maîtres du feu expérimentés, des gardes sans pitié, et à une nation entière. Juju fit un gloups dans sa gorge, et c'est maintenant qu'il sait qu'il va s'entrainer durement, sans rigoler. Ban Gio avait bien compris cela aussi.
Des gardes ouvrirent la muraille de la ville d'Omashu. Juju regardait bizarre, c'est la première fois qu'il voit cela: pour rentrer dans une citée il faut ouvrir la grande muraille. Il n'y avait aucune porte. Il trouvait cela... Etrange. A partir de ce moment-là, Juju suivit Ban Gio. Il connaissait cette ville comme sa poche, comme si qu'il y habitait.

<< Je connais un bon restaurant dans cette ville. Je commence à avoir faim, et je pense que toi aussi, tu as besoin de force.
<< A mon avis je pense que c'est à cause de cela que mon chi ne répondait plus. On est en marche depuis hier et on a pas beaucoup mangé. Je ne suis pas contre :)
<< Ok alors suis-moi :)

__________________________________________________________

You tortured me.”    “I torture all my friends. It's how I show love" [Crowley]
Revenir en haut Aller en bas
Ban Gio II
*
*
avatar

Masculin Age : 21
Messages : 500
Date d'inscription : 22/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Mer 11 Aoû 2010 - 23:02

Bien après ce bon repas, on va filer vers la mer escortez de soldats.

Une fois arrivait près de la mer, nous devions trouver des armures et un bateau de la nation du feu ainsi que des noms de couverture
Je décida de m'appelait ling et pour juju qui avait la peau plus bronzée donc plus reconnaissable, un nom d'ailleurs , Je décida d'appeler Juju;Dung (abréviation de déjection).
Quand il sut le nom, il me donna un coup violent, surement que je l'avais mérité...

On trouva après deux heures un bateau de la nation du feu, la capture allait être plus difficile.
On alla au bar du coin pour voir si des soldats n'y trainaient pas et j'en trouva un de la taille de juju, je comptais donc sur lui pour le porter et me faire rentrer dans le bateau à la nuit tomber, mais en attendant quand le soldat alla au pipi-room je l'attrapa et l'accrocha au plafond, bailloné et ligoté.
Juju enfila l'armure de la nation du feu et je lui expliqua alors le plan.

Tu montes dans le bateau ok ?
Oui ensuite ?
Tu cherches un moyen de me faire monter à bord et tu me préviendra avant -_- !
Bien et ensuite, on te cherche une armure pour toi ?
Non pas la peine j'adore les recoins sombres @_à !
Bien.....

Je fît un salut à Juju qui s'embarquait sur le navire de la nation du feu.

J'aurai peut-être dut l'accompagner.... Non tans pis je suis sûr qu'il s'en sortira.
En attendant je vais chercher du matériel dans une boutique en face du bateau.

Bonjour... ?
Bonjour vous recherchez ?
Des solutions contre les brulures !
Ah je vois tenez, voici.
Merci combien en voulez vous ?
30 pièces d'or, s'il vous plait!

Je lui donna son argent et me promena sur les quais toute l'après midi.
Revenir en haut Aller en bas
Juju
* Chef des Tribus
* Chef des Tribus
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 755
Date d'inscription : 19/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Sam 14 Aoû 2010 - 13:51

Le navire était si immense. Juju était totalement perdu là-dedans, il ne savait pas où y aller. Il y avait des couloirs qui y allaient à gauche, à droite et devant... Juju n'avait pas l'habitude d'être dans ce genre de navire, lui originaire de l'eau. Il continua donc son chemin comme dans un labyrinthe, sans savoir où il y allait. Jusqu'à ce qu'il rencontra un poste de garde...

<< Qu'est ce que tu fais ici? Tu n'as rien à faire ici! Retourne dans tes cuisines et va nous faire à manger!
<< Dans les... Cuisines...?
<< Ton uniforme n'est pas celui des cuisiniers dans ce bateau?
<< Euh... Si bien entendu...
<< On a affaire à un imbécile encore une fois. Cette nation recrute tout et n'importe quoi. Bientôt on va recruter un fils de l'eau pour nous protéger...

Juju serra les points pendant que les gardes rigolèrent. Mais ces derniers s'arrêtèrent car ils sentirent que quelque chose n'allait pas. Les gardes regardèrent Juju étrangement, comme ci qu'il était étranger du navire. Juju comprit cela et rigola avec eux, pour ne pas se faire démasquer.

<< Pas mal la blague. Non vous savez que le seigneur du feu ne ferait jamais cela, lui qui est si puissant et si intelligent... Désolé d'avoir semé le trouble mais aujourd'hui je ne me sens pas bien, je me sens bizarre. Sûrement car on est au quai, on avance pas et je n'ai plus l'habitude...
<< Oui moi aussi, mais on va bientôt partir. Allez zou, va retourner dans les cuisines. Tu risques gros ici...
<< Bien entendu! au revoir!

Juju fit signe de remerciement comme dans la nation du feu. Une main ouverte, l'autre fermée. Le bout du point est posé sur le bout de la paume [Bon vous savez quoi... xD]. Il continua sa route dans le navire, tout en sachant qu'il ne sait pas où il va. Mais juste avant de tourner à droite au prochain croisement, les gardes rappela Juju...

<< Dis enfaite, je voudrai savoir ton prénom!
<< Mon prénom? Oui bien sur, c'est Ju... Euh... Dung.

Les gardes continuèrent à rigoler. Il y en avait certains qui étaient écroulé à terre, tellement qu'ils n'en pouvait plus... Mais un des gardes reprit son souffle...

<< Tu es sérieux? Rolala comment je n'aimerai pas avoir ton prénom... Allez va, on ne t'embête plus... A plus tard Dung!

Juju continua sa route sous les rires des gardes, tout en serrant ses points. Il marcha avec une plus grande allure pour ne plus les entendre, jusqu'à ce qu'il est perdu du nouveau. Il était à un croisement. On pouvait de nouveaux aller à gauche, droite ou tout droit. Il regarda dans tous ses cotés, et c'était toujours le même truc: un couloir qui allait tout droit, jusqu'à ce qu'il y avait un autre croisement. Il n'y avait pas de plan. Juju ne savait pas où il était, ce dernier est totalement perdu dans ce navire. Il décida donc de continuer tout droit, en espérant qu'il y avait un plan pas très loin pour ce repérer. Et ce jour là il était totalement cocu! Il y avait l'entrée des cuisines du navire, là où il devait y aller. Un homme arriva vers lui. Cet homme était un peu corpulent, et était assez grand. Juju pensa que c'était donc le chef du navire!

<< Qu'est ce que tu faisais? Tout le monde t'attendait! Allez zou, au travail! Tu penses pouvoir chômer sur ce navire? Ben tu peux rêver! Il y a de la plonge, de la plonge et toujours de la plonge pour toi! Tu vas passer des journées à faire ça! Ca t'apprendra à arriver en retard mon p'tit bonhomme, et surtout t'éclipser comme ça sans rien dire! AU TRAVAIL!

Juju préférait les moqueries des gardes que d'être à coté de ce chef. Juju était donc bloqué dans les cuisines en train de faire la plonge, pas marrant pour lui... Il s'attendait à tout dans cette mission sauf à faire ça... La porte pour sortir était trop loin pour lui. Il ne savait pas sortir en vitesse, et le pire de tout, c'est que le chef n'arrêtait pas de le surveiller. Alors il fit la plonge pendant toute l'après-midi, pas de chance pour lui... Quand la soirée approcha, le chef était trop occupé de le surveiller. Juju s'éclipsa normalement, sans que personne ne fit attention à lui. Tout le monde était concentré dans son travail. Juste à coté de la sortie, Juju prit un plan qu'il y avait accroché sur le mur. Maintenant il savait où il devait y aller...

Pendant ce temps-là, Ban Gio était sur les quais, en train de s'inquiéter. Cela faisait plus de 5h que Juju était sans nouvelle pour lui. Cela faisait 5h qu'il était dans le navire. Ban Gio tournait en rond, pas loin du navire. Un garde du navire arriva vers Ban Gio.

<< Qu'est ce que vous faites là? Pourquoi vous arrêtez pas de marcher tout près de notre navire? Cela fait plus de 3h que vous faites cela! Je veux des explications.
<< J'ai le droit de faire ce que je veux ici! Je suis dans mon royaume, et c'est vous l'étranger ici! Donc maintenant retourner à votre poste ou bien je vous fait arrêter pour agression sur le chef du daï li!
<< Je fais ce que je veux, Mr. le chef du Daï li! Je fais mon boulot, et vous vous n'avez pas à rôder tout près de notre navire! Donc décampez maintenant sinon j'appelle les gardes du navire!
<< Ne me tentez pas, Mr. le garde! Vous ne savez pas de quoi je suis capable!
<< Ne me tentez pas non plus!

Le garde et Ban Gio se mit face à face, les yeux dans les yeux, à quelques centimètres de l'un de l'autre... Jusqu'à ce que le garde détourna son regard vers son navire...

<< Gaaaaaaaaaaaaaaaaaaarde, il y a un terroriste qui veut saboter le navire!

Des dizaines de gardes arrivèrent du ponton du navire, pour capturer Ban Gio. Ce dernier ne se laissa pas faire, et utilisa sa maîtrise de la terre. Il en assomma quelques-uns, et fit un mur de pierre pour se protéger des flammes. Il lança des rochers qu'il y avait sur son mur de pierre, mais il y avait trop de gardes. Ban Gio avait besoin d'aide.

Juju était toujours dans les cales du navire, en train de chercher l'accès principal à l'aide de son plan. Il savait qu'il s'approchait, qu'il était au but. Il prit à gauche au croisement. Il se souvenait du poste de garde qui était là, pas loin. Il était obligé de passer par là. Alors il prit son courage à deux mains, ouvrit la petite fiole d'eau qu'il avait toujours accroché sur sa ceinture, et fit un serpent d'eau. Il marcha tout doucement pour les surprendre, mais arrivé au poste de garde, il y avait plus personne... Il continua sa route normalement, et après une bonne dizaine de minutes, Juju arriva sur le pont principal du navire et vit le spectacle. Ban Gio était caché derrière son mur de pierre, attaqué par une vingtaine de garde. Il y en avait encore qui arrivait des cales, et un garde ordonna à Juju d'attaquer Ban Gio.

<< Oui, je vais l'attaquer, ne t'inquiète pas...

Juju créa son serpent d'eau, et assomma pas mal de gardes à la fois...

<< Un traitre était dans le navire! Attaquez-le aussi, et je le veux vivant!

Des gardes se retournèrent pour attaquer Juju, mais Ban Gio envoya son mur de pierre en pleine face sur les gardes qui étaient à terre. Juju contra les flammes avec son fouet d'eau qui faisait office de bouclier et d'attaque en même temps. Ban Gio monta sur le navire en triple vitesse pour aider Juju, mais un garde lança une flamme si immense qu'il était obligé de se jeter dans l'eau. Juju fit un énorme serpent d'eau et le lança sur tous les gardes qui étaient sur le navire. Il en restait un, celui qui avait lancé la grande flamme. Cela se voyait qu'il était plus fort que les autres... Juju reprit tout de suite son serpent d'eau. Pour le moment, c'était un combat yeux contre yeux. Ils tournaient en rond, chacun prêt à attaquer l'autre... Le garde respira très fort, cracha du feu par ses narines... Juju commença à attaquer mais le garde était beaucoup plus fort que lui. Juju se replia derrière son fouet d'eau, et fit un mur d'eau. Il était obligé de se protéger, il ne pouvait pas attaquer, jusqu'à ce que Ban Gio envoya un gros rocher sur sa tête... Le garde était inconscient, il ne bougeait plus. Ban Gio avait réussi à remonter sur le quai à l'aide de sa maîtrise. Il monta sur le pont essoufflé et prit la parole...

__________________________________________________________

You tortured me.”    “I torture all my friends. It's how I show love" [Crowley]
Revenir en haut Aller en bas
Ban Gio II
*
*
avatar

Masculin Age : 21
Messages : 500
Date d'inscription : 22/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Mar 7 Sep 2010 - 18:42

Juju m'avait plutôt bien aidé même si ces techniques étaient encore assez faibles mais j'allais m'en suffire, car les maitres de l'eau sont mes amis donc sa compagnie et son aide ne me gêneront en aucun point.
Mais je m'étais aperçu que tout les gens sur le quai, les soldats du royaume de la terre qui étaient dans les environs me regardaient avec des yeux énormes et je me tourna donc vers Juju et lui dit:

Bon côté discrétion, on vient de s'écraser par terre, je pense que je vais devoir demander un petit peu d'aide a mes agents du Dai li.
Tes agents mais je ne vois aucun agents ?
Ah bon tu crois ça, et bien j'ai demandé à quelques personnes de me suivre jusqu'au port si jamais on avait besoin d'aide.

Je regarda mes agents et leur parla:

Vous allez nous aidés à conduire ce mastodon de métal derrière moi.
Le bateau monsieur ? Mais nous ne sommes que trois, comment voulez vous ? Et si on se fait attaquer ?
Eh bien messieurs ? Vous oubliez notre avantage.

Je me tourna alors vers Juju et le regarda en souriant.

Voila celui qui nous aidera et qui nous permettra d'arriver et d'entrer dans un petit port loin de la capitale c'est ce maitre de l'eau, traiter le comme un invité et un combattant grandiose.

J'avança jusqu'au soldats de la nation du feu sur le bateau, je les attrapa par le col et dit qu'on allait échanger nos costumes et les donner au soldats du royaume de la terre qui trouveront quelque chose à leur reprocher pour passer de bonnes vacances ici, et sinon je les prendrai pour une incursion au lac laogai.
Je dit donc a Juju de garder ces vêtements et de s'occuper de donner des ordres à mes hommes.
Je sortit du bateau et avança jusqu'au soldat du royaume de la terre et leurs demanda de s'occuper de ces hommes pour un délit quelconque qu'ils finiraient bien par trouver.

J'alla donc ensuite jusqu'au bateau et monta dans la cabine de commandement et vit mes hommes rigolaient avec Juju, mais quand j'arriva ils se taisèrent tous .

Juju viens ici je vais t'exposer mon plan.
Bien, tiens voilà la carte.
Merci, alors voici mon plan d'une toute simplicité, on va aller dans un port qui se trouve à un jour ou deux de la capitale du royaume du feu, ce qui est plus intelligent que de passer via les grandes barrières d'azulon très surveillées, nous irons ensuite en rhinoféroce jusqu'à la capitale en passant par les bois, montagnes et lac grâce à nos maitrises respectives et ensuite à la capitale il faudra y aller à l'arache mais bon pour commencer allons à ce fameux petit port.

On s'appareilla alors et Juju utilisa sa maitrise pour faire avancer le bateau, sa avait l'air dur donc pour l'aider nous comptions lancer les machines du bateau.

Sa marche comment ça ?
Monsieur je crois que si vous appuyez sur ce bouton sa devrait marcher.

J'appuya alors sur le bouton et une explosion se fit ressentir, tout devint noire à mes yeux et d'un coup j'entedit tout bas la voix de Juju qui arriva et commança à rire.

Pourquoi tu ris !! je ne vois plus rien !!
Je rigole car toi et ton agent êtes ensuiés de partout.
=O c'est de la suie ?
Oui monsieur, mais les machines marchent.

Je m'essuya alors et lança des ordres à la figure de Juju.....

On se donne du mal et c'est comme ça qu'on nous remercie :/

Revenir en haut Aller en bas
Juju
* Chef des Tribus
* Chef des Tribus
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 755
Date d'inscription : 19/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Sam 23 Oct 2010 - 18:45

Juju n'arrêtait pas de penser à cette phrase, qui l'avait tellement ému: "Voila celui qui nous aidera et qui nous permettra d'arriver et d'entrer dans un petit port loin de la capitale c'est ce maitre de l'eau". Il ne s'était jamais rendu compte qu'il formait une équipe, que chacun devait veiller sur tout le monde... Juju, sous les ordres de Ban Gio, fit avancer le bateau à l'aide de sa maîtrise, jusqu'à ce que les agents du Daï li trouvèrent le fonctionnement du moteur du bateau. Heureusement pour Juju qu'ils trouvèrent le fonctionnement très vite... Mais des complications arrivèrent très vite...

<< Chef, navire de la nation du feu au loin, il vient vers nous, que fait-on?
<< Hum... Vous savez comment utiliser les canonniers?
<< Négatif, on a pas encore eu le temps de trouver le fonctionnement...
<< Alors cachez-vous dans les cales, c'est sûrement un contrôle de routine. Juju, moi et quelques agents, on va rester sur le pont, déguisé en garde de marine du feu. Dépêchez-vous, on a plus beaucoup le temps.

Le navire arriva très vite, les gaz étaient poussé à fond. Juju, Ban Gio et 5 agents s'était déguisés en vitesse, ils étaient prêts pour accueillir ce navire... Les 2 navires se sont accostés, et un grand pont se mit pour rejoindre les 2 navires. Une dizaine de soldats arriva avec leur capitaine. Ces derniers allèrent vers Ban Gio, et prit la parole...

<< Navire n°521, vous avez fait mauvaise direction. Vous devez livrer des marchandises à Omashu, et ici vous vous dirigez vers le royaume du feu, alors que aucun navire marchand ne peut passer?
<< Excusez-nous, nous avons oublié tout cela, à cause de ses dernières règles bidons... Mais nous avons fait notre roue marchande, et avons livré les marchandises comme convenu à Omashu.
<< Alors qu'est-ce-que vous aller vers le royaume du feu? Votre prochaine escale est logiquement vers le port de Kioshy. Je vais devoir fouiller votre navire, et mettre un rapport...

Juju balança une grosse vague d'eau sur les fils du feu, pour les faire passer par dessus bord. Les agents du Daï li firent démarré le navire en vitesse pour prendre la fuite, mais les fils du feu suivirent ces derniers... Une course poursuite s'engagea...

__________________________________________________________

You tortured me.”    “I torture all my friends. It's how I show love" [Crowley]
Revenir en haut Aller en bas
Ban Gio II
*
*
avatar

Masculin Age : 21
Messages : 500
Date d'inscription : 22/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Sam 20 Nov 2010 - 19:26

Le navire et son équipage commencèrent une course poursuite pour la survie, mon bateau partit a toute vitesse laissant les hommes de la nation du feu, je me tourna vers Juju énervé par son manque de discrétion:

JUJU !!!! On devait être discret et tu nous attires l'attention d'un navire de la nation du feu qui risque de prévenir les autres !!
Mais Ban....
Je me calmai Bon, on va continuer vers le port mais il faudra vite s'enfuir de cette sale boite de fer, j’espère que le plan marchera !
Ban regarde il ne sont toujours pas partis !
Que tu crois, il récupère leur capitaine et après on aura vite fait d'être rattrapé, Juju aide les autres à faire avancer cette coque de fer, moi j'ai une idée.

Je regardai Juju qui semblait honteux essayer de faire avancer plus rapidement le navire.
Ce n'était pas de sa faute mais je devais montrer l'exemple et le faire respecter même si cela doit l'humilier ou le rendre triste, mais il comprendra.
Je descendis dans la salle des machines et demanda à un de mes hommes de m'aider, on allait monter du charbon sur le pont du bateau enfin il allait le faire moi je devais chercher de l'huile et des torches.
Je passa par plusieurs salles, la salle des machines où mes hommes travaillaient, la salle de contrôle abandonné avec une table de pai sho au centre, dans les quartiers... rien hormis des livres,des lits et des ours en peluche, en les voyant je me demandai si ces guerres étaient sérieuses..

Je retrouva ce que je cherchai dans la une salle où plusieurs caisses étaient entreposés, je remplis une très petite caisse avec les torches que je mis sur un tonneau et que je portai lentement vers le pont du bateau quand soudain dans l'escalier, le bateau trembla et me fit basculer en arrière me forçant à m'écraser en contrebas ainsi que toutes les affaires que je portais.
Pendant que je les ramassais j'entendais des lames s'entrecroisaient plus haut et des maîtres du feu criaient, je montai beaucoup plus rapidement dès ce moment là.
Quand ma monté fut enfin terminée je voyais Juju se battre contre trois maîtres du feu en même temps, je devais l'aider mais j'avais mon plan d'abord pour détruire ce bateau qui nous avait rattrapé et désormais arrêté, j'interpellai un de mes hommes et lui demanda d'installer le charbon dans la catapulte et de compresser ce morceau de charbon, j'enduis ceci ensuite avec de l'huile et alluma une torche avec l'aide d'un maître du feu passant par là que juju arrêta de suite:

Merci !
de rien !
Allez retourne te battre mais ne reste pas trop près de leur bateau, va y avoir un beau feu d'artifice !

je jeta la torche dans le charbon huileux, avec deux de mes hommes on tourna la catapulte grâce, aux nouvelles catapultes de la nation du feu qui tourne sur 360° degrés.
Je coupai la corde avec la dague que j'avais acheté à Ba sing se, le boulet alla s'écraser en plein dans leur tour de pilotage qui s'écroula sur les moteurs et qui fît littéralement exploser le navire !!
Une fois les derniers maîtres du feu éjectaient du navire je me tourna vers Juju:

Merci, j’espère que ça ta plu !
Oui beaucoup mais pour avant je suis désolé...
Ne t’inquiètes pas, je n'ai pas vu de faucon messager sortir de leur bateau, je suppose qu'on peut encore jouer aux espions

(désolé pour le temps d'attente !)
Revenir en haut Aller en bas
Domaris
** Magistrat
** Magistrat
avatar

Féminin Age : 28
Messages : 154
Date d'inscription : 23/01/2011

RPG


MessageSujet: (E3) Le complot du Feu Mer 26 Jan 2011 - 23:06

La nation du feu semble pacifiste mais il semblerait qu'elle prépare un plan pour essayer de dominer les autres nation, la grande Zamaliablack, chef de la nation de l'eau est venu à ba sing see pour nous aider dans cette mission. Vous devez vous rendre dans la nation du feu et les espionner pour voir ce qu'il prépare, ensuite vous devrez voler les plans de ce complot.
____________________________________________________________________
____________________________________________________________________

Domaris était paisiblement en plein exercice de calligraphie, dans le jardin sous son cerisier préféré. Elle composait des Haikus, et retenait la manche de son habit d'intérieur ainsi que le veut la tradition. Elle aimait calligraphier. C'était l'une des rares choses qui apportait la paix à son esprit souvent encombré d'affaires commerciales.

« Ma Dame? »
C'était Au-Jung, son intendant.
Domaris posa le pinceau sur le côté et se releva du coussin sur lequel elle était assise. Elle le regarda pour lui indiquer qu'elle l'écoutait.
«  C'est Ma Dame de l'Eau. Elle vous attend dans le grand Salon. »
«  Vous lui avez servi des rafraichissements? Vous lui avez proposé les services de notre musicien en attendant? » demanda Domaris, plus pour la forme qu'autre chose car elle connaissait les compétences de son Intendant.
«  Oui Ma Dame, mais elle a décliné. Elle dit n'attendre que vous, et qu'il s'agit d'une affaire urgente. »
Domaris leva un sourcil. Elle avait appris par l'un des agents de l'Eau en poste à Ba Sing Se qu'une grande Dame de l'Eau tenait à la voir, mais elle s'attendait plus à une visite de courtoisie d'ici quelques semaines dans le palais royal.
Sans adresser un mot à son Intendant, elle repassa la porte et quitta son Jardin vers les grands Salon.

Zamaliablack l'attendait, impériale dans le fauteuil de bois marqueté d'or réservé aux hôtes de marque. Domaris joignit les mains et la salua bien bas.

«  Votre Royale Eminence honore mon humble demeure de Sa présence. »
La Dame aux yeux bleus se leva avec un sourire et se dirigea vers Domaris, qui releva la tête, et l'embrassa comme une soeur.
«  Nous sommes beaucoup moins formalistes dans la tribu de l'eau. Assied-toi à Notre côté. Ta maison est très belle, Domaris. »
«  Votre Royale Eminence est trop bonne. Mais qu'est-ce qui vous amène ici en précipitation, presque sans personne, sans vos gens ni votre suite? »

Les yeux d'un bleu de glace de Zamaliablack s'assombrirent et elle détourna le regard. Elle soupira puis reprit:
« Nos agents ont découvert qu'un groupuscule au sein de la Nation du Feu reprend ses vieilles rengaines. Ils vont tenter un coup d'Etat simultané dans les différents peuples, et imposer de nouveau leur joug sur le monde. »

Le silence qui régnait dans la pièce suite à cette déclaration était assourdissant.
Il fallait rester noble et garder une mesure pour tout.
Domaris rejeta ses longues boucles sang en arrière, prit une grande inspiration, et regardant la Dame de l'Eau de ses yeux verts perçants, elle dit.
«  Qu'est-ce que votre Eminence attends de moi? »
La Dame de l'Eau ne cillait pas non plus.
«  Nous voulons que vous vous y rendiez. Nous voulons que vous déjouiez ce complot en en prenant les plans, pour faire avorter cette horrible perspective. »
Zamaliablack prit les mains de Domaris dans les siennes.
«  Domaris chère enfant, le doute sur votre naissance donne à vos traits la beauté et la force des filles du Feu. N'y voyez pas d'insulte, comprenez que cela peut être profitable à nos deux Nations. »

Domaris n'était pas vexée, au contraire. Elle savait que ses traits trop exotiques pour les fils de la Terre l'avaient conduite au célibat depuis 20 ans, mais aussi l'avaient rendu farouche et fière devant les défis.
« Votre Excellence comprendra que cette mission est risquée. Serait-il possible, si je venais à y parvenir, que nous nous entretenions de relations commerciales à l'issue de ce périple? »
«  Nous comprenons les risques que vous encourrez. Nous consentons à vous accorder une faveur à la fin de votre croisade pour notre liberté. Nous vous fournirons les documents nécessaires pour vous faire passer pour une fille du Feu en villégiature. Iras-tu seule, ma fille?»

Domaris appela Au-jung et lui dit quelques mots. L'intendant hocha la tête et partit aussitôt.
«  Si vous voulez bien souffrir ma compagnie jusqu'au tombé du jour, vous pourrez découvrir un homme de confiance qui me secondera. »
Les deux femmes restèrent donc dans le Grand Salon, à boire du thé, écouter des Haikus et du Shabizen.

Puis alors que le soleil déclinait paisiblement à l'horizon, teintant le monde d'un rose léger, la porte du Grand Salon s'ouvrit.
Domaris eut un sourire encourageant à l'égard du nouvel arrivant, et lui fit signe de prendre place sur le coussin disposé.

__________________________________________________________



Domaris Shaar

Women of this country learned long ago: those without sword can still die upon them. I fear neither death nor pain.
Revenir en haut Aller en bas
http://jourdestage.over-blog.com/
Kevin
*
*
avatar

Masculin Age : 23
Messages : 101
Date d'inscription : 29/07/2008

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Jeu 27 Jan 2011 - 17:59

[HJ] Oui ton style me convient très bien. ^^ J'espère que le mien te conviendras également. [HJ]

Je venais de passer plusieurs longues journées épuisantes où j'avais voyagé jusqu'au nord-est du royaume de la terre pour affronter un dragon-serpent de mer cracheur de jet d'eau puissante à la suite de quoi j'avais pataugé dans la boue pour cueillir des fleurs spéciales qui j'avais, une fois de retour à Ba Sing Se, écrasé dans un grand mortier avec un pilon avant de verser de l'eau sucré dedans pour ensuite la faire boire à Oppo, mon bison volant.
Il l'avait fait avec de nombreuse douleur. Et j'avais partagé son mal psychologiquement car je savais que la fièvre du vol, une maladie spécifique aux bisons volants, était très douloureuse et personne ne voudrait la souhaiter même à son pire ennemi.
Heureusement, la mixture préparé, Oppo avait rapidement guérit et retrouvé des forces. Nous avions alors décidé de rester à Ba Sing Se pour faire un petit séjour décontracté avant de reprendre notre route pour le temple de l'air Austral. Lequel je n'avais pas vu depuis maintenant trois ans. Depuis que j'avais décidé de voyager autour de monde pour murir et grandir.
Et cela m'avait profité car j'avais fait de nombreuses connaissances, vu les plus belles choses pour les plus horribles immondices. J'avais grandi physiquement et mentalement et j'étais maintenant ce qu'on pouvait appeler un homme. Ma maitrise de l'air avait grandement augmenté et je me pensais plutôt bon maintenant. J'avais du moins réussi à venir à bout de tous les gens qui m'avait cherché des noises. Enfin... pas tout seul. Évidemment, Oppo avait toujours été avec moi et il m'avait aidé de nombreuses fois.
C'est pour cela que nous avions décidé tous les deux de nous prélasser par cette journée plutôt agréable, baigné d'un agréable soleil qui réchauffait tendrement l'air environnent.
Mon bison et moi étions au Lac Laogai qui, bien qu'une mauvaise réputation d'enlèvement le poursuivait pour des évènements ayant eu lieu du temps de l'avatar Aang, avait pour avantage d'avoir une eau facilement chauffé par le soleil et une longue baie qui ressemblait presque à une plage si on excepté les petits cailloux pointus qui se plantaient parfois dans mes pieds. Je retenais alors difficilement un cri de douleur ponctuait d'insultes diverses. Heureusement, seul Oppo qui me connaissait depuis maintenant assez longtemps pour savoir que je pouvais être courtois mais que la douleur pouvait me faire monter très vite le sang à la tête.

Nous étions alors tous les deux dans l'eau tiède en train de dériver au grès du liquide doux sans aucune vague pour nous éclabousser.
Cette sérénité était si rare ces derniers temps que je m'arrangeais pour toujours profiter au maximum de ces instants présents.
Malheureusement, bien que je m'étais arrangé pour faire le tour du Lac Laogai et être derrière un rocher particulièrement gros qui me cachait à la vue de presque tout le monde, un homme accourut dans ma direction. Je savais que la détente était finie.
Je sautai alors en dehors de l'eau pour atterrir dans la selle où, après une brise chaude qui me sécha en deux temps trois mouvement, je m'habillai en vitesse. J'eus fini d'enfiler ma chaussure gauche lorsque l'homme arriva à notre rencontre. Oppo dégoulinant d'eau le salua en l'aspergeant.
-Bonjour... hum, je peux vous aider ? Demandai-je en arrêtant la rafale protectrice que j'avais créée entre moi et mon bison au moment où il s'était secoué pour se sécher. Je l'aidai d'une bourrasque chaude tandis que l'homme m'expliqua ce qu'il voulait.
-Bonjour jeune Kevin. Je suis Au-jung, l'intendant de Madame Domaris. Je vous ais cherché durant toute l'après-midi, et un garde des murailles de Ba Sing Se m'a dit qu'il avait effectivement vu un bison volant aller vers le Lac Laogai. Je suis donc venu jusque ici pour vous faire parvenir une message de Dame Domaris. Elle souhaiterais s'entretenir avec vous le plus vite possible.
Il s'inclina et se tut pour me laisser répondre.
Je laissai vagabonder mes souvenirs en m'asseyant sur un rebord de la selle que j'avais enlevé d'Oppo et que j'avais posé sur la baie. Domaris, ce nom m'était familié. Effectivement, je l'avais déjà rencontré il y a un ou deux ans alors que j'avais déjà bien entamé mon voyage. Nous avions fait une affaire ensemble. Je l'avais aidé et en échange elle m'avait donné quelque chose. Ou alors était-ce l'inverse. Quoi qu'il en soit, je voyais parfaitement qui était-elle.
Une femme aux cheveux d'un rouge sang qui contrastait presque avec son caractère calme, posé et respectueux. Elle était, selon moi, trop respectueuse des règles. Et bien que les moines m'avaient toujours dit qu'il fallait respecter les autres, ce que je faisais toujours, je trouvais qu'elle en faisait trop. Mais ce n'était pas mon problème. Après tout, cela n'était qu'une question d'éducation.
Pour l'instant, elle voulait me voir. Que me voulait-elle ? Quoi qu'il en soit, je ne pouvais pas refuser. D'une part parce que cela ne me dérangeait pas d'aller la voir, et d'autre part parce que cela aurait été grossier et assez honteux pour son intendant de revenir bredouille.

-Je suis d'accord, allons-y. Attendez juste une minute... dis-je en me relevant pour envoyer un courant d'air sous la selle qui se souleva.
Je la positionnai sur le dos avant de l'attacher grâce aux sangles que je cachai entre ses poils. J'avais fait cette opération tellement de fois que cela me paraissait anodins et d'une extrême facilité depuis.
Si facile qu'en deux minutes j'eus fini et j'aidai l'intendant à monter dans la selle alors que le soleil commençait à descendre pour se coucher.
Oppo se propulsa d'un coup de queue dans les airs tandis que la subite accélération fit tenir l'intendant si fort aux bords de la selle que ses jointures devinrent blanche.
Je le comprenais. Cela faisait souvent ça aux gens qui montaient pour la première fois sur un bison volant. Il est vrai qu'Oppo avait énormément gagné en vitesse depuis notre départ du temple de l'air Austral. Surement dût aux nombreux voyages qui l'avait fait progressé, comme moi dans ma maitrise de l'air.
Nous allions si vite qu'en moins de dix minutes, nous amorçâmes notre descente dans la cour de la maison de Dame Domaris. Je laissai Oppo ici et suivit l'intendant qui préférai nettement la terre ferme. Il m'ouvrit une porte et j'entrai dans une pièce.

C'était le salon. Elle était plutôt chic. Décoré élégamment et avec bon goût. Deux femmes, dont l'une d'elle était Dame Domaris, étaient déjà assise, en train de prendre un thé.
Je les saluai en m'inclinant généreusement, mon poing gauche sur ma paume droite, puis m'asseyais sur un coussin que l'hôte m'avait indiqué d'un signe de tête. Je demandai presque aussitôt.
-Bonjour Dame Domaris. Apparemment vous me cherchiez ?
Revenir en haut Aller en bas
http://megakevin92.skyrock.com
Domaris
** Magistrat
** Magistrat
avatar

Féminin Age : 28
Messages : 154
Date d'inscription : 23/01/2011

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Jeu 27 Jan 2011 - 19:56

C'était bien le jeune Kevin dont Domaris se souvenait; pas encore tout à faire homme, mais déjà plus un enfant, impertinent et l'air ailleurs, avec ses yeux d'une couleur indéfinissable et ses vêtements mis n'importe comment.
Elle eut un sourire affectueux pour le jeune homme qui lui inspira tout de suite confiance.

S'adressant à Zamaliablack, elle lui dit à mi-voix:
« Voici le jeune maître de l'air dont je vous avais parlé, Votre Eminence. Il est très talentueux. Il est trop jeune pour que je le fasse passer pour mon amant, aussi pourrais-je le présenter comme page ou scribe. »
Il s'inclina selon le salut propre à leur peuple, et dit:
« -Bonjour Dame Domaris. Apparemment vous me cherchiez ? »
Domaris souffla à la Reine:
«  Il m'appelle par mon prénom! Comme c'est amusant, il se souvient de moi! »
Les yeux si vifs de Domaris pétillaient. C'est très positif, il n'est pas intimidé du tout.
Zamaliablack souffla à Domaris:
« les fils de l'Air sont moins formalistes que vous, citadins de Ba Sing Se; ne vous offensez pas. »
«  Ne vous en faites pas, ma Dame, répondit Domaris sur le même ton. Je connais leurs usages. Ils sont d'une belle grandeur d'âme. »
Domaris se leva, s'approcha du jeune homme et l'embrassa sur les deux joues.
« Bienvenue dans mon humble demeure, jeune maître de l'Air. Asseyez-vous, prenez du thé! »
Une servante lui apporta un fauteuil de marqueterie et une tasse de thé au jasmin.
Le jeune maître s'exécuta.

Il avait l'air si amical... Peut être pourraient-ils devenir vraiment amis... l'ombre de la solitude pesa un moment sur son doux visage, puis la jeune fille se reprit.
Domaris alla elle aussi se rasseoir, lissant les plis de sa robe, et dit.
«  Jeune Kevin, nous nous étions rencontrés lorsque j'étais venu refaire les manteaux de vos grands maîtres. Je suis Domaris Shaar, héritière de l'entreprise de textile de mon père. A l'époque, vous m'aviez surpris par vos compétences en matière de maîtrise, par votre discrétion et l'impression que vous donniez de pouvoir vous faufiler partout sans que l'on vous remarque. Est-ce toujours le cas? »
«  Vous voulez une démonstration? »
Domaris rit de son rire chaleureux, rejointe par la Dame de l'Eau.
«  Je te crois sur parole, jeune maître. »
Puis son ton redevint sérieux.
«  Nous appareillons dans trois jours pour la Nation du Feu. Ce que je vais te dire est secret, j'ai besoin que l'on se fasse confiance. »
Le petit maître hocha la tête.
«  Il existe un complot visant à prendre d'assaut les Nations en même temps. Un groupuscule au cœur de la capitale du Feu possède des plans pour renverser les trois autres Peuples et s'emparer du pouvoir. Nous devons reprendre ces plans et comprendre ce dont il retourne. M'accompagnerez-vous? Si vous choisissez de le faire, vous me conduirez jusqu'à l'embarcadère du Royaume de la Terre, puis nous perdrons le bateau de villégiature ensemble. Après, il faudra nous infiltrer dans les hautes sphères du pouvoir. Acceptez-vous? »

Son ton était grave, son visage toujours aussi doux, mais à la regarder à l'instant, on aurait dit qu'elle même appartenait aux enfants du Feu.

__________________________________________________________



Domaris Shaar

Women of this country learned long ago: those without sword can still die upon them. I fear neither death nor pain.
Revenir en haut Aller en bas
http://jourdestage.over-blog.com/
Kevin
*
*
avatar

Masculin Age : 23
Messages : 101
Date d'inscription : 29/07/2008

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Jeu 27 Jan 2011 - 21:53

J'inspirai un grand coup tandis que Domaris me souriait; Cela me mit en confiance. J'avais toujours un peu de mal avec les gens que je ne connaissais pas. Fallait-il faire un quelconque protocole pour la saluer ? Et pourquoi était-elle là ?
Je le découvrirais surement assez tôt. Pour l'heure, Dame Domaris s'adressa à cette inconnue au yeux d'un bleu glacé.
-Voici le jeune maître de l'air dont je vous avais parlé, Votre Eminence. Il est très talentueux. Il est trop jeune pour que je le fasse passer pour mon amant, aussi pourrais-je le présenter comme page ou scribe.
Pardon ? Un amant ? Qu'est-ce que je faisais ici ? Hors de question de me faire passer pour un amant. Je... un page ? Ou un scribe ? Je devais me faire passer pour quelqu'un d'autre. Très bien. Mais pourquoi ?

Je m'inclinai pour les saluer et demandai ce que l'hôte me voulait. Elle eut l'air gêné. Je ne comprenais pas pourquoi jusqu'à ce qu'elle parle à son autre invité dans un murmure que j'entendis.
-Il m'appelle par mon prénom! Comme c'est amusant, il se souvient de moi !
Comment ça je n'avais pas le droit de vous appeler par votre prénom ? J'ai employé le mot ''Dame'' devant il me semble. Ce n'est pas ce que j'étais censé faire à Ba Sing Se lorsque je m'adressai à une femme ? Ou alors les règles avaient-elle changé ? Mais non, ce n'était pas possible, pas en si peu de temps en tout cas.
-Les fils de l'Air sont moins formalistes que vous, citadins de Ba Sing Se; ne vous offensez pas, murmura à son tour la première invité.
-Ne vous en faites pas, ma Dame, répondit Domaris de la même voix qu'elle voulait surement détendue. Je connais leurs usages. Ils sont d'une belle grandeur d'âme.
Évidemment que nous avions une belle grandeur d'âme. Les moines nous ont appris à la purifier et à la relaxer grâce à la méditation. Cette pratique nous permettait de l'explorer et d'explorer le monde spirituellement.


Sans que je ne vis le coup venir, Dame Domaris, normalement réservé auprès de moi, en tout cas elle l'était lors de notre dernière rencontre dont je n'arrivais pas à me souvenir, se leva et s'approcha de moi. Sans m'y attendre, elle me gratifia de deux baisers sur les joues. Pourquoi faisait-elle ça ?
-Bienvenue dans mon humble demeure, jeune maître de l'Air. Asseyez-vous, prenez du thé !
Aussitôt, une servante sembla sortir de l'ombre avec un fauteuil qu'elle soulevait comme si c'était une feuille de papier. Elle le posa à côté de mon pouf que je quittai pour m'assoir sur l'assisse bien plus confortable. Une tasse de thé au jasmin me fut presque aussi vite servit.
Je bus une gorgée pour cacher ma gêne...

Ce fut Dame Domaris qui engagea la conversation.
-Jeune Kevin, nous nous étions rencontrés lorsque j'étais venu refaire les manteaux de vos grands maîtres. Je suis Domaris Shaar, héritière de l'entreprise de textile de mon père.
Ainsi donc voici notre première rencontre. Maintenant il est vrai que je m'en souvenais. Ce n'était pas pendant mon voyage. C'était juste avant que je parte. Un des grands moines du temple de l'air Austral m'avait demandé de l'aider à porter les tissus que Dame Domaris avait amené. Je n'avais pas voulu refuser. Nous avions alors fait rapidement connaissance.
-A l'époque, continua-t-elle, vous m'aviez surpris par vos compétences en matière de maîtrise, par votre discrétion et l'impression que vous donniez de pouvoir vous faufiler partout sans que l'on vous remarque. Est-ce toujours le cas ?
Il est vrai que j'avais beaucoup utilisé ma maitrise de l'air pour porter les tissus. Était-ce seulement à partir de cette impression qu'elle jugeait mes capacités ? Mais il y avait du vrai dans ce qu'elle avait dit. Sans même m'en rendre compte, des mots sortirent de ma bouche.
-Vous voulez une démonstration ?
Les deux dames eurent un rire clair et remplit de chaleur qui me permit d'être plus à l'aise. Je changeai de position dans mon fauteuil pour être plus à l'aise.
-Je te crois sur parole, jeune maître, assura Dame Domaris avant de prendre un sérieux presque troublant. Nous appareillons dans trois jours pour la Nation du Feu. Ce que je vais te dire est secret, j'ai besoin que l'on se fasse confiance.
Je hochai la tête distinctement pour montrer qu'elle pouvait avoir confiance en moi. Ce qui était vrai.
-Il existe un complot visant à prendre d'assaut les Nations en même temps. Un groupuscule au cœur de la capitale du Feu possède des plans pour renverser les trois autres Peuples et s'emparer du pouvoir. Nous devons reprendre ces plans et comprendre ce dont il retourne. M'accompagnerez-vous? Si vous choisissez de le faire, vous me conduirez jusqu'à l'embarcadère du Royaume de la Terre, puis nous perdrons le bateau de villégiature ensemble. Après, il faudra nous infiltrer dans les hautes sphères du pouvoir. Acceptez-vous ?
L'information mit plusieurs secondes à monter à mon cerveau. Lorsque ce fut le cas, je faillis m'étouffer avec la gorgée de thé que je buvais. Je toussotai pendant quelques secondes avant de reprendre une respiration normal.
Comment ça la nation de feu voulait conquérir les autres nations ? La guerre ne leur avait pas suffit ? Comment osaient-ils vouloir faire souffrir encore des gens ?
Je respirai. Ce n'était pas la nation du feu. C'était seulement quelques personnes. Et Dame Domaris me demandait de l'aider à anéantir ce projet. Je pouvais et je voulais le faire.
Je pris un ton qui disait clairement que j'étais d'accord et près à partir immédiatement s'il le fallait.
-Bien sûr que je le veux ! Je ferez tout mon possible pour vous aider. Si on prend Oppo, mon bison volant, on sera en trois ou quatre jours au sud-ouest du royaume de la terre. Nous aurons alors juste à prendre un bateau parce qu'Oppo attirerait l'attention. La dernière fois que je suis allé dans la nation du feu, même si les gens sont amicaux, il y en a qui sont surpris de voir un bison volant. Ma tenue n'attirerait pas trop l'attention et c'est une bonne chose. Mais Oppo est beaucoup trop voyant. Je connais un villages près du port où nous devrions prendre le bateau dont vous parlez. Nous pourrons laisser Oppo là-bas à des amis à moi. Je prendrais juste mon bâton, au cas où. Mais en tout cas, je suis prêt. Nous pouvons y aller quand vous voulez...
J'avais un ton confiant et fier. Ma gêne avait disparu. Je ne voyais que le groupe qui voulait conquérir le monde. Et ça, c'était hors de question. La première fois, mon peuple avait disparu. Mais je comptais bien tout faire pour que cela ne se passe pas une seconde fois...
Revenir en haut Aller en bas
http://megakevin92.skyrock.com
Domaris
** Magistrat
** Magistrat
avatar

Féminin Age : 28
Messages : 154
Date d'inscription : 23/01/2011

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Ven 28 Jan 2011 - 17:13

-Bien sûr que je le veux ! Je ferez tout mon possible pour vous aider. Si on prend Oppo, mon bison volant, on sera en trois ou quatre jours au sud-ouest du royaume de la terre. Nous aurons alors juste à prendre un bateau parce qu'Oppo attirerait l'attention. La dernière fois que je suis allé dans la nation du feu, même si les gens sont amicaux, il y en a qui sont surpris de voir un bison volant. Ma tenue n'attirerait pas trop l'attention et c'est une bonne chose. Mais Oppo est beaucoup trop voyant. Je connais un villages près du port où nous devrions prendre le bateau dont vous parlez. Nous pourrons laisser Oppo là-bas à des amis à moi. Je prendrais juste mon bâton, au cas où. Mais en tout cas, je suis prêt. Nous pouvons y aller quand vous voulez...

Domaris eut un large sourire. Un de ces sourires chaleureux qui auraient pu faire rougir le soleil de jalousie. Sourire auquel il sembla répondre.
Ce jeune homme était désintéressé, motivé, et une flamme l'habitait.

«  Jeune maître, dit-elle, nous t'accorderons un large dédommagement, sois-en sur. »
Il sembla sur le point de dénier, mais Domaris le fit taire en levant une main:
«  Il en sera ainsi. Toute peine mérite récompense, et il n'est pas dit que la mission sera une réussite. Voici ce que nous allons faire. »
Kevin écouta avec attention.
«  Nous allons voler avec ton bison jusqu'au port de l'Ouest, comme tu as dit. Tu confiera ton compagnon à tes amis de l'Air. Je me chargerai des vêtements en allant les prendre dans un comptoir familial. Dame Zamaliablack ici présente nous a réservé une place sur l'un des navires de la marine de villégiature.
Aux yeux de tous, nous serons des négociants en textile de retour dans la Nation du Feu. Je viendrai avec une cargaison de textiles à négocier. Tu seras mon assistant. Sais-tu écrire?
 »

Kevin hocha la tête en signe d'assentissement.

« Parfait. Sous cette couverture donnée par Dame Zamaliablack, nous irons dans le palais vendre le brocart rouge aux dames. Là, il nous faudra ruser. Par mes conversation, je tenterai d'en savoir plus sur ce projet d'invasion, pendant que tu t'introduira partout pour essayer de retrouver les plans. Il nous faudra adapter notre stratégie au fur et à mesure. Es-tu d'accord? »

Il hocha de nouveau la tête, d'un air plus grave cette fois-ci. Il avait compris les enjeux de la situation.

«  Tu logeras chez moi en attendant notre départ dans trois jours. Nous préparerons les provisions, les vêtements, ou plutôt j'enverrai le message au comptoir de la côte Ouest pour nous les préparer. Et nous devrons nous familiariser avec les usages du Feu.  Tu m'appelleras Dame An Liu. Choisis ton propre nom; tu as trois jours pour le faire. » finit Domaris avec un sourire.


Durant les jours qui suivirent, ils se penchèrent sur des cartes que Domaris fit copier pour mettre dans leurs bagages. Zamaliablack leur confia de faux papiers de la Nation du Feu faits par ses agents.
Au-Jung, l'intendant, se prit d'affection pour Oppo qu'il soignait avec attention tandis que Kevin s'entrainait dans la cour que Domaris lui avait laissé.


Vint enfin le jour de leur départ.
C'était le petit matin; le jour avait cette beauté du commencement qu'aucune autre heure n'égale.

Domaris huma les parfums qu'exhalaient son petit jardin dans lequel attendaient Au Jung, Oppo et Kevin.
Apparemment, son intendant conversait avec le jeune maître de l'air au sujet de son bison. Domaris eut un sourire intérieur; son Intendant était vraiment un homme au grand cœur. Elle lui offrirait sûrement un animal si la mission réussissait.

Le bruit de ses hautes bottes faisaient crisser les cailloux sous ses pas tandis qu'elle s'avançait vers eux. Au-Jung se retourna et s'inclina:
«  Si Ma Dame me permet, Ma Dame est très en beauté aujourd'hui. »

Domaris eut un petit sourire. Elle avait revêtu un Ao Dai rouge carmin brodé d'or fendu jusqu'en haut des hanches, et une capeline de la même couleur pour ne pas prendre froid pendant le vol. Presque de la même couleur que ses cheveux.
Kevin la regardait aussi, bien qu'elle ne put comprendre son regard. Ils n'avaient que trois ans de différence, et pourtant, un monde les séparait. La douleur de la solitude effleura le coin de son sourire, le faisant passer pour une grimace.

Le soleil colorait déjà de ses rayons les plantes de son jardin.
La journée allait être très belle.

«  Merci, cher Au-Jung. J'imagine qu'il faut se prêter au jeu, dit-elle presque à regrets. Kevin, sommes-nous prêts? »

__________________________________________________________



Domaris Shaar

Women of this country learned long ago: those without sword can still die upon them. I fear neither death nor pain.
Revenir en haut Aller en bas
http://jourdestage.over-blog.com/
Kevin
*
*
avatar

Masculin Age : 23
Messages : 101
Date d'inscription : 29/07/2008

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Ven 28 Jan 2011 - 22:10

Un dédommagement ? Je n'en avais pas réellement besoin. Lorsque j'avais besoin d'argent, je travaillais généralement au jour de le jour. Mais il est vrai qu'avoir un peu d'argent d'avance ne me gênerait pas. Au moins, je pourrais me faire une petite économie et peut-être que je n'aurais plus à refuser le fruit préféré d'Oppo : les pastèques.
Domaris m'exposa le plan que nous allions suivre. Il était sans doute travaillé et je ne le refusai point. D'une part parce qu'il était bien ficelé et d'autre part parce que je ne voyais rien à redire.
-Nous allons voler avec ton bison jusqu'au port de l'Ouest, comme tu as dit. Tu confiera ton compagnon à tes amis de l'Air. Je me chargerai des vêtements en allant les prendre dans un comptoir familial. Dame Zamaliablack ici présente nous a réservé une place sur l'un des navires de la marine de villégiature.
Ainsi donc, l'autre invité s'appelait Zamaliablack. Un drôle de nom pour une drôle de femme. Elle avait ce petit air qui montrait qu'elle avait des manières et une pointe d'humour. Un peu comme un esprit à deux têtes. L'une hautaine, maniérée et droite. L'autre humoristique, facétieuse et gauche.
Tous cela réuni en un seul être qu'était sans doute Dame Zamaliablack.
-Aux yeux de tous, nous serons des négociants en textile de retour dans la Nation du Feu. Je viendrai avec une cargaison de textiles à négocier. Tu seras mon assistant. Sais-tu écrire ?
Bien sûr que je savais écrire. Non seulement mes parents... mes parents m'avaient appris les bases à mon frère et à moi. Mais j'avais été dans une école du royaume de la terre, certes assez désordonnée, mais une école tout de même. Et les moines avaient finalisé mon éducation en perfectionnant mon écriture et en m'apprenant également à mieux dessiner.
J'hochai alors la tête pour montrer que je le pouvais. Dame Domaris continua :
-Parfait. Sous cette couverture donnée par Dame Zamaliablack, nous irons dans le palais vendre le brocart rouge aux dames. Là, il nous faudra ruser. Par mes conversation, je tenterai d'en savoir plus sur ce projet d'invasion, pendant que tu t'introduira partout pour essayer de retrouver les plans. Il nous faudra adapter notre stratégie au fur et à mesure. Es-tu d'accord ?
L'improvisation, ça me connaissait. Et la discrétion encore plus. Alors savoir improviser pour être discret, j'en étais parfaitement capable.
Je hochai une fois de plus la tête en pensant à tous les risques qui en valaient néanmoins l'enjeu.
-Tu logeras chez moi en attendant notre départ dans trois jours, finit-elle. Nous préparerons les provisions, les vêtements, ou plutôt j'enverrai le message au comptoir de la côte Ouest pour nous les préparer. Et nous devrons nous familiariser avec les usages du Feu. Tu m'appelleras Dame An Liu. Choisis ton propre nom; tu as trois jours pour le faire.
Un nouveau nom à choisir ? Je n'avais jamais choisi de nouveau prénom. Tout simplement parce que je n'en avais jamais eu besoin. Mais puisque Dame Domaris, ou plutôt Dame An Liu, m'avait bien préciser que j'avais trois jours pour décider, j'avais tout le temps d'y penser.

Les trois jours qui passèrent semblaient m'être presque aussi transparent que l'air. Je me levais le matin et passait la plupart de la journée à m'entrainer pour perfectionner mes techniques que je maitrisais plutôt bien, même de mieux en mieux. Je mangeai aussi bien que chez les nomades de l'air et, étrangement, bien que je mangea de la viande avant, j'avais refusé celle qui était sur la table de Dame Domaris. Maintenant que j'y pensais, je n'en avais plus mangé depuis que j'étais arrivé chez les nomades de l'air, et l'habitude était resté.
Je me couchai le soir avec le corps douloureusement douloureux. Je n'avais pas à m'occuper de nourrir Oppo bien que je le voyais tous les jours puisque je m'entrainais devant lui car l'intendant, Au-Jung, avait noué des liens très fort avec mon bison. Il semblait très ami à présent.
Je vis avec une certaine bizarrerie les papiers de la nation du feu que Dame Domaris me donna après que je lui eus donné le prénom que je voulais utiliser : Ziruo.
C'était Oppo qui m'avait donné l'idée. Enfin, c'était en grognant qu'il m'avait donné l'idée. Mais c'était tout de même grâce à lui que j'avais un nouveau prénom à utiliser dans la nation du feu.
Le jour J arriva bien trop vite à mon goût. Je sortis dans l'air frais du matin avec une certaine appréhension. J'avais enfilé deux couches de vêtements pour me protéger du froid matinal. Mais même avec cela, je pouvais sentir dans mes poumons la rosée du matin qui m'humidifier la gorge.

Je respirai la bonne odeur de l'air frais du matin. L'intendant était déjà là. Il attendait avec Oppo. Il fallait que je mette la selle si je voulais que nous puissions partir. Ce que je m'empressai de faire en expliquant à Au-Jung comment je l'avais eu.
Ce fut lorsque j'eus terminé de cacher les sangles de la selle que Dame Domaris, toute en beauté dans son habit de la nation du feu, arriva dans la cours.
L'intendant la salua avant de lui faire un compliment d'usage. Peut-être que je devais en faire un moi aussi ? Mais je n'eus pas le temps car une grimace de la part de mon hôte passa sur son visage avant qu'elle parle. Je préférai m'abstenir de la couper.
-Merci, cher Au-Jung. J'imagine qu'il faut se prêter au jeu. Kevin, sommes-nous prêts ?
-Hum, oui nous sommes près. Oppo est reposé et le faucon messager est revenu hier soir de chez mes amis. Ils m'ont dit que cela ne les dérangeaient pas de garder Oppo durant plusieurs jours. Ils nous attendront autant de temps qu'il faut. Donc si tout se passe bien, dans quatre jours, voir trois si on a de la chance avec la météo, nous serons arrivé au village. Les sacs sont dans le porte-bagages. Donc je crois qu'on peut partir immédiatement.
Dame Domaris acquiesça d'un de ses regards si spécial. Elle salua distinctement son intendant avant de monter dans la selle en passant par la queue de Oppo qui servait en quelque sorte d'échelle.
Quant à moi je sautai sur sa tête d'un seul bond et prit la corde qui me permettait de le diriger.
-Allez Oppo ! C'est partit !
Dans un grognement et d'un claquement de queue sur le sol, nous nous envolâmes dans le ciel nocturne qui commençait à s'illuminer avec le soleil qui montrait paresseusement son nez. Je regardai brièvement Domaris qui s'accrochait à la selle tout en tentant de redresser ses vêtements pour ne pas permettre à l'air de s'infiltrer.
Je n'avais pas cette peine car mon pull chaud associé aux poils encore plus chaud d'Oppo me fournissaient la chaleur suffisante pour ne pas frissonner.
Nous étions partit pour un long voyage de plusieurs jours. La météorologie semblait être clémente avec nous, même si nous venions de partir, mais j'espérai que cela dure.
Revenir en haut Aller en bas
http://megakevin92.skyrock.com
Domaris
** Magistrat
** Magistrat
avatar

Féminin Age : 28
Messages : 154
Date d'inscription : 23/01/2011

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Ven 28 Jan 2011 - 22:38

Voler était incroyable. Domaris n'avait jamais connu pareille sensation. La première fois que Kevin descendit, elle eut une grande inspiration, et éclata de rire.
D'une voix gonflée de bonheur, elle dit:
« c'est toujours aussi incroyable de voler? »
« Je ne sais pas, lui répondit Kevin, je ne sais pas ce que c'est de ne pas savoir voler! »
Domaris rit à nouveau, et fermant les yeux, elle offrit son visage à la caresse du vent.

De temps en temps, un endroit lui semblait somptueux, et comme une enfant, elle le montrait du doigt à Kevin. Quand ils survolaient un village, Domaris saluait les personnes qui ne la voyaient même pas, et elle riait, riait...
Malgré la mission, elle ne s'était pas sentie aussi bien depuis des années, aussi elle même.

C'est Kevin qui choisit l'endroit où ils feraient leur première pause: c'était une petite clairière à flanc de colline, avec un petit ruisseau qui paressait le long des rochers. L'endroit semblait sur.

Ils se posèrent sur le sol, Domaris remit son Ao Dai en place et en quelques mouvements, leur bâtit un abri pour la nuit, puis alla chercher une mèche d'amadou et un briquet pour faire un petit feu de camp.
Kevin alla sortir les provisions et les deux jeunes s'installèrent pour leur repas du soir.

«  Parle moi de toi, Kevin, dit Domaris en frissonant un peu. Je.... »
Elle s'interrompit; pouvait-elle lui faire confiance à ce point?
Puis elle se souvint de la grandeur d'âme des gens de l'air.
« … Je me sens seule. Je crois que j'aimerais te connaître. »

] HRP: j'adore ton RP, kevin! A toi de faire avancer l'histoire :) . Demain, on dort dans une auberge?]

__________________________________________________________



Domaris Shaar

Women of this country learned long ago: those without sword can still die upon them. I fear neither death nor pain.
Revenir en haut Aller en bas
http://jourdestage.over-blog.com/
Kevin
*
*
avatar

Masculin Age : 23
Messages : 101
Date d'inscription : 29/07/2008

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Sam 29 Jan 2011 - 15:49

[HJ] Merci, j'aime bien aussi ton Rp ^^ et OK pour l'auberge ^^ [HJ]

Oppo avait démarré très rapidement. Si vite que même moi, si je n'avais pas été contre sa tête, j'aurais surement reculé de plusieurs centimètres. Dame Domaris semblait adorer cette sensation d'être libre. De pouvoir aller où on voulait sans tenir compte de l'attraction terrestre. D'être véritablement libre de tout.
-C'est toujours aussi incroyable de voler ? Me demanda-t-elle.
-Je ne sais pas, lui répondis-je du tac au tac, je ne sais pas ce que c'est de ne pas savoir voler !
C'est vrai que j'avais totalement oubliée ce que c'était d'être sans cesse attiré par la gravité. D'être ramené à terre par celle-ci. J'avais tellement pris l'habitude de voyager en volant. De me rendre dans les endroits les plus inaccessible grâce à ma maitrise de l'air qu'au final je ne faisais plus attention au paysage que j'avais en dessous de moi. J'en avais vu de tellement magnifique...

Mais ce n'était apparemment pas l'idée de Dame Domaris qui semblait être aux anges dans les airs. Le dos d'Oppo offrait une vue si panoramique qu'elle adorait montrer les beaux endroits que l'on pouvait voir et elle riait. Elle riait tellement que je craignais presque qu'elle aie une extinction de voix.
Le soleil était à présent au zenith et nous nous étions arrêté rapidement pour qu'Oppo puisse manger l'herbe et même les buissons qui jonchaient la plaine dans laquelle nous avions atterrit. Sans même descendre de la selle pour repartir dès que mon bison se serait suffisamment substanté, Domaris me donna plusieurs fruits que nous mangeâmes immédiatement pour faire taire nos estomacs qui criaient famine.
Nous repartîmes un quart d'heure après pendant que des nuages faisaient leur apparition. J'espérai que la météo serait favorable.

Nous survolâmes des paysages presque répétitif. Si répétitif que Dame Domaris s'était presque lassée, ne relevant la tête de son bouquin que quelque fois pour regarder des endroits véritablement magnifiques. Généralement, je n'avais pas pour habitude de voler sans m'arrêter. Lors de mes voyages, j'atterrissais dans les villages que je croisais pour découvrir le monde.
Mais là, il fallait voyager sans s'arrêter sauf pour manger ou dormir. D'ailleurs, en parlant de sommeil, il était tant de trouver un endroit pour passer la nuit car le soleil commençait à décliner. Je repérai alors un bel espace. Une petite clairière à côté d'une colline d'où un ruisseau descendait entre des rochers éparpillés ça et là.
Dame Domaris érigea une tente en pierre assez grande pour nous deux. Elle alluma ensuite un feu de camp qui éclaira l'obscurité qui commençait à s'épaissir autour de nous.
Oppo s'était déjà endormit et il ronflait doucement à côté de la selle que je lui avais enlevé pour qu'il puisse dormir sur le dos comme à son habitude.
Pendant que Domaris faisait cuire une viande qu'elle avait apporté, je faisait, quant à moi, doucement chauffer un bouillon de plusieurs légumes que j'affectionnai tout particulièrement.
Le repas fut bientôt prêt et Dame Domaris voulut engager la conversation.
-Parle moi de toi, Kevin. Je... Je me sens seule. Je crois que j'aimerais te connaître.
Comment pouvait-elle se sentir seule ? Elle habitait avec un intendant très compétent et elle vivait dans la plus grande ville de monde. Elle côtoyait surement des centaines de personnes par jour.
De plus, je n'aimais pas vraiment parler de moi. Mais après tout, nous avions une mission à faire. Alors il ne valait mieux pas être en froid.
-Et bien... je n'ai pas grand chose à dire. Je suis arrivé au temple de l'air Austral lorsque j'avais quatorze ans. Puis j'ai appris à maitriser l'air pendant plusieurs mois jusqu'à ce que je décide de partir pour découvrir le monde. Ça fait maintenant trois ans que je voyage... il n'y a rien de plus à raconter.
Je voulais lui demander pourquoi elle se sentait seule ? Mais je me souvenus à l'instant que les moines disaient toujours que ce n'est pas parce que quelqu'un te demande d'ouvrir ton cœur qu'il peut lui aussi te l'ouvrir.
Je préférai alors laisser Dame Domaris me raconter son histoire seulement si elle le voulait.

Nous nous endormîmes trente minutes plus tard après notre repas. Une nuit de repos ne fut pas de trop. D'autant plus qu'elle fut relaxante et très douce.
Nous nous réveillâmes le lendemain au petit matin. La bonne humeur du matin s'était installé rapidement durant le petit déjeuner. Nous nous préparâmes rapidement en rangeant les affaires dans le coffre de la selle avant de la remettre sur le dos d'Oppo qui avait mangés presque tous les buissons de la clairière. Nous repartîmes alors pour un nouveau jour de voyage qui passa trop lentement à mon goût.
J'avais plusieurs fois dû me secouer pour ne pas m'endormir. J'en avais envie pour laisser l'ennui derrière moi, mais je ne le pouvais pas car Oppo ne pouvait pas s'endormir lui. Il était obligé de voler sans s'arrêter durant toute la journée.
Le même scénario de la veille se produisit. Des paysages beau, moche, normal, qui défilaient sous nos yeux habitué à présent. Le vent qui nous chatouillait la peau. Et la peur de voyager sous des conditions météorologiques chaque fois que des nuages apparaissaient.

Cette fois-ci, ce fut Dame Domaris qui choisit notre lieu de repos pour la nuit. C'était une petite auberge rustique qui servait diverse repas tous plus bon les uns que les autres. De plus, une grande étable permettait d'accueillir Oppo même si cela valait un coût supplémentaire.
Les lits étaient soignés et doux et la lumière tamisé de la chambre m'entraina rapidement au pays des rêves.
Revenir en haut Aller en bas
http://megakevin92.skyrock.com
Domaris
** Magistrat
** Magistrat
avatar

Féminin Age : 28
Messages : 154
Date d'inscription : 23/01/2011

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Sam 29 Jan 2011 - 18:25

Lorsqu'elle s'éveilla dans l'auberge proprette, Domaris était soucieuse. Elle fit sa toilette d'un air absent, coiffa ses cheveux avec ses petites barrettes et revêtit un Ao Dai Carmin.
Déjà, elle devait dire à Kevin ce dans quoi il s'engageait. Elle ne lui avait pas tout dit. Il fallait qu'il sache pourquoi c'était elle, Domaris Shaar, qui avait été placée sur cette mission.
Et ensuite, si tout se passait bien, ce soir, ils embarqueraient dans le navire de la nation du Feu.
Un frisson parcouru son échine, la faisant se redresser devant son miroir.
C'était là, partout sur son visage, sur l'ourlet parfait de ses lèvres, le contour de ses yeux perçants, la ligne de son nez si droite, son cou si délicat... Tout disait en elle que ses ascendances n'étaient un secret pour personne. Le rouge de son vêtement ne faisait que confirmer cette impression.

Elle se leva et descendit prendre son petit déjeuner avec Kevin déjà attablé.
Le jeune homme la regarda venir avec ce regard qu'elle ne parvenait pas à percer. Ils se saluèrent et Domaris prit la parole:
«  Kevin, l'autre soir tu m'as raconté ton historie, même si je la trouve incomplète; tu es aussi brave, désintéressé et d'une belle grandeur d'âme. »
Il ne semblait pas savoir quoi dire et but une gorgée de thé.
«  Je vais à présent te dire pourquoi j'ai été choisie pour cette mission; après tout, d'autres auraient pu être qualifiés pour la faire, non? Tu as une idée? »
Il but une autre gorgée de thé.
«  En réalité, ton regard pur ne juge pas les gens. A Ba Sing Se, d'où je viens, on me juge différente des autres, c'est pour ça que je me cache. Apparemment, je suis la fille bâtarde d'un maître du Feu. »

Kevin s'étouffa un peu avec son thé, puis repris son empire sur lui même.

«  Désolée de te l'avoir caché, mais j'espère que tu me comprendra: je peux passer pour une fille du Feu, c'est pour cela que je pourrai facilement m'infiltrer; mais mon cœur et mes racines sont à la Terre, et tu dois pouvoir me faire confiance. »

Le petit maître détourna les yeux. Peut être étaient-ce les yeux d'un vert iridescent qui mettaient Kevin mal à l'aise. Peut être pas.

Ils repartirent peu après sur le dos d'Oppo, le vent froissant les cheveux de Domaris qui étudiait son code de commerce du Feu.

Puis vint la Mer.... La Mer qui ne pouvait que faire peur à Domaris; ce n'était évidemment pas son élément. Toute cette eau au même endroit, c'était forcément malsain.

Kevin partit un moment pour confier Oppo à des amis, et Domaris récupérai la cargaison de textiles ainsi que nos vêtements au comptoir Shaar du port de l'Ouest, réglant les formalités d'usage
Une fois que tout fut embarqué, on montra à Kevin et Domaris leurs quartiers réservés; c'était simple mais agréable, avec chacun une chambre et une salle d'eau. On mit à leur disposition une femme de chambre de la Nation du Feu.

Après que leurs bagages ont étés déposées, Domaris s'adressa à Kavin:
«  Tu m'accompagnerais sur le pont? Je me sens un peu mélancolique »

Le bateau venait de quitter le port, tandis que le navire profitait des dernières heures de soleil pour prendre de l'avance.
Kevin et Domaris, ou plutot Ziruo et An-Liu comme ils se faisaient appeler, conversaient en allant voir la mer sur le pont.
Accoudés sur le bastingage, deux paires d'yeux se perdaient dans l'infini de l'océan.

«  Tu as du souvent voir la mer, Ziruo, lui dit-elle d'une voix douce en resserrant son Ao dai autour d'elle, alors que le vent jouait dans ses cheveux. Tu aimes la Mer? »
«  Oui An Liu, mais pas autant que l'Air. »
«  Bien sur, sourit-elle »
un silence passa
« Ce que je t'ai dit ce matin, ça t'a perturbé, non? »
«  Un peu; les traces de la guerre sont encore présentes.»
«  Oui bien sur. »
Elle rit.
« Tu sais Ziruo, quand j'étais petite et que je m'énervais, parce que attention, parfois je m'énerve, ma nounou m'appelait Fao, qui veut dire petite flamme, parce que j'étais toute rouge et qu'avec mes cheveux, on aurait dit que j'avais pris feu. J'ai de drôles de cheveux, non? »
Ce n'était pas drôle, c'était même une anecdote ridicule, mais Kevin se mit à rire. Il lui raconta à son tour une histoire, puis une autre, puis d'autres encore.
Domaris parla comme elle ne l'avait jamais fait, et un climat heureux s'installa entre les deux jeunes adultes.

Ils parlaient encore, lorsque soudain, Domaris vit s'approcher un autre navire. Elle se redressa, les derniers éclats du soleil l'embrasant. De la marine du Feu à n'en pas douter.
Il se rapprochait à tout allure, et le commandant de bord n'allait pas tarder à échanger les informations. Mais de quoi pouvait-il donc s'agir?

__________________________________________________________



Domaris Shaar

Women of this country learned long ago: those without sword can still die upon them. I fear neither death nor pain.
Revenir en haut Aller en bas
http://jourdestage.over-blog.com/
Kevin
*
*
avatar

Masculin Age : 23
Messages : 101
Date d'inscription : 29/07/2008

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Sam 29 Jan 2011 - 22:19

Je me réveillai doucement. La lumière du soleil parvenait distraitement à percer mes paupières sous lesquelles mes pupilles commençaient à se réduire pour empêcher les rayons solaires de m'aveugler.
J'ouvris alors les yeux. Je vis en premier le plafond marron de la petite chambre. Les draps soyeux et parfaitement mis au carré quelques heures auparavant étaient maintenant renversé par terre. Signe de l'agitation dont j'avais fait preuve cette nuit. Une manière pour mon esprit de me montrer qu'il était stressé par les futurs évènements auxquels je devrais participer.
Néanmoins, je me lavai en vitesse avant d'aller voir Oppo à l'étable. Il était en train de manger en compagnie de plusieurs chevautruches qui ne semblaient pas apeuré par l'imposante stature de mon bison. Je lui caressai la tête avant d'aller manger dans le salon de l'auberge.

Dame Domaris arriva quelques minutes plus tard. J'avais durant ce temps seule pensait à ce à quoi je me risquai. Et surtout, à l'endroit où je devais laisser Oppo. J'avais seulement dit à mes amis que je laisserais mon bison chez eux pour quelques jours. Mais si jamais je ne revenais pas ? Que devrais-je faire ? Est-ce qu'il fallait que je dise à mes amis que... je préférai ne pas y penser.
Je fis une grimace pour chasser cette idée de ma tête au moment où Dame Domaris entra dans le salon. Je parvins à cacher mon émotion en faisant paraître mon visage avec une mine presque indescriptible.
La jeune femme semblai être assez gêné. Y avait-il un problème ?
-Kevin, l'autre soir tu m'as raconté ton historie, même si je la trouve incomplète; tu es aussi brave, désintéressé et d'une belle grandeur d'âme.
Devant ces qualités qu'elle m'attribuait, je ne sus quoi dire, je préférai alors boire une gorgée de tête.
-Je vais à présent te dire pourquoi j'ai été choisie pour cette mission; après tout, d'autres auraient pu être qualifiés pour la faire, non ? Tu as une idée ?
Non, je n'en avais pas. Peut-être que tout simplement vous étiez la seule disponible ? Ou plutôt, la plus courageuse pour effectuer cette mission. Mais je sentais que c'était à Dame Domaris de me révéler elle même sa réponse. Je bus alors une autre gorgée de thé.
-En réalité, ton regard pur ne juge pas les gens. A Ba Sing Se, d'où je viens, on me juge différente des autres, c'est pour ça que je me cache. Apparemment, je suis la fille bâtarde d'un maître du Feu.
Je faillis m'étouffer avec ma boisson. Ce n'était pas tant la phrase elle même qui m'avait choqué mais plus la façon dont elle l'avait dit. Dame Domaris d'ordinaire si réservée. Je ne l'avais jamais entendu parler de cette façon.
Je fis néanmoins cesser ma toux pour la laisser continuer.
-Désolée de te l'avoir caché, mais j'espère que tu me comprendra: je peux passer pour une fille du Feu, c'est pour cela que je pourrai facilement m'infiltrer; mais mon cœur et mes racines sont à la Terre, et tu dois pouvoir me faire confiance.
Je ne savais pas quoi dire. Cela ne me gênait pas. Les cachoteries ne me dérangeaient pas. Chaque personne avait ses raisons de ne pas tout révéler. Le tout était de savoir ne pas faire mal lors de la révélation. Et celle-ci ne me le faisait pas. Après tout, cela était la vie privée de Dame Domaris. Je la trouvais déjà assez courageuse de s'être aventuré dans cette mission, mais cette qualité doubla à mes yeux lorsqu'elle me fit cet aveu.

Je détournai la tête, non pas par un quelconque dégout mais plus pour quitter les yeux de Domaris qui me fixait. J'étais mal à l'aise.
Nous finîmes notre petit-déjeuner en silence et retournâmes enfin sur Oppo pour nous élancer dans les airs une nouvelle fois. L'absence de nuage était un bon signe. Nous volerions surement efficacement et tranquillement.
Dame Domaris étudiait un livre sur le commerce de la nation du feu. Je préférais ne pas demander à le partager car j'avais une chose importante à faire, pour moi en tout cas. En effet, cela faisait une bonne semaine que je n'avais pas médité. Et la méditation était recommandé pour perfectionner sa maitrise de l'air. En effet, cela faisait circuler l'énergie. Je m'empressai alors de m'assoir confortablement et de positionner mon poing contre mon poing.
Je respirai calmement pour faire le vide. J'avais l'impression de m'envoler. Je ne faisais qu'un avec l'air. Le vent passait à travers moi et me remplissait d'énergie. J'avais l'impression que cela faisait une minute que j'avais commencé. Mais lorsque je rouvris les yeux, je vis la mer. Le vaste océan qui séparait le royaume de la terre de la nation du feu.
Je baissai les yeux pour voir le petit village qui était situé à un bon kilomètre du port. Je décidai d'y aller en premier. Le bateau était déjà là. Je déposai Dame Domaris devant avant de repartir immédiatement au village.

Nous y fûmes en quelques minutes. J'avais demandé à Oppo de voler doucement pour profiter des derniers moments ensemble. J'avais peur de ne plus le revoir.
Heureusement, lorsque je vis l'étable qu'avait aménagé mes amis pour mon bison, j'étais certain qu'au moins il serait bien traité.
L'étable était grande et tapissé de foin et une grande écuelle remplit d'eau douce avait été disposé sur les deux côtés de la battisse. Je saluai mes amis qui m'invitèrent à boire un thé. Mais je préférai surtout dire un long au revoir à Oppo que je serrai aussi fort que je le pus. Enfin, je serrais surtout sa tête. Mais l'intention était là. Il me lécha pour me montrer son affection avant de s'allonger sur le foin, comme une manière de me dire qu'il n'avait pas à s'inquiéter pour lui. Mais j'avais surtout peur qu'il devienne en quelque sorte orphelin. Néanmoins, je cachai cette pensée et prit mon bâton volant ainsi que quelques affaires que je mis dans un sac que je nouai autour de ma taille pour me permettre de m'envoler avec mon bâton.

J'arrivai à la ville portuaire deux minutes après et retrouvai Dame Domaris qui sommait des hommes de faire attention avec le chargement de tissu. Nous montâmes alors dans le bateau qui démarra en direction de la nation du feu. La fumée noire que crachait la cheminée noircissait l'air derrière le bateau.
Domaris et moi, ou plutôt An Liu et moi, Ziruo, montâmes sur le pont une fois que j'eus déposé mes affaires dans la chambre simple qui m'avait été réservé. J'avais gardé mon bâton. C'était un souvenir qui me rappelait Oppo. Il me manquait déjà et pourtant je venais de le quitter. Néanmoins, j'étais partit pour; peut-être, sauver les nations du monde. Un groupe de fils du feu qui voulait conquérir le Sekai. Mais pourquoi ? Le monde était bien mieux comme ça. Pas de mort chaque jour, pas de combat, pas de guerre.
Nous discutâmes pendant une bonne dizaine de minutes. Parlant de tout et de rien. Jusqu'à ce qu'un bateau arriva vers nous.
Rapidement, les deux appareils s'accostèrent et un pont de métal fut posé entre les deux. Les commandants de bords se rapprochèrent pour parler.

Dame Domaris eut l'air d'avoir un léger haut le cœur, ou plutôt était-ce un signe de dégout ? Quoi qu'il en était, le commandant de bord de l'autre navire repéra également An Liu. Il s'approcha et nous salua. J'en fis de même, mais visiblement la jeune femme ne voulait pas partager ce salut.
Revenir en haut Aller en bas
http://megakevin92.skyrock.com
Domaris
** Magistrat
** Magistrat
avatar

Féminin Age : 28
Messages : 154
Date d'inscription : 23/01/2011

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Sam 29 Jan 2011 - 23:25

Domaris pinça les lèvres à mesure que ses doutes se confirmaient. Sur le bateau déglingué qui les accostait, son précepteur, Ban.
Accompagné d'un drôle d'individu qui ne payait pas de mine.

Ils voulaient monter à bord, en parlant avec le commandant. Leurs uniformes volés ne feraient pas feu longtemps. Domaris les regardaient monter sur le bateau d'agrément avec leurs uniformes de soldat, se comportant plus comme des mercenaires qu'autre chose.
« Kevin, souffla-t-elle au jeune maître, je vais détourner l'attention du commandant de bord pendant que tu emmèneras Ban Gio et son comparse dans nos quartiers pour les faire changer d'uniformes; la discrétion est ton domaine. »
Puis elle rajouta:
« Tu n'es pas obligé d'être trop polis avec eux

Ban Gio la prendrait encore pour une snob, mais tant pis.
Elle s'approcha du commandant de son navire qui conversait avec les nouveaux venus, superbe dans sa robe de brocart grenat brodé d'or.
Elle rejeta les épaules en arrière, ses cheveux cascadant sur ses épaules. Elle devait détourner l'attention du commandant.
« Commandant Lao, l'interpella-t-elle avec son sourire le plus charmeur, nous avons des nouveaux venus à bord? »
Ledit commandant Lao était un jeune fils du feu au physique assez avantageux. Voyant approcher Domaris et son sourire, il retira son casque et passa la main sur ses cheveux.
« Vous accueillez des rescapés? Quel courage!! » s'exclama faussement la jeune fille, contrefaisant parfaitement les précieuses du Feu.
Il toussota.
« Je ne fais que mon devoir, ma Dame An Liu. Leur navire était endommagé, et ces soldats avaient une mission pour notre Nation. »
« Quelle histoire! S'exclama Domaris faussement surprise, portant la main à son décolleté. Enfin, heureusement que vous étiez là, Commandant Lao! »
Lao bomba le torse. Domaris sourit.
« Serait-ce possible qu'ils dînent à notre table ce soir, Commandant? Mon assistant et moi même adorons les histoires des voyageurs! »
« Bien entendu, Dame An Liu. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, faites moi demander, surtout n'hésitez-pas. »

Il s'inclina, et Domaris lui rendit son salut en le regardant sous une barrière de cils.

Voyant l'effet que ça avait sur le commandant Lao, Domaris se redressa et s'en fut dans leurs appartement, pour voir ce dont il retournait.
Elle espérait que Kevin avait réussi à jouer de sa discrétion, et que les deux compères s'étaient montrés discrets.

__________________________________________________________



Domaris Shaar

Women of this country learned long ago: those without sword can still die upon them. I fear neither death nor pain.
Revenir en haut Aller en bas
http://jourdestage.over-blog.com/
Kevin
*
*
avatar

Masculin Age : 23
Messages : 101
Date d'inscription : 29/07/2008

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Dim 30 Jan 2011 - 12:24

Les deux hommes qui tentaient de monter à bord de notre bateau ne semblaient pas plaire à Dame Domaris qui devait sans doute les connaître. Une haine paraissait avoir élu domicile en elle.
Tout en ne quittant pas des yeux les nouveaux venus, elle me chuchota du coin de la bouche.
-Kevin, je vais détourner l'attention du commandant de bord pendant que tu emmèneras Ban Gio et son comparse dans nos quartiers pour les faire changer d'uniformes; la discrétion est ton domaine... Tu n'es pas obligé d'être trop polis avec eux.
Me laissant sur cet ordre, elle s'avança vers le dit commandant en mettant en avant ses plus beaux atouts qui étaient surement assez nombreux.

Comme elle l'avait dit, le chef du navire se tourna vers Dame Domaris qui semblait être en train d'envouté le pauvre homme tel un esprit sirène qui attire les voyageurs égarés dans les rochers.
Je profitai de ce moment pour me rapprocher des deux hommes en marchant comme si de rien n'était. Je ne m'arrêta même pas lorsque je passai derrière eux. Je ne leur dit que quelques mots.
-Dame Domaris, ici, suivez-moi !
C'était bref et court et j'étais certain que personne d'autre que les principaux intéressés aient entendu cette phrase.
Je tournai à un angle du mur et attendit. Les deux hommes ne mirent pas longtemps à parvenir jusqu'à moi. Je leur adressai un salut rapide de la tête avant d'avancer en direction de ma cabine. La manœuvre devait se faire discrètement car personne ne devait soupçonner que nous nous connaissions.
Nous rencontrâmes plusieurs obstacles vivants sur notre chemin dont un homme de ménage dont l'attention fut détourné par une rafale de vent qui renversa son sceau d'eau, répandant ainsi l'eau sale sur le pont qu'il venait de nettoyer.
Nous descendîmes par un escalier sobrement éclairé. Les voyageurs, par cette heure tardive, étaient soit dans leurs chambres, soit dans le restaurant du bateau en train de dîner.
De ce fait, personne ne vint nous dérangé lorsque j'ouvris la porte de mon quartier personnel. Une petite chambre commune donnant sur la mer grâce à un hublot presque au ras de l'eau.
Un simple lit était posé contre le mur tandis qu'une table de chevet abritant une lampe à huile et des pierres à feu était disposé à côté. Mon sac était par terre. Je n'avais pas eu le temps de le ranger soigneusement. Je ne me pris même pas la peine lorsque je le jetai sur mon lit pour saluer plus chaleureusement les inconnus. Si Domaris les connaissait, je n'avais surement pas à les craindre.
-Bonjour, je suis K... heu Ziruo. J'assiste Dame Domaris dans la confection et le vente de ses magnifiques tuniques. Nous devons l'attendre ici...
Les deux me saluèrent brièvement aussi. Sans doute un peu gêné par la situation.
Heureusement, la tisserande arriva bien assez vite. Elle referma la porte avec précaution et tira le rideau du hublot pour être sûr que personne ne puisse nous voir.
Elle semblait véritablement en froid avec un des deux hommes...
Revenir en haut Aller en bas
http://megakevin92.skyrock.com
Ban Gio II
*
*
avatar

Masculin Age : 21
Messages : 500
Date d'inscription : 22/06/2010

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Dim 30 Jan 2011 - 16:54

Je fût escorter par un jeune homme qui n'avait pas l'air très sure de lui, nous arrivâmes pourtant à destination, évitant obstacles, gardes, patrouilleurs, homme de ménage et d'autres obstacles du même gabarit.
Une fois à l’intérieur de la cabine des deux compères, je me retourna vers le drôle de jeune homme qui nous avait accompagnés:
-Bonjour, je suis K... heu Ziruo. J'assiste Dame Domaris dans la confection et le vente de ses magnifiques tuniques. Nous devons l'attendre ici...
Bonjour jeune homme...

Ce jeune homme en plus de bafouillait était un menteur, il ne s'appelait pas Ziruo, je pouvais le ressentir dans sa façon de respirer !
Mais franchement qu'est ce qu'on en avait à faire ? Je me fiche bien de savoir son nom !
Il fallait que je parle à Domaris plutôt si elle voulait bien se dépêcher....
Quelques minutes après elle rentra dans la cabine, elle remercia son compère qui bizarrement rester avec elle au lieu de sortir !
En tout cas elle était bien habillée, comme toujours.
Elle commença son récit me racontant ce qu'elle faisait sur ce bateau et je fus bien surpris d'en connaitre les raisons !
En clair elle fut envoyée pour les mêmes raisons que nous, elle devait savoir si la nation du feu préparait un mauvais coup !
Et je n'étais guère heureux que l'on confie une mission de cette importance à une jeune fille sans expérience.

Franchement, tu as une bonne couverture mais penses tu pouvoir être capable de réussir cette mission ?

Elle fit un vif mouvement de la tête pour me montrer son approbation.
Puis je la regarda, fine, longs cheveux de feu descendant le long de son corps et puis je réfléchis quelques instants avant de me dire que ce n'était pas une mauvaise idée !

Tu es tisserande c'est cela ? Et tu vas à la nation du feu pour affaire ? Vois tu j'ai un petit corps armés avec moi d'agents du dai li qui attendant sur le pont et on se fera un plaisir de t'accompagner pour réussir notre mission, pour le royaume de la terre, la tribu de l'eau et les nomades de l'air !

Après avoir dit cela, ils restèrent pensif et moi en attendant je pris mes aises et m'assis sur une chaise légèrement branlante !
J'en profitai pour dire à Juju:

Voilà, notre mission ne peut que bien se passer désormais !

Il me souris, puis nous nous tournèrent vers les deux autres maîtres pour savoir leurs réponses !

Revenir en haut Aller en bas
Domaris
** Magistrat
** Magistrat
avatar

Féminin Age : 28
Messages : 154
Date d'inscription : 23/01/2011

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Lun 31 Jan 2011 - 21:07

Domaris entra comme une furie en claquant la porte de la petite chambre de Kevin. D'un geste sec, elle referma le hublot et s'adressa à Ban Gio et à son comparse dont elle ignorait encore le nom.

"Qu'est-ce que vous fichez ici?" Dit-elle entre ses dents
Elle regarda son maître, calme comme s'ils prenaient un thé au Dragon de Jasmin.

"-Nous sommes en mission, Domaris.
- An Liu; aux yeux de tous ici, je suis Dame An Liu, négociante reconnue en textile. Notre couverture est béton, à Ziruo et moi, ne vous avisez pas d'y remédier Maître. Vous êtes peut être mon précepteur, mais ici, je prends les choses en main. Je travaille pour la Reine de la Tribu de l'Eau.
-Dame Zamaliablack?"
Domaris réfléchit très vite.
"- Vous aussi? Cette affaire semble plus complexe que prévue alors... Il faudra nous montrer méfiants.
- Franchement, tu as une bonne couverture mais penses tu pouvoir être capable de réussir cette mission ?"
Domaris hocha la tête. Bien sûr qu'elle n'avait aucune idée de l'issue de cette mission mais c'était plus que dans ses cordes.
En tout cas, cela sembla convaincre Ban. Mais il tenait à faire monter à bord ses agents du Dai Li... Je regardait Kevin: ce soir, il faudrait trafiquer les registres d'embarquement pour ne pas avoir de problèmes avec une quinzaine de personnes en plus sur le bateau... C'était dans les cordes du jeune maître de l'air, tandis que je pensais pouvoir détourner l'attention de Lao pendant ce temps.

Ban semblait confiant:
"-Voilà, notre mission ne peut que bien se passer désormais!"

Domaris pinça les lèvres.
Il fallait qu'elle parle seule avec Ban.
"-Maître, il faut que je vous parle un instant. Ziruo en attendant, peux-tu aller trouver des vêtements dans les caves pour une dizaine d'hommes, s'il te plait? Des vêtements dans les rouges clairs, une dizaine environ, les rouges sombres, deux pour nos hauts gradés; tu ne dois pas te faire remarquer, les cales sont bien surveillées. Maître euh...?
- Juju"

C'est un nom, ça?

"Je suppose.... Maître Juju, donc, accompagnez-le. Ziruo, tu déposeras les costumes dans le salon de mon appartement pour que Juju, Ban et toi vous changiez; si on te demande ce que tu fais, invente quelque chose au sujet de mesure, et dit que c'est dame An Liu qui te l'a demandé; personne ne te posera de question à la mention de mon nom. Dans une heure, rendez-vous dans le salon de mes appartements. Nous discuterons de notre stratégie pour le débarquement et dans la Nation du Feu.


Maître Ban, suivez moi."

Domaris sortit de la pièce et emmena son précepteur dans ses appartements. Dans cet univers de métal, elle sentait la présence de Ban derrière elle, solide et souple. La porte qu'elle ouvrit donnait sur un salon coquet mais petit; c'était après tout un vaisseau d'agrément. Ban entra et elle verrouilla la porte.

"- J'espère que personne ne nous as suivit, dit-elle en se retournant vers Ban, le dos contre la porte. Je ne voudrais pas que l'on aille raconter des choses.
"
Elle s'arrêta de parler un moment, l'air préoccupé, et repris.
"- Vous vous demandiez pourquoi j'avais été choisie pour cette mission; si j'étais le mieux à même de le faire. A votre avis, dit-elle en plantant son regard dans celui de son maître, pourquoi? Regardez-moi."
Son corps frêle ne bougeait pas. Son visage de porcelaine fixait d'un regard puissant son maître, alors que des larmes coulaient sur ses joues, sans que sa voix n'en trahisse rien. L'albâtre de sa peau, la finesse de ses traits, la courbure de son cou... Tout le criait.
"- Vous le savez, Gio. Vous m'avez enseignée.
- Vous êtes une bâtarde, dit-il simplement."
Le regard de Domaris ne fléchit pas. Elle hocha sobrement la tête.
"- Voilà pourquoi cette mission peut être menée dans la plus grande des discrétions. Pas de faux plis. Des meurtres propres et sans traces.
Je serai parfois amenée à avoir un comportement... Disons que j'espère que vous n'en penserez pas moins de moi. La fin justifie les moyens. Je serai l'apparence, Ziruo la discrétion, et vous la Force.Voilà pourquoi je ne suis absolument pas sure que ça réussisse. Ce soir, j'essayerai de circonvenir le commandant pour en apprendre plus sur le complot. Un haut gradé comme lui doit en savoir un minimum.
-Je vois. Je devrais vous laisser prendre les décisions.
"
Sa voix était calme mais Domaris le connaissait assez pour reconnaître le reproche.
"- Virtuellement. En tout cas c'est ce qu'il devra paraître. Après, tout est négociable."

Peu de temps après, on toqua timidement à la porte.
"-Dame An-Liu? C'est Ziruo."
Il rapportait l'uniforme de Ban. Domaris le félicita pour son travail, et s'éclipsa dans sa chambre pour laisser se changer les trois maîtres.

Elle revêtit quand à elle une robe stupéfiante au décolleté tout juste suffisant pour ne pas être indécent, fendue suffisamment haute pour montrer tout ce qu'il fallait sans indigner personne.
Elle se coiffa pour faire retomber toutes ses boucles sur une seule épaule.

Ce soir après le dîner, elle irait soutirer des informations au Commandant Lao. Après tout, il fallait bien commencer la mission quelque part.

Un peu plus tard, elle rentra timidement dans le salon où elle avait laissé Ban, Ziruo et Juju. Elle nota avec satisfaction qu'une servante avait prit soin de leur apporter du thé.
Regardant ses pieds, elle s'avança vers les trois hommes, maintenant vêtus de rouge, qui s'étaient levés. L'air hésitante, presque gênée d'elle même, elle bafouilla:
- Je... qu'est-ce que vous en dites? Je suis présentable?

__________________________________________________________



Domaris Shaar

Women of this country learned long ago: those without sword can still die upon them. I fear neither death nor pain.


Dernière édition par Domaris le Mar 1 Fév 2011 - 22:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://jourdestage.over-blog.com/
Juju
* Chef des Tribus
* Chef des Tribus
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 755
Date d'inscription : 19/07/2010

RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu Mar 1 Fév 2011 - 22:55

Maintenant on doit faire équipe avec 2 personnes en plus. Ban gio connaissait plutôt bien la fille, d'après les échos que j'ai entendu. La chose qui flash en tout premier est la couleur de ses cheveux, un pur rouge sang. Elle n'avait pas peur de montrer sa classe sociale. On pouvait deviner qu'elle était bourge rien qu'à voir ses vêtements. Elle n'avait pas peur de se moquer du premier venu, comme moi. C'est lâche et petit de se moquer du nom des personnes. Le courant ne va pas passer entre nous deux, je le sens d'ici. Dès que j'aurais l'occasion de me venger, je ne vais vraiment pas me gêner. Pour le moment je ne dis rien, j'encaisse. Mais la vengeance est un plat qui se mange froid!

L'autre personne avec qui on fait équipe s'appelle Kévin. On a su faire plus connaissance quand on a dû aller chercher les vêtements pour nous et les agents du Daï Li. C'est la première fois que j'ai rencontré un maître de l'air. D'ailleurs si il ne me l'avait pas dit, je penserais qu'il était un maître de la terre à cause de ses vêtements: il portait un pull vert avec une capuche, et un pantalon aussi vert. Je pensais que tous les nomades de l'air étaient chauves, mais je me suis trompé. Lui il avait une touffe de cheveux noir.

Quand on se changea dans notre loge, il y avait aucune parole. Il faisait calme, je ne comprenais plus grand chose. Je ne reconnaissais pas le Ban gio d'avant, je trouvais qu'il était plus sérieux. Comme quoi l'influence des bourges pouvait être forte. Ca me donnait encore plus l'envie de me venger, je ne digérais pas ce qu'elle avait dit sur mon prénom. Bah quoi? Mon prénom est beau non? Et puis d'ailleurs je m'en fiche, moi je le trouve beau. Puis Domaris entra tout doucement, timidement dans notre loge et nous demanda comment on trouvait son accoutrement. Moi ce que j'ai vu en premier c'est l'énorme décolleté qu'elle portait. Pour essayer de se faire discrète, c'est un peu raté... Tout les hommes allaient la regarder. Avant de dire quelque chose, je tournai la tête pour voir la réaction de Kévin et Ban gio. Ces derniers la regardaient avec de grands yeux. Ils étaient hypnotisés...

<< Ca ne vous plait pas...?

Kévin allait commencer une phrase, mais je lui coupa directement la parole.

<< Bah si tu veux faire une filature c'est mort. Tu vas à un bal masqué ou à une réunion? Je pencherais plutôt vers le bal masqué vu ton accoutrement...

Elle me regarda avec un certain dégoût. Moi je rigolais plus qu'autre chose, je trouvais cela marrant. Elle n'avait pas qu'à me chercher. Je pouvais aller plus loin, la rabaisser encore plus, mais j'ai encore un peu de pitié pour les bourges. J'aime pas les bourges... Et je vais devoir passer toute la mission à ses côtés... Je sens que le voyage va être long...



[Désolé c'est court, nul, mais c'est pas facile d'arriver en plein milieu ^^]

__________________________________________________________

You tortured me.”    “I torture all my friends. It's how I show love" [Crowley]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




RPG


MessageSujet: Re: (E3) le complot du feu

Revenir en haut Aller en bas

Sujets similaires

-
» Le Complot TITANIC
» Coe David B. - Le complot des magiciens - La couronne des sept royaumes T1
» [JEU] HERO OF SPARTA : Déjouer le complot des dieux [Payant]
» Complot Economique & Géo-politique contre la RDC !
» Echec ou complot aka Land of the Free
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: