Partagez|

RPM : Un message urgent

Juna
*** Messagère
*** Messagère
avatar

Féminin Age : 22
Messages : 323
Date d'inscription : 04/03/2009

RPG


MessageSujet: RPM : Un message urgent Lun 20 Juil 2009 - 18:14

Aujourd’hui, j’errai déjà dans la ville quand le soleil commença à montrer ses fins rayons. Je devais me rendre dans une armurerie pour mon arc. Arrivée devant la boutique, je tortillai nerveusement mes doigts et je me décidai à pousser doucement la porte qui émit un son ressemblant à un gémissement, puis une petite clochette retentit. J’avançai, hésitante, dans le magasin. Tout à l’intérieur semblait être vieux et usé, la poussière recouvrait le sol et la plupart des meubles. Je me demandai si j’étais à la bonne adresse vu l’état de l’établissement, il me semblait étrange qu’un expert en armes ait ses étalages aussi abîmés et poussiéreux.
Une fois devant le comptoir, une vieille dame avec les cheveux grisonnants déclara :

- C’est toi la petite Juna ?

- Oui, répondis-je avec un sourire timide.

Puis, je tendis mon arc, à contre cœur, à la femme âgée. Elle l’observa un moment, suivi du doigt les quelques gravures dorées qu’il y avait sur le bois et quand elle arriva à l’extrémité elle eut un mouvement de recul comme si elle avait reçu une décharge ou quelque chose de semblable. Elle avait l’air songeur, puis elle l’empoigna et fit mine de vouloir tirer, sauf qu’il lui manquait une flèche. Puis, elle reposa l’arme et demanda :

- Tu es la seule à pouvoir l’utiliser, n’est-ce pas ?
- Euh, et bien, hors mis mon frère et moi, personne ne l’a utilisé, mais mon frère n’arrivait pas à s’en servir, c’est vrai.
- C’est bien ce que je pensais.

Je me demandais ce qu’elle voulait dire par là mais je ne me posai pas la question plus longtemps. Puis son air changea soudainement et elle déclara :

- Il est magnifique, ça fait longtemps que je n’en ai pas vu un si beau ! Et le bois ainsi que la corde sont de très bonne qualité. Ne t’en fais, il est entre de bonnes mains.
- Merci …

Sur ces mots, elle partit dans l’arrière boutique, sûrement pour entreposer l’arc. Quant à moi, je sortis de la boutique, et retrouvai Aubade qui m’attendait sagement devant le magasin. Il me semblait que je venais de la réveiller d’une micro-sieste qu’elle avait commencée puisqu’elle ne supporte pas l’attente, ce qui me fit sourire. Je caressai sa tête poilue et en m’accrochant à sa fourrure, me hissai sur son dos. A cet instant, elle semblait déjà plus énergique et je lui glissai :

- C’est parti.

Tout en avançant, je songeai à cette mission, de la plus haute importance, que l’on m’avait donnée : arriver dans 3 jours à la cité impériale pour remettre un parchemin à l’ambassadeur de la terre qui rencontrera le seigneur du feu. Cette mission, en plus d’être difficile et de provoquer une guerre entre les deux nations en cas d’échec, m’était confiée par les Marchands d’Obstacles ! J’avais une chance de montrer mes capacités et de rentrer dans leur confrérie. Il était clair que je n’avais pas le droit à l’erreur, je ne souhaitai pas être à l’origine d’un nouveau massacre ainsi que de la mort inutile de milliers de soldats. Sans mon arc, ma tâche serait, certes, moins aisée mais je ne pouvais plus reculer.
Revenir en haut Aller en bas
Juna
*** Messagère
*** Messagère
avatar

Féminin Age : 22
Messages : 323
Date d'inscription : 04/03/2009

RPG


MessageSujet: Re: RPM : Un message urgent Lun 3 Aoû 2009 - 17:10

J’avais exactement 3 jours pour faire le voyage jusqu’à la cité impériale. Il m’était donc impossible de passer par le chemin que prenaient les marchands mais je savais qu’il y avait un autre passage pour arriver là-bas, une sorte de passage secret, un souterrain étrange et dangereux. On m’avait même raconté que ce souterrain possédait une végétation digne d’une forêt tropicale ainsi que des espèces d’animal spécifiques à ce lieu. L’avantage de ce passage était qu’il permettait de faire le voyage en seulement deux jours, en plus avec Aubade le voyage serait encore plus facile à faire.

Pour trouver ce chemin, je devais être guidée par un homme qui connaissait l’entrée du souterrain. J’avais rendez-vous devant une petite auberge située dans les petites ruelles de la ville, ces lieux n’avaient absolument rien de rassurant mais au petit matin, les crapules qui entreprenaient des affaires louches ne devaient pas être encore debout à cette heure-ci. Seuls quelques aventuriers devaient s’y trouver. J’arrivai donc devant l’établissement et poussai la lourde porte grinçante. Une petite clochette retentit et toutes les personnes présentes, c'est-à-dire 3 hommes plus le serveur, se tournèrent vers moi et me dévisagèrent. Peut-être que la vue d’une jeune fille dans cet endroit les dérangeait … cela m’importait peu. Soudain un homme avec une épaisse cape s’approcha de moi, il avait la démarche d’un fantôme mais n’était pas effrayant pour autant, il devait avoir la quarantaine. Il m’entraîna dans une pièce à côté de la principale, servant sûrement aux affaires plus ou moins correctes. Là, il prit la parole :

- Alors, dis-moi, exactement pourquoi dois-tu te rendre à la cité impériale si vite ?
- C’est confidentiel, tout ce que vous avez à savoir c’est que c’est urgent.
- Très bien, qu’aurais-je en échange ?
- La chance de pouvoir vivre en paix.

L’homme ne répondit rien. Il semblait pensif, ma réponse l’avait simplement calmé. Mon air glacial et sérieux y avait aussi peut-être contribué. Mais cette réponse aussi intrigante qu’elle en avait l’air semblait le satisfaire. Ainsi il se leva et m’invita à le suivre. Nous empruntâmes une petite porte à l’arrière de la pièce et nous arrivâmes dans une autre ruelle sombre de la ville, où bizarrement mon bison nous attendait. Décidemment, je me demandais combien de passages aussi sombres -même le jour- pouvait contenir cette ville. Ensuite, nous enchaînâmes les allées jusqu’à sortir de la cité par un passage qui m’était inconnu, mais apparemment je n’étais pas la seule à ignorer cela puisque l’endroit était désert.

Devant nous, une forêt s’étendait à n’en plus finir. Impressionnante par sa taille ainsi que par son obscurité dès les premiers arbres, je déglutis. Pas étonnant que personne n’utilise cette route. Puis, me rappelant d’un détail, je me tournai vers l’homme et lui demandai :

- Votre « collègue » m’avait parlé d’un souterrain. Ne me dîtes pas que sous cette forêt monstrueuse se trouve un passage secret !
- Je vois bien que tu es jeune. Tu sais le monde n’est pas rempli de passage secret et de portes magiques. Le garçon que tu as rencontré est mon employé, il ignore ce qu’est exactement ce passage. Comment veux-tu que des arbres poussent dans un souterrain ?
- Certes.
- Donc voici le chemin que tu dois prendre pour arriver dans deux jours à la cité impériale.
- Merci.

Puis sur ce mot final, je sautai sur le dos de mon bison anormalement petit et nous nous engouffrâmes doucement dans l’immensité vert sombre. Dès les premiers pas, la lumière diminua rapidement pour faire place à l’obscurité. On n’y voyait pas grand-chose, mais tout de même assez pour ne pas se cogner contre les arbres. Tout à coup, j’entendis l’homme crier :

- Courage, jeune enfant, j’espère que tu réussiras !

A présent, si j’échouais dans ma mission je me sentirais encore plus coupable.
Revenir en haut Aller en bas
Juna
*** Messagère
*** Messagère
avatar

Féminin Age : 22
Messages : 323
Date d'inscription : 04/03/2009

RPG


MessageSujet: Re: RPM : Un message urgent Ven 28 Aoû 2009 - 15:55

L’air était glacial, un brouillard s’était levé entre les arbres empêchant de voir à plus de cinq mètres. Des grondements parvenaient jusqu’à mes oreilles, me donnant la chaire de poule. Aubade, quant à elle, slalomait entre les restes de cadavres et les multiples formes de végétation. Elle avait l’air plutôt paisible vis-à-vis de l’atmosphère et du paysage, je lui enviais cette attitude. Ou peut-être cachait-elle sa peur par cette carapace de sérénité qu’elle arborait si souvent ? Mais il n’était pas vraiment l’heure de se soucier des états d’âme de ma monture pour le moment. Surtout qu’il fallait absolument rester vigilant, puisque le danger était quasi omniprésent et qu’une adolescente plus un bison volant pouvait faire un excellent repas pour les créatures les plus dangereuses se trouvant dans ce lieu.
A un moment, je pris conscience que j’étais peut-être perdue alors je marquai un arbre à l’aide d’une petite dague que j’avais pris avec moi, par prudence bien que si je croisai un monstre puissant et que j’étais dans l’incapacité de fuir, ça serait une situation assez délicate vu le niveau de ma maîtrise de l’air, de plus je risquerais sûrement d’aggraver la situation plutôt qu’autre chose. De temps en temps, j’apercevais quelques rats, trottinant, sûrement à la recherche de reste de viande.

Mon bison continuait sa marche tranquillement quand surgit de nulle part, une nuée d’insectes qui vint s’abattre sur la tête de l’animal, lui brouillant la vue. Sa réaction fut instantanée : elle s’emballa et partit dans une course folle. La petite créature d’ordinaire si tranquille avait totalement changé de comportement et était devenue incontrôlable, j’espérais de tout cœur qu’aucun arbre ne serait pas dans notre trajectoire. Parfois, il arrivait qu’elle dévie son trajet parce qu’un obstacle surgissait mais c’était toujours de justesse. Et moi, je regardais toujours cette scène insupportable en étant impuissante …

C’est seulement quand Aubade rentra dans une sorte de rocher, qu’elle ne réussit pas à éviter, qu’elle s’arrêta, le souffle haletant. A présent, elle semblait légèrement étourdie par le choc, et vacillait à droit, à gauche, d’une démarche digne d’une personne ivre. Je poussai un soupire et essayai aussi bien que je pouvais de reprendre le contrôle de ma monture. Jamais je n’aurais cru comparé mon bison volant avec quelqu’un qui aurait trop bu, comme quoi tout arrive. Mais elle n’eut pas le temps de reprendre ses esprits et recommencer à marcher droit qu’un grognement sourd semblant provenir du sol nous fit sursauter voir trembler. Ce bruit avait dû être poussé par une créature aussi énorme qu’effrayante et j’espérais fort que nous ne la rencontrions pas.

Mais maintenant que nous étions visiblement perdues, nous prenions les chemins au hasard en espérant de pouvoir trouver la sortie est ainsi de finir cette mission qui était encore plus pressante à chaque instant. Mais si elle me permettait de rejoindre la confrérie des Marchands d’obstacle et d’empêcher une guerre alors il fallait tenter le tout pour le tout. Soudain je me sentis « regonflée à bloc » et pleine de volonté ainsi que de courage. Je faisais confiance à mon instinct et je sentais que nous étions dans la bonne direction.

Et nous aurions sûrement retrouvé le chemin rapidement si une espèce de rat géant ne s’était pas dressé devant nous, surgissant du sol où il avait creusé un tunnel. C’était sûrement lui qui avait poussé ces cris si inquiétants tout à l’heure. Il mesurait environ deux mètre cinquante de haut pour une largeur supérieur à un mètre, autant dire que la carrure de l’animal était impressionnante. Sa musculature était tout aussi impressionnante bien que recouverte de poils avec toute fois quelque cicatrices qui ne permettaient pas à la fourrure de repousser laissant découvrir la peau de l’animal.

Je sentais Aubade tremblotait face à la créature mais elle n’était pas du genre à se laisser paralyser par la peur et quand l’énorme chose fonça sur nous pour attaquer, elle esquiva sans mal, j’en conclus qu’elle avait retrouvé son état normal. Mais nous ne pouvions pas éviter ses attaques pendant trop longtemps, à un moment ou à un autre il nous faudrait contre-attaquer. Je demandais alors à ma monture de s’élever un peu pour étudier mon adversaire. Une fois dans les airs, l’animal semblait ne plus nous voir, mais il renifla pour nous localiser, il était donc aveugle. Soudain j’entendis une voix m’appeler provenant d’un des arbres, je me demandais comment quelqu’un pouvait être dans cette forêt mais qu’importe si cette personne pouvait m’aider. Alors j’ordonnais à Aubade de se rapprocher de l’arbre où il y avait la personne puis je sautai sur une branche maladroitement. Là, je découvris un garçon qui devait avoir quelques années de plus que moi et il dit dans un murmure :

- Ne fais aucun bruit, je vais t’aider.
Revenir en haut Aller en bas
Juna
*** Messagère
*** Messagère
avatar

Féminin Age : 22
Messages : 323
Date d'inscription : 04/03/2009

RPG


MessageSujet: Re: RPM : Un message urgent Mer 30 Sep 2009 - 15:27

Sa voix était à la fois douce et stricte. L’air grave qu’exprimaient ses yeux noirs montrait qu’il n’avait aucune envie de faire de l’humour, ou choses similaires. Il plongea son regard glacial dans le mien quelques instants puis tourna la tête vers la bête avec un sourire carnassier. Il semblait avoir réfléchi à un plan pour la neutraliser. A la façon dont il m’avait regardé, je supposais qu’il m’avait inclue dans ce plan et cela ne me plaisait guère. Il scrutait le sol, semblant identifier les moindres détails de la nature : un rocher à droite, deux arbres à gauche, de la boue un peu plus loin. Puis, soudain il releva la tête et me fixa de nouveau -ce qui était un peu gênant d’ailleurs je me sentis rougir légèrement. J’attendais qu’il agisse en vain. Cependant quand je détournais le regard, il me poussa violemment de l’arbre, me retrouvant sur mon bison mais pas dans une position des plus favorables : j’étais arrivée allongée sur le dos vers la tête de l’animal, malgré tout, celle-ci ne broncha pas. Je lui enviais ce calme permanent.

De mon post d’observation en hauteur, je scrutais la scène, analysant le combat, essayant de savoir si mon intervention aiderait l’inconnu ou le gênerait plus qu’autre chose. Pour le moment, c’était trop difficile à juger puisque les deux combattants n’attaquaient pas encore. L’un cherchant un moyen de trouver la position de son adversaire, l’autre semblant chercher un point faible chez l’énorme bête. Ou alors il faisait tout simplement durer le suspens. Puis, d’un coup l’animal se figea et sa tête se tourna vers le garçon : il l’avait repéré. Cela déclencha le rire de ce dernier, bien que la raison ne soit pas vraiment évidente.

Ensuite le monstre se rua sur le garçon -son rire avait dû le guider vers sa proie. Mais le jeune homme fit un bon à une vitesse hallucinante et se retrouva derrière la bête en seulement quelques secondes. Cela ne dut pas plaire à l’animal qui fit volte face en grognant et se remit à charger son adversaire qui se contenta d’esquiver comme la première fois. La vitesse à laquelle il se déplaçait et bondissait était invraisemblable, ou du moins inhumaine. Il n’y avait donc qu’une seule explication : c’était un maître de l’air. Mais qu’est-ce qu’un maître de l’air pouvait bien faire dans cette forêt infestée de monstres ? C’était étrange …

Après mes quelques secondes de réflexions où j’avais arrêté d’observer le combat je remarquai qu’aucun des deux adversaires n’avaient encore touchaient l’autre. Je me demandais pourquoi, mais en fait je compris assez rapidement que l'adolescent ne faisait qu’esquiver les coups et n’en donnait aucun. Sa stratégie devait consister à fatiguer l’animal soit jusqu'à ce qu’il n’ait plus de force pour se défendre correctement, soit jusqu’à ce que mort s’en suive. Malgré tout, les deux options mettraient encore beaucoup de temps. Et Il fallait en finir vite car les premiers signes de fatigues se montrèrent chez le garçon et il n’y avait rien de rassurant à cela. Quant à la bête la sueur envahissait son pelage, mais hélas, elle semblait encore assez en forme pour tenir longtemps. D’ailleurs, elle s’élança de nouveau sur son opposant avec force. Encore une fois celui-ci esquiva. A l’attaque suivante, le rat mit encore plus de vitesse dans son attaque. Il s’en fallu de peu mais le garçon pivota et laissa la bête s’affaler de tout son long. Alors le jeune homme se pencha vers la bête et sortit un sabre plutôt court. Il commença à pointer l’arme sur le cou de l’animal pour ensuite l’enfoncer, mais la lame s’arrêta net : le rat l’avait saisie et de sa main ensanglantée il tira dessus puis la brisa comme une allumette. Cette démonstration de force me donna un frisson dans le dos.

Le garçon, lui, changea totalement d’expression et arborait à présent une mine pensive. Apparemment son plan n’avait pas fonctionné comme prévu. Il fit un bond en arrière d’environ 5 mètres et siffla d’une manière assez étrange. Aubade releva la tête comme si on l’avait appelée. Ce sifflement n’était pas ordinaire et un nouveau mystère m’apparut au sujet du garçon. Mais ce n’était pas le moment de réfléchir, c’était à notre tour d’agir. J’ordonnais à ma monture d’avancer, pas trop vite, vers la bête qui était en train de se relever péniblement. Il ne fallait pas qu’elle nous repère aussi. L’adolescent décida d’attirer l’attention du monstre, sûrement afin que je puisse l’attaquer sans trop me faire remarquer. Il prit des petits cailloux qui trainaient sur le sol et les lança violemment sur la bête, qui folle de rage s’élança sur son adversaire. Ce dernier utilisa une nouvelle fois ça maîtrise de l’air pour s’élever au dessus de la bête et cria :

- A toi !

Une seule chose à faire : agir vite. Avant que l’animal n’eut le temps de comprendre quoique ce soit, je me rapprochais rapidement de lui, distance raisonnable quand même, et lançais avec toute la précision que je possédais ma dague sur sa nuque. Le cri de l’animal mourant raisonné dans la forêt. N’appréciant pas vraiment d’éliminer des êtes vivants, une envie de vomir me prit soudainement mais je réussi à me retenir.
Je m’approchais du garçon qui semblait avoir compris que j’attendais beaucoup d’explications sur ce qui venait de se dérouler.
Revenir en haut Aller en bas
Juna
*** Messagère
*** Messagère
avatar

Féminin Age : 22
Messages : 323
Date d'inscription : 04/03/2009

RPG


MessageSujet: Re: RPM : Un message urgent Dim 25 Oct 2009 - 22:35

Tant de questions me brûlaient les lèvres, je ne savais pas par où commencer. L’adolescent remarquant mon manque d’assurance réagit plus vite que moi et demanda :

- Qui es-tu ?
- Je te retourne la question, dis-je en hésitant.
- Et que fais-tu dans cette forêt ? continua-t-il, semblant ne pas m’avoir entendue.
- Si je répond à tes questions, tu répondras aux miennes, ensuite ? lui répondis-je.
- C’est probable, lança-t-il.
- Bien, mon nom est Juna Nakamura et la raison pour laquelle je suis ici est confidentielle, dis-je pour me présenter.
- Certes, je m’appelle Arashi Fujioka, répondit-il.
- C’est tout ? m’écriai-je
- Ben oui, tu refuses de m’en dire plus alors je ne vois pas pourquoi je te donnerai plus de précision sur moi, dit-il avant de tourner les talons.

Je n’étais pas très avancée. J’avais besoin d’aide pour traverser la forêt, sans cet Arashi je risquai d’échouer cette mission si importante. Je n’avais pas 36 solutions alors je le rattrapai et lui criai :

- Attends !
- Quoi ? Tu as besoin d’autre chose ?
- Euh, oui, j’aimerais que tu m’aides à traverser cette forêt, je dois absolument arriver à la nation du feu avant 2 jours. C’est une question de vie ou de mort.
- Eh bien, voilà on progresse. D’accord, j’accepte de t’accompagner mais avant il serait plus prudent de reprendre des forces. Monte sur ton bison, je vais te guider jusqu’à chez moi. Par contre plus un mot jusqu’à ce qu’on soit arrivé.

Je m’exécutai sans dire un mot. De toute façon je n’avais pas vraiment le choix. Je grimpai sur Aubade et lui indiquai de suivre le garçon. Il était vraiment mystérieux. Avais-je fait le bon choix en choisissant de faire route avec lui ? J’en doutais de plus en plus. Mais c’était ma seule solution du point de vue où j’étais perdue et fatiguée.

Le chemin était long, silencieux. Ca m’énervai. Arashi marchait vite, regardant de tout côté si un monstre ne rôdait pas. Quelle idée d’habiter dans cette forêt. Puis je me rappelais qu’il avait maîtrisé l’air tout à l’heure. Décidemment j’avais de plus en plus de chose à lui demander. Qu’est-ce qu’un nomade pouvait bien faire ici ? Entre la nation du feu et le royaume de la Terre ? Dans les montagnes près du temple de l’Air j’aurais pu comprendre mais là, je ne voyais aucune explication. C’était frustrant. Jamais tant de pensées ne s’étaient bousculées dans ma tête.
Soudain il s’arrêta net. Aubade qui voletait gentiment derrière lui mis quelques instants à comprendre qu’il fallait se stopper et rentra dans le jeune garçon qui ne dû pas vraiment apprécier l’inattention de mon bison. Il se retourna et me lança en regard noir plein de reproches et de sous-entendu. Je sentais que sa compagnie allait être pesante. Après m’avoir regarder une dernière fois avec dédain il siffla et tapa 3 fois dans ses mains. Soudain, plusieurs rochers descendirent sous terre pour laisser place à une petite maison et un vieil homme qui venait vers nous. Arashi se précipita sur lui pour l’aider à marcher et déclara :

- Je te présente Juna. Si elle est dans la forêt c’est pour une question de vie ou de mort.
- Enchanté, jeune enfant, mais viens, entre dans notre maison. Nous serrons plus tranquille que dehors. Certains monstres risquent de venir nous déranger.

Le vieil homme devait avoir un peu de 65 ans et se déplaçait lentement. Contrairement à Arashi il avait l’air chaleureux, accueillant. Son crâne dépourvu de cheveux portait une cicatrice et il avait également une barbe d’une dizaine de centimètres. Malgré son dos recourbait par les années et la vieillesse il mesurait bien 1m80 et comme la plupart des personnes assez âgées il était assez mince.
Une fois tous entrer dans la maison il tapa du pied et des rochers apparurent autour du logis. Mais qu’est-ce que tous cela signifiait ? Un maître de l’air, un maître de la Terre ? Quoi d’autre ? A l’intérieur il y avait encore une maîtresse de l’eau qui préparait du thé ? Je nageais en plein délire. Où avait-je bien pu atterrir ? Comment ces gens s’étaient-il retrouvés ici ? Tant de questions allaient et venaient dans ma tête. C’était insupportable, j’allais finir par devenir folle et en plus de ça avoir une migraine atroce. Les deux hommes remarquant mon air songeur m’invitèrent à m’assoir à une table en bois. Je m’avançais et pris place. Le vieil homme prit la parole en premier :

- Eh bien, jeune enfant, tu dois te poser beaucoup de questions. Malgré ça je vais quand même commencer à t’en poser. Ce n’est tout le jour que nous croisons quelqu’un par ici, tu t’en doutes bien. Alors pourquoi es-tu ici ?
- J’ai une mission d’une grande importance à accomplir. Si j’échouais les conséquences seraient terribles, expliquai-je.
- Je comprends, tu dois vraiment avoir une lourde pression sur les épaules. Je suis persuadé qu’Arashi t’aidera à accomplir cette tâche, n’est-ce pas mon garçon ? questionna le vieil homme.
- Oui, répondit laconiquement le garçon.
- Très bien, reprit le vieil homme, tu ne veux vraiment pas nous en dire plus petite Juna ?
- Je ne peux pas, essayai-je de me justifier, mais puis-je vous demander ce que vous faites ici ?
- Bien sûr ! En fait, je suis vis en ermite dans cette forêt depuis que j’ai recueilli Arashi. Sa mère a été tué par un soldat du feu une nuit alors que nous étions dans la capitale de cette nation. Comme j’ai vengé sa mère, je suis recherché dans ce pays et ne peux plus y retourner. Alors nous habitons dans cette forêt. Si Arashi maîtrise l’air c’est grâce à son père, un ancien nomade, mais malheureusement il est mort. Voilà, tu connais toute notre histoire.

Arashi avait songé d’expression. Une profonde tristesse se peignait sur ses traits. Se rappeler tout cela devait sûrement lui faire très mal. Mais le vieil homme reprit :

- Et où dois-tu aller ?
- Dans la nation du feu … Pour dans 2 jours.
- Eh bien sortons, à ce que je vois tu dois t’y rendre dans les plus brefs délais.

Arashi sortit en premier, je lui suivais de près. Mais où était Aubade ? Je la cherchais du regard. Je la vis un peu plus loin brouter une plante. L’adolescent soupira et dit :

- Ton bison vient de manger une plante toxique, elle va devoir se reposer pendant une semaine.

Je restai sans voix. Comment allais-je faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Juna
*** Messagère
*** Messagère
avatar

Féminin Age : 22
Messages : 323
Date d'inscription : 04/03/2009

RPG


MessageSujet: Re: RPM : Un message urgent Dim 8 Nov 2009 - 16:28

Aucun bruit ne sortait de ma bouche, je ne pouvais articuler aucun mot. Une semaine ? Non ce n’était pas possible. Sans Aubade, comment pouvions nous y arriver ? Trois jours … C’était ce qu’il restait. Rester ici une semaine n’était pas imaginable. De plus, il était tard. Je ne pouvais plus reprendre la route maintenant. Je sentis une boule dans ma gorge se former. Incapable, impuissante, encore une fois j’allais exploser en sanglot … Non ! Pas cette fois, je ne pouvais pas. Je devais me montrer digne de la mission qu’il m’avait été confiée. Si je voulais faire parti de la confrérie des Marchands d’Obstacle, je devais grandir. Je ne pouvais pas me mettre à pleurer dès qu’une petite difficulté se présentait, je ne pouvais plus.
Mes différents états d’esprit devaient plus ou moins se peindre sur mon visage, puisque Arashi et le vieil homme s’approchèrent de moi l’air intrigué. Arashi posa sa main sur mon épaule tandis que l’autre déclara :

- Ne t’en fais pas !
- Vous avez une solution ? dis-je pleine d’espoir et de surprise.
- En effet, ne crois pas que nous vivons dans cette forêt sans monture ! expliqua-t-il.

Aussitôt il partit derrière la maison. Qu’est-ce que c’était encore ? Je regardai alors Arashi afin d’avoir une explication mais ce dernier me fit un clin d’œil. Cette expression avait tout l’air de dire « attends un peu, tu verras bien ». Quand l’homme revint il était accompagné d’une drôle de créature. Un lézard géant croisé avec une poule ? Mais il ne semblait pas avoir de plumes. Je restai perplexe devant la bête à moitié harnachée aux couleurs du royaume de la terre.

- Je te présente Buck ! Mon chevautruche personnel.
- Euh … bonjour Buck, articulai-je avec difficulté.
- Tu verras il est très gentil et posé. Il ne bronche jamais. Il est endurant et rapide, dit l’homme pour décrire sa monture.
- Mais ? Il doit bien avoir un défaut, non ? demandai-je.
- Oui, en effet ! Il n’est pas parfait, déclara l’homme avant de partir dans un fou rire, il est paresseux comme personne !

Super … A quoi bon être rapide et endurant s’il n’acceptera pas d’avancer ? L’homme poursuivit :

- Arashi sait le conduire ne t’inquiète pas. En attendant je m’occuperai de ton bison, si tu le veux bien. Elle est entre de bonnes mains, dit-il en souriant.

Je ne pouvais qu’acquiescer. De toute façon, je n’avais pas d’ alternative, si je voulais réussir la mission … Ensuite le vieil homme rentra dans sa maison me laissant seule avec Arashi afin que nous élaborions notre « programme » du lendemain. Nous décidâmes donc de partir le plus tôt possible pour ensuite arriver dans la soirée à la Nation du Feu. De cette manière j’aurais une chance de rencontrer l’ambassadeur de la terre avant qu’il rencontre lui-même le seigneur du feu.
La nuit fut bien courte à mon gout. En effet, vers six heures du matin je fus réveillée par un bruit provenant certainement du chevautruche. Je me préparai en vitesse et sortis de la maisonnette. Je découvris sans surprise Arashi avec la bête verte. Je ne sais pas si c’était le fait de se rendre dans la nation du feu qui lui donnait cet air mais il n’avait vraiment pas l’air enthousiaste. Quand il m’aperçu il essaya tant bien que mal de changer de comportement pour le remplacer par une mine … plus joyeuse … ce n’était pas un franc succès. Ensuite il me dit d’approcher l’animal et de le caresser. L’animal sembla apprécier le geste, d’ailleurs il eut comme un sourire. Puis je posai mon regard sur le garçon et celui-ci comprit alors mon empressement. Soudain, sans que je sois prête il me prit la jambe afin de que je monte sur la créature, puis il monta à son tour et déclara :

- Accroche toi surtout.

Ce n’était pas vraiment rassurant mais je fis ce qu’il m’ordonna et priai pour que le chemin se passe sans encombre. Je ne savais pas tout de quoi était capable ce garçon et encore moi de cette bête. Je regardais une dernière fois la maison derrière moi, laissant mon cher bison à l'homme pendant que nous filions à travers la forêt. J'espérai de tout mon coeur qu'il la soigne.
Revenir en haut Aller en bas
Juna
*** Messagère
*** Messagère
avatar

Féminin Age : 22
Messages : 323
Date d'inscription : 04/03/2009

RPG


MessageSujet: Re: RPM : Un message urgent Jeu 3 Déc 2009 - 18:34

Buck trottait activement dans la forêt, slalomant entre les arbres. Il avait une allure sûre, souple. Il me rappelait Aubade et son calme. D’ailleurs, j’espérais qu’elle se rétablirait vite. Mais c’était la seule chose que je puisse faire … espérer. Je fermai les yeux quelques instants puis regardai Arashi. Il semblait différent en présence de son oncle, c’était sûrement dû au respect qu’il avait pour lui. Je n’avais pas trop ce que c’était comme relation, après tout je n’ai jamais vraiment eu de famille. Ce garçon était très mystérieux, un peu trop à mon goût. Je n’arrivais pas à faire le lien avec le garçon qui m’avait sauvé la veille et celui qui était froid en présence de son oncle. Il me cachait quelque chose, c’était plus que certain. Soudain, notre monture s’arrêta brusquement. L’arrêt brusque me fit faire un violent mouvement en avant et ma tête percuta le corps du jeune homme. Il échappa une sorte de couinement et je m’excusai aussitôt. Arashi me regarda, pas avec dédain comme il aurait pu le faire si le vieil homme avait été là, mais à cet instant il me paraissait gentil, attentionné. Je voulais en savoir plus alors j’essayais de commencer une conversation maladroitement :

- Que se passe-t-il ?
- Il a besoin de repos.
- Cela va prendre du temps ?
- Une trentaine de minutes. Tu n’es pas obligée de descendre.
- D’accord.

Puis le silence s’installa. Il n’était pas pesant pour autant. C’était le même silence qui nous avait accompagné depuis le début de notre rencontre. Un silence qui voulait tout dire. Du point de vue où je n’étais pas particulièrement loquace et apparemment lui non plus, ce silence me paraissait normal. Les minutes passèrent relativement vite vu le nombre de questions que je me posais et les réflexions qu’elles engendraient. Arashi relança l’animal dans sa course et nous continuâmes notre chemin. Ensuite, vint le moment où ma curiosité était à son comble. Je bouillonnais presque, mes questions me brûlaient les lèvres alors je pris mon courage à deux mains et me lançais :

- Dis moi la vérité, s’il te plaît.
- Qu…Quoi ? balbutia le garçon.
- Tu vois très bien de quoi je veux parler, enchaînai-je.
- Comment l’as-tu deviné ? dit-il toujours un peu confus, après un temps.
- Ton comportement, dis-je laconiquement.

Cette fois, c’était un silence pesant qui prit place. Je voulais des explications, le garçon semblait vouloir me les dire mais quelque chose le retenait ou peut-être quelqu’un. Je doutais du fait que son « oncle » ait quelques pouvoirs de contrôle mental. Il devait avoir un moyen de pression ou quelque chose du genre. Je ne savais vraiment pas quoi penser alors pour qu’il se confie, je lui proposais :

- Si tu me racontes, je t’aiderais, une fois ma mission accomplie.
- Tu ferais ça ?? s'écria-t-il.
- Oui.
- Très bien, je vais tout t’expliquer. Cet homme que tu as vu n’était pas vraiment mon oncle comme tu l’as deviné. Il m’a adopté, si je puis dire, après avoir tué ma mère, tout ça parce qu’elle refusait ses avances. J’étais jeune à l’époque alors je ne me souviens pas de tous les détails. C’est aussi la première fois que j’en parle à quelqu’un. D’ailleurs je ne connais même pas le nom de cet homme. Je sais par contre qu’il n’a aucune notion de gentillesse. C’est un escroc, mais en plus de ça il est puissant, il se donne une image de vieillard fragile mais il n’est pas du tout comme ça. Le soir où ma mère est morte, il était arrivé avec un bouquet de fleurs. Ma mère m’a dit de partir dans la pièce d’à côté. J’ai entendu une dispute puis des cris et ensuite plus rien. Je suis arrivé en courant et j’ai vu ma mère étendue sur le sol, son cœur ne battait plus. L’homme était affolé et m’a emmené avec lui. Il savait que mon père, parti en voyage pour un temps, le retrouverait et vengerait ma mère alors il a fui. Il est allé dans le seul endroit où il est sûr qu’on ne viendrait pas le chercher : cette forêt. Depuis nous vivons avec en tuant les animaux qui la peuplent et il s’en prend aux malheureux qui entrent dans celle-ci.

Je ne savais pas quoi dire. Un tel aveu alors qu’on se connaissait si peu. Je m’écriai alors :

- Et Aubade ?!
- Il va sûrement la soigner puis la tuer ou la revendre je sais pas trop, je ne parle pas beaucoup de ses plans tordus, dit-il.
- Qu’est-ce qu’on est censé faire maintenant ? demandai-je.
- Toi, tu vas accomplir ta mission. Moi, je vais sauver ton bison et venger ma mère, lança-t-il.
- C’est insensé ! criai-je.
- Tu m’as fait réaliser que je ne devais pas me laisser abattre. Alors je m’occuperais de l’homme qui a causé tous mes malheurs, expliqua-t-il.

Je ne pouvais rien dire de plus. Que dire d’autre en même temps ? Il était déterminé, c’était la seule chose qui comptait. Je n’étais pas sûre qu’un maître de l’air encore jeune puisse rivaliser avec un maître de la Terre comme l’homme en question mais je ne pouvais qu’espérer qu’il réussisse. Je me sentais à la fois fière de lui avoir redonner courage et à la fois honteuse d’avoir fait confiance à un homme que je ne connaissais pas et de laisser le sort de mon bison à un autre étranger. Avais-je eu le choix ? Cette quête m’apportait vraiment beaucoup de réflexions.

Après quelques instants nous nous remîmes vraiment en route. Buck ne s’arrêta pas de tout le reste du trajet. Son allure restait constante. Lui aussi semblait vouloir que tout cela se finisse au plus vite. Le voyage était long mais pendant tout le temps qu’il durait je réfléchissais à ce qui allait se passer. Je devais trouver l’ambassadeur de la terre. Il devait arrêter le meurtrier de sa mère. Mon stress montait, comme d’habitude j’étais anxieuse. Du point de vue où je n’arrivais pas à me débarrasser de ça, je devais faire avec, et peut-être utiliser l’adrénaline pour m’améliorer, il fallait voire ce que ça donnait. Mais je n’eus pas le temps de réfléchir plus longtemps sur ce sujet, une fine lumière commençait à me parvenir. La lumière du début de soirée où le soleil est en train de se coucher ! Nous étions arrivés dans la nation du feu ! D’ailleurs Arashi déclara :

- Bienvenue dans la nation du feu, jeune nomade.
Revenir en haut Aller en bas
Juna
*** Messagère
*** Messagère
avatar

Féminin Age : 22
Messages : 323
Date d'inscription : 04/03/2009

RPG


MessageSujet: Re: RPM : Un message urgent Sam 16 Jan 2010 - 16:50

La ville étincelaient. Je n’eus pas le temps de m’extasier longtemps devant les lumières car Arashi me dit qu’il devait repartir maintenant, qu’il se sentait prêt à combattre son oncle. Je le sentais plus déterminé que jamais. Son choix était des plus inconscients, il aurait dû demander de l’aide à des soldats de la nation du feu qui, d’ailleurs, recherchaient probablement ce maître de la terre. Mais, ce combat n’était pas qu’un simple affrontement pour lui, c’était une sorte de combat d’honneur. De cette manière, il allait pouvoir « rétablir » l’honneur de ses parents et le sien. Pour ces raisons je ne pouvais pas l’empêcher de défier le vieil homme. J’aurais aimé l’aider mais désormais ma mission m’appelait. Si une nouvelle guerre se déclenchait entre la nation du feu et le royaume de la terre, le nombre de victimes serait bien plus élevé. De plus, la vie d’Aubade dépendait du combat. Bien que je fusse partagée, ma raison l’emportait de toute manière. Je n’assumerai jamais d’être responsable d’un nouveau massacre.

Une fois que la garçon disparut dans la forêt, je ne savais pas trop quoi faire. Il devait être environ 21 heures. Je n’avais pas d’argent, j’aurais donc du mal à passer la nuit dans une auberge ou quelque chose de similaire. J’allais sûrement passer la nuit à la belle étoile. Je décidai de visiter la ville afin de connaître l’emplacement du lieu de rendez-vous entre l’ambassadeur de la terre et le seigneur du feu. J’errai dans les rues de la cité pendant de longues minutes. Les rues jumelles, parallèles se succédaient. On aurait dit un labyrinthe. De plus, je n’aurais pas pu demander à un passant à cette heure si tardive. Les soldats n’étant pas de garde devaient déjà être ivre dans une taverne à cette heure. J’espérai de tout cœur ne pas faire de mauvaises rencontres. Mais dans cette hypothèse, je n’aurais qu’à fuir. Le silence, l’obscurité, ils étaient souverains. Certes, je percevais quelques lumières provenant des rares fenêtres émettant encore de la lumière. Puis, quand j’arrivai à un énième tournant, une bâtisse anormalement gardé apparut. Ce n’était pas nécessaire d’être un génie pour comprendre que c’était là que le seigneur du feu résidait.

J’hésitai à avancer. Un des gardes m’interpellerait sûrement. Qu’allait-il faire de moi une fois que je leur avouerai que je ne suis pas d’ici ? Je n’étais pas certaine qu’il me prendrait au sérieux si je leur disais qui m’envoyait. Il valait mieux être prudente. Je savais où se déroulerait l’entrevue. J’étais presque soulagée. Je fis demi-tour pour retourner à l’entrée de la forêt. L’ambassadeur rencontrait normalement le seigneur du feu aux alentours de midi. J’aurais normalement réussi à le trouver avant cette heure cruciale. Une fois arrivée sur le lieu que j’avais choisi pour passer la nuit, je m’allongeai et regardai les étoiles. Je pensai à Arashi. Où était-il ? Que faisait-il ? Allait-il s’en sortir ? Comment allait Aubade ? Etait-elle encore en vie ? Cette dernière question me porta un coup au cœur. Je chassai vite cette pensée de la tête et sombrai dans le sommeil peu de temps après, cela n’était guère étonnant vu la fatigue qui m’accablait.
Je fus réveillée par le soleil. Il devait être 6h du matin. Une douce brise provenant de la forêt soufflait sur la ville. Je me mis à regarder le ciel, en tailleur. J’attendis longtemps comme ça, peut-être trois heures. Puis les rues commencèrent à émerger. Les premiers magasins ouvraient leurs portes, les premiers passants sortaient de leur maison. Peu à peu la cité fut gagnée par l’agitation ordinaire des grandes villes.

Je me rendais au plus vite à la demeure du seigneur du Feu. Je courrai dans les rues encombrées, esquivant les enfants, les charrettes remplies de denrées alimentaires quand je me retrouvai devant l’énorme bâtiment. Un garde s’approcha de moi et commença à me dire de partir sous prétexte que je n’avais rien à faire ici. Son collègue approcha à son tour, dit à au premier garde de se calmer et demanda :

- Que venez-vous faire ici, Mademoiselle ?
- Je viens voir l’ambassadeur de la Terre, répondis-je en combattant ma timidité.

Le soldat resta perplexe. Apparemment, les gens qui étaient au courant de la présence de l’ambassadeur n’étaient pas nombreux. Le second soldat envoya l’autre pour parler à un responsable afin de vérifier mes dires. Nous restâmes planter là un long moment, puis un troisième garde apparut accompagné du premier. Il demanda sèchement :

- Qui vous envoie ?
- Les Marchands d’Obstacle, dis-je aussi laconiquement lui.

Cette fois, il était bloqué. Il ne pouvait plus m’empêcher d’entrer. D’ailleurs il m’invita à le suivre à l’intérieur de la bâtisse. Sûrement, voulait-il que je remette le message à l’ambassadeur en main propre. Nous circulâmes dans divers couloirs étonnamment bien décorés. Les murs affichaient diverses nuances de rouges que je n’aurais soupçonné. Le seigneur du Feu avait fait de sa demeure un lieu magnifique, un délice pour les yeux. Jamais je n’aurais cru pénétré un endroit de cette envergure. Mon émerveillement fit sourire le garde. Puis, nous arrivâmes à une énième porte, j’étais presque fatiguée d’avoir autant marché. Devant cette porte, deux soldats étaient postés. Ils nous laissèrent entrer dans la pièce. A l’intérieur, un homme de taille moyenne habillé au couleur du royaume de la Terre nous tournait le dos. Le garde lui expliqua que j’avais été envoyé par les Marchands d’Obstacle. Ensuite l’ambassadeur s’approcha et me demanda ce que j’avais pour lui. Je lui tendis le parchemin qui m’avait été confié. Il vérifia qu’il portait bien le signe des Marchands d’Obstacle, puis le lu. Durant toute sa lecture, il ne cessa de marcher en rond et quand il eut fini il déclara avec un sourire :

- Eh bien, jeune fille, vous pouvez retourner à Nimong pour dire que votre mission est accomplie, vous avez probablement empêché un conflit. Vous avez toute ma reconnaissance.

Je lui rendis un sourire, puis nous partîmes. L’entrevue entre l’ambassadeur et le seigneur allait sans doute commencer bientôt. Le garde me raccompagna à la sortie de la demeure impériale. Ca y était. C’était terminé. J’avais accompli ma mission et j’en étais plus que soulagée. Mais il restait encore Aubade et Arashi. Je courrai de nouveau, le plus vite possible, afin de me rendre devant la forêt. Quand j’aperçus mon bison en compagnie du jeune homme, un sentiment de bonheur intense m’envahie. Une fois à côté de mon bison je caressai son poil blanc qui m’avait tant manqué. Elle aussi semblait contente de me revoir. Quant à Arashi, il était toujours aussi distant mais il affichait un sourire fier. J’en déduis qu’il avait gagné. Mais je préférai ne pas lui parler, le fait qu’il ne voulait pas en parler se voyait aussi très nettement. Nous parlâmes quelques instants d’Aubade, de ce qu’il allait devenir, puis vint la moment de nous séparer. Nos adieux furent courts, nous étions ni l’un ni l’autre très expansif. Je lui souhaitai bien du courage pour la suite, il fit de même et nous nous promîmes de nous recroiser un jour.
Je pris le chemin habituel pour me rendre à Nimong sur le dos d’Aubade. Après tout je n’avais plus de raison de me presser.

***

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Jerome
Ancien(ne)
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 740
Date d'inscription : 23/05/2008

RPG


MessageSujet: Re: RPM : Un message urgent Jeu 21 Jan 2010 - 19:44

Joli rp j ai bien aimer , et je trouve que tu t est ameliorer au niveaux taille et contenue des pots au fil du temps donc bravo a toi jeune chauve xd sa te fait donc
310xp +bonus des scribe ce qui nous donent 387 xp felicitation =)
Revenir en haut Aller en bas
Taijin
*******
*******


Masculin Age : 28
Messages : 3791
Date d'inscription : 10/06/2008

RPG


MessageSujet: Re: RPM : Un message urgent Jeu 21 Jan 2010 - 20:38

[Une fois que Juna fût arrivée à Nimong, au magasin du début.]

Juna tendit le parchemin qui attestait qu'elle avait bien remis le message. La Marchande le lut, puis fit un grand sourire.

- Apparemment, vous avez été brillante. Fort bien... J'ai l'honneur de vous nommer "Messagère"; je vais transmettre votre nomination à nos services. Vous allez pouvoir vous rendre au Quartier des métiers, dans la Chambre des Messagers. Là-bas, vos aînés prendront en charge vos prochaines missions et votre formation.
- Merci, fit Juna en s'inclinant.
- Egalement, maintenant que vous êtes une professionnelle en apprentissage, vous avez besoin d'un équipement en conséquence. Nous avons améliorer votre arc... J'espère que cela vous plaira.

Elle sortit un paquet long enveloppé d'un drap de lin. Elle le posa sur le comptoir, et découvrit précautionneusement pour révéler l'arc rénové par les ateliers des Marchands.
Juna fut estomaquée de ce qu'il était devenu: toutes les dorures avaient été refaites, la corde avait été remplacée par un fil "en double fibre" doré. La courbure en bois avait été renforcée par des tubes semi-rigides dont Juna ignorait la provenance, qui se mariaient totalement à ses formes. Un viseur étrange et discret avait été ajouté.
La Marchande lui tendit un gant à doigt, qui ne couvrait que l'index et le majeur, et s'attachant au poignet.

- Ces gants sont spéciaux. Ils canaliseront ton Chi de Vent, et te permettront, si tu le désire, de tirer des flèches de Vent, si tu maîtrise le principe des Lames Venteuses...

Juna restait abasourdie.

- L'avantage de ces Flèches de Vent, tirée avec ce gant et cet arc, est qu'elles pourront être guidées, même après avoir tiré ton trait. Ainsi, tu ne pourras jamais manquer ta cible! J'ai pensé que ça pouvait être utile également pour ton métier, si tu veux, dans l'urgence, transmettre un message sans pouvoir approcher la personne à qui est destiné ton message.


Gain: Kazegumi

[L'adversaire ne peut pas parer(=se protéger) une attaque de cet arc utilisant du Chi] (donc ça marche pour les attaques renforcées, les Combos et les Chiasmas, mais pas pour les attaques de bases ;) )


*********************************

Aux admins: ne pas oublier les 12 PdN à la Nationde l'Air ( car RPM ^^)
Vous pouvez donner le Grade de Messagère à Juna
Et donc mettre le Kazegumi dans son inventaire, comme ceci:
> Armes
- Kazegumi [Atq Chi imparable]

Juna: ta prochaine mission arrive, tu seras prévenue par MP... Bravo à toi ;)

edit: arme rajouté dans inventaire, PDN comptabilisé
Revenir en haut Aller en bas
http://thelastairbender.forumactif.com/
Jerome
Ancien(ne)
avatar

Masculin Age : 25
Messages : 740
Date d'inscription : 23/05/2008

RPG


MessageSujet: Re: RPM : Un message urgent Ven 22 Jan 2010 - 19:11

Will à rajouter les PdN aux Nomades de l'air, plus l'arme à l'inventaire :) il ne reste plus qu'à te donner 15 Xp pour ton petit Rp et je verouille.

edit will: rajout de 97 vils pour Juna et sa nation
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




RPG


MessageSujet: Re: RPM : Un message urgent

Revenir en haut Aller en bas

Sujets similaires

-
» UN MESSAGE URGENT !!!
» [TUTO] Envoyer un message privé à un membre
» Le CF approuve le message sur le libre choix du décodeur
» URGENT demain disneyland paris !!
» [RESOLU] Masquer l'application " message " pour laisser place à Handcent
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: